Forum d'écriture privé
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une rencontre est comme une goutte d'eau dans l'océan | Elliana & Owen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Une rencontre est comme une goutte d'eau dans l'océan | Elliana & Owen   Jeu 16 Juin - 2:04

Une rencontre est comme une goutte d'eau dans l'océan, c'est la multitude de rencontre qui crée cette océan, qui change notre vie et influe notre destin...
Elliana & Owen

Juste une mission de plus bien mené de la part de ma sœur… Sauf qu’elle était déjà repartie d’attaque pour un prochain rendez-vous. Et moi, je me retrouvais bloqué, sans nouvelle piste pour Rick et sans possibilité d’avancer. Donc quand il avait fallu mettre ce Strigoï en condition pour préparer ensuite l’arrivée des soldats venus le récupérer… Je m’étais proposé comme volontaire. Faire en sorte qu’il soit suffisamment blessé pour qu’il ne puisse pas bouger avait été simple. Je l’avais juste vidé de son sang en réalité. Radical mais efficace. Ensuite il avait suffit de l’entourer d’un filin d’argent et il n’avait plus bougé. Le plus long avait été d’attendre sur les docks que l’équipe arrive. La plupart des gens auraient montré des signes d’impatience, je ne fais pas cet erreur, je sais que toute forme d’inattention peut me coûter la vie alors je surveille le Strigoï. C’est une action qui se trouve être inutile finalement mais ce n’est pas important, j’ai la conscience tranquille… Bien que cela fasse bien longtemps que je n’ai plus de tranquillité d’esprit en fait.

L’échange est mené en quelques minutes, aucun mot n’est échangé, ce n’est pas nécessaire. Ils repartent à la base, je repars en mission, c’est aussi simple que cela. Je n’échange qu’un regard avec le plus haut gradé avant de faire demi-tour, le coli a été livré, le reste n’a plus vraiment d’importance. Je me permets donc de me perdre dans mes pensées quelques instants. Cette ville regorgeait de proies en tout genre mais la mienne m’échappait. Est-ce que mes capacités étaient défaillantes ? Ou est-ce que j’étais tombé sur plus fort que moi ? Non ce n’était pas possible, je ne pouvais pas être tombé dessus, le dernier a avoir été plus fort que moi… Ma respiration s’accélère pendant que la main se referme en un poing serré. Je ne peux pas me permettre de perdre le contrôle et quand mes doigts appuient sur mes os en une poigne douloureuse malgré les gants de cuir que je porte, je reprends le contrôle de mes pensées. Je détestais laisser mon passé prendre le dessus sur moi, c’est pour cela que je m’interdisais de penser, que je continuais mon chemin plus ou moins sereinement, sauf la nuit, là où je ne pouvais rien maîtriser…

C’est seulement maintenant que je reprends le contrôle que j’entends les bruits de pas qui me suivent… Du moins j’ai l’impression qu’ils me suivent, sauf que je suis bien trop proche de l’appartement pour en avoir réellement la certitude. Il n’y a qu’un moyen de le savoir après tout et c’est de demander. Maintenant reste à savoir de quel espèce se trouve être mon ennemi… J’ai bien plus l’habitude de traiter avec des Moroïs ou des humains, mais ça ne veut pas dire que je ne sais pas me défendre contre toutes les espèces… Et une lame en argent fait tout aussi mal à un humain qu’à un Strigoï donc si cette personne souhaite rencontrer ma lame, elle le fera. Je rentre dans l’immeuble, une fois hors de vu, je me précipite vers la sortie de secours. Une action qui me prend une dizaine de secondes et me permet de me retrouver dans une rue parallèle. De là, je peux observer celle qui m’a suivi car c’est une femme, premier étonnement… Sauf qu’avec une sœur comme la mienne, il est simple de savoir que les femmes ne sont pas des faibles alors voyons la façon dont elle réagira face au danger. Sera-t-elle se défendre ? Ou devra-t-elle user de mots ? En tout cas, elle peut être sûre que je ne ferais pas l’erreur de croiser son regard dans le cas où elle serait une moroï ou une Strigoï, c’est la meilleure action à faire.
Aussi discrètement que je le peux, c'est-à-dire parfaitement indétectable pour toutes les espèces sauf les Strigoïs, et encore… Je me retrouve dans son dos, une de mes mains attrape ses poignets et en profite pour attirer son corps contre moi, son dos plaqué à mon torse pendant que mon autre main armé se retrouve sous son cou, le côté tranchant prêt à couper sa chair. Ma voix raisonne, ni folle, ni inquiète, c’est une situation à laquelle j’étais préparé et de sa réponse dépendra sa survie.

« Pourquoi me suiviez-vous ? Je serais vous, je répondrais rapidement et sincèrement… »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Une rencontre est comme une goutte d'eau dans l'océan | Elliana & Owen   Jeu 16 Juin - 11:05


Une rencontre est comme une goutte d'eau dans l'océan
Owen & Elliana

L'une de mes rares sorties sans Hector. Je crois qu'il n'apprécie pas que je sorte sans lui, mais j'avais besoin de cette soirée pour moi toute seule. J'avais besoin de réfléchir à ce qu'est ma vie depuis que je l'ai rejoins, depuis que je vis à ces côtés. Je n'ai jamais été aussi heureuse que ces derniers mois, mais mon frère me manque. Vivre sans lui m'est difficile. Je ne peux m'empêcher de me demander comment il va, ce qu'il fait, s'il tient le coup sans moi. Continue-t-il à se battre, ou a-t-il baissé les bras ? Continue-t-il d'avancer, ou c'est-il effondré depuis mon départ ? Autrefois, c'est moi qui lui maintenais la tête hors de l'eau. Parvient-il à le faire seul ? J'aimerais m'assurer qu'il va bien, mais je ne peux tout simplement pas m'approcher de lui. Je ne peux pas prendre ce risque. Je ne pourrais lui expliquer la raison de mon absence, la raison de ma présence au côté d'Hector, son ennemi de nature. Je ne pourrais rien lui dire, et cette simple raison suffit à me convaincre de ne pas m'approcher de lui, de ne pas m'approcher de l'agitation de l'académie, parce cela nous détruirait, bien plus que n'importe quelle disparition.

Je me rends compte que je ne sais absolument pas où j'ai bien pu atterrir. J'ai continué à marcher alors que j'étais perdu dans mes pensées, et j'ai finis par m'égarer. J'ai bien de la chance qu'il ne me soit rien arrivé jusque là, cela aurait pu être très dangereux. Où est-ce que je suis ? Le moins que l'on puisse dire c'est que je ne m'attendais pas à tomber face à un échange comme celui-ci. Depuis quand les forces de l'ordre sont-elles au courant pour notre existence. Et toi, mon mignon, depuis quand livres-tu des cobayes ? Est-ce ton métier à plein temps, ou n'est-ce qu'un hobbit de temps en temps ? J'aimerais bien le savoir. Sur un coup de tête, je le suis alors qu'il fait machine arrière. j'essaie de me montrer discrète, mais je suis loin d'être aussi silencieuse qu'un Strigoï. Je me cache de temps à autre, jusqu'à ce qu'il rentre dans cet immeuble. Je me précipite sur la porte avant que celle-ci ne se referme, et le voit sortir par une seconde porte. A quoi bon entrer, pour sortir ? Je ne décèle pas le piège. Je pousse cette porte, et arrive sur une petite ruelle, déserte.

Un couteau se place sous ma gorge, avant qu'un corps ne me maintienne fermement contre lui. Je n'ai pas besoin de me retourner pour savoir de qui il s'agit. Je ne m'étais visiblement pas montré aussi discrète que je le pensais, et il m'avait repéré. Il allait falloir que je me montre maline pour me sortir de ce pétrin sans trop de problème, et sans être blessé. Sa poigne n'est pas douloureuse, j'ai déjà connu bien pire que ça depuis que je suis au côté d'Hector, mais tout de même, c'est pas une situation des plus normale.

« Je t'ai vu.. Je t'ai vu livrer ce Strigoï »

J'aurais pu lui mentir, lui inventer un quelconque bobard pour justifier ma présence à ces côtés. Je suis devenu plutôt doué pour raconter des cracs depuis que je vis avec Hector, mais à quoi bon mentir à cet homme, à part m'attirer davantage d'ennui ? Je ne souhaite pas qu'il détecte un quelconque mensonge, et m'arrache la vie, alors je me contente de dire la vérité. Pourquoi as-tu échangé ce Strigoï ? Est-ce un travail, ou n'est-ce qu'un hobbit de temps en temps ? J'aimerais en savoir plus à ton sujet, histoire de ne pas finir comme l'une de tes proies lorsque je passerais le pas de la transformation. Ce serait dommage, tu ne crois pas ? Je pose ma main sur son poignet, lui faisant comprendre que je ne compte pas lui faire de mal, mais que je n'aurais rien contre l'idée de quelques explications, les yeux dans les yeux. Parce que ce couteau qui me menace, je m'en passerais bien, tu peux me croire. Je suis habitué à la douleur depuis que je ne vis plus à l'académie, mais cela n'est pas une raison pour m'en causer.

« Est-ce que tu veux bien me lâcher ? Je ne compte pas te nuire.. Ce serait dommage de rayer de si beaux atouts du tableau »

Je parle de lui, bien entendu. Quoi ? J'ai un couteau sous la gorge, et alors ? Cela m'empêche-t-il de charmer les hommes ? Un couteau sous la gorge, ou non, je reste une femme, avec certains atouts, qui ne déplaisent pas aux hommes, je le sais, alors pourquoi lui, me résisterait ? N'aurait-il pas tout intérêt à me céder ? Il passerait sans doute la meilleure nuit de sa vie, alors à quoi bon refuser ? Tu perdrais une grande occasion, mon mignon, alors ne me résiste pas, tu veux ?


Dernière édition par Elliana Marshal le Ven 2 Sep - 22:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Une rencontre est comme une goutte d'eau dans l'océan | Elliana & Owen   Jeu 16 Juin - 11:30

Une rencontre est comme une goutte d'eau dans l'océan, c'est la multitude de rencontre qui crée cette océan, qui change notre vie et influe notre destin...
Elliana & Owen

Un échange bien mené et pourtant il y avait tout de même un problème dans l’immense terrain de jeu qu’était ma vie… Je suis suivi. Par qui ? Je ne le sais pas. Mais je sais déjà que le fait d’avoir quelqu’un qui me colle au train n’est pas pour me plaire. Ça m’apprendra à me perdre dans mes pensées, comme quoi, le passé et les émotions sont vraiment des distractions inutiles en plus d’être dangereuses. Je sais que je ne peux pas la semer, je suis bien trop proche de l’appartement qui est le mien pour une courte durée… Alors autant profiter du fait que je connais le terrain. Qui que tu sois, fais attention, tu vas bientôt te retrouver dans la position de la proie.
Je fais le tour du bâtiment, me retrouvant dans son dos. Tout ce que je peux voir d’elle, c’est une longue chevelure blonde. Je n’ai pas de blonde dans mon entourage immédiat, ni dans mes cibles actuelles et pour ce qui est des soldates blondes que je connais, elles se seraient déjà annoncées… C’est donc bien une petite curieuse qui a été trop loin mais qu’a-t-elle vu exactement ? C’est la première question que je lui pose, une fois que je m’assure d’avoir la main mise sur la situation. Comment réagiras-tu à cette menace ?
Visiblement, tu as l’habitude d’être en position de faiblesse et tu n’as pas l’air de tenter de me mentir… Un bon point pour toi. Par contre, tu en as beaucoup trop vu. Rien qui ne puisse garantir ta survie donc. Est-ce que mon silence est assez éloquent sur le sort qui t’attend ? Je n’en sais rien mais dans ma tête, tout s’est déjà précisé. Le reste dépendra de ta nature. Tu ne réagis pas à l’argent dans ma lame, tu n’es donc pas une immortelle. Soit tu es une Moroï et dans ce cas, l’unité viendra te chercher, soit tu es une humaine et tu pourrais être regretté ou tué… Mais l’un dans l’autre, ton avenir est déjà tracé. Tu n’aurais jamais dû jouer la curieuse ce soir, cela t’auras coûté ta liberté. Comment espères-tu t’en sortir ? Car je ne doute pas que tu te réserves quelques idées, l’humain est ainsi, une fois piégé, il s’agite pour tenter de s’en sortir…

Je ne m’y attendais pas, mais je sens sa main se poser mon poignet, juste en dessous de mes premiers tatouages. Je tressaille légèrement avant de me reprendre. Je déteste les contacts qui ne sont pas initié par moi, je déteste encore plus les suggestions sur le ton de l’ordre…. Mais je suis assez curieux de voir jusqu’où elle pourrait aller et j’ai besoin de savoir de quelle nature elle est. Alors il va falloir qu’elle se tourne vers moi et qu’elle me montre ses dents… Donc accéder à son étrange requête, peu importe l’étrange formulation qu’elle utilise.

« Tu ne pourrais pas me nuire, même si tu le voulais, si tu as avais su te battre et être une adversaire, tu auras déjà tenté de le faire. Tu n’as que les mots pour t’aider visiblement. Mais soit, tourne-toi. Lentement. »

Cela doit être la première fois depuis des semaines que je parle autant mais je ne compte pas laisser cette situation se reproduire de toute façon. Doucement, j’écarte le couteau de sa gorge, prêt à l’y remettre au moindre mouvement brusque. Heureusement pour elle, elle agit doucement et elle lâche mon poignet... Brave fille, c’est qu’on ferait peut-être quelque chose de toi finalement.
Je ne fais pas l’erreur d’abaisser ma lame, la laissant tendu entre nous et la mettant dans le creux de sa gorge, un mouvement vers l’avant et elle possédera un autre trou pour respirer. Je n’aimais pas forcément agir ainsi avec une personne qui était là au mauvais moment, au mauvais endroit, mais la vie m’avait appris à m’endurcir alors je n’hésiterais certainement pas s’il le fallait.

« De quelle espèce es-tu ? »

Pensais-tu qu’en accédant à ta requête, j’acceptais de nous placer sur un pied d’égalité ? Ce n’est pas du tout le cas. Je l’avoue, tu pourrais être une belle femme, mais tu as cette lueur de triomphe et de domination que je déteste apercevoir chez une femme. Si tu souhaites éveiller la moindre envie chez moi, il faudra que tu triomphes de ma méfiance et que tu changes légèrement… A moins que tu ne sois différente entre les draps, mais encore une fois, ce n’est pas quelque chose dont je compte connaître la vérité rapidement… Ma mission d’abord, mes envies ensuite… A moins que tu ne sois vraiment exceptionnelle mais dans ce cas… A toi de me surprendre.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Une rencontre est comme une goutte d'eau dans l'océan | Elliana & Owen   Jeu 16 Juin - 14:11


Une rencontre est comme une goutte d'eau dans l'océan
Owen & Elliana

Pourquoi est-ce que je suis cet homme ? Je ne suis pas certaine que cela m'apportera de bonne chose, je n'ai vu son visage qu'une seconde, mais il ne m'a pas l'air d'être le type d'homme à prendre une étrange situation à la dérision. J'ai l'horrible sensation que cette rencontre ne sera pas à mon avantage, et je déteste déjà cela. Je ne peux pas me montrer faible, je ne peux pas trahir Hector de cette façon, pas après tous les efforts qu'il avait fais pour m'apprendre un maximum de chose pour me permettre de rester en vie, malgré ma faible nature. J'avais appris à passer au dessus de mes désavantage, je n'allais pas me laisser abattre face à une tête dur. Je ne lui voulais pas de mal après tout, je voulais juste en apprendre un peu plus sur celui qu'il était, et ce qu'il faisait de ces Strigoïs exactement, après tout, ce n'était pas parce que je vivais avec l'un d'entre eux, que j'étais prête à tous les défendre. Certains resteraient mes ennemis, quoi qu'il arrive. Est-ce que tu as attrapé ce Strigoï parce qu'il a fais quelque chose de mal, ou simplement pour le plaisir ?

J'entre dans l'immeuble avant que la porte ne se referme, l'apercevant quitter le hall par une seconde porte, qui à l'air de mener sur une petite cour, mais je découvre qu'il s'agit d'une ruelle adjacente, avant de me retrouver avec un couteau sous la gorge. Du calme mon gars, j'ai déjà dis que je ne te voulais pas de mal, alors inutile de te braquer à la première occasion. Et puis, franchement, un couteau sous la gorge, ce n'est pas très accueillant, tes parents ne t'ont jamais appris cela ? J'aurais pu lui mentir sur la raison de ma présence ici, prétexter que je ne le suivais pas, que j'étais derrière lui tout à fais par hasard, mais le mensonge n'est pas un principe que j'apprécie, alors je me contente de lui annoncer la vérité, que je l'ai vu faire le transfère de ce Strigoï. C'est dangereux pour moi de lui dire cela ? Et alors ? J'ai toujours su me tirer des ennuis, je le ferais une nouvelle fois ce soir, je ne vois pas pourquoi je ne parviendrais pas à un tel résultat. Maintenant que tu connais la vérité, accepterais-tu de me relâcher, parce que, ce n'est pas que cette position me dérange, mais elle n'est pas très confortable. Quitte à être proche de ton corps, j'aimerais qu'on le fasse d'une toute autre manière. Je ne manque pas de lui faire un compliment au passage, après tout, on ne sait jamais, ce n'est pas parce les choses avaient mal commencer, que nous ne pourrions pas en profiter par la suite, vous ne croyez pas ?

« A moins que je ne le veuille pas.. Je suis tout à fais en mesure de me battre, mais ce n'est pas ce que je cherche.. A moins qu'un combat sexuel soit de mise.. Je cherche juste des réponses à mes questions »

Une fois encore, je ne cherche pas à lui mentir. Te nuire n'est pas ce que je cherche, je veux juste comprendre ce que tu as fais de ce Strigoï, comment tu es parvenu à le vaincre, et ce qu'il va lui arriver. Je ne compte parler à personne de ce que j'ai vu, je veux juste comprendre. Je ne représente un danger, ni pour toi, ni pour cette unité, bien que j'ignore quel est son devoir. Il décide finalement de me relâcher, et je me retourne lentement, lui montrant bien que je ne suis pas une menace pour lui. Son arme ne s'abaisse pas pour autant. Très bien, laisse-là tendu entre nous, ce n'est pas ce qui m'empêchera de parler, ou d'agir, je ne suis pas le genre de femme à plier sous la douleur. Hector m'a appris à faire face à cette dernière, alors ce n'est pas la lame qui me fera faiblir. Tu veux connaître ma race ? Pourquoi ? En quoi cela t'intéresses-tu ? A moins que tu n'envoies pas uniquement des Strigoïs à cette unité ? Je ne suis pas un danger pour toi, mais ce pourrait-il que tu en sois un pour moi. Peut-être, je l'ignore, mais une fois encore, j'opte pour la vérité.

« Une moroïs. Tu comptes me livrer à eux ? Je ne comprends pas la scène à laquelle j'ai assisté tout à l'heure, j'ignore ce que tu caches, mais je ne suis pas une menace pour toi.. Je cherche juste à comprendre, mais puisque cela à l'air de te déranger, n'en parlons plus, occupons-nous d'une tout autre manière »

Je m'avance, me moquant bien de la lame qui se place sous ma gorge. Je n'ai pas peur de cette lame, et tu le comprendras bien vite. Je glisse mes doigts dans le haut de son pantalon, l'attirant un peu plus proche de moi. Est-ce que tu me trouves trop entreprenante ? Arrête-moi, ou prends le contrôle dès maintenant, parce que je ne reculerais pas une fois lancé.


Dernière édition par Elliana Marshal le Ven 2 Sep - 22:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Une rencontre est comme une goutte d'eau dans l'océan | Elliana & Owen   Jeu 16 Juin - 17:20

Une rencontre est comme une goutte d'eau dans l'océan, c'est la multitude de rencontre qui crée cette océan, qui change notre vie et influe notre destin...
Elliana & Owen

Depuis combien de temps est-ce que je tenais le rôle de la proie ? Je préférais de loin être le chasseur que le gibier. Alors dis-moi, petite blonde, depuis combien de temps me suis-tu ? Pourquoi me suis-tu ? Pensais-tu réellement que je ne m’en rendrais pas compte et que tu pourrais ainsi rentrer chez moi ? Je n’en sais rien mais on ne peut pas te le renier : tu sais provoquer un homme. Penses-tu réellement agir de la bonne façon ? Je n’en serais pas aussi sur à ta place, tu devrais apprendre à te retenir face à celui qui maintient une lame sous ton cou, mais ce n’est qu’un conseil…
Elle provoque de nouveau, cette fois sur une lutte sexuelle. Penses-tu réellement que tu pourrais gagner dans une lutte nous engageant sur un plan sexuel ? Eh bien, au moins, je sais que tu ne m’as suivi que cette fois, si tu avais su me voir avec l’une de mes conquêtes, tu saurais très bien que je ne suis pas du genre à me battre bien longtemps, je finis toujours par dominer, c’est ainsi que les choses se passent, forcément. Pour les réponses, tu pourras toujours attendre par contre, je ne risque pas de t’en fournir.

« Même dans ce genre de combat, tu ne gagnerais pas, ni la domination, ni les réponses. »

Retournes-toi maintenant et doucement, sinon, je te laisse une nouvelle voie pour respirer… Encore une fois, ce n’est pas forcément ma préférence d’agir ainsi mais je n’en ressens pas forcément de honte. Ce qui doit être fait sera fait, c’est ainsi que les choses se dérouleront comme elles se sont toujours déroulés…
Je peux enfin la voir de plus près, la considérer du regard. La première chose que j’observe chez elle, ce n’est pas sa beauté ou sa soumission, c’est plutôt sa dangerosité. Elle n’a pas l’air de l’être mais je connais bien des personnes qui n’ont pas l’air dangereuses et le sont pourtant. Alors oui, je lui demande de quelle espèce elle est. Une question absurde pour elle assurément, mais qui me renseignera sur elle et sur ce que je ferais d’elle. Moroï apparemment… Tu viens de signer la fin de ta vie de non captive, dommage pour toi, tu aurais mieux fait de rester chez toi. Elle me propose de passer à autre chose sauf que rien ne pourra assez me distraire pour me faire changer d’avis. Elle s’avance et ma lame glisse le long de sa peau, laissant une marque ensanglantée le long de son cou avant que je ne sois attiré vers elle par sa main contre mon pantalon. Entreprenante, beaucoup trop même. J’écarte légèrement ma lame, mais mon autre main attrape ses cheveux dans une poigne serrée, je tire d’un coup sec, pas forcément douloureux, mais brusque, vers l’arrière, la forçant à lever le menton. Je vois en même temps ses légers crocs, elle ne m’a pas menti donc…

« N’aurais-tu donc aucun instinct de survie ? »

Je cherche la réponse au fond de ses prunelles mais on dirait que non, elle pense n’avoir aucune limite… Tu as tellement tord, on en a tous, si tu rencontres l’unité, tu comprendras bien vite où sont les limites.
Finalement, je ne sais pas ce qui me décide à agir, mais je laisse retomber ma lame contre le sol, je pose une main sur sa hanche, entre son corps et le mien et la pousse pour la faire reculer vers le mur. En même temps, mes lèvres s’écrasent contre les siennes pendant que son corps se presse contre le mur, mes doigts pris dans ses cheveux râpent contre les briques derrière elle mais la douleur n’est qu’une des choses que je recherche, elle ne me fait pas peur. Je ne laisse pas nos corps se toucher pendant que mes lèvres agressent les siennes, pendant que ma langue envahit sa bouche. Finalement je me retire, la regardant dans les yeux. Est-ce que tu te sens toujours aussi sûre de toi, ma petite blonde ? Même face à cette domination ? Ou penses-tu pouvoir réfléchir à tes prochaines actions ? Je me rapproche de nouveau, parlant en ne laissant que quelques millimètres entre nos lèvres.

« Tout le monde est une menace mais on peut toujours dompter les autres. Fais attention à tes actions, elles te mèneront sûrement à des découvertes trop grandes pour que tu restes en vie, mais tu le comprendras sûrement bien assez vite, petite Moroï. »

Penses-tu que je vais t’embrasser de nouveau ? Non, je ne compte pas le faire. Un baiser, c’est déjà bien assez, ne penses-tu pas ? Mes lèvres partent contre son cou, contre cette ligne de sang sur laquelle j’imprime la marque de mes lèvres, me maculant la bouche de ce liquide carmin. Et maintenant, je dépose un autre baiser sur ses lèvres, mais juste une simple pression avant d’attirer sa lèvre inférieur entre mes dents, la mordillant et m’en détachant ensuite. Cette fois, avant de me détacher de son corps, je n’hésite pas à appuyer mon bassin contre le sien, la fixant droit dans les yeux. Tu veux provoquer ? Je sais le faire aussi… Je lui adresse une dernière fois la parole en ramassant ma lame et en prenant le chemin vers l’entrée de l’immeuble et donc mon appartement.

« Tu penses toujours pouvoir t’engager dans une lutte sexuelle avec moi ? »

Oui, je te laisse le choix. Fuis-moi, je donnerais ton identité à quelques personnes qui iront te chercher… Ou suis-moi à l’intérieur et nous verrons bien ce qui se passera… Je ne suis pas pressé, nous avons tout notre temps devant nous, aucun de nous deux ne craint le soleil après tout…

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Une rencontre est comme une goutte d'eau dans l'océan | Elliana & Owen   Jeu 16 Juin - 17:24


Une rencontre est comme une goutte d'eau dans l'océan
Owen & Elliana


Pourquoi ne veux-tu pas répondre à mes questions ? Je ne cherche pas ces réponses pour les retourner contre toi, si tel avait été le cas, je n'aurais pas chercher à être aussi sympathique avec toi, je l'aurais fais de manière beaucoup plus brutale, beaucoup plus cru. Je ne suis pas du genre à m'approcher de n'importe qui, j'ai plutôt tendance à me méfier des gens, à les éviter, à rester loin d'eux pour ma propre sécurité. Tu m'as tout l'air d'être le genre de type qui pourrait vite me merde dans une merde noire, je ne sais pas ce qui m'attend avec toi, mais je sais que je pourrais à tout instant finir avec de sacré ennui sur le dos. Pourtant, je n'hésite pas à le provoquer. Tu crois pouvoir remporter haut la main un combat sexuel ? Je suis plutôt doué dans ce domaine, j'ai plus d'un tour dans mon sac, mais tu n'as pas l'air d'être porté sur la soumission, ce qui risque d'être un véritable problème entre nous. Je n'aime pas me rabaisser, je n'aime pas que les gens le fasse, alors pourquoi je te laisserais faire ? J'imagine que tu n'as plus qu'à faire tes preuves, peut-être que je pourrais revoir mes positions.
 
« Oublions donc ces réponses, au fond, ce n'est pas le plus intéressant, non ? »
 
Je vois bien que l'idée de me donner ces réponses ne t'enchante pas, alors laissons-le de côté, tu veux bien ? J'ai bien envie d'obtenir mes réponses, mais j'ai envie d'obtenir autre chose, plus encore que ces réponses, et avec un peu de chance, tu voudras bien me l'offrir. Accepteras-tu de me laisser ton corps pour la nuit ? Tu as l’air étonné que je prenne ainsi les choses en main. Es-tu plus habitué à avoir des femmes qui se laisse faire ? Je ne suis pas ce genre de femme, je suis même le genre de femme qui aime prendre les choses à leurs avantages, mais encore une fois, cela est entre tes mains. Prouves-moi que tu peux me faire passer une soirée exceptionnelle, et j’aviserais sur ma manière de faire les choses, d’accord ?  Je m’approche de lui, sans faire attention à la lame qui entaille ma peau. Je suis habitué à la douleur, alors ce n’est pas ce qui me fera reculer. Je sens quelques de mon sang couler le long de ma peau, mais je ne recule toujours pas. Je n’ai pas d’instinct de survie ? Peut-être pas, mais jusqu’à aujourd’hui, cela m’a plutôt bien réussi, alors pourquoi changer une habitude qui gagne. C’est ce manque d’instinct de survie qui fais que je suis aussi intéressante au yeux de tous. Cela sera-t-il le cas avec toi aussi ? C’est ce manque d’instinct de survie qui me pousse à t’attraper par le pantalon et t’attirer plus proche de moi encore. Mais tu n’as pas l’air de vouloir me céder ton corps aussi facilement. Tu ne cherches pas à entrer en contact avec moi, tu restes juste là , et retire ta lame. Visiblement, tu n’es pas encore prêt à me tuer, c’est plutôt une bonne chose. Me livreras-tu à ton unité ? J’espère bien que non. Tu as un caractère qui me plaît bien, je n’aurais rien contre l’idée de te revoir après cela. Sa main ce mêle à mes cheveux, mais cela n’a rien d’un geste délicat, bien à son inverse. Il tire sur mes cheveux pour faire basculer ma tête en arrière. Est-ce une manière de me dire que je suis allé trop loin, ou juste un rappel pour me faire comprendre que je n’aurais pas les commandes ce soir ? Peut importe, je crois que je pourrais m’habituer à cette violence pour toi.

Sa main contre ma taille fait naître de merveilleux frissons le long de mon corps, avant que mon dos cogne contre le mur, et que ces lèvres s’écrasent contre les miennes. Tu penses avoir remporter la partie en prenant le contrôle de mon corps, mais au final, n’est-ce pas moi qui serait parvenu à te faire céder ? Je suis bien heureuse que tu n’es pas décidé de me résister plus longtemps. Ces lèvres sont possessives contre les miens, sa langue est envahissante, tu ne laisses pas la moindre hésitation face à la place qu’est la tienne. Tu es un dominant, je comprends à quel point maintenant, mais je vis au sein des Strigoï, j’ai l’habitude de faire face à des gens qui se pensent au dessus de moi. J’accepte de te laisser la domination, mais n’espère pas non plus me traiter comme une moins que rien, cela je ne l’accepterais pas.

« C’est ce que tu veux, n’est-ce pas ?  Dompter mon corps ? Qui suis-je faible moroï pour te le refuser ? »

Tu pensais m’effrayer en étant aussi direct avec moi ? Tu n’as fais qu’augmenter mon désir pour toi. Ne te trompes pas ? Je ne fléchis pas, je suis juste prête à t’offrir ce que tu souhaites en échange de cette nuit passé avec toi. Ces lèvres sont toutes proches des miennes, j’ose espérer qu’il m’embrassera de nouveau, mais ces lèvres glissent le long de mon cou, embrassant ma coupure. Ces lèvres sont teintées de rouge lorsqu’il les dépose de nouveau contre les miennes. Certaines pourraient trouver cela rebutant, ce n’est pas mon cas. J’apprécie ce baiser à sa juste valeur. M’offriras-tu plus de toi, de ton corps ? Ces hanches frôlent les miennes, me tentant une nouvelle fois, avant qu’il ne s’éloigne, ramassant sa lame, pour se diriger vers l’intérieur de l’immeuble.

« Je ne pense pas pouvoir remporter cette manche.. mais je peux toujours essayer »

J’aurais pu le quitter maintenant, trouver un homme qui accepterait de me laisser prendre la main, qui me laisserait jouer avec son corps, mais cela ne serait pas aussi intéressant, alors au lieu de prendre la suite, je rentre avec lui dans l’immeuble, le suivant jusqu’à son appartement. Je ne m’attarde pas sur le décoration, ce n’est de toute façon pas ce qui m’intéresse. Je me tourne vers lui, alors qu’il ferme la porte. Est-ce maintenant que le combat débute entre nous ? Je m’approche de lui, posant une main sur son torse, l’autre derrière sa nuque, capturant ces lèvres des miennes. Comme tu vois, je n’abandonne pas la partie, bien que je me doute que tu ne tarderas pas à reprendre la main, je profite de ce cours instants où je peux l’avoir. Je mordille sa lèvre, son menton, son cou, frottant mon corps au sien. Faiblirais-tu ? J’espère que tu n’as pas déjà abandonné la partie !


Dernière édition par Elliana Marshal le Ven 2 Sep - 22:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Une rencontre est comme une goutte d'eau dans l'océan | Elliana & Owen   Jeu 16 Juin - 17:26

Une rencontre est comme une goutte d'eau dans l'océan, c'est la multitude de rencontre qui crée cette océan, qui change notre vie et influe notre destin...
Elliana & Owen

Qui es-tu ? Une femme un peu trop curieuse ou une ennemie dont je n’avais pas connaissance ? Est-ce que te poser la question serait vraiment utile ? Je n’en ai aucune idée mais je sais déjà que je ne répondrais pas à tes questions, peu importe la façon dont tu comptes me tenter, peu importe les provocations que tu utiliseras… Tu es surement une ennemie, tu peux être une cible future, je devrais juste t’assommer et m’assurer que tu arrives à l’unité… Mais je ne l’ai pas encore fait, je dois avouer m’être demandé pourquoi, mais je n’agis pas, pas encore…

Elle se retourne, me permettant de l’observer. Une petite blonde mais ce qui m’intéresse réellement est ta nature. Une moroï donc… Pas étonnant que tu es décidée de me suivre jusqu’ici, tu as surement reconnu la nature de ma précédente proie. Malheureusement pour toi, ce choix va te coûter ta liberté et peut-être même ta vie. Tu continues à me tenter, mais cette fois sur le sexe. Devrais-je céder ? Non. Est-ce que je cède ? Oui… Je dois être légèrement idiot… Si elle n’a aucun instinct de survie, je n’ai aucune intelligence ce soir. Ma main tire sur ses cheveux, mes doigts râpent contre les briques, mes lèvres prennent les siennes quand mon autre main se retrouve contre sa hanche. Aucun autre contact, je ne l’aurais pas apprécié de toute façon, pas alors que j’étais déjà en train de me demander pourquoi j’agissais ainsi…
Je m’écarte de ses lèvres pour répondre à sa provocation, lui donnant une petite mise en garde. Pourquoi encore une ? Je ne sais pas, disons que son culot est assez plaisant… Mais je ne tenterais pas forcément de lui sauver la vie à chaque occasion. Si elle se décide à jouer avec le feu, je la laisserais se brûler pour comprendre que cet élément peut être dangereux… Elle répond également à ma provocation et un léger sourire vient étirer mes lèvres. Ne rêvons pas, ce n’est pas le grand sourire hilare de la plupart des gens mais encore une fois, je ne peux qu’admirer son culot.

« Ce que je veux… Je ne sais pas si tu souhaites en prendre conscience. Ce n’est pas une histoire de dompter, ce n’est pas uniquement l’histoire d’une domination… Tu finiras peut-être par en prendre conscience. »

Si tu souhaites continuer cette rencontre… Pour ton intérêt, je ne te le conseille pas mais je ne vais pas non plus me retenir quand on se jette dans mes bras… Je peux simplement t’offrir une dernière mise en garde, en te montrant jusqu’où je peux aller. Les baisers seront pour un autre jour, pour une autre fois, mes lèvres se dirigent vers la ligne sanglante de ton cou, les colorant de rouge avant que je ne dépose un baiser sur les tiennes. Et maintenant, ma petite blonde, comment comptes-tu réagir ? Mes hanches se pressent un instant contre les siennes, le seul contact que je permets entre nos corps avant de m’éloigner, lui demandant si elle souhaitait toujours me suivre, si elle souhait s’engager sur ce chemin… Sa réponse me fait prendre conscience que oui, elle pense pouvoir tout affronter, elle pense pouvoir tenter de garder le dessus…
Je ne réponds rien, la réponse viendra d’elle-même au fil de la soirée, je ne fais qu’avancer dans l’immeuble, montant les étages jusqu’à l’appartement. Elle m’a suivi jusque là vu qu’elle passe devant moi quand je referme la porte puis la verrouille. Rester dans le salon n’est pas ma première intention mais il semblerait que ce soit la sienne quand elle envahit mon espace personnel pour prendre mes lèvres entre les siennes. Je lui laisse cet instant de semi-dominance, de partage, répondant au baiser mais quand elle descend sur mon cou en se frottant à moi, j’attrape quelques mèches de ses cheveux pour tirer sa tête en arrière, croisant son regard en la maintenant ainsi, immobile.

« Disons qu’il y a quelques petites règles, la première on évite trop de baisers, la deuxième… On va dans la chambre pour éviter de tomber sur de mauvaises surprises. »

Tomber sur ma sœur en cet instant ne serait pas du meilleur effet… Je lâche sa chevelure, laissant mes deux mains courir sur ses flancs, je me penche ensuite légèrement pour attraper ses cuisses et la soulever. Profite-en, j’autorise les contacts pour l’instant, je les initie même, mais ça ne durera pas…
Je me dirige immédiatement vers ma chambre, refermant la porte d’un coup de talon. Je ne perds pas de temps avant de nous faire atterrir sur le lit, glissant mes mains le long des poignets de cette petite blonde et les plaquant au-dessus de nos têtes, alignant en même temps nos bassins dans une forte pression. Autant faire rapidement monter la température, qui sait de combien temps nous disposons… Je la fixe droit dans les yeux avant de prendre la parole, laissant mon souffle caresser ses lèvres…

« Tu serais une gentille fille si tu laissais tes mains là. Le seras-tu ? »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Une rencontre est comme une goutte d'eau dans l'océan | Elliana & Owen   Jeu 16 Juin - 17:28


Une rencontre est comme une goutte d'eau dans l'océan
Owen & Elliana

Je ne sais pas ce que tu comptes faire de moi, mais je préfère davantage lorsque tu m'embrasses, plutôt que lorsque tu me menaces. Ce simple baiser me laisse entrevoir une certaine partie de ta personnalité. Tu n'es pas du genre à te laisser marcher sur les pieds, je le vois bien, et je sais d'avance que je ne remporterais pas cette partie, mais cela ne m'empêcheras pas d'essayer. Tu m'attires, je serais folle de prétendre le contraire. Je crois que peu de femme ne serait pas attirer par ton corps, mais ce n'est pas la seule chose qui retient mon attention chez toi. Tu as un caractère tout à fait particulier, qui me plait plutôt bien. J'ai envie d'en savoir plus sur toi, et ce n'est pas en disparaissant au beau milieu de la rue, que j'en apprendrais davantage sur toi. Cela me coutera peut-être la vie, peut-être que je perdrais à mon propre jeu, mais je sais ce que je vaux, je connais mes atouts pour faire valoir mes arguments, et je n'abandonnerais pas avant d'avoir atteins mes objectifs. Je suis une femme têtu, j'ai appris à être forte avec le temps, et ma rencontre avec Hector n'a fais qu'accentuer ce trait de ma personnalité. Alors ce n'est pas toi qui me fera reculer, tu peux en être certain.

Le goût du sang en aurait fais reculer plus d'une, pas moi. Je vis avec un Strigoï, je l'ai déjà vu se nourrir, je me nourris moi-même de sang, alors ce n'est pas le goût de mon propre sang que me fera peur. En revanche, je m'étonne que tu sois capable d'une telle chose toi, alors même que tu confies les êtres de la race des Strigoïs à je ne sais quelle unité. N'es-tu pas censé être rebuté par ce genre de chose ? Me laisseras-tu goûter à ton sang ? Je crois que cela sera une limite à ne pas franchir, pas aujourd'hui en tout cas, peut-être qu'avec le temps, je parviendrais à briser tes barrière. Oui, tu l'as compris, je compte bien te revoir, et même plutôt deux fois qu'une. Traitez moi de folle, j'assumerais ce rôle avec plaisir, mais comment voulez-vous que je recule, lorsque ces hanches frôlent les miennes, dans cette délicieuse promesse que sera notre soirée. Je ne peux tout simplement pas laisser tomber, pas après ces deux baisers, pas après cette douce tentation. Je lui emboite le pas, grimpant mes escaliers à sa suite, jusqu'à son appartement. Je passe la porte avant lui, et j'attends à peine que celle-ci soit refermée avant de me jeter sur ses lèvres. Tu as voulu me tenter en bas, peut-être aurais-tu mieux fais d'attendre car maintenant, je ne pourrais plus être très sage.

Sa main se referme sur mes cheveux, les tirants violement en arrière, alors qu'un grognement m'échappe. Alors c'est ainsi que tu précèdes ? Tu ne veux pas que je t'embrasse à moins d'avoir toi même initié le contact ? Je ne suis pas certaine d'être en mesure de me retenir à tous les coups, mais je peux au moins faire un effort, quand à changer de pièce, très franchement, je n'avais rien contre rester ici, cela nous aurait fais gagner du temps, mais puisque tu veux rejoindre ta chambre, rejoignons la. Mes jambes s'enroulent autour de sa taille, alors qu'il me porte jusqu'à son lit, me jetant presque dessus. Mes mains se retrouvent prisonnières au-dessus de nos têtes, maintenu par sa poigne, et ses hanches se collent une nouvelle fois contre les miennes. Ne me tentes pas de la sorte si tu ne fais rien derrière, ce n'est pas loyale, pas alors que je ne peux pas jouer au même jeu. Je me cambre contre son corps. Ce n'est pas parce que tu as fais mes mains prisonnières, que je ne suis pas capable de te tenter moi aussi. Son souffle chaud contre mes lèvres me donne d'autant plus envie de l'embrasser, mais je n'en fais rien, me contentant de mordiller ma lèvres inférieur, mon regard plongé dans le sien.

« J'ai bien peur que tu doives m'attacher, car je ne suis pas une gentille fille »

C'est une provocation ouverte. Je devrais être contre cette idée, je devrais faire ne sorte de reprendre l'avantage sur lui, mais au contraire, je lui offre la possibilité de jouer son rôle de dominant à la perfection, en allant jusqu'à m'attacher. Tu n'auras pas d'autre choix, car à l'instant même où tu lâcheras mes mains, je les poserais une nouvelle fois sur ton corps. Attache-moi, ou maintiens-moi de la sorte toute la soirée, mais je préfèrerais autant que tu uses de tes deux mains pour mon plaisir.


Dernière édition par Elliana Marshal le Ven 2 Sep - 22:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Une rencontre est comme une goutte d'eau dans l'océan | Elliana & Owen   Jeu 16 Juin - 17:28

Une rencontre est comme une goutte d'eau dans l'océan, c'est la multitude de rencontre qui crée cette océan, qui change notre vie et influe notre destin...
Elliana & Owen

Pourquoi me suis-tu si tu penses que je suis tordu ? Car c’est ce que tu m’as fais comprendre en quelques mots. Tu penses que je veux dompter ton corps, tu te demandes ce que je fais, tu comprends pourtant que tu pourrais être ma cible… Pourquoi te jeter dans la gueule du loup malgré tout ? Tu es une moroï incompréhensible mais en même temps… Je n’ai jamais compris les Moroïs donc je suppose que je ne commencerais pas maintenant, voilà tout.
Nous grimpons les étages et finalement, si peu de choses a de l’importance. Céder à ton corps est une erreur mais je m’assurerais d’agir au mieux ensuite. Pour l’heure, je ne réfléchis pas aux conséquences mais je ne doute pas que j’y penserais ensuite pendant des heures, que je décortiquerais chaque instant. Mais pour l’instant, je laisse la douleur et le plaisir, la soumission et la domination, le yin et le yang prendre toute son ampleur sur moi.

Tu tentes de m’embrasser, de contrôler quelques instants de notre relation. Je ne te repousse pas immédiatement, je te laisse ces quelques instants mais ce seront les seuls. Quand tes lèvres descendent contre mon cou, je reprends le contrôle. Rester ici n’était pas une bonne idée de toute façon alors autant que nous bougions et que nous commencions à agir à ma façon. Visiblement, tu es déçue. Je t’ai pourtant mise en garde, pensais-tu que je ne faisais que de la provocation ? Que je ne pensais pas ce que je disais ? Tu apprendras bien vite que je tiens toujours parole, je ne suis pas le genre d’homme à me rétracter une fois que j’ai parlé…

Je l’entraîne donc vers la chambre, entraînant un contact plus prolongé entre nos deux corps en la portant. Je m’assure de refermer la porte derrière nous d’un coup de talon avant de la faire rejoindre le lit, m’alignant au-dessus de son corps. C’est un réflexe tout autant qu’une mise en garde, j’attrape ses poignets que je plaque au-dessus de sa tête, les maintenant de mes mains. Nos deux corps sont en contacts, bien plus que je ne le suis habituellement et c’est par son fait. On dirait qu’elle est assez tactile… Voilà bien une différence entre nous deux. Le sexe ne me dérange pas, les contacts inutiles… Je préfère les oublier mais on dirait que tu ne seras pas d’accord avec moi. Dois-je t’attacher pour que tu m’écoutes ? Il semblerait, du moins si j’en crois tes mots. Mes yeux s’ancrent dans les tiens pour voir si tu es sérieuse, il semblerait… Qui es-tu, toi qui semblait si loin de la femme soumise et dominante mais délectable de cet instant ? On dirait que tu hésites entre deux pôles de ta personnalité… Peut-être puis-je te guider vers la bonne direction ?

« Alors je t’apprendrais à devenir une gentille fille… »

Mes mains lâchent ses poignets, je sais déjà que les siennes se retrouveront sur mon corps mais je préfère enlever ses vêtements maintenant avant d’être obligé de les déchirer. Enlever son haut ne me prend quelques secondes, je ne perds pas de temps avant de décrocher son soutien-gorge et je me sers de lui pour attacher cette petite blonde au lit. Il faut parfois être créatifs… Les bretelles de ce soutien-gorge font de magnifiques menottes et elles enserrent parfaitement ses poignets pendant que l’attache la maintient contre le montant de lit. Bien sur, ce n’est que du tissu, ça pourrait très vite se déchirer. Mais la symbolique du geste devrait être suffisante pour qu’elle ne bouge pas trop… Du moins je l’espère pour elle. L’une de mes mains glisse doucement contre ses poignets pendant que je m’assure que ces liens provisoires ne coupent sa circulation sanguine. Mon autre main me maintient au-dessus de son corps et mes yeux s’ancrent dans les siens quand je prends la parole.

« Tu pourrais surement te dégager de là en bougeant assez… Mais je compte sur toi pour te restreindre et je te promets un plaisir bien plus grand si tu te retiens de te détacher. »

Me croiras-tu ? Tu le devrais car je suis sincère. Mes lèvres se déposent contre son cou, descendant sur sa poitrine ensuite. Il n’y a rien de doux dans mes gestes, mais rien de violant également. Je compte être son plaisir ce soir, pas sa souffrance. Mais j’ai banni le mot douceur de mon vocabulaire depuis bien des années. Alors mes gestes sont sensuels, cherchent à amener son désir au plus haut mais je ne cherche pas à être tendre… Mais tu t’en rendras compte par toi-même au fil de la soirée, je n’en doute pas…

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Une rencontre est comme une goutte d'eau dans l'océan | Elliana & Owen   Jeu 16 Juin - 17:29


Une rencontre est comme une goutte d'eau dans l'océan
Owen & Elliana

Est-ce que je fais bien de suivre ce type ? N'est-ce pas un peu dangereux pour moi ? Sa première réaction a été de me mettre un couteau sous la gorge, et moi, je me jette dans ces bras, je crois que l'on ne pouvait pas faire pire que moi, mais quelle femme aurait pu résister après le baiser qu'il venait de me donner ? Dur et possessif, mais bien l'un des meilleurs baisers que l'on ne m'a jamais donné. Est-ce que cela fait de moi une folle de me baser sur cette simple sécurité pour le reste de la soirée ? Oui ? Alors considérez-moi comme folle, je m'en fiche pas mal. Je grimpe les marches derrière lui, et j'admets que je lui aurais bien fais presser le pas, mais m'aurait-il au moins écouté ? Je ne crois pas, alors autant économiser mes mots pour des paroles plus appropriées. Je prend quelques secondes pour observer les coins, et j'admets que la décoration n'était pas celle à laquelle je m'attendais venant de lui, mais après tout, peut-être qu'il ne vit pas seul, j'étais mal placé pour discuter de cela, moi-même je ne vivais pas seule après tout.

Qu'attends-tu au juste ? Pourquoi n'es-tu pas déjà en train de me déshabiller ? Tu ne veux pas passer à l'action ? Je peux le faire moi-même si tu le souhaites. Je n'attends pas plus longtemps, mes lèvres se retrouvent contre les siennes, alors que son corps cogne contre le mur. Je suis sauvage, sans être trop violente pour autant, le juste mélange qui rendrait n'importe quel homme dingue, mais qui ne le pousse pas à agir comme je l'aurais souhaité.. Je me retrouve tiré par les cheveux, et l'instant d'après, je suis dans ces bras, mes jambes enroulées autour de sa taille, alors qu'il me mène à ce qui ressemble à sa chambre. Il semblerait que les choses se concrétisent enfin, ce n'est pas trop tôt, j'ai presque failli patienter.. Je ne suis pas une femme très patiente, comme vous aurez pu le constater. Je me retrouve allongée sur le matelas, son corps au dessus du mien, et si, avec mes partenaires précédents, j'avais une préférence pour la place du dominant, j'accepte volontiers de la lui laisser, cela pourrait donner une expérience haute en couleur, j'en suis presque certaine.

Crois-tu sincèrement que je pourrais me transformer d'une seconde à l'autre en une gentille fille, bien obéissante ? Allons tu as toi-même vu que j'étais bien plus rebelle que cela, alors je ne devrais sans doute pas te faire cette proposition, mais si tu espères tirer quelque chose de moi, tu devras m'attacher. Crois-tu que tu parviendras à m'apprendre à être une gentille fille ? Je crois que cette soirée pourrait nous réserver bien des surprises, mais pas celle-là, ou alors, il faudrait que tu te montres très convainquant, mais je doute que cela soit possible. Ces mains lâchent mes poignets, pour commencer à me déshabiller, et de manière naturelle, je viens les poser sur ces épaules, pour l'attirer plus proche de moi encore, me fichant bien qu'il apprécie ou pas. Mon haut disparaît, et mon soutien-gorge subit vite le même sort, à la différence qu'il l'utilise pour maintenir mes bras loin de son corps, attachés à la tête de lit. Au moins, je serais qu'il prend en compte mes désirs, même si je me serais bien passer de celui-ci. L'avantage, c'est que de cette façon, il garde ces propres mains pour faire des merveilles sur mon corps.

« Fais donc voir de quoi tu es capable, et après je déciderais si cela vaut le coup que je me tienne tranquille »

Est-ce que je serais capable de me restreindre, et ne pas me détacher de là ? J'imagine que nous le serons tous le deux en essayant parce que je n'ai jamais été confronté à ce genre de situation avant toi. Ces lèvres se déposent au creux de mon cou, avant de poursuivre leur chemin sur ma poitrine. Ces mouvements ne sont pas particulièrement doux, mais je m'en fiche pas mal, j'ai toujours eu une préférence pour les ébats un peu mouvementés. Il est doué, je ne peux pas le lui renier, mais il aime peut-être un peu trop prendre son temps à mon goût. Je ne suis pas une femme patiente, vous vous souvenez ? Mon bassin part à sa rencontre, frottant contre le sien. Comme tu peux le voir, ce n'est pas parce que j'ai les mains bloqués, que je suis démunie, attache moi les pieds, et je trouverais un autre moyen de te tenter.

« Et si on sautait l'étape des préliminaires, pour directement passer à ce qui m'intéresse ? »

En d'autre terme, fais-moi l'amour sauvagement, sans attendre. Les petits jeux, cela n'a jamais été dans mes habitudes, et je ne crois pas que cela puisse vraiment changer aujourd'hui. Tout ce que je veux, c'est pouvoir profiter de ton corps, alors peut-être que tu pourrais me l'offrir sans en faire qu'à ta tête ?


Dernière édition par Elliana Marshal le Ven 2 Sep - 22:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Une rencontre est comme une goutte d'eau dans l'océan | Elliana & Owen   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une rencontre est comme une goutte d'eau dans l'océan | Elliana & Owen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le courage de la goutte d'eau, c'est qu'elle ose tomber dans le désert. ~ Rhodes
» Fais moi découvrir ta bibliothèque.
» [VIIème tournoi] Quart de Finale Setesh/Kakyo: Il y a comme un coup de foudre dans l'air!
» Je suis comme ce poison qui coule dans tes veines : je te fais mourir à petit feu ~ Maria
» Le courage est comme le diament il brille dans l'ombre ⌂ Modifications faites ! ⌂

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vamp Academy :: Archive :: Rps Marie & Laure-
Sauter vers: