Forum d'écriture privé
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le feu peut se propager rapidement | Julian & Naomi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Le feu peut se propager rapidement | Julian & Naomi   Dim 5 Fév - 21:27


Le feu peut se propager rapidement
Julian & Naomi

J’entre dans le hall, entendant les bruits des conversations à tous les étages, les hésitations, l’odeur de la peur, de l’excitation, de la colère. Les joueurs et les jeux sont réunis mais ce n’est pas mon objectif. J’ai cru comprendre que le casino venait de rouvrir, à la suite d’une publicité très sanglante, de plusieurs morts… Rien d’étonnant à ce que la salle soit pleine ce soir. Ou plutôt, les salles. Bien que les morts pullulent, peu importe la place ou l’endroit où nous nous plaçons. Je ne comprends pas que les humains ne se rebellent pas plus… Ou en tout cas, ne se promènent pas tous armés.

« Un cocktail, monsieur ? »

Je me tourne vers cette femme et je me retiens d’hausser un sourcil. Je veux bien que ce soit un boulot comme un autre, mais en voyant qu’il faut être aussi dénudé pour se promener avec un plateau de verres, vous ne pensez pas que ce boulot n’est pas… normal ? Enfin, au moins cela annonce la couleur. Heureusement, le sourire de cette femme est assez professionnel, tout comme son expression prudente, pour que je comprenne qu’elle n’ait pas une femme de petite vertu ou qui ne connaisse pas les risques. J’incline la tête pour la hocher, prenant un verre et soutenant son regard en la remerciant poliment. Je vois son sourire devenir un peu plus sincère avant qu’elle ne s’éclipse. Les mystères de l’humanité…

Je me dirige vers le coin poker, au premier étage. Un peu moins de monde mais décidément trop de monde qui fume. De quoi m’agresser bien correctement l’odorat. Enfin… Mon rendez-vous ne doit pas être bien loin. Et mes informations également. Je n’ai pas réellement compris l’intérêt de choisir cette place pour effectuer l’échange mais pourquoi pas. Ce n’est pas un lieu auquel mes ennemis penseraient me chercher. Et au moins, cela me tient loin de la plupart des membres du gouvernement humain. En tout cas, des membres qui pourraient connaître mon visage, car je ne doute pas que le haut peuple cherche à dépenser leur argent ici, comme toujours à travers tous les âges.

Je m’installe à une table et commence une partie, histoire de me mêler correctement à la foule. Et je scrute les environs, discrètement, à la recherche de cette tête. Celle qui m’apportera, normalement, l’information, sur le lieu où se trouve Emma. Je sais, je devrais laisser tomber cette quête. Malgré tout, j’ai réellement besoin d’aller au bout de mon plan, au moins cette fois, afin de pouvoir tirer un trait sur mon passé. Tout du moins, le passé le moins… admirable.

Je gagne la troisième partie consécutive et je finis par quitter la table pour laisser ma place. Bluffer est bien trop simple avec des humains. Je me dirige vers les coins canapés et je me fais légèrement bousculer par une personne que je n’ai pas le temps d’observer, je me retrouve avec un dossier entre les mains. Je continue mon chemin naturellement, entrant dans une zone privée. C'est-à-dire un lieu avec des banquettes et une table, mais également de larges paravents qui me dissimulaient du reste de la communauté.

J’ai le temps de m’installer et d’ouvrir le dossier, je peux également voir le nom d’Emma sur la première page. C’est tout ce que j’ai le temps d’observer avant que je ne sois interrompu en fanfare. Par l’arrivée d’une femme moroï et d’un strigoï, un peu trop entreprenant. Visiblement, il cherche à la draguer mais il manque singulièrement de manière. En tout cas la demoiselle a l’air exaspéré mais également dépassée. Et brusquement, je suis la cible de leur regard. Enfin brusquement, après mon raclement de gorge. Une sensation étrange m’oblige à lâcher mon dossier, et je me rends compte que celui-ci gondole, comme sous l’effet de la chaleur. Sauf qu’il n’y a pas de feu… Je fixe du regard quelques secondes ce dossier. Qui n’est déjà plus utilisable. Qui n’en a pas l’air en tout cas. Que vient-il de se passer ?

Je me pince l’arrête du nez, prenant une profonde respiration pour me calmer. Heureusement, les deux plaisantins ne laissent pas sortir un son pendant ce temps, sinon je pense que des têtes auraient volés. Est-ce qu’après tous ses efforts, je viens de me retrouver devant une piste vierge, sans moyen de récupérer mon informateur en plus ? Non, d’abord je vais me débarrasser des idiots puis je chercherais à sauver ce dossier. Ma voix est calme mais acéré quand je reprends la parole. Je tente de ne pas élever cette même voix mais selon leur réponse, je pense que je vais changer d’avis…

« Donnez-moi une bonne raison de ne pas vous faire sortir d’ici en vous tuant ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 12
Age : 28
MessageSujet: Re: Le feu peut se propager rapidement | Julian & Naomi   Dim 5 Fév - 23:18



Le feu peut se propager rapidement

Qu'est-ce que je fais, en compagnie de ce strigoï ? C'était quoi déjà, l'objectif du délire ? Je dois récupérer quelque chose, quelque chose de précis, je crois, mais impossible d'avoir un souvenir assez précis, de ma discussion avec Daniel. Et bien, j'espère que ce que je dois récupérer, monsieur le possède sur lui, parce que je n'ai aucune envie d'avoir à faire un virée jusque dans son pieu. Et j'espère que quand je verrais l'objet, je me souviendrais que c'est ce que je dois voler. J'admets, que sur le coup, je pense même à me défiler quelques instants, histoire de pouvoir appeler Daniel, et qu'il me rappelle l'utilité de toute cette merde, mais je me dis que ce serait une mauvaise idée, surtout si celui qui m'accompagne, tente de m'écouter et entend ce que je dis, cela me foutrait dans une merde noire, pire que dans celle que je suis déjà, alors au final, je reste planter, entre ces bras, à le suivre. Une soirée casino, c'est ce qu'il m'a proposé, et même si je suis une véritable cruche, à tous ces jeux, je n'ai pas chercher à trouver une autre idée, ou à refuser. Là-bas, au moins, si quelque chose tourne mal, je serais au milieu d'une bonne centaine de personne, et ça m'aidera à m'en sortir vivante. D'ailleurs, j'aimerais que la fin de cette soirée, arrive à grand pas, parce que pour une raison que j'ignore, je ne suis pas à l'aise, avec ce type. Pourtant, en règle générale, la présence de strigoï, ne me gêne pas plus que cela, mais celle-ci, ne m'inspire aucune confiance. Tu pourrais mieux choisir tes proies, Daniel.

Nous arrivons, et dès lors, il semble déjà avoir choisi son jeu. Il se place autour d'une table, face à d'autres jours, plusieurs cartes leurs sont offertes, et bien que je ne comprenne pas les règles, le jeu est lancé. Mais même si je suis en train de me faire délaisser, je ne bronche pas, au contraire, c'est bienvenu, j'en profite pour souffler un grand coup, et me reprendre, parce que ce n'est pas le moment pour moi, de paniquer. Je profite aussi qu'il puisse être concentrer sur autre chose, que mon corps, pour l'observer, et essayer de repérer quelque chose, en vue, sur lui. Mais rien. Merde, mais c'est quoi, ce fameux truc, que je suis censé ramener à Daniel ? Parce que je sais, que c'est quelque chose, mais quoi ? Est-ce que c'est la panique, qui me pousse à agir ainsi ? Je me penche à son oreille, pour lui murmurer quelques mots, et lui indiquer vers où je disparais, histoire qu'il ne me prenne pas pour une décampeuse, et que je ne me retrouve pas menacer par ces crocs, se serait la merde, ça. Je prends la direction des toilettes. Je n'ai aucune envie de faire une petite pause pipi, juste de me retrouver seule. Je me place face au miroir, et rien que dans mon regard, je ne retrouve rien, de la femme que je suis. Faut croire que ce strigoï, à une sacré influence sur moi, et pourtant, il ne m'a pas l'air vieux, alors je ne comprends pas ce qui me paralyse comme ça, ce soir. J'ignore combien de temps je reste là, j'en profite pour me refaire une beauté, comme l'aurait fait n'importe quelle femme, pour rendre mon excuse plus crédible, et lorsque je sors, je me retrouve nez à nez, avec mon strigoï. On dirait que j'ai mis trop de temps, à son goût.

« J'espère que tu n'as pas abandonné ta partie, pour venir me chercher.. Je compte sur toi pour gagner un paquet de fric, et m'acheter un gros caillou »

Autant vous dire, que cela ne m'intéresse pas le moins du monde, mais une femme, normal, c'est ce qui l'intéresse ? Du moins ce genre de femme, qui change d'homme, un peu quand elle le souhaite, juste pour se faire du fric, non ? Enfin, cela à l'air de le convaincre, puisqu'il glisse un bras autour de ma taille, me murmurer quelques mots à l'oreille, laisse traîner sa bouche contre ma gorge, en même temps que ces crocs, sans doute une menace, subtil, pour que je ne prenne pas la fuite. T'inquiète, je compte bien la prendre, mais à ce moment là, tu ne la verras pas venir. On s'approche des machines cette fois, il se met à jouer, et gagne, trois fois d'affiler, et d'un coup, je me retrouve dans ces bras. Sans doute la chance, qui lui fait prendre cette initiative, mais si j'accepte le premier baiser, je suis loin d'être à l'aise, surtout lorsqu'en plus, je sens ces mains se faire plus entreprenante. J'aimerais réagir, mais au fond de moi, quelque chose m'en empêche, alors, pour éviter que les dégoûts ce ressentent, je pose mon regard, sur ces papiers, qu'un autre strigoï, tient entre ces mains, pour essayer de me focaliser sur autre chose, que ces gestes répugnants, et peu à peu, le papier se déforment, sous mon regard, avant que je ne croise celui du strigoï. Merde, il ne manquait plus que ça, pour que je sois dans la merde jusqu'au cou.

« Qu'est-ce qui t'arrive, papy ? »

D'une certaine façon, cela me confirme que mon strigoï n'est pas bien vieux, mais d'une autre, ça nous fout encore plus dans la merde. Mais cela ne m'étonne même pas, qu'il cherche à se faire mousser. Ferme-là, avant que l'on sorte vraiment d'ici, les pieds devant, idiot. Je prie, pour que le strigoï qui nous fait face, ne réagisse pas au quart de tour, et soit un peu plus réfléchi que celui qui m'accompagne.

« Je rêve de dire ça depuis la première seconde, de cette soirée, mais Bryan, ferme-là »


Vous n'imaginez pas à quel point, ça soulage, même si je me rends aussi compte, avoir fais une grosse connerie, par rapport à ce que j'étais censé faire ce soir, et que je risque galérer pour ramener l'objet, à Daniel, mais je trouverais une solution. Le meilleur est sans doute qu'il reste planté, comme un con, sans savoir quoi faire. M'attaquer là, n'est pas une solution. Je me détourne de lui, sans plus lui accorder mon attention, pour faire face au nouveau.

« Qu'est-ce que je peux faire, pour me faire pardonner ? Dites-moi, je tiens à m'excuser, je ne sais même pas de quelle manière j'ai pu faire ça »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le feu peut se propager rapidement | Julian & Naomi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Peut-on se passer de la farine de blé ?
» Peut-on Esperer Un Changement En Haiti ????
» Je n'aurais peut être pas dù (pv Samus)
» Ce qui ne peut être évité, il faut l'embrasser.
» Peut-être le début d'une nouvelle amitié... [PV Nuage De Pie]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vamp Academy :: Archive :: Rps Marie & Laure-
Sauter vers: