Forum d'écriture privé
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Cri du coeur | Alec & Alicia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Cri du coeur | Alec & Alicia   Dim 12 Fév - 22:18


Cri du cœur
Alec & Alicia

Qu’est-ce que je détestais ce foutu centre ! J’avais beau comprendre qu’il ait une certaine utilité, et encore, elle était discutable, il n’empêche que ce lieu méritait d’être rayé de la surface de la terre. Quand j’observais ses bâtiments lisses, sa structure métallique et surtout, le big boss qui y siégeait, une certaine envie d’aller chez Chloé pour faire le plein de C4 me prenait. Sauf que pour aujourd’hui, j’avais été obligé de me retenir. Il fallait que je me présente sous mon meilleur jour. J’avais même fait l’effort de venir avec des vêtements décents. Un jean sombre et prêt du corps ainsi qu’un débardeur qui n’était ni déchiré, ni tâché de sang.

Pour explication, je me suis ramené ici pour… Régulariser, si je puis dire, la situation de Callie. Ça fait des semaines qu’elle est redevenue humaine, et une ou deux semaines qu’elle m’évite comme une anguille. Cette fille est tout autant insaisissable que cette espèce, et cela commence lentement à me mettre les nerfs en pelote, pour rester poli. Je ne suis pas du genre à attendre en souriant, quand je sais que de la merde va bientôt pleuvoir. Parce que je ne connais pas les raisons de son éloignement, mais ça pue, même de loin. Et je déteste cette attente, je préférerais encore savoir…

Je me retrouve, une heure plus tard, à sortir de l’immeuble et je peux enfin respirer. Putain, ce qu’il m’a fallu pour me retenir de casser la figure de ce salaud de directeur. Je déteste les bureaucrates mais plus encore ce mec. En plus il était accompagné de ce mec, ce militaire, totalement humain, et sa femme. Et les deux étaient tous aussi pédants et chiants. J’ai bien cru que j’allais en égorger un avant la fin, j’ai senti ma main me démanger d’attraper ma machette. Pour ça que je me suis précipité dehors. Et maintenant, je prends le temps d’observer les alentours.

Je suis du genre à me perdre dans un quartier rempli de cul de sac, mais je suis pas du genre à oublier un visage. Et cette femme, sous cette casquette de baseball, elle était déjà là tout à l’heure. Pire encore, même si elle est installé tranquillement, dans le coin le plus extérieur de ce café, je jurerais qu’elle jette des coups d’œil régulier au centre. Et pourtant, les moroïs se sont assuré, avec leurs trucs bizarres, que ce bâtiment n’attire pas l’œil. Alors elle est forcément au courant. Mais pour qu’elle le regarde aussi souvent, ça pue. Je dois dire, j’en ai rien à foutre mais j’aimerais bien qu’ils recréent l’identité de ma petite amie avant que tout n’explose.

Je disparais dans un coin de rue et je dois attendre presque une heure avant de voir la fille se lever. Oui je sais, j’ai une heure de ma vie à perdre mais il fait jour de toute façon, alors les rues sont plus ou moins sûre, de quoi justifier que je perde mon temps. En tout cas, j’ai failli m’impatienter, heureusement qu’elle se décide enfin à bouger. Et encore mieux, elle vient vers moi. Décidément, c’est que la chance me sourit. J’attends qu’elle arrive à ma hauteur, puis je sors de l’ombre pour l’attirer dans ma ruelle. Je dois contrer une de ses réactions instinctives de combat, avant de la faire tomber sur le sol, la plaquant ensuite de tout mon poids sur celui-ci. Je dépose la lame de ma machette sous sa gorge, mes cuisses enserrant ses hanches et l’empêchant de bouger. Je croise ensuite son regard énervé, ce qui me fait sourire. J’ai également pu apercevoir ses dents, ni strigoï, ni moroï… Par contre, je n’élimine pour le moment aucune autre possibilité. Je murmure à son encontre.

« Tu as l’air d’avoir une dent contre ce bâtiment, ma chère. Malheureusement, je peux pas te laisser tout faire péter aujourd’hui, il y a quelque chose que j’attends d’eux. Donc va falloir que tu te contentes de ma personne aujourd’hui parce que je ne te laisserais pas t’approcher de ce lieu. »

Je crois entendre derrière nous du bruit mais je n’ose pas me retourner. Je parie que c’est le couple de chieur qui ressort, l’humain et l’alchimiste. Bah tant mieux, ça fera des cons en moins dans cette partie de la ville…

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Cri du coeur | Alec & Alicia   Mar 14 Fév - 19:47


Cri au cœur

J’ai bien cru halluciner lorsque mon regard s’est posé sur cet homme. Combien de chance y a-t-il pour que je croise dans cette ville l’un des hommes qui avait pris plaisir à me torturer durant mon séjour au centre de rééducation ? Très peu. Je lui avais juré de le briser, dès lors que je sortirais de cette prison, jusqu’à ce qu’il disparaisse, transférer dans un autre centre, une autre ville. Missoula apparemment. Es-tu venu ici torturer d’autres alchimistes ? Je n’en doute pas, vu le plaisir qui se lisait sur ton visage à chaque nouveau coup, à croire que tu n’attends que ça, qu’un des tiens commettent une erreur pour pouvoir le punir. Les hommes comme toi méritent de mourir, peut-être tout autant que les monstres que je pourchasse.

Je le vois au loin entrer dans un bâtiment et ce n’est pas bien compliqué de deviner de quoi il s’agit, un autre centre de rééducation. Sauf que je n’entre pas, je ne serais pas la bienvenue là-bas et ils me repéreraient facilement étant donné l’alerte que ma mère a récemment fait passer auprès des centres de tout le pays pour me retrouver. Comment je le sais ? Allons, je ne vais pas non plus vous révéler toutes mes sources. Qu’est-ce que je compte faire maintenant ? Respecter ma promesse et pour ça il faut que le méchant monsieur repointe le bout de son nez. Je n’avais rien de prévu pour aujourd’hui de toute façon, alors j’ai tous le temps d’attendre.

Assise à un café, je surveille les allées et venues de ce centre, attendant ma proie. Combien de temps compte-t-il se cloîtrer à l’intérieur au juste ? Je suis prête à crécher là toute la nuit s’il le faut, et puis le café est plutôt bon alors pourquoi partir si tôt ? J’ai bien dû refouler trois dragueurs au cours des heures qui ont défilées, ça ne m’a pas pour autant démotivée de ma mission, au contraire, au moins ça m’aura fait un peu de distraction. C’est alors que je l’aperçois à travers la baie vitrée, marchant derrière ce couple tout droit vers la sortie. C’est ma chance.

Je dépose un billet sur le comptoir et quitte enfin le café, me rapprochant de cette ruelle vers laquelle il devra nécessairement passer pour rejoindre sa route. Ma main tâte discrètement l’une de mes lames, prête à dégainer et la positionner sous la gorge de mon ennemi, jusqu’à ce que cet homme venu de nulle part se mette à agir. Un point en moins pour toi Alicia, ça t’apprendra à te focaliser uniquement sur ton ennemi et en oublier le reste, te voilà bien maintenant, cul au sol avec un type sexy au-dessus de toi. Quoi ? Il est dérangeant mais ça ne l’empêche pas d’être mignon. Malheureusement pour lui son sexappeal ne sera pas suffisamment pour calmer ma colère.

- Rassure-toi je n’ai pas l’intention de poser une bombe, même si l’idée est tentante. Quant à me contenter de ta présence, en d’autres circonstances j’aurais pu dire oui, mais pas aujourd’hui.

Tu veux savoir quel est ton problème mon chou ? C’est que malgré la menace de ta machette sous ma gorge, tu n’as pas vraiment l’intention de me tuer et ça je compte bien m’en servir contre toi. Voilà pourquoi je n’hésite pas à me redresser légèrement, repoussant son visage en arrière de ma main droite en prenant soin d’écraser son œil avec mon pouce. Une fois sa prise relâchée, je ne perds pas de temps à donner un coup dans sa machette pour la faire voler plus loin tout en basculant mes jambes en avant. L’une d’entre elle vient s’enrouler autour de son cou pour le faire tomber au sol alors que je profite du mouvement pour me redresser. Une fois au contrôle de la situation, je ne me prive pas de lui donner un coup de pied au bassin, juste pour m’assurer qu’il reste bien au sol.

- Navrée gueule d’ange mais tu n’es pas assez robuste pour m’arrêter.

Et sur ces mots je me précipite vers la ruelle voisine pour rejoindre ma cible. Merde où est-il passé ? Je regarde autour de moi, trouvant le couple, mais pas mon homme. Je te jure que s’il m’échappe à cause de toi, gentil ou pas je reviens te faire la peau. Mon regard finit par le trouver un peu plus loin, se rapprochant d’une voiture en sortant la clef de sa poche. Toi n’espères pas partir comme ça. C’est dans l’intention de l’arrêter que je m’apprête à courir vers lui, mais il semblerait que le beau gosse de tout à l’heure n’ait pas encore dit son dernier mot.

Revenir en haut Aller en bas
 
Cri du coeur | Alec & Alicia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lady Alicia Andromeda Layana [terminée?]
» Nuage de Minette-Coeur Mélée :2ème entrainement
» daisy caniche x bichon 4 ans ( ta patte sur mon coeur)
» BIJOU FEMELLE YORK 7 ANS EN FA ASSO COEUR SUR PATTES
» L' EAU et le COEUR

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vamp Academy :: Archive :: Rps Marie & Liora-
Sauter vers: