Forum d'écriture privé
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Soirée explosive [Effy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
Messages : 11
Age : 1137
MessageSujet: Re: Soirée explosive [Effy]   Lun 27 Fév - 0:39

Soirée explosive
Effy & Jason

Ce sang, ce carnage, c’est ce que je désirais, lorsque je me suis pointé ici. Puis tu es apparu, et mes objectifs ont changés. Ce carnage ne m’était plus exclusif. Nous étions deux, à répandre le sang, du moins, c’était ce que je voulais. Et je l’aurais obtenu, à force de persuasion. Pourquoi t’être retenu aussi longtemps ? N’es-tu pas mieux ainsi, libre ? Sans aucune règles, sans aucune retenue ? J’ai appris une chose, au cours des siècles, c’est que l’on ne peut pas satisfaire toute la population, alors au final, ce qui compte, c’est de nous satisfaire nous même. Je pourrais t’apprendre bien des leçons de vie, Effy, mais ce ne sera pas pour ce soir. Parce qu’en t’immisçant dans mes plans, tu m’as obligé à revoir mes objectifs, mais aussi mes désirs. Et est-ce que tu sais, ce que je souhaite, vu que notre dernière proie est morte ? Sais-tu, ce que je compte posséder ? Ton corps, et tes pensées, pour la soirée. Et peut-être plus, qui s’est. Tu ne serais pas là première femme, à revenir pour mes compétences. Faut dire qu’avec le nombre d’années derrière moi, j’ai eu de quoi m’entraîner, et dépasser ces pauvres types, qui ont prétendu te faire rêver. Je t’assure qu’avec moi, ma belle, ce ne sera pas un mensonge. Cela ne m’étonnerait même pas, que tu ne souhaites pas partir, après, pour demander un second round. D’autant que de ce que je peux voir, tu m’as déjà l’air très demandeuse. Ton corps te trahi. Tes gestes, te trahissent. Non seulement tu as envie de mon corps, mais tu en as aussi besoin. Sache, beauté, que je ne suis pas un lot, de consolation. Je te ferais oublié cet homme, qui hante tes pensées, mais pas parce que je t’offrirais du plaisir, quelques heures. Non, parce que je serais le meilleur. Parce que je serais au dessus de lui, et que je continuerais à hanter tes pensées, même lorsque je serais parti.

Je rapproche son corps du mien, quitte à devoir oublié ce gars, ne laisse rien passer. Laisse moi t’atteindre, même dans tes plaisirs les plus inavouable. Quel était son point faible ? Il en avait un, c’est obligé ! Sache que moi, j’excellerais, là où lui, n’étais qu’un homme comme les autres. Et c’est ce qui me catapultera à la première ligne de toutes tes pensées. Une main dans ces cheveux, je tire, pour faire basculer sa tête, et me livrer son cou. Tu ne veux pas de tendresse, je ne t’en offrirais pas, mais sache une chose. Une balance entre douceur, et sauvagerie, est parfaite. Il suffit de ne pas confondre douceur, et sentimental. Mais ne t’en fais pas, je ne risque, ni de faire cette erreur, ni de tomber là-dedans. J’ai tiré un trait, sur ce qui pouvait ressembler, de près ou de loin, à de l’amour. Ce n’est plus pour moi. Je goûte au sang de l’humain, étaler sur sa peau, un mélange délicat, entre ce sang, et son propre goût corporel. Un goût, auquel on pourrait vite devenir accrocs, si tu veux mon avis. Mais je n’en oublies pas la sauvagerie, et griffe son cou, mêlant un léger goût aphrodisiaques à ce mélange, déjà parfait. Sache une chose, Effy, tu repartiras avec un corps, marqué par mon passage. J’espère que cela ne te pose pas le moindre problème.

Sa robe disparaît, avec attention, pour ne pas gâcher ce vêtement, qui lui permet de mettre son corps en valeur, et ma chemise saute, avec un brin de sauvagerie en plus. Ce n’est pas grave, je ne tenais pas à cette chemise, de toute façon, je m’en passerais. Je ne lui laisse pas le temps d’explorer d’avantage, je reprends la main, pour découvrir son corps. Magnifique, délicieux au regards, comme au touché, ou au goût. Je ne fais que commencer, Effy, et à plus je te goute, plus je deviens fou de ton corps. Son soutien gorge disparaît, et je ne lui laisse pas l’occasion de comprendre, je mords dans son sein, puis dans le second, lui arrachant ce petit cri, qui me fait sourire contre sa peau. Tu réagis ainsi, sous le plaisir, et je peux t’assurer que cette expérience est aussi délicieuse pour toi, que pour moi. Ton sang, c’est le genre de délice, auquel on pourrait rapidement finir accroc, à force de se perdre dans cette sensation. Je remonte le long de son corps, laissant quelques traces, ici, et là. Je n’ai rien vu ? Tu as raison, je n’ai encore rien vu, et c’est bien ce que j’attends. J’ignore, avec quel genre de mec, tu as déjà partager ton lit, ou autre chose d’ailleurs, si c’est comme notre situation, mais je ne suis pas ce genre d’homme, qui souhaite toujours avoir le dessus. Alors à toi de jouer, ma belle. Je n’ai aucun mal à te laisser les reines, du moment que cela ne dure pas. Je ne lâche pas son regard, alors qu’elle me libère de mon pantalon. Choix judicieux, il commençait à être de trop, entre nous. Quand au reste, tu fais un saut dans le vide, ma belle.

As-tu une idée, depuis combien de temps, je n’ai laissé personne me mordre ? A vrai dire, je ne crois pas, avoir déjà laisser quelqu’un me mordre dans une telle situation. Lors d’un combat, cela m’est arrivé, plusieurs fois, mais durant le sexe, jamais. Encore moins par une moroï. A croire que tu es la seule, que je n’effraie pas. Et je dois admettre que pour une première, tu te débrouilles très bien, pour rendre cela inoubliable. Le meilleur est sans doute le mélange de cette morsure, et ces mouvements, très intimes. Je vois que tu sais y faire. Tu ne t’es pas vanter pour rien. Et au final, ce qui me rend le plus dingue, c’est lorsque tu finis par interrompre ta morsure. Je ne me retiens d’ailleurs pas de montré ma désapprobation, avec un grognement, quelle fait taire d’un nouveau baiser. Un mélange, entre son sang, encore présents sur mes lèvres, et le mien, sur les siennes. Ma jolie, tu t’es bien amuser, mais il va falloir me laisser à nouveau les reines, surtout avec cette provocation, que tu ne manques pas de m’offrir.

« Fais attention à ce que tu dis, tu pourrais te brûler les ailes, mon ange noir »

Parce que sache une chose. Aussi souvent, que tu t’amuseras à boire mon sang, pour effacer mes traces, aussi souvent, je viendrais à nouveau, marquer mon passage. Je ne te laisserais pas répartir avec un corps intact. Et tu sais pourquoi ? Pour moi, oui, mais pour toi aussi. Pour leurs montrer, que tu ne te laisses pas abattre, même pas à cause de ce type. Que personne ne peut t’atteindre. J’ai vu, ce soir, que c’était possible de t’atteindre, mais ne leur montre pas à eux, parce qu’ils pourraient le retourner contre toi. Je reprends la main, et cette fois, je l’entraîne au sol. On sera de toute façon, bien mieux. Je bloque ces mains, alors que je croise son regard, et un mauvaise sourire sur le visage.

« Tu ne repartiras pas d’ici, sans une trace de mon passage, je t’en fais la promesse »

Et sache qu’il n’existe pas plus honnête que moi, sur les promesses. Tu pourrais t’amuser, à faire guérir tes blessure, je suis celui qui est immortel, de nous deux, alors à moins que tu tiennes toute la nuit, et que le soleil m’oblige à fuir, tu finiras par fatiguer avant moi. Mais avant de te marquer à nouveau, laisse moi te torturer avec quelques petits plaisirs, comme tu t’es amuser à le faire, avec moi. Je retire son dernier vêtement, pour qu’elle se retourne enfin une, sous mes yeux. Plus ravissante encore, ainsi. Je me défais de la contemplation de son corps, pour venir jouer avec ces envies. Mes lèvres glissent contre ces cuisses, et je finis par percer sa peau, à ce niveau là, d’un côté, puis de l’autre, je me permets même de lui tirer un peu plus de sang, que la première fois, maintenant qu’elle a repris des forces avec mon propre sang. Enfin, mes lèvres glisse jusqu’à sa chair intime, pour venir la tirailler d’une manière bien différente, et autant dire que je n’hésite pas à me faire impitoyable. Je la maintiens près de moi, d’une main autour de sa cuisse, pendant que l’autre, griffe ces côtés, pour laisser de nouvelle trace. Ma jolie, maintenant que tu as voulu jouer, tu vas devoir en assumer les conséquences, parce que je n’arrêterais pas ce petit plaisir, ou petite souffrance, selon les points de vu, avant que tu m’aies supplier de te prendre.  

_________________


De folles amours, ont été la pluie qui a pénétré jusqu'au fond de mon âme, liquéfié mon coeur. Les biens, la bonne foi, la renommée, la vertu, l'honneur m'ont abandonné. J'ai fini par ne plus rien valoir. zéro.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tout ce qui n'est pas pris est à prendre
Messages : 105
Age : 30
MessageSujet: Re: Soirée explosive [Effy]   Sam 4 Mar - 21:12





Soirée explosive
Jason & Effy

Est-ce que je m’étais imaginé passer cette soirée en sa compagnie ? Dans les bras d’un autre ? Non, pas vraiment. Je ne m’imaginais pas pouvoir remplacer Jake comme ça et dans mon cœur il ne partira pas aussi vite, mais ce soir mon corps et mon esprit ont besoin d’autre chose, ont besoin de tourner la page, car visiblement lui l’a fait. Je refuse d’être une femme que l’on prend et que l’on jette. Je refuse d’être le genre de femme qui se laisse atteindre par la lâcheté des hommes. C’est moi qui prends, c’est moi qui décide, et aujourd’hui personne ne changera ça. Es-tu prêt pour cette longue nuit Jason ? Je parie que tu ne demandes pas mieux, après tout dès notre première rencontre tu me désirais, mais heureusement je ne t’avais pas cédé à l’époque, tu aurais pu être déçu, ce soir ce ne sera pas le cas.

Tu sais y faire Jason, il n’y a pas à dire, j’aurais été stupide de passer à côté d’une telle expérience, d’ailleurs je peux même avouer que tu détiens le record de celui qui m’aura fait lâcher un cri en premier et ce n’est pas rien. Ce n’est pas pour autant que je compte te laisser la main éternellement. Tu me trouves à la hauteur ? Sache que tu n’as encore rien vu. Je ne tarde pas à prendre les choses en main, mieux que ça, c’est son membre que je caresse avec ma main, mais je n’ai pas que ça pour lui en réserve. On sait bien que le sexe c’est bien mieux lorsqu’il y a quelques morsures. As-tu déjà eu l’occasion d’y goûter ? Je n’en sais rien, en toute ces années d’existence je ne serais pas étonnée, mais en tous cas j’ai bien l’intention d’être ta meilleure expérience.

Son sang exquis glisse dans ma gorge alors que ma main continue d’effectuer ces mouvements. Je sais que le plaisir monte en lui tout comme il doit penser que c’est une délicieuse torture. Je suis sûre que tu craquerais, si je continuais, mais je finis par interrompre la morsure après avoir repris de mon énergie, après que mes blessures se soient refermées. Je ne peux m’empêcher d’esquisser un sourire face à son grognement mais je le fais rapidement taire en lui offrant un baiser qui vient mélanger le goût de son sang avec le mien. Tu penses que je vais finir accroc à toi ? J’ai bien l’intention à ce que ce soit l’inverse qui se produise. La prochaine fois, c’est toi qui viendras me trouver. Soyons honnête, je suis sûre que les autres femmes ne tiendraient pas aussi bien que moi, je suis sûre que d’autres femmes ne te feraient pas ressentir, ce que je suis capable d’éveiller en toi. Et le tout avec provocation.

- Ça tombe bien, je n’ai pas peur du feu.

Le feu c’est la crainte des strigoïs, mais pas la mienne. Je n’ai pas peur de me brûler les ailes. Je n’ai peur de rien. Jason finit par nous entraîner sur le sol, son regard plongé dans le mien, je devine qu’il sera à la hauteur de mes attentes. En voilà une bien belle promesse Jason, j’espère que tu parviendras à la respecter, car je n’hésiterais pas à venir te mordre encore et encore pour guérir les blessures que tu m’infligeras, pour en avoir d’autres. La douleur ce n’est pourtant pas mon fort, mais ce soir j’en ai besoin. J’ai besoin de tout ce qu’il est capable de m’offrir.

- Je n’ai plus qu’à espérer que tu sois à la hauteur d’une telle promesse.

Car je compte bien te donner du fil à retordre à ce sujet, crois-moi. Mon dernier sous-vêtement finit retiré et il ne tarde pas à venir me torturer comme je l’ai fait précédemment avec lui. Une première morsure à la cuisse, puis une deuxième. Mes mains se resserrent sur l’herbe et c’est pire encore lorsqu’il se rapproche de mon intimité pour venir me torturer. Une douce torture. Je ne me rends même pas compte de l’herbe qui s’arrache sous mes doigts lorsqu’il vient me griffer les côtes, répandant à nouveau mon sang. Tu as beaucoup trop éveillé mes sens Jason, maintenant je ne tiens plus, alors il va falloir que tu m’en donnes plus. Je resserre l’une de mes mains sur ses cheveux, le poussant à arrêter et relever son visage vers le mien alors que dans un souffle court je prononce ces mots.

- Arrête un peu cette torture et fais-moi l’amour.

Je n’ai jamais eu de mal à être aussi directe. Ce n’est pas la première fois que je demande aussi clairement à un homme de me faire l’amour et ce ne sera pas non plus la dernière. Maintenant sois gentil et offre-moi ce que je veux, mais avant ça j’ai une nouvelle blessure à faire soigner. Je dépose quelques baisers le long de sa mâchoire, venant lécher sa gorge avant de planter mes canines dans sa peau pour boire à nouveau son sang et laisser la griffure à mes côtes se refermer. A côté de ça je fais en sorte de venir coller un peu plus mon corps au sien pour venir chercher ce que je veux tout en le griffant à mon tour. Après tout je suppose que toi non plus tu n'as rien contre un peu de douleur.



codage by jacks ღ gifs from tumblr

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 11
Age : 1137
MessageSujet: Re: Soirée explosive [Effy]   Dim 5 Mar - 2:02

Soirée explosive
Effy & Jason

Alors, Effy, as-tu conscience, qu’à cause de ce type, qui hante tes pensées, tu aurais pu passer à côté de cette magnifique soirée ? N’ai-je pas bien fais, de te secouer un peu ? C’est vrai je n’avais aucune permission, de m’en mêler, de me permettre un tel commentaire, sur cette personne, mais si cela a réussi à te faire réagir, c’est que je n’avais pas tords, pas vrai ? Je ne suis pas romantique. Je ne suis plus, romantique. Je refuse de l’être de nouveau, après la perte de ma femme, mais je connais cela, et, en amour, on ne délaisse pas l’être aimé, jamais. Alors ce gars ? Non, il ne mérite pas une fille comme toi, il ne mérite personne, mais surtout pas toi. J’ai beau fuir cela. Je ne suis pas aveugle, au point de constater ta beauté, ta particularité, ton attirance, et ta manière d’envouter une personne, pour la pousser à t’aimer. Tu as cette particularité, sur les gens. Tu intrigues, tu intéresses. Tu attises curiosité, et désirs. Et je suis certain que je ne serais pas le premier à le dire. Mais fais quand même attention à tes fesses, ma jolie, parce qu’à tenter le diable, tu pourrais te retrouver en très mauvaise position. Et je ne parle en aucun cas, de souffrance. Je ne remets pas en doute tes capacités à me faire passer soirée exceptionnelle. Je suis un vieux vampires, ce n’est pas pour cela que j’en suis désespérer, au point de sauter sur la première femme venu. Je prends garde à ne choisir que celles, qui pourraient être à la hauteur. Toi, tu l’étais déjà la première fois, alors que tu te montrais incessible, tu n’es qu’un peu plus désirable aujourd’hui.

Personne n’a jamais chercher à me mordre. Sans doute parce qu’après avoir vécu aussi longtemps, on redoute ce que je suis capable de faire, sans aucun doute. Personne n’a pris ce risque, et je n’ai jamais chercher à offrir cette chance à personne. C’est un privilège, que je t’offre, à te laisser faire, et je dois bien admettre que cela fait naître de sacré sensation en moi. Un mélange, de plaisir, de frustration, de torture, attiser par sa main, qui joue, elle aussi, avec mon désir. J’espère que tu t’es bien amusé, ma jolie, parce que c’est fini. J’ai essayé de te prévenir, qu’à t’approcher du feu, tu allais finir par te brûler les ailes, tu n’as pas voulu m’écouter, à toi de comprendre que le plaisir peut devenir une véritable torture, aussi. N’essaie pas de me provoquer, au passage, parce que tu sais, que je finirais par remporter la partie. Ce n’est pas pour t’humilier, mais je ne laisserais pas une moroï, peu importe ton niveau, avoir le dessus sur moi. Fais quand même attention à tes mots, parce que je pourrais me mettre en colère. Ce n’est pas parce que tu ne portes plus aucune trace de moi, que cela signifie que je ne suis pas passé. Ne t’inquiète pas, que même si tu rentres, ainsi, tes petits camarades se rendront compte, de ce qui s’est passé entre nous. Tu m’as dans la peau, et ça ne changera pas. Pas avant de prendre une bonne douche. Et à moins que tu souhaites faire un seau, à la cascade, tu seras obligé de montrer, d’une manière ou d’une autre, ce qui s’est passé.

« Tu portes déjà ma trace, ma belle, mon odeur te recouvre »

Mes mains couvrent sa peau de miles caresses, avant de glisser sous ces fesses, pour la soulever, et l’amener avec moi, à regagner le sol. Ce sera bien plus stable. Ne crois pas reprendre la main, parce que c’est à moi, de te torturer un peu. Débarrasser de son derniers tissus, je commence à jouer avec ces propres sensations. Je mords, une fois, puis deux, et alors mes lèvres entrent en contact avec la zone la plus sensible de son corps. Tu as voulu jouer, à toi d’en assumer les conséquences. Et je ne m’arrêterai pas, tant que tu ne m’auras pas demander, de te posséder toute entière. Je n’arrêterai pas, avant d’avoir entendu ces délicats mots, résonner dans ta bouche. Je grogne, lorsqu’elle m’interrompt, n’imagine pas que tu arriveras à me faire perdre le fils avec un peu de sauvagerie. Son regard rencontre le mien, et je sais que j’ai gagné, que je les poussais à bout. Ces mots s’élèvent, et un sourire s’étend, malicieux. Tu as craqué, ma belle.

« Rien ne me ferait plus plaisir »

Nos corps se resserrent, et à nouveau, je ressens la piqûre de sa morsure. Provocatrice, jusqu’au bout des choses, ce n’est pas grave, je prendrais plaisir, à recommencer, encore, et encore. Je t’en ai fais la promesse, tu ne repartiras pas d’ici, sans cela, peu importe, que tu portes déjà mon odeur. Ces marques, elles, ne partiront pas à la douche. A moins de te faire soigner par l’un de ces toutous, qui te suit partout, tu risques de les porter quelques jours, et rien ne me ferait plus plaisir, que de savoir que mon souvenir restera, aussi longtemps dans ta mémoire. Je mêle nos corps, et sur le moment, je m’interroge. J’ignore lequel de nous, se retrouve le plus comblé. Elle, après toutes ces douces tortures, que je lui ai fais subir, ou moi, entre le mélange de son corps, contre le mien, de son corps, qui ne fait qu’un, avec le mien, et de cette morsure. Je nous redresse, pour venir plaquer son corps, contre l’arbre. Sois gentil, arrête cette morsure, avant que je sois pleinement satisfait, et laisse moi, marquer à nouveau ton corps. Crois-tu que j’ai choisi cet arbre, par hasard ? L’écorce du tronc, contre sa peau nu, ne doit pas être agréable, d’autant que je ne prends aucune précaution, pour t’éviter cette douce douleur, au milieu de tous ce plaisir. Oui, j’aurais encore pu te griffer, mais il faut bien que je renouvelle mes idées, sinon, cela ne ferait pas de moi ton meilleur coup.

« Cette robe était très sexy, mais je crois que c’est ainsi, que je te préfères »

Je l’observe, appuyer contre le trône d’arbre. Je crois que je regrette même, de ne pas avoir eu l’occasion d’avoir une réelle vision, avant ce soir. Je fréquente très peu de moroï, faut dire, et c’est pourtant eux, qui possèdent les meilleurs atouts, et les corps les plus magnifiques. Je me redresse déjà, l’entrainant avec moi, pour la remettre sur ses pieds. Je redresse sa tête, pour croiser son regard, une once de provocation dans mes mots.

« À moins de vouloir un second round, tu ferais mieux de rentrer chez toi, mon ange noir »

Et par second round, j’entends aussi bien, recommencer un bain de sang, face à l’émeute qui arrive, au loin, et que j’entends déjà à l’horizon, qu’une nouvelle scène torride entre nos deux corps. Mais je ne voudrais pas que tu sois dans l’obligation dormir vingt quatre heure d’affiler, parce que j’aurais abuser de ton énergie.  

_________________


De folles amours, ont été la pluie qui a pénétré jusqu'au fond de mon âme, liquéfié mon coeur. Les biens, la bonne foi, la renommée, la vertu, l'honneur m'ont abandonné. J'ai fini par ne plus rien valoir. zéro.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tout ce qui n'est pas pris est à prendre
Messages : 105
Age : 30
MessageSujet: Re: Soirée explosive [Effy]   Lun 6 Mar - 13:45





Soirée explosive
Jason & Effy

Suis-je folle de me laisser ainsi tenter par cet homme ? Sans doute, mais je suis incapable de le regretter, pas alors qu’il m’apporte ce que je veux, ce plaisir, cet oubli. Il semblerait que tu sois revenu dans ma vie au bon moment Jason, ou au pire, tout dépend du point de vue, mais j’imagine que pour toi ce doit être une bonne nouvelle. Sache en tous cas que je ne suis pas comme la plupart des femmes, j’ai des attentes bien plus élevées que la moyenne, alors j’espère que tu sauras être à la hauteur comme tu t’en vantes si bien. Je t’ai lancé un défi Jason et j’espère que tu sauras être au niveau. Je veux repartir d’ici avec une trace de toi, peu importe le nombre de fois où je me nourrirais de ton sang pour me soigner, peu importe si ton odeur recouvre déjà mon corps, ce n’est pas encore assez. Alors sois à la hauteur.

On se retrouve finalement allongé sur l’herbe et c’est au tour de Jason de reprendre les choses en main et si je peux bien affirmer une chose, c’est qu’il sait y faire. Tu es en train de m’infliger de délicieuses tortures Jason et je n’accepterais pas que tu m’arraches des cris de plaisir d’une telle façon. Alors avant de finir par craquer, j’attrape ses cheveux d’une poigne ferme et le pousse à relever sa tête vers moi, me moquant bien de son grognement de mécontentement. Tu ne grogneras pas longtemps de toute façon, pas avec cette demande et c’est effectivement un sourire qui vient s’afficher sur son visage lorsque je lui ordonne de me faire l’amour.

Nos corps un peu plus proches l’un de l’autre, je n’hésite pas à le provoquer à nouveau en venant mordre sa gorge alors que nos corps se mêlent enfin. Ma mâchoire se referme un peu plus contre sa gorge alors que je soupire contre sa peau et mes ongles se plantent instinctivement dans son dos lorsque mon dos finit par cogner contre un arbre. Je finis enfin par retirer mes canines de sa peau, laissant échapper ce son de plaisir à ces nouveaux mouvements de reins. Du plaisir face à son corps, de la douleur dans mon dos, un mélange parfait à mes yeux qui se termine presque trop tôt si vous voulez mon avis. Il me fait ce compliment avant de me faire regagner le sol alors que j’ai le souffle court, le dos ensanglanté et ces délicieuses sensations qui me traversent encore le corps.

- Rien de mieux que la tenue d’Eve pour séduire un homme.

Et il se trouve que c’est une tenue que j’aime particulièrement porter, surtout face à des hommes comme toi, alors peut-être que tu la reverras un jour, nous verrons. Son regard plongé dans le mien, Jason prononce ces quelques mots alors que du bruit attire en même temps mon attention. Il semblerait que nous nous sommes fait remarquer Jason, et tu penses réellement que je vais rentrer chez moi aussi vite ? Non, tu voulais que je m’amuse tout à l’heure avec ces humains et avec toutes ces sensations tu as éveillé mon désir de destruction. Je ne te laisserais pas t’amuser tout seul Jason et je serais tout à fait partante pour un second round avec ton corps. Alors je replonge mon regard dans le sien pour bien qu’il comprenne que je suis sérieuse.

- Darling, sache que je ne quitte jamais une fête au beau milieu de l’action.

Et sur ces mots je passe devant lui, lui offrant la vue sur mon dos alors que je me rapproche seule du bruit, ne cherchant pas à me rhabiller, à quoi bon puisque de toute façon ma robe finira à nouveau par tomber, alors autant s’épargner la perte de temps. Une foule d’humains s’arrêtent devant moi, visiblement surpris de ma tenue, mais ils ne se gênent pas pour se rincer l’œil. En fait je ne suis pas sûre qu’il n’y ait que des humains, mais ça ne nous empêchera pas de nous amuser. Alors je profite de leur inaction pour faire voler tout ce qui se trouve autour de moi, morceaux de verres, bouts de bois, tout ce qui est susceptible de blesser vole sous leur regard ahuris avant de foncer tout droit sur eux, en tuant certains au premier coup, en blessant d’autres gravement. La partie ne fait que commencer Jason, tu ignores à quel point ton sang m’a redonné la pêche.

- J’ai un jeu à te proposer, si tu en tues plus que moi tu auras droit de me demander tout ce que tu veux pour ce deuxième round, même tes désirs les plus inavouables. Si je gagne, tu devras accepter de me laisser te torturer de désir encore et encore, sans que ça ne prenne jamais fin.



codage by jacks ღ gifs from tumblr

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Soirée explosive [Effy]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Soirée explosive [Effy]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» [Jour 5] Une soirée... explosive [pv Recall et une ou deux autres personnes si vous voulez]
» Début de soirée en milieu hostile ...
» Une soirée à l'auberge (libre)
» Fin de Soirée improvisée Sophie /Virginie
» 2eme soirée "So glam" [ ouvert a tous ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vamp Academy :: Autres lieux :: Les montagnes-
Sauter vers: