Forum d'écriture privé
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ne pars pas [Jane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Un chef pas très bien traité
Messages : 59
Age : 612
MessageSujet: Ne pars pas [Jane]   Lun 6 Fév - 17:28


Ne pars pas

Deux heures, que je me suis confronté à Effy, et malgré ça, ma colère ne diminue pas. Elle est toujours là, toujours aussi violente, et je ne suis même plus certain de savoir après quoi je suis en colère. Après Effy ? Après moi-même ? Après notre dispute ? Après ces humains, qui ne cesse de mettre le bordel entre nous ? Je suis en colère, après toutes ces choses à la fois, et incapable de me calmer. A vrai dire, ce n'est que pire, depuis qu'Effy est parvenu à m'échapper. Cela aussi, je ne sais pas si cela m'énerve, si je suis colère de la savoir dehors, en danger, livré à elle-même, ou si je suis juste inquiet, pour elle. J'ai dû mal à comprendre tous les ressentis qui se mélange, et à mon plus grand malheur, cette journée est encore loin d'être fini. Je ne peux même pas prendre cinq minutes de repos, pour me calmer, au contraire de ce que semble penser Effy, j'essaie bien, de sauver Jake, et il faut aussi que je gère cela. J'ignore combien de fois, je m'en suis pris au gars, par colère, par ras le bol, mais heureux pour eux, ils n'ont pas chercher à me rendre la pareille, ce qui aura éviter de déclencher une dispute plus flagrante encore, au sein du groupe. Au fond, je suis persuadé que l'unité n'attend que ça, ils sont déjà parvenu à avoir Jake, ils n'attendent plus que nous détruire, nous séparer, pour réussir à tous nous avoir. C'était la raison pour laquelle je ne souhaitais pas qu'Effy parte. Parce qu'elle était en danger, à l'extérieur. Je ne la sous estimais pas, je savais que d'une certaine manière, elle était peut-être plus à même que nous, de se défendre, mais je craignais ce qu'ils pouvaient avoir monté contre elle. Parce que je ne doute pas qu'ils monteront un plan contre elle, comme ils ont dû le faire pour Jake.

J'ai passé une heure de plus, au sous-sol, à torturer Nigel. Oui, je n'aurais peut-être pas dû retourner là-bas, alors que c'est ici, que ma dispute avec Effy, à éclaté pour de bon, que Nigel a été témoin, de tous ce qu'il s'est passé, entre elle et moi, qu'il est en mesure de m'énerver plus encore, en me provoquant à son sujet, mais cela me permet de lui rendre coup pour coup, de me montrer plus cruel, avec lui, que je ne l'ai jamais été, et au moins, avec lui, je n'ai pas besoin de regretter mes gestes. D'ailleurs, au bout de tous ces mois de torture, c'est aujourd'hui, que je finis par lui ôter la vie. Une provocation de trop, qui m'aura pousser à lui arracher un cri de plus, avant de retirer son cœur de sa poitrine. J'ai laissé le corps derrière moi, quelqu'un viendra nous en débarrasser, ou je le ferais, une autre fois, mais  de suite, je ne tiens pas à jouer à la femme de ménage, alors j'ai laissé la cellule en désordre. De toute façon, ce n'est pas Nigel, au vu de son état, qui allait s'enfuir. Au fond, peut-être que je devrais garder son cœur, pour l'accrocher quelque part, dans le salon, en guise de trophée. Oui, ce n'est pas une mauvaise idée. Je ramasse son cœur, avant de remonter dans le salon, déposer le cœur sur la table, pour m'en occuper plus tard, et rejoindre l'étage des chambres, pour me laver, et me changer. Ce serait bienvenu, parce qu'entre mon altercation avec Effy, et cette heure passait, en compagnie de Nigel, mes vêtements ne ressemblent plus à grand chose, sans compter que je suis couvert de sang. Je passe près de la chambre de Jane, pour regagner la mienne, et m'arrête à sa hauteur quelques instants. J'écoute, je ne cherche pas à l'espionner, juste à savoir si elle va bien, mais comme je n'arrive pas à le deviner, rien qu'au son, je finis par pousser la porte, pour la rejoindre, sans vraiment faire attention que j'aurais sans doute mieux fais d'aller me changer, avant de venir la voir. De toute façon, elle a déjà vu pire, les membres de l'unité ne sont pas des anges, et elle a été avec eux, un certain temps, alors elle déjà dû les voir agir.

« Est-ce que tu vas mieux ? »

Je l'interroge, même si elle semble être plus en forme que lorsque je l'ai vu, un peu plus tôt dans la journée, cela ne signifie pas pour autant, qu'elle va mieux. Après cette journée, je suis bien placé pour savoir que le cœur, n'a rien avoir avec le corps. Ce n'est que lorsqu'elle se décale, pour se retourner vers moi, que je fais attention à cette valise, posait sur son lit, et qui semble se remplir doucement. Qu'est-ce que ça signifie, au juste, Jane ?

« Qu'est-ce que tu fais ? »

Sa valise, oui, mais pourquoi ? J'espère que tu n'as pas l'intention de t'en aller. J'ai déjà échoué à retenir Effy, ne compte pas sur moi pour te laisser partir, toi aussi. Je m'approche d'elle, sans la toucher pour autant. Ma colère m'empêche encore de canaliser mes gestes, et je préfère éviter de lui faire du mal, à elle aussi. Je cherche juste à capter son regard, qu'elle évite, un long moment, mais que je réussi à croiser quand même. Pourquoi voudrais-tu partir, Jane ? Je ne comprends pas. Est-ce que tu n'es pas bien, ici ? Est-ce que tu manques de quelque chose ? Il suffit de me le dire, pour que je change ça.

« Tu ne peux pas partir »
acidbrain

_________________
I would find you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 34
Age : 306
MessageSujet: Re: Ne pars pas [Jane]   Lun 6 Fév - 18:28

Ne pars pas

   

Je crois que je n’ai pas ma place ici. C’est dommage, parce que je passais réellement de bons moments, surtout en la compagnie de Gabriel, et pour une fois je me sentais bien, en sécurité. Sauf que je ne sais pas quoi faire pour que tous m’accepte, certains ne me détestent pas, certains ont des doutes et d’autres me font clairement ressentir leur mépris, comme Effy par exemple et Bastien depuis peu. J’ai vraiment fait des efforts Gabriel, j’ai vraiment essayé de me faire accepter, mais je ne peux pas les forcer à m’aimer et je ne suis pas sûre que cette situation soit envisageable sur le long terme. Surtout après que ça ait dégénéré entre elle et moi aujourd’hui.

Je n’aurais peut-être pas dû gifler Effy, mais il y a un moment où je ne peux simplement plus supporter son arrogance. Je veux bien que tu ne m’aimes pas, mais qui es-tu pour juger ce que je vaux ? N’oublies pas que tu es une moroï Effy et malgré ta puissance je suis beaucoup plus âgée que toi, alors de ce fait je crois que tu me dois un minimum de respect. Sauf qu’il semblerait que ce mot tu ne le connaisses pas, alors oui, cette gifle était amplement méritée et crois-moi, je me suis retenue de te faire plus mal. Ce n’est pas son cas apparemment. Est-ce que la chute dans les escaliers a été douloureuse ? Assez oui, mais ça a surtout éveillé cette colère en moi. Ne penses pas que parce que tu es proche de Gabriel je te laisserais m’attaquer sans riposter. Sauf que vous voyez, je n’avais pas prévu qu’elle puisse me retourner un os à distance. Ce serait bien que de temps en temps, on me mette au courant des capacités de chacun ici.

Finalement le combat n’a même pas lieu d’être, les garçons débarquent pour m’aider et Effy s’enferme dans sa chambre. En général je ne me mets pas facilement en colère, mais je vous jure qu’à cet instant je boue de l’intérieur, surtout d’avoir perdu aussi vite contre elle. C’est idiot de penser comme ça, au final je m’abaisse à son niveau, mais c’est vrai que sur le moment, j’ai regretté de ne pas avoir eu la chance de lui faire plus de mal. Après m’avoir remis l’os en place et arraché un nouveau cri, Gabriel nous fait évacuer du manoir et on se doute très bien pourquoi.

Ce n’est pas plus mal que je me retrouve dehors, ça me permet de me calmer et de laisser ma colère redescendre, un tant soit peu en tous cas. C’est d’ailleurs dehors que je décide de prendre cette décision. Je n’ai pas envie que ma présence détruise ta famille Gabriel et pour l’instant c’est ce qu’il se passe. Alors dès lors que je retourne au manoir, je m’en vais dans ma propre chambre et commence à faire mes valises. Je sais que tu m’en voudras de cette décision, mais crois-moi je ne le fais pas par plaisir mais pour le bien de tous. J’aurais préféré en revanche que tu ne débarques pas au moment où je fais mes valises. Je le vois devant moi, couvert de sang, j’ignore celui de qui, mais la personne sur qui il a évacué sa colère a bien dû regretter son existence.

- Je vais bien.

Mes blessures ont soigné, plus de traces du passage d’Effy, c’est l’avantage d’être mi-strigoï. Mon corps va bien oui, mais mes pensées sont troubles si tu veux tout savoir. Je fuis son regard au moment où le sien se porte sur la valise qui trône sur mon lit. A ton avis Gabriel, qu’est-ce que je fais ? Je pense que c’est assez évident. J’essaie de le fuir et c’est peut-être lâche de ma part, mais je me suis toujours sentie faible face à lui, toujours prête à céder à ses demandes. Je finis tout de même par poser mon regard dans le sien lorsqu’il me dit que je ne peux pas partir, parce qu’il faut qu’il comprenne la situation, il faut qu’il saisisse que cette situation n'est plus envisageable.

- Je n’ai pas envie de détruire ta famille Gabriel. Je n’ai pas envie que tu te battes avec Effy à cause de moi. Je t’avais dit l’autre fois que je n’avais pas ma place ici, maintenant tu l’auras vu de tes propres yeux.

Les choses ont complètement dégénérées ce soir Gabriel et tu ne pourras pas le nier. D’abord Effy et moi, ensuite Effy et toi, évitons que nous nous disputions aussi toi et moi. Je détourne à nouveau mon regard du sien, pliant un nouveau tee-shirt sur mon lit avant d’aller la poser dans la valise.

- Je ne voulais pas que les choses se passent ainsi...

(c) khάη

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Un chef pas très bien traité
Messages : 59
Age : 612
MessageSujet: Re: Ne pars pas [Jane]   Lun 6 Fév - 19:39


Ne pars pas

Qu’est-ce que j’ai fais, pour me retrouver dans une situation aussi merdique ? Est-ce que c’est moi, qui est déclenché ça, parce que je gère mal quelque chose, ou est-ce une autre raison ? J’ai eu aujourd’hui, la pire dispute que je n’aurais jamais pu avoir avec Effy, j’ai perdu l’unique chance, de parvenir à la retenir, et à l’heure qu’il est, elle se retrouve livrée à elle-même, peut-être en danger, et je ne peux pas faire grand-chose. Je pourrais partir à sa recherche, mais je ne suis même pas sur que cela arrangerait les choses, si je parvenais à la retrouver. Peut-être, si elle se retrouvait en mauvaise situation, mais pas d’en d’autre circonstances. Parce que même si j’ai réussi à me calmer, en partie, je suis toujours énervé, par la tournure des choses, comme elle, s’en doute, alors je peux juste m’inquiéter pour elle, et attendre, avec l’espoir qu’elle revienne. Je passe mes nerfs, aussi, pour faire redescendre cette colère, qui me bouffe de l’intérieur, mais même m’en prendre à la vie de Nigel ne me calme pas, même lorsque je l’empêche de manière définitive, de me provoquer une nouvelle fois. J’avais prévu de te faire souffrir encore de longues semaines, mais je n’en peux plus, de t’entendre. Alors tu auras perdu la vie ce soir, et tu finiras en trophée, accroché quelque part dans le salon.

Je monte me changer, à l’étage, parce que j’empeste l’odeur du sang sec, de la mort.. Du moins, me changer était mon objectif, mais je m’arrête en cours pour prendre des nouvelles de Jane, pour savoir si elle va bien. C’est elle, qui a du subir les attaques d’Effy, et pour les avoir encaisser ces attaques aussi, aujourd’hui, je sais que cela peut être douloureux, et moi, au contraire de Jane, je suis Strigoï, jusqu’au bout, alors je ressens la douleur, de manière différente d’elle. Je prends de ces nouvelles, en vitesse, je n’avais pas l’intention de l’embêter plus que cela, sans doute a-t-elle envie de se reposer, sauf que même cette discussion, ne se déroule pas comme je l’espérais. Il faut croire que c’est moi, qui merde à chaque fois, Jake, n’est plus là, Effy est partie, et tu souhaites t’en aller toi aussi. Pourquoi ? Pourquoi est-ce que vous décidez tous de choisir la même période, pour abandonner ? Pourquoi est-ce que toi, tu pars ? Je t’ai ramené ici, parce que je souhaite avoir un œil sur toi, tu sais très bien cela, alors pourquoi est-ce tu décides de partir, quand même, malgré cela ? Est-ce que tu crois que c’est la solution ? Que c’est ce qui arrangera la situation ? Que parce que toi, tu pars, Effy reviendra ? Cela ne se passera pas comme ça, Jane. Tu peux partir, Effy ne reviendra pas, et je n’irais pas lui transmettre ton départ, de toute façon, parce que ce n’est pas l’une, ou l’autre, que je souhaite, mais vous deux. Parce que je souhaite t’avoir à mes côtés, mais que je ne renoncerais pas à Effy, pour cela. Parce que je souhaite aussi avoir Effy à mes côtés, mais que je ne te laisserais pas partir.

« Nous sommes tous sur les nerfs, l’unité en a après nous, et elle profite de nos faiblesses pour attaquer, ça finira par se tasser »

Et Effy, finira par se calmer, lorsque nous aurons réussi à récupérer Jake, parce que c’est aussi ce qui nous met sur les nerfs, à tous. Mais de toute façon, partir, n’arrangera rien. Effy me reproche déjà de t’accorde plus de temps, trop de temps, ça ne sera que pire, si je dois assurer ta protection ailleurs, qu’ici. Je ne voulais pas non plus que ça se passe de cette manière. Mais tu ne peux pas abandonner, et partir. Cette place, tu l’as, je t’assure. Tu l’as, bien plus que n’importe qui, puisque tu étais là, avant la grande majorité d’entre eux. La dispute a été douloureuse, parce que c’est avec Effy, quelle a éclaté, et que cette dernière, et capable de faire de grave dégâts, de n’importe qui d’autre, tu te serais à peine rendu compte de sa disparition. Je l’attrape par la taille, mais ne cherche pas à la pousser à se retourner. Je préfère autant qu’elle ne lise pas la colère, qui s’est ravivé sur mon visage, à cause de cette décision. Je la pousse juste à reculer, contre mon torse, et parler directement à son oreille.

« Ne pars pas, n’abandonne pas à la première épreuve »

Parce que ça ne te ressemble pas. Qu’il s’agisse de l’ancienne Jane, ou de celle que tu es aujourd’hui, je me suis rendu compte que tu n’étais pas du genre à abandonner, alors ne le fais pas, encore moins pour une autre personne. Parce qu’Effy t’aura poussé à le faire. Je n’ai pas envie que tu partes, et crois moi, ce n’est pas juste pour me donner bonne conscience, après ce qu’il s’est passé, parce que je retiendrais que peu de personne. Après tout, je n’ai même pas retenu Jake, lorsqu’il a voulu partir, quelques années.

« Dis-moi, ce que je dois faire, pour que tu restes »

Dis-moi, et je n’hésiterais pas à le faire, peu importe ce que tu me demanderas, je mettrais tout en œuvre pour que tu l’obtienne. Tous ce que je peux faire en tout cas. Ne me demande juste pas, de mettre Effy à la porte, parce que c’est une chose qui n’arrivera pas.
acidbrain

_________________
I would find you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 34
Age : 306
MessageSujet: Re: Ne pars pas [Jane]   Lun 6 Fév - 22:45

Ne pars pas

   

Je n’apprécie pas la situation actuelle Gabriel, je n’aime pas être en partie la cause de toutes ces disputes, même s’il ne s’agit pas que de moi, je me trouve quand même mêlée à tout ça alors que j’ai tout fait pour l’éviter. J’aimerais que vous puissiez me pardonner de ne pas être capable de vous aider. J’aimerais pouvoir ramener Jake parmi vous et régler tous vos problèmes. Alors oui, je m’en veux de ne rien pouvoir faire pour vous, si ce n’est vous détruire un peu plus en créant des tensions. Pardonne-moi Gabriel, je sais que tu m’en voudras pour cette décision, que tu ne l’approuveras pas, mais crois-moi c’est mieux pour tout le monde si je m’en vais. Je t’avais dit depuis le début que ce n’était pas une bonne idée, maintenant tu en as la preuve.

Tu penses que c’est à cause de l’unité ? Tu penses que ce sont eux qui nous manipulent et détruisent tout ? Tu as peut-être raison, après tout ça fait totalement partie de leurs stratégies, s’insinuer chez l’ennemi et tout ravager, tous les séparer. Je les ai déjà vu à l’œuvre, je les ai déjà vu détruire d’autres familles comme la tienne, sauf qu’avant ça ne me touchait pas parce que je n’en faisais pas partie. Aujourd’hui je me dis juste qu’ils ont peut-être gagné avec nous aussi tout compte fait. Tu penses que ça finira par se tasser ? Je pense que ça ne fera qu’empirer, surtout si on ne retrouve pas Jake et qu’Effy ne revient pas. Retirez les éléments importants d’une famille et tout le reste s’écroule. Sache que ce sera toi le prochain visé Gabriel.

- Ça ne se tassera pas, ils n’arrêteront pas avant d’avoir gagné.

Je n’ai pas envie de te mentir après tout, autant que tu saches ce qui t’attend. Je serais toujours là pour t’aider en cas de besoin Gabriel, mais pas ici, pas en restant dans ce manoir. Je sens ses mains se poser sur ma taille, ce qui me stop dans mes actions. Mon dos se retrouve contre son torse mais mon visage est tourné de l’autre côté car je ne tiens toujours pas à lui faire face, je ne tiens pas à céder encore une fois. J’entends son murmure, cette demande de ne pas abandonner à la première épreuve. Je n’ai pas envie d’abandonner Gabriel, mais je ne sais pas non plus quoi faire pour me faire accepter des tiens. S’il n’avait été question que de l’unité je saurais y faire face, mais là il s’agit de ta famille Gabriel et je n’ai aucune idée de comment manœuvré pour m’intégrer parmi eux.

Mais tu as peut-être raison au fond, peut-être que j’abandonne trop vite, peut-être que je n’ai pas assez essayé. Je ferme les yeux quelques secondes, réfléchissant à la question. Tu vois je me sens déjà prête renoncer à mon départ alors que tu n’as prononcé que trois phrases. Je ne peux pas m’empêcher de ressentir ce pincement au cœur lorsqu’il me demande ce qu’il doit faire pour que je reste. Je rouvre les yeux et me tourne vers lui, déposant délicatement une main contre sa joue, détestant voir cette expression de détresse dans son regard.

- Je n’ai pas besoin que tu fasses quelque chose pour moi Gabriel, tu m’as déjà offert plus que je ne pourrais t’offrir en retour. Fais juste en sorte de protéger les tiens comme tu l’as toujours fait, n’abandonne pas. Ne l’abandonne pas elle non plus.

Parce que je sais que tu tiens énormément à cette fille et même si elle et moi ne nous entendrons probablement jamais, je ne pourrais jamais te demander de l’abandonner pour rester, je ne suis pas ce genre de femme. Mon regard toujours plongé dans celui de Gabriel, ma main toujours contre sa joue, j’ignore ce qui me passe par la tête à ce moment-là, mais l’instant suivant mes lèvres se retrouvent bel et bien collées aux siennes pour échanger un baiser qu’il ne semble pas refuser. Le baiser dure de longues secondes, suffisamment longtemps pour que j’ai le souffle court une fois que qu’il se rompt. Et alors je réalise ce qu’il vient de se passer et ouvre de grands yeux.

- Excuse-moi je ne sais pas ce qui m’a pris...

Je me tourne immédiatement, me retrouvant dos à lui, fuyant à nouveau son regard, un peu honteuse. Bon sang mais qu’est-ce qu’il m’a pris ? En temps normal je n’aurais absolument pas honte de venir chercher un baiser et même plus encore, mais là je ne pense pas que ce soit le bon moment pour ça, pas alors qu’il est encore en colère et vient de se disputer avec Effy. En fait je me retrouve bêtement là à lui offrir mon dos et ne pas savoir quoi faire.


(c) khάη

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Un chef pas très bien traité
Messages : 59
Age : 612
MessageSujet: Re: Ne pars pas [Jane]   Mar 7 Fév - 0:12


Ne pars pas

Pourquoi est-ce que tu fais ta valise, Jane ? As-tu envie de partir, ou n’est-ce que ces événements, qui te pousse à prendre une cette décision ? Je pourrais accepter, que tu veuilles partir pour toi, je crois, mais si c’est en raison de toutes ces choses, qui se sont enchaînés, qui on dégénérer, cela risque de me faire perdre mon calme, déjà que je n’en possède pas beaucoup, aujourd’hui. Je n’ai jamais été très expressives, face à mes attaches, mais j’ai déjà brisé quelque chose avec Effy ce soir, peut-être même que je l’ai perdu, ne m’oblige pas à te perdre toi aussi, parce que je n’arriverais pas à te laisser partir, sans rien faire. Je ne peux plus rien faire pour la sécurité d’Effy, permets moi au moins de continuer d’assurer la tienne. Tu n’es pas responsable de toutes ces disputes, Jane, bien au contraire. C’est l’unité, qui nous pousse à bout, qui essaie de nous détruire, de nous éloigner les uns, des autres. Elle a déjà réussi a faire pas mal de dégâts, si tu t’en vas, ce ne sera que pire. J’ai déjà pris conscience de toutes mes erreurs avec Effy, ce soir, de mon incompétence, à lui offrir ce qu’elle souhaite, ne me fait pas, en plus, échouer avec toi. L’unité n’abandonnera pas, avant d’avoir gagner, tu as raison, et c’est la raison pour laquelle nous ne la laisserons pas gagner. Nous sommes un groupe, soudé, et celui qui leur résiste, depuis des mois.

« Ma priorité va à Jake, mais lorsque j’aurais réussi à le sortir de là, on montera un plan, ensemble, on attaquera, et on gagnera »

Ou alors, on perdra, peut-être, mais on perdra ensemble, et on aura été fier, et souder, jusqu’au bout. Tu dois me croire, après aujourd’hui, je ne leurs laisserais plus prendre de l’avance sur nous, même si nous sommes obliger d’attaquer, petit à petit, je n’hésiterais pas à manœuvrer de la sorte, pour que l’on parvienne à s’en sortir, tous ensemble. Mais pour cela, il faut que tu sois à nos côtés, jusque là. Tu ne dois pas partir. Tu ne peux pas partir. J’attrape sa taille, pour la pousser à se rapprocher de moi, à s’appuyer contre mon torse. Je n’ai pas besoin de voir ton visage, j’ai juste besoin que tu comprennes que je ne peux pas accepter l’idée que tu partes. Je ne veux pas que tu abandonnes aussi vite. Je n’ai jamais prétendu que c’était facile, de vivre avec nous, ça ne peut pas toujours être joyeux, tu es tombée sur une maya siècle période, malheureusement, mais je te promets que c’est pas toujours comme ça. Alors continues à te battre, ne pars pas, et tu verras que tu as ta place à mes côtés. Je murmure ces quelques mots, à son oreille. Dis-moi, n’importe quoi, et si c’est ce qu’il faut, pour que tu restes, je n’hésiterais pas à faire le nécessaire, pour que tu l’obtienne. Je desserrer ma prise sur sa taille, pour lui permettre de se retourner vers moi. Je sens sa main, glissée contre ma joue, et ce contact me calme, en quelque sorte. Il ne me permet pas de retrouver mon sang froid, mais il me calme, en partie. Tout ce que j’ai déjà fais pour toi, je ne l’ai pas fais par intérêt, Jane, je ne l’ai pas fais pour avoir un quelconque retour de ta part, je l’ai fais parce que je tenais à ta sécurité, je tenais à t’avoir à mes côtés.

« Je ne pourrais jamais abandonné, ni Effy, ni personne de cette famille, pas toi, non plus »

Je n’abandonne pas ma famille, alors je ne t’abandonne pas toi non plus, tu ne peux pas partir. Je ne veux pas que tu partes, alors prends au moins le temps de réfléchir. Ne t’en vas pas de suite, réfléchi, pose toi, et ne pars pas sur un coup de tête, parce que tu penses que ce sera le mieux, alors que ce n’est pas vrai. Je me retrouve avec ces lèvres, contre les miennes, et je ne cherche pas à la repousser. Parce que je suis pris par surprise, mais aussi parce que je n’ai pas envie de la repousser. Elle s’écarte d’elle-même, et sur le moment, je ne comprends ni ce qu’il s’est passé, ni la raison pour laquelle elle s’excuse, et me fui de la sorte. Ce n’est qu’un baiser, pourquoi en avoir honte ? D’autant plus que cela semble être un baiser, que nous désirions tous les deux. Alors ce n’est peut-être pas le moment le plus adapter. Au contraire, c’est sans doute le pire moment, après les reproches que nous a renvoyer Effy, mais nous sommes adultes, et cela ne regarde que nous, de toute façon, non ? Je m’approche d’elle, mais cette fois-ci, je ne me contente pas de son dos. J’attrape ces mains, et la pousse à me faire face. Cette fois, c’est moi, qui vient caresser sa joue, pour la rassurer.

« Ne t’excuse pas, ne t’excuse jamais pour les autres. Nous n’avons rien fais de mal »

Je regrette bien des choses, avec Effy, mais pas ce qui te concerne. Peu importe ces caprices, je ne la laisserais pas ce mettre entre nous, ou détruire ce que nous avons. J’ai accepté son bonheur, avec Jake, même si je n’étais pas ravi, de remettre son bonheur entre les mains d’un autre homme, il faudra bien qu’elle accepte que moi aussi, je puisse l’être. Je ne peux pas prévoir l’avenir, j’ignore combien de temps les choses seront comme ça, mais pour l’instant, il semblerait que cette personne, apte à me rendre heureux, c’est toi.

« Moi, je ne m’excuserais pas »

Bien au contraire, j’approche ces lèvres des miennes, et lui voler un nouveau baisser. Tu aurais pu être désolé, si ce n’était pas ce que je souhaite, mais en l’occurrence, ce baiser, même si je ne l’aurais pas provoquer aujourd’hui, je le désirais aussi. Et d’une certaine façon, j’espère aussi que cela te fournira une bonne raison de rester.
acidbrain

_________________
I would find you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 34
Age : 306
MessageSujet: Re: Ne pars pas [Jane]   Mar 7 Fév - 23:05

Ne pars pas

   

Tu as énormément de courage Gabriel, je pense que ta famille ne te le dis pas assez. Il faut beaucoup de courage, pour encaisser toutes ces épreuves, les accepter et les surmonter. Il en faut tout autant, pour pouvoir diriger une famille si grande et complexe qu’est la tienne. Tu es un bon chef, et même si parfois il t’arrive de faire des erreurs, tu ne devrais pas douter de toi, car après tout l’échec permet aussi d’apprendre. Moi je suis fière de pouvoir faire partie des tiens, rassurée d’avoir quelqu’un comme toi pour veiller sur nous. Pourtant je ne te croyais pas à notre rencontre, quand tu parlais de cette famille, quand tu évoquais le fait que je pouvais en faire partie à nouveau, je ne croyais pas que c’était possible de se sentir si proche de quelqu’un, mais tu m’as appris que si.

J’aimerais pouvoir faire quelque chose pour toi, après tout ce que tu as fait pour moi. J’aimerais être capable de t’aider avec Jake, à faire face à l’unité. Qui sait, peut-être que je trouverais une solution, mais à l’heure actuelle je ne sais pas encore comment faire pour être utile. Je ne sais pas si on réussira vraiment à gagner cette guerre contre l’unité, mais au moins on essaiera et c’est vrai, j’espère qu’on réussira comme tu le prétends. Au moins tu n’abandonnes pas et même si cette guerre nous détruira tous, je préfère te voir te battre la tête haute plutôt que de baisser les bras. Tu ne dois pas abandonner, jamais, ni contre eux, ni pour ta famille. Est-ce que je suis aussi une bonne raison pour te battre ? Il semblerait que pour toi oui, alors je ne peux que l’accepter avec un sourire.

Tu vois avec tout ça tu m’en as fait oublier mon envie de partir, tu m’as donné envie de me battre moi aussi, pour trouver ma place, pour rester à tes côtés. Est-ce que c’est normal, cette attraction que je ressens envers toi depuis le début ? Est-ce que c’est normal, que je dévore ainsi tes yeux, tes lèvres et même ton corps tâché de sang ? Je devrais sûrement me reprendre, mais c’est plus fort que moi, je finis par rapprocher mon visage du sien pour goûter à ce baiser, un baiser qu’au fond je voulais depuis un moment. Je ne devrais pas me laisser aller à ce contact après tout ce qu’il se passe. Je ne devrais pas me laisser éprouver ce plaisir alors que tout le monde est en colère. Voilà pourquoi je m’excuse et me tourne, lorsque le baiser ce rompt, lorsque je réalise que j’ai choisis probablement la plus mauvaise circonstance pour me lancer.

Je sens son nouveau contact, ses mains contre les miennes qui me poussent à lui faire face, même si au départ je fuis encore son regard, avant que sa main ne vienne caresser ma joue. Tu as raison, nous n’avons rien fait de mal, mais je ne suis pas sûre de bien faire les choses pour autant. J’ai un peu de mal à savoir comment les choses fonctionnent ici, c’est tellement différent de l’unité. Sauf qu’il prononce ensuite ces nouveaux mots : moi je ne m’excuserais pas. Qu’est-ce qu’il entend par là ? Mon corps se retrouve attiré vers lui comme un aimant et alors nos lèvres échangent un nouveau baiser, plus long, plus passionné encore. Nos lèvres se séparent à nouveau et sur le moment je me dis qu’aucun homme n’a jamais réussi à me couper le souffle comme tu viens de le faire et c’est une expérience que j’ai plutôt envie de renouveler. Je regarde Gabriel alors qu'un nouveau sourire se dessine sur mon visage.

- J’aimerais recommencer et ne pas m’excuser cette fois.

Oui parfois je peux être bizarre dans ma façon d’agir et de parler, mais après tout on ne change pas. Je m’empare à nouveau de ses lèvres pour un troisième baiser, parce que jamais deux sans trois après tout et que j’en ai encore envie. Bon sang j’ai l’impression que je ne réussirais même plus à m’en passer maintenant, est-ce que c’est normal ? Et est-ce que c’est aussi normal que je veuille bien plus encore ? Je ne sais pas, mais lorsque nos lèvres se séparent à nouveau et que nos regards se croisent pour la énième fois, je ne manque pas de lui dire.

- J’espère que tu réalises que je ne me contenterais pas juste de ça, même si tu es couvert de sang et que j’étais censée faire mes valises, mais je ne doute pas de tes compétences pour me convaincre de rester.

Tu me demandais tout à l’heure ce que je pouvais te réclamer pour me convaincre de rester et bien il semblerait que j’ai trouvé, c’est toi que je veux alors après ces quelques baisers tu n’as pas intérêt de faire machine arrière.


(c) khάη

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Un chef pas très bien traité
Messages : 59
Age : 612
MessageSujet: Re: Ne pars pas [Jane]   Mer 8 Fév - 1:45


Ne pars pas

Est-ce que tu souhaites toujours partir, Jane ? Parce que je n’ai pas encore dis mon dernier mot.. Je trouverai une manière de te convaincre, je trouverais une manière pour que tu n’abandonnez pas, et reste à mes côtés. J’ai besoin de toi, Jane, même si je ne dirais jamais ces mots à voix haute. Comprends, lorsque je me suis livré à Emma, sur mes sentiments, elle n’a pas hésité à me mettre un couteau dans le dos, à partir, à la première occasion, alors je ne prendrais pas ce genre de risque avec toi. Tu n’as rien à voir avec Emma, je dirais même que tu es son exact opposé sur bien des domaines, mais je ne prendrais qu’en même pas ce risque. Tu es déjà prête à parité, je ne veux pas aggraver cela, avec des paroles qui seraient mal venu. A vrai dire, j’ai besoin d’un nombre inconciderable de chose, qui me lâche ces derniers temps. J’ai besoin d’avoir le contrôle sur la situation, j’ai besoin d’Effy, j’ai besoin de Jake, j’ai besoin de toi. Et tous pare en sucette. Je n’ai plus aucun contrôle sur la situation, je n’ai pas réussi à récupérer Jake, Effy est parti, et un menaces d’en faire de même. Je te jure que si je n’en laisse rien montrer, je ne m’en pose pas moins des doutes sur mes qualités à pouvoir gérer une famille. Cela ne veut pas dire que j’abandonnerais. Je me battrais jusqu’au bout, même si je dois chuter. Mais peut-être que ma place n’est pas à la tête de cette famille, quand je vois ce qu’il se passe, par ma faute.

Je t’en pris, ne pars pas, Jane, je ferais n’importe quoi, pour que tu restes, pour que tu comprennes que tu ne peux pas partir. Demande moi, n’importe quoi. Je le ferais. En fin de compte, c’est elle, qui agit, et m’offre une nouvelle raison de me battre, pour qu’elle reste ici. N’espère pas que je puisse te laisser partir après ça, peu importe que tu regrettes, que tu te sois laisser emballer par l’émotion. Ce baiser, j’en avais envie, sans oser le provoquer. Cela aurait été mal venu, de profiter de la situation. A vrai dire, il existe des tas de raisons pour lesquels je ne me serais jamais lancer aujourd’hui. Ma discussion avec Effy, le souvenir d’Emma, ma colère, sans compter que je ne voulais pas que tu me reproches d’échanger un baiser avec toi, juste pour te retenir. Je ne voulais pas que tu prétendes que ce n’était pas sincère. Au moins, maintenant que c’est venu de toi, tu ne pourras pas me rapprocher d’en profiter. Tu ne pourras pas me rapprocher d’avoir de mauvaise fin. En revanche, je ne suis pas certain d’apprécier que tu te caches, pour m’avoir embrasser. Pourquoi agis-tu ainsi, d’ailleurs ? A cause de ce qu’il s’est passé aujourd’hui ? C’est vrai, ce n’est pas le moment idéal, mais nous sommes deux adultes, et si cela gêne quelqu’un, je l’attends de pieds fermes. Alors tu ne devrais pas t’excuser, ni avoir honte. Tu me semblais bien plus sur de toi, dans cette grotte, lorsque tu disais vouloir mon corps.

Je la pousse à se retourner vers moi, à me faire face, à supporter mon regard. Vois que moi, je ne regrettes rien, que je ne t’en veux pas, d’avoir choisi ce moment, pour passer à l’acte. Tu m’as pris par surprise, oui, mais tu n’as pas joué d’un moment de faiblesse non plus. Ce baiser, je le voulais, alors il n’y a rien de mal, derrière. Il n’y a rien de mal à ce que j’en demande un second. Que j’en profite un maximum. Je ne sais même pas si c’est un baiser d’adieu, que tu souhaitais me donner là, alors autant que j’en profite, tant que je peux en avoir. Et en même temps, j’essaie de lui montrer toute mon envie de la voir rester ici. Quoi que, peut-être pas ici, peut-être pas dans cette chambre, d’ailleurs. En faite, tu avais raison, Jane, tu n’as pas ta place dans cette famille, t’as place est bien plus haute, à mes côtés. Un nouveau baiser s’échange entre nous, qu’elle demande d’elle-même, et que je ne lui refuse pas. Je préfère ça. Parce qu’autant te dire, Jane, que si l’on franchi ce cap, je ne me cracherais pas, alors autant que tu n’en ai pas honte, ou alors, vaut mieux s’arrête la, et que je reparte dans ma chambre. Et tu veux savoir quelque chose ? Je suis bien heureux d’entendre les paroles qui suivent.

« Si c’est là, les désires de madame, qu’ils puissent être exaucé »

J’en rajoute un peu, mais tu viens de m’offrir l’idée pour te pousser à rester, et en plus de cela, c’est une chose qui me ferait très plaisir. Alors que demander de mieux ? Tu ne te souviens peut-être plus de nos anciennes rencontres, mais moi je m’en souviens, Jane, et je sais aussi, de mémoire, ce qui te fait craquer. Je l’attrape par la taille, pour la décaler, le temps de virer cette valise. Elle n’était pas la bienvenu, et elle gênait. Je repousse Jane, pour la faire tomber sur le matelas, me plaçant au dessus d’elle. Je ne la touche pas de suite, je m’occupe à retirer mon propre tee-shirt d’abord. D’un, tu auras une meilleure vue, deux il commençait à me coller à la peau, trois, il empeste la mort, et pour un moment comme celui-là, c’est pas génial. Et après ça, je me penche près d’elle, déposant plusieurs baisers le long de sa gorge. Est-ce que tu crois que ce genre d’acte, entre nous, pourrait te rappeler des souvenirs ? Au fond, je pense à cela, plus pour toi, que pour moi, parce que moi, cela ne me dérange pas, de commencer une nouvelle histoire avec toi, aujourd’hui, sans rien d’autre que nos propres idées, pour bousculer nos choix. Je retire son premier vêtement, avec délicatesse, et laisse mes lèvres glissaient jusqu’à sa poitrine. Pour la première fois de ma vie, j’ai envie de faire les choses bien, en délicatesse, et sans brûler les étapes.

« Si tu menaces encore de partir, après ça, je jure de t’attacher à mon lit »

Et je fais cette réflexion de manière tout à fais sérieuse. Tu ne pourras plus prétendre partir, après ce soir. Mes lèvres suivent sa mâchoire, que je mordille, avant de revenir chercher ces lèvres.
acidbrain

_________________
I would find you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 34
Age : 306
MessageSujet: Re: Ne pars pas [Jane]   Mer 8 Fév - 22:42

Ne pars pas

   

Ces baisers échangés éveillent en moi un feu plaisant, une envie pressante de t’avoir. Est-ce que c’est normal qu’avec de simples baisers on peut ressentir autant de choses à la fois ? Ou est-ce juste parce que c’est toi ? Je ne me souviens pas de mes précédentes relations, alors forcément je me pose la question. Est-ce que je serais au moins à la hauteur ? D’autant que ça me met un peu de pression, de savoir que nous l’avons déjà fait auparavant, lorsque j’avais tous mes souvenirs et que j’étais plus moi-même. Peut-être qu’à cette époque j’étais une bonne partenaire. Aujourd’hui ? Je n’en ai pas la moindre idée, je ne sais absolument pas ce que je vaux et je dois dire que c’est assez énervant.

En fait c’est un peu comme ci c’était une première fois pour la nouvelle Jane, pourtant je ne suis pas stressée, je dois même dire que je suis pressée, parce que j’ai envie de découvrir ça avec lui. Alors autant que tu le saches Gabriel, c’est trop tard pour faire machine arrière, sinon il ne fallait pas accepter ces baisers, il ne fallait pas faire naître de désir en moi. Et puis si tu veux que je reste au manoir, le sexe serait une bonne façon de me convaincre de rester à tes côtés. Plus tu me rendras folle de toi et moins je voudrais partir, alors il vaut mieux que tu sois performant ce soir, même si je ne doute pas de toi pour ça.

Je ne peux pas m’empêcher de laisser échapper un léger rire face à ses mots. Tu vois, en quelques minutes tu as réussi à me faire passer de la colère au rire, crois-moi peu de personnes peuvent s’en vanter. En général quand j’ai pris une décision je reste assez butée dessus, mais pas face à toi il semblerait. Un jour je réussirais, mais ce soir je veux juste profiter. Laissons les tensions de côté, je pense que nous avons tous les deux besoin de ce moment de paix. Gabriel retire la valise de mon lit et très vite c’est moi qui viens prendre sa place, sauf que là le but ne sera pas d’ajouter des vêtements mais d’en retirer, et je dois dire que ça me convient assez bien. Je ne peux pas m’empêcher de me mordre la lèvre inférieure à la vue de son torse lorsqu’il retire son tee-shirt. Et bien quoi ? C’est pas de ma faute s’il est aussi sexy, d’autant qu’avec tout ce sang sur lui, ça le rend encore plus désirable. Je suis aussi une strigoï rappelez-vous.

Mes mains glissent sur sa peau et si ce contact est déjà très plaisant, ce n’est encore rien à côté des baisers qu’il dépose sur mon corps. Je sais que nous sommes censés être froid par nature, mais crois-moi Gabriel, face à tes baisers et caresses j’ai plus l’impression d’être un volcan ce soir. C’est de pire en pire quand mon haut tombe au sol et qu’il reprend de plus belle, cette fois vers ma poitrine. Enfin de pire en pire pour la chaleur, mais de mieux en mieux pour les sensations. J’en viens presque à me dire que je suis un peu trop réceptive, peut-être pas assez entrepreneuse, mais ses mots ne tardent pas à réveiller mon esprit provocateur.

- Tu ne devrais pas me tenter avec des mots doux pareils.

Car soyons honnête, quelle fille n’aurait pas envie de se retrouver attaché au lit d’un homme comme toi ? Ce n’est pas moi qui dirais non en tous cas. Ses lèvres viennent de nouveau capturer mes lèvres et alors j’ai cette impression de déjà-vu. Mon corps réagit instinctivement, comme ci ces actions venaient de réveiller l’ancienne Jane, celle qui sait y faire. Je me surprends moi-même à nous faire basculer sur le côté, me retrouvant au-dessus de Gabriel et je dois dire que cette place-là aussi est assez plaisante, en tous cas la vue est toujours aussi parfaite. Mes lèvres viennent embrasser son cou, descendant vers son torse, et il faut reconnaître que le goût de sa peau mélangé à ce sang est assez plaisant. J’ai des flashs qui me viennent au beau milieu de l’action, des images de nous autrefois, sensuelles, comme maintenant, et je me surprends à refaire les mêmes actions que dans ces images, tout naturellement.

Mes lèvres glissent le long de son torse, descendant peu à peu jusqu'à ce que je vienne déboutonner son pantalon, mais finalement je ne le retire pas tout de suite, après tout autant que nous soyons d’abord à égalité. Au lieu de ça je me redresse et glisse mes mains dans mon dos, retirant mon soutien-gorge sous son regard avant de le laisser tomber lui aussi par terre. Il semblerait que ce soit mieux comme ça, et puis honnêtement, un soutien-gorge c’est mignon, mais on est quand même bien mieux sans. Mes mains reviennent caresser sa peau et mes lèvres se retrouvent naturellement attirées jusqu’aux siennes pour goûter à un nouveau baiser. Je crois que je vais avoir du mal à me passer de ses lèvres après cette soirée.


(c) khάη

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Un chef pas très bien traité
Messages : 59
Age : 612
MessageSujet: Re: Ne pars pas [Jane]   Jeu 9 Fév - 22:22


Ne pars pas

C’est quelques baisers, que l’on échange, un, puis deux, trois aussi. Bien agréable, mais qu’est-ce que cela signifie, à tes yeux ? N’est-ce qu’une manière pour toi, de passer un bon moment, comme on l’avait évoqué dans cette grotte ? Je ne crois pas que tu te serais permise un tel geste ce soir, ou alors, tu n’aurais pas regretter, comme tu l’a fais, à première vue. Est-ce que cela signifie que cela a une véritable importance pour toi ? Je n’en sais rien, j’aimerais savoir, mais en même temps, je ne veux pas prendre le risque de gâcher ces instants avec toi. Tu vois, Jane, je ne ressemble pas au stéréotype du prince charmant, mais ce soir, cela ne m’aurait pas dérangé de me contenter de ces baisers, juste profiter de ta présente, me rendre compte que toi, tu n’avais pas disparu. Tu dois prendre conscience que je ne supporterais pas que tu partes. Je t’ai fais venir ici, pour ta sécurité, aujourd’hui, ce n’est plus l’unique raison pour laquelle je souhaite te garder dans cette maison. Tu ne sembles pas avoir ta place ici, pas mal reste sur la réserve à ton sujet, mais ce n’est  pas grave, j’ai bien assez de raison pour te pousser à rester. De toute façon, ce n’est pas parce que j’essaie de te convaincre en douceur, que je te laisserais partir, si tu ne changes pas d’avis. Et, je peux te dire que tu n’as aucune chance contre moi. Mais tu dois savoir, vu que tu as déjà essayer de m’attaquer. Et j’imagine que tu t’en souviens toujours. Et j’espère que ces baisers, ne sont pas, pour toi, une manière de dire au revoir, parce que cela risque de faire remonter mon énervement très vite. J’ai déjà du laisser partir Effy. Une, pas deux.

Est-ce que cette soirée, que l’on va passer ensemble, te convaincra de rester, comme tu sembles penser ? Je l’espère, parce que ma menace n’est pas dites au hasard. Je ne te laisserais pas partir, Jane, peu importe ce que cela m’en coûte, peu importe si cela dise ma famille, et fais partir certain des gars, je m’en fiche, je veux que tu restes ici. Je tiens à cette famille, à chacun de ces membres, je les protégerais coûte que coûte, mais tant que tu es là, avec Effy, et Jake, ils n’ont pas d’importance. Alors laisse les dire, ils changeront d’avis a ton sujet, ou ils prendront la porte, il n’existera pas d’autre solution, et certainement pas une, qui signifierait que toi, tu prends la porte. Je fais disparaître cette valise, selon la fin de cette soirée, tu en auras quand même peut-être besoin, mais pas dans le sens que tu imagines, puis je l’allonge sur les matelas, avec délicatesse, pour me dresser au dessus d’elle. J’imagine que l’impatience te gagne, c’est aussi mon cas, mais je ne ferais pas les choses en vitesse ce soir. Ce sera différent de nos précédentes fois, même si tu ne t’en souviens pas. J’embrasse sa gorge, sa mâchoire, son menton. Je commence à la déshabiller. Observe son corps, tel qu’il l’était a l’époque, le désavantage pour nous, puisque notre corps ne bougera plus jamais. Je profite de cette vue, splendide comme dans mes souvenirs. J’embrasse à nouveau son corps, sa poitrine, son ventre, pour revenir ensuite, retrouver ces lèvres, les mordiller. Dis-moi, Jane, si je marquais ton corps, pour montrer à tous, qu’ils n’ont plus intérêt à toucher à toi, à ton avis, combien de temps cela durerait-il avant que ton corps ne se régénère et guérisse ?

Je me fais surprendre, lorsqu’elle prend le dessus. Ma belle, c’est le genre de place qui ne me correspond pas. As-tu déjà oublié que je suis un leader ? Alors même au près de femme, ça passe moyen. Mais on va dire que pour toi, ça passe. Alors je ne cherche pas à résister, d’autant qu’elle sait rendre cette position très agréable. C’est quelques baisers, sur mon corps, me réchauffe de l’intérieur, fait naître un désir plus grand encore. Ces caressez n’arrangent rien. Tu as perdu la mémoire, mais je vois que tu n’as pas perdu la main. Bien au contraire, tu es presque plus performante, plus passionnée.  Peut-être parce que la situation n’est pas pareil, aussi, peut-être parce que comme moi, tu souhaites faire les choses bien ? Et pour cela, il faudrait que tu évites de descendre aussi vite vers mon pantalon. Je veux faire les choses bien, mais je n’aurais pas une grande résistance, si tu t’attaque à ce genre de chose aussi vite. Sauf que tu dérives, ou change d’avis, je n’en sais rien, et en fin de compte, c’est sur elle, qu’elle retire à nouveau un vêtement. Je dois admettre que la vue est plus agréable ainsi. Et je ne m’en prive pas. De toute façon, tu avais toi-même bien profiter de la vision, lorsque j’ai commencé à me déshabiller. Un nouveau baiser est échangé, et je l’attire un peu plus près de moi, toujours plus proche, mes doigts qui caressent son dos. Je relâche ces lèvres, pour lui permettre de reprendre son souffle. Je croise son regard, alors que je remets une mèche gênante derrière son oreille.

« Tu n’aurais jamais du partir »

Et bien entendu, je parle de ton choix, à l’époque, je ne cherche pas à te faire culpabiliser, mais imagine à quel point les choses auraient pu être différente. Nous aurions peut-être craqué l’un pour l’autre depuis des années. Effy ne pourrait pas remettre en cause ta place, puisque tu aurais été là depuis des années. J’ignore encore pourquoi tu es parti, et peut-être qu’on ne sera jamais, si tu ne retrouves pas tes souvenirs, mais cela n’empêche pas, que tu n’aurais pas dû partir. C’est aussi pour cela, que je refuse à ce point de te laisser partir une fois encore. J’ai commis l’erreur de ne rien dire la dernière fois, de te laisser libre de tes choix mais pas aujourd’hui. Je pose plusieurs baisers à la file, contre ces lèvres.

« Tu es magnifique »

Ça a toujours été le cas, mais ce n’est que plus flagrant pour moi, ces derniers jours. Mes mains glissent sur ces courbes, sa poitrine, ses hanches, pour défaire son pantalon, et lui retirant, ne laissant que son dernier sous vêtement, mais je ne la retire pas encore, nous verrons, pour l’instant, elle ne me gêne pas, pour glisser mes mains sous le tissu, et atteindre son point le plus sensible, et faire monter un peu plus son bien être. Autant faire les choses bien, et pas à la va vite, comme j’aurais pu faire avec n’importe qu’elle autre femme.
acidbrain

_________________
I would find you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 34
Age : 306
MessageSujet: Re: Ne pars pas [Jane]   Dim 12 Fév - 18:23

Ne pars pas

   

Est-ce que j’ai désiré ces instants avec Gabriel ? Oui, depuis le début. Enfin pas complètement, puisqu’au début je voulais uniquement le tuer sous ordres de l’unité, mais une fois que j’ai réalisé qu’il n’était pas mon ennemi, j’ai aussi réalisé ce désir pour lui. L’avais-tu remarqué ? Je n’ai pas cherché à m’en cacher après tout, c’est peut-être aussi en partie pour ça qu’Effy ne m’aime pas. Peut-être est-ce la même raison pour les autres après tout, personne n’aimerait qu’une fille débarquée de nulle part prenne une place importante dans leur famille et séduise leur chef. Oui, je suppose que c’est mal ce que je fais, mais je n’en ai rien à faire, après tout ils n’avaient qu’à le draguer avant s’ils le voulaient, moi je ne laisserais pas passer ma chance.

Je ne laisserais pas non plus passer l’opportunité de profiter de son corps ce soir. Plus le rapprochement se fait et plus je me dis qu’on a déjà attendu bien assez longtemps. Cessons un peu de nous tourner autour et cédons l’un à l’autre, au moins ce soir, peut-être même les prochains. Qu’en penseras-tu Gabriel ? Je ne suis pas sûre d’être capable de me contenter d’une seule fois pour ma part, surtout quand je sens ses lèvres embrasser mon corps et ses mains caresser ma peau. Sauf que maintenant c’est à mon tour de prendre un peu la main, autrement je risque d’avoir des difficultés à la reprendre plus tard, lorsque je serais perdue dans tout ce désir.

Est-ce que ma façon de faire te plaît Gabriel ? Il semblerait. J’hésite un instant. Est-ce que je retire dès à présent son pantalon ou le laisse pour plus tard ? Non, à la place c’est mon soutien-gorge que je décide de retirer avant de revenir capturer ses lèvres. Mon corps a beau être en feu près du tiens, je ferais en sorte de maintenir encore un peu la flamme avant de la laisser nous consumer. Nos lèvres finissent par se séparer, me laissant le souffle court alors que mon visage est toujours aussi près du sien, à le regarder, à l’admirer. Je sens ses doigts replacer une mèche de cheveux en arrière alors qu’il me dit que je n’aurais jamais dû partir. Mais je ne suis pas partie Gabriel... Oh, tu parles de cette autre fois.

- Je suis revenue maintenant.

J’ignore toujours pourquoi j’étais partie, mais je n’ai pas l’intention de répéter le passé Gabriel, pas à ce sujet en tous cas. Ça m’intrigue tout de même de savoir qu’est-ce qui a bien pu me faire partir loin de toi, mais pour rien au monde je ne referais une telle erreur. D’autant que j’aimerais mieux éviter de finir à nouveau entre les mains de l’unité et redevenir leur bon petit soldat, à moins qu’ils ne décident de me tuer la prochaine fois. Inutile de penser à ça pour l’instant de toute façon, d’autant que ce n’est vraiment pas le bon moment. Ses lèvres se posent à nouveau contre les miennes, plusieurs fois à la suite, me faisant bêtement sourire. Un sourire qui ne s’agrandit qu’un peu plus face à ses nouveaux mots.

C’est idiot mais je me sens un peu comme une adolescente qui vient de rencontrer son grand amour et qui espère à tout prix que ce moment précis ne s’arrêtera jamais. Je ne veux plus qu’on ait à se séparer, plus jamais. Mes lèvres viennent à nouveau s’emparer des siennes pour un baiser plus long, plus passionné encore. Si tu savais à quel point je me sens bien en cet instant avec toi. Mon jean finit par rejoindre le reste des vêtements au sol, me laissant avec cet unique sous-vêtement pour dernier tissu, tissu qui ne semble pas le déranger plus que ça pour l’instant. Mes yeux se ferment sous ses caresses, mes mains agrippent son dos et au-delà de mon souffle accéléré, j’entends ces petits sons s’échapper de mes lèvres même si je les mords pour me contrôler.

Tu sais y faire avec les femmes Gabriel, vraiment, mais là tu es en train de laisser le feu me consumer et j’aimerais mieux qu’on soit deux à se faire prendre par le volcan. Je ne me suis même pas rendue compte de la griffure que j’ai tracé sur son dos. Je finis par poser ma main sur son bras, l’arrêtant en si bon mouvement alors que je me redresse vers lui, caressant sa joue avec mon autre main alors que mon regard se perd dans le sien.

- N’attendons pas plus longtemps...

Tu comprends ce que je veux dire par là, et au cas où ce ne serait pas clair, je laisse mes mains glisser vers son pantalon pour cette fois le lui défaire et le retirer, admirant comme il se doit ce qu’il y a en dessous. C’est soit tu acceptes que l’on passe à la vitesse supérieur, soit tu profites de ces nouvelles caresses que j’exerce sur ton membre. Tu te rendras compte toi aussi que très vite, tu voudras plus. Tu voudras tout.


(c) khάη

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Ne pars pas [Jane]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ne pars pas [Jane]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Une punition méritée, vraiment? [Jane]
» Jayden Cole vs Jesse Jane
» Jane, la gaffe ... (pv Isabell / Libre)
» Je pars... Je ne reviendrais jamais... [Pink Water, Indochine]
» Je pars à Cuba !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vamp Academy :: Archive :: Rps Laure & Liora-
Sauter vers: