Forum d'écriture privé
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Retrouvailles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 8
MessageSujet: Retrouvailles   Lun 20 Fév - 0:21


Retrouvailles

Promesse & Lorenzo

Où es-tu Promesse ? Voilà trois jours que je suis arrivé et toujours aucune trace de toi, pourtant je suis un bon traqueur et je te connais bien, je devrais te retrouver. Sais-tu que l’académie pense déjà à m’attribuer un nouveau moroï ? Je ne suis pas sûr d’accepter, je n’ai pas envie de devoir tout recommencer avec quelqu’un d’autre, je n’ai pas envie d’avoir à m’occuper de la sécurité de quelqu’un d’autre que toi. Certaines personnes ne m’ont pas reconnu quand je suis revenu, apparemment j’ai pris un coup de vieux là-bas, faut dire que la guerre ça ne rajeunit pas, ça ne laisse que des cicatrices sur le corps et dans l’esprit. Et toi Promesse, qu’as-tu donc vécu pendant mon absence ?

Ce soir j’ai décidé d’aller tenter ma chance près de la cascade, je sais que c’est un endroit que Promesse apprécie particulièrement, elle s’y rend souvent quand quelque chose la tracasse et qu’elle a besoin de calme pour réfléchir. C’est aussi un endroit particulièrement beau, alors peut-être que juste pour le plaisir des yeux elle s’y rend toujours. Y seras-tu ce soir ? Je l’ignore, mais je ne perds rien à essayer de toute façon. Est-ce que j’oserais user de ce pieu ou de ce revolver cachés sur moi contre toi ? Ça aussi je l’ignore. Je ne sais pas quoi faire de la situation Promesse et c’est une chose que je n’apprécie pas particulièrement.

J’arrive enfin à la cascade et il faut croire que ce soir j’ai enfin eu de la chance parce que je la trouve, seule, ce qui est d’autant plus à mon avantage. Je l’observe de loin, faisant en sorte de ne pas me faire repérer. Je la regarde, silencieuse, perdue dans ses pensées. Quelque chose semble te tracasser Promesse, de quoi s’agit-il ? Je continue de la fixer, tu m’as l’air de ne pas avoir changé, au-delà de cette peau plus pâle et de ce contour rouge autour des yeux. J’aimerais croire que tu es restée la moroï que je protégeais. Selon mon devoir j’aurais dû t’attaquer normalement, pourtant je n’en fais rien, je me contente juste de quitter les arbres pour me rapprocher de toi et te dévoiler ma présence.

- Bonsoir Promesse.

Je la vois se retourner vers moi et me porter toute son attention. Es-tu heureuse de me revoir ? Etonnée ? Enervée ? Je ne saurais le dire. Plus je t’analyse et plus je me rends compte de tes différences maintenant. Quelqu’un t’a détruite Promesse, je le vois dans tes yeux, on t’a fait du mal, on t’a fait perdre foi en ce monde. As-tu aussi perdu foi en moi ? Je m’approche encore de quelques pas, prenant le risque d’une réaction brusque, je saurais me défendre de toute façon. Je m’approche jusqu’à m’arrêter juste en face d’elle et tends doucement ma main vers son visage. Je ne cherche pas à l’attaquer, je dépose juste ma main contre sa joue dans un geste tendre. T’as peau est bien plus froide que dans mes souvenirs...

- Tu as bien changé, il semblerait que j’ai manqué beaucoup de choses.

Vas-tu me les raconter ? Vas-tu me laisser t’aider ? Vas-tu au contraire me considérer comme un ennemi ? C’est ce que je devrais faire, t’attaquer, faire de toi ma prisonnière ou mieux encore, te tuer. C’est ce qu’on me demande de faire mais là, ce soir j’en suis bien incapable. Pourtant quelques années auparavant je n’aurais pas hésité, mais il semblerait que tu ne sois pas la seule à avoir changé, même si de mon côté c’est un peu moins flagrant.

- Je t’avais promis de revenir. Je t’avais demandé de faire attention. Qu’a-t-il pu bien se passer Promesse pour que tu te sois transformée ?

Et surtout pour que tu aies accepté cette vie d’immortelle. Est-ce que tu te plais ainsi ? Est-ce que tu tues souvent ? Est-ce que tu aimes ça ? Je me pose des tas de questions à ton sujet Promesse et selon les réponses auxquelles j’aurais droit, peut-être que je ne resterais plus dans ton camp.

Code by Fremione.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mignonne petite poupée blonde
Messages : 58
Age : 27
MessageSujet: Re: Retrouvailles   Lun 20 Fév - 10:28

Retrouvailles
Lorenzo & Promesse

« Ce sont dans les choses simples de la vie que l’on trouve le plus de pureté et ce sont ces même choses qui sauront nous rendre heureux… Le bonheur étant fait de gestes spontanés et vrais, de paroles simples et sans détours, d’actes sincères et purs… »


Son choix est fait, et au vu de celui-ci, je devrais m'en réjouir. Disons qu'en quelques sortes, c'est le cas. Je m'en suis réjouie, d'autant plus que je ne pensais pas, qu'il finirait par prendre cette décision. Alors cela à de quoi me ravir. Mais, disons que j'ai dû mal à me sortir de la tête, ces images, d'eux, du plaisir, qu'elle a pu ressentir, à ces côtés. Je n'arrive pas à me sortir de la tête, ces images, de ces mains, caressant son corps. Et je crois que je n'arriverais pas à le faire, tant que je n'aurais pas tuer cette femme. De mes propres mains, j'entends. A vrai dire, je réfléchis à cette éventualité, depuis un certains temps. Mais c'est une décision que je ne peux pas prendre sur un coup de tête. Je ne peux pas permettre, que notre derrière rencontre, se réitère, et que je perde l'avantage. Pire, que je frôle ma propre perte. Je dois être sur de ce que je fais, et cela signifie, que je ne dois pas me précipiter tête baissée, et encore moins, me laisser aveugler par ma haine. En gros, je dois encore laisser passer quelques jours, pour que ma blessure, au fond de mon cœur, disparaisse. Mais après ça, je n'hésiterais pas à agir. Mais aujourd'hui, j'ai juste décider d'aller me balader. Rester enfermé ici, me rend dingue. C'est calme, tranquille. Peut-être trop, pour que j'arrive à faire autre chose, que ruminer mes sombres pensées. J'ai attendu la tombée de la nuit, pour sortir. Un bain de sang, m'aurait fais un grand bien. Faut dire que cela à de quoi décrisper n'importe quel vampire, en général, mais ce soir, ce n'est même pas vers ça, que je me dirige. Je suis assez étonné, de découvrir moi-même, ou mes pas me mène, vers la cascade. C'est vrai, c'est un lieu où j'ai toujours apprécier me rendre, mais où je n'ai pas chercher à mettre les pieds, depuis un sacré moment. A vrai dire, depuis ma transformation, je n'avais plus vraiment ma place ici. Ou disons que les raisons pour lesquels je venais ici, n'avait plus lieu d'être.

Je reste de longue minute, plantée, devant cette cascade. J'avais cru que venir dans un endroit comme celui-ci, me ferait encore replonger dans mes pensées, mais au contraire. Je prends un certain plaisir, à me vider l'esprit, à me retrouver juste là, à écouter le bruit de la cascade, l'odeur qui s'en dégage. C'est apaisant, même pour quelqu'un comme moi. J'en avais oublié à quel point cet endroit pouvait me faire du bien, lorsque je venais, à l'époque. Je suis tellement perdu, dans toutes ces idées, que je n'ai même pas pris attention au bruit de pas, qui s'approchent. Ni à l'odeur humaine, qui est venu se mélanger à celle de l'eau fraîche. Je ne me rends compte que je ne suis plus seule, lorsque la tonalité de cette voix, résonne à mes oreilles. Une voix que je reconnais, à ces quelques mots. Ou plutôt, à mon prénom, toujours prononcer avec autant de douceur, mais cette fermeté, qui le caractérise. Lorenzon. Voilà bien longtemps que je n'avais pas penser à toi. Mais surtout, ne t'en vexe pas, je n'ai pas eu beaucoup d'occasion, à cela. Lorsque je croise son regard, je ne peux m'empêcher d'apercevoir tous ces changements. Ton regard, n'est plus le même, quelque chose à changer. Comme si tu possédais une haine, au fond de toi. Envers qui ? Envers moi ? Ou est-ce autre chose ? Tu n'as plus l'air de prendre goût, à la vie, comme tu arrivais si bien à le faire, avant. Même tes traits, sont plus durs, plus tirés. Que s'est-il passé, au juste ? Tu me poses la même question, avec ces gestes tendre,s, qui t'ont toujours caractérisé. A vrai dire, je n'ai jamais chercher à savoir, si tu te comportais comme ça, avec n'importe qui, ou si j'étais la seule. J'aimais bien, à penser que j'étais l'unique personne, à avoir droit à de tel privilège. Tu ne devrais pourtant pas faire ça, aujourd'hui. Ça n'en sera que plus douloureux, lorsque tu prendras conscience que je ne suis plus la même, lorsque tu comprendras que je suis ton ennemi. A moins que tu es changé, au point de ne plus défendre les tiens, d'accepter ma nature, d'accepter ces meurtres, mais j'en doute. Très peu de gardiens acceptent cela.

« La vie change. L'avenir change. J'ai dû m'adapter »

Je ne crois pas que tu es envie de savoir, ce qu'il s'est passé. Tu t'en voudrais, de ne pas avoir été là pour me protéger. Tu t'en voudrais, de ne pas avoir été ce gardien, à mes côtés, ce soir là. Cela ferait naître une rage en toi, envers Adalrik, pour m'avoir pousser à de tel extrémité, pour avoir tuer ma sœur. Or, malgré toute la souffrance que je peux avoir, à chaque pensée pour lui, il reste mon créateur, une partie de moi. Donc si tu viens à le détester lui, tu viens à me détester moi. Parce qu'aujourd'hui, je suis sa copie conforme, j'ai tout appris de lui. Je pose ma main, sur la sienne, pour la faire glisser de ma joue, à mon cœur.

« Une transformation, ne change pas une personne, Enzo. Toutes ces heures de cours n'étaient qu'une perte de temps, et de véritable bobards. Je suis plus forte, plus rapide, mais je suis toujours la même. Promesse, avec quelques améliorations »

Ce n'est pas la vérité, mais j'ai tous les intérêts à ce qu'il pense mes paroles véritables. Je n'oublies pas ce que nous avons partagé ensemble, à l'époque. Je n'oublie pas ce que tu as été pour moi, l'aide précieuse que tu m'as apporté, durant un long moment, tes conseils. Je n'oublie pas, cela, ni la personne formidable que tu es. Je ne veux pas non plus te blesser. Je déteste avoir à te mentir, mais je ne veux pas qu'une guerre s'enclenche entre nous. Elle nous détruirait, tous les deux. Alors il va falloir que tu me fasses confiance, que tu crois en moi, comme à l'époque. Et je te ferais confiance en retour. Je m'approche de lui, pour déposer un délicat baiser, contre sa joue. Tu as changé, au point de me tourner le dos ?

« J'ai perdu ma sœur, je ne pourrais jamais revoir mes parents.. Ne m'abandonnes pas, toi aussi, pas une seconde fois »

C'est mesquin, de jouer là-dessus, j'en ai conscience. D'autant plus que je suis presque certaine, de le faire céder avec cette simple phrase. Je sais, qu'au fond, tu dois regretter d'être parti, de m'avoir laisser, vu où j'en suis aujourd'hui. Ce n'est pas pour rien, que j'ai rajouté ces quelques mots, à la fin. Pas une seconde fois. Rappelle toi, à quel point la séparation à été une déchirure pour moi, à l'époque.


_________________

THE QUEEN AND HER KNIGHT ⊹ YOU’RE BRAVE, AND KIND, AND HONOURABLE. ANY WOMAN WOULD BE FORTUNATE TO BE LOVED BY YOU— Pascal Quignard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 8
MessageSujet: Re: Retrouvailles   Lun 20 Fév - 20:00


Retrouvailles

Promesse & Lorenzo

C’est un peu étrange de la revoir après tout ce temps, j’ai l’impression d’avoir manqué bien trop d’années de sa vie, pourtant je ne suis pas complètement heureux de la retrouver, pas dans cet état en tous cas. Pourquoi t’ont-ils fait cela Promesse ? Qui sont-ils ? Que te voulaient-ils ? Si tu savais le nombre de questions qui se bousculent dans ma tête, mais au fond je ne suis pas sûr qu’elles soient si importantes que cela, puisque de toute façon elles ne changeront rien au fait que tu es une strigoï. Est-ce qu’au moins tu me permettrais de te venger de ceux qui t’ont rendu ainsi, ou est-ce que tu te trouves désormais dans leur camp ? Là encore je crois que la réponse ne me plairait pas.

Je m’approche d’elle, malgré le risque, je n’ai pas peur de son impulsivité. Je sais que même si elle peut m’en vouloir, elle ne me tuera pas, en mémoire du passé. Je caresse tendrement sa joue, je crois qu’au fond j’ai besoin de ce contact, savoir que je t’ai retrouvé, même si au fond ce n’est pas vraiment le cas. Je ne t’ai pas trouvé Promesse, je t’ai perdu dès l’instant où ils ont fait de toi ce que tu es, mais cette vérité là je n’ai pas envie de devoir y faire face. Tes mots sont concis et clairs, tu as raison, il faut s’adapter à la vie, mais penses-tu que c’est ce que tu fais ? Etre strigoï n’a jamais été un état que tu envisageais dans ton ancienne vie, aujourd’hui on dirait que ça ne te dérange pas.

- Pardonne-moi de rester attaché au passé, tout me paraissait bien plus simple quand tu étais encore moroï.

Au moins je n’avais pas à être tiraillé sur ton avenir, je devais te protéger et je le faisais avec joie. Aujourd’hui on me demande de te tuer et je ne suis pas sûr d’en être capable, pas alors que je n’en ai pas la moindre volonté. Sa main se pose sur la mienne dans un geste doux, bien caractéristique de la Promesse que je connaissais, ce qui me donne un mince espoir que tu sois toujours cette personne. Ma main se retrouve posée contre son cœur que je sens battre. Oui, tu es bien vivante, mais ce n’est plus vraiment toi. Tu aimes ta nouvelle vie. Tu aimes l’état actuel des choses. Tu aimes être cette strigoï. Une Promesse avec quelques améliorations ? C’est peut-être ce que tu crois mais moi je n’arrive pas à être de cet avis. Je ne réponds pas, me contentant de laisser ma main retomber le long de mon corps, rompant ce contact avec elle.

Je tente de rester impassible face à elle, de ne pas laisser échapper la moindre émotion. Comment pourrait-elle les comprendre de toute façon alors que même moi je ne sais pas où j’en suis ? Je ne sais pas si je suis heureux de la revoir ou déçu de la voir apprécier cette vie. Elle ne voudra pas de mon aide. Elle ne me laissera pas la convaincre de revenir vers une meilleure voie, c’est ce qu’elle me fait ressentir. Tu aimes la puissance Promesse mais le problème avec la puissance, c’est que ça a tendance à rendre les gens mauvais. Pourtant avec moi tu es toujours aussi douce, aussi calme, j’ai même droit à ce baiser contre ma joue. Serait-ce pour m’amadouer ? Me convaincre de rester dans ton camp ? Ou peut-être juste un baiser de retrouvailles. Je ne sais pas vraiment.

Elle prononce alors ces mots qui me touchent bien plus que je ne l’aurais souhaité. On ne m’avait pas mis au courant de la perte de ta sœur. Etait-ce le même soir ? Je l’ignore mais je ne lui pose pas la question, je me renseignerais à l’académie. Puis alors elle me demande de ne pas l’abandonner à nouveau, accentuant ma culpabilité, me faisant me raidir. J’aurais dû être là pour toi à l’époque, mais aujourd’hui tu m’en demandes sans doute trop Promesse. Je n’ai pas le droit de protéger une strigoï, même si c’est toi... Mon regard plongé dans le sien, c’est à mon tour de prendre la parole.

- Je suis censé te tuer Promesse. C’est ce qu’ils attendent de moi, c’est ce que tous mes principes devraient me pousser à faire.

Pourtant comme tu peux le voir je n’en fais rien. Je ne suis pas à la hauteur d’une telle mission, je ne pourrais pas l’accomplir et au fond, si je voyais quelqu’un attenter à ta vie, même là je ne pense pas être capable de laisser faire. Que veux-tu, mon instinct protecteur envers toi est toujours aussi fort.

- Est-ce que tu es vraiment comme eux ?

Est-ce que tu es vraiment comme tous les strigoïs ? Est-ce que tu tues uniquement pour te nourrir ou parce que tu y prends plaisir ? Est-ce que tu tortures ? Est-ce que tu n’as aucune pitié pour les innocents ? Dis-moi Promesse... Dis-moi que même si tu es une strigoï, tu n’es pas exactement comme tous ces montres.

Code by Fremione.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mignonne petite poupée blonde
Messages : 58
Age : 27
MessageSujet: Re: Retrouvailles   Lun 20 Fév - 22:04

Retrouvailles
Lorenzo & Promesse

« Ce sont dans les choses simples de la vie que l’on trouve le plus de pureté et ce sont ces même choses qui sauront nous rendre heureux… Le bonheur étant fait de gestes spontanés et vrais, de paroles simples et sans détours, d’actes sincères et purs… »


Je ne m'attendais pas à te voir ici, Enzo. A vrai dire, je ne m'attendais pas à te revoir un jour. C'est vrai, tu m'avais fais cette promesse, que tu reviendrais. Tu m'avais fais promettre de t'attendre. C'est ce que je faisais. De toutes mes forces. Tu n'imagines pas à quel point, je comptais les jours, dans l'espoir que tu reviennes. Nous n'avons jamais aucun véritable lien de parenté. Aucun lien de sang. Mais tu as toujours été bien d'avantage qu'un gardien, à mes yeux. J'avais une entière confiance en toi. Tu étais cette personne, à qui je confiais mes craintes, même lorsque ma sœur ne me semblait pas être cette personne, capable de m'écouter. C'était vers toi, que je me tournais, et pourtant, tu sais, mieux que personne, à quel point j'ai pu être proche de ma sœur. Sais-tu ce qui s'est passé pour elle ? Sais-tu qu'elle n'est plus de ce monde, aujourd'hui ? Même si je ne peux plus en vouloir à Adalrik, des fois, je repense à cette soirée, et je me dis, que l'inverse aurait pu être possible. Que j'aurais pu être, celle qui est morte, ce soir là, et que ma sœur aurait pu être transformé.. Je ne sais même pas pourquoi c'est moi, qui a été choisi, au fond, et même si je réussissais à mettre la main sur Emma, je ne lui demanderais pas. Je crois que je n'ai pas envie de connaître la réponse, je préfère m'imaginer, mes propres raisons. Me dire que ce n'est pas juste un choix du hasard.

Je te pardonne, Enzo, pour la simple est bonne raison, que ce que tu dis, n'est que vérité. Moi-même, je ne peux pas nier ce point. Est-ce que tu me considérerais comme plus humaine, si je te dis que des fois, quand ça merde, je repense à ma vie humaine, à ce qu'elle aurait pu être. A mon bonheur, avec Gale, à toi, à ma sœur. C'était compliqué, et à la fois, bien plus simple qu'aujourd'hui. On formait tous une belle famille. On était heureux, et aujourd'hui, je ne peux même plus compter sur toutes ces choses. Ma sœur est morte. Cela m'est impossible, de revoir ma famille, qui me jetterait la pierre, dès qu'il me verrait. Tu n'as pas l'air de vouloir m'accepter, non plus, et c'est pourtant avec toi, que j'ai de l'espoir. L'espoir de te faire changer d'avis. Je sais, même si tu t'efforces de cacher chacune de tes émotions, que mes mots, mes gestes, ne te laisse pas froid. Toi aussi, tu as de l'espoir, l'espoir de me récupérer, comme avant. Je n'ai pas envie, de briser cet espoir, et pourtant, je sais qu'il n'aboutira pas. Cette douceur, j'arrive encore à l'avoir, avec toi, avec quelques personnes, mais ce n'est plus ce qui me caractérise. Cela te paraît compliqué, mais ça peut encore devenir simple, tu pourrais me rejoindre, devenir comme moi, connaître toutes ces sensations, et pouvoir être à mes côtés.

Je fais glisser sa main, au niveau de mon cœur. Vois, que je suis toujours vivante, vois, que j'ai toujours un cœur. Est-ce que je suis la même, qu'autrefois ? Non, mais j'ai besoin que tu crois à cela, pour te convaincre, pour que tu cesses de douter. Et puis, ce n'est qu'à moitié, un mensonge, cette fille, que tu as connu, ne la retrouves-tu pas, face à toi ? Fais impasse sur ma peau blanche, mes yeux rouges, mes canines plus longues. Et ce que tu verras, c'est qu'à ton contact, je reste cette fille. Mais tu n'en ai pas convaincu. Je le vois, dans ton regard, dans ta gestuelle. Tu ne laisserais pas retomber ta main, si tu étais convaincu, de ma sincérité. Je regrette déjà, ce que je vais faire. Je regrette d'avoir à jouer sur sa culpabilité. Pardonne-moi, de vouloir te garder à mes côtés. J'étais attaché à toi, je le suis toujours, malgré mes changements, et c'est pour cette raison, que je souhaite que tu me rejoignes. Que tu puisses continuer à exister, à mes côtés. Nous étions très proche, à l'époque, permets-moi de retrouver cela. Oui, tu devrais me tuer, comme je devrais te tuer. C'est nos principes, pas nos valeurs, Enzo.

« Mais tu ne me tueras pas. Comme je ne te tuerais pas, malgré ma nouvelle nature. Nous n'avons pas besoin d'être ennemi, Enzo. Tu n'as pas besoin d'être comme eux »

Tu n'as pas besoin de m'attaquer, je n'ai pas besoin de faire de toi, mon repas du soir. Les règles voudraient que l'on s’entre-tue, mais nous ne sommes pas dans l'obligation de les suivre, n'es-tu pas d'accord avec moi ? Tu me poses alors cette question, et je ne suis pas sur que cela m'aide, à vrai dire. Est-ce que je suis comme eux ? Comme eux, qui ? J'ai dis vrai, Enzo, l'espèce, ne fait pas la personne, je connais des moroïs, pire que moi, comme je connais, des strigoïs, qui ne ferait pas de mal à une mouche. Et je ne serais même pas me situer là-dedans. A vrai dire, c'est assez compliqué. Ta question pourrait avoir miles sens, et en même temps, aucun. Et temps qu'elle restera aussi vague, je ne répondrais pas, parce que cela ne m'apporteras que des préjudices. Et ce n'est pas dans mes plans, que tu te retournes contre moi.

« Qu'entends-tu par là ? »

Dis-le, j'ai besoin de t'entendre dire que tu veux savoir si je suis en mesure de tuer des humains, je veux t'entendre me demander, si je suis devenu un monstre. Je veux savoir, si tu es capable de me voir de cette façon, ou si tu te défileras, avant ? Sais-tu, à quel point, de simple question, comme celle-là, pourrait remettre en cause tous notre avenir ? Je ne crois pas. Parce qu'au fond, tu ne crois pas, qu'un avenir puisse encore être possible, pas pour notre relation, en tout cas. Tu ne t'en rends pas compte, parce que tu ne veux pas croire en cela, mais tu me catalogues déjà comme un monstre. Et au fond, tu as raisons. Je ne peux même pas prétendre que cela me fait de la peine. Je m'approche de lui, et je prends conscience d'une chose. Aujourd'hui, nos rôles sont inversés. Il a toujours eu la position de force. Toujours été celui, de nous deux, capable de casser l'autre, dans un faux mouvement, mais aujourd'hui, ce n'est plus vrai. Il est loin d'être faible, mais je me rends compte, lorsque je pose ma main, contre sa joue, que je pourrais lui briser la nuque, d'une simple pression. Il ne verrait même pas le geste venir. Tu es partagé, Enzo. Entre deux images de moi. Celle qui me voit déjà comme un monstre, capable de commettre d'horrible chose, et l'image de la jeune femme fragile, et douce, que j'étais à l'époque. Celle à qui tu fais encore confiance, et c'est ce qui aurait pu te faire défaut, si j'étais devenu ton ennemi. Tu as de la chance, que je ne le sois pas, que je n'ai pas voulu t'attaquer dans le dos. Je serais curieuse de savoir, si tu serais capable de me blesser, si je venais à t'attaquer. Mais nous ne le serons jamais. Je caresse sa joue, du bout des doigts, mon regard dans le sien.

« Suis-moi, laisse-moi te montrer, ce qu'est ma vie, aujourd'hui, et après, tu pourras te faire un avis, par toi-même »

Je te promets, que je n'essaierais pas de t'influencer, avec une quelconque hypnose. Je te promets aussi, qu'il ne t'arrivera rien. Personne ne s'attaquera à toi. Personne que je connais, en tout cas, et dans le cas contraire, je ferais mon possible pour que ta vie soit sauve. Tu m'as toujours protéger, laisse-moi le faire pour toi, le temps de quelques heures. Le temps que tu découvres, ce que je suis devenue, que tu comprennes, que malgré tout ce que l'on nous apprendre, en cours, il n'existe pas que du mauvais, dans cette vie. C'est aussi, bien d'autre chose. C'est aussi pouvoir protéger ceux qu'on aime, avec une nouvelle puissance. C'est aussi, pouvoir gagner des années, avec les personnes qu'on aime. N'aimerais-tu pas, pouvoir rattraper le temps perdu, à mes côtés ? N'aimerais-tu pas pouvoir me protéger, jusqu'à la fin de ta vie. Ne pas avoir à devenir trop vieux, et incompétent. Parce que voyons les choses en face, même si j'étais resté moroï, tu es plus vieux que moi, et serait venu le jour, où tu n'aurais plus été en mesure d'être mon gardien. Tu peux éviter tout ça, tu peux rester à mes côtés, être ce père, ce frère, que j'ai toujours vu en toi, même dans l'immortalité. C'est ce que je compte te faire comprendre, ce soir. A condition que tu acceptes de me suivre. Que perdrais-tu, de toute façon ? Tu n'as aucune raison, de refusé. Tu gagneras tout, à voir de toi-même, à voir de tes propres yeux.

« Laisse-moi te prouver que je n'ai pas changé, que je suis toujours ta Promesse »

Je fais exprès, d'user de ce petit qualificatif. Ta. La tienne. Celle que tu protégeais, celle que tu couvais, comme ta fille. Celle que tu aimais, celle que tu aimes toujours. Laisse-moi te montrer, que tout peut redevenir comme avant, mieux encore.


_________________

THE QUEEN AND HER KNIGHT ⊹ YOU’RE BRAVE, AND KIND, AND HONOURABLE. ANY WOMAN WOULD BE FORTUNATE TO BE LOVED BY YOU— Pascal Quignard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 8
MessageSujet: Re: Retrouvailles   Mar 21 Fév - 22:59


Retrouvailles

Promesse & Lorenzo

Que faisons-nous là Promesse ? Normalement nous devrions chercher à nous entretuer, peut-être que ce ne serait pas plus mal au fond, que nous mourrions tous les deux, au moins nous serions enfin en paix. Sauf que toi tu es encore bien trop attachée à la vie, alors tu ne me laisseras jamais te porter de coup fatal, pas sans chercher à te défendre. Est-ce que j’aurais préféré que tu meurs cette nuit-là plutôt que tu te transformes ? J’admets ne pas avoir la réponse à cette question. D’un côté je suis heureux que tu ne sois pas morte mais de l’autre je ne pense pas que revenir à la vie sous cet état soit vraiment mieux, au contraire. Pourtant tu as raison, je ne te tuerais pas et tu ne me tueras pas non plus. Pas ce soir en tous cas. Aujourd’hui je n’en ai pas la force mais qui sait, peut-être que si demain je te vois te nourrir au cou d’un enfant alors je pourrais revoir ma position, je me sentirais obligé de t’arrêter.

- Sauf que je suis comme eux Promesse, je l’ai toujours été, j’ai toujours chassé ton espèce. Je ne suis pas sûr de pouvoir changer qui je suis, pas même parce que tu me le demandes.

Après tout c’est toi qui as changé, c’est toi qui es passée d’un camp à l’autre et tu sais que je n’approuve pas, que même si je ne te tue pas, je ne suis pas pour un tel changement. Alors pourquoi est-ce que ce serait à moi de m’adapter ? Je n’ai pas envie d’être ton ennemi, mais ne me demande pas pour autant l’impossible, si tu blesses devant moi je t’arrêterais, ne doute jamais à ce propos. Mais si tu es différente d’eux, si c’est toi qui t’adaptes Promesse alors nous n’avons pas à être ennemis. Voilà pourquoi j’ai besoin de savoir si tu es vraiment comme eux, mais au lieu de ça j’ai le droit à une autre question en réponse.

Qu’est-ce que j’entends par là ? J’ai besoin de savoir si tu es un monstre ou non Promesse, voilà ce que j’entends vraiment par-là, mais évidemment je n’en dis rien, je serais incapable de la blesser, même par mes mots. Alors je suppose que je n’aurais pas de réponse à mes interrogations, puisque je ne surenchéris pas et me contente de garder le silence, mais je le découvrirais tôt ou tard par tes actes. Je saurais alors dans quelle catégorie te placer. Je la vois tendre sa main vers ma joue alors que je reste immobile. Je devrais probablement rester sur mes gardes, être prêt à riposter à la moindre attaque de sa part mais je sais qu’elle n’en fera rien, et soyons honnête au pire des cas elle m’offrirait simplement mon salut à travers la mort.

Où veux-tu que nous allions Promesse ? Où veux-tu m’emmener ? Je fronce légèrement les sourcils, quelques secondes à peine. Je réfléchis à cette proposition. Est-ce un piège pour m’encercler avec tes nouveaux amis strigoïs ? Est-ce un désir de me montrer quelque chose sur lequel je fermerais les yeux ? Tu veux me montrer ta nouvelle vie, mais au fond je pense déjà savoir ce qu’elle doit être. Néanmoins je ne suis pas du genre à refuser une proposition, surtout lorsqu’elle vient de toi et encore moins quand tu surenchéris avec ces mots. Je devrais peut-être me méfier de toi tout compte fait, tu cherches à t’immiscer dans mon esprit Promesse et ça je l’ai bien remarqué. Heureusement pour toi je suis du genre à prendre des risques et te dire oui à tout, alors profite, parce que ce sera peut-être la dernière soirée où nous serons dans le même camp, tout dépendra de toi.

- Montre-moi, mais autant t’avertir, au moindre danger je réagirais, que ce soit pour ma vie ou celle de quelqu’un d’autre.

Si toi ou tes amis essaient de me tuer je frapperais en premier. Si toi ou tes amies essaient de faire du mal à un être humain, un moroï ou un dhampir, je frapperais encore en premier. Alors tu peux essayer de me faire découvrir ta nouvelle vie Promesse, mais autant que tu sois au courant des risques que tu prends pour toi et tes camarades, car eux je n’hésiterais pas une seule seconde à les tuer, peu importe si ça te blesse.

- Je te suis.

Code by Fremione.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mignonne petite poupée blonde
Messages : 58
Age : 27
MessageSujet: Re: Retrouvailles   Dim 26 Fév - 22:25

Retrouvailles
Lorenzo & Promesse

« Ce sont dans les choses simples de la vie que l’on trouve le plus de pureté et ce sont ces même choses qui sauront nous rendre heureux… Le bonheur étant fait de gestes spontanés et vrais, de paroles simples et sans détours, d’actes sincères et purs… »


Est-ce que tu es comme eux ? Non, je ne crois pas cela. Tu veux t’en convaincre. Tu appartiens à leur espèce, tu chasses la mienne, mais cela ne signifie pas que tu es comme eux. Et ce n’est pas parce que je suis un Strigoï, que je suis comme eux. Nous sommes différents, Enzo, et nous pouvons continuer à préserver notre relation. Avec quelques différences, certes, puisque je ne suis plus ta moroï. Mais plus que mon gardien, tu as toujours été un père, un frère, mon pilier. Nous ne sommes pas obliger d’abandonner cela. Nous pouvons le conserver, nous devons juste le vouloir, ensemble. Pas juste moi, toi aussi, tu dois croire à cela. Tu dois croire en nous. Tu sais, que je ne t’abandonnerais pas. Je ne serais pas rester ici, sinon. Je n’aurais pas fais perdurer notre rencontre. Je n’ai pas souhaité revoir mes parents. Même Gale, je les accueillis de manière bien différente. Mais toi.. Toi, je reste là. Parce que je ne peux pas juste tourner le dos, comme si tu n’étais pas venu me trouver, comme si tu n’étais pas revenu. Je ne suis peut-être plus la moroï que tu protégeais, mais je n’en oublies pas ma peine, lorsque tu es parti, ces semaines de tristesse, ou je ne voulais rien d’autre, que rester enfermer dans mon coin. Cet espoir, que tu reviennes, jour après jour. De pouvoir retrouver tes conseils, tes bras réconfortants, quand plus rien ne va. Je n’oublie pas tous ça, et ce n’est pas parce qu’aujourd’hui, je suis une Strigoï, que je ne veux pas préserver cela, avec toi. J’aurais toujours besoin de toi, de tes conseils.

« Je ne veux pas que tu changes, je ne voudrais jamais cela.. Je suis peut-être une Strigoï, Enzo, mais je suis toujours celle que tu as connu, je suis d’abord, ta protégée »

Du moins, celle que tu étais censé protéger. Tu vois ? C’est ce que j’essaie de te dire. Si j’étais cruelle, si j’étais un monstre, comme ce qu’on nous apprend, en cours, la seule chose que je désirerais, c’est me venger de toi. Me venger, de ton incompétence, parce que tu n’étais pas là, ce soir, où j’ai eu besoin de toi. Je souhaiterais me venger, parce que tu as préférer aller risque ta vie, là-bas, alors que j’avais besoin de toi. Mais non, je ne t’en veux pas, parce que je sais, que ce n’était pas ton choix. Parce que je préférais que tu sois là-bas, qu’avec moi, ou tu te serais sans doute fais tuer. Tu peux dire ce que tu veux, Enzo, mais nous ne sommes pas tous pareil. Alors fais moi confiance, ou essaie, au moins. Essaie de comprendre, que je ne peux pas changer ma nature. Et que je préfère cela, à mourir. Ne trouves-tu pas que j’ai encore de nombreuse année de vie, à vivre ? Ne veux-tu pas me voir, à tes côtés, encore plusieurs années ? Préfères-tu assister à mon enterrement ? Au fond, je ne te poserais pas la question, parce que je crains bien la réponse. Est-ce que je suis comme eux ? Est-ce que c’est une question piège ? Je ne répondrais pas à une question aussi vague, parce que ce serait dangereux, pour moi. Tu devrais le savoir. N’est-ce pas toi, qui me disait toujours, que j’étais intelligente ? Que je réfléchissais à chaque situation ? Cela a un peu changé, avec ma transformation, je fonce un peu plus, mais je sais toujours réfléchir. Alors, dis-moi, qu’est-ce que tu entends par là ? Dis-le, j’ai besoin d’entendre ces mots, que tu me dises, de quelle manière tu me vois. Qu’imagines-tu, Enzo ? Des bains de sang ? Des tortures à n’en plus finir ? A vrai dire, si tu étais revenu plus tôt, j’ignore si nous aurions pu nous entendre. J’étais en proie à mes pulsions, à mes envies de sang. Est-ce que je ne le suis plus aujourd’hui ? Non, je sais me contrôler, du moins, je sais lorsque le sang n’entre pas en jeu. Pas de coupure, pas de perte de contrôle, c’est au moins cela que je peux assurer. Mais aujourd’hui, nous pouvons nous entendre. Je ne dis pas que je serais être la douce Promesse, que tu as connu, mais ma capture m’a fais changé certains points de vu.

Suis-moi ! Je ne te demanderais rien de plus, juste de me suivre. Juste de voir, de tes propres yeux, que je ne suis pas devenu ton ennemi. Viens voir par toi-même, que l’idée que tu te fais de moi, n’est pas celle de la vérité. Je ne conserve pas de cadavre, dans mon frigo, je ne vie pas dans un bain de sang constant. Je crois que tu as besoin de te rendre compte par toi-même, que ce n’est pas aussi terrible que ça. J’ai besoin de sang, pour survivre, cela ne signifie pas que j’en ai besoin à chaque minute de mon existence. Je suis presque certaine que tu as un tas de mauvaise idée en tête, que je me dois de démonter. Tu te trompes, sur mon compte, et cela ne peut m’empêche de me faire de la peine. Tes mots me blessent, bien plus que tu ne l’imagines. Je ne pourrais jamais faire du mal, sous tes yeux. Je ne voudrais jamais que tu ai cette image de moi. Je ne peux pas prendre la route de suite, pas alors que tu penses à cela. Je ne peux pas te laisser avoir ce genre de doute à mon encontre. Je me rapproche de lui, quelques millimètres à peine, entre nos deux corps. Une distance qui pourrait être menaçante, mais je ne compte pas m’en prendre à lui. Au contraire, je caresse son visage, avec douceur, et sincérité, pour lui faire comprendre ce qu’il n’arrive pas à intégrer. Qu’il est bien la seule personne au monde, à qui je ne pourrais pas toucher.

« Tu es peut-être mon gardien.. Étais mon gardien, mais aujourd’hui, c’est moi, qui te protégerait.. Je ne laisserais aucun d’entre eux s’en prendre à toi. Et je préfère que tu me plantes ce pieu dans le cœur, plutôt qu’imaginer une seconde, pouvoir te faire du mal moi-même »

Parce que je sais, que même si je ne le vois pas, tu as ce pieu sur toi. Je sais que même s’il s’agit de moi, tu n’es pas venu sans. Est-ce qu’au moins, tu sens la sincérité, dans mes paroles ? J’ai besoin que tu crois en moi. Que tu penses avec moi, que ça pourrait marcher. Ma main glisse le long de son bras, jusqu’à la sienne, pour enlacer nos doigts, serrer sa main dans la mienne. Je ne la lâche pas, même lorsque je reprends enfin notre route. Je pourrais être chez moi, en quelque minutes, mais à son allure, cela prendra plus de temps. Et je ne crois pas que je supporterais ce silence, jusqu’à destination. J’en suis certaine à vrai dire. Mais en même temps, qu’est-ce que je pourrais dire ? Qui te rassurerait, et qui ne m’enfoncerais pas ?

« J’ai besoin de toi, Enzo. J’aurais toujours besoin de toi »

C’est la pure vérité. Je suis peut-être immortel, mais cela ne change pas cela. Tu n’imagines pas à quel point, ton aide aurait pu m’être précieuse, lorsque Adalrik a disparu. Tu n’imagines pas à quel point j’aurais aimé que tu puisses être là, quand Hector aussi, m’a abandonné, lorsque j’ai du gérer la perte de ces personnes, lorsque j’ai du gérer ma soif moi-même. Tu n’imagines pas comment j’aurais aimé que tu puisses être là, face à tous ces problèmes avec l’unité. Tu vois, j’aurais toujours besoin de toi. Je lui jette un regard, et prends la parole, même si je crains la réponse.

« Qu’imagines-tu ? Comment me vois-tu aujourd’hui ? »

Au fond, je crois que j’ai besoin de cette réponse, de savoir ce que tu imagines de moi, ce que tu me crois capable de faire. Même si tes mots risquent d’être blessants, c’est la vérité, que je veux, et si tu me la donnes pas, je le serais  

_________________

THE QUEEN AND HER KNIGHT ⊹ YOU’RE BRAVE, AND KIND, AND HONOURABLE. ANY WOMAN WOULD BE FORTUNATE TO BE LOVED BY YOU— Pascal Quignard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 8
MessageSujet: Re: Retrouvailles   Sam 4 Mar - 15:54


Retrouvailles

Promesse & Lorenzo

Qu’est-ce que le monde a fait de nous Promesse ? Regarde nous, nous nous tenons là debout, nous survivons, mais nous ne sommes pas heureux. La vie nous a changés, fait évoluer et dans les deux cas je n’apprécie pas les changements. Que sommes-nous censé faire maintenant ? L’un et l’autre, l’un de l’autre. Je devrais t’éliminer, jouer de la surprise pour avoir le dessus, tu ne douterais pas une seule seconde que je te tuerais, comme la plupart des membres de ton espèce. Tu n’es pas sur tes gardes, voilà une bien belle erreur de ta part, mais une erreur qui ne te coûtera pas la vie de toute façon, puisque tu as raison de ne pas y croire, je n’ai pas la volonté de te tuer. Est-ce que je suis censé t’aider pour autant ? Aider une strigoï ? Je ne peux pas faire cela non plus Promesse. En fait je ne sais pas ce que je suis censé faire, tout simplement.

Tu étais ma protégée Promesse, mais tu ne peux plus l’être aujourd’hui, pas dans cet état. Au fond as-tu vraiment besoin de moi ? Aujourd’hui tu es plus forte, plus rapide et surtout immortelle. Que pourrais-je t’apporter exactement ? Les strigoïs ne sont désormais plus tes ennemis et moi c’est uniquement eux que j’attaque. Je pourrais peut-être te défendre auprès d’un dhampir, quitte à y perdre ma place, mais je ne pourrais pas tuer un dhampir pour toi, ce serait comme tuer un frère et ça j’en suis incapable, j’en ai vu bien trop mourir sous mes yeux sans pouvoir les sauver. Au fond c’est toujours une question de vie ou de mort, ce monde n’évoluera donc jamais.

Je ne sais pas ce que tu veux me montrer Promesse, je ne sais pas vers quoi tu veux me convaincre, mais je te laisse une chance de te faire entendre, alors n’en profite pas pour le voir comme une opportunité de me trahir. J’ignore si tu es la même Promesse que dans mon passé, mais sache que je ne serais pas dupe, je ne laisserais pas l’un des tiens me détruire. Je ne te laisserais pas me tuer sans avoir mon mot à dire. Je la vois se rapprocher un peu plus de moi alors que je reste immobile, me contentant de la fixer. Sa main glisse contre ma joue avec une douceur qui me surprend par rapport à sa nouvelle nature. Un geste tendre qui me ramène à ce doux passé. Je reste silencieux quelques secondes face à ses mots, face à cette promesse. Tu m’as l’air sincère et même si je sais que je ne devrais pas me laisser attendrir, j’ai envie de croire en tes paroles. Alors c’est à mon tour, de venir poser ma main contre sa joue, alors qu’elle a toujours la sienne contre la mienne.

- Je te crois, Promesse.

De là à dire que j’ai confiance en toi ? Je ne sais pas encore, mais j’essaie au moins. On se met finalement en marche, sa main dans la mienne pour maintenir le contact, pour montrer la marche à suivre. Je reste sur mes gardes, mes sens en éveil, pas à ton sujet, mais par rapport à tout ce qui nous entoure. Que veux-tu, on ne change pas les réflexes de dhampirs et même si tu es strigoï, je chercherais toujours à veiller sur toi, d’une certaine façon. Elle me pose alors cette question qui me sort un peu de mode surveillance pour mieux me concentrer sur elle. Tu as besoin de moi ? Non, tu te fais des illusions Promesse, c’est juste la fille nostalgique qui parle, mais ce n’est pas la réalité.

- Non, tu aimerais t’en convaincre, mais heureusement pour toi tu n’as plus vraiment besoin de moi, pas en tant que gardien en tous cas. Regarde-nous, tu as gagné en force alors que moi j’ai perdu en énergie. Tu es forte Promesse, tu n’as besoin de personne pour te protéger.

Et quelque part c’est une fierté pour moi de ne plus t’être nécessaire, même si j’aurais préféré qu’une telle chose arrive dans ta nature de moroï, et non pas ainsi, mais de toute façon on ne peut plus rien changer à ça. Son regard se pose sur le mien et je sens la nouvelle question venir. Effectivement elle ne tarde pas. Comment est-ce que je te vois aujourd’hui ? C’est une bien bonne question à laquelle je ne suis pas sûr d’avoir de véritable réponse. Je reste silencieux, je réfléchis, j’hésite, puis finalement je reprends la parole.

- Je n’en sais rien à vrai dire, je n’arrive pas à t’imaginer comme eux, je prie juste pour que tu ne deviennes jamais l’un de ces nombreux monstres que j’ai eu l’occasion de voir à l’œuvre.

Code by Fremione.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Retrouvailles   

Revenir en haut Aller en bas
 
Retrouvailles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des retrouvailles tragiques...
» Retrouvailles percutantes...[London]
» Fin du rp: Retrouvailles {OK}
» [TERMINE] Retrouvailles inattendues [Chase]
» Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vamp Academy :: Autres lieux :: Cascade-
Sauter vers: