Forum d'écriture privé
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Jane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 34
Age : 305
MessageSujet: Jane   Dim 26 Juin - 21:01


Jane Miller
Feat. Sarah Bolger

Date de naissance 18.07.1711
Lieu de naissance : Etats-Unis
Age : 25 ans physiquement, 305 ans
Statut : Célibataire
Groupe désiré : Strigoï
Élément (pour les moroïs) : /
175*280



Caractère & Physique

Je suis, j’étais, je serais, l’époque change un homme, son caractère, sa façon de penser. J’étais ce que je suis, je serais ce que j’étais, je suis ce que je serais encore. A moins que je ne sois enfin morte ? La mort est un phénomène bien abstrait dans notre monde puisqu’il est aussi notre renaissance. Qui suis-je alors ? Je suis un entre-deux. Je suis la moroï d’autrefois et la strigoï d’aujourd’hui. Je suis le bien et je suis le mal. Je suis l’ombre et la lumière. Je suis l’esprit saint et l’esprit fou. Tentez de deviner, approchez. Que voyez-vous lorsque vous me regarder ? Une femme jeune et innocente, pourtant je ne le suis pas. Des yeux bleus si purs, pourtant ils ont vu bien du rouge, bien du sang. Un corps fragile qui a tué bien des fois. Je suis ce que je hais et ce que j’aime. Ne tentez pas de me comprendre, vous y auriez bien du mal. Je suis un être à part qui ne devrait pas exister et pourtant... Pourtant je suis bien là.



Histoire

J’ai joué. J’ai beaucoup trop joué dans ma vie et bien des fois le destin a fini par se retourner contre moi, par m’en faire payer le prix. Il paraît que l’on apprend de ses erreurs, je ne pense pas que ce soit mon cas, autrement je me serais calmée, j’arrêterai de jouer autant. Vous ne comprenez pas encore je le sais bien, laissez-moi donc vous expliquer.

Les moroïs au pouvoir de l’esprit ont toujours eu plus de difficultés à se faire intégrer dans la société. J’en étais une, comme vous pouvez le deviner. Fille unique élevée par deux parents aimants, mais peut-être étaient-ils justement trop protecteurs. Enfant leur amour m’était nécessaire, mais en grandissant il m’était devenu étouffant. J’ai eu besoin de ma solitude, de découvrir le monde par moi-même, de voir le bien et le mal, tester le danger, tester le monde entier. L’univers est devenu mon terrain, les esprits sont devenus mes cartes. Je manipulais bien souvent, trop souvent peut-être, mais je n’ai jamais su m’imposer des limites.
Je n’ai jamais vu le monde de la même façon que les autres, vous me direz comme tout le monde, mais non, dans mon esprit bien des choses étaient réellement différentes. Certains disaient que c’est à cause de mon pouvoir et me demandaient de ne pas en abuser, voire de ne jamais l’utiliser à moins que ce ne soit réellement nécessaire. D’autres encore pensaient que j’avais quelques problèmes mentaux. On ne le saura jamais vraiment, mais qu’importe après tout ? Je suis ce que je suis et je vis très bien avec.

J’ai toujours eu des difficultés à faire la différence entre ce qui est bon ou mauvais, je n’étais pas formatée comme tous les autres de mon espèce à détester les strigoïs et adorer les dhampirs, ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. J’ai fréquenté des strigoïs parfois, certains voulaient ma mort, d’autres mon sang, d’autres mon corps ou encore réclamaient seulement mon amitié. J’ai eu des hauts et des bas avec chacune des espèces, mais il y a deux personnes de ma vie de moroï qui ont réellement marqué mes pensées et mon avenir.
Il y a d’abord eu Silas Ozéra, un moroï de sang royal, l’homme de ma vie, celui que j’ai adoré et aimé jusqu’à ma mort. Il était le seul à réellement me comprendre, moi, ma façon de penser, ma manière d’être. Je crois que ce sont mes différences qui l’ont d’abord poussé à m’aimer. Beaucoup disaient que je jouais de mon pouvoir sur lui pour l’influencer à m’aimer autant, à tel point que j’en ai moi-même douté. J’ai essayé de me convaincre qu’ayant le pouvoir de l’esprit lui aussi, le mien ne pouvait pas l’influencer autant, mais au fond c’est encore une question dont je n’aurais jamais la véritable réponse.

La deuxième personne est un strigoï, Julian Turner, un homme froid et fort, une ombre qui inspirait la mort mais m’attirait à lui. Il était le mal de biens des hommes, mais un bien pour moi dès le premier regard, allez savoir pourquoi. Il aura fallu deux semaines avant que nous nous rencontrions officiellement, deux semaines durant lesquelles je l’ai épié, du moins autant que je le pouvais, ou autant qu’il m’a laissé faire, car au fond je crois qu’il savait que je le regardais de loin. Il aurait pu venir à moi bien des fois et me tuer ou me demander les raisons d’un tel comportement, nous n’avons jamais évoqué cet instant. Je me suis donc montrée à lui au bout de deux semaines parce qu’il était en difficulté, ou peut-être faisait-il simplement semblant pour me tester. Je l’ai aidé à éliminer l’un des dhampirs qui l’avait pris pour cible, un homme que je connaissais de vue mais dont j’ignorais tout de lui, pourtant j’ai choisi la vie du strigoï à la place de la sienne. Cette nuit-là j’ai connu le nom de ce strigoï et lui le mien, ou peut-être le connaissait-il déjà.

Venons-en un peu à ma transformation, une nuit d’hiver, une nuit d’averse. J’étais à une fête avec Silas, nous nous sommes disputés, il disait que j’étais trop imprudente, que je devais arrêter de jouer avec le feu, qu’une autre vie dépendait de moi maintenant. Je ne comprenais pas ses reproches, je ne comprenais pas sa vision et lui ne comprenait plus la mienne. Je me souviens avoir pleuré et être devenue folle. Je me souviens avoir détesté tous les invités de cette petite fête que je supportais malgré moi depuis bien trop longtemps. Je me souviens avoir dit à Silas que j’aimerais les voir brûler dans ce manoir sans aucune échappatoire. Je me souviens enfin lui avoir dit que j’aimerais qu’il n’y ait que lui et moi et rien de plus, que tous les autres voulaient le retourner contre moi, qu’on serait heureux si on partait tous les deux. Puis j’ai volé les clefs de sa voiture et me suis enfuis, roulant sans faire attention à la pluie, roulant sans faire attention à ma vitesse, roulant les larmes aux yeux, sans faire attention à cet ennemi.

Un strigoï couvert de sang est apparu devant mes phares, je l'ai reconnu, un homme que j'avais un peu trop provoqué. J’ai eu le réflexe de braquer le volant, la voiture virant de trajectoire et faisant plusieurs tonneaux avant de finir à l’envers, bloquée par un arbre. J’ai oublié la suite, j’ai seulement mes idées sur ce qui a bien pu se passer mais aucune certitude, je n’ai jamais cherché à demander, je n’ai jamais voulu en reparler. Je pense seulement que j’étais encore vivante. Je pense que le strigoï m’a sorti de la voiture pour faire de moi son repas. Je pense qu’il s’est battu avec un autre et a été tué. Je sais seulement que cet autre m’a emmené loin d’ici puis transformé. A l’âge de 25 ans je suis devenue une strigoï et la progéniture de Julian Turner.

Je n’avais plus que lui à présent et il ne m’a jamais abandonné. Julian m’a élevé, m’a tout appris, m’a aimé même s’il n’admettra peut-être jamais avoir eu de l’affection pour une personne quelle quelle soit. C’est lui qui m’a aidé lorsque j’étais malade, ne comprenant pas comment une strigoï pouvait être atteinte de quoi que ce soit. Il est la seule personne, en dehors de Silas, à avoir su pour cet enfant, ce bébé mort que j’avais toujours en moi après plusieurs mois. Mon corps aurait dû l’évacuer, mais peut-être que mon esprit était trop entêté à le vouloir vivant et a empêché les choses de se faire, ou peut-être était-ce ma nouvelle nature qui l’en empêchait. Il m’a plus ou moins forcé a retiré ce bébé mort de mon ventre, pour ma propre sécurité, et nous n’en avons jamais reparlé depuis.

Je me suis entraînée longtemps à ses côtés, il voulait que je sois invincible, je ne pense pas que ce soit possible, mais j’ai fait en sorte d’être à la hauteur de ses attentes, peu importe les difficultés. Pourtant j’ai mal appris ses leçons. Plusieurs années plus tard j’ai revu Silas, ou plutôt il m’a retrouvé et affronté. Il m’a supplié de le laisser me retransformer en moroï, je lui ai dit qu’il était fou et qu’une telle chose ne se pouvait pas. Il m’a alors juré que si j’acceptais de le laisser essayer, alors il me pardonnerait ce que je lui avais forcé à faire la dernière nuit où nous nous sommes vus. Il m’a expliqué à quel point c’était plus fort que lui, que son corps ne répondait plus qu’à ma demande, bloquant toutes les portes du manoir avant d’y mettre le feu, tuant toutes les personnes conviées à cette fête sans aucun survivant. Qui aurait cru que mon pouvoir aurait pu influencer autant. Depuis cette révélation je me suis toujours demandée si Julian m’avait réellement transformé par lui-même ou parce que mon pouvoir avait agi sur lui. Depuis je me dis que toute ma vie de moroï n’était peut-être qu’un mensonge. C’est à cause de ce doute qu’il est parvenu à m’avoir, plantant ce pieu d’argent près de mon cœur. Je sentais ma mort approcher, ou peut-être le retour à mon ancienne vie ? Quelque chose commençait à naître en moi en tous cas, mais je ne pouvais pas le laisser faire, alors je l’ai tué.

Beaucoup de choses ont changées à partir de cette nuit-là. Silas est mort par ma main. Une part de moi a changé, comme si Silas était parvenu à me faire partiellement revenir à l’état de moroï. C’est étrange, je n’ai jamais compris comment il avait fait ni ce que je suis réellement finalement. Je l’ai détesté pour avoir fait revenir des parties de mon pouvoir de l’esprit, aujourd’hui cela se traduit par des rêves prémonitoires, mais il y a aussi la folie qui me prend parfois et à laquelle je n’échappe pas. J’ai l’immortalité d’une strigoï, mais mon pouvoir de régénération est lent. Je n'ai pas autant de force ni de rapidité que les strigoïs, bien qu’elle soit tout de même plus élevée par rapport à celle des moroïs. Je crains l’argent et le feu, mais ce ne sont pas les seules choses qui peuvent me faire du mal. Je suis un entre-deux et je n’ai jamais été capable de réparer cet état des faits.

Il a eu le temps de se passer beaucoup de choses en 305 années. Julian et moi sommes toujours restés en contact, mais nos routes ont fini par prendre des chemins différents. C’est ainsi que j’ai rencontré ce groupe, ces deux hommes en particulier, Gabriel Connor et Jake Gordon. Ces deux-là m’ont beaucoup amusés, ils m’ont plu aussi, chacun à leur façon. Au départ je ne faisais que traîner avec eux, les fréquentant de temps en temps, leur étant utile par moment, puis très utile lorsque j’ai eu des rêves prémonitoires à leur sujet et qu’ils ont pu échapper à bien des misères grâce à moi. J’étais un atout primordial pour eux et ils étaient une protection pour moi, de quoi former une belle alliance et faire rapidement partie de la bande. Je suis restée de longues années à leur côté, jouant beaucoup avec Jake, me rapprochant dangereusement de Gabriel. Peut-être qu’il se serait passé quelque chose entre nous si je n’avais pas dû partir, mais le destin l’emporte toujours.

Je ne devais partir que le temps que d’une année qui s’est finalement prolongée à deux, puis trois, puis quatre ans. Je devais rentrer pourtant, j’avais hâte de rentrer. Sauf qu’au moment où je retrouvais enfin ma liberté, d’autres ennemis me sont tombés dessus. Il y a eu un beau carnage cette nuit-là, des tas d’humains morts, mais je vous l’ai dit, je suis loin d’être la plus forte des strigoïs, peu importe mon âge, alors les humains ont fini par prendre le dessus et je me suis retrouvée enfermée le reste des années dans cette unité. Combien de tests auront-ils fait ? Combien de fois ai-je cru mourir ? Mon état particulier les poussait à me garder vivante, j’aurais pourtant préféré la mort. Ils sont parvenus à détruire mon esprit bien plus que mon corps et aujourd’hui je ne suis plus que l’ombre de moi-même.

Après des années passées dans leur laboratoire ils ont finis par me relâcher, m’estimant fin prête pour ma mission. Je ne sais plus qui je suis, ou plutôt qui j’étais. Je sais seulement que je m’appelle Sujet 48 et qu’il y a plusieurs personnes que je dois éliminer, des personnes qui tiennent bien trop tête à l’unité et qui sont devenues un danger. Ma prochaine mission est donc de brûler l’un des plus grands manoir des alentours de Missoula avec tous ses habitants à l’intérieur.



Derrière le personnage
180*102

Qui se cache derrière ? ... Prénom / Pseudo ... Age : ... Comment es-tu arrivé ici ? ... Un avis sur le forum ? ...
Tes petits hobbies ? ...

Fiche de présentation réalisée par (c) Va5l
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Jane
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une punition méritée, vraiment? [Jane]
» Jayden Cole vs Jesse Jane
» Jane, la gaffe ... (pv Isabell / Libre)
» maddi jane wyman-jones ► minka kelly
» SPIRIT-ACE ACACIA CARTWRIGHT ~ jane levy.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vamp Academy :: Administration :: Présentations :: Strigoïs-
Sauter vers: