Forum d'écriture privé
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Soirée explosive [Effy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Messages : 11
Age : 1137
MessageSujet: Soirée explosive [Effy]   Mar 21 Fév - 10:39

Soirée explosive
Effy & Jason

De retour à Missoula, j'avais dû m'assurer de trouver de quoi loger, pour me protéger du soleil, la journée. C'était ce genre de détail, que je ne prenais pas la peine de trouver, d'habitude. A quoi bon ? Pour quitter la ville le lendemain, cela n'avait pas une très grande utilité.. Une usine, une grotte, s'était très bien pour me protéger une journée ou deux, du soleil. Sauf que cette fois, j'avais l'intention de m'attarder un peu plus, dans cette ville, qui intrigue autant mes confrères. Quitte à avoir de longues années de vie, il faut bien que j'essaie de comprendre les petits mystères de la vie Vous savez, lorsque l'on erre, sur cette terre, depuis plus de miles ans, faut se trouver d'autres occupations, que des bains de sang. Parce que notre vie fini par devenir lassante. Enfin, trouver cette villa, ne m'aura pas pris bien de temps, faut dire qu'avec tous les décès, de cette ville, des maisons à vendre, on en trouve à tous les coins de rues. Par principe, dans mon choix, j'ai préféré privilégié celle qui était le plus à l'extérieur de la ville. Faut dire, que c'est bien plus sécurisé. D'abord, peu de voisin, ensuite, lorsqu'un attaque se prépare, on la voie arriver. J'ai appris à être prévoyant. Faut dire que j'ai perdu, ma femme, et mon fils, à cause de plan, mal préparer. Alors même si, aujourd'hui, je n'ai plus aucune attache, dans ce monde, je continue à prévoir mes arrières. La vie est parfois monotone, mais je ne compte pas la perdre, à cause de banal détail, pas bien préparé. Et vous connaissez l'autre avantage, d'être dans une villa, aussi éloigné de la civilisation ? Je suis pas très loin, des fêtes nocturnes, qui pourrait se passer en forêt. En l’occurrence, celle-ci se passe sur la montagne, de quoi avoir une jolie vue, et pour ma première fête, j'ai prévu de grande festivité.

Des jeunes, beaucoup de jeunes, certains, alcoolisés, d'autres, moins. Est-ce que cela m'empêchera d'agir ? Non, pas vraiment. J'aurais eu des scrupules, si mes cibles avaient été des enfants. Disons que même dans mon incontrôle, j'arrive à en garder un peu pour ces jeunes enfants. J'ai fais l'erreur, de m'en prendre à un gamin, de huit ans, une fois, parce que j'avais soif, parce que je ne pouvais pas me retenir, j'ai été hanté par l'image de mon fils, durant des semaines, derrière. Alors vous me direz, vu mon âge, quelques semaines, ce n'est pas grand chose, mais lorsqu'on est hanté, par l'image de son fils, que l'on a vu mourir, pire que ça, que l'on a été son meurtrier, quelques semaines, cela peut devenir très long. D'autant plus que je me suis battu pour eux, pour nos enfants. C'est pour eux, que j'ai renoncer à mon humanité, à l'époque. Pour quoi, au final ? Pour les achever moi-même ? C'est un crime que je ne peux pas me pardonner. Alors se retrouver hanter par celui-ci, c'est loin d'être facile à vivre. Alors oui, si cela n'avait été qu'un maigre feu de camp, d'enfant de dix ans, je n'aurais pas agis, mais là, en face de moi, ne se trouve que des adolescents, 16 ans, pour les plus jeunes, jusqu'à une bonne vingtaine d'année. Et pour eux, je n'aurais aucun scrupule. J'ai besoin de ce sang, de tous ce sang. Avec mes déplacements, cela fait bien trop longtemps que je n'ai pas pu prévoir un vrai bain de sang, organisé, planifié. De quoi bien me nourrir, jusqu'au plus profond de mon âme. Je me rappelle assez bien, des paroles de cette femme, qui, à l'époque, m'a proposé l'immortalité. « Es-tu sûr de toi ? Le monstre de tes pires cauchemars, tu deviendras. Ton âme sera noire, salie par tes crimes » Elle n'avait pas tords, et malgré toutes mes erreurs, je ne pourrais jamais regretter mon choix. Oui, j'ai tué nos enfants, mais cela ne valait-il pas mieux, à des années d’asservissements, de coup, parce qu'ils n'étaient pas entraîner au combat ? Je pense cela, peut-être juste pour me donner bonne conscience, mais cela reste mon avis. J'entends des bruits de pas, derrière moi, et me retourne, pour voir débouler une jeune femme. Effy. Et bien, je vois que depuis notre dernière rencontre, tu as bien changé. Ton corps à changé, pour devenir celui d'une femme, mais toi aussi, tu as changé, tu es devenu plus affirmé, plus sûre de toi. Cela se voit, dans ta démarche. J'aime ça. Je tends un bras, pour l'arrêter, l'empêcher de faire un pas de plus.

« Je serais toi, je ne ferais pas un pas de plus, jeune demoiselle »

De toute façon, tu as déjà rater la moitié de la fête, alors à quoi bon te rendre là-bas maintenant ? Surtout que je ne voudrais pas qu'il t'arrive malheur. Tu es l'une de ces rares personnes, que j'ai pu apprécié, à sa juste valeur, alors ne te précipite pas là-bas. Parce que soyons honnête, si tu tentes de résister, et de te rendre à cette fête, je ne t'en empêcherais pas. J'ai bien apprécié notre rencontre, mais tu ne restes que ça. Mais si tu veux une grosse fête, ce genre de truc, que même des années après, on n'oubliera pas. Attends quelques secondes, et tu verras que cette fête va devenir explosive. N'entends-tu pas, le bip, qui résonne ? C'est vrai que votre oreille, n'est pas aussi affiné que la notre. Écoute bien. Trois, deux, un.. Boum ! L'explosion retenti, à plusieurs endroits. Dans plusieurs coins. Assez éloigné, pour ne pas tuer tout le monde, assez proche, pour quand même faire de sacré dégâts. Plutôt cool, non ? Regarde ces membres, qui vole, ce sang, qui se répand. N'est-ce pas agréable ? N'est-pas mieux que quelques verres ? Quelques danses ? Bien mieux, si tu veux mon avis.

« Alors, qu'en penses-tu, jeune demoiselle ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tout ce qui n'est pas pris est à prendre
Messages : 105
Age : 30
MessageSujet: Re: Soirée explosive [Effy]   Mar 21 Fév - 23:58





Soirée explosive
Jason & Effy

Il m’a abandonné. Encore un. Pour quelle raison ? J’aimerais bien le savoir justement. Au départ je me suis demandée si ce n’était pas un secret entre Jake et Gabriel, peut-être que c’est le cas après tout, que Gabriel lui a confié une mission ou l’a éloigné pour une certaine raison mais... Non, je ne peux pas croire qu’il lui ait demandé de faire une telle chose alors qu’il sait à quel point j’ai besoin de lui, surtout en ce moment. D’autant que nous avons dit plus de secrets alors ce serait vraiment mal venu de sa part qu’il recommence. Alors pourquoi ? J’ai besoin de comprendre pourquoi les hommes avec qui je crois vivre quelque chose de sérieux finissent à chaque fois par m’abandonner. Est-ce que le problème vient de moi ? C’est à se poser des questions.

Où est-ce que je compte aller ce soir ? Je ne sais pas, mais j’ai besoin de m’éloigner du groupe, de prendre un peu de temps pour moi, de me défouler aussi. Comment ? Je n’ai pas encore décidé. Peut-être un peu de sang, mais j’essaie de moins user de mes pouvoirs. Peut-être un peu de sexe alors ? Avec un peu de chance ça ferait rappliquer Jake. Pour l’instant la seule chose qui me tente c’est cette soirée aux montagnes. J’étais censée y aller avec Jake, mais ce n’est pas parce qu’il a décidé de disparaître du jour au lendemain que je vais arrêter de m’amuser pour autant. Ni de m’habiller de manière provoquante.

J’enfile une robe noire, courte, simple et séduisante à la fois. Un décolleté fait en dentelle tout comme le dos qui laisse clairement voir ma peau, alors évidemment avec une robe pareille on oublie le soutien-gorge. Avec ça des talons hauts noirs, parfaits pour mettre en valeur mes jambes. Je n’ai pas besoin de plus pour être belle. C’est donc ainsi vêtue que je me rends à cette grande soirée organisée, laissant mon portable de côté, ce soir je n’ai pas envie d’être dérangée et de toute façon je n’ai pas pris de sac sur moi alors autant ne pas m’encombrer pour rien.

Je sais que je suis proche du lieu, ce n’est pas bien compliqué en même temps avec la musique qui résonne au loin, il suffit juste de la suivre. Sauf qu’un bras m’arrête et si je m’apprête à pulvériser celui qui a osé me toucher, je m’arrête à temps lorsque mon regard croise celui de Jason. Ça pour une surprise, je ne m’attendais pas à te revoir. Faut croire que quand un loup part un autre arrive. Pourquoi m’empêches-tu d’aller à cette fête au juste ? En général tu aimes fréquenter ce genre d’endroit, tu aimes les réduire à néant. Je n’ai pas le temps de poser ma question qu’une explosion retentit, puis d’autres suivent. Je comprends mieux pourquoi maintenant, j’aurais même été déçue que tu me laisses y aller en sachant ce qui aurait pu se produire. Je regarde ces membres voler d’un bout à l’autre. Je regarde ce sang gicler, heureusement pas jusqu’à nous, j’aurais été triste de salir aussi vite ma robe. Sourire aux lèvres, je me tourne vers Jason qui a repris la parole pour me demander ce que je pense de son petit massacre.

- Divertissant mais je suis sûre que tu peux mieux faire.

Toujours mettre un homme au défi, après tout sans jeu on finit vite par s’ennuyer et plus on met la barre haute, plus la partie devient intéressante. Alors Jason, qu’es-tu venu faire en ville ? As-tu l’intention de rester ? Est-ce que ça m’intéresse vraiment ? Je n’en sais rien, la seule chose qui m’intéresse, c’est de savoir combien de temps je vais pouvoir m’amuser à te rendre fou, car crois-moi c’est un divertissement dont je ne me passerais jamais.

- Tu aurais quand même pu me laisser m’amuser un peu avant de les tuer, maintenant tu vas devoir en assumer la pleine responsabilité. Prouve-moi que la soirée ne fait que commencer, mais attention, si je ne m’amuse pas c’est toi qui en paieras le prix.

Quel sera ce prix à payer ? Tu verras bien si tu échoues et de toi à moi je ne pense pas que tu voudras échouer. Alors Jason, j’attends, trouve-nous quelque chose d’intéressant à faire, ou alors j’irais danser dans le sang de tes victimes.



codage by jacks ღ gifs from tumblr

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 11
Age : 1137
MessageSujet: Re: Soirée explosive [Effy]   Mer 22 Fév - 19:55

Soirée explosive
Effy & Jason

Que viens-tu faire ici, Effy ? Seule, en plus. Depuis quand, sors-tu sans l'un de tes toutous ? A l'époque, ils ne te quittaient pas d'une semelle, j'appréciais d'ailleurs bien les provoquer. Qu'est-ce qui a changé, pour que tu te retrouves seule, ce soir ? Cela ne me dérangera pas, en revanche, bien au contraire, j'ai toujours été du genre, à préférer la compagnie des femmes, et puis, si je me rappelle bien, notre dernière soirée en tête à tête, était quand même plus qu'intéressante. Est-ce que tu es toujours aussi intéressante, ou est-ce que cela aussi, à changé, depuis mon absence ? Pour qu'elle raison, es-tu venu ici ? Juste pour t'amuser, avec des hommes, et de l'alcool, ou pour faire un véritable massacre, comme moi. Cette simple réponse, pourrait définir si tu es toujours aussi intéressante, mais je vais pas pouvoir te la poser, je n'ai pas le temps. J'ai a peine le temps de te mettre en garde, de t'empêcher d'avancer plus encore. Si tu t'avances encore un peu, je ne pourrais pas garantir, que tu ne seras pas touchée par l'explosion. J'ai calculé la distance exact, pour ne pas être touché, ni par l'explosion, ni par les dégâts de celle-ci, mais si tu fais un pas de plus, je ne pourrais rien faire pour toi. De toute façon, je t'ai mis en garde, à toi de voir ce que tu fais. Je ne suis pas du genre à forcer une femme, à faire quelque chose. Alors je ne te forcerais pas à rester à mes côtés, même si cela te sauverait la vie. Tu es intéressante, pas indispensable. Triste conclusion, mais vrai.

Dix secondes de plus, et cette fête tourne très explosive. Six bombes, posées autour d'eux, explose, tour à tour, faisant des dégâts, intéressants, d'autre un peu moins. Des morts, des blessées, et d'autres, là, paniquer, à regarder leurs amis mourir. Tu vois, j'ai tous prévu, pour que même après cela, on puisse encore s'amuser. Juste de quoi donner une entrée digne de ce nom ! Est-ce que je peux faire mieux ? Tu as bien raison, mais sois patiente, ma douce, tout vient à point, pour qui sait attendre. Pour la première fois, depuis son arrivée, je me tourne vers elle, pour l'observer. Vraiment. Tu as changé, un peu. Ton corps ressemble plus à celui d'une femme, que lorsque nous nous sommes vu. Tu t'es affirmé, et au vu de ta tenue, tu sais ce que tu vaux. Est-ce tes petits copains qui t'ont fais prendre conscience, de ta beauté, ou t'en es-tu rendu compte toi-même ? Est-ce que je devrais m'excuser, de te dévorer des yeux, comme je fais ? Non, parce que si tu ne te serais pas vêtu de la sorte, sinon. Ce regard, que je pose sur toi, c'est ce que tu cherchais, en venant ici. N'as-tu pas peur de récolter la colère, de tes petits toutous ? Parce que même si l'un d'eux, venait te chercher, je ne m'excuserais pas, peu importe la situation dans laquelle ils nous trouvent, que tu sois prévenu. Je ne suis pas du genre à m'excuser, encore moins, face à inférieur à moi. Et soyons honnête, à côté de moi, ils ne valent pas grand chose, je pourrais les évincer du petit doigt. Un peu prétentieux, peut-être, mais étant donné, que tu n'es pas mieux que moi, tu ne me le reprocheras pas. Et puis, tu as toujours su, ou je me positionnais. Je ne m'excuse pas, je ne m'attache pas, je profite.

« Une véritable beauté ! Tel un ange, au milieu du carnage »

Dommage que tu es choisi du noir, plutôt que du blanc, tu entrerais parfaitement dans ton rôle. Mais noir va très bien aussi. L'ange de la mort. L'ange noir. Je m'approche d'elle, à quelques centimètres à peine. Tu es bien impatience, ma jolie. Tu devrais apprendre qu'attendre, amène encore plus de chose, parfois. Regarde, ces êtres, encore vivants, plus tu attends, plus la panique les gagne, et plus nous pourrons les manipuler, comme nous le souhaitons. J'approche mes lèvres de son oreille, même si, à cette distance, elle aurait de toute façon était la seule à entendre.

« Un peu de patience, jeune demoiselle, la fête ne fait que commencer »

Que comptes-tu faire, contre moi, au juste, si je ne parviens pas, à t'amuser ? J'admets, que je serais curieux de l'entendre, parce que tu es sans doute l'une des seules moroïs, à avoir le cran, de te dresser contre moi, à ne pas avoir froid aux yeux, là où même certains strigoïs se dégonfle, mais nous savons tous les deux, que tu n'en auras pas besoin, parce que à partir du moment, où tu me mets au défi, je suis obligé de remporter ce duel. C'est ma fierté qui est en cause, et même s'il s'agit d'une véritable beauté, je ne perdrais pas pour autant. Je laisse traîner mes lèvres, contre sa mâchoire, jusqu'à me retrouver, face à elle, à nouveau, son visage, à quelques millimètres du sien. Je te promets, mon ange noir, que tu passeras la meilleure nuit de ta vie, depuis un sacré bout de temps. Alors chasse ces quelques doutes, que j'arrive à lire, au fond de ton regard, ils n'ont pas lieu d'être. Je mords sa lèvre, entre mes crocs, sans jamais venir chercher quelque chose de plus concret, je me contente juste de ça. Tu sais que je suis forts, pour ça. Tu veux une soirée inoubliable, je te l'offrirais, avec du sang, de la torture, des cris, de la tentation. Je m'écarte, et la pousse à avancer, avec moi, pour m'approcher du carnage. Lorsque nous sommes assez prêt, mais en même temps, encore assez loin, pour que personne ne nous prête la moindre attention, je me glisse dans son dos, pour parler, une fois encore, directement à son oreille.

« Regarde, ces quelques invités, en retard. Ce jeune couple, qui s'était exilé, pour faire un tas de chose très indécentes, ce groupe, qui profitait de la fête, pour faire leur trafic, dans un coin bien à eux. Et tous ces blessés, loin d'avoir rendu leur dernier souffle. Nous avons l’embarras du choix, pour nous amuser »

Que dirais-tu de commencer par cette jeune femme, qui semble pleurer, sur le corps de son ami, à la jambe amputée par l'une des bombes, mais toujours vivants. Je m'approche d'eux, attrapant une bouteille au passage, au centre de toute cette agitation, qui semblait être la réserve de la fête. Je ne me gêne pas vraiment, pour m'imposer, entre la jeune femme, et le blesser, et verser la bouteille entière, sur lui. Tu ne comprends pas, ma belle, ne t'en fais pas, j'en viens à la suite. Je m'éloigne à nouveau, pour craquer une branche d'arbre, et m'approcher d'un des feux, qui s'est déclenché avec l'explosion. Beaucoup d'entre nous, ont peur du feu. J'admets, moi non plus, ne pas aimer cela, mais c'est une façon, comme une autre de mourir. Je laisse le feu, prendre sur la branche, et me rapproche à nouveau du jeune homme. Avec la quantité d'alcool sur lui, il s’enflammera plus vite d'une véritable torche.

« A ton avis, mon ange noir, lequel criera le plus fort ? »


L'homme, ou la femme ? Celui qui subira la torture, ou la jeune femme, qui devra voir son ami, partir en fumé, être défiguré ? J'attends sa réponse, avant de lâcher la branche, sur lui, et ces vêtements prendre feu.


_________________


De folles amours, ont été la pluie qui a pénétré jusqu'au fond de mon âme, liquéfié mon coeur. Les biens, la bonne foi, la renommée, la vertu, l'honneur m'ont abandonné. J'ai fini par ne plus rien valoir. zéro.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tout ce qui n'est pas pris est à prendre
Messages : 105
Age : 30
MessageSujet: Re: Soirée explosive [Effy]   Ven 24 Fév - 19:58





Soirée explosive
Jason & Effy

J’ai besoin de divertissement ce soir, de ne plus penser à ces derniers jours, à ces dernières semaines et d’oublier ces fantômes qui me poursuivent, d’oublier l’abandon de Jake. Peut-être que ce soir l’alcool sera de rigueur, puisque de toute façon il vaut mieux que j’évite d’user de mes pouvoirs, au moins avec ça dans le sang je ne risque pas de pouvoir et donc d’être tentée. En réalité vous savez ce qui me ferait vraiment du bien ? Un bon cours de gym ou de danse, comme je les pratiquais dans ma jeunesse, ce genre d’entraînement au moins avait pour mérite de toujours me relaxer et me faire oublier tout ce qui ne va pas. Sauf que je ne me vois pas vraiment remettre les pieds dans ce genre d’endroit aujourd’hui, je pense que je n’y aurais plus ma place. Alors tant pis, je danserais ailleurs et qui sait, peut-être que cette fête aux montagnes me suffira.

Sauf que la fête est arrêtée par des explosions avant même d’avoir commencé, merci Jason apparemment. Tiens tiens, quelle surprise. Bonne surprise ? Je l’espère. Peut-être qu’il mettra un peu plus d’ambiance à cette soirée, mais je ne sais pas si l’ambiance macabre est celle que j’aurais privilégié pour ce soir, pas quand je ne peux pas user de mes pouvoirs, mais après tout pourquoi pas. Tu trouves que j’ai l’air d’un ange ? Tu ignores à quel point tu fais fausse route mon beau, mais après tout ne dit-on pas que le meilleur diable est celui dont on ne présume pas la noirceur ? L’incarnation de l’innocence est parfaite pour tromper.

- Même les anges savent profiter des bonnes choses.

Alors je compte bien profiter de ce carnage, de la vue, de l’odeur, de l’écoute et même du toucher. Je n’aurais pas le moindre problème à prendre un bain de sang ce soir, alors j’espère que tu as prévu d’autres choses pour cette soirée, car je n’ai certainement pas l’intention de repartir si vite après le trajet effectué. La fête ne fait que commencer ? Parfait, c’est ce que je voulais entendre. Je le vois alors s’approcher, glisser ses lèvres contre ma peau et je reste là, immobile, impassible, mais je le laisse faire. Je suis tiraillée entre deux idées, celle de profiter de cet homme pour me venger de Jake, ou bien de rester sage ce soir, car au fond je ne pense pas être capable de le remplacer comme ça, même s’il ne s’agit que d’une nuit. Peut-être est-ce parce qu’officiellement Jake et moi ne sommes pas encore séparé, mais je suppose qu’au fond ça ne change pas grand-chose, il n’est pas là et au plus profond de moi je sais qu’il ne reviendra pas. Pas de mon vivant en tous cas.

Il finit par écarter son visage du mien et je plonge alors mon regard dans le sien. Qu’attends-tu de moi ce soir ? La provocation tu l’auras, j’ai toujours fonctionné ainsi, mais le reste ? Tu pourrais être déçu. Pourtant je le laisse faire lorsqu’il vient mordre ma lèvre de ses crocs, pour cette fois du moins, mais peut-être pas la prochaine. De toute façon les choses ne vont pas plus loin, puisqu’il décide de nous emmener au beau milieu du carnage et c’est avec grand plaisir que je le suis. Tu trouves que ces humains sont dignes d’amusement ? Je dois être négative ce soir, car moi je ne vois aucun intérêt à travers eux, mais après tout fais-toi donc plaisir, peut-être que je réussirais aussi à ne plus penser à tous mes problèmes par la suite.

- Alors montre-moi comment tu t’amuses avec eux.

Et sur ces mots il s’éloigne de moi, attrape une bouteille qu’il verse sur un homme blessé, puis arrive cette branche, cette torche, ce feu et finalement ces hurlements. Une mélodie agréable mais qui ne durera pas. Rien ne dure ici. Rien ne nous empêche de faire des paris pour autant.

- L’homme criera le plus fort, pendant les quinze premières secondes en tous cas.

Forcément puisqu’il brûle vif, je doute qu’elle puisse faire mieux, mais ses cris ne dureront pas, très vite ce seront ceux de cette femme qui couvriront les siens. Et maintenant ? Est-ce que c’est à mon tour de te montrer ce que je sais faire ? Non, je ne veux pas me laisser tenter, car cela signifierait user de mes pouvoirs... Tu es une mauvaise tentation pour moi Jason. Alors à la place je finis par m’éloigner de lui pour me diriger vers le DJ que j’ai repéré en train de se cacher derrière son matériel. J’arrive à son hauteur et j’use juste d’hypnose, je ne devrais pas je sais, mais disons que ce n’est pas grand-chose.

- Fais-toi un bandage et remets-toi au boulot, la fête est loin d’être finie.

Remets donc de la musique, fais nous partager, fais nous profiter. J’ai l’impression de ne pas vraiment être moi ce soir, de ne pas vraiment pouvoir me comporter comme je l’aimerais, mais je crois que ce serait mauvais pour tout le monde, si je mettais à faire réellement ce que j’ai envie de faire à toutes ces personnes. La musique résonne à nouveau et je me mets à danser, me mouvant sur cette scène immense, sur cette scène parsemée de cadavres. Je sais que le regard de Jason se porte sur moi mais je n’en ai rien à faire, plus rien ne m’importe aujourd’hui, je veux juste pouvoir faire quelque chose, je veux juste pouvoir ressentir quelque chose de vrai. Je me rends compte seulement maintenant que les hurlements de l’homme ont cessés, tout comme ceux de la femme qui s’étrangle entre ses larmes et renifle. Leur malheur ne me fait strictement rien, mais peut-être qu’il en faut plus pour pouvoir m’atteindre. Alors toujours en continuant de danser au milieu de tout ce chaos, je finis par plonger mon regard dans celui de Jason pour lui adresser ces mots.

- Qu’attends-tu pour faire hurler tous les autres ? Cette musique manque d’accompagnement.



codage by jacks ღ gifs from tumblr

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 11
Age : 1137
MessageSujet: Re: Soirée explosive [Effy]   Sam 25 Fév - 12:38

Soirée explosive
Effy & Jason

Que se passe-t-il au juste, ma belle ? Tu ne sembles pas fidèle, à la jeune femme que j'ai rencontré, dans l'un de ces entrepôts, plus sage ? Plus douce ? Non, à vrai dire, voilà des mots qui ne se ressemblent pas. Non, c'est autre chose, que je n'arrive pas à comprendre. Qu'est-ce qui a changé, pour que tu restes aussi calme ? Est-ce que cela m'intéresse ? Non, pas vraiment, disons juste, que j'aimerais d'avantage retrouver cette femme qui n'avait pas froid aux yeux. A l'époque, tu n'avais pas peur d'attaquer, même ceux qui pouvaient te réduire à l'état de cadavre, en quelques secondes. Tu n'as pas hésité contre moi, et c'est bien ce qui m'a plu, chez toi. C'est cette femme, que je veux ce soir. Un ange, oui, mais un ange noir. Tu as un terrain de jeu qui t'es offerts, alors pourquoi n'en profites-tu pas ? N'est-ce pas ce que tu m'as demandé ? Tu ne voulais pas que cette soirée se finisse aussi vite, mais ça ne semble pas te faire réagir plus que cela. Comme ces quelques contacts, que j'échange avec toi. Je risque de m'en vexer, ma belle. Quelque chose cloche chez toi, c'est une obligation. Je ne peux pas prétendre qu'aucune femme, ne m'a jamais résisté, chacun ces goûts, mais tu ne peux pas prétendre non plus que je ne suis pas du genre à éveiller les plus sombres fantasmes des femmes. Je suis même sur d'avoir éveiller les tiens, à l'époque, ne prétend pas le contraire. Alors, qu'est-ce qui a changé ? Aurais-tu succomber pour un homme ? Voilà bien une chose que je n'imaginais pas de toi. Et en même temps, si c'était l'amour fou, avec quelqu'un, tu ne feras pas cette tête. Je n'aurais rien contre un faible sourire, même minime. Mais si tu n'as pas envie de moi, malgré toutes mes tentatives, ce n'est pas bien grave, j'irais chercher du plaisir ailleurs. Tu n'es pas la seule femme attirante ici. C'est juste dommage pour toi. Cela t'aurait permis d'oublier cet air déprimé, quelques instants. Mais peu importe, je m'adapterais. Je l'approche du centre de cette merveilleuse scène de carnage. Je me place dans son dos, pour pouvoir lui permettre d'admirer le paysage. Tous ce sang, et ceux qui restent encore. Tu vois ces gens, qui arrivent peu à peu, pour aider les blesser ? Ce sera eux, nos prochaines proies. Ce sera eux, que l'on torturera, jusqu'à ce que mort s'en suive. Et je commencerais par ce jeune blessé. Et sa copine ? Amie ? Aucune idée. Elle a quand même l'air de s'inquiéter pour lui, et ce sera assez, pour les marquer tous les deux, à la fois.

Je m'empare de l'une de ces bouteilles, que je viens vider sur le corps de cet homme. La jeune femme ne réagit pas de suite, de toute façon, c'est bien connu que l'alcool fort désinfecte les blessures, non ? Sauf que je ne compte pas l'utiliser à cette fin là. Ce serait trop facile. Je ne suis pas un sauveur, mais un tueur, ma jolie, alors tu ne devrais pas avoir cet espoir. Je les quitte, pour rejoindre ce feu. Ces flammes, qui effraient notre espèce, en temps normal, mais qui ne m'empêche pas d'approcher. Qu'est-ce au fond ? Juste une manière de plus de nous tuer ? Devrais-je avoir peur de mourir, après toutes ces longues années de vie ? Non, j'ai cessé d'avoir peur, depuis bien longtemps. Je mourrais un jour, voilà. Je ne crains pas le feu, je ne crains pas les gardiens, je ne crains rien. Je ne me jette pas dans des causes désespérées, et je n'ai pas à craindre quelqu'un. Cette torche à la main, je m'approche de nouveau de cet homme, qui sera bientôt un cadavre, et à peine cette question posée a Effy, je laisse tomber la branche sur son corps, qui prend feu, presque immédiatement, alors que je croise le regard de la jeune femme, pour voir une certaine haine, envers moi, mais au premier cri, de l'homme, c'est le désespoir, qui s'empare d'elle. Tu avais raison, ma belle, l'homme semble avoir plus de voix, que cette pauvre bonne femme. Même si elle continue de crier, bien longtemps après que ceux de l'homme, n'existe plus, bouffer par les flammes. Tu n'as toujours pas l'air de prendre ton pieds à cette soirée, je me trompe ? Je l'observe s'approcher d'une nouvelle personne, qui semble caché derrière le matos de DJ. Comme si cela pouvait te sauver la vie. Je m'attendais à quelques souffrances d'Effy. Qu'elle se lâche enfin. Mais pas une trace d'un moindre cri, juste de l'hypnose, et la musique, qui reprend. Vraiment ? Je l'observe toujours, lorsqu'elle se met à danser, au milieu de tous ce sang, et je ne peux être que d'accord, avec mes précédentes penser. Un ange, au milieu du carnage. Il ne s'agit juste pas d'un ange gardien. Mais un ange de la destruction. Du moins, c'était ce que j'avais vu en elle, la première fois. Aujourd'hui, je ne sais plus. Tu veux de nouveau cri ? Pas de problème, laisse-moi déjà me débarrasser de cette femme, qui chiale, elle commence à me casser les oreilles.

Je ne prends même pas le temps de m'amuser avec elle, je lui brise la nuque. Simple, brute, direct. Au lieu de t'apitoyer sur ton sort, tu aurais du prendre conscience, que tu étais encore vivante. Que tu avais cette chance. Tu n'en as pas pris conscience, ce n'est pas bien grave, tu n'as que ce que tu mérites. Maintenant, Effy, je peux m'attarder sur la souffrance des prochains. Je m'approche sur ce groupe d'ami. Ceux qui s'étaient éloignés, pour faire leur petit trafic. Quatre hommes, une femme. Parfait, je commencerais par les hommes. Je m'approche de celui qui semble tenir la marchandise, et si je glisse une grosse partie de la marchandise, dans ma poche arrière, je garde ce paquet de cigarette, que je trouve au milieu, et un briquet. C'est toujours mieux, pour allumer. C'est avec un mauvais sourire, que je porte une cigarette à ma bouche, l'allume, et en prend une première inspiration. Je confie le paquet, à l'un des hommes, et m'approche un peu plus de celui à qui je viens de voler tout ça. Je le vois déglutir. Attends, je ne t'ai encore rien fais. Je déchire ces vêtements, et la minute suivante, la cigarette s'écrase sur son torse, pour laisser une trace de brûlure sur sa peau, alors qui hurle. Voyons, ce n'est pas grand chose, juste quelques brûlures. Mais à ce que je vois, tu n'as pas l'air d'être un grand gaillard. Je recommence, encore, et encore, jusqu'à tracer ces deux lettres, J.C, mes initiales, bien entendu. Est-ce que j'en ai fini avec toi ? Non, voyons, je n'en suis qu'à la première cigarette. Alors que je le retiens, je me tourne vers son ami, pour croiser son regard et l'hypnotiser.

« Tu vas prendre le relais, le faire souffrir, tu ne t'arrêteras pas, avant que son ventre ne possède plus une trace de libre. Et quand tu en auras fini, tu finiras le paquet sur toi. Quand à toi, interdiction de te débattre »

Bien entendu, ces derniers mots, sont adressés au premier. Ce serait dommage qu'il fuit, et que son pote ne soit pas en mesure de le retenir. Mais je ne veux pas l'empêcher de tout, puisqu'Effy, semble avoir besoin de ces cris. Plus que deux, et une femme. L'un fini avec chaque membre brisé, et je le laisse là, à hurler toute sa peine, toute sa douleur. Le second, je lui interdis de bouger, jusqu'à ce que je revienne vers lui, il me sera d'une autre utilité. Et en attendant, je m'approche de la jeune femme. Que je plaque contre un arbre. Tu as de la chance ma jolie, c'est peut-être toi qui aura la meilleure fin. J'ai faim, très faim. Tout ce sang à éveiller mon appétit. Je me penche sur son cou. Je mords, sans aucune douceur, sauvagement, et elle hurle. J'aurais pu rendre cette morsure agréable, mais après tout, je ne suis pas là, pour leur plaisir. Elle cri, deux minutes, le temps que son corps ne retombe au sol, vide de son sang. Et enfin, je peux m'intéresser au dernier. Que j'entraîne avec moi, jusqu'à Effy. Je le délaisse, un peu plus loin, pour qu'il ne nous dérange pas, pour l'instant. Je me glisse dans le dos d'Effy, dépose une main sur sa taille, et même si je ne suis pas un grand fan, de ce genre de musique, de nos jours, cela ne m'empêche pas de suivre son rythme à elle. Quelques longues minutes, une musique, puis deux. Et je l'arrête, lorsqu'elle touche à sa fin. Une main toujours sur sa taille, je glisse l'autre sur son visage, pour la retourner vers moi, pour croiser son regard.

« Où est passé l'ange noir, de notre première rencontre ? Cette femme séductrice, qui n'avait peur de rien ? Qu'attends-tu pour t'amuser, pour détruire ces proies ? Cet homme ne te mérite pas »

Aurais-tu peur de quelque chose, Effy ? Tu ne séduis plus, tu ne tortures plus. Qu'est-ce qui cloche, au juste ? Je peux accepter, que tu ne te jettes pas sur mon corps, parce qu'un autre homme, hante tes pensées, mais cela ne devrait pas t'empêcher de profiter de cette nuit, de ce carnage. Cela ne devrait pas empêcher de te lâcher. Je me mêle peut-être de mes affaires, en te disant que l'homme de tes pensées, ne te mérite pas, mais c'est ce que je pense, et je ne me suis jamais empêcher de dire ce que je pensais. Tu n'es pas femme à t’apitoyer sur ton sort, pas femme à pleurer pour un homme.

« Celui-là, n'est que pour toi. Amuse-toi »

J'indique le dernier de la bande, que j'ai ramené. Je ne lui ferais rien. A toi de décider, tu peux le torturer, et t'amuser un peu, telle la femme que je connais, ou alors, tu peux le laisser tranquille, et il repartir d'ici vivant, mais ce ne serait pas digne de toi, pas digne de nous, et de cette fête.


_________________


De folles amours, ont été la pluie qui a pénétré jusqu'au fond de mon âme, liquéfié mon coeur. Les biens, la bonne foi, la renommée, la vertu, l'honneur m'ont abandonné. J'ai fini par ne plus rien valoir. zéro.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tout ce qui n'est pas pris est à prendre
Messages : 105
Age : 30
MessageSujet: Re: Soirée explosive [Effy]   Sam 25 Fév - 19:40





Soirée explosive
Jason & Effy

Tu es d’une agréable compagnie Jason, mais cette soirée, je ne suis pas sûre de l’apprécier autant que toi. C’est idiot pourtant, je suis venue pour ça, pour m’amuser, pour oublier, mais je n’y arrive pas. Au moins tu essaies, je pense que je me serais très vite lassée de cette petite fête sans ta présence. Ça ne me ressemble pas, de ne pas profiter d’une fête, cette fille-là qui erre ce soir, ce n’est pas moi. Peut-être que toi aussi tu finiras par m’abandonner ce soir lorsque tu te rendras compte de ces changements, partir chercher une meilleure compagnie, un meilleur divertissement. Après tout la mort ce n’est pas moi qui l’apporterais ce soir, pas sans mes pouvoirs, je ne saurais pas arracher un cœur comme vous, ou craquer une nuque ni même me battre. Dans un combat au corps à corps, même face à un humain, je serais celle qui perdrait.

Alors profites-en Jason, je te les laisse, fais-les hurler au rythme de la musique, donne-moi un meilleur accompagnement que ce son sur lequel je danse. Je le vois s’éloigner, prêt à m’offrir ce plaisir et alors je ferme les yeux pour mieux me concentrer sur les sons et sur mes mouvements. Je ferme les yeux et j’essaie de m’imaginer ce qu’il peut bien leur infliger comme tortures pour les faire hurler ainsi. Ce bruit est plaisant, réconfortant, la misère des autres m’aide à croire que je suis bien au-dessus de tout ça. J’essaie de compter le nombre de voix, j’essaie d’identifier leurs souffrances et très vite j’en oublie ces voix dans ma tête pour juste me concentrer sur ces hurlements. Voilà, je me sens mieux maintenant.

Jason finit par revenir vers moi et je sens ses mains se déposer contre ma taille, son corps suivre mon rythme pour partager cette danse endiablée. Je rouvre enfin les yeux, observant ces nouvelles victimes autour de nous, leur malheur, leur souffrance. Puis je me perds à nouveau dans notre danse, jusqu’à ce que tu finisses par nous arrêter et me retourner vers toi. Mon regard plongé dans le tien, j’écoute ce que tu as à me dire. Tu me fais prendre un peu plus conscience à quel point j’ai pu changer. Tu penses que je ne sais plus séduire ? Tu penses que je ne sais plus m’amuser ? Tu te trompes Jason, c’est juste que... Oui, cet homme ne me mérite pas. Cet homme est partit de toute façon.

- Il n’y a plus d’homme. Il n’y a plus personne. Ce soir il ne reste que toi, moi et ces victimes.

Et les victimes sont encore de trop. Il ne reste plus grand monde, tes proies se meurent lentement, les autres sont morts ou enfuis. Il reste juste cet homme, encore intact devant moi. Un cadeau de sa part, pour m’amuser. C’est donc ça que tu attends de moi ? Que je me lâche ? Tu as raison au fond, l’ancienne Effy aurait torturé cet homme avant même que tu ne le lui proposes. Je quitte les bras de Jason pour m’avancer vers cet homme, m’arrêtant juste en face de lui alors que je le dévisage de la tête au pied. Ce n’est ni un brave ni un résistant, mais il fera l’affaire. Quel sort vais-je donc bien pouvoir te réserver ?

« Continue, use donc de tes pouvoirs, peut-être qu’à force de nous donner de l’énergie ça nous ancrera suffisamment à ton monde pour pouvoir t’attaquer directement. A ce moment-là ce n’est pas un bébé que je te prendrais mais ta propre vie. »

Je n’ai pas besoin de le regarder pour savoir qui me parle, je reconnais cette voix, ce ton et il n’y a que lui de toute façon pour me faire une telle menace. Je sens une larme couler le long de ma joue, heureusement Jason ne la voit pas, je pense qu’il n’aurait plus aucun espoir à mon sujet autrement. Je ne devrais pas laisser ce fantôme m’atteindre. Je ne devrais pas user de mes pouvoirs contre cet homme, mais j’ai besoin de me défouler, j’ai besoin de faire du mal et je ne suis pas d’humeur à chercher une autre solution que mes pouvoirs. De toute façon je ne lui ferais jamais aussi mal qu’en l’attaquant avec mes capacités.

Je plonge mon regard dans celui de cet humain et la seconde suivante je nous emmène dans mon monde, au moins ici il n’y que nous, pas de fantômes pour me déconcentrer. L’humain est attaché par les poignets et chevilles tirés chacun d’un côté. Il ne peut pas se défaire de cette prison suspendue dans le vide, ni de ces attaches qui tirent peu à peu sur ses membres. Il supplie de le laisser partir, aussi bien dans mon monde que dans la vraie vie. Une lance vient transpercer son corps au niveau du tibia, ce qui a pour effet de le faire tomber sur un genou dans la réalité. Il hurle. Une autre lance le transperce au ventre. Il crache du sang. Deux lances se croisent pour s’enfoncer dans son corps dans une épaule puis l’autre. Il n’en peut déjà plus, mais je n’en ai pas encore terminé avec lui. Je nous fais quitter ce monde, revenir à la réalité, mais son corps n’en est pas moins épuisé, traumatisé. Je caresse sa joue et me concentre suffisamment. Son prochain hurlement est transcendant. Je m’applique à faire bouger l’un de ses os de sa cage thoracique pour le retourner et finalement transpercer son cœur de l’intérieur.

Du sang coule de mon nez alors que je le vois s’éteindre sous mes yeux, puis finalement s’écrouler. J’essuie ce sang d’un revers de main avant de me retourner vers Jason. Est-ce que le spectacle t’a plu ? Est-ce que c’est ce que tu attendais de moi ? Moi j’ai besoin d’autre chose de toi. Je m’approche de lui, mon regard plongé dans le sien tandis que ma main vient caresser son torse.

- Et maintenant, est-ce que je ressemble à l’ange noir de notre première rencontre ?



codage by jacks ღ gifs from tumblr

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 11
Age : 1137
MessageSujet: Re: Soirée explosive [Effy]   Sam 25 Fév - 23:49

Soirée explosive
Effy & Jason

Pourquoi est-ce que tu es venu à cette fête, Effy ? Explique-moi, parce que je ne comprends. Je ne comprends ton attitude. Tu es là, mais tu n’as pas l’air de vouloir t’amuser avec moi. Tu me semble sur la réserve, comme si t’étais là, mais tes pensées, à miles lieux d’ici. Tu es douce, calme, délicate. Ça ne te ressemble pas. Ou du moins, ça ne ressemble pas à la femme que j’ai rencontré, mais peut-être qu’aujourd’hui, tu es bien d’avantage celle-ci. Je ne peux pas savoir. Je ne peux qu’observer, et jusque là, je n’apprécie pas que tu te mues dans ton coin, que tu ne participes pas à mes jeux. C’est simple, tu me demandes toi-même de faire souffrir, d’entendre des cris, pourquoi ne pas les provoquer toi-même ? Nous aurons toute la soirée, pour danser, ensemble, si c’est ce que tu souhaites, mais nous n’aurons pas toute la soirée pour faire souffrir ces types, ils finiront par partir, par s’enfuir, face à l’horreur de la situation. Est-ce que c’est de motivation, que tu manques ? D’envie ? Je ne sais pas. A vrai dire, je ne te connais pas assez, pour savoir ce qui pourrait te remettre en route. Je ne te connais pas assez, pour comprendre la raison de ton mal être, mais au final, je devine, j’arrive a deviner. De toute façon, c’est toujours la même chose. Au fil des siècles, au fil des pays, toujours pareil, toujours à cause des hommes qu’une femme pleure. Je ne t’ai pas vu pleurer, mais pour une femme comme toi, ne pas participer à un tel carnage, c’est aussi percutant, que des larmes, je t’assure. Peut-être ai-je une manière bien étrange de te comprendre, mais je suis presque certain, de ne pas mettre planter sur la raison de ta peine.

Je m’approche, me plante face à ces humains, et, chacun a leurs tours, m’offre ces cris, si précieux, pour réussir à te mettre dans ma poche. Tu vois, tu me demandes des cris, je te les offres. Que veux-tu d’autre ? Demande, et je te l’offre, si c’est ce que tu souhaites pour t’amuser, je t’offre ce que tu veux. Alors demande, n’hésite pas. Réfléchi, réfléchi bien. En attendant, je finis d’achever ce groupe. Je n’en laisse qu’un. Un seul, un homme, pour toi, juste pour toi. L’un brûle, sous la cigarette, l’autre torture, pour en fin de compte, souffrir lui aussi, un troisième, fini avec chaque membre brisé, et la dernière, m’offre un merveilleux repas. Tu es délicieuse, ma jolie humaine. Un goût merveilleux, mais habituel. Rien d’extravaguant. Tu veux savoir ce qui te fait défaut ? La belle moroï, qui danse, derrière moi, au milieu de cette scène, son odeur envoûtante, appétissante, et que je ne toucherais pourtant pas, sans son autorisation. Tu vois, ce qui te manque, pour être vraiment, délicieuse, pour mériter la vie que tu mène ? C’est ce qui te manque. Son corps, retombe, sur l’herbe, sans vie. Rien de plus que ce qu’elle méritait. Tu n’étais pas digne de vivre, mais pour tes atouts. Aucun de vous, ne l’est. Est-ce que je lui suis, peut-être pas, mais de nous tous, c’est moi qui suis là. Quand à Effy ? Elle peut apporter bien des choses au monde, pour ne pas mourir si jeune.

J’attrape l’autre, que je traîne jusqu’à Effy, mais je ne l’interrompt pas de suite. J’ai autre chose pour elle. D’abord, je danse à ces côtés, contre elle. Peu importe l’homme qui hante tes pensées, ne pense plus à lui. Laisse ton corps répondre à ces désires, ne l’empêche pas de vouloir ce qu’il veut, pas à cause d’un souvenir envolé, d’un homme qui ne te mérite pas. D’un homme qui te rend triste. Profite de la vie. Ne t’a-t-on jamais dis que la vie est bien assez courte, pour ne pas en profiter ? Je danse, à ces côtés, je la laisse nous mener, sans la forcer à rien, mais elle n’a pas l’air d’avoir l’intention de s’écarter. Mais au bout d’un temps, cela ne me suffit plus. Je ne suis pas là, pour danser, je suis pour bien plus.. Alors je ne te laisserais pas t’arrêter la. Je la retourne, lui adresse ces mots. Tu n’es pas cette femme, que je vois ce soir. Tu es bien plus que ça, alors amuse-toi. Prends cette personne avec toi, et torture le. Elle me quitte, sur quelques paroles. Cela signifie-t-il que tu as changé d’avis ? A ce que je vois, oui. Je reste là, à l’observer. Je ne vois rien, à ces souffrances, je ne vois rien, de qu’il se passe pour lui, mais je vois sa souffrance, sur son corps, je vois la sueur, perler de son front, face à ce qu’il vie, j’entends ces cris. C’est fascinant. Une capacité hors norme. Une capacité de dingue. Je m’approche, pour mieux observer, mais reste à distance raisonnable, pour ne pas la surprendre. Jusqu’à ce qu’ils reviennent parmi nous, pour voir sa poitrine se déformer, et ce type, lâcher son dernier souffle. Ce n’est que quand le corps de cet homme, retombe au sol, que je ne suis plus captivé par ce spectacle, que je prends conscience de cette nouvelle odeur, venu parfumé l’air. Du sang, son sang à elle. Je ne crois jamais l’avoir senti, mais rien qu’à ta propre odeur de moroï, je reconnaîtrait celle de ton sang, bien différente, bien plus exotique, que celle de ces humains. Elle se retourne vers moi, et si je ne vois aucune trace de sang, je prends conscience de la pâleur de son visage. C’est donc ça ? Ce n’est pas sans conséquence, n’est ce pas ? Ça tire de ton énergie. C’est pour cela que tu ne voulais pas te joindre à moi ? Ou autre chose, au fond ? Elle s’approche de moi, et je retrouve enfin son air, sauvage, sexy, séducteur. Sa main glisse sur mon torse, et je la saisie par le poignet, pour rapprocher mon visage du sien, mon souffle caressant son visage.

« Séduisante, sexy, et parfaite, comme à notre rencontre »

Que veux-tu, maintenant Effy ? Es-tu enfin décidé à profiter de cette soirée ? C’est du sexe, que tu veux ? C’est ce que je comprends, derrière tes gestes. Désolé, ma belle, mais tu n’auras pas cela de suite. J’ai autre chose, pour toi, d’abord. Quelque chose, qui pourrait t’être utile, pour tous le reste de ta vie. Alors écoute moi bien, parce que ça pourrait être une très bonne leçon de vie pour toi, mais pas à la manière dont on l’imagine. Toujours son poignet dans ma main, l’autre se pose au creux de ces reins, pour la rapprocher de moi. Ma main remonte le long de son dos, jusque dans ces cheveux, son visage, levé vers le mien. Je rapproche mes lèvres des siennes, les frôle, mais comme depuis le début de cette soirée, ne lui offre toujours pas plus. Tu te rappelles. Amusement, sang, torture, tentation, frustration aussi.

« Tu en as oublié un, mon ange noir »

Et sur ces mots, je m’éloigne d’elle, je m’éloigne de son visage, mais ne lâche pas son corps. Je l’entraîne avec moi, jusque derrière le matos, du DJ. Le dernier survivant. Le dernier pour t’exposer une autre manière, d’atteindre les gens. Laisse moi te guider, à travers ces dernières tortures, ce dernier meurtre. Laisse moi te faire finir ce carnage, en beauté, à ta hauteur, à notre hauteur. Ce n’est pas parce que tu es plus faible que moi, que nous, sans tes pouvoirs, que tu n’es capable de rien. Tu as juste besoin d’apprendre.

« Tu as miles façon, de pouvoir t’en prendre à lui, brise lui les hauts, déchires lui la peau, fais couler son sang, avec un peu d’imagination, tu as assez de matériel, pour rendre sa fin phénoménal, sans avoir à user de ton énergie »

J’attrape une bouteille, que je glisse dans sa main, je guide même son geste, jusqu’à exploser la bouteille, contre le matos du DJ, pour qu’il ne lui reste plus qu’un bout très tranchants. Rien qu’avec ça, tu peux faire des miracles. Tu sais ce qui te reste à faire. Le dernier, celui qui devra être notre plus belle œuvre. Ou peut-être pas le dernier. Tout dépendra si nous attendons l’arrivée des secours, ou si l’on se tire ailleurs, d’ici là. Moi ? Si t’es envie non pas changer, je n’aurais aucune honte, à te faire crier de plaisir au milieu de tous ces corps, au milieu de tous ce sang. Notre dernier, ou le début d’une très longue liste, nous verrons.

« Fais des miracles, avec son corps, et je ferais des miracles, avec mon propre corps »

Sur toi, cela va s’en dire, pour la fin de ma phrase. Quoi que, là aussi, peut-être que l’on innovera à voir. Tout dépendra de toi. Cela dépend de toi, depuis le début de cette soirée, mon ange noir.  

_________________


De folles amours, ont été la pluie qui a pénétré jusqu'au fond de mon âme, liquéfié mon coeur. Les biens, la bonne foi, la renommée, la vertu, l'honneur m'ont abandonné. J'ai fini par ne plus rien valoir. zéro.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tout ce qui n'est pas pris est à prendre
Messages : 105
Age : 30
MessageSujet: Re: Soirée explosive [Effy]   Dim 26 Fév - 0:53





Soirée explosive
Jason & Effy

La mort est partout autour de nous, douce, cruelle, plaisante. Tu les fais hurler et moi je danse, je me complais de leur malheur. Combien t’en faudra-t-il avant d’être repu ? Et moi, est-ce qu’un jour j’en aurais marre de les entendre hurler ? Non, la souffrance des autres m’apporte du réconfort. Je me moque bien qu’il en tue deux ou même quinze, qu’importe le nombre, de toute façon tout le monde doit mourir un jour, même nous. Quoi qu’on peut se poser la question à ton sujet. Après tout, depuis combien de décennies existes-tu ? C’est étonnant finalement que les siècles ne t’aient pas rendu plus fou que ça. Fermer les yeux m’aide à me convaincre de ne pas participer à leurs souffrances, car je sais que plus je verrais Jason faire et plus je serais tentée, alors autant évitée d’en arriver là.

Jason finit par délaisser ses victimes pour m’accompagner dans cette danse. Est-ce que ça te plaît, de sentir ainsi mon corps se mouver contre toi ? Quelques jours plus tôt il n’y avait qu’un seul homme qui avait droit à ça, aujourd’hui j’aimerais juste qu’il puisse nous voir et regretter. Sauf que la danse ne s’éternise pas, Jason veut voir autre chose, l’ancienne Effy, celle qui sait s’amuser, celle qui sait torturer. Finalement j’aurais mieux fait de m’écouter en début de soirée et m’orienter vers l’alcool, ça m’aurait évité de pouvoir user de mes pouvoirs, alors que là je me laisse juste guider par mon envie de faire souffrir.

Je m’approche de cet homme avec ce puissant désir de le faire hurler, de le faire payer à la place de tous ceux qui ont un jour osé me trahir, osé me faire du mal. Ce soir c’est toi pauvre humain qui en pâti. Et toi Jason, qu’en penses-tu ? Est-ce que ça te plait d’entendre ses hurlements ? De le voir souffrir ? De le voir mourir ? Une mort cruelle, comme je sais si bien les faire. J’espère que le spectacle t’aura plu, car maintenant qu’il est mort s’est terminé, même si j’aurais aimé continuer avec d'autres, mais il faut reconnaître une chose, mes pouvoirs se sont peut-être énormément développés, mais mon corps ne le supporte plus aussi bien qu’avant.

C’est tout de même avec un air séducteur que je me retourne vers Jason et me rapproche de lui. Alors, satisfait ? Tu as pu me voir à l’œuvre avec cet humain, maintenant laisse-moi me mettre à l’œuvre avec toi, n’est-ce pas ce que tu voulais après tout ? Ma main glisse sur son torse mais Jason finit par s’en emparer, rapprochant son visage du mien, me faisant ces compliments. Comme à notre rencontre, voilà ce que je voulais entendre. Je réponds à ses mots par un sourire. Tu vois Jason, tu voulais récupérer cette femme-là, il suffisait de demander, elle n’est jamais bien loin. Qu’attends-tu maintenant pour prendre les choses en main ? Décide-toi vite, avant que je ne change d’avis. Il finit par agir, me rapprocher de lui, glisser sa main le long de mon dos jusqu’à mes cheveux. Ses lèvres viennent à nouveau se rapprocher des miennes sans rien m’offrir pour autant. Tu veux faire les choses en douceur ?  Ou peut-être dans la frustration ? Ce n’est pas ce que je veux, moi c’est de sauvagerie et de certitude dont j’ai besoin.

Sauf qu’il s’arrête et évoque quelqu’un que j’aurais oublié. De quoi parle-t-il ? Il répond bien vite à ma question en m’entraînant avec lui vers le DJ. Que cherches-tu exactement ? J’aimerais mieux ne pas avoir à user une seconde fois de mes pouvoirs ce soir, autant que je garde mon énergie pour le reste de soirée, pour ce qui nous attend encore. Sauf que tu ne veux pas j’use de mes pouvoirs. Alors tu as remarqué que ça ne me réussissait plus aussi bien qu’avant... Tu crois que je peux accomplir de belles morts même sans mes pouvoirs ? Je ne sais pas, je ne l’ai jamais fait et je n’avais pas spécialement envie d’apprendre. Sa main dans la mienne, il me faut attraper cette bouteille et la briser d’un geste propre contre le matériel. Le morceau est tranchant, de quoi faire de sacrés dégâts. Je tourne doucement mon visage vers lui pour plonger à nouveau mon regard dans le sien.

- Je le tue en échange d’une chose, ne sois pas tendre.

Est-ce que tu comprendras ? Je suis sûre que oui. Tu veux que je sois sauvage avec cet humain ? Alors tu devras l’être toi aussi. Donnant donnant, c’est toujours ainsi que j’ai fonctionné. Je sais qu’il acceptera de toute façon, alors sur ces derniers mots, je quitte ses bras pour me rapprocher de l’humain suppliant et pour le faire taire, je le gifle avec ce morceau de verre, dessinant une longue balafre sur son visage. J’enfonce ensuite le morceau de verre dans son torse, mais pas au niveau du cœur, non, j’ai plutôt choisi de perforer le poumon. Sa respiration est haletante, difficile, il agonise et je pense que maintenant il ne demande plus à survivre mais simplement à mourir vite. Cet idiot n’a même pas cherché à se défendre contre toi alors qu’il aurait pu prendre le dessus, mais peut-être est-ce la présence de Jason qui l’a cloué au sol. Je finis par retirer le morceau de verre de son corps et la seconde suivante, je tranche d’un mouvement sec une entaille sur sa gorge, au niveau de l’artère. Son sang gicle sur moi mais j’admets que c’était le but, je voulais une fin sanglante et salissante. Je finis par me relever lorsqu’il a lâché son dernier souffle. Je n’essaie pas d’essuyer le sang sur ma peau, je sais que ce ne sera qu’une tentation de plus pour Jason. J’arrive devant lui et le pousse en arrière, le faisant s’asseoir sur la sono alors que je glisse mes jambes autour de sa taille, collant mon corps au sien.

- A ton tour de respecter ta parole.



codage by jacks ღ gifs from tumblr

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 11
Age : 1137
MessageSujet: Re: Soirée explosive [Effy]   Dim 26 Fév - 15:12

Soirée explosive
Effy & Jason

Voilà enfin la jeune femme que je souhaitais revoir ce soir. Cette femme, qui n’a pas peur d’offrir ces derniers instants à quelqu’un. Cette jeune femme, à la race si douce, mais qui ne ressemble pas au sien. Je n’ai jamais compris pourquoi tu étais dans cette situation, lorsque nous nous sommes rencontrés, seule, sans famille. Mais tu sais quoi ? C’est ce qui aurait pu t’arriver de mieux ! Tu n’aurais pas été heureuse, dans une vie enfermée à l’académie. Cela aurait été gâcher un don. Gâcher du potentiel. Te rends-tu compte du potentiel que tu as ? Est-ce qu’on t’a déjà dis cela. Ce serait dommage de te retenir, de commettre ce massacre avec moi, tu n’es pas d’accord ? Pourquoi t’en empêches-tu d’ailleurs ? Cela ne te ressemble pas. Mais ne compte pas sur moi, pour te laisser gâcher cette soirée. C’est vrai, j’avais prévu de m’amuser seul, lorsque je suis venu. Je pourrais continuer à m’amuser seul. Mais tu es là, tu es venu pour t’amuser, et cette manière de faire ne me plaît pas. Pas que ton corps, contre le mien, puisse être déplaisant, bien au contraire. Je t’assure qu’en temps venu, je m’en emparerais volontiers, mais ce temps n’est pas venu. Ne t’a-t-on jamais dis que le sexe, et bien meilleur, après un bon carnage ? Je ne crois même pas que l’on est besoin de te le dire. Tu as bien du t’en rendre compte toi-même. Je ne veux pas croire, que tu n’as jamais testé cela. Et je suis certaine que je ne me trompe pas. Je t’offre cet humain, profites-en, fais le souffrir, aussi longtemps que tu peux. Étonne-moi. J’ai toujours apprécié te voir faire, pour le peu que j’ai pu voir, et j’apprécierais d’en voir d’autant plus. Tu es fascinante, hypnotisante, lorsque tu uses de tes dons. Je pourrais passé des heures à t’observer ainsi, magnifique, brillante, c’est comme s’il n’existait plus que toi.


Mais ce n’est pas sans effet, sur toi, n’est-ce pas ? Pas besoin d’être devin, pour comprendre. Cette odeur affriolante dans l’air, qui réveille ma faim, ta pâleur, ton souffle court, quelques minutes. Plus tu uses de tes pouvoirs, plus tu perds ton énergie. Est-ce que tu as conscience qu’une grosse dose, pourrait te tuer ? C’est pour cela, que tu ne voulais pas intervenir ? Tu devrais apprendre à faire, d’une autre manière. Ce ne sera jamais pareil qu’avec ton pouvoir, peut-être jamais aussi douloureux, mais tu peux quand même faire de sacré dégâts, je t’assure. Alors viens avec moi, il nous reste encore un dernier humain, sur qui tu vas pouvoir faire tes preuves. Pourquoi n’es-tu pas convaincu, lorsque je te propose cette nouvelle solution ? Tu n’es pas une guerrière. Tu ne le seras peut-être jamais, mais tu peux allier ton pouvoir, à petite dose, et ta souffrance. Si tu es trop faible, pour te battre au corps à corps, use de ton pouvoir au minimum, pour le maintenir immobile, jusqu’à ce que tu le blesses assez. Tu n’as pas à tous gérer, avec tes pouvoirs, tu peux allier les deux. Cela fera même de toi quelqu’un de plus redoutable, puisque tu pourras user de ton pouvoir, plus longtemps, sans te fatiguer, sans perdre toute ton énergie. Tu gagneras, je t’en assure. Alors n’hésite plus. Profites-en, défoule toi sur lui, et tu te rendras compte que porter les coups m, toi-même peut faire un bien fou, je t’assure. Je guide ces premiers mouvements, pour attraper cette bouteille, et la briser. Tu ne trouveras pas plus tranchant ici. A toi de jouer, ma belle. Et elle ne tarde pas à commencer. Et moi, je l’observe. Tu sais quoi, Effy ? Tu es très séduisante, de manière générale, mais ce n’est encore plus visible, dans une telle situation. Te voir, ainsi, en train de faire souffrir ce type, en train de t’acharner sur lui. Tu es magnifique, avec tous ce sang, qui se répand autour de toi. Tu n’es qu’un peu plus magnifique, quand tu achèves ce gars, et que le sang gicle jusqu’à toi, pour te recouvrir de cette délicieuse odeur. Un mélange parfait, ton odeur, et celle du sang humain.

« Une vrai merveille »

Je ne lui adresse pas ces mots, c’est plus une remarque, pour moi-même. J’ignore qui est ce gars, qui n’est « plus là » mais c’est quelqu’un de bien stupide, d’avoir délaisser une femme comme toi. Quand je disais qu’il ne te méritait pas, peut-être que je me mêlais de ce qui ne me regardait pas, mais ce n’était que pure vérité. Elle se tourne vers moi, et elle ne manque pas d’agir. A mon tour de respecter ma parole, tu as raison, je ne comptais pas me défiler, de toute façon. Je suis atteins de nombre folie, mais pas celle-là. Je glisse une main, au creux de ces reins. Quitte à être proche de ton corps, autant ne pas faire cela a moitié. Ma seconde main, glisse dans ces cheveux, que je tire en arrière, sans aucune douceur, pour dévoiler son cou. Tu ne voulais pas de douceur, tu n’en auras pas. Pas de douceur, pas de tendresse, juste de la sauvagerie à l’état pur. Je dépose mes lèvres, contre sa gorge, pour lécher ces gouttes de sang, qui se sont répandu sur son corps. Délicieux, comme je l’imaginais. Je griffe sa gorge, faisant perler quelques gouttes, de son propre sang, pour ajouter une touche délicate, à ce mélange parfait. Je me redresse, léchant mes lèvres sous ces yeux, sous son regard. J’abats mes lèvres contre les siennes, la seconde suivante. J’embrasse, je lèche, je mordille ces lèvres. Sans aucune pitié. Mes doigts glissent sur son corps, jusqu’au bas de sa robe, pour la faire passer au dessus de sa tête, et découvrir un peu plus de son corps. Je l’aurais bien fais de manière bien plus sauvage, mais cette robe te rend bien trop sexy, pour que je l’abime. Mes doigts s’enfonce dans sa taille, alors que je finis par la soulever, pour lui faire prendre la place, sur cette sono, jusqu’à l’allonger. Ma mère toujours dans ces cheveux, glisse le long de son cou, sur ses épaules, au centre de sa poitrine, jusqu’à son ventre, que je griffe, laissant quelques traces de mon passage. J’espère que tu n’as rien contre ça. Tu as voulu du sauvage, tu vas en avoir, mais tu risques repartir avec certaines traces sur le corps, étant donné que tu ne guéris pas aussi vite que moi. Je croise son regard, et mes lèvres viennent découvrir sa peau. Celle de son ventre, ces bras, et bientôt, son soutien gorge fini arracher, entre mes doigts, pour venir jouer avec sa poitrine. Je lui fais subir le même sort que ses lèvres un peu plus tôt, sauf que cette fois, je mords son sein, lui permettant de goûter aux endorphines, et moi, à son sang. Est-ce que tu voulais cette morsure ? Je n’en sais rien, mais avec tes paroles, en me demandant de ne pas être tendre, tu m’as laissé avoir accès à toute ma sauvagerie. Bien vite, je m’écarte, pour venir mordre son deuxième sein. Je ne voudrais pas qu’il soit jaloux. Je goûte une nouvelle fois, à ce doux arôme, qu’est ton sang. On pourrait facilement en devenir accrocs, mon ange noir. Tellement différent de tout ce que j’ai déjà goûté. Je remonte jusqu’à son oreille, pour la mordiller.

« Délicieuse, enivrante, affriolante »

_________________


De folles amours, ont été la pluie qui a pénétré jusqu'au fond de mon âme, liquéfié mon coeur. Les biens, la bonne foi, la renommée, la vertu, l'honneur m'ont abandonné. J'ai fini par ne plus rien valoir. zéro.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tout ce qui n'est pas pris est à prendre
Messages : 105
Age : 30
MessageSujet: Re: Soirée explosive [Effy]   Dim 26 Fév - 23:09





Soirée explosive
Jason & Effy

Qu’attends-tu de moi ce soir Jason ? Du sexe ou bien du sang ? Sûrement les deux te connaissant. Pourtant je n’étais pas venue pour ça à la base, mais il semblerait que ton programme soit bien meilleur que celui que j’avais en tête. Est-ce que je regrette de le laisser me convaincre ? Est-ce que je regrette de le laisser me tenter ? Peut-être que je devrais mais non, j’en ai marre de me refreiner pour des personnes qui me tournent le dos. J’avais déjà mis du temps à passer au-dessus de la déception que m’avait causé Emrys, alors je ne perdrais pas autant de temps deux fois, plus jamais. Regarde-moi faire Jason, regarde-moi tuer cet homme. Est-ce que ça te plaît ? Il semblerait, mais tu en veux encore plus.

Je ne sais pas si je dois me sentir vexée que tu penses à ce DJ alors que je suis en train de t’aguicher, mais après tout, qu’est-ce qu’un mort de plus ? Si c’est ce qu’il te faut pour être convaincu alors soit, je te convaincrais. Faire souffrir cet homme de mes propres mains est plaisant, je ne peux pas le nier, mais ce n’est pas exactement ce que je recherche ce soir. J’ai besoin d’autre chose et je pense que tu sais très bien de quoi il s’agit. Alors je n’hésite pas à offrir une mort salissante à cet humain, je sais que plus j’aurais de son sang sur mon corps et plus je serais une tentation pour lui. Voilà, désormais celui que j’ai oublié est mort, alors maintenant respecte ta parole.

Je me rapproche de lui et le pousse à s’asseoir sur cette sono avant de venir enrouler mes jambes autour de sa taille. Je n’ai pas le moindre problème à prendre les choses en main, au contraire, les hommes ont toujours bien apprécié cette façon de faire chez moi. Ses mains nous rapprochent un peu plus et glissent sur mon corps avant de venir tirer mes cheveux en arrière. Au moins tu comprends ce que signifie le mot sauvagerie, me voilà rassurée. Quoi que je pourrais me poser la question face à la douceur de ses lèvres contre ma gorge, mais c’est avant qu’il vienne la griffer pour faire couler mon propre sang. Est-ce que le goût te plaît ? Il semblerait. Alors dans ce cas ne te gêne pas pour venir en prendre plus, ce ne serait pas plus mal de m’offrir le plaisir des endorphines, ça m’aiderait davantage à oublier.

Ses lèvres viennent pour la première fois goûter aux miennes, enfin il se décide à venir m’embrasser, un long baiser qui me rend le souffle court. Je n’avais jamais cédé à tes avances à l’époque, jamais au point de t’offrir mon corps. Il faut croire que tu es bien tombé ce soir. Ma robe tombe et je vois son regard parcourir mon corps, visiblement ravi de ce qu’il a sous les yeux. Et moi alors, n’ai-je pas le droit d’en avoir plus ? J’arrache sa chemise, faisant sauter les boutons avant de la faire glisser le long de ses bras, contrairement à toi je me moque bien d’abîmer tes vêtements. Mes mains caressent sa peau et si j’ai l’idée de venir goûter son sang, c’est lui qui agit le plus vite.

Je me retrouve allongée à sa place sur cette sono et sa main qui glisse sur mon corps, ses ongles qui me griffent, c’est plaisant, revigorant. J’ai toujours apprécié la sauvagerie, mais lui au moins n’essaie pas de préserver mon corps, contrairement aux autres. Au moins je garderais une trace de ton passage et je suis persuadée que cette idée te plaît. Mon soutien-gorge ne tarde pas à disparaître et finalement il vient m’offrir cette morsure. Ces morsures. Je n’arrive pas à retenir ce léger cri de s’échapper de mes lèvres lorsque ses canines viennent percer une seconde fois ma poitrine, un mélange de violence, de douceur et de plaisir. Les endorphines ne tardent pas à agir, à me faire tourner la tête, à me donner encore plus envie de lui et ses mots qu’il vient murmurer à mon oreille n’arrangent pas les choses. Je pense que tu as assez pris les choses en main jusqu’à présent, à mon tour maintenant. Je place ma main sous son menton pour le pousser à relever son visage vers moi, à croiser mon regard alors que je prononce ces mots.

- Et encore tu n’as rien vu.

Oui je sais parfaitement ce que je vaux et je ne me retiens pas de me vanter. Si ce premier avant-goût t’a plu alors attends donc de découvrir la suite. As-tu déjà laissé une moroï te mordre en toutes ces années d’existence ? Je ne serais pas contre être la première, mais sinon je me contenterais d’être la meilleure expérience. Je m’attaque à la ceinture de son pantalon pour le lui retirer, comme prévu il ne porte rien en dessous, voilà qui est parfait. Ma main glisse sur son membre pour y effectuer quelques petits allers-retours tandis que mes lèvres embrassent son torse, descendant jusqu’à son flanc pour venir le mordre et m’abreuver de son sang. Je suis persuadée que ce mélange entre ma main et ma morsure doit le rendre fou. En tous cas son sang est délicieux. Au moins avec ça je risque vite de retrouver toute l’énergie que j’ai perdue en usant de mes pouvoirs. Je continue de boire jusqu’à ce que je sente mes propres blessures se refermer complètement et finalement je relève mon visage vers le sien. Ma main effectue toujours ce même mouvement alors que je viens embrasser ses lèvres, lui faisant goûter son propre sang. Puis finalement je recule mon visage du sien et ne me retiens pas de lui glisser cette petite provocation.

- Mon corps n’a plus la moindre trace de ton passage, c’est à se demander si tu l'as vraiment possédé.



codage by jacks ღ gifs from tumblr

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Soirée explosive [Effy]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Soirée explosive [Effy]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Jour 5] Une soirée... explosive [pv Recall et une ou deux autres personnes si vous voulez]
» Début de soirée en milieu hostile ...
» Une soirée à l'auberge (libre)
» Fin de Soirée improvisée Sophie /Virginie
» 2eme soirée "So glam" [ ouvert a tous ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vamp Academy :: Autres lieux :: Les montagnes-
Sauter vers: