Forum d'écriture privé
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sauve-moi [Kya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Plus on est de fous, plus on est de fous...
Messages : 39
Age : 21
MessageSujet: Sauve-moi [Kya]   Jeu 16 Juin - 10:44


Sauve-moi
Kyara & Adrian


Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup.. Non, tais-toi, Adrian, cette chanson est pourri, tu devrais le savoir, non ? Qu’est-ce que je fous dans les bois, d’ailleurs ? Je ne sais plus, un stupide message qui me donnait rendez-vous je crois, mais je n’en suis plus sur, faut dire que la bouteille de vodka que je me suis enfilé avant de venir n’aide pas à me souvenir. Mais je m’en fous, je me sens bien, les problèmes.. disparus, je n’ai plus qu’à réfléchir à ce que je pourrais bien faire de ma soirée, au lieu de m’inquiéter de ce qui pourrait bien arriver dans les semaines suivantes. D’ailleurs, qu’est-ce que je vais faire ce soir ? Je me rendrais bien au casino, mais je ne sais même pas s’il en existe un dans cette ville. Je pourrais peut-être aller à la cours ? Au moins, je suis certain de trouver mon bonheur là-bas. Je porte la bouteille à mes lèvres, mais rien ne coule. Merde ! Comment je fais avec une bouteille vide, moi ? Je rejoins une nouvelle source.. Sauf que je peux pas, je crois que je dois attendre quelque chose ici avant, oui, je dois attendre mon rendez-vous.. J’aimerais bien qu’il se magne le fion, parce que sans carburant, je ne tiendrais pas longtemps ici, et je ne suis pas celui qui a le plus besoin de ce rendez-vous, puisque j’ignore même la raison pour laquelle je suis là, en faite.. je me rappelle avoir longtemps hésité face au numéro de téléphone de Lilith, mais je ne m’étais pas permis de la déranger pour une petite histoire de rendez-vous.

Un kilomètre à pied, ça use, ça use, deux kilomètres à pied.. Non, toujours pas, peut-être que le troisième essaie sera le bon ? J’entends du bruit derrière moi, mon rendez-vous ! Je me détourne, pour me retrouver face à une bande de Strigoï.. Quoi que bande, j’exagère peut-être un peu, juste trois, mais c’est trois de trop.. Merde, pourquoi est-ce que je n’avais pas appelé Lilith pour qu’elle m’accompagne ? Je suis dans une sacré merde. Je recule, et me prend les pieds dans les branches, l’alcool ne fait pas bon ménage lorsque l’on désire prendre la fuite, je le serais pour la prochaine fois, et si, encore dix minutes plus tôt, j’avais envie de rire pour rien , juste pour exprimer ma joie, je crois que toutes ces idées ont disparu d’un coup de mon cerveau.. Je me retrouve assumé l’instant d’après, jeté sur une épaule, et transporté jusqu’à l’extérieur de la forêt.. je ne reprends conscience que plusieurs longues minutes plus tard, à l’arrière d’une banquette. J’ai du mal à faire le tri dans mes pensées embrumées, j’ai du mal à me souvenir de ce qu’il s’est passé.. Deux hommes sont à l’avant du véhicule, pédant qu’un troisième est à mes côtés. Je n’ai pas besoin de l’observer avec attention pour comprendre qu’il s’agit bien de Strigoïs, sa peau blanche, ses canines qui pointent, et ces yeux cerclés de rouge me l’indique bien assez. Ne paniques pas Adrian, tout va bien se passer. Trop tard, je panique déjà. Ne pouvait-on jamais me laisser tranquille ? Ce n’était pas parce que j’étais le neveu de la reine, que j’avais les même ambition qu’elle, tout ce que je souhaitais, c’est passé ma vie tranquille, au côté des gens que j’aime, était-ce trop demander ?

« Où est-ce que vous m’amener ?
« Ta gueule »

Et la politesse, elle t’arracherait la gueule, connard ? J’essaie de suivre la route, mais le nombre importants de virages me fait perdre mes repères, pire que ça, cela me donne la gerbe, mais je crois que vomir dans la bagnole serait une mauvaise idée. La voiture s’arrête cinq minutes plus tard, et j’ouvre la portière aussi vite que je le peux pour vomir à mes pieds. Et bien, il était moins une. Je suis sortie de la voiture sans la moindre délicatesse, et jeter dans une pièce sombre.. Ma tête cogne contre le mur, un mince filé de sang coule le long de ma bouche, et tout ce que je souhaite, c’est que cela n’ouvre pas l’appétit de l’un des Strigoï. Je devais survivre, quelqu’un finir bien par se rendre compte urgent j’avais disparu, non ?

« Qu'est-ce que vous allez faire de moi ? »

Pas de réponse, on dirait que la parlotte, ce n'est pas votre truc, ce n'est pas grave, tant que vous ne me bouffer pas, ça devrait le faire. Ne paniques pas, quelqu'un va venir se passer, et tout finira très bien, ce n'est pas la première fois que tu te retrouves dans la merde, et tu t'en ai toujours sorti, non ? Et faut que j'arrête de me parler à moi même, c'est débile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 57
Age : 26
MessageSujet: Re: Sauve-moi [Kya]   Jeu 16 Juin - 17:18


Sauve-moi
Adrian & Kyara

Pourquoi est-ce que toutes ces âmes continuent ainsi de me tourmenter ? Je leur ai pourtant demandé de me laisser en paix, je leur ai dit que je ne voulais plus les voir, plus les entendre. Suis-je folle ? J’ai tous les symptômes apparents de la folie en tous cas et un psy m’aurait probablement déjà envoyé dans un asile. Je les vois bien pourtant, tous ces fantômes. Je les entends bien, ces murmures qui ne cessent de m’appeler. Pourquoi est-ce que vous me faites ça ? Vous ne me laissez en paix que quand je fais ce que vous me demandez, mais je n’aime pas toujours vos demandes, certaines d’entre elles sont mauvaises. Je ne veux pas devenir mauvaise. Que m’as-tu fait Adrian ?

- Non je ne poserais pas de piège ici... Parce qu’il y a des humains qui passent aussi par là ! Arrête de crier je t’ai dit non !

Je me dispute avec l’un d’entre eux comme si c’était devenu quelque chose de tout à fait normal. Les fantômes peuvent vraiment être désagréables lorsqu’ils n’ont pas ce qu’ils veulent. Et bien tant pis pour eux, ils n’ont qu’à aller se trouver une autre personne à tourmenter ! Je m’assois contre un arbre et me mets à rouler un joint, ce qui les énerve de plus en plus car ils savent que la drogue parvient à les chasser mais je n’en peux plus de les entendre, j’ai besoin de silence, j’ai besoin de me retrouver. Allongée seule dans les feuillages, je me mets à fumer ce joint bien dosé et bien vite ils ne sont plus là, je laisse ainsi mon esprit se perdre dans un bien heureux trip.

Je ris toute seule. Je ris pour rien mais ça me fait du bien. Je commence à me redresser doucement mais j’ai à peine le temps de me trouver en position assise qu’une sorte de vision s’impose à moi. Que se passe-t-il ? Où suis-je ? J’ai l’impression d’être transportée dans un autre endroit. Adrian ? Pourquoi est-ce que j’entends ta voix et qui sont ces types ? Ma joie, mon rire, mon trip, tout a disparu, il ne reste plus que cette vision, ce poids contre ma poitrine et la sensation de ne pas assez respirer. J’aperçois cette usine, ces strigoïs qui se rapprochent et le frappent puis je reviens brusquement à moi. La vision s'arrête et je reprends un grand coup ma respiration, restant figée sur place quelques secondes, le temps de comprendre ce qu’il se passe. Sauf que je ne comprends pas.

Pourtant je me relève, j’ignore s’il s’agit d’une vision du destin ou de ce qu’il se passe actuellement, peut-être même est-ce une autre de mes folies ? Quoi qu’il en soit il faut que j’en ai le cœur net et aille voir ce qu’il se passe. Avoir vue cette usine ne m’indique pas vraiment dans laquelle il peut bien se trouver, mais heureusement il a encore son portable sur lui et j’ai eu la bonne idée de glisser une puce dedans, juste au cas où et on dirait que j’ai bien fait. Je ne perds pas de temps à aller récupérer quelques armes et me rendre à l’adresse que m’indique le gps. J’entends quelques voix masculines à l’intérieur de l’usine et jette quelques coups d’œil en restant le plus discrète possible. Trois strigoïs, difficile mais pas infaisable.

Je prépare rapidement un petit piège et suis heureuse de m’être suffisamment bien équipée, je me serais retrouvée idiote à débarquer ici sans potion ni arme. Encore quelques secondes et le tour est joué. Une fois prêt je mets mon piège en place et lâche un petit sifflement pour attirer leur attention. Comme je m'y attendais l’un d’entre eux quitte le groupe pour aller voir de quoi il s’agit, sauf que dans le noir il ne fait pas attention à ce fil transparent sur lequel il marche. Pas le temps de réagir, mon produit lui éclate au visage, le brûlant tel le pire des acides le ferait sur votre peau, autant vous dire que strigoï ou pas, il lui faudra un moment pour s’en remettre. Les deux autres accourent pour voir de quoi il s’agit, c’est le moment pour moi d’intervenir.

Je profite que leur attention soit détournée pour me glisser à l’intérieur de l’usine et rejoindre Adrian, légèrement blessé mais rien de trop grave, heureusement je suis arrivée à temps. L’envie de le prendre dans les bras me traverse l’esprit mais nous n’avons pas le temps pour ça. Je coupe avec ma dague les liens qui le retiennent et plaque ma main contre sa bouche pour l’empêcher de dire quoi que ce soit. Evitons un cri de joie, nous ne sommes pas encore tiré d’affaire. Je l’entraîne avec moi dans un coin derrière plusieurs caisses empilées, ce qui est suffisamment haut pour nous cacher. Je me tourne enfin vers lui, vérifiant qu’en dehors de ce filet de sang apparent il n’a rien d’autre.

- Tu empestes l’alcool... Tu ne devrais pas sortir sans tes gardiens Adrian. Je ne suis pas sûre qu’on parviendra à quitter cet endroit sans avoir à les affronter...

code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Plus on est de fous, plus on est de fous...
Messages : 39
Age : 21
MessageSujet: Re: Sauve-moi [Kya]   Jeu 13 Oct - 13:12


Sauve-moi
Kyara & Adrian


Pourquoi gâche-t-on toujours mon plaisir ? Ne peut-on pas me laisser passer une soirée tranquille, sans problème ? J’ai l’impression de vivre dans une dimension parallèle depuis que je suis parvenu à ramener Kyara.. Je cherche a en apprendre plus encore que lorsque j’aidais Rose et Lissa.. Je crois n’avoir jamais autant travaillé de ma vie, mais en même temps, j’ai besoin de savoir ce qu’implique ce lien, pour Kyara, pour son frère et pour moi, j’ai même été jusqu’à mettre les pieds à l’église, et questionner le prêtre pour en savoir plus sur Saint Vladimir, et cette Anna.. Je crois que ce qui me dérange le plus, c’est l’idée qu’elle puisse se glisser dans ma tête, comme Rose peut le faire avec Lissa, pas que j’ai quelque chose à lui cacher de toute façon, mais c’est une forme d’intimité qui met retirer.. Enfin, pour l’instant, elle ne m’a jamais parlé d’une telle expérience, et ce n’est pas plus mal, par contre, j’ai eu l’occasion d’avoir un topo de son frère, et elle, qui n’est pas protégé par les barrières magiques de l’académie, à la chance de recevoir la visite de fantômes plutôt régulièrement, quand je parle de chance, c’est ironique, bien entendu, qui voudrait de la visite de fantôme, même lorsqu’il s’agit de personne que l’on aime ?

C’est toute ces questions sans réponses que je désire oublier ce soir.. Boire, revenir saoule, et j’en passe, c’était ce que j’étais avant, non ? Alors pourquoi ne redeviendrais-je pas cet homme ? Celui-là ne portait pas tous ces secrets sur son dos, et avait bien moins d’ennemi.. Tout était plus facile à gérer à l’époque, lorsque nous ne nous prenions pas la tête, lorsque nous étions tous réunis. Aujourd’hui, je suis devenu responsable, du moins, je crois, alors pour une fois que j’ai décidé de me laisser aller, pourquoi ne peut-on pas me laisser profiter de l’occasion ? On dirait bien que non, mais quitte à ce que l’on vienne m’interrompre, j’aurais préféré qu’il s’agisse de gardien venu me faire la leçon sur mon inconscience à sortir seul la nuit. Sauf que non, ce n’est pas des gardiens, c’est des Strigoïs, et je mets un certain temps à me rendre compte que je suis dans un merdier pas possible. Ils me jettent presque dans la voiture, après m’avoir assommer, et lorsque je reprends conscience, sans doute à mi-chemin de notre destination, ces bougres d’idiots ne sont pas aimable d’un poil. Allez donc vous faire voir, bande d’enfoirés, ma gardienne ne tardera pas à se rendre compte de ma disparition, et lorsqu’elle vous mettre la main dessus, vous passerez un sale quart d’heure, vous pouvez me croire.

Je suis jeté hors de la voiture, et amener dans un local, bien que j’ignore à quoi cela peut bien servir. Le choc est rude, mais j’imagine que je peux m’estimer heureux d’être encore en vie, alors j’évite de leurs montrer la moindre faiblesse. Je ne sais pas depuis combien de temps je suis là,  à les regarder dans les blancs des yeux, sans doute attendent-ils quelque chose, ou quelqu’un, lorsque l’un des gars s’en va, sans doute après avoir entendu quelque chose qui est passé inaperçu pour moi. D’ailleurs, les deux autres ne tardent pas à le rejoindre.  Merde, mais qu’est-ce qui se passe ? J’aperçois une ombre, et je me dis que c’est une très mauvaise chose, que quelque chose va me tomber sur la gueule. Sauf que c’est Kyara que je vois apparaître. Double merde ! Qu’est-ce que tu fiches ici ? Est-ce que tu es inconsciente ? Et comment est-ce que tu m’as retrouvé ? A peine me suis-je posé la question, que j’ai aussitôt la réponse.. Notre lien, de la même manière que Rose procède avec Lissa. Sa main se retrouve contre ma bouche avant que je n’ai eu le temps de dire le moindre mot, et après avoir défaits les liens, m’attire derrière des caisses. Est-ce que tu crois que cela suffira à leurs échappé ? Je ne crois pas, tu en as peut-être neutralisé un, mais il en reste deux, et d’autre risque d’arriver. Ces mots m’énervent.. Penses-tu être la plus à même de me faire la leçon, Kyara, alors que tu as fais plus de conneries que moi ces derniers temps ?

« Ne me fais pas la leçon, Kya »

Je ne sais pas ce qui me prend d’être aussi sec avec elle, je crois que l’alcool que j’ai bu est pour quelque chose là-dedans, comme ces abrutis qui ont interrompu ma petite fête privé. J’entends du bruit derrière nous, sans doute ces imbéciles qui reviennent.. Est-ce que tu crois que l’on va pouvoir rester longtemps caché ainsi ? Qu’ils ne finiront pas par nous trouver ?  Ou peut-être que tu as un second plan pour nous tirer de là, j’espère en tout cas. Je la regarde, et pendant un instant, j’en oublie la situation complexe dans laquelle nous nous sommes fourrés, sans doute est-ce l’alcool qui prend le pas sur mon esprit, je n’aurais pas été assez idiot pour faire cela en d’autre circonstance, j’aurais attendu que l’on soit sorti de là, mais là, tout de suite, je ne peux pas m’en empêcher.

« Embrasse-moi »

J’attends, mais lorsque je comprends qu’elle ne le fera pas, c’est moi qui approche mon visage du sien, et dépose mes lèvres contre les siennes. Je me prends à apprécié ce baiser à sa juste valeur, et espérer que je m’en souviendrais le lendemain. Je me prends tellement à ce baiser, que je finis par la pousser contre ces caisses, et en faire tomber une dans la manipulation. Oups. Je crois que nous sommes officiellement dans une merde noire, dis-moi que tu as un plan, Kya.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 57
Age : 26
MessageSujet: Re: Sauve-moi [Kya]   Sam 15 Oct - 13:28


Sauve-moi
Adrian & Kyara

Que t’est-il arrivé Adrian ? Que signifie une telle vision ? Je ne suis même pas sûre que ce soit vrai, mais pourtant il faut que j’en ai le cœur net, car si tu es en danger je ne peux pas t’abandonner. Alors je te piste, non sans d’abord m’être convenablement armée avant de partir à ta recherche et heureusement que ton portable est encore allumé, tu auras au moins eu l’intelligence de ne pas l’éteindre ce soir. Oui je peux être mauvaise lorsque je suis inquiète. J’arrive jusqu’à une usine et prends rapidement connaissance des lieux et du nombre d’ennemis, trois, pour l’instant en tous cas. Est-ce que d’autres vont nous rejoindre ? J’espère sincèrement que non, sinon je ne garantis vraiment pas notre survie.

Je parviens à attirer l’attention de l’un d’entre eux à l’extérieur, puis rapidement les deux autres crétins suivent, c’est au moins ça de gagné. J’en profite pour me glisser à l’intérieur de l’usine où Adrian se trouve et je vois son regard inquiet se poser sur moi. Ce n’est pas le moment de nous faire repérer, alors à peine l’ai-je libéré que je plaque ma main contre sa bouche et l’entraîne derrière des caisses. Est-ce le moment d’avoir des explications ? Une dispute ? Je ne pense pas, mais je ne peux pas m’empêcher de te faire la leçon, tout comme tu ne peux apparemment pas t’empêcher de me répondre sèchement avec cette impression que tu me juges aussi.

Je ne réponds rien, à quoi bon de toute façon ? Il est complètement bourré et moi je ne suis pas d’humeur. La seule chose sur laquelle je dois me concentrer, c’est sur comment nous sortir d’ici. Les strigoïs ne vont pas tarder à revenir et je ne suis même pas sûre qu’Adrian soit en état de courir. La meilleure chose à faire, ce serait leur voler leur voiture, mais il faudrait déjà pouvoir l’atteindre. Les deux mots prononcés par Adrian me coupent complètement dans ma réflexion. Est-ce qu’il se fout de moi ? Oui, clairement il se fout de moi. Est-ce que tu crois vraiment que nous sommes dans une bonne situation pour nous embrasser ? Sommes-nous d’ailleurs un couple pour nous embrasser ? Il y a toujours eu trop de questions entre nous, mais ce n’est pas ce soir que j’ai envie d’y répondre.

Ses lèvres se posent contre les miennes et même si j’ai toujours aimé nos baisers, je n’arrive pas à profiter de celui-ci alors que nous sommes en danger, mais ça apparemment il l’a déjà oublié. Je tente de le repousser, mais j’aurais clairement pu faire mieux si j’en avais vraiment eu envie. J’aurais dû, ça nous aurait évités que mon dos cogne les caisses et que l’une d’entre elles tombent. Le baiser se rompt instantanément, nos deux visages se tournant vers les strigoïs qui sont revenus et nous fixent. Nous revoilà dans une sacré merde.

- J’espère que ce baiser en valait la chandelle, car il risque d’être le dernier.

Je ne suis pas très douce dans mes mots, mais ai-je le droit de lui faire ce reproche alors que j’aurais pu mieux le repousser ? Une fois de plus les questions ce sera pour plus tard. Lorsque je vois l’un des strigoïs prêt à agir, je pousse violemment Adrian, le faisant tomber par terre, me faisant prendre à sa place par l’un de ces montres et plaquée contre un mur.

- Il fallait le dire plus tôt qu’on aurait droit à une telle compagnie, même pas une dhampir en plus, on va pouvoir s’amuser un peu.

- Ça tombe bien j’ai toujours aimé jouer. Alors ce sera quoi ? Streap poker ? Le jeu du chat et de la souris ? A moins qu’on ne passe directement aux choses sérieuses.


Je sais très bien qu’Adrian regarde mais tant pis, user de mon charme a toujours fonctionné pour détourner l’attention des strigoïs alors autant continuer ainsi. Ma main glisse vers l’autre-jambe du strigoï, ce qui a de quoi l’exciter à vue d’œil. Finalement sa main répugnante relâche ma gorge pour glisser sur ma poitrine, puis sur mon ventre. Est-ce que ça te plaît ? Parce que ce sera le dernier corps que tu toucheras. Maintenant que j’ai toute son attention, je profite d’avoir mon autre main de libre pour attraper une lame que je plante dans son torse avant d’appuyer sur le bouton au niveau du manche qui me permet d’éclater la lame en plusieurs morceaux à l’intérieur de son corps.

- J’ai oublié de te dire que j’aime faire crier mes victimes, mais pas de plaisir.

Je lui donne un coup de genoux dans les parties intimes et il me relâche enfin. Avec tous ces morceaux de lames dans le corps on ne devrait pas trop craindre de lui, plus l’autre qui est toujours aveuglé, on dirait qu’il n’en manque plus qu’un... Où est passé Adrian ? Mon regard se porte au loin et je vois l’un d’entre eux le tenir et me fixer, une lame passée sous sa gorge, prêt à l’achever s’il le faut. Je m’approche d’eux mais lorsqu’il estime que je suis trop près, il dessine une fine entaille sur sa peau, me poussant à m’arrêter dans mon avancée.

- Une fille vous fait donc si peur ?

- Une fille me plaît bien et apparemment le moroï que je tiens plaît bien à cette fille. Si la fille accepte de lâcher son arme et de se déshabiller, alors je lui rendrai son précieux moroï.


Est-ce qu’il se moque de moi ? J’ai l’impression d’avoir un John bis sous les yeux, même s’il ne sera jamais pire. Je regarde Adrian puis le monstre derrière lui, oubliant complètement les deux autres encore en vie mais au moins dans un mauvais état. Ma main se resserre sur le revolver à balles d’argent que je tiens entre les mains. Je ne peux pas le laisser faire du mal à Adrian, mais je ne peux pas non plus répondre à sa demande... Il serait pourtant temps de faire quelque chose.

code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Plus on est de fous, plus on est de fous...
Messages : 39
Age : 21
MessageSujet: Re: Sauve-moi [Kya]   Mar 25 Oct - 13:26


Sauve-moi
Kyara & Adrian


J'en ai marre, marre d'être toujours ce moroï, pris pour cible.. Est-ce un hasard, ou n'est-il encore question, que de mon nom ? Je tiens à ma famille, ma tante, notre reine, m'est très importante, mais des jours, j'aimerais bien porter un nom, quelque peu moins connu. Ou être humain, sans problème, sans traque, sans gardiens. Je me dis, que prendre une balle dans la tête, comme n'importe quel être normal, serait sans doute plus enviable, que tous ce que pourrait me réserver ces strigoïs, et comme un imbécile, je n'ai prévenu personne, du lieu, où je pourrais me trouver.. Est-ce ma fin ? J'aimerais, penser d'une manière différente, mais cela me semble difficile, dans l'état actuel des choses.. Et toi, Kyara, qu'est-ce que tu fais ici ? Pour une fois, tu n'avais aucun monstre, à tes trousses, tu étais tranquille, même pas ce psychopathe, qui souhaite te voir mourir.. Pourquoi est-ce que tu ne peux pas rester en dehors des ennuis, toi aussi ? Comment as-tu fais, pour me trouver, d'abord ? Je suis presque certain, ne pas t'avoir confié ma destination, et même dans cette éventualité, de quelle manière aurais-tu pu nous suivre ? Je ne comprends pas ce qu'il se passe, je ne comprends pas la raison de ta venue.. Et cette façon, de me faire la morale, j'ai horreur de cela, en plus, si je me rappelle bien, malgré mes souvenirs embués, tu n'es pas bien placée pour me faire une telle leçon.

Suis-je bête, de réclamer un baiser, alors qu'aujourd'hui, est peut-être notre dernière occasion, de profiter d'un baiser ? Cela semble te dépasser, en faite, tu sembles même me prendre pour le roi des idiots.. Pourquoi es-tu venu m'aider, dans ce cas, Kyara ? Je ne t'ai jamais dis de me venir en aide, tu aurais pu rester bien tranquille, chez toi.. Je t'ai connu bien plus enjoué.. Faut croire que la Kyara, du passé, à perdu de son mordant, de son amour, pour le danger, et l'adrénaline.. Tu te ramollies, Kyara, fais attention, tu pourrais perdre de l'intérêt à mes yeux.. Mais puisque tu n'es pas décidé à m'offrir ce baiser, je m'en chargerais moi-même. Je pose mes lèvres, contre les siennes, et je crois, qu'en d'autre circonstance, j'aurais pu vivre un véritable rêve, à travers ce baiser, mais sa mauvaise humeur, fini par gâcher ces précieux instants.. Que t'arrive-t-il à la fin, Kyara ? Je ne te reconnais même plus, je ne vois plus rien en toi, de la femme que je connaissais.. Être revenu, d'entre les morts, ne te réussi pas.. J'ignore s'il est question de cela, mais peut-être que j'aurais mieux fais de te laisser mourir, peut-être que tu aurais été plus heureuse sans moi, sans mon intervention. Nous sommes dans une véritable galère, puisque je nous ai fais repérer, mais la seule chose que je trouve à dire, face à son attitude, c'est un reproche.

« Rabats joie »

Je sais, que j'ai moi-même penser à cette éventualité, lorsque je me suis décidé à l'embrasser, mais ce n'est pas pour cette raison, que je me suis montré moralisateur, comme elle vient de le faire, à mon égard.. Des fois, tu ferais mieux de garder tes reproches pour toi, Kyara, parce que, si cela fonctionne avec les autres, ne compte pas sur moi pour me plier à tes caprices.. De toute façon, je n'ai pas l'occasion de lui dire ce que je pense de sa manière de faire, je me retrouve minable, étalé sur le sol.. Et s'il me faut, un certain temps, pour que ma tête, face le point sur les événements, lorsque je vois, Kyara, en mauvaise position, je crois que cela me remet les idées en place, à défaut d'ôter mon étourdissement face au trop plein d'alcool. « Kyara » Je cris en vain, je ne crois pas que cela est le moindre effet sur nos ennemis, quand à elle, elle ne me porte pas la moindre attention. Je suis même largué, par les événements.. Je devrais peut-être me douter, que pour elle, il n'est question que d'un jeu, mais face à sa main, qui caresse le corps de cet homme, seule la haine, remonte en moi, et cette envie, d'exterminer cette race. Merde, Kyara, qu'est-ce qui te passe par la tête ? Pourquoi est-ce que tu agis de cette façon, avec lui, sous mes yeux ? Mon baiser n'était-il pas assez claire ? Je ressens une certaine satisfaction personnelle, lorsque je vois cette dague, se planter dans son cœur, et ce monstre, s'écrouler au sol, mais ce n'est pas assez pour moi. J'avais moi aussi besoin de le ruer de coup, de lui faire comprendre ma haine.. Mais c'est avec un couteau sous la gorge, et les pieds, suspendu à une dizaine de centimètre du sol, que je me retrouve. La fine entaille, sur ma gorge, me coupe de toute envie, de riposter, et de l'envoyer se faire voir, mais face à sa demande, je ne peux pas rester silencieux.

«  Ne penses même pas à faire une telle chose, je préfère mieux mourir que le voir souiller ton corps de ces mains dégueulasses »

J'ai bien conscience que mes mots ne m'aideront pas à m'en sortir en vie, mais je m'en fiche pas mal, jamais je ne lui laisserais poser la main sur elle.. Un, c'était déjà bien assez, sans parler de ce que j'avais vu dans ces rêves. Je refusais qu'elle vive un truc comme ça, et je refusais encore plus dans être témoin, peu importe, qu'il s'agisse de la seule manière de m'en sortir. Tu as fais déjà bien assez de sacrifice comme cela, au cours de ta vie, tu n'en feras pas un de plus, et encore moins, pour moi..

« He, mon pote, portes un peu tes couilles, et acceptes un duel à la loyale, face à elle.. Sérieux, vous trouvez cela étrange, qu'elle refuse de ce déshabiller devant des molosses comme vous, alors que vous n'êtes même pas fichu de vous battre contre une femme ? T'inquiète, je viendrais te raconter sur ta tombe, à quel point on peut prendre son pied, avec elle »

Je devrais avoir honte, de remettre ce combat, sur les épaules de Kyara, mais d'un, je pense que même sobre, elle serait bien meilleur que moi, dans un combat, et de manière général, je la sais tout à fait capable, de ce battre contre lui, et de le tuer, comme il le mérite.. J'espère que tu ne m'en voudras pas, ni pour cela, ni pour toutes ces conneries, que j'ai pu dire aujourd'hui, avec mon taux d'alcool, je crois que le filtre, entre mon cerveau, et ma bouche, à disparu depuis longtemps.

« Alors, mon grand, est-ce que tu seras te montrer un peu plus coriace que tes imbéciles d'amis ? Ce serait dommage que tu te retrouves catalogué au même rang qu'eux »

_________________


Prenez toutes les passions, condensez-les en une seule, et si vous n'obtenez pas la haine vous aurez l'amour..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 57
Age : 26
MessageSujet: Re: Sauve-moi [Kya]   Sam 29 Oct - 16:45


Sauve-moi
Adrian & Kyara

Ne pourrions-nous pas avoir rien qu’une fois une soirée tranquille et sans problème ? A croire que c’est trop en demander. Maudite ville. Maudits strigoïs. Et toi Adrian, n’as-tu donc rien trouvé de mieux à faire que de sortir te bourrer la gueule seul et sans protection ? Je suis fatiguée, exaspérée, et son baiser ne me met pas de meilleure humeur, d’autant qu’il nous fait repérer. Très vite les événements s’enchaînent, je parviens à mettre l’un de ces monstres k.o mais l’autre a pris Adrian comme proie. Qu’attend-il maintenant ? Que veut-il exactement ? Sa demande ne tarde pas à venir. Me déshabiller ? Pensent-ils donc tous à la même chose ? Je n’en crois pas mes oreilles. Je ne supporte plus ces individus.

Je ne dis rien, Adrian s’en charge à ma place, m’ordonnant de ne pas faire ça. Tu es bien mignon à vouloir te sacrifier, mais je ne te laisserais pas te faire tuer par ce crétin, pas juste devant moi. La suite de sa réplique est plus intéressante. Mettre au défi des strigoïs fonctionne souvent, leur égo est plus fort que leur intelligence. Je n’aime pas réellement les paroles d’Adrian, surtout la partie me concernant. J’en aurais été flattée à l’époque, aujourd’hui sa manière de le dire n’éveille qu’un peu plus ma colère contre lui. Je pose tout de même mon regard vers le strigoï, toujours silencieuse, attendant la réponse de notre adversaire face à la question d’Adrian. Sauf qu’avant qu’il ne choisisse, je décide d’enfoncer un peu plus les dires d’Adrian.

- Tu lui en demandes bien trop Adrian, il ne le fera jamais, ce type n’est qu’un trouillard.

Et voilà comment toucher un peu plus l’égo d’un homme en quelques mots. Je vois le regard du strigoï passer sur son ancien partenaire allongé au sol avant de revenir sur moi. L’hésitation le parcourt, néanmoins la provocation est trop forte pour lui. Comme je m’y attendais, ce strigoï ne laissera pas un moroï et une alchimiste se moquer ouvertement de lui. Il éclate de rire, peut-être pour paraître plus crédible, mais moi je n’y crois pas, je sais qu’il doute.

- Bien. Ça ne me pose pas de problème de te battre et te déshabiller moi-même.

Il termine à peine sa phrase qu’il balance Adrian un peu plus loin avec force avant de se jeter sur moi. Je tombe à la renverse, son corps au-dessus du mien, son poing frappant près de mon arcade. Je reste immobile. J’ignore pourquoi mon corps ne réagit pas, ce n’est pas la première fois que ça m’arrive, mais ce n’est pas vraiment le bon moment pour rester figée. Pourtant c’est plus fort que moi, le souvenir de cette nuit me remonte en tête et m’anéantie. Un nouveau coup. Mon sang coule, me gardant toujours plongée dans le passé. Je n’ai pas mal. Je crois simplement que j’ai peur, parce que c'est lui que je vois devant moi, John. Je crois alors entendre une voix lointaine. Celle d’Adrian ? J’ai l’impression. Sa voix devient de plus en plus claire, me ramenant à la réalité, faisant disparaître l’image de John pile au moment où mon ennemi se met à déchirer mon haut. C’est là que je réagis.

Ma main se referme sur le manche de ma dague et je pousse un cri de rage avant de nous faire basculer sur le côté, me retrouvant ainsi au-dessus de lui. Je n’en laisserais pas un autre souillé mon corps, plus jamais. C’est à mon tour de frapper, je plante ma dague dans son corps sans viser le cœur. Cet homme mérite de souffrir avant de mourir. Je le plante à nouveau, en plein milieu de sa gorge, le laissant s’étouffer dans son propre sang, mais ce n’est toujours pas ce qui le tuera. Je frappe encore et encore, comme si j’étais possédée, lâchant un grognement à chaque nouveau coup. Son sang gicle sur ma peau, mon visage, mes bras, mon buste dévêtu par ses soins. J’ai rarement tué de manière si sauvage, mais il le fallait. Il fallait que j’évacue.

Lorsque son corps ne bouge plus, raide mort en dessous de moi, je finis par m’arrêter. J’ai le souffle court et je n’ai pas encore bougé, toujours à califourchon sur ce cadavre. Puis finalement je me relève et me tourne vers Adrian qui est planté debout comme un pique à sa place. Quoi ? Ne me dis pas que tu es choqué alors que c’est toi qui voulais que l’on se batte, que je le tue. Désormais c’est chose faite, on va pouvoir rentrer à présent. Je m’approche de lui, ma dague toujours en main, ne m’arrêtant qu’en face de lui, mon regard planté dans le sien. Puis finalement mon poing s’abat contre sa mâchoire et croyez-moi je n’y suis pas allée de main morte.

- Ne me traite plus jamais de rabat joie.

Est-ce que ce coup t’a remis les idées en place ? Je ne sais pas, mais mes prochaines actions ne risquent pas de t’y aider en tous cas. Je lâche ma dague pour la laisser retomber à mes pieds avant de me jeter presque sur lui, capturant sauvagement ses lèvres pour ne plus les relâcher, nous laissant à peine respirer. Oui, comme tu peux le voir Adrian tu n’es pas le seul à perdre la tête, il ne fallait pas réveiller mon côté sauvage. Je plaque mes mains contre son torse, le poussant en arrière, le faisant tomber sur l’une des caisses où il se retrouve assis. Je ne nous laisse pas reprendre nos esprits, m’asseyant sur lui en passant mes jambes autour de son corps alors que je capture de nouveau ses lèvres, l’une de mes mains tirant en même temps sur ses cheveux. Tu aurais peut-être préféré un meilleur cadre Adrian, mais tu devras te contenter de celui-là, ou bien me repousser, si tu en es capable.

code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Plus on est de fous, plus on est de fous...
Messages : 39
Age : 21
MessageSujet: Re: Sauve-moi [Kya]   Lun 14 Nov - 23:17


Sauve-moi
Kyara & Adrian


Je n'arrive pas à croire que cette soirée est pu prendre une tournure aussi dramatique, en un temps record.. Pourquoi es-tu là, d'abord, Kyara ? Mon nom attire emmerde, sur emmerde, je préfère éviter que toi aussi, tu sois mêlée à toute cette merde.. De toute façon, aucun de nous pourra faire demi tour, ce soir, à moins d'affronter ces monstres, et, pour être honnête, cela ne viendra pas de moi, j'ai toujours été une véritable quiche, en matière de combat, et au vu de mon état, ce serait pire encore aujourd'hui. Et puis, de toute façon, avec ce strigoï, qui m'a choppé, en traite, je ne vois pas de quelle manière je pourrais entamé un duel. En revanche, je peux essayer d'orienter ces choix, pour qu'il cesse de vouloir déshabiller Kyara, et ce contente d'un duel contre elle. Je n'ai pas vu Kyara se battre, depuis très longtemps, en dehors de ce que j'ai vu quelques minutes plus tôt, mais je sais qu'elle s'en sortira bien mieux que moi, qu'elle s'en sortira, à mon contraire. Je ne suis pas tendre, dans mes paroles, je m'en rends bien compte, à voir sa tête, je pense que bien des mots ne lui plaisent pas, mais cela fait réagir notre agresseur, et je pense que pour l'instant, c'est l'importance.

Boum ! Le choc est rude, lorsqu'il m'éjecte un peu plus loin, pour éviter que je vienne me mêler de ce combat, sans doute, comme si j'étais capable de faire quelque chose, de toute façon. Le temps que je reprenne mes esprits, Kyara se retrouve dans une très mauvaise position, et, est loin d'avoir l'avantage. Et le pire, c'est que je finis par me rendre compte qu'elle n'essaie même pas de se défendre, qu'elle encaisse les coups, sans jamais riposter. Pourquoi ? A croire qu'elle cherche juste à se laisser mourir. J'entends des mots sortir de ma bouche pour la faire réagir, mais je serais bien incapable de vous dire quoi, à vrai dire, ce soir, j'ai plus l'impression de vivre un rêve, ou un cauchemar, question de point de vu, qu'une véritable soirée.. Peut-être que demain, je ne me souviendrais plus d'une seule minute de cette soirée, mais pour cela, faudrait déjà que demain existe, et nous sommes mal barré.. De quelle manière je suis censé vaincre ce type, si Kyara n'en ai pas capable ? De toute façon, soyons claire, je n'ai pas envie de ressortir d'ici, sans Kyara. Je finis par arrêter de l'encourager, pour chercher une quelconque force en moi, pour faire réagir quelque chose, j'ai réussi à faire naître quelques flammes, lorsque j'ai voulu impressionner cette moroï, au pouvoir de l'esprit, comme moi, pourquoi est-ce qu'aujourd'hui, que cela pourrait me sauver la vie, je ne parviens à rien ? J'ai la réponse, bien sur, l'alcool, mais je préfère me convaincre que quelque chose va finir par arriver, en vain, au final, c'est Kyara, qui reprend le contrôle d'elle même, pour riposter. Il était temps, je crois pas que j'aurais pu supporter de voir les pattes de ce sale type caresser son corps, comme si elle le désirait.. Bien que ce nouveau spectacle qui s'offre à moi, semble plus enviable que le précédent, je ne sais quoi en penser. C'est la première fois que je vois Kyara dans un tel état, la première fois que je la vois perdre le contrôle. J'ignore si je devrais m'en inquiéter. Je ne crois pas que je risque quoi que ce soit, avec elle, de toute façon. Elle est venu pour me sauver non ? Alors pourquoi elle se retournerait contre moi, même dans un état comme celui-ci, maintenant que l'on est libre. J'avoue que j'ai quand même un doute, sur ces agissements, quand je la vois s'approcher, son arme toujours à la main, mais comme un pauvre idiot, je ne bouge pas, je reste juste planté là, à croire que mes pieds sont fixé au sol, sans aucune possibilité de m'enfuir.

Son poing, qui s'abat contre ma mâchoire, lui, par contre, me pousse à bouger, je me retrouve une fois de plus, au sol, à croire que c'est devenu une habitude. Faut dire que ce soir, je n'ai aucune réaction, et pas plus d'équilibre. Je me redresse avec un peu de douleur, que ce soit au visage, ou dans le reste du corps, à force de me retrouver sur le cul, c'est pas sans conséquence. J'ai à peine l'occasion de me relever, que je me retrouve avec une Kyara plus que sauvage, agripper à mes lèvres. Je ne peux m'empêcher d'écarquiller les yeux, même si elle ne le voit sans doute pas. Attendez, normal, je viens à peine de me prendre une droite par cette femme, et maintenant, elle m'embrasse, je crois que je ne suis pas le seul, à ne pas comprendre cette femme en question. Je crois qu'un autre jour, à un autre horaire, ou je n'aurais pas été saoule, je l'aurais repoussée, j'aurais tenté de la calmer, d'avoir des explications, ou que sais-je d'autre, mais aujourd'hui, je ne réfléchi même pas à toutes ces choses, cela me donnerait une trop grosse migraine, alors je me contente juste de lui rendre son baiser, comme si cela semblait la chose la plus normale, au vu de l'endroit où on se trouve, de la situation, et des trois cadavres derrière nous. Tu aurais au moins pu chercher un peu plus de romantisme, dans tes actions, ma belle. Je ne fais pas très attention aux détails, ce soir, mais quand même, à mon avis ces cadavres ne tarderont pas à puer la mort, et ce sera pas très agréable. Surtout, que je te rappelle que j'ai un odorat quelque peu plus développer que le tien. Ni une, ni deux, je me retrouve assis sur l'une des caisses – celle que j'ai fais tombée plus tôt – son corps, près du mien. Ce n'est pas déplaisant. C'est étrange, d'une certaine manière, ces gestes sont plus précis, que bien des années plus tôt, mais à la fois, bien plus désordonné, mais sans doute cela est-il dû à notre soirée haute en couleur. Lorsque je sens ces mains commencer à me déshabiller, je l'arrête aussitôt.

« Minute papillon, on va aller prendre l'air »

Je n'ai rien contre l'instant, la manière de faire, mais l'endroit, non, c'est vraiment pas mon kiff, de m'envoyer en l'air, avec des cadavres qui nous observe. Je l'éloigne pas de mon corps pour autant, je la soulève juste dans mes bras, périlleux, vu mon état, je vous l'accorde, mais malgré mon chemin, loin d'être droit, je parviens quand même à sortie de ce vieux taudis, et me retrouver dehors, avec elle. Là, je ne cherche pas à aller plus loin, de toute façon, ce n'était pas le but, juste m'éloigner un peu de ces cadavres qui empeste.

« Tu peux reprendre où tu en étais »

Quoi ? Je mentirais en disant que je n'apprécie pas ces caresses, et tous les moyens sont bons, pour les recevoir, non ?  Ne vous inquiétez pas, je suis pas non plus le genre d'homme à rester inactif, comme si c'était digne du grand Adrian Ivashkov. Faut dire que les molosses sans cervelles, m'ont faciliter la tâche, en commençant à la déshabiller, bien que j'aurais préféré que ce ne soit pas le cas. Son haut est déjà négligeable, vu son état, ce qui est d'autant plus agréable, que j'ai directement accès à sa peau, que je caresse du bout des doigts, sans jamais la lâcher du regard. Si seulement tu savais depuis quand j'ai ces instants en tête, le fait que je sois bourré, n'enlève rien à la particularité de ces quelques moments de tranquillité avec toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 57
Age : 26
MessageSujet: Re: Sauve-moi [Kya]   Sam 26 Nov - 1:19


Sauve-moi
Adrian & Kyara

La bataille a-t-elle commencé ? Je crois, je n’en suis pas sûre, mon esprit est ailleurs. Mon corps en revanche subit les coups. Je vois du rouge, je vois du sang. Le sien ou le mien ? Je ne sais pas. S’il s’agit du mien, je devrais avoir mal non ? A moins que je ne sois morte. Non pas encore, je refuse de mourir une fois de plus à cause de l’un de ces monstres. La réalité me revient en pleine figure. Je réalise que ce strigoï me frappe, que c’est bien mon sang qui coule et qu’il commence à me déshabiller. Je réalise que si je ne tue pas ce monstre, mon corps sera une fois de plus souillé et Adrian sera de nouveau en danger. Est-ce pour lui ou pour moi que je trouve le courage de me battre ? Je ne sais pas, peut-être les deux, mais en tous cas je ne suis plus moi-même lorsque je reprends le dessus.

Cette fois je sais, c’est moi qui frappe et c’est le sang de ce monstre qui coule. Je ne m’arrête plus, je n’en suis pas capable. Il est mort pourtant. J’aurais aimé finalement, que ce soit John que je tue de la sorte. J’arrête enfin de planter ma lame dans ce cadavre. Ma respiration est haletante, je n’arrive plus à me calmer, j’ai besoin d’action. Je prends conscience ce soir, que j’ai été durant trop longtemps inactive, un fantôme errant, une âme perdue. Je ne veux pas redevenir cette marionnette dépressive, il faut que je fasse quelque chose, que je m’occupe l’esprit, que mon corps soit en action.

Je me tourne vers Adrian, ma dague toujours en main et je ne retiens pas mon poing de s’abattre contre sa mâchoire et l’envoyer au sol. Oui, c’est ça de vouloir fréquenter une chasseuse, on préfère donner des coups de poings plutôt que des gifles, bien plus efficace. La lame tombe à mes pieds en même temps qu’il se relève et je ne lui laisse pas vraiment le temps de dire quoi que ce soit que je viens capturer ses lèvres dans un baiser fougueux, le poussant en arrière pour rapprocher davantage mon corps du sien. Ne réfléchis pas Adrian, tu n’as pas le droit de me repousser, j’ai besoin de toi, là tout de suite, alors contente toi de faire ce que tu prétends savoir faire mieux que personne, le sexe.

Sauf qu’il finit par m’arrêter, apparemment l’endroit ne lui convient pas. Si tu me fais redescendre maintenant Adrian, pas dit que je sois toujours de d'humeur dans la minute à venir. Mais il ne me fait pas redescendre, il me porte contre lui et nous emmène dehors, nos regards plongés l’un dans l’autre durant tout le trajet. Ça faisait bien longtemps que tu ne m’avais pas porté un tel regard Adrian, ou peut-être que c’est moi qui n’y avait pas fait attention depuis tout ce temps. Il finit par s’arrêter, affirmant que je peux reprendre là où j’en étais. Alors j’arrache sa chemise, faisant sauter les boutons, il est bien mieux sans de toute façon. J’embrasse ses lèvres, son torse, le poussant à regagner le sol, enfin plutôt la paille. On ne l’avait encore jamais fait ainsi.

C’est la première fois depuis John. Enfin théoriquement la deuxième, même si tu ne t’en souviens pas, moi non plus d’ailleurs, voilà pourquoi je ne la compte pas vraiment. Je sais seulement que je me suis réveillée en premier, nue à tes côtés après cette soirée où nous étions saouls et drogué. Ce soir tu es encore saoul, et moi un peu drogué, mais nous avons bien plus nos esprits que la dernière fois, n’est-ce pas ? Probablement à cause de toute cette action. Demain je me souviendrais de cette soirée. Et toi, t’en rappelleras-tu Adrian ?

Nos vêtements tombent l’un derrière l’autre, nous donnant l’occasion de nous redécouvrir une nouvelle fois, de faire l’amour passionnément, sauvagement, durant une bonne partie de la nuit. Nos corps retombent l’un contre l’autre dans la paille, essoufflés, épuisés. Pas assez pour m’endormir. Je regarde le ciel et les étoiles, essayant de ne penser à rien d’autres que leur lumière dans le noir. Autrefois il m’arrivait souvent de partir sans rien dire après qu’on ait fait l’amour, j’y ai songé c’est vrai, mais je suis encore là. Je partirais probablement s’il finit par s’endormir. Je continue de regarder le ciel, parlant finalement à voix basse, d’un ton calme.

- Puisque tu es de famille royale, n’es-tu pas censée avoir une promise ou quelque chose comme ça ?

Conversation typique à la Kyara après avoir fait l’amour. En fait je ne parle jamais après le sexe, soit je m’en vais, soit je reste silencieuse, alors d’une certaine manière c’est tout de même une avancée, non ? Même si je reconnais que le sujet choisis n’est pas réellement prêté à la situation. Que voulez-vous, je ne suis pas le genre de fille à demander à son copain s’il l’aime après lui avoir fait l’amour, en fait l’entendre me dire ces mots risquerait probablement de me faire m’en aller, alors mieux vaut éviter les débats trop mielleux.

code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Plus on est de fous, plus on est de fous...
Messages : 39
Age : 21
MessageSujet: Re: Sauve-moi [Kya]   Dim 4 Déc - 23:22


Sauve-moi
Kyara & Adrian


Qu'est-ce qui te prend, de t'en prend à moi, de cette façon ? Pourquoi est-ce tu me frappes, alors que je n'essayais que de nous sauver ? Peut-être étais-je un peu dure, mais est-ce une mauvaise chose, puisqu'il a fini par accepter de se battre contre toi, et que tu as remporter ce duel. Nous sommes en vie, cela ne te semble-t-il pas être mieux que t'en prendre à moi, pour quelques unes de mes paroles ? J'admets que tu es une femme frustrante, Kyara, je n'arrive pas à te suivre, la moitié du temps, et malgré cela, je suis encore là, à tes côtés, à te soutenir, et à t'aider, lorsque tu as besoin de moi, ou plutôt, lorsque tu acceptes mon aide, car ce n'est pas une chose facile, de te faire entendre raison. Pourtant, je suis sans doute celui de ton entourage, le mieux placé, pour attester de ta force, et de ton courage, alors ce n'est pas en pour prétendre que tu es faible, que je t'offre mon aide, mais bien pour que l'on se batte à deux. Tu te rappelles, dans le passé, notre relation n'était pas très sérieuse, nous nous entendions bien, nous aimions déconné, et c'était une raison suffisante, pour être ensemble. Pourquoi est-ce qu'aujourd'hui, cela ne peut pas être plus simple ? Pourquoi est-ce que nous n'aurions pas l'occasion de goûter au bonheur, comme bien d'autre ?

J'admets que je ne suis qu'à moitié, ce qui se déroule à la suite. Réalises-tu quand même, que tu viens de me mettre ton poing dans la gueule, et que tu es, maintenant, en train de m'embrasser, comme si ta vie en dépendait.. N'est-ce pas un peu contradictoire ? Tu es une femme bien dure à suivre, Kyara, si tu t'étais montré aussi complexe, à l'époque, jamais tu n'aurais pu te venter d'avoir eu une relation avec moi, parce que je ne t'aurais juste pas supporté. Aujourd'hui, même avec ces quelques défauts – assez conséquents, je dois l'admettre – je ne suis pas prêt à te laisser partir. A vrai dire, je désespérais moins même d'avoir un jour, l'occasion de goûter à nouveau à tes lèvres. Je n'oublie pas ce baiser, échangé dans l'église, mais ce n'est pas la même chose, puisqu'il venait de moi, et que je n'ai jamais pu savoir ce que tu en pensais. Est-ce que ce baiser, que tu m'offres, aujourd'hui, signifie quelque chose pour toi, ou n'est-ce qu'une retombée de l'adrénaline suite à ton combat avec ce strigoï ? J'aimerais te poser cette question, mais pour une fois dans ma vie, je préfère me taire, plutôt que de dire une connerie, et casser cette ambiance entre nous. J'imagine que pour les questions, nous pourrons voir cela plus tard. Rien que le fait, que je me pose toutes ces questions, prouve bien que toute cette action, à fait redescendre l'alcool que j'avais dans le sang, parce qu'une fois bourrée, vous pouvez me croire, je ne me pose pas toutes ces questions, cela me donne bien trop mal à la tête. Alors j'efface toutes ces questions, et je me laisse juste aller à ces baisers, plus que fougueux, que l'on échange, à son corps, si près du mien. Jusqu'à ce que mon regard tombe sur ces corps, et que je me rende compte que je ne peux pas faire ça ici. C'est bien trop glauque, puis, honnêtement, on vaut mieux que cela, non ?

Alors je l'invite, à travers mes paroles, à quitter ce lieu, pour rejoindre l'extérieur, mais je ne la laisse pas faire le moindre pas, je la soulève dans mes bras, pour l'entraîner à l'extérieur. Je n'avais pas l'intention d'aller bien loin, juste de quitter cette vision d'horreur, pour ne plus avoir que la beauté de ton corps, sous les yeux. Je ne me rends compte qu'une fois que nous sommes installés au sol, sur cette paille, que nous aurions sans doute été plus au chaud, dans la voiture, plus à l'étroit, mais plus au chaud. Mais ce n'est pas bien grave, nos actions nous tiennent chaud, de toute façon, nous n'aurions pas l'occasion d'avoir froid. J'ai encore des souvenirs assez vague, des parties de sexe, que l'on partageait à l'époque, et la moindre des choses que je puisse dire, c'est que cela n'a rien de comparable, à ce soir. Nos corps, nos gestes, notre passion, n'est pas la même qu'à l'époque, nous nous redécouvrons, et c'est bien mieux, que tous les moments que nous avons pu partagés, dans le passé, c'est en tout cas mon avis, quand à connaître le tien, j'imagine que je n'aurais pas la réponse, mais j'espère qu'il en va de même pour toi. Je note en tout cas, ta présence à mes côtés, bien que nous n'en ayons fini avec le sexe, pour la soirée. C'est déjà une grosse évolution. D'une certaine façon, il en va de même, pour moi, je ne m'attarde jamais avec mes partenaires, après une séance de sexe, mais même s'il s'agit de la première fois, depuis nos « retrouvailles » pour ainsi dire, que l'on conclue, cela fait bien longtemps, que tu as dépassé le simple stade de partenaire à mes yeux, alors il me semble plus que logique, de ne pas déguerpir à la première occasion. En revanche, je ne peux m'empêcher de rire, face à ces paroles. Décidément, Kyara, tu aurais bien besoin d'un livre spécial famille royale, pour les nuls, parce que tu es loin du compte.

« Faut que tu arrêtes de regarder des films, des années 60, cela fait bien longtemps, que ça ne marche plus comme ça, Kya »

Bien sur, j'imagine que si je te présentais à ma tante, comme à mes parents, ils ne seraient pas ravi, ils préféreraient sans doute que je me dégotte quelqu'un d'une autre famille royale, comme tu l'insinuais, pour l'honneur, mais je suis encore libre de faire ce que je veux, sans que mes parents choisissent à qui je suis destiné. De toute façon, tu sais à quel point ça n'a jamais été le grand amour avec mes parents, alors même si ça avait été le cas, je ne crois pas que je me serais contenté de les écouter, comme un bon toutou. Je tourne mon regard vers elle, pour chercher le sien, pour chercher des réponses, dans son propre regard.

« Est-ce une manière de me dire que tu ne veux déjà plus de moi ? »

J'affiche un sourire, lorsque je prononce, ces mots, mais en réalité, ma question est ce qui a de plus sérieuse, et la réponse de Kyara, définira sans doute la suite de cette soirée, en espérant que sa réponse ne soit pas positive, tout de même. Est-ce que je suis le seul, à m'être laisser prendre dans tous ces délires de sentiments, au point d'en perdre même mon air décontracté qui me caractérise si bien ? Ou est-ce que toi aussi, tu sais plus très bien où tu en es, ce que tu dois pensé, ce que tu dois ressentir ? J'entreprends à chaque fois de découvrir une nouvelle partie de toi, de cette nouvelle Kyara, et même si ce n'est pas toujours facile, même si tu me rejettes parfois, j'apprécie qu'un peu plus ce que je découvre de toi, à chaque fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 57
Age : 26
MessageSujet: Re: Sauve-moi [Kya]   Sam 10 Déc - 16:24


Sauve-moi
Adrian & Kyara

Qu’est-ce qu’on fait Adrian ? Qu’est-ce qu’on fait ici ce soir ? Qu’est-ce qu’on fait exactement dans la vie ? Est-ce que nos vies étaient destinées à se retrouver ? Est-ce que je suis là pour te sauver, ou pour que ce soit toi qui me sauves ? Parfois il m’arrive de me poser tout un tas de questions, alors je me mets à fumer et je peux enfin oublier. J’ai fumé ce soir, mais pas assez. Le sexe aussi m’aide à oublier, mais comme tout le reste ce n’est que passager, un moment délicieux qui finit doucement par disparaître. J’ai besoin de ton corps ce soir Adrian, envie et besoin. Tu as toujours su, d’une certaine façon, être mon bouclier, celui avec qui je me sentais le mieux, en sécurité, en paix.

Je retrouve enfin ton corps, le plaisir qu’il peut m’apporter, le confort et le bien-être. Tu n’as pas perdu la main Adrian et je suis bien heureuse de le constater. Je me laisse aller avec toi, sans crainte, ne pensant à rien d’autre que le moment présent. Il vaut mieux d’ailleurs, que je ne pense pas à autre chose, autrement je risquerais de gâcher cette soirée. Que penses-tu de moi Adrian ? De celle que je suis aujourd’hui. Me trouves-tu plus attirante ? Me trouves-tu plus attachante ? Et moi, qu’est-ce que je pense de toi aujourd’hui ? Avant je passais mon temps à gâcher notre relation, créer des problèmes, tomber dans les bras de Declan.

Désormais il n’y a plus que toi et moi, pourtant je ne sais toujours pas si j’y arriverais. J’en ai envie pourtant, d’être heureuse avec toi, que rien ne nous sépare, que rien ne gâche la renaissance de notre relation. Oui, l’envie y est, mais je ne sais toujours pas si j’en suis capable Adrian, au fond je sais très bien qu’un jour ou l’autre, je finirais encore par tout gâcher. Peut-être que tu me pardonneras, comme toutes ces fois où tu m’as pardonné. Peut-être que tu en aurais marre. Quoi qu’il en soit ne ferais-je pas que nous détruire ? Oui, toujours à penser de manière négative. Le voilà mon problème, je n’arrive pas à croire en l’amour.

Allongée sur la paille à ses côtés, je lui demande s’il n’est pas supposé avoir une promise, étant donné qu’il est de famille royale. Après tout peut-être que je me fais des idées à penser à un possible futur alors qu’il n’en existera pas. Je tourne mon regard vers le sien et il finit par me détromper. Ainsi tu peux choisir comme un grand. Je suppose que c’est une bonne chose pour moi. Pendant un instant je m’imagine comment pourrait être ta famille, je ne pense pas qu’ils m’apprécieraient, je suis loin d’être le genre de belle fille idéale et je ne suis pas moroï qui plus est. Notre relation risquerait de faire débat auprès des tiens, mais je suppose que tu t’en fiches.

C’est à son tour de me poser sa question et je n’y réponds pas tout de suite. A la place je détourne mon regard du sien et me remets à fixer le ciel. Je ne sais pas ce que je veux Adrian, je crois que je l’ai jamais su, je crois que tu le sais déjà. Penser à l’avenir me fait peur, car je sais que tous les plans idéaux qu’on se forgera finiront par être détruits d’une façon ou d’une autre et ne jamais exister.

- Je ne pense pas être sûre de ce que je veux Adrian...

Je sais que cette réponse ne le ravira probablement pas. En même temps qui serait satisfait de recevoir une telle réponse après un moment pareil ? Pourtant je n’ai pas envie qu’il s’en vexe ou qu’il s’en aille, j’essaie juste pour une fois de poser des mots sur ce que je pense, d’être sincère. Je tourne mon visage vers le sien pour le regarder droit dans les yeux.

- Je pense que j’ai envie d’être avec toi, de t’aimer, d’être la petite amie idéale... Mais je ne suis pas sûre d’en être capable et j’ai peur de nous détruire.

Est-ce que tu comprends ce que j’essaie de te dire Adrian ou me trouves-tu bien trop perchée pour toi ? Si c’est le cas alors n’insiste pas, abandonne et pars tant qu’il en est encore temps. Ou peut-être que c’est moi qui partirais. Ce que je viens de dire est ridicule. Voilà pourquoi je n’aime pas rester après le sexe, j’ai horreur des conversations, encore plus celles qui nous poussent à se livrer. Je prends conscience que je suis probablement en train de gâcher cet instant, alors plutôt que de m’enfoncer, je décide de me redresser et d’enfiler mes vêtements.

- Je refuse de causer ta chute.

code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Sauve-moi [Kya]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sauve-moi [Kya]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Sauve moi de moi, je te sauverai de toi... [Théo-logie]
» Quiconque sauve une vie sauve le monde entier [Kate]
» La logique sauve de l'ennui [Ruby]
» Quelle est la base du développement ?
» Des cas miraculeux du séisme; Montana et autres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vamp Academy :: Archive :: Rps Laure & Liora-
Sauter vers: