Forum d'écriture privé
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Terminé] Révéles-moi ce que j'ai envie de savoir [Julian]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
La plume plus forte que les baisers... La seringue... L'argent !
Messages : 67
Age : 33
MessageSujet: [Terminé] Révéles-moi ce que j'ai envie de savoir [Julian]   Jeu 16 Juin - 13:03




Révèles-moi ce que j'ai envie de savoir
Julian & Elisa

Cette photo, ce dossier, j’avais pas voulu voir ce que j’avais sous les yeux, mais je devais bien me rendre à l’évidence, l’homme sur cette photo, était l’homme avec lequel j’avais couché dans les bois.. Pourquoi avait-il un dossier à l’unité ? Pourquoi était-il sous surveillance, et pourquoi ne l-avait-on pas enfermé avec les autres ? Ce n’était pas mon genre de chose, de fouiller les dossiers des types avec qui je couchais, mais comme je l’avais déjà dis, en temps normal, je partais, et je me contentais de les oublier, ce qui n’était pas arrivé avec ce type, qui m’était resté en mémoire depuis notre dernière rencontre. Je n’avais pas fais l’erreur de voler le dossier, cela aurait paru trop visible, j’avais fais des photocopies, et j’avais ramené le double à la maison, prenant soin de le cacher d’Owen, autant évité qu’il fourre son nez la dedans, cette histoire était déjà assez compliqué comme cela. A vrai dire, je pense que le dossier n’est pas tout à fait complet, ils en gardent sans doute une autre trace quelque part, car je n’ai pas compris grand-chose à tous ces écrits, une seule chose à attirer mon attention, le prénom de cette femme, Emma, qui, j’ignore pourquoi, a déclenché une certaine jalousie en moi. Qu’avait donc ce type pour me rendre folle à ce point ? Ce n’était pas mon genre de m’emporter face à un simple nom dans un dossier, et pourtant, j’avais terriblement envie de voir sa tête au bout d’une fourche, à cette Emma.

A partir des informations que j’avais, retrouver sa trace n’avait pas été bien dure, même s’il avait tout de même fallu que je fasse quelque recherche personnelle. Trouver les endroits stratégiques, ou il pourrait mettre les pieds m’avait pris quelques jours, mais j’avais réduis cette liste à un minimum, et je comptais bien lui mettre la main dessus, ce soir, et que je sache enfin ce qu’il en est, et que je comprenne au passage cette obsession que j’avais pour lui. Pourquoi fallait-il que je choisisse le seul homme Strigoï, qui se retrouve sur la liste de l’unité, pourquoi ? Je n’avais aucun indice pour savoir où il pourrait se rendre ce soir, j’avais choisi les usines par pure hasard, du moins, parce que c’était un lieu calme, et plutôt discret, mais en dehors de cela, je n’avais aucun moyen pour savoir s’il viendrait ici, ou s’il préférerait un autre lieu calme de la ville. J’ignore par quel miracle j’avais choisi le bon lieu, mais c’était mon jour de chance ce soir, je n’avais plus qu’à espéré que cela ne me joue pas de mauvais tour, c’était pas gagné.. En revanche, je ne m’attendais pas à le voir ce battre, surtout pas contre l’un des siens, et remporter ce combat.. Est-ce que cela a quelque chose à voir avec ton séjour à l’unité ? Fais-tu parti de ces Strigoïs qui chassent pour nous ? J’en ai pas l’impression, mais j’espère obtenir mes réponses ce soir.

J’aurais sans doute du prendre la fuite, un Strigoï qui combat, ce n’est jamais une bonne chose lorsqu’il se retrouve face à une humaine après cela, surtout s’il se laisse envahir par ces pulsions, mais allez savoir pourquoi je reste plantée là, à le regarder abattre cet homme sans la moindre pitié.. Une idée stupide me passe par la tête, et je ne réfléchis même pas avant de la mettre à exécution. J’attrape une lame accroché à ma ceinture, d’une quinzaine de centimètre, et je m’élance vers lui pour frapper un bon coup.. J’espère que tu auras le réflexe nécessaire, je n’aimerais pas que tu meurs ce soir..

« Apprends-moi à me battre comme toi »

Je sais que je suis douée, mais je suis loin de l’être autant que lui. Alors oui, tu es mon ennemi, mais je veux que tu améliores ma technique, que tu me dises ce qui ne va pas, pourquoi je prends de mauvais coup, qu’est-ce que je pourrais apprendre de plus. Est-ce que tu accepteras, j’espère bien, de toute façon pour l’instant, tu es obligé de te battre si tu ne veux pas prendre un mauvais coup. Tu n’as pas l’air de te battre avec des armes du moins, pas autant que moi, mais je ne peux pas compter sur mes crocs, et ma rapidité pour m’en sortir, alors j’espère que tu sais tout de même te battre avec des armes pour m’apprendre. Je sors une nouvelle arme de ma ceinture, à peut près semblable à celle que je tiens déjà, et la lui lance. Tu as les armes en main pour m’apprendre, à toi d’accepter, ou de refuser. Est-ce que je devrais attendre pour lui poser des questions ? Sans doute, c’est jamais bon de mêler sentiments, au milieu d’un combat, mais mes questions me brûlent trop les lèvres pour que j’attends plus.

« Pourquoi est-ce que j’ai retrouvé un dossier de toi à l’unité ? Et qui est cette Emma ? »

Vous sentez le venin dans mes mots ? Je n’ai encore aucune idée de qui est cette fille, à quoi elle peut bien ressembler, mais je la déteste déjà..

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé] Révéles-moi ce que j'ai envie de savoir [Julian]   Jeu 16 Juin - 13:05


Révèles-moi ce que j'ai envie de savoir
Elisa & Julian

Des pistes qui mènent à des impasses. C’est presque inévitable dans une quête mais c’est surtout innombrable dernièrement. Je cumule et petit à petit, cela use de ma patience. J’allais bientôt exploiter ma dernière piste et cela en serait ensuite fini. Certes, pour apprendre des choses sur l’entourage d’Emma, il n’y aurait rien de mieux que d’aller directement à la source… Mais cela lui laisserait bien trop de pouvoir. Connaître les actions de l’ennemi, c’est avoir un coup d’avance. Je n’oublie pas notre dernière rencontre, ces moments entre haine et incompréhension, quand nous avons rouvert une part de notre histoire… Mais rien ne change. Strictement rien. Le passé est toujours le même et si je veux pouvoir continuer, il me faut rayer deux noms de la carte : Emma et l’Unité 101. Or, sans le premier point, je ne pouvais accéder au deuxième. Alors même si ma patience était mise à rude épreuve, je prendrais le temps pour ne pas me rater. J’aurais Emma. C’est la seule chose qui compte.

Notre course poursuite s’arrête soudainement quand l’homme face à moi fait demi-tour, se rendant surement compte que je n’aurais pas arrêté de le courser. Il tente de se jeter sur moi, tous crocs dehors pour en finir le plus vite. Grave erreur. Ne pas confondre vitesse et précipitation, ne connais-tu pas ce proverbe ? Contrairement à lui, j’use de ma vitesse à bon escient, me décalant sur le côté et enroulant mon bras autour de sa nuque. Je suis prêt à la lui briser quand il arrive à me planter une lame en argent dans la jambe. La douleur me déconcentre une seconde, ce qui fut suffisant pour lui permettre de se libérer. Mes sourcils se froncent légèrement, seul signe d’émotion sur mon visage avant que je n’arrache la lame que je laisse retomber par terre. Dernière action d’un condamné, n’est-ce pas ?

« Je ne t’ai rien fait, mec, alors casses-toi. J’ai pas tes infos mais ce n’est pas une raison pour tenter de me plomber. »

Sauf que comme tu l’as dis, tu n’as pas mes infos. Tu n’as pas d’utilité et pire, tu as maintenant des informations que tu ne devrais pas posséder. Tu pourrais mettre Emma ou un de ses alliés au courant de mes recherches. Je ne peux pas me permettre d’ébruiter l’affaire. Surtout que ces Gabriel et Lucian sont apparus bien connus dans ce lieu. Non, je ne peux décidément pas me le permettre.
Parler ne servirait à rien, il n’a pas besoin d’explications pour mourir. Il n’a pas besoin de temps en plus. Il a tenté de me convaincre une dernière fois, il a échoué, à lui d’affronter son destin. Je m’élance rapidement sur lui, entamant un échange de coups qui ne durent pas. Il frappe fort et souvent, mais je frappe tout aussi fort, sauf que je touche des points vitaux à chaque fois. Même si ses organes se régénèrent après le passage de mes poings, sa guérison le ralentit tout comme la douleur. Je finis par prendre le dessus, plongeant ma main dans sa poitrine, j’en retire son cœur battant. Il a l’occasion de le voir une seconde dans ma main, émettre son dernier battement avant qu’il ne s’écroule.

Mais je n’ai pas le temps de me reposer, mes instincts de guerrier sont toujours éveillés, me permettant de me rendre compte d’une présence indésirable. Je laisse retomber le cœur sur le cadavre, me retournant et croisant du regard une chevelure brune. Je ne prends pas le temps d’analyser la situation, ayant remarqué l’éclat argenté d’une lame, je bondis hors de portée, entendant ensuite une voix que je connais bien. Cette petite humaine. Une rencontre parmi tant d’autres, qui revient me hanter pourtant quelques fois et qui se trouve devant moi ce soir. J’étais définitivement poursuivi par tous mes ennuis dernièrement.

« Tu ne pourrais pas te battre comme moi. Tu as appris à te battre d’une certaine façon et tu ne pourras pas apprendre de ma méthode. Tes réflexes te trahiront, tes muscles sont déjà habitués. Trop pour changer. »

Je peux corriger ta façon de te battre, pas t’apprendre à te battre comme moi. Mais de toute façon, je ne compte pas me battre avec toi. Nous avons unis nos corps, quelques semaines auparavant. C’était un échange marquant et fort sympathique, mais je ne compte pas renouer ce soir. Alors oui, je rattrape cette arme par réflexe, tout comme je te contre par réflexe mais ensuite, tu prends la parole et je lâche l’affaire. Je ne comptais pas me battre mais on dirait que je vais maintenant devoir faire passer mon point de vue.

Ma lame tombe sur le sol pendant que ma main entoure son poignet, appuyant sur ses nerfs pour la faire lâcher sa lame. De mon autre main, je la plaque contre le mur, ma main au niveau de son cou que je serre doucement. Je ne l’empêche pas de respirer mais je lui rappelle d’une pression de la main que je peux tout à fait l’étouffer. Je me suis laissé aller au désir une fois avec toi, je ne compte pas me laisser aller aux confidences maintenant. Surtout sur ce genre de sujets. Tu t’approches de zones dangereuses, Elisa. Et je ne te laisserais pas accéder à mon monde. Jamais.

« Deux réponses que tu n’auras pas, si tu tiens à survivre ensuite, je devrais te tuer sinon. Je ne sais pas pourquoi tu as fait des recherches mais abandonnes-les tout de suite. Mon lien avec l’unité, Emma. Rien ne te concerne. »

Le comprends-tu ? Je l’espère car je ne veux pas faire passer mon point de vue de manière plus percutante. Presque malgré moi, mes yeux se baissent sur ses lèvres avant que je ne retourne de nouveau à ses hypnotiques prunelles. Pour les humaines, elle était surement magnifique et elle était bien plus belle que certaines Strigoïs… Mais je le sais, elle n’hésite pas à s’en servir. J’ai cédé une fois, je ne recommencerais pas. Je ne permettrais pas des confidences sur l’oreiller. Je connais son passé militaire, je connais toutes ses méthodes… Je ne me ferais pas avoir. Pas à quelques mois du but de ma vie.

« Si tu as deux sous de jugeote, soldate, tu oublieras tout ce que tu as découvert et moi également. Laisses donc cette parenthèse agréable dans le passé et oublies le présent. Tu n’aimeras pas la suite des événements sinon. »

Et même si tu crois que je te parle d’une mise à mort à cause de ma main sur ta gorge… Je parle plutôt de mon deuxième projet. Je compte détruire ta vie, indirectement, mais je n’hésiterais pas. Alors oublies tout et sois prête à me haïr, ça serait la chose la plus intelligente que tu puisses faire.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
La plume plus forte que les baisers... La seringue... L'argent !
Messages : 67
Age : 33
MessageSujet: Re: [Terminé] Révéles-moi ce que j'ai envie de savoir [Julian]   Jeu 16 Juin - 13:05




Révèles-moi ce que j'ai envie de savoir
Julian & Elisa


Pourquoi est-ce que je cherche à savoir toutes ces choses sur toi ? Après tout, tu es un Strigoï, l'un de mes ennemis, alors pourquoi est-ce que je m'intéresse à lui à ce point ? Pour la même raison que j'ai préféré céder à son corps, plutôt que de le tuer à notre première rencontre. J'ai besoin de ces réponses, j'ai besoin d'avoir toutes les cartes en main pour savoir ce qui m'attire temps chez lui. Je ne peux pas prétendre être accroc au sexe avec lui, si ce n'était que cela, je ne chercherais pas à ce point à en savoir plus sur lui, ce ne serait qu'un jouet, rien de plus, alors du moment qu'il resterait bon au lit, je me ficherais de son passé, je me ficherais de ce qu'il pourrait devenir.. Mais ce n'est pas le cas, je ressentais ce besoin, et c'était pour cette raison que je l'avais recherché à travers la ville. Et j'avais fini par le trouver dans une situation à laquelle je n'étais pas prête à faire face. Pourquoi as-tu tué cet homme ? Pourquoi te bats-tu contre l'un des tiens ? Encore des questions auxquelles je n'ais pas de réponse. C'est une erreur de ne pas m'avoir vu venir, je suis une chasseuse, j'aurais pu te blesser, voir même te tuer. Je ne perd pas l'occasion de l'attaquer, pour lui montrer que ce n'est pas parce que je suis humaine, qu'il ne risque rien. Il s'écarte juste à temps, mais au fond, je ne voulais pas m'en prendre à lui, j'ai autre chose à faire, sur laquelle il pourra mettre utile. Je lui lance une arme, et attaque une nouvelle fois, alors qu'il contre mon coup. Apprend-moi à me battre comme toi. Je veux être la meilleure, et apprendre d'une personne comme toi, qui a pu amélioré sa technique au fil du temps, cela ne peut que mettre utile. Tu as raison, j'ai des habitudes, mais tu ne trouveras pas plus motivé que moi, alors je t'assure que tu pourrais faire des miracles avec moi.

« Tu as tord, je suis une très bonne élève, surtout lorsque le professeur est sexy »

J'attaque une seconde fois, mais il m'étonne en laissant tomber son arme au sol, et en bloquant mon poignet d'une main, avant de me plaquer au mur, sa seconde main autour de ma gorge. Je dois l’admettre, je ne m’attendais pas à ce que la situation évolue de la sorte. Avec n’importe qui d’autre, je n’aurais pas manqué de réagir, de me battre, jusqu’à le foutre à terre, mais avec lui, je me laisse faire. D’abord parce que je suis presque certaine que je ne remporterais pas ce combat, j’ai pu avoir un aperçu de sa manière de combattre, et je ne suis pas entraîner à contrer un homme avec autant d’expérience, mais aussi, parce que je n’ai pas envie de me battre avec lui, ou pas de cette manière en tout cas. Je suis désolée, mon beau, mais si tu ne voulais pas que je m’intéresse a toi, ne fallait pas me céder la première fois. Tu peux déjà t’estimer heureux, le dernier de ton espèce qui a voulu m’approcher à finis à l’unité. Je ne compte pas te vendre, quoi que je risque, je garderais cela pour moi, mais je n’abandonnerais pas, ce n’est pas dans mon caractère. Je sais la menace qui pèse sur moi, je sais qu’il serait sans doute en mesure de me tuer d’une simple pression de main, mais je m’en fiche. Je ne perds pas ma confiance pour autant, je garde la tête haute, et n’hésite pas à croiser son regard.

« Alors tu peux me tuer, parce que je n’abandonnerais pas »

Je ne devrais sans doute pas le provoquer de la sorte, je ne devrais pas le pousser à me tuer, mais pourquoi est-ce que je lui mentirais de toute façon ? D’une manière ou d’une autre, je poursuivrais mes recherches, que tu m’offres les réponses que je souhaite, ou non. Je l’ai trouverais moi-même. Je trouverais cette Emma, et je lui poserais mes questions à elle. Tu sais, lorsque l’on menace les bonnes personnes, on obtient toujours des réponses. Je n’agirais pas ainsi avec toi, parce que ce n’est pas ainsi que je désire qu’évolue notre relation, ce n’est pas comme ça que je veux t’arracher ces réponses, mais je n’hésiterais pas à le faire avec elle. C’est sans doute con, mais malgré la menace qui pèse sur moi, je ne peux m’empêcher d’apprécier cette proximité avec lui. J’aurai même bien tenter quelque chose, mais à en croire ces paroles, ce ne serait pas forcément apprécier. Crois-moi, tu t’en mordras les doigts, ou tu finiras par réclamer toi-même, c’est une certitude.

« Et si je ne veux pas oublier ? Si ce n’est pas qu’une parenthèse agréable ? »

Je ne sais pas encore ce que c’est avec certitude, si c’est toutes ces interrogations à son encontre qui le rende aussi intéressant, ou si quelque chose se cache derrière tout ca, mais je compte bien le découvrir, et ce n’est pas en t’oubliant que je le ferais. L’une de mes mains est toujours bloqué par sa poigne, mais l’autre, elle, et libre, et je me permets d’attraper son poignet qui enserre ma gorge, pas pour le forcer à me relâcher, juste pour lui indiquer que c’est ce que j’attends, ou peut-être pour avoir un contact de plus avec lui. Je t’empêcherais même pas de me tuer si c’est ce que tu souhaites, mais je peux toujours espérer te faire changer d’avis. Et pour une fois, je compte pas juste utiliser mon charme pour te faire céder, mais aussi, et principalement ma tête, pour te faire comprendre que tu n’as pas forcément le meilleur point de vu là-dessus.

« Tu peux me tuer parce que j’ai montré un peu trop d’intérêt à ton sujet, ou tu peux cesser de voir de mauvaises choses partout, pour juste vivre, et profiter de ce dont tu as envie.. C’est ce que je fais, moi »

Je lâche son poignet pour laisser mon doigts glisser le long de sa mâchoire, plus dans un geste tendre, que dans l’intention d’éveiller son désir. J’ignore qui est cette Emma, j’ignore d’où te vient ce lien avec l’unité, mais j’ai comme l’impression que tu te bats contre quelque chose qui a son importance à tes yeux. Je ne compte pas t’arrêter, si c’est ce que tu crains, tu es libre d’agir comme tu le souhaites, mais cela ne t’oblige pas à te priver des petits plaisirs de la vie.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé] Révéles-moi ce que j'ai envie de savoir [Julian]   Dim 19 Juin - 17:49


Révèles-moi ce que j'ai envie de savoir
Elisa & Julian

Enchaîner deux combats n’est pas dans mes habitudes. J’évite généralement de laisser à supposer mes capacités au combat. Je préfère qu’on me prenne pour un homme de peu d’action, mais manipulateur habile. C’est ce qui m’a permis de rester en vie aussi longtemps, le fait qu’on me prenne uniquement pour un beau parleur et qu’on ne sache pas que je suis un guerrier. Donc oui, cette situation est légèrement atypique. Mais il semblerait que ce soit une habitude quand cette petite humaine est concernée. Je ne sais pas trop si elle souhaite se battre, apprendre ou extérioriser un ressenti. Les mots qu’elle annonce ne me guide pas, on est capable de mentir, aux autres et à soi-même, après tout… Donc rien d’étonnant à ce que je reste excessivement prudent en sa présence. Je lui réponds tout de même que je ne pourrais pas lui enseigner. Pas dans le peu de temps qui nous est astreint, car après tout, arrivera bien assez vite le moment de retourner sa passivité contre moi. Car le jour où son monde sera détruit de mes mains, il m’étonnerait qu’elle reste aussi calme et taquine. Mais elle ne comprend pas les non-dits et c’est tant mieux, je préfère ne pas avoir à surveiller mes arrières, ce que j’aurais du faire si elle avait compris mon projet final. A la place, elle continue à être taquine, tout en me donnant un compliment. Tu n’auras pas été la première femme que j’entraîne à me dire ces mots, mais la première depuis longtemps en tout cas et je m’étonne de ressentir une pointe de sentiments face à ses mots. Décidemment, tu es une femme dangereuse, Elisa.

Sauf que je reprends le contrôle quand elle m’annonce les mots qui changent tout. Les mots qui prouvent qu’elle a poussé ses recherches un peu trop loin. Elle connaît surement mon identité, pas encore mon plus lointain passé mais elle en sait assez pour connaître ma vie ses quelques dernières années. Pas les plus belles années de ma vie d’ailleurs. Mais ça m’inculque qu’il faut décidément que je sois prudent avec elle. Elle a les moyens, en plus de la ténacité nécessaire pour apprendre tout ce qu’il est possible d’apprendre de moi à travers des mots. Il ne manquerait plus qu’elle rencontre Emma pour combler les vides et je vais me retrouver avec deux personnalités un peu trop dangereuses contre moi.
Est-ce que j’agis par excès de prudence, par envie de la protéger ? Par envie de me protéger ? Ou de protéger ma proie ? Je ne sais pas trop mais j’agis en tout cas, enserrant sa gorge de ma main tout en la plaquant contre le mur. Une trop grande pression et les dégâts sur sa trachée seront irréversible, la poussant à une lente asphyxie. Une mort peu digne pour la guerrière qu’elle est, voilà qui expliquera pourquoi je ne l’appliquerais pas. Voilà qui explique pourquoi Emma n’est toujours pas morte, parce que j’attends le face à face… Mais elle n’a pas besoin de savoir cela. Elles n’ont pas besoin de savoir cela.

Je la menace, apparemment dans le vent car elle ne perd rien de superbe. Voilà de quoi me permettre d’admirer sa qualité de guerrière obstinée, mais certainement pas de quoi l’aider à rester en vie. Devrais-je te tuer ? Si je le faisais, je serais débarrassée de ta curiosité et en même temps, d’une chance de voir les informations sortir. Tu pourrais rapporter bien trop de choses à l’unité ou à Emma, sans même te rendre compte que tu me mets en danger. Ou peut-être est-ce ce que tu souhaites. Et en même temps, je perds la tentation que tu représentes. Cette tentation de vivre avec des émotions bien trop intenses pour ma mission… C’est définitivement la meilleure des idées, de te tuer. Et pourtant, je ne le fais pas. Tout du moins, je ne le ferais pas tout de suite. Parce que je ne désire pas te tuer. Et parce que ta mort m’apporterait son lot d’ennuis. Sans oublier aussi qu’il serait dommage de voir une femme de ton acabit sombrer dans l’oubli… Mais ne pousse pas ta chance trop loin. Comme je te le dis ensuite : oublies cette agréable parenthèse et retourne à tes seuls préoccupations, celles qui concernent tes missions. Ce sont les seuls qui en vaillent le coup.

« Tu ferais mieux d’oublier tout ce qui rend cette parenthèse agréable alors, car tu n’aimerais pas ce que tu découvriras ensuite, si même tu y survis. »

Peut-être penses-tu que je menace ta vie en disant ces mots. Tu n’as pas totalement tord. Je te tuerais surement avant de me retrouver dans la même situation qu’avec Emma… Mais je parlais surtout de celles-ci et de ses amis. Chaque personne assez proche de moi est en danger et je ne peux donc pas me permettre de laisser les autres s’approcher. Alors oui, tu ferais mieux d’oublier, c’est la meilleure des choses pour toi.
Je sens ta main se déposer sur mon poignet, mais il n’y a pas de pression. Voilà qui est étonnant de ta part, soldate. J’aurais pensé que tu utiliserais tes ongles pour te sortir de cette poigne, tu aurais surement réussi à te libérer… Mais non, ce contact est presque doux. Etonnant. Mais pas plus que tes mots. Me conseiller de vivre selon mes envies, en oubliant les menaces de ce monde ? Je tiens à survivre au couché du soleil, Elisa, alors non, je ne me laisserais pas aller à vivre comme toi. Carpe Diem, cela fonctionne pour les humains, pas pour les immortels qui désirent survivre. Ça ne fonctionnera donc pas pour moi.
Ma mâchoire est serrée, surtout quand ses doigts glissent contre ma peau, râpent contre mes poils. Une sensation que je n’ai pas ressentie depuis des années et que je n’aurais préféré plus ressentir. Se laisser aller à ressentir, espérer, repenser… C’est laisser une faille grande ouverte au premier qui désire notre mort. Et j’ai appris cette leçon, je ne me ferais plus avoir.

« C’est une maxime bien humaine que tu as là. Une maxime que je ne pourrais pas suivre plus de quelques jours avant de me faire tuer. Alors non, je ne changerais pas. »

Contrairement à toi, je n’ai pas de proches, ou même une unité pour me soutenir. J’opère en solo et je ne compte sur personne. C’est la seule façon de réussir, quand nos partenaires peuvent nous trahir si facilement…
Je finis par lâcher la gorge d’Elisa, faisant deux pas en arrière. Sur sa gorge, des marques rouges, du sang du Strigoï que j’avais auparavant sur les doigts. Un rappel de ce que nous sommes. Deux chasseurs, mais dans des camps adversaires. Gardes donc ce collier de sang, Elisa, ça sera le rappel de notre dernier contact.

« Retourne à ta chasse, soldate, et trouves toi un autre maître d’armes. Je ne doute pas que vous en possédez de très bons à l’Unité. Tu retrouveras très vite ton désir d’apprentissage. Je n’en doute pas. »

Je me dirige vers le cadavre, que je jette dans la benne, ramassant également le cœur que je laisse au même endroit. Au moins, ce seront les humains qui le trouveront… Tout du moins, les cendres que je laisserais. J’attrape ma gourde, finement ouvragé, un ancien cadeau d’Emma, que je garde pour me souvenir d’à quel point la passion peut être destructrice… La gourde est pleine d’alcool que je déverse sur le cadavre, avant de craquer une allumette, laissant celui-ci se consumer derrière moi.
Je m’écarte de la benne, ramassant la lame du Strigoï que je glisse dans mes bottes, avant de tendre la lame d’Elisa à celle-ci, la regardant droit dans les yeux avec un calme que je ne ressentais pas vraiment.

« Tu ferais mieux de récupérer ta lame. Offres-là à quelqu’un qui soit digne de se battre à tes côtés, c’est le meilleur souhait que je puisse te faire »

J’ai offert ma deuxième lame à Emma et elle me l’a planté en plein cœur, des années plus tard. Si tu m’avais offert cette lame, je te l’aurais également planté en plein cœur quand j’aurais détruit l’unité… Alors oui, je te conseille de bien faire ton choix et de trouver quelqu’un qui te soutiendra. Quelqu’un en qui tu puisses avoir confiance. Car si tu t’obstines à tenter de percer mes secrets… Tu comprendras que je ne serais jamais cette personne. Mais tu risques de le comprendre trop tard. Bien trop tard…

Revenir en haut Aller en bas
avatar
La plume plus forte que les baisers... La seringue... L'argent !
Messages : 67
Age : 33
MessageSujet: Re: [Terminé] Révéles-moi ce que j'ai envie de savoir [Julian]   Jeu 28 Juil - 22:21




Révèles-moi ce que j'ai envie de savoir
Julian & Elisa


Je ne devrais pas m'intéresser à lui, nous sommes des ennemis, j'aurais dû l'exterminer lors de notre première rencontre, je n'ai pas été capable de le faire, je ne l'ai pas voulu, trouvant bien plus agréable de passer quelques heures intimes avec lui.. Aujourd'hui, je ne suis plus capable de le tuer, quelque chose me lie à lui, alors même que j'ignore sa vie entière.. Une chose, je ne sais qu'une chose, je en pourrais jamais être en sécurité avec lui, chacune de nos rencontres apporte un certain danger, mais je n'ai jamais aimé vivre dans une paix absolu, alors qu'est-ce qui m'empêche de creuser plus profond dans sa vie, pour en découvrir un peu plus ? Peut-être que j'arriverais à comprendre ce qui m'attire de la sorte, ce qui me pousse vers lui, sans que je ne comprenne. Je dois en apprendre plus, et si cela ne vient pas de lui, alors je continuerais dans mes propres recherches, mais je n'abandonnerais pas, peu importe les échecs, mon caractère me poussera à toujours me monter plus téméraire, alors je découvrirais les détails de son histoire qu'il me cache, peu importe le temps que cela prendra.

Oublier ? Comment est-ce que je pourrais oublier le seul homme qui ne m'ai jamais marqué, en plus de trente ans d'existence ? Oublier, n'est pas une option pour moi. J'ignore quoi, mais tu as quelque chose de particulier, quelque chose qui me poussera à persévérer aussi décevante soient tes réponses. Détruis tous mes espoirs, si cela t'enchante, j'ai vécu une enfance, loin d'être facile, avec un père, le roi des cons, et j'ai appris à toujours me relever, même lorsque cela semble sans espoir. Et quelque chose, dans ta manière d'agir envers moi, me pousse à croire que ce n'est pas sans espoir, tu es bourru, tu es désagréable, mais tu n'es pas le genre d'homme à laisser une menace sur son chemin. J'ignore combien de femme tu as pu te taper depuis ta transformation, mais je ne suis pas comme les autres, tu m'aurais déjà tué, dans le cas contraire.. Je n'ai rien pour le prouver, mais je n'en démordrais pas, je te fais de l'effet, et c'est peut-être d'ailleurs, cela, qui te fait peur, parce que je pourrais me retrouver au milieu de ton chemin, te déconcentrer dans ta quête, et t'empêcher d'arriver au bout, sans même chercher à te barrer la route.

« Est-ce une menace ? Tu ne connais rien de moi, tu ignores ce à quoi j'ai survécu, tu ignores ce que j'ai dû faire, pour cela, tu ignores celle que je suis »

Je pointe un doigt contre son torse, et tape contre ce dernier à chaque nouvelle réplique.. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il est capable de faire naître des émotions extrême en moi, qu'il s'agisse de passion dévorante, ou de colère explosive. Ce n'est pas parce que je veux en découvrir plus sur lui, que je veux le convaincre, que j'accepterais n'importe quoi, venant de lui. « Tes petites histoires ne me font pas peur, ton Emma ne m'effraie pas » Je lui crache presque ces paroles, mais je ne peux m'empêcher de me montrer aussi tranchante avec lui. Ce ne sera pas la première fois que je m'en prendrais à une vieille Strigoï, et ce ne serait pas la première fois que je m'en sortirais vivante, lorsque l'on a les bons outils dans sa manche, cela devient d'une facilité déconcertante, de s'en prendre aux vieux Strigoï. « Me penses-tu incapable de vaincre un Strigoï, par que j'ai décidé de ne pas faire de toi l'un de mes ennemis ? » Peut-être a-t-il raison, peut-être que je devrais oublier cette parenthèse agréable, cela m'empêchera d'être prise pour une imbécile, à l'avenir.

Pourtant, je tente tout de même de le convaincre, de lui faire comprendre qu'il peut vivre sa vie comme il l'entend, s'en se préoccuper des problèmes qui viendrait gâcher son plaisir. C'est ainsi que fonctionne ma vie, je me fais plaisir, avant de penser aux conséquences, je ne serais pas ici, autrement, je ne serais pas en train de flirter avec lui, je serais en train de mener un combat à mort.. En faîte non, ce combat, je l'aurais déjà mené dans la forêt, mais au lieu d'écouter mes ordres, j'ai écouté mes instincts, et j'ai passé un agréable moment, rien de plus simple, et je ne comprends pas pourquoi il s'embête avec toutes ces histoires, alors qu'il serait à même de vivre au jour le jour, peu de gens prennent le risque de s'en prendre à de vieux Strigoï, même moi, qui suis une guerrière entraîner, je ne le fais que rarement, il devrait faire face à quelques combats, de temps à autre, mes riens de bien méchant. Je tente même de le convaincre avec des gestes aguicheurs, et tendre, pas vraiment mon style, il l'aura sans doute remarqué, mais à vrai dire, cela vient plutôt naturellement, même moi, je ne me serais pas attendu à agir de cette manière.

« Ne vois-tu toujours que le mal partout ? Comment peux-tu être heureux, ainsi ? »

Il s'éloigne, et ma main retombe le long de mon corps, alors que je reste incomprise face à lui.. Non, je ne comprends pas comment il peut avoir une image aussi dégradante de la vie. Au bout de quelques instants, je porte ma main à mon cou.. Pour quelle raison ? Parce que sa poigne m'a fais mal ? Non ! Parce que je regrette ce contact interrompu, même s'il n'était pas des plus agréable ? Je ne sais pas, je n'en sais rien. « Je ne veux pas d'un des maîtres d'arme de l'armée, je sais déjà tout ce qu'ils ont à m'apprendre » Non, celui que je veux, je l'ai en face de moi, et je ne changerais pas d'avis.. Je ne pourrais pas avoir meilleur professeur que lui, je n'en doute pas, pourtant, lui n'est clairement pas pour cette hypothèse. « Qu'est-ce que tu aurais à perdre ? Et ne me réponds pas, du temps, tu as toute l'éternité devant toi » C'est vrai, qu'avait-il de mieux à faire, de toute façon ? Monter des plans pour je ne sais qu'elle affaire. Je le suis des yeux, alors qu'il ramasse le cadavre laisser pour compte, et met feu à ce dernier. Je ne scille pas une seule fois, ce n'est pas un cadavre qui me fera reculer, j'en vois tous les jours. Je le vois tendre mon arme, sans doute dans l'intention que je la récupère, mais je n'en ai pas l'intention.

« Tu as peur, tu fuis parce que tu as peur »

J'ignore de quoi, mais cela parait une évidence à mes yeux. Peut-être prendra-t-il cela pour une menace, mais je m'en fiche pas mal, je tiens à user toutes mes cartes. « De quoi as-tu peur ? De moi ? De ce que je pourrais découvrir ? De toi, peut-être ? » Ou peut-être toutes ces raisons à la fois, cela ne serait pas étonnant, tout le monde à des peurs, même moi, bien que je laisse peu de monde les découvrir, mais je ne suis pas infaillible, personne ne l'est, pas même lui. « Emma m'en dira sans doute un peu plus sur toi » Cette fois-ci, je compte bien le faire réagir, Emma semble être un sujet sensible, pour lui, et je n'ai aucun remord à l'utiliser contre lui, bien au contraire.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé] Révéles-moi ce que j'ai envie de savoir [Julian]   Ven 12 Aoû - 15:12


Révèles-moi ce que j'ai envie de savoir
Elisa & Julian

Quelles sont les chances, dans cette ville, dans cette vie, de retomber sur la seule femme qui m’ait fait céder au tentation de la chair ? La seule femme qui ait eu, pendant un instant, une certaine emprise sur moi. Ça fait bien des années que je suis maître de tout, même de mon corps. Et maintenant que j’ai cédé une fois, cela revient me hanter sous la forme de cette femme. Cette femme qui, apparemment, ne souhaite pas oublier. Alors gardes tout en mémoire mais gardes tes distances. Crois-moi, ça sera bien plus facile pour toi ensuite, bien plus simple de me haïr, j’en sais quelque chose. Emma. Je chasse cette pensée avant qu’elle ne me reste bien trop en tête, je dois d’abord me concentrer sur elle, puis je pourrais penser à autre chose. Je lui ordonne presque d’oublier ces moments, d’une certaine façon, on peut dire que je le fais pour elle, pour qu’elle n’ait pas ensuite à supporter ma trahison. Mais je le fais également pour moi, j’ai apprécié la fougue et le côté sans peur de cette femme, dans une autre vie, j’aurais même pu me lier d’amitié avec elle. Amitié. Je ne crois plus en l’amour, c’est se mettre des œillères devant les yeux… Mais cette prévention, cette précaution, se présente sous une forme légèrement menaçante et apparemment elle ne comprend que celle-ci. Eh bien… Tant mieux. Ainsi, Elisa, tu seras capable de te tenir sur tes gardes le moment venu et tu survivras comme ça, à la mort de ton réseau.
Tu me dis que j’ignore qui tu es. C’est vrai. J’ai uniquement couché avec toi, avec ton corps, je n’ai pas pris le temps de connaître ton esprit. Je ne connais que des rumeurs à ton propos et quelques faibles observations. Mais je ne compte pas combler ce vide. Je ne compte pas laisser la tentation laisser place à la fascination. Nos rapports actuels sont déjà bien assez compliqués, je n’ai pas besoin d’ajouter d’autres obstacles à mes projets.

Malgré ma proximité menaçante, elle n’hésite pas à répondre agressivement, par des gestes, pour appuyer chacun de ses propos par des gestes. On peut dire qu’elle est animée par ses émotions, qu’elle laisse celles-ci déborder. C’est une faiblesse, Elisa. Si je décidais de te planter une lame dans le cœur, tu es trop prise par ton discours et bien trop proche pour me survivre. Je t’imaginais un peu plus prudente, surtout avec quelqu’un qui te menace… Elle continue à distiller son venin, insinuant que mes actions, mon passé et Emma ne lui font pas peur. Non, c’est du futur dont tu devrais avoir peur. Mais je te crois assez insouciante et confiante pour ne pas avoir peur de ce dont tu as connaissance, c’est vrai… Je n’ai aucun doute là-dessus. Mais on ne parle pas de peur, malgré ce que tu crois, mais de survie. De ta survie car quoi qu’il se passe, j’ai toujours un As dans ma manche pour gagner. Envers et contre tout. Tu me poses par contre une question qui me fait m’arrêter une seconde, le temps de réfléchir. Est-ce que je te crois incapable de tuer un Strigoï ? Non. Je ne doute pas que tu sauras tuer un ennemi, quelque soit ma nature. Mais sauras-tu agir si la trahison vient de là où tu ne l’attends pas ? Je réponds tout de même, après une petite dizaine de secondes, sur la seule chose qui compte.

« Tu es capable de vaincre. Mais je ne sais pas si tu es capable d’affronter toutes les situations. »

Je ne fais que dire la vérité mais sans avoir été dans ma tête… Qui sait comment tu le prendras, cette fois encore ? Je crois que je préfère ne pas y penser. Tu me montres des gestes que je n’avais plus vu depuis des siècles, des gestes doux. Ça n’a pourtant pas l’air de coller à ton caractère. Je t’aurais plus imaginé fougueuse, pour échapper à mon étreinte. Mais il faut croire que tu as raison, je ne connais rien de toi. Sauf que je ne compte pas me laisser aller à rechercher la vérité… Et ainsi céder à la tentation. Pourtant, avec toi, mes réponses sont toujours sincères. Et je le suis une nouvelle fois quand tu reprends la parole pour me dire de vivre en ne faisant que ressentir. Une bien mauvaise idée pour quelqu’un comme moi et je te le dis. Tu enchaînes avec des questions. Evidemment. On dirait que tu ne possèdes que des questions. A quoi te servent mes réponses de toute façon ? A me connaître ? Ou à m’étudier ? Je ne comprends pas ton intérêt, Elisa, il n’a aucune raison d’être.

« Je n’ai pas pour volonté d’être heureux à jamais, mais de survivre. Et on ne survit pas en vivant d’amour et d’eau fraîche. »

Est-ce que tu comprends que je ne compte pas te céder ? Ou même céder à une de tes demandes ? Ce soir, je compte bien couper tous les ponts. Je ne peux pas me permettre d’avoir un point faible, pas quand ma lutte est déjà si engagée… Je finis par la lâcher, m’écartant pour m’occuper du cadavre et lui annoncer qu’elle ferait mieux de se trouver un autre maître d’armes. Elle a l’air d’être une élève assidue, tout le monde aimerait l’avoir alors je ne doute pas qu’elle retrouvera un prof. Elle continue à poser des questions. Encore. Tentant surement de découvrir mes failles. Ou peut être pas. Je ne la comprends pas. Qu’est-ce que j’ai à perdre ? Tu n’es pas tombé si mal, j’ai peut être l’éternité… En théorie, mais demain je pourrais être mort avec mon nombre d’ennemi, alors si, mon temps est précieux, jusqu’à ce que je ne sois plus dans cette situation précaire.

« Tu ne peux pas juste accepter un non comme réponse, Elisa ? »

Je suis doué pour faire passer des émotions par ma voix. Mais pas par mon visage. Ça tombe bien, pendant que je te parle avec une pointe de lassitude calculé, je te tourne le dos pour mettre le feu au cadavre. Si je dois t’avoir sur tes sentiments, j’agirais. Ce sont toujours les inconnus dans le système qui peuvent faire capoter un plan… Et tu es une inconnue, Elisa. Une inconnue un peu trop proche de mes plans. De tous mes plans. Alors soit tu lâches l’affaire… Soit je devrais t’éliminer. Et même si tu penses pouvoir y survivre… Je n’hésiterais pas. Je ne me poserais pas de questions. Je vivrais avec des regrets plutôt que des remords.
Je me tourne de nouveau vers elle, ramassant son arme pour la lui rendre. Il est temps de se dire au revoir Elisa. Sauf que bien évidemment, elle préfère parler. Encore. En étant persuadée d’avoir raison. Peur ? Je ne ressens plus la peur depuis des années, j’en suis anesthésié. La preuve, demande à tes supérieurs, jamais ils n’ont pu contempler de peur dans mes prunelles. De la haine, de la douleur, de la lassitude… Mais certainement pas de peur. Jamais. Et si tu veux affronter Emma… Alors tu comprendras, toi, ce que signifie la peur si c’est ce qu’il faut pour te repousser. Prête, Elisa ?
Je m’approche d’elle de nouveau, ne laissant que la distance d’une main entre nous. A peine même… Mais je ne fais rien pour rendre cette invasion plaisante. Si c’est une guerre psychologique que tu veux, Elisa, je vais te la donner. Et je continuerais à être honnête. Brutalement. Pleinement…

« Et avant que tu ne l’atteignes, je te tuerais. Si tu persistes sur cette voie, je ne te laisserais pas quitter cette ruelle, et ne crois pas que j’hésiterais. Je n’ai plus hésité depuis bien des siècles. Je ne recommencerais pas pour toi. »

Je ne laisse aucun doute s’immiscer en moi. Si je dois te faire taire à tout jamais… Je le ferais Elisa. Si je dois t’enfermer pour te faire changer d’avis alors soit. Si je dois utiliser un syndrome de Stockholm contre toi, alors je le ferais… Et si tu es persuadée que tu ne pourras pas changer d’avis… Alors je te tuerais. Je te tuerais avant que tu ne détruises tout ce qu’il me reste de contrôle. Je suis un monstre, Elisa, celui que tu as tenté d’oblitérer… Et tu vas t’en rappeler. Brutalement. Je n’en doute pas…

Revenir en haut Aller en bas
avatar
La plume plus forte que les baisers... La seringue... L'argent !
Messages : 67
Age : 33
MessageSujet: Re: [Terminé] Révéles-moi ce que j'ai envie de savoir [Julian]   Jeu 25 Aoû - 18:18




Révèles-moi ce que j'ai envie de savoir
Julian & Elisa

Penses-tu me faire craquer ainsi ? Crois-tu que ta menace m'effraie ? J'ai déjà vu bien pire, j'ai déjà affrontée bien pire.. Tu n'es pas le premier monstre que je côtoie, tu ne seras pas le dernier.. Alors continues donc tes menaces infantiles, je ne fléchirais pas, je ne tremblerais pas, tu apprendras à me connaître, et tu découvriras que je ne renonce jamais, tu apprendras que lorsque j'ai une idée en tête, je parviens à mes fins.. Tu ne seras pas mon exception, je découvrirais ce que tu me caches, grâce ou sans toi, mais je découvrirais la fin de cette histoire. Tu es maître de ton avenir, je suis maîtresse du mien, mais ne t'attends pas à ce que j'abandonne mes recherches du jour au lendemain.. Je persévère, toujours, et, lorsque l'espoir est vain, enfin, j'abandonne, ce n'est pas encore le cas, pour cette affaire, alors faudra me supporter encore quelques temps, j'ai peur que tu n'es guère d'autre choix. Même lorsque tu me penseras disparu, envolée, je serais là, toujours à t'épier, tu te rendras compte que je suis une bonne observatrice, que je suis une bonne enquêtrice.. Mais je ne m'en vanterais pas à tes côtés, cela gâcherait la surprise. Tu verras, tu comprendras, en temps voulu, je percerais tes secrets, que tu le veuilles, ou non. Que signifies tes mots, au juste ? Me penses-tu du genre à me laisser déstabiliser par une situation ? Penses-tu que je ne te tuerais pas, parce que je refuses d'oublier ces instants, que tu qualifies juste d'agréable ? Tu fais erreur, une grave erreur.. Je n'ai pas dans l'idée de te tuer, je n'en ai pas envie, mais cela ne signifie pas que je ne le ferais pas.. Une personne, une seule, contre qui je ne me retournerais pas, peu importe la gravité de son erreur, et cette personne n'est sans doute pas toi. Alors, sans doute aurais-je des regrets, mais si tu deviens une trop grosse menace, je n'hésiterais pas à t'abattre.

« Tu constateras pas toi-même, avec le temps, que je ne fléchis jamais, peu importe la situation en question »

Mais, à défaut de parvenir à le convaincre de cette façon, j'essaie une autre méthode, je tente de me faire douce, une douceur que je n'expérimente que peu de fois, je suis une guerrière, la douceur, je ne connais pas, je n'ai jamais connu, à vrai dire, nous n'avions pas l'occasion de connaître un tel traitement de faveur, lorsque nous étions gosse. Mon frère a été éduqué sous les coups, moi, au combat, quel genre de douceur voulez-vous que l'on connaisse, ainsi ? Pourtant, c'est ainsi que je m'adresse à lui, c'est de cette façon, que j'escompte le toucher au plus profond de son être, et si, même ainsi, je ne parviens pas à lui faire comprendre mon point de vu, j'userais de mes dernières ressources. Tu as raison, nous ne pouvons pas vivre d'amour, et d'eau fraîche, aucune vie, ne fonctionne ainsi, pas même la mienne, alors que je suis humaine, alors, un Strigoï ? Est-ce que cela signifie que tu dois te couper du monde, rejeter l'amour des autres ? Je ne suis pas d'accord avec toi, je ne le serais jamais, de la même manière que je ne suis pas d'accord avec la manière de vivre de mon frère. C'est au dessus de mes forces, jamais je ne pourrais avoir une image aussi noire de la vie. Ce n'est pas une guerre, que nous menons, ce n'est pas toujours rose, je ne dirais pas le contraire, mais ça vaut le coup de vivre.

Je ne cherche même pas à lui répondre, à quoi bon ? Détruire mes arguments, un à un, à l'air d'être fun, je ne lui ferais pas le plaisir de lui en offrir un nouveau, qu'il pourra envoyer paître encore une fois. Non, au lieu de cela, je tente une nouvelle stratégie. Pourquoi donc me dire non ? Qu'as-tu de mieux à faire de ton temps ? Toutes mes proies, jusqu'à aujourd'hui, ont toujours pris plaisir, en ma compagnie, pourquoi est-ce différent pour toi ? Est-ce parce que tu n'es pas une proie ? Faut-il que tu le deviennes, pour te détendre un peu ? Je ne te promets pas de parvenir à ce résultat, mais je peux toujours essayer, nous n'avions rien à perdre.. Est-ce que je peux accepter une réponse négative ? Non, ce n'est pas dans mes habitudes.. Je te l'ai dis, je persévère, je n'abandonne jamais, mais comme j'aurais du m'attendre, tu ne sais rien de moi, rien de la personne que je suis, pas même cela. Désolée de te décevoir, mon chou, mais je n'abandonnerais pas, pas encore, je n'ai pas abattu toutes mes cartes.

« Navré de te décevoir, mon chou, mais je ne renonce jamais, face à une réponse négative »

Donc je suis encore loin d'en avoir fini avec toi. Tu me tends cette arme, que je t'avais jeté, plusieurs minutes plus tôt, dans l'intention de me battre contre toi, pour en apprendre plus, sauf que je ne compte pas la récupérer, comme je viens de te le dire, je ne renonce pas, alors garde donc cette épée, et offre-moi ce que je veux, un combat, quelques conseils, tu ne seras peut-être débarrasser de moi pour le reste de ton existence, alors tu devrais saisir cette chance. Sauf que, je ne suis pas la seule butée, dans cette ruelle, on dirait que je suis tombée sur le bon partenaire, nous verrons donc, lequel de nous deux, tiendra le plus longtemps, je suis prête à parier que je n'abandonnerais pas. En revanche, je ne compte pas m'arrêter là, je compte bien mettre en œuvre mes idées, pour te faire craquer, et s'il faut, pour cela, que je retrouve cette Emma, je n'hésiterais pas, alors dépêche toi, saisis ta chance. Oh, oh ! On dirait que mes paroles n'ont pas plus à monsieur, sauf que, contrairement à ce que tu as l'air de croire, tu ne m'effraies pas, je ne recule pas, je ne scille pas, je ne le quitte même pas des yeux. Sors les crocs, peut-être que tu auras plus de chance de me faire fuir.. Quoi que, là encore, ce n'est pas sur, j'ai plutôt apprécier tes morsures, la dernière fois, si je me souviens bien.

« Tu as déjà, hésité »

Je murmure ces mots, peu importe, qu'il les entende ou non, je ne sais même pas, s'ils lui étaient adressé, je sais juste qu'ils sont vrai.. Je ne te connais pas plus que cela, mais si j'ai compris une chose, c'est que tu n'es pas le genre à t'encombrer d'éléments inutiles dans ta vie, tu élimines ce qui se met en travers de ton chemin, comme tu l'as fais avec cet homme, avant que je n'arrive, et pourtant, je te bloque la route, depuis le premier soir, et je suis toujours vivante, toujours debout, c'est une conclusion plus que satisfaisante pour moi.

« Tu sais déjà, que je n'abandonnerais pas, tu sais déjà, que j'irais jusqu'au bout, alors vas-y, je t'en pris, tues-moi »

C'est peut-être un gros pari, que je fais là, mais je m'en moque. Ne croyais pas que j'ai envie de mourir, loin de là, si vous me demandez, je vous répondrais même que j'ai encore bien des choses à vivre, bien des personnes à tuer, mais je laisse tout de même ma vie reposer entre ces mains ce soir, et adviendra ce qu'il adviendra.


_________________


Sous peu, tes barrières, je briserais, sous peu, tes émotions, je ferais éclater, sous peu, tu cesseras de me résister, sous peu, nous serons heureux, je t’en fais la promesse..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé] Révéles-moi ce que j'ai envie de savoir [Julian]   Mer 31 Aoû - 21:30


Révèles-moi ce que j'ai envie de savoir
Elisa & Julian

Le dialogue de sourd. Est-ce que tu connais cette expression, ma chère Elisa ? Elle signifie que nous parlons, mais que nous n’entendons ni ne comprenons l’autre. C’est ce qui nous définit ce soir. Nous parlons mais nous parlons dans le vent. Tu es persuadée d’avoir raison, tout comme je sais que j’ai également raison. Emettre des menaces, ce n’est pas le plus important. Ce sont les promesses qui sont importantes car elles seront mises en exécution. Pas comme les menaces qui peuvent se rétracter. Je te fais des promesses, Elisa, ce soir. Et l’une d’entre elle concerne ton attitude, ton envie de t’introduire dans mon passé. Je ne te laisserais pas faire, Elisa, c’est ma promesse. Et si je dois te tuer pour maintenir mes activités secrètes, pour pouvoir survivre selon mes plans… Je le ferais. Tu n’es pas la première, ma chère Elisa. Pas la première à tenter de percer le mystère que je suis devenu, le mystère qu’Emma m’a forcé à devenir. Je n’ai jamais rien ressenti pour ces êtres qui tentaient de me comprendre mais quand ils se sont montrés insistants… Je les ai tués. Tous. Pourquoi penses-tu pouvoir y échapper ? Je ne sais pas, je ne te comprends pas.

Tu tentes de me tirer des promesses. Mais tu ne réussiras pas. Je suis né dans une période où la parole comptait plus que les contrats. J’ai continué à vivre ainsi. Quand je donne ma parole, je m’y tiens. Toujours. Peu importe ce qui se passera. Alors même pour t’éloigner, même pour avoir la paix, je ne te ferais pas de promesses que je ne peux tenir. Je préférerais être honnête. Tu sais te battre, Elisa. Tu as apparemment un ratio impressionnant d’ennemis vaincus. Tu es une femme forte dans un monde où il faut l’être. Mais chaque femme a une faiblesse et elle se résume toujours en cela : ses sentiments. Renforces-toi, durcis-toi, prépares-toi à l’inattendu. Car je n’agirais pas selon tes souhaits et je te survivrais. Même si je dois te tuer. Tu dois comprendre mes mots à demi-mots au vu de tes phrases. Tu ne fléchis jamais. Mais tu as conscience du risque. Alors je ne doute pas que cette fois, j’arriverais à te faire fléchir. Tu ne tiens pas à abandonner déjà ta vie entre mes mains… Alors tu vivras. Ton instinct de survie s’enclenchera.

Ton contact aurait pu être doux. Un autre jour. Dans une autre vie. Mais ce soir il n’est qu’une menace, une autre. Tu ne me convaincras pas, Elisa. Ni de m’abandonner à toi, ni de t’enseigner, ni de vivre selon tes principes. Je vis une vie millimétrée, comme une immense pièce de théâtre. Et je ne peux pas me permettre de changer les dialogues sans changer la fin pour moi… Alors oui, je ne ressens pas d’amour, pas de bonheur, mais je suis en vie. Et c’est déjà un bon exploit quand on sait que certains en veulent à ma vie. Donc je ne changerais pas une méthode qui marche.
Je m’éloigne puis je tente de mettre fin à cette rencontre, ce qui déclenche une série de questions. Cette jolie bouche parle décidément bien trop. Ne t’as-t-on jamais appris que parfois, le silence et le calme sont les meilleurs conseillers ? Tu ferais bien de tenter. Tu verras qu’on trouve bien plus de quiétude et de réponse dans un silence que dans un déluge de questions. Je ne te répondrais pas, je t’ai déjà trop répondu, je préfère te poser une question. Pourquoi ne peux-tu pas accepter un non ? Et ta réponse me prouve définitivement ton tempérament de femme forte mais également… Il réveille une certaine envie d’hurler en moi. Ne peux-tu pas juste te taire et survivre ? Quand à ce surnom… Me voilà presque à regretter les jours de ma naissance, où les femmes n’étaient que mes partenaires et n’auraient jamais osé m’affubler de tels sobriquets car le respect était maître de toutes mes relations avec le sexe opposé… Mais toi, on dirait que tu n’as que peu de respect. Pour les autres ou pour toi-même ? Peut être les deux même si tu n’oses pas te l’avouer.

« Tu devrais apprendre à renoncer. Parfois, prendre du recul peut avoir du bon. »

Je m’occupe du cadavre et tente ensuite de lui rendre sa lame pour mettre fin à cette rencontre. Sauf qu’apparemment, elle la refuse. Mais pire encore, elle m’annonce vouloir parler à Emma. Si tu crois que je vais te laisser faire… Je te tuerais avant que tu ne t’approches de mon ex-compagne. Avant que tu ne lui avoues, sans le savoir, le genre de choses qui devraient rester cacher. Par tes actions, tu pourrais provoquer ma mort mais je suppose que ta curiosité est plus importante que tout cela, n’est-ce pas ? Plus importante que ma vie ou celle des autres. Tu détruits ceux qui t’approchent, Elisa. Et je ne me laisserais pas détruire sans me défendre.
Je m’approche, je la menace. Dernière chance, Elisa. Si tu n’arrives pas à la saisir, je n’hésiterais plus. Sauf que j’aurais du m’en douter, tu ne me crois pas. Ai-je déjà hésité ? Non pas vraiment, j’ai retardé l’échéance. Mais je crois que mon esprit savait déjà comment nos rencontres se termineraient… Dans le sang. Définitivement dans le sang. Tu me tiens tête, une dernière fois, n’hésitant pas à me regarder dans les yeux. Je parie que tu es une forte tête, même face à la suggestion… Me tromperais-je ? Je vais tout de même tenter ma chance. Je t’ai laissé trop de liberté. Laisses-moi changer cela. J’attrape son menton d’un geste ferme, l’obligeant à se concentrer sur mes yeux et je parle distinctement, mettant toute ma volonté dans mes ordres.

« A partir de maintenant, tu ne pourras plus penser à croiser Emma sans te sentir mal à l’aise. Tu ne tenteras pas d’organiser une rencontre. Et petit à petit, plus le temps passera, plus tu oublieras nos rencontres, de telle sorte qu’à notre prochaine rencontre, tu me considéreras comme un ennemi ordinaire. »

Tenteras-tu de contrer mes ordres ? Très certainement. Mais l’idée est dans un coin de ta tête et à moins que je ne lève mes ordres… Si ta volonté faiblit, mes ordres deviendront une part de toi. Un seul instant de faiblesse de ta part et je gagnerais. Et je peux provoquer cet instant de faiblesse. Je te l’ai dit, tu devrais t’y attendre. Je te trahirais. Facilement. Je ne te tuerais pas. Parce que je te respecte et parce que tu mérites de vivre encore un soir, un autre soir, où tu pourras trouver du bonheur comme tu sembles le chercher… Mais rien ne m’empêche de te le faire croire. Rien ne m’empêche de tenter d’affaiblir ta volonté face à mon apparente trahison. Je relève un peu plus ma main tenant ton menton, basculant ta tête sur le côté avant de me pencher pour mordre ta jugulaire. Profondément et rapidement. La morsure du cobra. Qui me donne accès au goût sucrée de ton sang mais aussi au fil de ta vie… Alors, Elisa. Penses-tu que tu pourras continuer encore longtemps sans fléchir ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
La plume plus forte que les baisers... La seringue... L'argent !
Messages : 67
Age : 33
MessageSujet: Re: [Terminé] Révéles-moi ce que j'ai envie de savoir [Julian]   Jeu 1 Sep - 11:49




Révèles-moi ce que j'ai envie de savoir
Julian & Elisa

Pourquoi continues-tu à m'ignorer ? Ne t'a-t-on jamais appris que regarder une personne qui te parle, semble être plus poli ? Fais donc disparaître ton corps, ce n'est pas pour cette raison, que je te laisserais disparaître, toi aussi. Je n'en ai pas fini avec toi, j'ai encore bien des questions à te poser, et je ne compte pas te lâcher la grappe, tant que je n'aurais pas mes réponses. Renoncer ? Ce n'est pas dans mon vocabulaire, je ne connais pas cette définition. Je n'ai jamais renoncer, ce n'est pas aujourd'hui que je recommencerais, même si tu m'en fais la demande. Je n'en serais pas là, aujourd'hui, si j'avais renoncer, à chaque fois qu'une difficulté se mettait en travers de mon chemin. Je n'ai jamais renoncée, je ne renoncerais pas avec toi, non plus. Tu ne supportes pas, que l'on s'intéresse à toi ? Faudra faire avec, parce que même en disparaissant aujourd'hui, je serais te retrouver, je serais avoir mes réponses, d'une manière ou d'une autre, j'ai toujours un plan de secours, toujours. Alors, quitte à avoir ces informations, autant qu'elle sorte de ta bouche, et que tu me donnes la bonne version, non ?

« Pourquoi est-ce que je devrais renoncer, alors que jusqu'à aujourd'hui, je suis toujours parvenu à mes fins ? Une solution existe, toujours, je trouverais celle te concernant »

Et c'est une promesse, que je te fais, une promesse que je ne briserais pas. Je trouverais mes réponses, ce n'est qu'une question de temps, et si tu crois que t'es menace m'effraie, pas le moins du monde, je n'aurais aucune peur, à trouver cette Emma, et lui poser les questions que je désire.. Et quelque chose me dit que les réponses qu'elle m'offrira, ne seront pas à ton goût, alors une fois encore, tu devrais m'offrir ces réponses toi-même, au moins, j'aurais l'occasion d'entendre la vérité, et pas de vulgaire histoire. Je n'aurais pas une mauvaise opinion de toi, à la fin de notre rencontre, aussi. Une nouvelle menace ? Je n'ai pas peur, de perdre la vie, j'ai frôlé la catastrophe plus d'une fois, et tu le vois par toi-même, je suis toujours vivante, alors menace-moi, menace ma vie, cela ne me fera pas plus réagir. Je t'offre même ma vie, si c'est ce que tu souhaites, mais je suis presque certaine que tu ne me toucheras pas, que tu ne me tueras pas. Tu l'aurais fais le premier soir, tu l'aurais fais dès que j'ai commencé à poser des questions, si tu avais été en mesure de me tuer. Tu t'en caches peut-être, mais je suis bien plus présente dans ta vie, que tu ne le laisse entendre. Tu veux mettre fin à ma vie, fais-le, je ne me défendrais pas, mais dépêche toi, je ne te laisserais pas une telle occasion tous les jours.

Sauf que tu ne le fais pas, j'aurais pu parier, j'aurais eu raison. Tu ne me tueras pas, peu importe les questions que je ne te poserais, peu importe, que je fouine dans ton passé, tu ne me tueras pas. Tu ne voudras sans doute pas l'admettre, mais cette soirée, que l'on a passé ensemble, t'as influencé, plus que tu ne le voudrais, parce que je suis certaine, qu'avec une autre, tu l'aurais déjà tué, alors que moi, je suis toujours vivante. Je le sens même attraper mon menton, et pendant une courte seconde, je me dis que j'ai gagné, que j'aurais ce que je veux, sauf que rien ne vient. Merde, je suis sur que tu en crève d'envie, autant que moi, alors pourquoi t'arrêter en si bon chemin ? C'est lorsque je croise son regard, que je sais ce qui va suivre. Je devrais détourner les yeux, pour plus de sécurité, sait-on jamais, pourtant, je reste à le fixer, et à écouter ces paroles. Crois-tu que cela fonctionnera, sur une personne comme moi ? Crois-tu que nous n'avons pas été entraînée, pour cela ? A faire face à la suggestion ? Crois-tu que l'on serait si faible, alors même que vous êtes nos proies ? Penses-tu que j'arriverais à ramener autant de personne de votre espèce, si je flanchais, à chaque fois que l'on tente d'interagir avec mon esprit ? Ton hypnose n'aura aucun effet, sur moi, encore moins avec toi, puisque je suis bien plus déterminée à en apprendre d'avantage sur toi, que sur toute mes missions précédentes.

« Je n'oublierais jamais nos rencontres, c'est une promesse »

Je murmure ces mots à son oreille, de manière à ce que seul lui, puisse les entendre, même si nous sommes seuls dans cette rue. En revanche, je ne m'attendais pas à ce qu'il morde mon cou, s'abreuve à mon sang. Je sais avec exactitude, ce qu'il cherche à faire, en cet instant, faire baisser ma vigilance, de manière à ce que son hypnose s’approfondisse, et finisse par prendre le pas sur ma résistance, et je sais, que de cette manière, s'il pousse le vice trop loin, je basculerais. Mais je sais aussi, que contrairement à son choix, son souvenir sera toujours là, quelque part dans ma mémoire, que sa suggestion ne sera pas totale, parce que, même ainsi, je ne pourrais oublier ces quelques instants passés en sa compagnie. Et que, dès l'instant où mon regard se posera sur lui, tout me reviendra en mémoire. Alors, peut-être gagneras-tu, cette fois, mais ce ne sera qu'une question de courte période, parce qu'avec ton lien avec l'unité, nous serons dans l'obligation de nous croiser à nouveau un jour.

Alors, à la place de résister, je me laisse couler, de toute façon, faudra plusieurs minutes, avant que son hypnose fonctionne vraiment, et pénètre mon esprit, avec l'entraînement que j'ai, et durant ces quelques minutes, je ne compte pas rester inactive. Tu as lancée les hostilités, en prenant mon sang, tu as ouvert la porte à mon désir, à mes souvenirs, à toi dans consommer ton erreur, maintenant. Continues, et peut-être que tu parviendras au bout de ton envie, fuis-moi, fuis mes mains, fuis mes caresses, et ton emprise sur mon esprit cessera aussi tôt, et jamais je ne t'oublierais. A toi de voir, mais pour l'instant, j'ai un avantage certain sur la situation, je ne vois pas pourquoi je m'en priverais, non, vraiment pas. J'attrape son pantalon, pour l'approcher un peu plus de moi, et glisse une main à l'intérieur, jusqu'à son sexe. Je ne perds pas de temps, à passer par les baisers, les caresses, comme la dernière fois. Des minutes, c'est une question de minute, avant que je ne succombe, et je compte en prendre le plus que je peux, en si peu de temps. M'offriras-tu plus, pour que ta suggestion soit totale ? Je l'espère bien, et j'espère aussi que tu ne tenteras pas de résister à ma main, qui s'acharne à te procurer du bien être. Selon ton envie, c'est peut-être la dernière fois que l'on se voit, alors tu peux bien m'offrir ce dernier plaisir, non ?


_________________


Sous peu, tes barrières, je briserais, sous peu, tes émotions, je ferais éclater, sous peu, tu cesseras de me résister, sous peu, nous serons heureux, je t’en fais la promesse..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé] Révéles-moi ce que j'ai envie de savoir [Julian]   Mar 27 Sep - 11:25


Révèles-moi ce que j'ai envie de savoir
Elisa & Julian

Parfois, ma chère Elisa, la situation exige qu’on fasse un pas en arrière pour ensuite pouvoir faire deux pas en avant. Il faut savoir choisir ses batailles, il faut savoir où se trouve les limites et les possibilités pour établir le meilleur des plans. Tu te dis que ton obstination suffira pour te permettre d’être la gagnante mais parfois, il est plus simple de briser une nuque que d’éviter éternellement une personne. Tu as de la chance, pour le moment, je ne prévois pas ta mort. Je ne prévois pas d’en être l’investigateur. Mais cela ne signifie pas forcément que tu survivras, surtout si tu continues sur ce chemin obscur.
Tu tentes de me convaincre que tu gagnes toujours. Je veux bien le croire, sinon tu serais morte. Mais cela ne signifie pas que tu gagneras toujours. Par contre, penser que tu puisses avoir le dessus sur moi ? Puis-je en rire ? Ou dois-je juste t’ignorer ? Je ne sais pas ce qui rend notre rencontre si spéciale à tes yeux pour que tu accordes tant d’importance à mon histoire mais cela risque de se retourner contre toi. Je ne laisse personne s’approcher de mon passé et encore moins de mon intimité. Même Jane n’a jamais tout su et pourtant, c’est la personne à qui j’ai accordé le plus de confiance ses trois derniers siècles… Mais tu t’en rendras bien vite compte, si tu ne meurs pas avant.

En attendant, je refuse ce poste que tu souhaites que j’occupe. Je refuse également de m’attacher, de te répondre plus que nécessaire. Je refuse ta façon de voir les choses. Vu ainsi, on pourrait dire que je suis un homme de peu de respect. Peut-être est-ce vrai. Mais j’agis comme je l’aurais fais si tu n’avais pas été concerné. J’ai un but et tu es un obstacle pour l’heure. Un obstacle que j’ignorerais ou, dans le cas échéant, que j’éliminerais. Je ne pense pas que tu perçoives correctement la façon dont je te vois, sinon tu laisserais tomber cette quête insensée. Mais peut-être pourrais-je te forcer à ouvrir les yeux ?
Tu me proposes ta mort. Que dirais-tu que je t’en montre la couleur, que je t’amène aux portes de la fin de ta vie et ensuite, il sera l’heure pour toi de renaître. De redevenir la guerrière que tout le monde craint. Montres-moi, à notre prochaine rencontre, à quel point tu peux être dangereuse. A partir de maintenant, il n’y aura plus de liens entre nous deux. Parler d’Emma m’a assuré que tu te foutais de notre sécurité, que les secrets étaient plus important que tout le reste pour toi… Alors je vais agir. Et tant pis si un jour, tu retrouves le contrôle et que c’est la haine qui prend le dessus sur toi. Tant mieux peut être. Je sais gérer des ennemis, je ne possède que cela. Mais j’ai un peu plus de mal à gérer des alliées ou qui que tu sois d’ailleurs…

Tu te rends compte de ce que je vais faire une seconde avant que j’agisse mais il est déjà trop tard. Je distribue mes ordres, cette suggestion, en m’assurant de bien prévoir, de ne laisser aucune faille. Tu prends la parole une dernière fois mais je décide de ne pas porter d’importance à ce que tu me dis. Cette promesse, tu ne pourras pas la tenir si mes actions fonctionnent comme je le prévois. Car je ne compte pas te revoir une autre fois. Mon unique but, maintenant, c’est d’en terminer le plus rapidement possible avec Emma, puis en finir avec l’Unité et disparaître. Tu ne devrais même plus me revoir. Je ne fais qu’agir de façon prévisionnel, au cas où, comme dirait cette génération.
J’en profite pour une dernière fois regarder tes traits. Toujours cette lueur obstinée même si tu commences à te fondre à mes ordres. Toujours ce visage de guerrière, cette attitude de défi. Et je sais que si je dois te recroiser, je verrais de nouveau cette lueur. Mais je te l’ai dis, je n’escompte pas à ce que cela arrive.
Sauf que tu agis encore une fois de façon imprévisible et je sens cette montée de plaisir en même temps que je ressens tes mains sur mon corps. Tu aimes décidément garder la main. Sauf que je ne sais pas si c’est une bonne idée, cette dernière étreinte. Une fois, c’est une tentation consommé, deux fois, c’est une tentation renouvelée. Sauf que je ne suis pas non plus une machine et je n’ai plus l’habitude de ce plaisir. Très bien, Elisa. Une dernière étreinte, une dernière fois. Je me détache de son cou, sachant qu’elle doit maintenant lutter pour rester consciente et concentrer, et je me libère de sa poigne avant de lui enlever son pantalon et son dessous, ne perdant pas de temps. C’est la dernière fois et tu ne t’en souviendras pas de toute façon… Je ne laisse pas le temps à la douceur, juste au plaisir et presque à la douleur, une sorte de vengeance. Tu m’as eu une dernière fois et moi je ne pourrais pas oublier. Mais rien ne m’empêchera de marquer ta chair… Le plaisir monte, rapidement et je la laisse lâcher prise en premier avant de perdre pied également. Quand j’ouvre les yeux de nouveau, je peux voir qu’Elisa a sombré dans l’inconscience. Et je sais qu’à son réveil, elle sera de nouveau une guerrière qui me prendra pour un ennemi. Nous voilà, de nouveau, deux inconnus, guerrière. Je la garde dans mes bras, nous rhabillant rapidement, avant de l’allonger contre le sol, dans un coin caché où elle ne risquerait pas d’être embêtée pendant son inconscience. Je prends le luxe de déposer un baiser sur son front, murmurant doucement à son intention, même si elle est toujours inconsciente.

« Bonne chance, Elisa. Et survis donc, tu as pas mal de choses à vivre encore. »

Puis, je ne perds pas plus de temps avant de faire demi-tour. Fractionner mon esprit, laisser mes sentiments de côté. Une habitude, pour ma survie, dont j’abuse encore aujourd’hui. Je laisserais une part de mon passé avec toi, scellé au plus profond de ma tête et j’en reviens à mon but initial. A toi d’en faire de même, soldate. Je suis certain que tu t’en sortiras comme une chef.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Terminé] Révéles-moi ce que j'ai envie de savoir [Julian]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Terminé] Révéles-moi ce que j'ai envie de savoir [Julian]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vamp Academy :: Archive :: Rps Marie & Laure-
Sauter vers: