Forum d'écriture privé
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Apprendre à se lâcher

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Messages : 30
Age : 21
MessageSujet: Apprendre à se lâcher   Mar 14 Fév - 1:36


Apprendre à se lâcher

La nuit est tombée depuis longtemps. J’aurais dû rentrer à l’académie me protéger de tous les montres qui rôdent la nuit mais je n’en ai rien fait. Mon père serait furieux s’il savait que je fuis le seul endroit qui pourrait me mettre en sécurité, celui pour lequel il m’a envoyé loin de lui. Sauf que je sais au fond que plus je me trouverais loin de l’académie et mieux je me porterais, voilà pourquoi j’ai voulu rentrer en Norvège, mais visiblement je n’ai pas mon mot à dire. Mon portable vibre, je le sors mollement de ma poche. Un message de Ryan, une invitation à une soirée où bien sûr tout le monde ira. Tout le monde sauf moi. Je range mon portable sans prendre la peine de répondre, ce ne serait pas son premier message que j’ignore de toute façon.

Une bonne heure doit passer avant que je décide enfin de me lever. J’étais pourtant bien, allongée là, dans la forêt, au milieu des arbres et des oiseaux. Sauf que je sais que la forêt n’est pas franchement le lieu le mieux fréquenter la nuit, alors autant éviter de traîner dans le coin et prendre bêtement des risques. Ce n’est pas pour autant que je compte rentrer tout de suite à l’académie. A la place je rejoins la ville et décide de me balader dans le quartier centre, un coin très fréquenté où au moins je ne devrais pas avoir de problème.

Vous savez quoi ? On me reproche souvent d’être trop sérieuse, trop coincée, de ne pas m’amuser, alors ce soir je décide de changer ça. Beaucoup seraient surpris s’ils me voyaient, mais je ne veux pas qu’ils me voient justement, je veux que ce soit mon moment à moi où je me lâche, ou je ne pense plus à rien, où j’oublie le jugement des autres. Est-ce que pour une fois je réussirai à m’amuser ? C’est ce que nous verrons. Je choisis une boite fréquentée et dépose ma veste en entrant. Je n’ai pas vraiment la tenue adaptée pour, après tout la majorité des filles sont en robe moulante et courte, alors que moi... Et bien maintenant que j’ai retiré mon pull je porte simplement un débardeur noir, simple, qui remonte légèrement sur mon ventre, avec en dessous un jean et de petites bottines noires. Oui c’est à se demander comment ils ont pu me laisser entrer, mais il faut croire que mon sourire a su charmer le videur.

En fait je fais un peu tâche dans le décor, mais ça ne m’empêche pas d’essayer de profiter, de danser et même de boire un verre, oui oui, vous avez bien entendu. Sauf que même si pendant un moment j’ai bien apprécié me défouler sur la musique, je me rends compte que ça ne dure pas longtemps. Non, soit il me manque la bonne compagnie, soit ce n’est décidément pas pour moi. Alors je finis par quitter cette fête et forcément il fallait que mon pull disparaisse. Au moins je pourrais récupérer ma veste. Je l’enfile rapidement, exaspérée, et m’empresse de quitter cette boite. Sauf qu’à peine je suis dehors qu’un type étrange qui semblait attendre devant s’approche de moi.

- La fête ne te plaît pas chérie ?

Je le regarde fixement, n’ayant pas peur de l’affronter du regard. Je n’ai jamais eu peur de ce genre d’abrutis de toute façon. Qu’est-ce qu’il me veut au juste ? Me draguer ? Me refiler ses merdes ? Coucher avec moi ? T’es tombé sur le mauvais lot mon pauvre.

- L’extérieur n’est pas mieux non plus apparemment.

Je n’ai jamais su tenir ma langue, une qualité qui peut parfois s'avérer être un défaut. Le sourire du type disparaît immédiatement de son visage et à la place c’est un regard noir qui m’est porté, juste avant qu’il ne m’attrape par les épaules pour me plaquer dos au mur. Je savais que cette boite était une mauvaise idée...

- T’as encore rien vu poupée.

Sauf qu’il accomplit le mouvement de trop. Dès que je sens l’une de ses mains glisser vers mon entre-jambe, je réagis instinctivement. Mon genou se lève avec rapidité pour venir cogner ses parties intimes et au vu du grognement qui s’échappe de ses lèvres, je pense avoir visé assez fort.

- Pas sûr que tout ton corps arrivera à suivre tes envies.

Je ne me laisse jamais démonter par un homme, un strigoï à la limite parce que je me sais plus faible qu’eux, mais pas un homme quelconque. Je le pousse sur le côté et m’éloigne, me disant tout de même qu’il vaut mieux que je presse le pas avant que sa douleur ne disparaisse et qu’il veuille me faire regretter ce geste. Sauf qu’au moment où je ramène ma tête devant moi, je me heurte au passage au corps d’un autre homme. Plutôt un strigoï. C’est bien ma veine ce soir...



Dernière édition par Luna Svendsen le Lun 6 Mar - 16:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 15
MessageSujet: Re: Apprendre à se lâcher   Lun 20 Fév - 13:36






Luna & Bastien


Voler dans les airs est comparable à une histoire d’amour - non pas du point de vue de l’attirance sexuelle, mais en tant qu’expérience qui enrichit la vie.

Une nouvelle soirée, en tête à tête avec moi-même. J'ai bien proposé à Effy de se joindre à moi, mais il semble qu'elle n'est pas encore d'humeur. Est-ce que je devrais comprendre sa peine, avec Jake, qui a filé en douce ? Peut-être, mais non, à vrai dire, moi, ça m'arrange assez. Je n'ai plus à supporter sa présence, au quotidien, et peut-être qu'aujourd'hui, elle me croira, lorsque je lui dirais que ce type est un véritable bâtard. J'ai bien essayé de te mettre en garde, Effy, mais tu n'as jamais voulu m'écouter. Ce type n'a jamais eu le moindre regret, de détruire ma vie, et mes rêves, pourquoi en aurait-il pour toi ? Vous êtes tous persuadé que des ennuis lui sont tombé dessus, moi, ça ne m'étonne pas, qu'il est fini par partir. Ce n'est pas la première fois, qu'il nous laisse derrière lui. Pourquoi ne pourrait-il pas recommencer ? Je suis désolé, Effy, mais je ne pense pas que tu sois une raison suffisante, pour l'empêcher de partir à nouveau. Jake a toujours été un impulsif. Enfin, j'imagine que si tu ne veux pas venir t'amuser avec moi, alors que c'est ce que tu me supplies de faire, depuis des semaines, ça ne sert à rien d'insister. Tu ne viendras pas, quoi que je puisse dire. Alors je n'ai pas chercher à insister, je pourrais toujours passer un peu plus de temps avec elle, plus tard, pour essayer de lui remonter le moral. Je crois que pour l'instant, elle a juste besoin d'être un peu seule. C'est juste dommage, tu aurais pu te rendre compte que je peux m'amuser, contrairement à ce que tu crois. Il faut juste que je le décide de moi même. Et ce soir, c'est le bon soir, pour ça.

Je sais pas ce qui m'a attiré vers cette boite de nuit, peut-être la musique, l'odeur de sang frai, l'ambiance, je n'en sais rien, à vrai dire, mais ça me semble être le bon lieu pour trouver ce que je cherche ce soir. Et puis, lorsque je rentre, je peux me rendre compte, que j'ai un sacré choix, au niveau de mes proies. Peut-être même que j'aurais l'occasion d'en choisir plusieurs. A voir de quelle manière se passera cette soirée. Pour l'instant, je me contente de m'installer au comptoir, et commander un verre, histoire de passer inaperçu, au milieu de cette foule, et ne pas juste avoir paraître comme quelqu'un qui recherche son repas du soir. J'ignore si j'échoue, dans mon idée, ou si c'est juste une question de goût, mais je ne tarde pas à me retrouver avec une jeune femme à mes côtés. Une jolie rousse, Marina, je crois, mais faut dire qu'avec le nombre de parole qu'elle débite à la minute, j'ai du mal à retenir toutes les informations. Et à vrai dire, si je me dis qu'elle pourrait faire un parfait repas, pour cette soirée, je finis assez vite, par me désintéresser d'elle, lorsque j'aperçois cette femme, dans la salle. Et je vous assure, que sur le moment, je suis presque certain, de voir Effy. Sauf que je ne comprends pas ce qu'elle pourrait faire là, encore moins pourquoi, elle serait là, alors qu'elle m'a assuré ne pas vouloir sortir. A moins que ma compagnie, ne l'intéresse plus, comme avant.. La jeune femme se retourne, au moment où je quitte ma chaise, prétextant avoir besoin de passer au petit coin, et revenir vite. Et je me rends compte de mon erreur. La ressemblance est troublante, mais cette femme n'est pas Effy. Mais même en sachant cela, je ne peux pas m'empêcher de la suivre, pour essayer d'en savoir plus sur elle. Surtout lorsqu'elle quitte cette boite.

Je la retrouve en compagnie d'un homme. Un humain, de quoi se débarrasser facile, s'il cherche à devenir encombrant.. Mais au lieu de les interrompre direct, pour m'assurer qu'elle va bien, si elle peut avoir un lien avec Effy, ou que sais-je d'autre, je la laisse se débrouiller toute seule, et malgré la stupidité de ce type, elle réussi à s'en tirer très bien. Et je dois admettre qu'elle sait assez bien viser. Mais qu'en elle essaie de partir, je me mets en travers de son chemin, et elle ne tarde pas à me rentrer dedans.

« Et bien, ma belle, tu ferais mieux de regarder où tu mets les pieds. Joli coup, au passage »

Même très joli. Je ne cherche pas à me cacher d'avoir été témoin de son altercation avec cet homme, quel importance, de toute façon, je ne compte pas m'en servir contre elle. Il y a autre chose, qui m'intéresse chez elle. Et la première chose que je compte découvrir, c'est sa manière d'être. Je crois son regard, et je n'essaie pas d'être menaçant, lorsque je reprends la parole.

« J'ai deux propositions à te faire. D'abord, on peut retourner dans cette boite, et s'amuser tous les deux, comme il se doit.. Ou alors, on peut profiter de la beauté de cette nuit, pour faire une petite balade. Dans les deux cas, je te promets qu'aucun de ces crétins, ne viendra plus t’importuner »

Il faudrait être stupide, pour chercher à s'en prendre à toi, alors que je suis à tes côtés. Je ne suis peut-être pas le plus imposant des hommes, mais je n'hésiterais pas à montrer, que je peux être bien plus effrayant que ce qu'il paraît.  

COSMIC SHEEP.


Dernière édition par Bastien Foster le Mer 8 Mar - 16:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 30
Age : 21
MessageSujet: Re: Apprendre à se lâcher   Mar 21 Fév - 22:13


Apprendre à se lâcher

Est-ce qu’il n’y a que des cons dans cette ville ? Parce que franchement je commence à me poser la question. Liam ne sait pas ce que signifie non. Ryan ne sait pas ce que signifie non. Et apparemment cet homme-là aussi, ne sait pas ce que signifie non. Ce n’est pourtant pas si compliqué ! Il semblerait que ça le soit pour ce type, car visiblement il ne comprend pas à quel point sa présence m’importune, mais tant pis, moi aussi je peux user de violences, c’est toi qui l’auras cherché. Ce n’est pas parce qu’on me croit douce que je suis une fille sans défense pour autant et ceux qui me connaissent bien savent que je peux avoir un sacré caractère. Alors je n’hésite pas à cogner mon genou contre ses parties intimes avant de m’enfuir, car soyons honnête je n’ai pas vraiment envie de me recevoir son poing dans le visage par la suite.

Jusque-là tout va bien, je m’en sors sans le moindre dommage. Puis je heurte cet homme, ou plutôt ce strigoï car je ne peux pas m’empêcher de remarquer ses yeux cerclés de rouge lorsque je relève la tête vers lui. Finalement je crois que me faire embêter par l’humain était mieux... Est-ce que je vais mourir ce soir ? Il semblerait que non, ou du moins pas tout de suite en tous cas. Par où est-ce que je dois commencer ? Déjà le ma belle tu peux te le garder. C’est quoi ces surnoms de beau parleurs ? Tous les mêmes en plus. Enfin il vaudrait mieux que je ne donne pas mon avis à ce sujet. Ensuite c’est vrai, je devrais sûrement regarder où je mets les pieds, ça m’aurait peut-être permis de l’éviter, ou pas... Et sinon merci pour le compliment.

Je sais, je pense tout ça mais je n’en dis rien. Que voulez-vous, on a dû me zipper les lèvres parce qu’aucun mot ne semble vouloir en sortir. Il faut dire que c’est la première fois que je me retrouve nez à nez avec un strigoï. Oui je sais, j’ai eu beaucoup de chance jusqu’à là de ne jamais en croiser, mais il faut dire que j’étais plutôt bien protégée. Qu’est-ce que je suis censée faire maintenant ? Je ne sais pas, tout à coup tous les conseils qu’on nous donne à l’académie concernant ce genre de situation me paraissent bien futiles, inutiles. Le strigoï reprend alors la parole, me faisant deux propositions, s’amuser ensemble dans cette boite ou bien aller faire une balade, tout ça en m’offrant sa protection. Il n’a pas l’air mauvais, mais on m’a appris à me méfier de ces personnes.

- Est-ce que tu m’empêcherais de choisir l’option C qui est de ne pas rester avec toi et rentrer à l’académie ?

J’aurais peut-être mieux fait de me taire, mais après tout ce n’est pas parce que je risque de mourir que je dois changer de comportement et m’écraser, non ? Peut-être que si en fait, ça pourrait m’épargner. Il me regarde, silencieux et j’aimerais mieux qu’il ne décide pas de me tuer pour l’avoir offensé, alors avant qu’il ne me réponde, je finis par reprendre la parole.

- Puisqu’on est encore là autant retourner dans cette boite, mais si je m’ennuie je ne resterais pas même pour tes beaux yeux.

Pourquoi la boite plutôt que la balade ? Honnêtement je n’ai pas spécialement envie d’y retourner, mais au moins on sera dans un endroit remplis de monde alors qui sait, avec un peu de chance je pourrais peut-être tomber sur un dhampir capable de m’aider. Et sur ces mots je lui tourne le dos et commence à revenir sur mes pas, vers la boite. Je recroise de nouveau l’humain qui me jette un regard noir, mais visiblement la présence de ce strigoï l’a suffisamment refroidi pour ne pas revenir à la charge et ce n'est pas désagréable de bénéficier de sa protection.

- Au fait, je m’appelle Luna.

Je ne devrais peut-être pas lui donner mon prénom, mais je préfère qu’il m’appelle ainsi plutôt que ma belle ou d’autres surnoms encore plus ridicules. Et maintenant j’ouvre les portes menant à la boite, me disant que la nuit risque encore d’être longue et que j’espère au moins ne pas vivre la dernière.



Dernière édition par Luna Svendsen le Lun 6 Mar - 16:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 15
MessageSujet: Re: Apprendre à se lâcher   Jeu 23 Fév - 22:41






Luna & Bastien


Voler dans les airs est comparable à une histoire d’amour - non pas du point de vue de l’attirance sexuelle, mais en tant qu’expérience qui enrichit la vie.

Tu as du cran, pour une jeune moroï, qui ne se retrouve sans protection, je dois au moins admettre cela. A vrai dire, à plus j'en apprends sur toi, plus je me rends compte que tu lui ressembles, sur bien des domaines. Certes, je ne pense pas que tu pourrais avoir le courage, qu'Effy possède. Faut être passer par bien des étapes, pour en arriver là, et je ne penses pas que dans ta vie, bien tranquille, où ton seul problème, consiste à avoir des garçons, un peu collant, et mettre des coups de genoux, bien placé, puisse suffire pour avoir un caractère, comme celui d'Effy, disons que tu t'en rapproches, et c'est déjà pas mal. En plus de ta ressemblance physique, bien entendu. Cela dit, je te vois de face, d'assez près, même, et je vois toutes ces différences. Tu lui ressembles, c'est indéniable, mais pour moi, qui passe pas mal de temps, au côté d'Effy, plus que cela, qui passe pas mal de temps, à l'observer, à l'admirer, ainsi, de face, je ne peux faire aucune erreur. Mais je pense que bien des personnes, doivent la faire. D'ailleurs, cela ne m'étonnerait même pas, que certains de l'académie, est pu le faire, vu qu'ils sont toujours après Effy, bien qu'ils n'arrivent pas à lui mettre la main dessus. Mais c'est loin d'être notre plus gros soucis, de toute façon. Lorsque je l'aperçois partir, je me mets en travers de son chemin. Je pensais qu'elle allait m'apercevoir, mais puisqu'elle regarde derrière elle, sans doute pour s'assurer que cet homme ne la suit pas, elle me fonce dessus. Ce n'est pas désagréable, à vrai dire, le choc doit avoir été bien plus rude, pour elle, que pour moi.

Je la complimente sur son coup, ce qui n'a pas l'air de la ravir plus que là. Souris, ma belle, cette tête de fantôme ne te va pas si bien que ça. Et puis, je ne te ferais aucun mal. A vrai dire, si j'avais voulu te faire du mal, je l'aurais fais, de suite, puisque nous sommes seul, je ne craignais rien. Et si je souhaitais te faire du mal, je ne te proposerais pas, de repartir à l'intérieur de cette boîte, pour s'amuser un peu, ce ne serait pas à mon avantage. Alors tu devrais te détendre, je ne suis pas là pour te manger. Cette histoire ne commencera, ni ne finira comme celle du grand méchant loup, avec le petit chaperon rouge. Tu ne risques rien, à vrai dire, tu seras même bien plus protéger, avec moi, parce que je t'assure que personne n'osera s'en prendre à toi. Ou le premier qui essaiera, risque de prendre une bonne raclé. Est-ce que tu peux choisir une troisième option. A vrai dire, non, et pour être honnête, cette troisième option, ressemble fort à l'une des miennes, puisque de toute façon, si j'avais accepté, c'était sous la condition de te raccompagner, donc, la balade. Tu peux prendre ça, comme étant un peu louche, moi, je dirais juste que c'est être gentleman de vouloir raccompagner une dame chez elle. D'autant plus que si tu es tombé sur moi, tu pourrais aussi bien tomber sur certains de mes confrères, qui pourraient être bien moins agréable que moi, donc tu gagnes tout. Finalement, la boîte, à l'air de te brancher, plus que la balade.

« Très bon choix »

L'ambiance est plus agréable, pour s'amuser, que le bruit naturel, que l'on aurait trouvé en ville. Et en plus, nous trouveront tous ce qui nous est nécessaire. Alcool, piste de danse, même quelques drogues, si c'est ton trip, ne sait-on jamais. Elle ne m'attend pas, pour repartir vers la boite, et je finis par lui emboîter le pas. Alors qu'elle se présente. Luna. Joli prénom. Très joli, même. Est-ce que je suis censé prendre le risque de lui révélé mon nom ? Je n'ai pas loupé l'information selon laquelle, elle fait parti de l'académie, et tout ceux qui en ont après Effy, en ont après moi, après Jake, après Gabriel, après nous tous. Mais je ne crois pas, que je crains grand chose, du moment que je ne fais rien, je ne vois pas pourquoi elle irait donner mon nom.

« Bastien ! Détends-toi, je ne compte pas te faire du mal. J'ai une amie, une amie proche, qui te ressemble beaucoup, tu me la rappelles »

Si l'académie à déjà fais l'erreur de la confondre avec Effy, c'est peut-être pas très sécurisé, ce que je viens de faire, mais je ne souhaite pas qu'elle passe toute cette soirée, à s'inquiéter, de ce que je pourrais lui faire. De savoir si je compte l'attaquer, à la dernière minute, lorsqu'elle ne s'attendra pas à voir l'attaque venir. Tu ne crains rien, sois en sure. Nous sommes maintenant rentrer à nouveau dans la boite, et comme, j'imagine qu'elle a déjà du prendre un verre, puisqu'elle était là avant, je ne lui en propose pas un, de suite. Disons que le verre viendra, plus tard, peut-être. Pour l'instant, j'ai d'autre plan. Je pose une main sur sa taille, et lui tends ma seconde main.

« Maintenant que l'on a clarifier la chose, que tu sais que tu ne risques rien, accepterais-tu de m'accorder la prochaine danse ? Sans arrière pensée aucune, bien entendu. En tout bien, tout honneur »

Je sais que la musique des boîtes, n'a rien avoir avec les musiques de grands bals chics, ou ce genre de chose, cela ne m'empêche pas, de faire les choses selon les règles, et de lui demander cette danse, plutôt que la forcer, ou venir me coller exagérément à elle, au risque de la vexer, comme beaucoup de jeune se plaisent à le faire.

COSMIC SHEEP.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 30
Age : 21
MessageSujet: Re: Apprendre à se lâcher   Mer 1 Mar - 20:39


Apprendre à se lâcher

Je vais mourir ce soir, c’est la première pensée qui me traverse l’esprit lorsque mon regard croise le sien et que je me rends compte de son espèce. Je suis stupide d’avoir voulu quitter l’académie en pleine soirée, moi qui me sentais plus en sécurité dehors, sa simple présence suffit à me prouver à quel point je me suis trompée. Pourtant c’est idiot, mais malgré le danger, je n’arrive pas à regretter, au fond je me dis juste que cette soirée pourrait bien être la plus excitante de ma vie et c’est sans doute pour cette raison que je finis par accepter l’une de ses propositions. Suis-je folle ? Peut-être bien, mais ce strigoï n’a pas l’air de vouloir me tuer, et moi je n’ai pas non plus spécialement envie de rentrer, alors si cette soirée peut devenir intéressante, autant ne pas se priver.

Vous savez quoi ? Au fond je trouve ça plaisant de ne pas savoir comment pourrait bien se terminer cette soirée. Peut-être que je pourrais mourir, peut-être que je pourrais passer la meilleure soirée de ma vie, l’avenir m’est complètement flou et incertain, et pourtant je trouve ça plaisant. Il paraît que Missoula rend les gens fous, on dirait bien que je n’aurais pas fait exception tout compte fait. Le strigoï approuve mon choix et nous nous dirigeons tout deux vers la boite. Sauf qu’encore une fois ça m’amuse de voir cet humain me jeter son regard noir et ne rien oser me faire parce que je suis maintenant accompagnée de celui qui pourrait bien être mon bourreau.

Je finis par me présenter et si pendant un instant je crois qu’il ne me donnera pas son prénom, il se décide à me l’offrir. Bastien donc. Voyons voir à quel point tu bouleverseras ma vie. Tu me promets de ne pas me faire de mal, mais on m’a appris à me méfier des belles promesses des strigoïs, alors pourquoi est-ce que je devrais te croire ? C'est lorsqu’il continue que je finis par me poser des questions. Une amie proche à qui je ressemble, serait-ce cette moroï que bien des personnes m’accusent d’être ? Et bien Bastien, si c’est elle, il semblerait que tu n’aies pas de très bonnes fréquentations, ce qui en soit ne devrait pas être très rassurant pour moi.

- Cette fille à qui je ressemble, est-ce qu’elle s’appelle Effy ?

Autant aller droit au but, que je sache si tu es l’allié de l’ennemi numéro un de l’académie ou non. J’imagine que tu devais te douter que je te poserais la question au fond, après tout tu n’es pas le premier à me confondre avec elle et je suppose que tu ne seras pas non plus le dernier. Ce n’est franchement pas génial à vivre, de ressembler autant à cette fille, d’autant qu’elle n’a pas beaucoup d’alliés, en fait tu es bien le premier que je rencontre. Enfin bref, un oui ou un non me suffira, je n’ai pas non plus spécialement envie de m’attarder sur le sujet, peut-être plus tard, mais pas alors que nous sommes censé nous amuser.

Alors Bastien, est-ce que tu es plutôt un homme de comptoir ou de danse ? Dans un cas autant te dire que je ne te suivrais pas, dans l’autre cas je te testerais. Il semblerait que ce soit la deuxième option, bon point pour toi. C’est assez amusant que tu me demandes mon avis concernant la danse mais pas pour poser tes mains sur moi, enfin au moins tu n’essaies pas de glisser tes mains là où j’aurais répondu avec une claque. Tout compte fait Bastien, tu es bien le type le plus gentleman que j’ai rencontré depuis mon arrivée à Missoula. Alors je finis même par me détendre au point de lui adresser un sourire.

- Allons danser.

C’est après tout le but d’une boite de nuit, non ? Sa main dans la mienne, je referme un peu plus mes doigts sur la sienne pour l’entraîner avec moi au milieu de la piste de danse. Maintenant remballez vos préjugés, car ce n’est pas parce que je suis une femme qui ne boit pas, que je suis une femme qui ne sait pas danser, au contraire, je n’ai pas besoin d’avoir de l’alcool dans mon sang pour me déhancher sur la piste. Est-ce que je te fais penser à elle, lorsque je danse ? Même si on ne se connaît pas encore, j’aimerais bien que tu me vois comme Luna, et non pas juste comme une ressemblance à une fille que tu apprécies. Je me retourne vers lui, plongeant mon regard dans le sien. C’est étrange comme ses yeux sont captivants.

- Si un jour tu me prends sous ton charme, est-ce que je le remarquerais ?

Je ne sais pas pourquoi cette question sort de mes lèvres, ce n’est pas forcément le moment, et je n’ai pas forcément employé les bons mots non plus, hypnose au lieu de charme aurait sans doute été plus correct, mais je suppose qu’il comprendra la question.



Dernière édition par Luna Svendsen le Lun 6 Mar - 16:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 15
MessageSujet: Re: Apprendre à se lâcher   Jeu 2 Mar - 21:50






Luna & Bastien


Voler dans les airs est comparable à une histoire d’amour - non pas du point de vue de l’attirance sexuelle, mais en tant qu’expérience qui enrichit la vie.

Pourquoi es-tu sur la défensive, de cette manière ? Est-ce que j'ai fais quelque chose de mal, ou n'est-ce que parce que j'appartiens à une race ennemi, à la tienne ? Puisque la seule chose que j'ai fais, à ma connaissance, et t'éviter à passer une agréable soirée en ma compagnie, j'imagine que c'est la seconde hypothèse, et donc, que tu n'as pas dû rencontrer beaucoup de Strigoï dans ta vie. Alors sache, ma jolie, que nous ne sommes pas tous pareil, que ce que te raconte tes professeurs, ne sont qu'un ramassis de conneries. Je pourrais te tuer, sur le champ. Aucun spectateur. Quel intérêt j'aurais à faire durer les choses, à t'inviter poursuivre cette soirée, dans cette boîte, au milieu de tous ces gens, alors que je pourrais faire ici, ce que je souhaite de toi, même mes pensées les plus sombres ? Tu devrais te rendre compte, par toi-même, que tu ne risques pas grand chose, à mes côtés. Bien au contraire, tu pourrais être bien plus en sécurité, à mes côtés, que seule. Il suffit de voir ce type, qui t'a attaqué, et qui, maintenant que je suis avec toi, n'ose même pas faire un pas en ta direction. Cela dit, ma jolie, tu as intérêt à ne pas ressortir sans moi, parce que je crois que ce type, compte bien t'attendre, pour te faire la peau. Je l'aurais bien tué, mais comme mon idée, et de bien te faire comprendre que tu ne risques rien, avec moi, ce serait sans doute mal venu. Alors je me contente de la suivre, à l'intérieur de la boite. Je crois que j'aurais quand même préféré que tu choisisses la balade. Nous aurions été plus tranquille, dans un lieu moins.. Dégoulinant, et avec une musique qui ne me tue pas les oreilles. Mais bon, je ne vais pas déjà te contredire, sinon, je n'avais aucun intérêt à te faire choisir. Je me rend compte, qu'elle ne sait toujours pas détendu. Je le vois, à ces épaules crispées, alors, après lui avoir offert mon prénom, je la rassure, pour lui faire comprendre qu'elle ne risque rien. Je lui parle même d'Effy, d'une manière détourner, et c'est à la fois pour la rassurer, et pour l'interroger. Et au vu de sa réponse, je vois que l'on t'a déjà parlé d'elle, et que donc, les gardiens, en ont toujours après elle.

« Ne fais pas cette tête, j'ignore ce qu'ils ont bien pu te raconter, à son sujet, à l'académie, mais ce n'est sans doute pas la vérité »

Comme ça, je te confirme, à la fois, que c'est bien à elle, que tu ressembles, et que tu te trompes, sur son compte, ou du moins, que les gardiens, qui t'ont parlé d'elle, t'ont influencé à mal. Est-ce que cela, à la moindre importance, de toute façon ? Je n'ai évoqué Effy, que pour te rassurer, sur l'idée que je ne te ferais pas de mal, mais c'est toi, que je souhaite découvrir ce soir, même si tu me ramènes à elle, dans ta manière d'être. Elle aussi, n'aurait pas beaucoup aimé être comparé à quelqu'un. Une fois les choses mises à plat, je dépose une main délicate, sur sa taille, et l'invite à danser. Je ne vais pas faire les choses, de manière brusque, à toi de voir ce que tu souhaites. Si tu ne veux pas, libre à toi, nous pourrons toujours voir, pour faire une autre activité. Je ne suis pas ce genre de gros lourds, qui te poussera à faire ce que tu ne souhaites pas. Mais à mon plus grand plaisir, elle accepte. Je suis même assez surpris, qu'elle prenne les devant pour m'entraîner avec elle. Et bien, moi qui te voyait plus comme une femme timide, on dirait que je me suis trompé, ou alors, l'idée que tu ne craignes plus rien, avec moi, à suffit à te rassurer, pour que tu t'amuses un peu. Ce n'est pas moi qui vais m'en plaindre bien au contraire. Je me rapproche d'elle, pour danser, sans être collant pour autant. Je dois admette qu'elle se débrouille bien, je ne m'attendais pas à ça. Je ne m'attendais pas non plus, à la question qui suit. Je dois donc comprendre que je suis le premier strigoï, que tu rencontres ? Je pourrais répondre à sa question. Oui, je pourrais mais je décide dans faire autrement. Je profite que son regard croise le mien, pour la prendre sous mon charme, d'après ces propres mots.

« Embrasse-moi »

Non, ne croyez pas que j'ai perdu mes talents de gentleman, attendez de voir la suite, avant de juger. J'avais besoin d'un exemple, et celui-ci est plutôt bien. Pourquoi faire compliqué, lorsque l'on peut faire simple. Son regard, toujours dans le mien, je vois ses lèvres, se rapprocher des miennes, petit à petit, et c'est lorsque je juge qu'elle se retrouve assez prêt, que je finis par interrompre l'hypnose, sans m'éloigner. Autant qu'elle comprenne que je n'ai pas exagérer, et que je l'ai vraiment prise sous mon charme. Et lorsqu'elle a eu assez de temps, pour se faire à cette idée, je rapproche mes lèvres, de son oreille.

« Je crois que cela répond à ta question ? Et ce n'est qu'un exemple minime. Je pourrais aussi bien te prendre sous mon charme, toute la soirée, et que tu ne te souviennes de rien, demain »

Je pourrais, c'est d'ailleurs le délire de beaucoup d'entre nous, moi, je ne trouve pas vraiment l'intérêt de m'amuser, avec des personnes, qui ne sont pas elles-même, et qui n'en auront aucun souvenir le lendemain, à condition que lendemain, il y est pour elles, bien entendu. J'attrape sa main, pour la faire tourner sur elle-même, puis la ramener vers moi.

« Est-ce que je vais devoir subir un interrogatoire, ce soir , ou est-ce que tu en sais assez, maintenant ? »

COSMIC SHEEP.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 30
Age : 21
MessageSujet: Re: Apprendre à se lâcher   Lun 6 Mar - 16:25


Apprendre à se lâcher

Qui es-tu vraiment Bastien ? Un strigoï, voilà tout ce que je sais de toi et normalement je devrais en avoir peur, je devrais craindre pour ma vie. Pourtant tu m’as l’air bien loin de ces monstres qu’ils nous décrivent à l’académie, tu es même très charmant, protecteur et gentleman, alors il faut admettre que c’est assez perturbant. L’académie toute entière me blâmerait pour avoir accepté d’entrer dans cette boite avec toi, mais pourquoi refuser alors que tu prétends garantir ma sécurité ? Je tiens à ma survie, mais ne t’attends pas non plus à ce que je vende mon corps pour ça, ce serait mal me juger. Alors j’ignore si c’est à cette Effy que j’ai le droit à ton intérêt, j’ignore même si avoir attiré ton attention est une bonne ou une mauvaise chose, mais j’imagine que je le découvrirais à la fin de cette soirée.

- Vraiment ? Alors elle ne vit pas entourée de strigoïs qui la protègent ? Elle n’a jamais tué aucun humain, moroï ou même dhampir juste pour le plaisir ? Elle ne s’est jamais introduite à l’académie pour avoir un train d’avance ? N’était-ce que des mensonges de l’académie ? Je serais presque déçue que l’on m’ait arrêté à cause d’une fille qui n’a rien fait d’extraordinaire.

Soyons honnête Bastien, peut-être que l’académie a exagéré certaines choses, mais je doute qu’elle soit toute blanche, autrement ils ne m’auraient pas traité de la sorte dès mon arrivée en ville. Mais après tout je ne te juge pas sur tes fréquentations, tu es strigoï alors forcément je ne m’attends pas à ce que tu fréquentes de braves samaritains. Mais moi je ne suis pas cette fille, alors j’espère que tu ne finiras pas déçu de cette soirée, car je ne tuerais personne ce soir, ni humain, ni strigoï, je ne suis pas elle et je n’ai pas l’intention de lui ressembler. Alors maintenant oublions un peu ce sujet et allons danser, après tout c’est bien pour ça que nous sommes là, non ?

Je resserre ma main dans la sienne et l’entraine au milieu de la foule, n’attendant pas un quelconque signal pour me mettre à danser près de lui. Et oui, je sais danser, même si je ne comprends pas pourquoi ça en étonne certains. Certes ce n’est pas le genre de danse provocante que les femmes ont pris l’habitude de danser, mais soyons honnête, c’est assez ridicule de les voir se déhancher de la sorte, à croire qu’elles n’ont aucun respect pour elle-même. Moi j’arrive à allier danse et sensualité sans pour autant être vulgaire. Sauf que lorsque je me retourne vers lui et plonge mon regard dans le sien, j’en oublie presque la danse pour lui poser cette question sortie de nulle part. Alors Bastien, qu’en est-il de tes dons ?

Normalement j’aurais dû être étonnée qu’il me demande ainsi de l’embrasser, j’aurais même froncé les sourcils et sans doute abandonné sur place. Sauf que ce n’est pas ce qui arrive, à la place je ressens ce désir incontrôlable de rapprocher mon visage du sien pour goûter à ses lèvres et je m’étonne moi-même de répondre à cette demande aussi simplement. Mon visage presque collé au sien, il finit par m’arrêter et il me faut plusieurs secondes pour réaliser ce qu’il vient de se passer. C’est à la fois choquant et fascinant, à tel point que je ne sais même pas quoi dire, presque gênée que mon corps ait réagit aussi facilement à une telle demande. Puis ses lèvres se rapprochent de mon oreille pour me dire ces quelques mots.

Tu es un être dangereux Bastien, tu viens de me le prouver ce soir. Tu pourrais faire de moi absolument tout ce que tu veux et je ne m’en rendrais même pas compte. C’est assez déstabilisant et inquiétant à vrai dire. Néanmoins j’essaie de me convaincre que s’il avait voulu me prendre sous hypnose, il l’aurait déjà fait. Alors j’arrive quand même à me détendre à nouveau lorsqu’il me fait tourner sur moi-même avant de me poser sa question.

- Même avec une nuit entière d’interrogatoire je n’en saurais jamais assez, mais après tout nous ne sommes pas venus là pour ça.

C’est étrange comme je suis tiraillée entre deux idées, une part de moi me hurle de trouver une solution pour le fuir, alors qu’une autre à juste envie de passer la soirée en sa compagnie pour le connaître davantage. Tu es décidément envoutant Bastien et tu me rends indécise. Une nouvelle musique débute et je suis assez étonnée qu’ils passent un slow dans ce genre d’endroit, c’était à croire que ce type de danse avait disparu avec la nouvelle génération. C’est quelque peu gênée que j’attrape l’une de ses mains tandis que la deuxième se place derrière son épaule et à nouveau mon regard est captivé par le sien.

- Est-ce que ça te plaît, d’être immortel ?

Je sais, j’avais dit stop aux interrogations, mais à vrai dire savoir qui il est m’intéresse bien plus que de danser, alors c’est plus fort que moi, je n’arrive pas à retenir les questions, j’ai envie de savoir. Tout compte fait j’aurais sans doute mieux fait de choisir la balade.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 15
MessageSujet: Re: Apprendre à se lâcher   Mar 7 Mar - 16:06






Luna & Bastien


Voler dans les airs est comparable à une histoire d’amour - non pas du point de vue de l’attirance sexuelle, mais en tant qu’expérience qui enrichit la vie.

Est-ce que tu crois à toutes ces stupidités, que l'on raconte, sur Effy ? Sans même savoir ? Ne crois-tu pas que ces gardiens, auraient pu te raconter n'importe quoi, pour que tu comprennes que c'est une mauvaise personne ? Qu'aucun de vous, à l'académie, s'approche d'elle, ne suive son chemin ? Alors c'est vrai, je ne peux pas prétendre que c'est un ange, qu'elle n'a jamais fais du mal. Tu vises juste, à ce niveau là. Mais tu manques d'éléments, d’éléments conséquents qui change un avis, parce que là, ce que tu sais, c'est le mal, qu'elle, a pu faire, mais est-ce qu'ils vous ont raconté, le mal qu'eux, ont pu lui faire ? Alors peut-être que tu ne comprendras pas, mais tu te rendras compte, que se permettre de la juger, face à ce qu'elle a fais, juste sur ces paroles, c'est mal venu, parce qu'Effy n'est pas juste une mauvaise femme. Elle essaie juste de se battre, avec ces moyens, pour survivre. Je ne crois pas que je suis autorisé, à te raconter cette histoire. Je crois qu'Effy fulminerait, si je t'en disais plus, mais ça me rend dingue, que tu puisses avoir une telle image d'elle, alors je suis obligé, d'évoquer son passé, pour que tu comprennes.

« Et dis-moi, toi, est-ce que l'académie, n'a pas omis certains détails. De gros détails. Sais-tu, qu'elle a été mis dehors, par sa propre famille ? Sais-tu qu'elle a dû apprendre à se débrouiller, dehors, vulnérable au menace que l'on représente ? Alors est-ce un crime, de s'entourer de Strigoïs, lorsque votre propre espèce, ne veut plus de vous ? »

Alors cela ne paraît peut-être pas gros, ainsi, mais réfléchis-y, et constate par toi-même. Qu'aurais-tu fais, si tu t'étais retrouvé dehors, démuni, et sans protection ? Qu'aurais-tu fais, en sachant que nous, nous pouvions t'apporter cette protection ? On vous apprend peut-être que nous sommes des monstres. Mais dans cette histoire, qui sont les monstres ? Nous, de l'avoir protéger, ou ces parents, d'avoir mis leur propre enfant à la porte ? Alors ce n'est pas la question principale, du jour. Je ne compte pas plus m'étaler sur Effy, je ne compte pas t'offrir des informations, que tu pourrais retransmettre, mais je tenais à mettre cela au claire. Au lieu de m'attarder plus là-dessus, je préfère l'inviter à danser, cela me semble plus judicieux, que nous étaler, encore, et encore, sur Effy, étant donné que c'est un sujet quelque peu sensible chez moi. Je suis assez étonné, qu'elle accepte, sans rien dire, et nous nous retrouvons à danser, l'un contre l'autre, mais en fin de compte, cette danse ne s'éternise pas, bien vite, une nouvelle question arrive, entre nous.  Mais je suis assez heureux de voir que ce n'est en aucun cas, sur Effy. Cette question me fait rire, quelque peu. C'est si pathétique, que l'on vous apprenne juste, que nous sommes dangereux, sans vous offrir de véritable information à notre sujet. Sous peine que vous êtes des moroïs, on vous cache des informations importantes, pour que vous ne risquiez rien. Quel meilleur moyen, de te faire comprendre, que d'user direct, de ce procéder sur toi ? Et maintenant, que ton visage est ainsi, près du mien, que tu étais sur le point de m'embrasser, qu'en penses-tu ? T'ai-je offerts les réponses que tu souhaitais ? Je peux faire ce que je souhaite, de toi. C'est sans doute ce que certain ferait, pour passer une agréable soirée, pour te faire taire aussi, pour ne pas avoir à répondre à toutes tes questions, mais si cela avait été mon but, je n'aurais pas chercher à mettre toute cette mise en scène.

« Tu me sembles très intéressée, pour quelqu'un qui ne voulait même pas passer cette soirée en ma compagnie »

Je charrie un peu, mais c'est une pique assez facile. Au final, il semble que cette soirée, ne soit pas aussi désagréable, que tu l'imaginais. Peut-être que je réussirais même à te faire passer une assez agréable soirée, et que tu t'amuses bien. Je vois déjà, que son attitude envers moi, à changer, lorsqu'elle me tend cette main, pour serrer la mienne, et qu'elle pose une main sur mon épaule, lorsque qu'une nouvelle musique est lancé. Un slow, voilà bien quelque chose que je ne m'attendais pas à danser avec toi, ce soir, mais je peux bien me faire à cette idée, c'est pas comme si je savais pas danser, ou si, t'avoir contre moi, était désagréable. Oui, c'est pas parce que je suis un gentleman, que je suis indifférent au charme d'une femme, il ne faut pas croire. Le silence s'impose entre nous, alors que nous tournons ensemble, mais il ne demeure pas bien longtemps. Une nouvelle question, s'impose entre nous, et je ne réponds pas de suite. Voilà une question bien indiscrète. A laquelle je n'ai pas forcément, l'envie de répondre. Mais la curiosité, se lit, au fond de son regard.

« J'ai affaire à une petite curieuse, à ce que je vois ! Ces réponses ne seront pas gratuite, sache-le »

Est-ce que cela te réfreinera, pour la suite ? Ou est-ce cela te rendra d'autant plus curieuse ? Te parler de nos compétences, comme cette histoire d'hypnose, ne me dérange pas vraiment, mais en ce qui s'agit de ma vie, c'est un peu plus délicat. D'autant que je ne suis pas certain que la réponse, aille en ma faveur. Est-ce que tu t'enfuiras, lorsque tu découvriras que la réponse est positive ? Que je ne suis pas du genre à regretter ma vie humaine ? Bien au contraire. Je n'ai commencé à vivre, qu'une fois sous cette condition, alors je ne mentirais pas à ce sujet, pour que tu me vois d'une manière différente.

« Oui »

Oui, ça me plaît, d'être immortel. Enfin, j'imagine que la réponse aurait pu être négative aussi, c'est pas l'immortalité, qui m'intéresse, ni la puissance, mais juste la liberté. Cette liberté, que je n'avais pas, humain, mais que j'ai pu retrouvé, dès lors que j'étais devenu immortel. Et en fin de compte, c'était un détail, que peu de personne, connaît. Alors c'est un grand privilège que je te fais là.

« Je n'ai jamais pu m'épanouir, dans ma vie humaine, je n'étais pas heureux. Ma transformation m'a offerte un nouveau départ, de nouvelles perspectives »

Est-ce que tu comprends, pourquoi est-ce que j'apprécie, être immortel ? Est-ce que tu comprendras, que j'ai pu trouver ma liberté ainsi, alors même, que je dépends maintenant du sang ? Alors que je suis un monstre, d'après ce que vous apprend l'académie ? Je n'en sais rien, et puis, cela ne devrait pas vraiment être mon problème, de toute façon. Après tout, elle reviendra sans doute se refugier, à l'académie, après cette soirée, alors ça m'étonnerait que je la revois un jour.

« Et toi, alors, ma jolie, pourquoi n'es-tu pas comme tous ces jeunes, à profiter de la fête ? »  

Je t'avais dis, que mes réponses ne seraient pas gratuites, alors maintenant que tu en as eu, et si tu veux en avoir d'autres, il faudra aussi répondre au mienne, et je ne passerais pas là-dessus. Rappelle toi que de toute façon, si je veux avoir mes réponses, je peux t'y obliger.


COSMIC SHEEP.


Dernière édition par Bastien Foster le Mer 8 Mar - 16:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 30
Age : 21
MessageSujet: Re: Apprendre à se lâcher   Mar 7 Mar - 22:38


Apprendre à se lâcher

Il semblerait que ce soit parce que je ressemble à cette Effy que tu te sois approché de moi, mais j’espère que tu ne t’attends pas à ce que j’agisse comme elle, car je ne tuerais pas pour le plaisir, je ne trahirais pas les miens et je ne vivrais pas non plus avec des strigoïs. Je crois que mon père ferait une syncope si déjà il me savait en ta compagnie. Tu ne sembles pas apprécier que je dise toutes ces choses sur cette fille, pourtant je ne la critique pas, je te cite juste ce que l’on dit d’elle, mais toi apparemment tu as plus d’informations. Non, je n’étais pas au courant et soyons honnête je n’ai pas grand-chose à répondre à ses arguments alors je préfère me taire. Il semblerait que le sujet Effy soit clos. Ce n’est pas plus mal, car vu comme tu sembles la défendre, je n’ai pas envie de dire la moindre chose qui puisse être prise de travers.

Maintenant allons plutôt danser, ça détendra l’atmosphère. Sauf que le problème avec moi, c’est que je suis de nature très curieuse, alors forcément même en dansant j’arrive à faire passer un interrogatoire. Est-ce que c’est mal de vouloir trop en savoir ? Je ne pense pas, c’est la première fois que j’ai l’occasion de rencontrer un strigoï et j’ai la chance qu’il ne veuille pas me dévorer, alors autant en profiter pour en découvrir plus à leur sujet. Je n’aurais pas cru que l’hypnose d’un strigoï pouvait agir aussi vite, aussi bien, et c’est à la fois effrayant et fascinant. Est-ce pour autant que j’ai envie de fuir ? Je devrais, mais à la place je reste là pour danser avec lui. Néanmoins je ne peux m’empêcher de rougir lorsqu’il me dit que je semble très intéressée et je maudis mes joues de réagir ainsi, espérant juste que la lumière le cachera.

- Erreur de jugement, et le mot exact n’est pas intéressée mais intriguée.

Il fallait bien que je réponde quelque chose après tout, je ne pouvais pas juste me contenter de rougir et lui laisser croire qu’il me charme. La musique change alors de rythme, laissant place à un slow, et même si j’avais promis d’arrêter avec mes questions, je ne peux retenir la prochaine plus longtemps. Je me mords l’intérieur de la joue alors que le silence s’installe entre nous. Pourquoi faut-il toujours que j’embête le monde avec mes questions ? J’ai l’impression d’avoir jeté un froid. Pourtant quelques secondes plus tard il finit par reprendre la parole, mais pas pour répondre à ma question, néanmoins ses mots me rassurent un peu, je n’ai pas gâché l’ambiance tout compte fait. Alors c’est d’un air tout à fait naturel que je lui réponds.

- Je suis prête à y mettre le prix.

En fait je me surprends moi-même d’avoir dit ça, espérant qu’il n’ira pas trop loin dans ses demandes, mais étrangement je pense que je peux avoir confiance en lui. C’est fou, n’est-ce pas ? En tous cas ça le convainc de m’offrir une réponse, d’abord un simple oui, et ensuite un peu plus de détails. Maintenant je me demande pourquoi tu n’étais pas heureux dans ta vie d’humain, mais j’imagine que ce n’est pas le genre de question que l’on pose à une première rencontre, alors pour une fois je me contente de me taire, de ne pas surenchérir et d’accepter sa réponse. Ce qui me surprend en revanche, c’est que lui me pose une question.

Est-ce que je t’intéresserais aussi ? Ou est-ce que tu me poses simplement des questions pour être sur la même longueur que moi ? Ta question est assez large Bastien, je pourrais t’offrir des tas de raisons, certains qui me touchent plus que d’autres, mais j’imagine que je n’ai pas besoin d’aller jusque-là dans les explications, autrement il fallait être plus précis.

- Je sais très bien profiter d’une fête, je n’ai pas besoin de boire et de me droguer pour m’amuser si c’est ce que tu me reproches.

Oui, toujours sur la défensive, malheureusement ça fait partit de mon caractère. J’ignore si c’était un reproche ou non en réalité, pour certains c’est mal de ne pas être comme tous les autres, pour d’autres c’est une qualité. Pour toi ? Je n’en ai aucune idée.

- Regarde-les, la plupart ne se souviendront même pas de leur soirée. Est-ce que c’est ça s’amuser ? Moi je trouve ça horrible de ne pas pouvoir se souvenir.

Et je peux l’attester pour l’avoir vécu, sauf que contrairement à eux, moi ce n’était pas par choix. Jamais je ne choisirais me retrouver dans un tel état. Jamais je n’accepterais ce que l’on m’a fait subir. Tout compte fait tu as posé la mauvaise question Bastien. Je m’arrête de danser, incapable de continuer, cet endroit, ces personnes autour de nous, ils me donnent la nausée.

- J’ai besoin de prendre l’air.

Finalement tu as raison, peut-être que je ne sais pas profiter d’une fête Bastien. Je m’éloigne de lui pour me diriger vers la sortie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 15
MessageSujet: Re: Apprendre à se lâcher   Mer 8 Mar - 16:57






Luna & Bastien


Voler dans les airs est comparable à une histoire d’amour - non pas du point de vue de l’attirance sexuelle, mais en tant qu’expérience qui enrichit la vie.

Est-ce que nous en avons finis avec Effy ? Est-ce que je t'ai convaincu ? Je n'en sais rien. Cela a-t-il une quelconque importance, de toute façon ? Je ne te reverrais sans doute pas, après cette soirée, tu retourneras à l'académie, et même pour tes beaux yeux, je n'ai pas l'intention de m'en approcher. Alors au fond, tu n'es qu'une femme, parmi d'autres, qui restera une belle rencontre, mais rien de plus. Donc, que tu me crois, ou non, sur l'histoire d'Effy n'a que peu d'importance, je ne me serais de toute façon pas permis de t'en offrir d'avantage. Peu importe ta curiosité. Vaut mieux changer de sujet, ou nous concentrer sur cette danse. Sauf que tu ne peux pas garder ta langue dans ta poche. Voilà un autre point en commun que tu as avec Effy. J'ignore si au fond, tu es aussi différente d'Effy, que tu aimerais le croire. Tu n'iras peut-être jamais aussi loin qu'elle, mais au niveau de votre caractère, vous n'êtes pas si éloignée.. Est-ce que je fais une erreur de jugement ? Je ne crois pas. Tu t'en défends peut-être, mais tu n'es pas juste, intriguée. L'intérêt pour notre espèce, peut se lire dans ton regard. Mais ce n'est pas une honte, tu n'as pas besoin de t'en défendre, chacun ces centres d'intérêt, et puis, si l'académie, reste aussi réservé sur nous, je comprends que tu cherches à en savoir plus. D'une certaine manière, ils vous mettent en danger, en vous révélant aussi peu d'information. Certes, vous êtes censé avoir des gardiens, mais la preuve en est, ce soir, que vous n'attendez pas toujours qu'ils puissent vous accompagner pour sortir. Et comment êtes-vous censé vous défendre, si vous ne connaissez pas réellement le danger que l'on représente ? Parce que je ne suis pas stupide, je sais que tous, ne sont pas comme moi.

En revanche, si je n'ai rien contre l'idée de répondre aux questions, qui concernent notre race, quand tu t’immisce un peu plus dans ma vie privé, c'est une autre affaire. Je suis peut-être sympa, pour un strigoï, mais j'ai mes limites, quand même. Ma vie, reste ma vie, et cette question, est peut-être un peu personnel, pour une première rencontre. N'as-tu pas d'accord ? Je doute que tu apprécierais que je te pose des questions aussi privé. Pourtant, je vois dans son regard, cette curiosité non voilée, cette envie d'en savoir plus. Est-ce que c'est à cause de cela, ou à cause de sa ressemble avec Effy, que je finis par craquer ? L'un comme l'autre, c'est pareil, je finis par lui offrir la réponse qu'elle souhaite. Sans oublier de la prévenir, au préalable, que ces questions lui coûteront cher. Est-ce que ma réponse te va ? De toute façon, je ne développerais pas plus. Ma vie, ne te regarde pas, et je ne compte pas faire en sorte, que tu puisses relater toutes mes faiblesses, à l'académie, pour qu'ils me prennent en grippe, ensuite. Ce n'est pas vraiment une question de confiance, mais disons que je ne te connais pas assez, pour m'étaler sur le sujet de ma vie d’antan. Tu as eu tes réponses, à moi d'avoir les miennes. Et sache que puisque je t'ai répondu honnêtement, tu n'auras d'autre choix que de me répondre. Alors autant que cela vienne de toi. Ma question te pousse aussitôt, sur la défensive, et ça m'intrigue.

« Pas besoin de sortir les griffes, ma belle, ce n'était en aucun camp un reproche, juste une question légitime »

Bien au contraire, ce n'est pas parce que je te pose cette question, que je n'apprécie pas ta manière d'être. J'ai bien plus d'envie, de passer une agréable soirée, avec quelqu'un comme toi, droite, et qui est conscience de ces actes, qu'une pauvre femme, déchirée, qui n'en aura aucun souvenir. Alors c'était bien loin du reproche que tu sembles voir derrière cela. Mes mots, étaient sans doute mal employé, pour exprimer ma véritable question. Je comprends, à ces nouveaux mots, que je suis entré bien plus dans son vie privé, que je ne le souhaitais, et j'admets que lorsqu'elle se détache de moi, pour quitter une nouvelle fois la boite, je reste quelques secondes, comme un abruti, à me demander, ce qui, dans ma question, a pu dérapé. Et j'admets que si je ne voulais pas qu'elle entre dans ma vie privé, ces derniers mots, face à ces souvenirs, me donnent envie d'en savoir plus. Je la rattrape, pour saisir son poignet, avant même qu'elle ne parvienne à atteindre la porte.

« Ne pars pas, excuse-moi, je ne voulais pas m’immiscer dans ta vie privé, oublie ma question »

Je fais un effort, pour ne pas lui en demander plus, pour ne pas essayer de comprendre, ce qui a pu la mettre dans un état comme celui-là. A vrai dire, j'ignore pourquoi je la retiens, une nouvelle fois. Qu'elle s'en aille, ou pas, n'aurait pas dû être un problème. Mais cette femme fait naître en moi un instinct de protection que je ne comprends pas. Je lui adresse un sourire, alors que je caresse sa joue, du bout des doigts, pour l'apaiser. Tu n'as rien à craindre, je ne te poserais pas d'autre question, à ce sujet, du moins, j'éviterais de ne pas gaffer à nouveau.

« Que dirais-tu de laisser tomber, cette boite, et opter plutôt pour la balade, finalement ? »

Je crois que maintenant que tu as compris, que je ne te voulais aucun mal, que je ne te ferais rien, nous pouvons nous permettre d'aller nous balader ensemble, non ? De plus, nous serrons seuls, tu n'auras plus à supporter toute cette agitation autour. De toute façon, j'attends pas sa réponse, pour l'entraîner avec moi, à l'extérieur, ce qui était, normalement, son but, avant que je l'arrête. Je laisse le silence s'installait, quelques minutes, pour qu'elle finisse de se calmer, et étonnement, ce silence ne me gêne même pas. Mais je finis quand même par le briser, pour lui poser une nouvelle question, qui j'espère, ne la dérangera pas, cette fois.

« Est-ce tu te plais, à l'académie ? »

Parce que ce n'est pas le cas de tout le monde, tu n'es pas la première moroï que je rencontre, et beaucoup, n'aime pas la vie là bas. Ce qui ne me semble pas si étonnant que cela, au final. Au vu de ce que je sais, sur l'académie, et tout ce qui vous est privé.  


COSMIC SHEEP.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Apprendre à se lâcher   

Revenir en haut Aller en bas
 
Apprendre à se lâcher
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Mort d'un jeune journaliste/Adieu Bien-Cher, adieu mon ami
» Petit décor rapide pour pas cher.
» Passage rapide cher le forgeron
» apprendre les noeuds de cordes
» 2épée cataclysme pas cher

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vamp Academy :: Missoula :: Quartier Centre :: Rue piétonne-
Sauter vers: