Forum d'écriture privé
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Owen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Owen   Jeu 16 Juin - 11:32




Owen Parker



feat. Jeremy Renner

Date de Naissance : 3 janvier ~ Lieu de Naissance : Irlande, dans un village perdu...
Âge : 37 ans ~ Statut : Célibataire endurci ~ Groupe désiré : Humain


Froid. Désireux. Déterminé. Consciencieux. Méticuleux. Brisé. Amoureux. Violant. Cynique. Passionné. Concentré. Énigmatique. Pragmatique. Impassible. Possessif. Enjoué.

Je ne suis pas du genre à m'appesantir sur le passé, je déteste ça, je préfère vivre l'instant présent. Je suis un guerrier, je suis un traqueur, je ne lâche pas ma proie, je me bats pour être le meilleur. J'ai été brisé, j'ai été violé. On ne se reconstruit pas après ça, on rassemble des bouts de nous et on tente d'avancer avec le reste dans un sac. Je ne supporte pas de perdre le contrôle, il faut que ce soit tout le temps moi qui l'ai. Dans la vie, dans le métier, dans le sexe. Jamais je ne me soumettrais, jamais je ne redeviendrais le passif. Plus jamais.

De taille moyenne pour un homme, assez grand sinon dans la foule (1m78), vous ne me distinguerez pas à moins que je ne le souhaite. Des cheveux bruns avec des yeux verts, aux goûts de certaines personnes, à moins qu'elles ne soient mes cibles, je m'en fous. Un corps musclé, il est mon outil de travail après tout, et assez acrobatique, je le pousse à l'extrême depuis que je suis enfant. La plupart des gens commencent à vieillir, à perdre l'usage de leurs corps petit à petit, le mien m'obéit toujours parfaitement, je ne le laisse plus me contrôler...
Que dire de plus maintenant si ce n'est que mon signe le plus distinctif n'est pas forcément visible immédiatement. Mon corps est recouvert de tatouage... A environ 30%. La plupart cache des cicatrices, comme celle tout le long de mon dos et sur le haut de mes cuisses. D'autres sont des marques de punition, comme celle longeant mon sexe et se trouvant dans mon cou. C'est un dialecte ancien, si vous le traduisez, vous verrez les mots "Monstre", "Erreur", "Abomination"... Mais encore faut-il que vous compreniez ce langage... Heureusement pour moi, seule ma sœur réussit cet exploit pour l'heure. Seule elle est au courant...



Son Histoire

Parler du passé, laisser notre esprit s’y attarder, espérer le changer… Des actions inutiles, futiles, qui définissent pourtant l’être humain. Mon esprit me rappelle chaque nuit mon passé mais quand je suis réveillé, je ne pense qu’au futur. Pourtant mon histoire me revient, chaque fois que je dors. Inutile, futile, ennuyeux, inévitable.

Chaque fois, cela commence pareil. Un soir comme un autre, jamais le même, toujours un souvenir différent. Je commence toujours avec Elisa à mes côtés, je la perds en cours de route car le souvenir change. Alors que nous jouions auparavant, nous nous retrouvons maintenant dans des maisons différentes, je le sais à cause du fait que ce soit un souvenir… Je suis avec les autres hommes de mon niveau et j’apprends à me battre. Jamais de révolver ou autre chez nous, que des armes plus primitives. Couteau, machette, dagues, arc, arbalète, épée… La gloire d’un musée réunis dans une même maison. Mon niveau n’est jamais assez bon, toujours médiocre, quand arrive l’heure des duels, je perds. Je vois ensuite le sourire narquois de celui que j’aurais appelé dans une autre vie « papa ». Si je suis chanceux, le rêve s’arrête ici sinon le cauchemar commence.

Je me retrouve attaché par les poignets au niveau du plafond. Mon corps pend comme un de ses cochons abattus… Je suis dans une salle que je n’ai pas besoin de détailler, mettez vos pires horreurs à l’intérieur et vous retrouverez le centième de la salle. Ce lieu pue la souffrance et la douleur, j’ajoute la mienne au lot pendant qu’on me bat. Le quatrième niveau du cauchemar, je ne le vis que depuis mon départ de ce lieu…

Cette fois, je suis attaché à une sorte de table, allongé sur le ventre, nu. La douleur se propage déjà dans tout mon corps, rappelle de torture appelés punitions car je n’ai pas été assez fort… Est-ce qu’il faut forcément se rappeler de chacun instant ? Pourquoi me rappeler plus précisément de cet instant que du sourire de ma mère avant sa mort ? Donc mon père qui s’avance et attrape ma tête par les cheveux pour me forcer à le regarder. Je suis à deux doigts de l’évanouissement mais je le vois tout de même et je sais que je dois l’écouter si je ne veux pas subir bien pire…
« Peu importe le nombre de fois où je tente de t’enseigner notre art, tu es toujours trop mauvais, trop doux, comme ta mère l’a été. Elle en est morte. Elle aurait du savoir se défendre, savoir se battre pour sa survie, elle a choisi de se laisser mourir, sois disant parce que je n’étais pas assez bon. Tu es bien sa sale engeance. Meurs ou survis mais cette fois, tu joueras selon mes règles. »
Ma mère… J’aurais appris en cet instant qu’elle est morte sous ses coups mais moi, je suis mort sous ceux de mon croque-mitaine. Et des coups, il n’y a pas eu que ça. Le déchirement, celui de mon être et de mon corps. Celui provoqué par son sexe qui me brise. La récompense pour le vainqueur, la punition pour le vaincu comme le dit ce père qui a été un temps le mien…

Je m’évanouis dans le passé, je me réveille dans le présent, le cauchemar se termine toujours ainsi. La vie continue jusqu’à aujourd’hui. A mon réveil, Elisa me détachait, mon corps n’était plus le mien, juste un morceau de chair découpé qu’elle a traîné à travers le village jusqu’à la sortie. Elle a 20 ans, j’en ai 25 et on se retrouve à sortir pour la première fois de notre village. Elle arrive à camoufler et soigner plus ou moins mes blessures. Je ne sais pas trop ce qui se passe, la fièvre est bien trop importante mais quand je peux de nouveau bouger, on est en Italie et un mois s’est écoulé. Elle comme moi, nous savons que nous ne pouvons pas rester dans le coin, on doit bouger alors j’utilise mes talents de guerriers, je remuscle mon corps, je prends les armes, je deviens un mercenaire. L’argent rentre vite, assez pour qu’on puisse s’acheter deux billets de bateau et de quoi avoir quelques pots-de-vin apparemment bien utile vu qu’on ne nous a jamais retrouvé… Et nous voilà sur le sol américain, près d’un an plus tard.
L’installation est difficile, on a un monde à rattraper, une vie à reconstruire… Mais on y arrive. Je n’ai jamais été du genre trop intellectuel, celui qui aime les études, je ne suis pas un idiot mais l’école n’est pas mon genre alors je continue en tant que mercenaire, sauf que cette fois, je peux accepter ou refuser les affaires qu’on me présente. Mon sens de la moral est peut-être tronqué mais pas au point d’en oublier certains principes. Mon corps n’est qu’une arme mais je m’en sers de manière létale. Je gagne petit à petit une certaine réputation et un jour, un contrat m’arrive, m’amenant devant cet homme… Qui me propose les portes d’un autre monde. J’ai 28 ans et je viens de trouver une place dans la légalité, plus précisément dans l’armée.
Bien sur, il faut que nous en discutions avec ma sœur mais la décision est déjà prise, elle le sait. Je n’en ai rien à faire de la légalité ou de la reconnaissance, je veux simplement pouvoir user de mes talents au mieux et quoi de mieux que l’armé ? On s’engage, on fait un an de formation et de missions solitaires dans des pays en guerre, rien de palpitant… Puis toute notre vie change quand on découvre un autre univers… Celui du surnaturel.



Que faire quand on apprend l'existence de différents monstres ? Rien car on a déjà vécu avec des monstres bien pires. Que faire quand on sait qu'on peut tout de même agir là où peu de personnes le peuvent ? Je demande où est-ce qu'on signe. Toujours chercher à user au mieux de mes capacités, voilà la seule chose que je souhaite. On m'en offre la possibilité. Une branche spécifique, les Moroïs. Des êtres, tous différents, aucunement humain et pourtant plus sentimentales et douillets que la plupart d'entre nous... Je les ai vu défiler, partir dans l'arène, partir au bloc, revenir ou pas, blessé ou non, mutilé ou non... Tous différents et tous semblables jusqu'à celui qui a attiré l'attention de tous. Rick. Un être comme un autre à mes yeux... Jusqu'à ce qu'il s'enfuit. On m'offre la possibilité de pousser mes capacités à leurs maximums en le récupérant sans me faire prendre... Encore une fois, où est-ce que je signe ? Rick, tu es maintenant ma proie, je n'ai plus qu'à suivre ta piste, partout où elle pourra me mener...





Qui se cache derrière ?
Prénom/Pseudo :
Age :
Comment es-tu arrivé ici ?
Un avis sur le forum ?
Tes petits hobbies ?
Avatar :







Codage par Slana
Revenir en haut Aller en bas
 
Owen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Signature de contrat - Owen Nolan
» R.I.P. The Rev alias James Owen Sullivan
» Enquête à Froide-Douve [Flashback Owen Tyssier - Elyana]
» Au bal masqué ohé ohé ! [Flashback Owen Tyssier - Desmera Redwyne]
» L'abeille qui dansait sur la toile [Flashback Owen Tyssier - Ellyn des Essaims]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vamp Academy :: Archive :: Fiches de présentation-
Sauter vers: