Forum d'écriture privé
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Alec-1] Une histoire, un partage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: [Alec-1] Une histoire, un partage   Mar 13 Sep - 19:10

Le regard vert et haineux dans le miroir était le mien, j’avais du mal à y croire. J’étais déjà passé par tellement d’émotions différentes mais la haine en moi n’avait jamais été aussi présente. On m’avait enlevé mes parents, on les avait tués et on venait de me séparer de ma jumelle, de celle autour de qui mon monde tournait. Dommage pour le reste du monde, on venait de m’enlever ma soupape de sécurité.

Ma main se dirige vers mon poignet et comme à chaque fois, j’ai un coup au cœur de me rendre compte que mon bracelet ne s’y trouve pas. Je le récupère sur mon bureau et l’observe. Je suis, devant lui, entre amour et haine féroce. De l’amour pour Kyara qui est celle qui m’a fait ce bracelet quand, enfants, nous étions encore heureux et qu’elle ne me manquait pas autant. De la haine envers ‘l’oncle’ qui m’a recueilli, me séparant de ma jumelle et qui avait détruit également le dernier souvenir que j’avais pu emporter d’elle. Cet homme… Si l’occasion m’était donnée, je le détruirais de mes propres mains !

Je resserre ma poigne sur mon bracelet et ait demi-tour, dévalant l’escalier. Si je dois reconnaître quelque chose au vieux, c’est qu’il a du fric… et une belle maison qui doit déclencher des jalousies dans le village. J’échangerais ma place volontiers si cela me permettais de retrouver Kyara.
J’ouvre la porte d’entrée quand la voix la plus honnie de ma vie se fait entendre.

« Alec, où comptes-tu aller ? »


Loin de toi ? Loin de cette prison ? De cette cage ?
Je me retourne brusquement pour l’observer. Lui, grand et sec, bruns aux yeux bleus. Ceux-ci étaient si quelconques face à ceux de Kyara, mais ils arrivaient à me rappeler chaque jour ce que j’avais perdu… Elle.
Et maintenant, c’est lui que je dois me taper. Et franchement, mon envie de lui arracher les yeux était de plus en plus forte chaque jour. Son sourire désopilant me donnait envie de le lui découper en face de Joker… Oui il ramenait décidément en moi des envies de violence.

« Dehors. Comme tu dois t’en douter, y a une raison après tout à ce que j’ouvre la porte d’entrée. »
« Ne fais pas ton petit malin Alexandre. »
« Je ne sais pas d’où te vient cette idée d’écorcher mon nom, mais je m’appelle Alec, pas Alexandre… Trou-duc. »


La rage apparaît sur son visage, l’enlaidissant encore un peu plus. Déjà qu’il n’était guère beau à l’origine… Il s’approche de moi avec pas rapides et saccadés, je sais ce qui va se passer, je tente de l’éviter mais je n’ai certainement pas son expérience. Je me prends la gifle en plein visage, m’ouvrant la lèvre. Mais il est assez proche pour que même avec mon peu de connaissance sur le combat, je puisse lui porter un coup dans son genou. Prends ça le cinglé.
Les coups, j’en ai l’habitude, la douleur et le sang, ça ne me fait pas peur. Si tu voulais me mater, fallait pas me retirer Kyara, tu n’as maintenant plus aucun moyen de pression contre moi.

Je le regarde avec dédain, mais je ne devrais même pas le regarder, il ne vaut pas que je baisse les yeux sur lui.
Je fais demi-tour et je claque la porte en ressortant, un bon moyen de me défouler tout de même, même si m’occuper de lui m’avait bien plus défoulé. Au moins pour un tems, j’aurais l’esprit clair au moins pendant quelques temps.

J’avance donc dans la rue sans faire attention au reste. Pourquoi de toute façon ?
J’étais dans un village pourri, avec des habitants pourris et une grosse envie de fuir. Que je ne pouvais pas réaliser… Putain, j’avais l’impression d’être un prisonnier avec ce dessin sur mon visage.

Je ne m’en rends pas compte, mais j’arrive dans le parc du village. Mini le parc, entendons-nous bien. Mais au moins il possédait pas mal d’arbres qui me permettaient de rester caché aux yeux curieux des habitants.
Je retrouve d’ailleurs rapidement mon arbre, je ne sais même pas pourquoi c’est mon arbre. Il n’est ni gros, ni beau. En fait, on dirait qu’il est en train de mourir mais bon, c’est mon point de repère dans cette vie.

J’étais assis depuis quelques minutes au pied de mon arbre quand une silhouette projeta son ombre sur moi… Enfin ombre c’est vite dit car il n’y avait que peu de soleil dans la région où je me trouvais. Je relève les yeux pour croiser le regard d’une petite fille rousse… Enfin petite fille, elle avait juste quelques mois de moins que moi. En croisant mon regard, son sourire diminua un instant mais finit par revenir. C’est surprenant sachant à quel point mon regard était insoutenable depuis quelques jours.

Elle fouille un instant dans la petite besace qu’elle possède et me tend un mouchoir avec un petit sourire.

« Tu saignes. C’est quelqu’un qui t’a fais mal ? »

« T’occupes. »


Oublie-moi donc petite fille et reprend ton chemin.
J’accepte tout de même son mouchoir car je peux maintenant me rendre compte que je saigne effectivement pas mal. Le mouchoir contre ma lèvre, je ne lâche pas mon observation de la petite fille rousse devant moi qui a, elle aussi, continué à m’observer. Elle est jolie, je peux m’en rendre compte même si pour moi, personne n’égalera jamais Kyara. Sa beauté est différente, sans que je ne puisse vraiment le décrire. Mais ce sont surtout ses yeux que je ne lâche pas du regard. Ses magnifiques prunelles grises qui se posent sur moi et ne me lâchent pas. Enfin, je me rattrape, elles me lâchent, pour se poser sur ma main libre, plus précisément sur mon bracelet.

« Pourquoi tu ne le répares pas ? »
« Car il y a des choses qu’on ne peut pas réparer, qui reste brisé. »

« C’est un bracelet, cela se répare toujours. »


Non, pas ce bracelet. Le réparer signifierait que ma relation avec ma sœur est réparée, je ne le ferais que quand je la retrouverais. Mais elle ne peut pas le comprendre. Alors je hausse les épaules et détourne mon regard d’elle pour observer le parc où je me trouve.
Je pense qu’elle est partie maintenant qu’elle a obtenu ses réponses et qu’elle m’a donné son mouchoir mais ce n’est pas le cas. Elle s’installe soudainement à côté de moi. Je n’ai pas le temps de réagir (qu’aurais-je pu faire de toute façon ? Crier ? Me relever ?) qu’elle reprend la parole.

« Je m’appelle Callie au fait. Et toi ? »

« Tu ne veux pas juste me lâcher ? »


Elle me fait un petit sourire malicieux qui me fit comprendre que sous sa carapace de petite fille sage devait se cacher en réalité une fille taquine et forte.

« Non. Je suis têtue. »

Le silence pendant un instant. Mais elle n’abandonnera pas alors je cède.

« Alec. »


Son sourire s’agrandit et elle prend la même position que moi. Adossée à l’arbre et regardant l’horizon. Moi je l’observe. Elle ne parle plus, comme si elle avait compris que je souhaitais le silence. Finalement un fin sourire étire mes lèvres, la situation n’est peut être pas aussi catastrophique qu’elle en a l’air. Peut être que le temps jusqu’à ma majorité, jusqu’à mes retrouvailles avec Kyara pourra passer rapidement et d’une façon plaisante. Peut être…
Revenir en haut Aller en bas
 
[Alec-1] Une histoire, un partage
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vamp Academy :: Archive :: Alec-
Sauter vers: