Forum d'écriture privé
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Dans quel camp seras-tu ? [Alistair]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Dans quel camp seras-tu ? [Alistair]   Jeu 16 Juin - 11:23




Dans quel camp seras-tu ?
Alistair & Judith


Un retour à la vie, c'était ainsi que je voyais les choses, j'étais enfin libre de faire ce que bon me semblait, je n'avais plus à subir les tortures de ces monstres, et j'allais enfin pouvoir préparer ma vengeance, mais avant toutes choses, je devais retrouver ma sœur, je devais lui mettre la main dessus, et ensemble, nous pourrions accomplir de véritable miracle, à condition que sa haine pour les Strigoïs soient toujours égale à celle qu'elle possédait à l'époque, mais après ce qu'il c'était passé, par ma faute, je me doutais que sa vision des choses ne devait pas avoir évoluée. J'avais d'abord essayer de la retrouver à fouillant la ville, en cherchant le moindre indice qu'elle aurait pu laisser derrière elle, mais j'avais fais chou blanc, alors j'étais passé à une seconde tactique.. J'étais revenu sur mes pas, traquant cette fois-ci l'un des montres qui m'avaient retenu contre mon gré durant les dernières années. J'avais déjà appris que nous avions déménagé jusqu'à cette ville parce que ma sœur était ici, l'un d'entre eux allait bien me fournir les informations dont j'avais besoin pour lui mettre la main dessus, suffisait que je m'en prenne à l'un des gars bien placé dans la hiérarchie, et après toutes les années que j'avais passé à leurs côtés, cela ne m'était pas bien dure de savoir à qui m'en prendre..

Je l'avais suivi à travers la ville, à vrai dire, c'était difficile de dire qui menait l'autre par le bout du nez, j'étais presque sur qu'il avait pris conscience de ma présence, et qu'il cherchait à m'amener dans un lieu plus discret pour pouvoir m'attaquer sans le moindre témoin.. Sauf que je suis prête à te recevoir mon gars, et manque de bol pour toi, tu as choisi l'un de mes terrains préféré de cette ville, en plus, je n'aurais pas à te trainer bien longtemps pour te mener jusqu'à mon repère. Lorsque je suis persuadée qu'il m'a repéré, je change de tactique, je cesse de le suivre, et par dans la direction opposée, et cette fois, c'est lui, qui me suit.. Parfait, tu es tombée dans mon piège, maintenant, laisse-moi abattre ma carte finale. Je grimpe après la montagne, jusqu'à la grotte que je cherche, et pénètre à l'intérieur. Peu de temps après, je l'aperçois arrivé, et se pointer à l'entrée, sauf qu'il n'a pas autant de chance que moi, j'appuie sur un petit bouton, et c'est trois flèche d'argent qui lui arrive dans la poitrine, dont une toute proche du cœur.. Ne m'applaudissez pas, je ne dois rien à mon intelligence, tout était déjà prêt lorsque je suis arrivée, cette grotte est une véritable trouvaille, j'ignore qui en est l'auteur, mais je le remercie du fond du cœur d'avoir installé toutes ces petites choses. Je l'aperçois craché du sang, sans doute dû à la flèche qui est aussi près de son cœur, mais je ne cherche même pas à la lui retirer, au contraire, je l'attrape de la manière la moins douce possible, et l'attire jusqu'à un coin de la grotte, muni de menottes, auxquelles je l'attache, menottes elles aussi en argent.

« Dis-moi, comment tu te sens, maintenant, que tu as pris la place de la victime ? Cela doit être très humiliant, tout de même »

Oui, je le nargue, mais au vu de son état, et des menottes qui le retienne, je ne crains rien, et je ne compte pas le laisser repartir en vie, alors je n'ai pas à craindre qu'il se venge pas la suite.. Tu vois, contrairement à vous, je ne compte pas te garder à mes côtés éternellement, j'ai juste besoin de quelques informations, et au vu de ce que j'ai prévu pour toi, tu ne tarderas pas à me les offrir. J'attrape l'une des flèche planté dans son corps à deux mains, et commence doucement, à descendre la flèche, laissant une large entaille visible.. En temps normal, tu devrais guérir vite, mais comme je n'ai pas l'intention de te laisser une minute de répit, viendra le moment où ton corps ne parviendra plus à se régénérer entièrement, et là, tu n'auras d'autre choix que de me parler si tu veux que je fasse taire cette souffrance.

« Je serais plus généreuse que vous, si tu me donnes les informations que je souhaite, je promets de ne pas te faire souffrir.. Où est ma sœur ? »

Je sais que tu as cette information, alors sois gentil, et donne la moi, cela t'évitera de souffrir, et moi, cela m'évitera de m'épuiser pour rien.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Dans quel camp seras-tu ? [Alistair]   Jeu 16 Juin - 11:33


Dans quel camp seras-tu ?
Alistair & Judith

Dans chaque guerre, il y a des pertes. Humaines ou matérielles. Une chose que je n’avais jamais oubliée grâce à mon garçon. Une donnée bien ancrée dans ma vie et dans ma tête. Une chose omniprésente que je ne pouvais ni ne devais oublier. Mais Arya l’avait oublié. Elle avait pensé être épargnée et elle apprenait aujourd’hui que ce n’était pas le cas, dans un mélange de haine et de tristesse. J’étais passé par là avant de reprendre le contrôle alors je savais que je me devais de garder un œil sur elle. Tout comme je devais garder un œil sur mon garçon. Félicitation d’ailleurs boy, tu as réussi à tuer l’une des plus grandes chasseuses de l’histoire. Félicitation également, tu t’es fais des ennemis bien plus coriaces encore. Contrairement à nos autres affrontements, nous sommes bien plus accompagnés. Alliés comme ennemis. Et cette fois, tu ne peux pas tout faire retomber sur le nom O’Brien. Ton prénom, Lucian, est également évoqué. Tu es devenu un ennemi bien plus important que je ne le suis. Ça ne se joue plus uniquement entre toi et moi. Notre conflit est devenu bien plus important… Et bien plus coûteux en vie. Ce qui me pousse un peu plus à accélérer notre conflit. Il n’a que trop duré. Il est temps que je prenne un peu plus les devants.

Je finis par accrocher mes manchettes, lissant une dernière fois ma veste avant de sortir de notre repère. Celui-ci se trouve être plus proche que jamais de l’Académie, autant un danger qu’un bénéfice. Je sais pouvoir atteindre Arya très facilement ainsi, ce qui ne peut qu’être une mesure de sécurité… Surtout face à l’ancienne défection de Célaïs. Qui sait ce qu’elle aurait pu raconter au côté pourri de ma famille… Il allait aussi falloir que je fasse quelques changements. Heureusement, je n’aurais pas de problèmes financiers, j’avais juste fermé les comptes de Célaïs et le reste était déjà hors de portée… Il suffit juste de changer une nouvelle fois notre localisation. Et cette fois, je me dirige vers les grottes. Toujours proche de l’Académie, mais cette fois-ci de l’autre côté de celle-ci. Un choix stratégique car si quelqu’un avait connaissance de notre ancienne localisation, jamais il ne nous chercherait aussi proche de celle-ci… Donc tout pour plaire, en soi.

Je finis par arriver sur les lieux et, me rappelant des cartes géologiques que j’avais étudiés, je finis par aller aux quelques points que j’avais soigneusement notés. Le premier point contenait une roche un peu trop dur pour des aménagements… J’aurais préféré être au courant que le marbre poussait dans cette région avant d’y aller d’ailleurs. Le deuxième point était idéal, si ce n’est que les tunnels s’étaient effondrés, ce qui retarderait l’aménagement. Et le troisième lui m’amène son lot de surprise. Quand j’arrive, j’entends deux battements de cœurs. Un, faible et pourtant rapide, significatif du Strigoï ayant peur, l’autre, vigoureux et calme, un mortel. Et pour être aussi calme, certainement un gardien. Une situation intéressante donc, car le mortel avait l’air de prendre l’avantage.

En temps normal, j’aurais fais demi-tour mais ils se trouvaient sur un des lieux qui me paraissaient intéressants. Alors, je comptais m’approcher et hypnotiser le mortel si jamais il survivait… Quand au Strigoï, il mourra forcément. Je ne laisse personne m’échapper. Alors autant terminer le travail du Dhampir si celui-ci décidait de faire de moi sa première victime.
Quand je m’approche, je remarque que je me suis trompé. C’était une gardienne. Intéressant. Les femmes ont bien changés depuis mon temps et elles trouvent de plus en plus d’indépendance et de créativité pour libérer leurs combattivités… J’espère juste que celle-ci connaît la tempérance. Je ne tiens pas à commencer une bataille dès maintenant.

J’entends la dernière phrase qu’elle prononce quand je vois enfin la scène, remarquant en même temps le sourire sardonique de l’homme. Tu n’obtiendras pas de réponses à moins d’avoir des éléments percutants et il m’étonnerait que ce soit le cas de la torture. Certes, chacun à un point de rupture mais auras-tu la patience nécessaire pour atteindre le point de rupture de cet homme ? Rien n’est sur. Tu m’as l’air un peu trop hâtive. Tu n’obtiendras pas satisfaction à ce rythme…

« Sans moyen de pression, j’ai bien peur que cet homme n’escompte pas répondre à ta requête. »

Je me tiens à portée de vue mais assez loin pour pouvoir réagir si elle se décide à m’attaquer. Les gardiennes sont certainement une « espèce » farouche et je ne tiens pas à rencontrer une de leurs illustres représentantes. Je ne sais pas si elle perçoit ma nature de là où elle est mais je profiterais des quelques minutes de répit que cette jeune âme voudra bien m’accorder… Si elle le souhaite. Mais si elle désire commencer le conflit immédiatement, alors l’immobiliser pour pouvoir la soumettre à de l’hypnose sera un travail de longue haleine mais que je suis prêt à remplir dès maintenant… Je n’ai peut-être pas les vêtements adaptés à cette tâche mais tant pis. Je ferais avec, comme toujours.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Dans quel camp seras-tu ? [Alistair]   Dim 25 Sep - 21:50




Dans quel camp seras-tu ?
Alistair & Judith


Je n'aurais pas mis longtemps, à mettre la main sur ce type, stupide créature, qui pense pouvoir être au pouvoir, mais qui n'est pas capable de faire face à un gardienne, qui manque d'entraînements.. En faite, je balance entre deux sentiments, la fierté, d'être parvenu à ne faire qu'une bouchée, de lui, et l'humiliation, d'avoir été retenu des mois par un type comme lui, enfin des types, comme lui, puisque seul, ce bon à rien, n'aurait jamais réussi à m'avoir.. J'aime à croire cela.. T'as voulu être fière, tu aurais mieux fais de surveiller tes arrières, tu ne te serais pas fais botter le cul, de manière aussi pitoyable, par une femme.. Humilié ? J'espère ! Ne penses pas, que je mettrais fin à tes jours, de suite, même pas en rêve, j'ai quelques questions pour toi, et quelques tortures, en réserve. Tu n'as pas de chance, parce que, par mes propres moyens, je n'aurais pas pu faire grande chose, mais j'ai réussi à mettre la main sur cette fabuleuse grotte, avec des pièges, des objets de tortures, comme je les aime.. Te rappelles-tu, à quel point vous avez aimé, me torturer, me donner des coups, me faire saigner ? A ton tour, de souffrir aujourd'hui, et crois-moi, je n'irais pas de main morte. Tu ne mérites pas d'avoir un traitement de faveur, pas après tout ce que tu m'as fais.

Sais-tu, que tu vas souffrir ? Sais-tu, que ta vie n'ira pas au-delà, que cette journée, cette soirée ? Tu crieras, comme tu n'as jamais crié pour personne, la souffrance, sera plus terrible que le meilleur des plaisirs que tu n'auras jamais vécu. J'espère d'ailleurs, que tu auras déjà pris ton pieds, dans ta longue existence, parce que tu n'auras plus jamais cette chance, je t'assure. Ma cruauté me pousserait même à allez jusqu'à te torturer là-dessus, mais t'offrir le moindre geste de plaisir, sera inacceptable, après ce que j'ai du vivre, à cause de toi, et tes petits copains, qui, ne t'en fais pas, passeront aussi à la casserole, en temps voulu. Un à un, vous perdrez tous la vie, vous recevrez la punition, que vous méritez.. Je ne peux pas laisser un tel crime, impuni, vous ne méritez tous, qu'une longue douleur, d'agonie, pour moi, pour ma sœur, et pour tous les autres, que vous avez sans doute fais souffrir, au milieu. Sais-tu à quel point, je prends un plaisir fou, à te voir, ainsi, attaché, sans aucun moyen, pour te libérer ? Est-ce douloureux ? Tu ne m'offres pas encore de cris, mais ne t'en fais pas, cela ne tardera pas. Ces chaînes d'argents, qui te retiennent, ne sont peut-être pas suffisant, à m'offrir ces sons, que j'attends avec impatience, mais tu ne tiendras pas, face au reste. J'essaie de me montrer indulgente, de lui offrir une porte de secours.. Parle, et je promets, de t'offrir une fin rapide, sans douleur, c'est mieux que tous ce que vous avez pu m'offrir, alors je serais toi, je saisirais cette chance. Je le laisse réfléchir, mais je vois bien, à son regard, à son expression, que je n'aurais aucune réponse à mes questions, pas de suite.. Ce n'est pas grave, j'ai tous mon temps, je ne vois aucun inconvénients, à passer des jours, et des jours, à te torturer, bien au contraire, cela me défoulera, plus que tu l'imagines, mais je te promets, que tu finiras par m'offrir mes réponses, tu finiras par me dire, où je pourrais trouver ma sœur. J'attends sa réponse, quand même, peut-être qu'il finira par changer d'avis, mais ce n'est pas sa voix, que j'entends, mais une inconnue, qui provient d'un peu plus loin, dans l'ombre, un autre strigoï, je reconnais sa nature, à sa façon de se tenir, j'ai tous appris d'eux, je sais que je ne me trompe pas. Encore un hypocrite, tu n'oses même pas t'approcher.. As-tu peur de ce que je pourrais te faire ? As-tu peur, de finir comme lui ? Cela pourrait arrivé, en effet, alors tu fais bien de te méfier, en revanche, tu ferais mieux de pas l'ouvrir, aussi, parce que c'est le genre de chose qui pourrait te coûter cher, très cher.

« He ! Le vieux, de quoi je me mêle ? Tu souhaites peut-être prendre sa place ? »

M'en demandez pas plus, niveau politesse, je ne connais pas, faut dire que lorsque l'on reste enfermé, sans autre visite, que ces monstres, aucune raison nous pousse, à garder la politesse que l'on m'a toujours enseigné, pas vrai ? Et puis, de toute façon, pourquoi est-ce que je devrais me montrer poli, envers ces monstres ? Vu mes antécédents avec eux, je n'ai aucune raison de me montrer patiente, et compréhensive. En revanche, je n'ai rien contre cette espèce, en particulier, alors si tu te tires de là, de suite, peut-être que je pourrais me montrer un peu plus cool, et te laisser partir, sans bobos, mais saisis cette porte de secours, et tires-toi de là, de suite. Je détourne mon regard, me fichant bien, de ce qu'il décide de faire, au final. Restes, tu mourras, attaque-moi, tu mourras, pars, tu pourras rester en vie. Ton avenir ne dépend que de toi, alors prends la bonne décision. J'attrape plusieurs poignards, pas très grands, mais, qui, planté dans un corps, pourrait faire pas mal de dégâts, surtout sur un corps, qui craint l'argent. J'étais assez doué, pour les tires de longue distance, à l'époque, je ne ratais que peu mes cibles, on va voir, si cela a changé.

« Combien de temps, crois-tu qu'il tiendra, face à ce que je pourrais lui faire ? »

C'est au nouveau venu, bien entendu, que je m'adresse, puisqu'il n'est pas encore parti, autant entendre ce qu'il pense de cette situation, et de mes compétences, en matière de torture. Je n'attends pas qu'il prononce le moindre mot, avant de tirer mon premier poignard, qui se loge direct, sur la parti la plus précieuse, chez un homme. Cruelle, je vous les dis, mais ce type n'a que ce qu'il mérite. Fais donc attention à toi, parce que, si je t'offre le loisir d'assister à cette entrevu, et que tu n'es pas digne du bon camp, je ne pourrais te laisser en vie, alors choisis bien, vite. Je lance une seconde lame, qui se loge dans sa gorge, mais assez bien visé, pour ne pas couper ces cordes vocales, et donc, l'entendre crié. Oui, c'est certain, maintenant, rien n'aurait pu me faire plus plaisir, qu'entendre ces cris.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Dans quel camp seras-tu ? [Alistair]   Mar 25 Oct - 18:20


Dans quel camp seras-tu ?
Alistair & Judith

L’amour, quelle désillusion. Une désillusion bien embêtante, dans une éternité. Avoir rallié Célaïs me paraissait être une bonne idée dans le temps. Le rachat d’une âme immortelle, qui aurait été condamné au pire, en suivant la voie de mon fils… Et voilà qu’aujourd’hui, je me retrouvais coincé par un simple mot, par une simple notion. Un amour. Non partagé, semble-t-il, en plus de cela. Tuer Isallys était peut-être un peu trop rapide de ma part mais il était l’heure de mettre fin au conflit. Pourtant, par un autre tour du destin, on vivait encore. A croire que le soleil ne se lèvera jamais pour nous. Eh bien, si la partie n’est pas encore terminée, fils, permets-moi de jouir d’abord de quelques libertés en m’avançant sur mes tâches.

Ce soir, je sors. Mais ma chasse est bien différente de celle qui m’anime en temps normal, ou de celle qui pourrait animer une âme immortelle. Je suis en quête de bien. Et je trouve deux âmes sur le chemin. Deux âmes, toutes deux en désavantages. Qui aider ? D’un point de vue extérieur, la réponse est toute trouvée. Pour celui qui me connait, la réponse est bien moins évidente. Allais-je risquer de me faire avoir par cette femme, pour assouvir une quelconque curiosité et libérer la place ? Oh oui, je prendrais le risque, il est extrêmement minime. Si quelqu’un doit me tuer, cela sera Lucian. Je n’ai pas élevé l’art de la guerre à son niveau, mais je sais honorablement me défendre et mes mots sont des armes bien plus efficaces que n’importe quelle surface tranchante.
Je m’avance à découvert, prenant la parole, attirant leurs attentions. La réponse de cette femme est rapide, acerbe, me faisant froncer les sourcils. Le vieux ? Ce n’est pas totalement faux, je suppose. Je suis après tout âgé de plusieurs siècles… Mais n’a-t-elle pas appris, avec le temps, à tempérer sa bravache pour la réserver à de meilleurs moments ? Elle n’a pas le dessus sur moi, alors se moquer ? Non, je ne comprends pas cette femme. Pas encore du moins. Je ne comprenais pas non plus ma fille, au début de cette aventure. Je jette un coup d’œil à sa proie, faisant en sorte que mon expression ne trahisse rien. Prendre le temps d’analyser avant de parler. Voilà bien quelque chose qui n’a pas changé dans ma vie. Je ne réponds pas. Je n’en aurais de toute façon pas eu l’envie, face à son insolence.

Que vas-tu faire, maintenant, gardienne ? Visiblement, tu comptes t’attarder sur la torture. Fais attention à ne pas entacher ton âme, ma grande, en allant trop loin. Elle me pose des questions et commence à agir. J’aurais presque pitié pour cet homme, si je ne savais pas que bien pire existe. Les blessures corporelles ne sont rien, face à celles de l’âme et du temps… Et même pour son corps, elle aurait pu faire bien pire que planter des lames… Cela ressemblerait presque à de l’acupuncture tout cela. En un peu plus grand. Mais avec de l’imagination…

« Eh bien, si tu continues à agir de façon aussi brouillonne et impersonnelle, j’ai bien peur qu’il ne te tienne tête encore un long moment. »

Voilà bien quelque chose que je ne reproche que peu souvent à Lucian. Il envoie des petits soldats me tester mais quand il se décide à me tuer, il vient en personne. Si je dois me faire torturer, je sais également qu’il agira de sa main et je connais ses talents dans ce domaine. Tout comme je m’implique toujours. Les tortures sont moches, c’est un fait. Elles enlaidissent l’âme, c’est prouvé. Mais je ne passerais pas la main. J’irais jusqu’au bout de mes convictions. Toi, gardienne, tu as encore des réticences. Tu agis, mais à distance. Lancer une lame ? Tout le monde peut le faire, même quelqu’un qui a une âme pure, qui n’a jamais tuer ou torturer. Maintenant, prends ta lame, gardes la dans ta main et agis. Là, tu verras jusqu’où tu peux tenir et jusqu’où tu peux aller, pour obtenir tes réponses… Et je pense que tu pourrais te surprendre. Tu as tous les éléments pour cela.
Je jette un coup d’œil au strigoï. Confiant, souffrant, mais agissant toujours avec une quelconque dignité. Bien, c’est de cette façon dont doit partir un guerrier… Peu importe tes actions à ce jour, là façon dont tu pars pourrais racheter une part de ta misère, après tout. Mais je ne sais pas si tu garderas cette dignité intacte encore longtemps…

« A toi de choisir si les renseignements que tu souhaites valent la salissure que subira ton âme. A toi de voir, jusqu’où tu oseras aller. Et à partir de ce moment, tu pourras gagner contre ton adversaire, tu pourras lui prendre les informations que tu désires. Ou la tendance peut s’inverser. »

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Dans quel camp seras-tu ? [Alistair]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dans quel camp seras-tu ? [Alistair]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La balle est dans ton camp. Vise la tête } Adrian
» Drago Malefoy *
» Test - Dans quel clan de LGDC serais-tu et quel serait ton nom ?
» Ti-Simone dans quel BORDEL vit-on?
» Contexte # Dans quel contexte vivons nous ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vamp Academy :: Archive :: Rps Marie & Laure-
Sauter vers: