Forum d'écriture privé
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Profitons du temps que nous avons ensemble [FB]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Profitons du temps que nous avons ensemble [FB]   Jeu 16 Juin - 3:46



Profitons du temps que nous avons ensemble
Gallen & Freya

Ce moment ensemble, entre tes bras, l’un contre l’autre est si parfait. J’aimerais que nous puissions profiter de tels instants plus souvent. Malheureusement je suis assez réaliste pour savoir que ce n’est pas vraiment possible, surtout avec nos plannings. Mes doigts glissent doucement sur la peau de son torse alors que je me mets à penser à toutes sortes de choses. A ton avis, qu’est-ce que ça donnerait une vie sans moroïs à protéger et sans règles à suivre ? Une vie tous les deux, loin d’ici et de ce boulot qui nous prend tous notre temps. Ce serait bien je pense, mieux que cette vie en tous cas. Ne croyez pas que je déteste être gardienne, sinon j’aurais renié ce poste depuis longtemps, mais je l’admets, ce boulot n’est pas non plus une passion, surtout avec le moroï que je dois garder et les menaces de mon père.

Je suis loin d’être la meilleure des dhampirs, je le sais bien, je ne représente qu’une gardienne parmi tant d’autres, avec ses talents et ses défauts, mais rien d’exceptionnel. C’est probablement ce que l’on me reproche, mais la faute à qui si je suis ainsi. La réponse de Gallen ne tarde pas à arriver. Impossible ? Je le sais bien, malheureusement. Idéal ? Certainement, c’est ce que je pense aussi. En revanche je ne crois pas que l’on finirait par nous ennuyer, après tout rien ne nous empêche de traquer des strigoïs pour autant, mais au moins on le ferait parce qu’on le voudrait vraiment, pas par obligation. Je crois que c’est ça que je déteste le plus dans ce que nous faisons, être obligé. Je n’ai jamais aimé les lois de toute façon.

- Ce ne serait pas compliqué de se trouver un peu d’action.

Après tout avec ou sans nous les strigoïs continuent de courir les rues, alors finalement ce serait même plus avantageux de pouvoir combattre sans s’inquiéter de notre moroï laissé sur le côté le temps de l’action. Oui, ce serait l’idéal. Je devrais vraiment arrêter de penser à cette vie idyllique avant que ça ne joue sur mon moral. Ses bras se resserrent un peu plus contre moi et c’est idiot comme je peux me sentir bien lorsqu’il fait ça. Il repousse une mèche de mon visage, caressant ensuite ma peau alors qu’il me demande s’il n’y a pas quelque chose que j’ai à lui dire. Quoi exactement ? Il aurait tant de choses à dire tout comme il n’y aurait rien. Tout dépend du sujet sur lequel on se lance, même si je pense deviner pourquoi tu me poses cette question.

- Je fantasme c’est tout, je pense que c’est normal après un si agréable moment de s’imaginer un avenir idyllique.

Bon je n’ai répondu qu’à sa première question et je ne suis pas sûre d’être assez convaincante, bien que c’est vrai en quelque sorte, mais pas complètement. Vient donc la deuxième question à laquelle je n’ai pas spécialement envie de répondre. Il y a des choses que je pourrais te dire, mais rien je ne voudrais te dire, rien qui ne soit bien joyeux en tous cas et je n’ai pas envie de gâcher cet instant entre nous. Je relève mon visage vers lui, sourire aux lèvres, m’emparant des siennes pour un doux baiser. Je profite de ce contact, j’en profite aussi pour lui faire oublier ses questions, j’ai toujours été douée pour ça même s’il n’apprécie pas que je le fasse. Le baiser se rompt et je caresse doucement sa joue alors que je retrouve tout mon enthousiasme pour cette nouvelle proposition.

- Est-ce que tu accepterais d'emmener ta princesse faire un petit tour de moto ? Crois-moi tu apprécierais tester son nouveau moteur.

Surprise, je ne l’ai pas juste rendue brillante, je l’ai aussi rendu plus puissante. Est-ce que c’est une bonne stratégie pour détourner complètement son attention ? J’imagine que je ne tarderais pas à le savoir, mais si son bébé ne suffit pas alors rien ne pourra fonctionner.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Profitons du temps que nous avons ensemble [FB]   Dim 28 Aoû - 23:17

Profitons du temps que nous avons ensemble
Freya & Gallen

Quelques heures sans interruption, c’est presque un miracle. Plusieurs heures ensemble… Ca arrive que quand toutes les planètes s’alignent ! Bon j’exagère un peu mais c’est tout de même plus qu’appréciable de se retrouver ensemble. Même si ça veut dire que j’ai du subir la disparition de baby… Par contre, ce bleu m’inquiète vraiment. Mais je passe au-dessus. Je ne doute pas que je pourrais y revenir plus tard. Alors je me laisse aller à ne plus penser qu’à elle, à nous, à cet enchevêtrement de membres.

Nos cœurs ralentissent, se calment un peu, ce qui nous évite un infarctus qui n’aurait pas été le bienvenue. Par contre, nos corps ne s’éloignent pas. Je me transforme en homme câlin, en bisounours. Pitié, tuez-moi si je semble parler comme un mongole… Bref, je tourne mon attention vers la superbe fille entre mes bras, ma princesse guerrière, celle qui peut me botter les fesses sans même que je ne me sente vexé. Et qui apparemment, se pose des questions du genre irréalisable. Le jour où les moroïs sauront se torcher les fesses sans qu’on ne leur tienne la porte fermée, alors il pleuvra des vaches. Désolée ma guerrière, mais je crois pas que ça arrivera un jour. Mais même si ça arrivait, même si on pourrait vivre que tous les deux… Je pense que ce rythme de vie endiablé nous manquerait un peu. Sauf que tu as l’air de penser qu’on trouverait facilement de l’action. C’est pas faux, être des dhampirs, ça veut dire attirer les emmerdes sans même les chercher ! Donc ouais, j’imagine qu’on serait incapable de s’ennuyer. Le destin nous trouvera toujours quelque chose à faire. Mais pourquoi continuer à parler d’un rêve irréalisable, hein ? Je ne tiens pas à ce qu’on se fasse du mal pour rien. Ça n’arrivera pas alors… Passons à autre chose. Comme par exemple, me parler de ce bleu. Sauf que si je te confronte directement, je doute pas que tu me renverras un pain verbale dans la figure. Alors je vais tenter de contourner les choses. D’y aller molo. Ouais, si tu connaissais mes pensées, je doute pas que tu te marrais. Moi, parler prudemment et tenter la subtilité ? Y a pas plus incompatible dans l’univers. Mais je tente, je fais des efforts.

Je croise son regard et je la vois répondre, en partie. C’est flatteur, de savoir que le moment que tu as passé était tout aussi magique pour que pour moi… Mais ça ne fait pas avancer la brouette à haricots tout ça. Même si ça amène forcément un sourire de crétin sur mes lèvres, que je me dépêche d’effacer d’ailleurs. Hors de question que je devienne un de ses mecs totalement niais avec leurs copines, merci bien.

« Restes présente tout le long de ma vie et ça sera déjà assez idyllique pour me contenter. »

Bon d’accord, pour le niais, on repassera. Du coup, je vais me taire avant de débiter d’autres conneries amoureuses. Motus et bouche cousu à partir du top ! Top ! Donc, plus un mot. Et ça tombe bien, j’ai un superbe baiser pour me distraire de ma bourde. Enfin pas assez long le baiser. Mais bien assez doux pour me transformer en chamallow. Décidément, tu as un gros pouvoir sur moi…
Malgré tout à ses prochains mots, y a un seul mot qui me vient à l’esprit : Warning ! En gros, rouge, souligné et clignotant devant mes yeux ! Je sais pas pourquoi je dois faire gaffe, ou plutôt je sais plus, mais je sais reconnaître un détournement de sujet là où j’en vois un. Le baiser, mon bébé, et maintenant ta peau contre la mienne ? C’est une conspiration où je m’y connais pas ! Mais sur quoi… Ah oui, ça me revient. Et ça me revient méchamment. Pas cool ta méthode, tigresse, pas cool du tout !

« On le testera. Mais plus tard. Mon bébé est très bien là où elle est… »

Et toi, tu as des choses à me dire. Et vu que la façon douce ne fonctionne pas… Et si j’y allais franco ? Au moins comme ça tu seras obligé de me répondre. Et moi j’arrêterais les détours. C’est pas mon truc de toute façon. Je préfère la ligne droite, au risque de me manger un mur. Je glisse ma main contre sa peau, de sa nuque, vers ses côtes, jusqu’à sa blessure que je frôle doucement, ayant peur de la blesser si j’appuis trop fort. Je sais, elle n’est pas en sucre… Mais c’est pas une raison pour ajouter à son tourment. Je plante mes yeux dans les siens, avant de demander doucement, tentant de contenir ma colère face aux idées qui me viennent en tête… Qui que ce soit le responsable, il a intérêt à courir vite, très vite. Parce que je vais le découper en petit morceaux avant de le faire frire lentement !

« Qui ? Et comment, Freya ? »

Parfois, le choix le plus simple est le plus clair… Et au moins, comme ça, tu ne pourras pas me détourner. Réponds moi de m’occuper de mes affaires si tu le veux. Mais au moins, tu me répondras. Je ne vais pas laisser un autre non-dit entre nous, Freya. On se connait bien assez pour que les révélations soient déjà passées. Et maintenant… On est juste sensées se tenir au courant. Et non pas se tenir sur ses gardes. Comme tu as l’air de vouloir le faire…

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Profitons du temps que nous avons ensemble [FB]   Lun 26 Sep - 21:53



Profitons du temps que nous avons ensemble
Gallen & Freya

J’aimerais que le temps s’arrête, qu’on puisse revivre cette journée en boucle, plusieurs heures lui et moi sans interruption, juste à profiter ensemble en se coupant du monde. C’est revigorant, le genre de journée dont on a besoin de temps en temps pour avoir la force de continuer. J’ignore combien de temps est-ce qu’il nous reste encore ensemble et je ne veux pas le savoir, quoi qu’il arrive ce ne sera pas assez de toute façon. Oui, c’est fou ce qu’on peut être gnan gnan quand on est ensemble, que voulez-vous, c’est ça d’être amoureux, et au moins le cliché va dans les deux sens puisqu’il se comporte de la même manière. J’esquisse un nouveau sourire face à ses mots, me disant que c’est fou à quel point je peux aimer cet homme, à quel point je le trouve adorable, à quel point j’ai envie de le croquer. On atteint un nouveau stade de niaiserie je sais, mais je n’ai de compte à rendre à personne de toute façon alors ne venez pas m’embêter à ce sujet.

- Je serais incapable de m’éloigner de toute façon.

Je ne dis même pas ces mots pour répondre de manière mignonne à ses mots mignons, c’est simplement la vérité. Tu m’es nécessaire dans ma vie Gallen, un besoin intense dont je ne saurais me passer, probablement pire qu’une drogue. Je n’ai jamais apprécié la dépendance pourtant, mais je sais au fond que je suis accroc à toi, que ta présence m’est nécessaire pour avancer, pour garder le morale, pour être heureuse, pour des tas de choses. Alors oui, je serais bien incapable de m’éloigner de toi, tu n’as pas d’inquiétude à avoir à ce sujet. Je l’embrasse à nouveau, sauf que cette fois c’est plus pour détourner son attention d’un sujet sérieux que je n’ai pas spécialement envie d’aborder. Est-ce que ça va fonctionner ? Je ne sais pas, mais je suppose que je ne perds rien à essayer.

Je sais, ce n’est pas très honnête de jouer avec ses sentiments pour avoir ce que je veux et dans ce cas-ci le faire oublier ses questions, mais je n’ai jamais prétendu être un ange de toute façon. Alors je partage ce nouveau baiser, cette nouvelle caresse qui est une pure tentation pour moi-même, mais après tout je n’ai jamais été contre un second round. Je tente même de l’amadouer en lui proposant d’aller faire un petit tour en amoureux sur son bébé et tester son nouveau moteur. Là je pense avoir mis toutes les chances de mon côté, alors si ça ne fonctionne pas, et bien je suppose que je devrais assumer. Et malheureusement ça n’a pas l’effet escompté, je le bouderais presque pour ça, mais je devrais plutôt me concentrer sur ce qui va suivre.

Je sens sa main glisser le long de mon corps, sauf que cette fois il ne s’agit pas d’une caresse sensuelle, mais d’une caresse qui demande à avoir des réponses. Ses doigts s’arrêtent sur mon hématome, tout comme son regard. J’aurais préféré éviter ce moment, mais vu la marque aucun maquillage n’aurait été capable de cacher ça et je n’aurais certainement pas refusé ces instants torrides à ses côtés juste pour garder un tee-shirt. Alors tant pis, je vais devoir lui donner une explication maintenant, ou refuser de lui répondre, après tout j’ai encore ce droit, mais je ne suis pas sûre que ce soit une bonne décision pour notre relation. Son regard se pose dans le mien en même temps qu’il me pose ses questions. Je reste un instant silencieuse, hésitante, baissant par moment le regard avant de reposer mes yeux dans les siens.

- Je n’ai pas été assez compétente pour protéger mon moroï. Il s’est plaint de mes aptitudes et on sait tous comme mon père a horreur qu’on associe mauvaise réputation à son nom. Ce n’est qu’un bleu, ça disparaîtra dans quelques temps.

J’aurais pu lui mentir et prétendre que ces marques viennent du strigoï que j’ai affronté pour protéger mon moroï. Oui, j’aurais pu faire ça, mais Gallen m’a appris que le mensonge était un poison dans une relation, alors je ne veux plus avoir à faire ça. Il est déjà au courant de ma mauvaise relation avec mon père de toute façon, même si nous en parlons rarement. Après lui avoir donné les explications qu’il attendait je quitte ses bras et le lit pour m’habiller, préférant éviter d’avoir à faire face à sa réaction, je me doute qu’elle ne sera pas bonne de toute façon, alors autant l’esquiver. Je l’abandonne là, le laissant réfléchir, ruminer, peu importe. En réalité je ne sais même pas quoi faire, mais autant me rendre utile, alors je me dirige dans la cuisine et commence à préparer un semblant de repas pour Gallen et moi, des œufs brouillés avec des toasts, pas le repas le plus consistant mais je ne suis pas vraiment d’humeur à réfléchir à mieux. Ce serait déjà bien que je ne fasse pas cramer le repas.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Profitons du temps que nous avons ensemble [FB]   Mar 8 Nov - 17:23

Profitons du temps que nous avons ensemble
Freya & Gallen

S’établir, se reposer, profiter. Profiter de l’autre et d’un peu de temps ensemble. Vous voyez, je suis presque capable de faire de la poésie. Ou une chanson. Plutôt la chanson d’ailleurs. Je me suis un peu idiot, bouillonnant de bonheur, d’extase et pourtant… il reste un peu de colère dans tout ce milieu de niaiserie. Je ne sais pas qui a frappé ma guerrière mais qui qu’il soit, il ferait mieux d’aller se cacher. Je sais que Freya est parfaitement capable de se battre et de botter des culs, elle botte le mien assez souvent pour que je comprenne que dans ce petit corps, y a tout ce qu’il faut pour foutre la honte à un homme. Mais tout de même…
Enfin, je tente, pour l’instant de mettre un peu de côté cette tâche noire dans mon aura (ouais je continue mon délire, et alors ?) pour juste me concentrer sur le bonheur. Mais du coup, fallait s’en douter, je vire niais. D’abord le sourire de crétin, puis les paroles toutes crémeuses avec un supplément de sucre. Heureusement, Freya ne s’attarde pas sur ma niaiserie, je crois que sinon… Nan en fait, je ne sais pas ce que j’aurais fais et je préfère ne pas savoir. Parfois l’ignorance n’est pas un mal. Je resserre mon étreinte sur Freya, répondant ainsi à ses mots. ‘De toute façon, je ne t’aurais pas laissé t’éloigner’, voici ce que cette étreinte signifie. Et la seule chose qui compte.

Finalement, nous voilà repartie vers des baisers, des caresses mais rien de plus concret. Car malgré tout, une part de mon cerveau n’est pas totalement tombé sous la coupe de ma petite amie et me permet, après moult efforts, de me rappeler de son bleu. Et une fois que ça m’est revenu en tête, l’imagine ne risquera plus de disparaître. J’ai juste besoin d’un mot et ensuite je pourrais virer en mode berserk. Un mot, un nom.
Mes doigts caressent doucement son bleu, non pas une façon de faire naître le désir, mais un rappel que je n’oublie pas, que je n’oublierais pas. Envoies-moi bouler ou réponds-moi mais arrêtons cette longue attente. Je finis par croiser son regard après une longue attente et je m’applique à rester le plus impassible possible et faut pas croire, mais ce n’est pas simple. Surtout quand comme moi, on a les traits du visage qui s’anime tout seul, avant même que l’information ne vienne au cerveau. Et je vous ai entendu ! Pas de remarque sur le fait que c’est parce que ça prend longtemps à monter au cerveau, sinon je mords. Enfin, je l’écoute et je comprends que c’est encore son connard de père, pire encore, qu’il a réussi à l’influencer de telle sorte qu’elle prenne le blâme sur elle et qu’elle trouve cela normal. Elle sort de mon étreinte et je ne cherche pas à la retenir, pour le moment, il faut déjà que je me retienne moi, de ne pas attraper mes clés pour aller buter son père. Je ne suis pas dans le meurtre, même les strigoïs je n’y touche pas vraiment… Mais là… Son père, je le buterais avec plaisir.

Vous avez déjà ressenti, ce moment où vous tentez de vous calmer mais où la pression, elle monte et elle monte, mais rien ne la fait redescendre ? Eh bien, je suis dans ce moment là. Et je suis pas du genre violant mais là, je cognerais bien quelque chose. Mais on va éviter, si je casse le moindre truc, ça va faire du bruit, des morceaux partout et va falloir tout ramasser. Encore. Mais un jour, ça sera du sang que je devrais effacer après un coup de chauffe. Je finis par souffler fortement, et par me lever, la pression un peu descendue. J’attrape des vêtements, tee-shirt, caleçon, du moins je crois, que j’enfile avant de rejoindre Freya. La voir me permet de me calmer un peu plus, disons qu’on est redescendue sous la soupape mais que c’est toujours pas loin de péter. Boum, boum, nous voilà le pied sur la mine, dans un champ de pâquerettes prêtes à sauter.

« Tu devrais déménager. Dans un immeuble où tu pourrais avoir un gardien qui refoulerait ton père avant même qu’il ne puisse monter dans ton appartement. Ah et si le gardien pouvait envoyer ton père à l’hosto, je pense que je lui paierais une prime. »

Mais bon, je crois pas me tromper en disant que tu préférerais qu’on change de sujet. Tout du moins, si ta crispation est une indication. Et je préférerais éviter l’incident, nan parce que tant qu’à être devant une poêle, on va éviter les sujets qui fâchent pour espérer éviter l’incendie… Ah et sinon, j’ai totalement confiance en ses capacités culinaires hein. Juste pas en la sécurité de ma cuisine. Ouais, ou un truc du genre, en tout cas.

« J’espère que l’offre de la moto n’était pas limité dans le temps, je ferais bien un petit tour avec toi. Qu’en dis-tu ? »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Profitons du temps que nous avons ensemble [FB]   Sam 26 Nov - 21:57



Profitons du temps que nous avons ensemble
Gallen & Freya

Cette journée ensemble avait si bien commencé, pourquoi a-t-il fallu que l’on parle de ce bleu Gallen ? Si on pouvait juste oublier et reprendre là où on en était, ou bien faire autre chose, peu importe, mais évitons simplement ce sujet. Sauf qu’apparemment tu es décidé à avoir des réponses. Je pourrais choisir de lui répondre de se mêler de ses affaires et de ne plus m’embêter avec ces histoires, mais je n’ai pas envie d’être en froid avec lui, je n’ai pas non plus envie de lui mentir en inventant une quelconque fausse excuse. Alors on dirait qu’il va falloir dire la vérité, même si ça ne m’enchante toujours pas d’évoquer ce sujet. Je le fais quand même, lui balançant tout d’une traite avant de m’habiller et quitter la chambre.

Je souffle un bon coup une fois que je me trouve dans la cuisine. Il faut que je fasse quelque chose pour m’occuper l’esprit, et puisque j’ai déjà réparé sa moto ce matin, il n’y a rien d’autre qui me passe par la tête que la cuisine. Le problème c’est que je ne suis pas vraiment réputée pour faire de bons petits plats, mais bon je devrais bien être capables de faire des toasts avec des œufs brouillés, non ? En temps normal je dirais que oui, mais étant donné que je suis encore énervée, c’est moins sûr. Oh je n’en veux pas à Gallen de s’inquiéter, je m’en veux à moi-même d’accepter cette vie, ces coups et d’être incapable de changer la situation avec mon père.

Gallen finit par me rejoindre dans la cuisine, là où je ne dis toujours rien, faisant semblent de me concentrer sur ce repas alors qu’en réalité mes pensées sont bien plus loin. Il me propose de déménager, aller dans un endroit où mon père ne me trouverait pas, mieux, où il trouverait un type pour lui mettre une raclée. J’ignore si c’est censé être amusant Gallen, mais ça ne me fait pas rire. De toute façon je n’ai pas les moyens de partir et la seule personne avec qui je voudrais être c’est toi. Et je n’ai pas besoin de quelqu’un pour me protéger de mon père, j’ai juste besoin de... D’ouvrir les yeux, je crois.

Le repas est littéralement en train de cramer et je ne m’en rends même pas compte, pas même avec l’odeur. Heureusement la voix de Gallen me ramène un peu à la réalité. Un tour en moto ? Je crois que tu n’aurais pas pu trouver mieux. Je finis par larguer la poêle sous l’eau avant de me retourner vers Gallen, esquissant un semblant de sourire.

- J’en dis que le tour en moto me tente toujours. On en profitera pour se prendre à manger, quelque chose qui n’ai pas besoin d’être chauffé.

Etant donné le massacre de ces œufs mieux vaut éviter que je touche à une casserole ou même à un micro-ondes aujourd’hui. Allons faire ce tour de moto Gallen, et ne lésine pas sur la vitesse, je veux pouvoir m’envoler à tes côtés et ne plus penser à des choses négatives. De toute façon quand tu auras testé le nouveau moteur, tu ne résisteras pas à pousser la vitesse pour voir jusqu’où elle est capable d’aller.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Profitons du temps que nous avons ensemble [FB]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Profitons du temps que nous avons ensemble [FB]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Reparlons de ce dont nous avons parlé... [PV]
» Nous avons été éduqués pour détruire le projet de 1804
» Nous avons besoin de vous !
» Jessica † « Nous devons être prêts à abandonner la vie que nous avons planifiée, afin de vivre la vie qui nous attend. »
» [Post GS] - Nous avons perdu une bataille mais pas la Guerre. [Spectres/Prisonniers de Guerre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vamp Academy :: Archive :: Rps Marie & Liora-
Sauter vers: