Forum d'écriture privé
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Jouons jusqu'au lever du soleil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Le diable au corps, le coeur en fusion
Messages : 41
Age : 244
MessageSujet: Jouons jusqu'au lever du soleil   Jeu 23 Juin - 21:50

Jouons jusqu'au lever du soleil × Amaëlle & Bastian
Je crois qu’aujourd’hui ce n’est plus un secret pour personne que j’aime le sport. Peut-être est-ce parce que j’ai été frustré dans mon enfance de ne pas pouvoir exercer tous les sports qui me plaisaient. Enfin aujourd’hui j’ai les moyens, la passion et le talent, alors tous les critères sont bons, surtout si je rajoute ma petite touche personnelle, c’est encore plus amusant. La période actuelle aurait pu faire penser que c’est au foot que je m’intéresserais ce soir, mais non... C’est aussi un sport avec un ballon en tous cas. Bien joué à ceux qui ont trouvé, il s’agit bien du basket, les autres peuvent aller se pendre pour avoir perdu. Je suis cruel ? Toujours, du moins depuis que je suis strigoï, ce qui fait tout de même plusieurs longues années.

Bref revenons-en à notre occupation de ce soir, le basket. Deux équipes de cinq personnes et un cadavre dans un coin avec un sifflet qui fait office d’arbitre-mannequin puisqu’il y avait une personne en trop. Maintenant vous vous demandez ce que j’ai bien pu faire pour rendre le jeu intéressant. Et bien comme je suis un grand humaniste, vous pouvez sourire, j’ai décidé de consacrer cette soirée à une partie de basket pour handicapés. Sauf que ces humains ne sont pas handicapés, ou du moins ne l’étaient pas avant mon intervention. J’ai bien entendu préservé les bras et les mains, mais je ne me suis pas gêné pour briser des jambes, faire quelques bleus, entailles, arracher parfois des membres... Un beau carnage mais tout le monde est encore vivant, espérons qu’ils ne meurent pas trop vite de leurs blessures.

- Et bien messieurs, je suppose que je n’ai pas besoin de vous expliquer les règles du jeu. Vous saurez vous débrouiller pour faire cette partie, après tout aucun handicape ne doit détruire la passion d’une vie.

Je les aide à se mettre chacun à leur place respective pour débuter la partie, histoire qu’on puisse au moins commencer avant le lever du jour. Il y a déjà quelques grognements, larmes et supplications, mais je les ignore toutes, m’en contentant intérieurement. Je n'abrégerai les souffrances d’aucun d’entre vous messieurs, pas pour l’instant en tous cas, alors soyez prêts à jouer. Je reviens quelques secondes plus tard au centre avec un ballon de basket tâché de sang, de toute façon il n’y a que celui-là alors il faudra faire avec.

- J’ai failli oublier, l’équipe perdante se verra être dévorée par l’équipe gagnante. Littéralement dévorée, vous ferez office d’un délicieux buffet je n’en doute pas. A présent jouez messieurs !

Là ils doivent se demander ce qui est pire entre dévorer un humain ou être dévoré, j’imagine que chacun a son point de vue, je suis sûr que le végétarien préférerait se faire dévorer par exemple. Je lance la balle au centre, laissant les équipes se disputer pour se rapprocher d’un panier et marquer. Malheureusement leur manque de dévotion à mon superbe jeu m’a obligé à les contraindre de jouer le jeu. J’analyse sur les gradins mais suis assez déçu que les humains se traînent autant. Peut-être que cette femme qui vient de faire son entrée dans le gymnase va les motiver à donner le meilleur d’eux-mêmes. J'ignore qui elle est ni ce qui l'amène par ici, peut-être l'odeur du sang, mais je me ferais un plaisir de l'accueillir. Je me lève de ma place, sourire aux lèvres et me dirige vers elle.

- Seriez-vous une nouvelle partenaire de jeu ? Votre venue tombe à pic, nous aurions bien besoin d’une pom-pom girl pour motiver les troupes.

Et j’admets que l’idée de la voir dans une telle tenue accomplir une petite chorégraphie ne me déplairait pas le moins du monde, mais je ne suis pas sûr qu’elle s’adonnerait à une telle activité. Dommage. Je sais que je suis un peu direct pour une toute première rencontre, mais après tout on ne me refait pas. J'observe à ses côtés cette pitoyable équipe d’humains qui se traînent par terre sans réussir à marquer le moindre but, ce qui me désespère un peu je dois bien le reconnaître.

- J’y ai peut-être été un peu fort, je pense qu'une partie entre vous et moi serait bien plus intéressante. Au fait, je m'appelle Bastian, Bas pour les intimes et quelque chose me dit que vous pourriez être l'une de ces personnes.

code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Jouons jusqu'au lever du soleil   Sam 30 Juil - 20:38

Jouons jusqu'au lever du soleil
Amaëlle & Bastian

Que disent les humains déjà ? Qu’il n’y a pas plus fou que le fou qui s’ignore ? Dans ce cas je suis sauvée, du moins je le suppose. Non pas que leurs avis comptent d’une quelconque façon. Passer la nuit à observer ce qui se prétendent être les justiciers de cette société, en train de se querelle et de cacher leurs instincts est assez amusant. Entre ceux que mon crime précédent a dégoûté et ceux qui s’en excitent, il y a de quoi s’amuser. Je ne comprends pas pourquoi ces derniers prétendent, font semblant… Peut-être leurs positions dans les forces de l’ordre leurs font tant jouer un rôle qu’ils s’oublient ? Enfin, je pourrais toujours leur rendre une petite visite un autre jour… Je finis par les abandonner derrière moi, chevauchant ma moto et m’éloignant du commissariat ayant accueilli le corps du meurtrier de Willow. Une bonne action de faite. Combien de temps avant que les alchimistes récupèrent le corps ? Peu de temps je suppose. Je devrais peut-être aider ses humains à appuyer leurs thèses de guerre des gangs, tuer d’autres personnes avec ce petit motif floral… De quoi brouiller les pistes et m’amuser. Oui, c’était une question à laquelle je devrais repenser… Un autre soir.

Mon téléphone vibre dans la poche arrière de mon slim. J’arrête ma moto, regardant un instant mes messages. Une pub, fausse alerte, rien d’intéressant. Je m’apprête à reprendre la route quand je me rends compte que je me suis arrêtée devant l’université. Une université qui représente un pan de mon histoire… Mais surtout, qui en cet instant, pue la détresse. Assez inédit pour me donner envie d’approcher. Surtout en sentant cette note cuivrée dans l’air. Décidément, il s’en passe des choses ce soir. Malheureusement, je suppose que pour les alchimistes, il faudra repasser mais qui sait, peut-être y aura-t-il également une autre distraction tout aussi pleinement satisfaisante ? Emrys m’avait assez souvent invité à des soirées étudiantes pour que je me rappelle quel délice nous pouvions y trouver, si nous cherchions assez.
En m’approchant du gymnase allumé, je sens cette odeur de sang et de souffrance, d’autant plus importante mais également cette odeur de vieux cuir, assez caractéristique. Un de mes semblables. Rien d’étonnant quand on sent l’odeur du sang, surtout dans cette ville. Rien d’inédit en tout cas. Je réfléchis un instant avant de laisser ma curiosité prendre le dessus. Voyons si cette curiosité me servira ou me tuera…

Je pousse la porte, assaillie par une odeur de sang et d’urine, de douleur et de peur, de rage également. Les yeux de ces humains le prouvent, ils ont peur mais ils sont aussi furieux. Et quelques uns d’entre eux ne sont pas que des proies, ils seraient capables de se rebeller. Mais seuls quelques uns sont dans ce cas. Je tourne la tête quand j’entends l’homme s’adresser à moi. Voilà le confrère, apparemment un homme qui aime prendre les devants et le tout avec un sourire charmeur. Je le fixe un instant, oui, charmeur et charmant, sur de ses atouts également mais pas trop sur ses gardes pour le moment. Un excès de confiance pour un homme qui vient de voir quelqu’un entrer sur son terrain de jeu, mais si après tout il cherche un duo… Qui sait ce qui pourrait se passer. Autant se laisser aller à quelques petites surprises. Du moins si tu t’en laisses l’occasion. Est-ce que tu perdras cette belle assurance d’ici quelques minutes pour te montrer comme un couard ? Je n’espère pas, une bonne surprise ce soir, je ne pourrais qu’apprécier.

« Je n’ai pas encore décidée de celle que je serais ce soir mais je ne serais certainement pas une femme à jouer des pompons… Quoi que si je puisse les remplacer par deux têtes, je ferais peut-être un léger effort. »

Je finis par lui rendre son sourire, tout aussi insolent et invitant que le sien. Qu’il se permette d’user de ses charmes et de belles paroles ne me déroutent pas, ni ne me dérangent. Pour le moment en tout cas. Mais j’espère pour lui qu’il ne tentera pas de prendre l’entier contrôle de la soirée sinon je me trouverais une autre occupation. Un autre amusement… Quel qu’en soit la nature.
Je détourne mes yeux pour les poser sur les humains estropiés devant moi. En train de se vider de leurs sangs… Eh bien, j’en plaindrais presque les humains qui feront le ménage prochainement. Il reprend la parole, amenant mon attention de nouveau sur lui. De nouveau charmeur. Tentant de me faire fuir ou de lui donner ce qu’il souhaite ? Je ne sais pas trop, je saurais tout ce soir… Je déteste les énigmes que je ne peux pas maîtriser.

« Amaëlle. Alors, si ton instinct te dit que toi et moi pourrions être intimes, que te dis-t-il de plus ? »

Tant qu’à se prétendre intime, autant se tutoyer, ne penses-tu pas ? Je laisse un petit silence s’installer en reportant mon attention sur les humains face à nous. Leurs blessures sont bien trop graves pour qu’ils continuent encore longtemps à se mouvoir. J’ai dû arriver trop tard pour voir le côté amusant de la chose… Dommage.

« Quand à une partie plus intéressante entre nous deux… Tout dépendrait des enjeux, Bas. »

Et de l'intérêt de passer une soirée ensemble... Car après tout, rien ne nous empêche, l'un ou l'autre, de tourner les talons pour trouver une autre façon de passer la soirée. Voyons combien de temps nous allons tourner autour du pot, Bastian. Mais autant que tu sois au courant, je n'ai jamais été d'une patience d'ange...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le diable au corps, le coeur en fusion
Messages : 41
Age : 244
MessageSujet: Re: Jouons jusqu'au lever du soleil   Sam 13 Aoû - 23:40

Jouons jusqu'au lever du soleil × Amaëlle & Bastian
Ah le sport sanguinaire, c’est fou comme c’est amusant, passionnant, je crois que je ne m’en lasserais jamais. Le seul problème dans mes jeux, c’est que les humains ne survivent jamais assez de temps pour finir la partie, c’est frustrant, mais il faut bien avouer que je n’y vais pas de main morte dans mes blessures, alors j’en prends la responsabilité. Combien de temps vont tenir ceux-là ? Quelques minutes, vingt avec un peu de chance, même si j’ai l’impression que l’un d’entre eux commence déjà à défaillir. Rah c’est désespérant, moi qui m’étais donné du mal à faire toute la mise en scène, et voilà que ces humains ne sont même pas capables de survivre un peu. L’humanité est vraiment ridicule, mais je crois que j’ai un peu de chance ce soir, car ce n’est pas un autre humain qui traverse les portes du gymnase mais un membre de mon espèce, une séduisante femme qui plus est.

J’ai toujours été du genre sociable et accueillant, alors allons de ce pas faire connaissance avec cette belle inconnue, espérant l’intriguer suffisamment pour la faire rester. Je ne manque pas de glisser mon regard sur son corps, un corps que je ne me priverai pas d’ajouter à mon tableau de chasse si elle m’en laisse l’occasion. Je ne tarde pas à la rejoindre et entamer la conversation avec elle, me faisant tout aussi direct qu’à mon habitude. Et bien quoi ? Ce n’est pas parce que c’est une inconnue que je dois me comporter différemment, je n’aimerais pas qu’elle soit différente avec moi. Ses paroles me font esquisser un nouveau sourire. Une femme de caractère comme je les aime, et surtout avec cette touche de cruauté qui me plaît tant.

- Puisque ce n’est pas une partie de basket ordinaire, je ne vois aucun inconvénient à ce que la pom-pom-girl ait aussi sa part d'originalité, au contraire, j’apprécie la créativité.

Et quelque chose me dit que tu entres dans cette catégorie, espérons, j’aime pouvoir être surpris. Est-ce que ton esprit sera aussi tordu que le mien ? Peut-être même plus. J’ai hâte de le savoir, mais pour ça il faudrait déjà que tu acceptes de rester. Alors je reprends la parole pour l’inciter à ne pas partir, lui faisant comprendre que sa présence est tout à fait appréciée ici. En même temps je risque bientôt de perdre mes pions, alors autant gagner une nouvelle partenaire, au moins la soirée ne sera pas trop vite terminée et je pourrais encore en profiter. "On" pourrait en profiter, de biens des manières d’ailleurs. La strigoï se présente sous le nom d’Amaëlle avant de me poser une question. Tu veux savoir ce que me dit mon instinct ? Bien des choses ma douce, des tas de choses.

- Que tu as l’air d’être une femme imprévisible et étonnante, joueuse également. L’es-tu ?

Si tu as bel et bien pour toi ces trois qualités, alors nul doute que je t’apprécierais, tu entrerais même directement dans la catégorie des femmes que je me dois de goûter, mais ça mieux vaut que tu l’ignores, je n’aimerais pas que tu mentes juste pour te défiler. Maintenant que nous avons fait connaissance, que dirais-tu d’une petite partie entre nous ? L’occasion d’apprendre un peu plus à se connaître, de jouer, de se rapprocher, et allez savoir comment est-ce que les choses se finiraient. Tu veux des enjeux ? Joueuse, comme je le pensais. Parfait, je ne manque pas d’enjeux, jamais.

- Et bien ma douce, je n’ai pas choisis l’université par pur hasard. Ces types ne seront bientôt plus que des déchets, mais il y a le campus tout prêt ou dorment et s’amusent des centaines d’élèves. Alors je te propose une partie en trois paniers, pas de point d’écart. Le gagnant choisira ce qu’il préfère entre rentrer chez lui, jouer avec les humains, ou jouer juste entre nous. Qu’en dis-tu ? L'utilisation de nos capacités sont autorisées, ça rendra la partie d'autant plus intéressante.

code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Jouons jusqu'au lever du soleil   Lun 22 Aoû - 9:56

Jouons jusqu'au lever du soleil
Amaëlle & Bastian

Cette ville ne s’arrête jamais. Toujours un meurtre au coin de la rue, le frisson de l’aventure de l’autre côté. Les proies se mélangent aux chasseurs et ne deviennent au courant de leurs natures qu’à la dernière seconde. Et ce soir, je me retrouve devant une bonne dizaine de proies mais seulement un chasseur. Un chasseur qui apparemment, accepte d’obtenir un deuxième prédateur sur son terrain de jeu. Pourquoi pas. Cela pourrait être intéressant. Mais ne comptes pas sur moi, mon beau, pour jouer les pompons-girls. Sauf si tu désires de l’originalité. Dans ce cas, on devrait trouver un terrain d’entente. Ses propos amènent un léger sourire sur mes lèvres. Définitivement charmant, en plus de charmeur. Malheureusement pour toi, je ne vois personne à encourager en cet instant et tu le remarques également. J’ai un nom à mettre sur ce visage maintenant, il ne tient qu’à toi que je ne l’oublie pas. Cette partie de basket, je l’aurais déjà oublié dans deux jours, mais toi, tu pourras peut être resté dans ma mémoire. Tout du moins si tu joues bien tes cartes.

J’ai toujours été du genre charmeuse, sensuelle également, je suppose. Je flirte, peu importe la race, peu importe le sexe, quand la personnalité me plait. C’est un réflexe que même ma mise en couple ne changera pas. C’est une part de moi que je mets de nouveau en avant ce soir. Tu as insinué le premier, Bastian, que nous pourrions être intimes. Alors ne m’en veux pas de rebondir là-dessus, tu apprendras rapidement que c’est le genre de choses que je fais. Et visiblement, cela ne te déplaît pas. Je suppose tout de même, qu’à un moment, il faudra énoncer les limites mais pour l’instant, cette situation promet un piquant assez intéressant. Donc, tu me vois comme une femme joueuse, imprévisible et étonnante. Eh bien, pour les deux premiers, tu ne pourrais pas tomber dans plus vrai quand à la dernière partie… Ca sera à toi de me le dire. Tu as toute cette soirée pour en juger après tout.

« Je ne sais pas. Est-ce que je devrais déjà me dévoiler après quelques minutes de conversations ? Reposes-toi la question à la fin de la soirée et on verra ta réponse. »

Allez, Don Juan, on a assez tourné autour du pot pour ce soir. Visiblement, tu souhaites un jeu et observer ses hommes n’est définitivement pas amusant. Alors montres moi les enjeux, faisons monter les enchères et voyons ce qui en ressortira. Je te questionner et j’obtiens ma réponse avec un grand sourire en prime. Définitivement un séducteur, surtout au vu du surnom. Je penche la tête sur le côté en l’écoutant avant de finir par émettre mon avis, puisqu’il est si gentiment demandé.

« Voyons, tu as déjà si hâte qu’on se quitte, bourreau des cœurs ? Me voilà déçue. Quand aux enjeux… N’espère pas passer à côté du moment où il faudra s’amuser, je détesterais repartir les mains vides. On peut dire que je suis une femme compétitive. »

Quand à cette idée de jouer entre nous, tant que tu n’expliciteras pas tes propos, je vais faire comme si je n’avais rien entendu. Au pire… Ca ne fait jamais de mal à un homme de se prendre un râteau, ça lui permet de renouer avec ses priorités et ses méthodes. Alors allons jouer. Je sors un élastique de ma veste, nouant rapidement une tresse dans mes cheveux. J’en profite pour me débarrasser de ma veste, restant en débardeur, slim et bottes sur le terrain. Heureusement que je ne porte pas de talons d’ailleurs, j’aurais détesté perdre sur ce petit désavantage. J’attrape quelques uns des humains qui traînent sur la partie du terrain réquisitionné, les laissant retomber de l’autre côté et souriante en voyant leurs mines. Eux, s’ils survivent, ils deviendront de vrais guerriers, mes proies préférées…
Je ramasse ensuite le ballon, lui faisant faire quelques rebonds, en rejoignant Bastian qui était déjà sur le terrain. Joueuse, je le suis, compétitive également, rien d’étonnant donc à ce que l’adrénaline chauffe mes veines et m’amène à garder mon sourire avant même le début du jeu. Je ne retiens pas une petite provocation, à l’encontre de Bastian, de quoi m’assurer qu’il sera au meilleur de sa forme…

« Prêt à perdre, je l’espère ? »

Je n’attends pas sa réponse avant de lancer la balle entre nous deux. Et que le meilleur la rattrape, puis arrive jusqu’à la victoire, tombeur. Quelque chose me dit que cette partie va nous permettre quelques révélations sur ton statut de bon perdant ou de mauvais perdant. Oui, quand je commence un jeu, je n’imagine même pas perdre. Jamais. Jouons pour gagner, Bastian et voyons qui de nous s’amusera le plus entre cette partie et l’after !

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le diable au corps, le coeur en fusion
Messages : 41
Age : 244
MessageSujet: Re: Jouons jusqu'au lever du soleil   Sam 26 Nov - 16:35

Jouons jusqu'au lever du soleil × Amaëlle & Bastian
Je suis un peu déçu de cette soirée, en général mes parties sont plus intéressantes, mais je dois reconnaître que j’y suis sans doute allé un peu fort cette fois-ci. Mh, dommage, va falloir me trouver d’autres joueurs pour accomplir cette partie on dirait. Ou peut-être pas finalement. Cette magnifique strigoï pourrait bien être l’unique partenaire dont j’ai besoin, nous verrons bien. Alors beauté, as-tu envie de passer la meilleure soirée de ton existence ? Si c’est le cas alors tu seras servie, personne n’oublie une soirée en ma compagnie. D’autant que si tu es bien le genre de femme que je pense, alors nul doute que cette soirée sera vraiment très, très intéressante. Alors, es-tu cette femme beauté ? Sa réponse me fait sourire.

- Bien, j’aime les surprises après tout, et je ne doute pas que tu en seras une exquise.

J’espère que le côté charmeur ne t’importune pas beauté, car je ne saurais pas faire sans de toute façon. Que voulez-vous, ça fait partie de ma personnalité, mon trait principal je dirais même, et on ne change pas un homme comme ça. Personne n’a jamais eu envie que je change de toute façon. Seras-tu la première ? Je suis sûr que non. Et si on passait maintenant à la partie intéressante de la soirée ? Un jeu, je ne doute pas que tu approuveras l’idée, puisque comme je l’ai remarqué, tu m’as tout à fait l’air d’être joueuse toi aussi. Alors, une partie de basket te tente ? Quitte à être sur un terrain, autant en profiter, enfin évidemment il y a un enjeu, sinon ce ne serait pas aussi amusant. Que dirais-tu que le gagnant décide de la suite de cette soirée ? Un bon enjeu je trouve, surtout si je gagne.

- Envie qu’on se quitte ? Allons ma douce, cette idée ne m’a pas même effleuré l’esprit, disons simplement que je te laisse une porte de secours, au cas où tu te ne sentirais pas capable d’aller plus loin. Quant à avoir l’esprit compétitif, je dirais que c’est parfait, au moins tu ne pourras pas te défiler en expliquant ton échec par un manque d’envie.

Oui je suis sûr de moi, que voulez-vous, ça aussi, ça fait partie de mes traits de caractère. D’autant que le sport est mon terrain de jeu, alors je n’ai certainement pas l’intention de perdre, ni de me laisser déconcentrer par tes magnifiques formes ma douce. Je ne me prive pas de mieux la regarder lorsqu’elle retire sa veste, peut-être qu’elle en retirera davantage au fil de la soirée. Je ne perds jamais le nord. On attrape quelques humains échoués sur le terrain pour faire place, les dégageant sur le côté tels des déchets. J’adresse quelques mots au dernier, que je suis sûre elle ne manquera pas d’entendre.

- Tu vois, si tu avais eu les mêmes formes et l’assurance de cette femme, tu aurais eu une chance d’être épargné. Domme que tu sois... toi.

Je lui donne une petite tape amicale sur l’épaule qui le fait grimacer de douleur et je m’éloigne de ce futur cadavre, rejoignant notre belle joueuse sur le terrain. Je l’observe faire quelques rebonds avec le ballon, en profitant pour y déceler quelques forces et faiblesses dans son jeu alors qu’elle me provoque. J’esquisse un sourire. Beauté je crois que tu ignores encore à qui tu as à faire.

- Jamais.

Mais elle a déjà lancé la balle et je ne perds pas une seconde de plus pour entrer en action. Si Amaëlle parvient à rattraper la balle en premier, ça ne m’empêche de réussir à la lui récupérer et de marquer le premier panier quelques secondes plus tard. Et oui beauté, trois paniers c’est rapide, surtout quand on connaît les règles et astuces. Je récupère le ballon, me tournant vers elle, un sourire provocateur sur les lèvres.

- Donc tu disais ?

Oh je sais que la partie ne fait que commencer, mais que voulez-vous, elle n’est pas la seule à aimer la provocation, d’autant que plus je pense à ce que pourrait être la suite de cette soirée et plus j’ai envie de me donner à fond pour remporter la partie. Alors beauté, prête à subir cette défaite ?

code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Jouons jusqu'au lever du soleil   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jouons jusqu'au lever du soleil
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ♪ Le soleil vient de se lever... ♫
» « L'heure la plus sombre est celle qui vient juste avant le lever du soleil. »
» Photos d'hiver
» Vos plus beau paysages
» Remise en forme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vamp Academy :: Archive :: Rps Marie & Liora-
Sauter vers: