Forum d'écriture privé
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 A charge de revanche [Amaëlle]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: A charge de revanche [Amaëlle]   Jeu 16 Juin - 12:13



A charge de revanche



Pas de femme au menu ce soir, pas au terme sexuel de la chose en tout cas, pas que l'envie m'en manque, mais cela fait bien trop longtemps que je n'ai pas eu de soirée purement sanguinaire, et je compte bien réservé mon mercredi soir à cette occasion. J'aurais pu aller dans n'importe quel lieu de la ville, j'aurais sans doute trouvé mon bonheur, mais le quartier centre est toujours le plus fréquenté, celui où je trouverais le plus de victime, donc. Je n'ai pas choisi le lieu le plus discret, une place, un banc, mais je n'aurais aucun mal à tuer une magnifique jeune femme même dans un lieu aussi repérable, j'aime les défis, vous pouvez me faire confiance. Je n'ai plus qu'à attendre que l'une de ces belles créatures s'approchent, soient attiré par mon corps, et cela ne loupe pas, alors même que je ne dois être là que depuis une dizaine de minute. Je n'aurais rien eu contre l'idée d'attendre plus longtemps, mais cette jeune femme est suffisamment belle pour mérité que je lui arrache la vie, alors elle fera l'affaire. Est-ce que je reste là, ou est-ce que je rejoins un lieu un peu moins fréquenté ? Je crois que j'apprécierais tout autant commencer mon œuvre ici.

« Ne bouges pas, et ne prononces pas le moindre son »

La place que tu as pris sur mes genoux conviendra parfaitement à la suite de cette soirée, bien sur, nous ne resterons pas là bien longtemps, mais pour l'instant, ce banc suffira. Je déchire le haut de ces vêtements, pour atteindre sa poitrine, après tout, ce n'est pas parce que je n'ai aucune envie sexuelle, que je ne peux pas jouer avec les atouts d'une femme. En temps normal, j'aurais mordu dans son sang, cette simple morsure lui aurait même suffit à avoir le meilleure orgasme qu'elle n'a jamais eu, mais ce soir, ce n'est pas mes intentions. Je déchire brutalement la peau de son sein, m'assurant de lui laisser une belle cicatrice si jamais elle vient à survivre à cette soirée. Sa bouche s'entrouvre, sans doute dans l'intention de prononcer un cri, mais aucun son n'en sort. Bien, tu es une bonne fille, et l'hypnose à l'air de fonctionner sur toi. A défaut de pouvoir appeler à l'aide, elle se met à me repousser, mais cela n'a pas plus d'effet. N'use pas de ton énergie contre moi, ma jolie, tu as perdu d'avance. Je m'apprête à faire subir le même sort à son second sein, lorsqu'un silhouette brune attire mon attention. J'aurais juré que c'était elle, pourtant, j'étais persuadé de l'avoir tuer, d'avoir laissé un cadavre derrière moi lors de notre dernière rencontre. Alors comment peut-elle être encore en vie ?

Je repousse le corps de la jeune femme, ne me préoccupant même pas de son corps qui retombe au sol, dans la même position de départ, oui, tu ne pourras sans doute pas bouger t'en qu'un second Strigoï ne t'aura pas obliger au contraire, mais ce n'est pas grave, tu es la dernière de mes préoccupations pour le moment. Mon seul but est de retrouver cette petite garce qui est encore une fois parvenu à tromper la mort. Combien de fois faudra-t-il que je tente de t'achever pour que tu daignes me foutre la paix, Kyara ? Peut-être que si j'arrachais la vie à ton frère, cela te donnerait une bonne raison de rester morte ? Ou est-ce moi qui est fait une erreur en te laissant au bord de la mort la dernière fois ? Ne t'en fais pas, je ne referais pas cette erreur une seconde fois. Je la suis dans l'une des ruelles, et quand je suis sur que personne ne nous verra, je la plaque contre l'un des murs. Aujourd'hui, je ne ferais pas dans la dentelle, j'ai été patient, mais il ne faut pas trop m'en demander non plus. Ce soir, tu trouveras la mort, et je ne repartirais pas avant d'en être certain. Je ne prends même pas conscience qu'il ne s'agit pas d'elle, que j'ai bien une Alchimiste brune dans les mains, mais qu'il ne s'agit pas de Kyara. Je la frappe au ventre, alors qu'elle se roule en boule, mais l'instant d'après, je suis déjà sur elle, entourant son cou de l'une de mes mains, l'étranglant peu à peu

« Ma douce Kyara, ce soir, ton heure est venue »

Tu ne tromperas pas la mort une fois encore, je m'en assurerais, je ferais en sorte de vider ton corps de la dernière goutte. Mes crocs se plantent dans son cou, alors que je ne prends toujours pas conscience de mon erreur. Je ne fais pas attention non plus au bruit de pas qui se rapproche, je me fiche qu'il s'agisse d'un ami, ou d'un ennemi, je ne m'arrêterais pas avant qu'elle n'est plus une goutte pour survivre, et je tuerais le premier qui essaiera de m'en empêcher.

fiche codée par rawr
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: A charge de revanche [Amaëlle]   Jeu 16 Juin - 12:15

A charge de revanche
Amaëlle & John

Quand du sang découle la souffrance qui précéde la mort : C'est l'apocalypse qui renaît de ses cendres et vient nous toucher de ses rayons incandescents.

Apprécies-tu de voir le sang couler ? De sentir ce liquide carmin tâché ta peau d’une couleur aussi vive ? Apprécies-tu la sensation de puissance que t’offres ta position dominante ? Peut-être est-ce ainsi que tu apprécies de passer tes soirées, mais malheureusement pour toi, ce soir sera le dernier soir où tu pourras te réjouir de l vie car tu vas rencontrer la mort… Pourquoi m’en prendre à toi, qui est mon confrère ? Tu te poseras certainement cette question avant de mourir, je ne compte pas t’offrir de réponse, tu auras tout le temps du monde pour réfléchir quand tu auras rejoins les enfers… Mais disons que la réponse tient en un mot : Daemon. Tu t’es approché un peu trop de mon petit joyau, tu as tenté de l’amener du mauvais côté… De cela, je ne peux que me réjouir. Mais le brusquer… Ce privilège m’est entièrement réservé. Tu es un peu plus vieux que moi mais ce n’est pas grave, j’ai l’habitude de fréquenter des Strigoïs bien plus âgée, j’ai acquis assez de stratégie pour leur survivre, j’aurais assez de technique pour te tuer, je n’en doute pas.

J’attends le bon moment, j’entre, je frappe. Rapide et précise. Il n’a peut-être pas le temps de voir mon visage et de tenter de comprendre, ce n’est pas grave, j’en sors vainqueur et lui, il pourrit en enfer. Je ne sais pas trop pourquoi cette obsession d’avoir un immeuble pour soi, d’abord Emrys, puis Lucas et maintenant cet homme… Mais je compte bien en profiter pour tout brûler. Il y a pas mal de combustible dans le coin, un briquet, une étincelle et la vie de ce Strigoï part en fumée avec son corps. J’apprécie un peu plus ma soirée, surtout quand je m’éloigne de ce lieu pour toujours.

Il me reste plusieurs heures que le soleil ne se lève alors j’en profite pour rejoindre le quartier centre et ses proies… Mais surtout de ses magasins. J’ai beau détesté perdre ainsi mon temps, il me faut vraiment de nouvelles tenues. Certes, mon jean et mon pull n’ont pas été salis ce soir, mais j’ai bien envie de dire : pas encore. J’ai la fâcheuse tendance, surtout dernièrement, à salir ou déchirer mes vêtements… Il me faut renouveler mon stock alors autant faire d’une pierre deux coups. Du moins, c’est ce que je souhaite faire avant d’avoir un léger contretemps. Un petit texto de Viviane. Assez étonnant, même si elle a accepté de m’aider, elle n’a que très peu apprécié que je ne tente pas de retenir Lucas quand il s’est lancé à la poursuite de son frère, Qhuinn… Enfin, du coup, je suis assez curieuse de savoir le contenu de cette future discussion et je me mets à marcher dans la direction du rendez-vous.

Je sens son odeur mais je ne fais pas le lien immédiatement. Il y a des dizaines de personnes, Viviane et John ne sont que quelques personnes… Quels sont les chances qu’ils finissent par se retrouver chasseur et proie ? Et pourtant, j’entends avec surprise John prendre la parole, parler de cette Kyara… En s’adressant visiblement à Viviane. T’as des problèmes de vue, John ? Je suis désolée, je ne crois pas qu’il y ait d’ophtalmologiste pour les vampires mais je me renseignerais pour toi…
Par contre, j’accélère la cadence quand j’entends des bruits bien particuliers. On dirait qu’il compte vraiment la tuer et j’aimerais bien arrêter de perdre mes contacts alchimistes, je commence à en avoir marre de changer aussi souvent…
Finalement, j’arrive à leurs hauteurs et je vois que Viviane est déjà dans le gaz… Mais pas encore morte et j’apprécierais qu’elle ne meurt pas tout de suite. Sois gentil John, recules toi un peu, achète toi des lunettes et un autre nez et on parlera.

« John, sois gentil de la lâcher. »

Est-ce que tu m’entends ? Je n’en sais rien, mais je ne prends pas le temps de vérifier, je me glisse dans ton dos, attrapant tes bras et te faisant reculer. C’est surement l’effet de surprise qui me permet d’avoir le dessus quelques secondes et qui me permet de te bouger… Ce qui n’est peut-être pas une bonne idée quand on sait qu’il est plus fort et surement plus en colère mais si j’écoutais mon instinct de survie, ça se saurait j’imagine.
Il ne reste plus qu’une faible étincelle de vie chez Viviane et surement quelques petites minutes pour la sauver mais je ne fais pas l’erreur de tenter de la sauver et de m’oublier au passage. John enragé droit devant, donc autant que je le calme lui d’abord et ensuite… Je verrais ce que je peux faire de Viviane.

« Je peux savoir pourquoi tu as attaqué Viviane ? Je ne sais pas qui est cette Kyara et ce qu’elle provoque en toi, mais faut que tu te mettes aux lunettes parce que là, tu t’es totalement trompé de cible, mon beau. »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: A charge de revanche [Amaëlle]   Jeu 16 Juin - 12:15



A charge de revanche



La haine est la forme la plus subtile de la violence, c'est cette haine envers Kyara qui me pousse à user de violence après elle, et toutes ces personnes qui me la rappelle, c'est cette haine qui me transforme en monstre à chaque fois que je pense l'apercevoir dans mon champ de vision, c'est cette haine qui me rend parano, et qui me permet de voir ces traits en une autre personne. Tu n'as eu que la mal chance de ressembler un peu trop à cette petite alchimiste, et tu le paieras de ta vie, j'espère que tu n'as pas peur de la souffrance, parce que je ne te laisserais pas mourir en paix, je compte bien faire en sorte que tu sentes toute la haine que j'ai à ton égard. Qui se laisse guider par son seul profit s'attire haine et rancune, n'est-ce pas ce que j'entends à longueur de journée ? Pourtant, cela ne me servira pas de leçon pour autant, je continuerais à penser à moi, à chaque fois que l'occasion se présentera, je continuerais à être égoïste, parce que c'est ma manière de faire les choses, et que j'ai toujours fonctionné ainsi, pourquoi changerais-je une habitude qui gagne, et qui me réussit ?

La paix n'est pas l'absence de guerre, c'est une vertu, un état d'esprit, une volonté de bienveillance, de confiance, de justice, et surtout, une belle connerie, vous ne trouvez pas ? La paix n'a jamais été un moyen pour résoudre les choses, et ce n'est pas aujourd'hui que cela commencera, ne nous voilons pas la face, les hommes comme moi ne disparaîtront pas, alors il n'y aura jamais de paix sur cette terre, et certaine pas ce soir, pas tant que je ne serais pas venu à bout de cette femme. Les vices sont comme les bestiaux, qui s'engraissent jusqu'à ce qu'ils soient bons pour la tuerie. Tu seras ma tuerie ce soir, Kyara, tu seras cette personne, ce sang avec lequel je m'engraisserais, tu as voulu jouer avec moi, tu as voulu tromper l'enfer, tu récolteras ce que tu que tu sèmes. Qui verse le sang de l'homme, par l'homme aura son sang versé, j'entends depuis des années, et années de telles bêtises, pourtant, comme vous pouvez le voir, je suis toujours là, j'attends toujours que cet homme vienne verser mon sang, en attendant, je poursuis mon œuvre, ravage le corps de cette alchimiste, la vide de son sang, jusqu'à entendre cette voix derrière moi, une voix que je connais bien, une voix que j'aurais souhaité reconnaître dans d'autres circonstance, avant d'être projeté en arrière, et écarté de cette femme.

« Putain, laisse-moi tuer cette femme, elle m'échappe depuis trop longtemps »

Tout est incertain dans la vie, il n'y a de certain que la mort, et c'est bien le sort que connaîtra Kyara, sa vie ne tient plus qu'à un fil, je le vois sur son visage, je l'entends dans ces gémissements, tu dois bien te rendre compte que tu ne parviendras pas à la sauver, Amaelle, non ? Pourquoi cherches-tu à la sauver d'ailleurs, compte-elle à tes yeux, et pour qu'elle raison ? Il n'y a qu'une minute de la vie, à la mort, alors si tu souhaites encore la sauver, je te conseillerais d'agir, et vite, pourtant, tu ne fais pas l'erreur de me lâcher, on dirait que tu ne tiens peut-être pas autant que je le pensais à cette femme, c'est plutôt une bonne chose, car cela ne m'aurait pas fait changer ma façon de voir les choses.

« Elle mérite de mourir, elle m'échappe depuis trop longtemps, à moins qu'elle veuille revivre inlassablement le passé, un viole ne lui a peut-être pas suffit »

Dieu est peut-être éternel, mais pas autant que la connerie humaine, pourquoi est-ce que j'ai lâché cette information devant elle, pourquoi est-ce que j'ai eu l'imbécilité de dire cela ? C'est franchement pas une information que je souhaitais qu'elle apprenne, mon cousin était déjà au courant, et c'était bien suffisant, comment va-t-elle réagir maintenant ? Il est normal d'être effrayé, parfois, le courage est la capacité de faire face à ses craintes, mais est-ce qu'il s'agit d'une crainte ? Oui, je me rends compte que je n'ai pas envie de connaître ce qu'elle peut bien penser de moi en cet instant, je n'ai pas envie de connaître son jugement, et encore moins qu'elle me voit différemment, ce n'est pas une chose à laquelle j'ai l'habitude de m'adonner, mais Kyara m'avait poussé à bout cette fois-ci, elle l'avait mérité.


fiche codée par rawr
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: A charge de revanche [Amaëlle]   Jeu 16 Juin - 12:16

A charge de revanche
Amaëlle & John

Quand du sang découle la souffrance qui précéde la mort : C'est l'apocalypse qui renaît de ses cendres et vient nous toucher de ses rayons incandescents.

Jusqu’à maintenant, chacune de nos rencontres ont été appréciables, mon beau. Mais j’ai l’impression que cette fois différera légèrement de l’habitude. Peut-être est-ce ton envie de tuer mon Alchimiste qui me fait me dire ça… Va savoir. Oui, je suis légèrement ironique mais c’est pour me laisser penser calmement. Me retrouver confronter à John, en étant dans des positions divergentes ne faisait pas parti de mes objectifs. Je sais qu’il est assez vieux pour me foutre une dérouillée sans même se forcer, ce qui m’oblige à être extrêmement prudente… Mais je suis tout de même obligée d’agir rapidement pour ne pas laisser mon jouet mourir entre ses mains. Cruelle dilemme.

J’agis tout de même, l’éloignant de Viviane, profitant de l’effet de surprise pour l’entraîner avec moi. Mais je ne le lâche pas, prête, tout de même, à réagir à la moindre envie belliqueuse de John. Je ne tiens pas à me battre contre mon ancien amant mais cela ne signifie pas que je ne le ferais pas. Simplement, aucun de nous deux n’aimera la fin du conflit, tu peux en être sûr au vu de nos nouvelles situations…
Tu prends la parole, m’assurant que cette femme le mérite et t’échappe depuis trop longtemps. Mais encore une fois, John, il y a un hic. Je connais Viviane, c’est une petite peste, mais contrairement à son frère, elle est prudente. Elle ne se serait jamais mise à dos un Strigoï. Elle aurait fait demi tour avant même de te croiser, faisant confiance à son instinct pour éviter le danger. Il y a décidément de grosses incohérences dans ton histoire, pire encore. Il y a cette haine qui semble te dévorer sans que je n’en comprenne la raison. Et tant que ça ne sera pas chose faite, Viviane sera proche de la mort. Je sais que je dois agir dans les prochaines secondes pour la sauver… Mais je tente tout de même de te raisonner, te donnant son nom, tentant de te faire changer d’avis. Sauf que c’est moi qui change d’avis. C’est mon esprit qui se retrouve ébranlé par un mot, un simple mot mais qui change tout.

Je ne peux pas m’empêcher de te lâcher comme si ton corps me brûlait et d’une certaine façon, c’est ce qu’il fait. Viol. Encore et toujours ce mot. Le seul mot qui revêt à lui tous mes cauchemars. Celui qui marque la fin de mon innocence et le temps de mon bourreau. Je me mets entre toi et ta proie, entre toi et Viviane. Est-ce elle que tu as violé ? Non je ne crois pas. Bon sang, je n’arrive pas à intégrer cette donnée. Viol. Mon ancien amant est un violeur. Je crois que si je m’étais nourri, je serais en train de vomir. Mais là, la seule chose que je fais, c’est faire des allers-retours entre ses mains et ses yeux. Entre ses mains dans lesquels j’ai ressenti du plaisir et qui ont tenu de force une autre femme… Et ses yeux qui me prouvent la vérité. Il a réellement fait cela. Il a violé une femme.
Je crois que je n’ai jamais été aussi rapide de toute ma vie, je ne pense pas que je saurais l’être de nouveau avant plusieurs siècles. Mais je m’élance, agissant dans un flou que mon cerveau peine à combler. Le bruit de mon poing rencontrant sa joue raisonne un long moment à mes oreilles. Tu mérites bien plus qu’une gifle, tu mérites un putain de passage à tabac. Mais j’ai une chose à faire. Une chose qui te hérissera le poil mais sur lequel tu ne pourras t’attarder.

Je me détourne, ouvrant mon poignet et faisant avaler de mon sang à l’Alchimiste, juste assez pour la stabiliser et ensuite, j’attrape John par le bras, le forçant à se relever. Je n’ai toujours dis aucun mot mais je ne pourrais rien dire sans exploser. Je nous entraîne vers la sortie de la ruelle, attrapant un humain au hasard pour lui parler, pour le mettre sous ma suggestion.

« Il y a une femme blessée dans la ruelle, appelez les urgences. »

Je lâche ensuite l’humain, continuant à traîner John un peu plus loin. Je ne sais pas pourquoi il me laisse faire, un reste d’humanité ? Peut-être est-il encore sonné par mon coup ? Peut-être a-t-il compris que Viviane n’est pas cette Kyara ? En parlant de cette dernière… Ce nom me dit quelque chose. Il va falloir que je regarde. Je ne peux pas… Juste ignorer ce fait. On ne fait qu’aller dans une ruelle juste à côté avant que je ne me retourne, poussant John contre le mur, ma main contre sa gorge me brûle, j’ai du mal à penser que je le touche. Que j’ai pu le toucher et apprécier cela. Ce contact me dégoûte en cet instant et je ne tente pas de cacher cette émotion quand je le regarde dans les yeux, mes ongles menaçant de s’enfoncer dans sa chair à la moindre parole qui ne me plairait pas…

« Comment as-tu pu ? Comment peux-tu oser en parler comme de quelque chose à recommencer ? Quelque chose dont tu dois être fier ? Est-ce cela le John que j’ai connu ? Un monstre qui viole les femmes qui lui résistent ? »

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: A charge de revanche [Amaëlle]   

Revenir en haut Aller en bas
 
A charge de revanche [Amaëlle]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [SdA] "La charge du Rohan" – 1000 points
» Charge à partir d'un bâtiment vers la rue.
» La Charge des Mûmakils!
» Tir en réponse à une charge
» Quatrième Chapitre; Acte Final; Partie Un; Le pachyderme charge les fauves

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vamp Academy :: Archive :: Rps Marie & Laure-
Sauter vers: