Forum d'écriture privé
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Survivre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 48
Age : 817
MessageSujet: Survivre   Mer 1 Fév - 20:06

Survivre
Elisa & Lucian
Je me suis fait arnaquer et vous savez quoi ? Je déteste qu’on se paie ma tête. Je sais qu’elle n’a pas mentis sur le fait qu’il faille un moroï au pouvoir de l’esprit, les battements de cœur ne trompent jamais, je pourrais détecter avec même le meilleur menteur. Non, il me manque encore autre chose, peut-être même plusieurs choses. Maintenant je me retrouve juste avec trois cadavres de plus entre les bras, celui du strigoï, celui du moroï et celui du dhampir qui cherchait à le protéger. Le meilleur dans tout ça, c’est qu’Elisa est parvenue à s’échapper. Autant dire que lorsque je lui remettrais la main dessus, elle ne passera pas un aussi bon moment qu’à notre première rencontre.

Est-ce que capturer des hommes de l’unité m’aiderait à la faire sortir de son trou ? Apparemment non, mais je ne me prive pas pour autant de le faire. Qui sait, peut-être pourront-ils m’apporter les réponses que je réclame. Sauf qu’aucun de ces misérables n’est au courant, pas la moindre petite information. Autant vous dire que je n’ai pas épargné leurs corps pour autant, je n’ai pas manqué d’envoyer des messages à l’unité, encore et encore. Sachez bien une chose, je ne crains pas le gouvernement, peu importe leur puissance, peu importe si mes meilleurs alliés les craignent, j’ai toujours su me sortir des situations critiques, j’ai toujours su me mettre les bonnes personnes dans la poche.

En parlant de ça, je viens de remarquer quelques appels manqués sur mon téléphone. J’écoute les messages et comprends que l’un de mes espions a repéré Elisa entrer dans une usine désaffectée. Je regarde l’heure, plus de trente minutes se sont écoulées mais peut-être y est-elle toujours, ou peut-être que mon contact est parvenu à la suivre sans se faire remarquer. Je l’appelle et il m’annonce qu’elle n’a toujours pas quitté l’usine. J’ignore en réalité si c’est une bonne ou mauvaise nouvelle, car je ne vois pas trop ce qu’Elisa pourrait bien faire dans une usine durant tout ce temps.

Au moment où je rejoins les lieux, j’aperçois ce strigoï sortir, apparemment fier de lui. Il ne me remarque pas, mais moi je reconnais l’odeur du sang d’Elisa sur lui. Jeune homme, si jamais il s’avère que tu as tué mon unique source d’information, je reviendrais te faire la peau et peu importe ce qu’elle t’aura fait subir je te promets que tu regretteras ta vengeance. J’entre dans l’usine et je ne tarde pas à apercevoir ce spectacle, soit une Elisa nue et agonisante soulevée par les poignets. Ça aurait pu faire un beau tableau, s’il ne l’avait pas autant abîmée.

Je rejoins Elisa et la délivre de ses chaînes, son corps tombant inconscient entre mes bras. Pour une guerrière je trouve que tu te fais un peu trop facilement avoir par les membres de mon espèce tout compte fait. Tu as de la chance que j’ai encore besoin de toi, sinon je t’aurais probablement laissé mourir là. Je mords à mon poignet et le dépose contre ses lèvres, la forçant à boire plusieurs gorgées pour que ses blessures puissent se refermer et qu’elle survive. Sauf qu’évidemment c’est dans les mauvaises situations qu’elle décide de jouer les fortes têtes. J’imagine que tu dois me confondre avec l’autre strigoï et crois-moi j’en suis vexé, je vaux tout de même largement mieux que lui.

- Tu ne t’adresses pas au bon enfoiré beauté, à moi on ne me donne pas d’ordre, on écoute les miens.

De toute façon tu as déjà bu assez de sang pour que ta blessure la plus grave se referme, pour le reste on verra quand tu seras plus sage. Je retire ma veste et couvre son corps avec. Il est temps pour nous de quitter les lieux darling et vu que tu es à deux doigts de perdre conscience, tu ne pourras pas riposter de toute façon. Je la soulève entre mes bras et nous fait quitter l’usine, retournant dans cette fameuse villa que tu es parvenue à quitter une fois, mais que tu ne quitteras pas deux fois sans mon autorisation.

Je pourrais l’emmener aux cachots, comme la dernière fois, mais à quoi bon ? Ce soir je ne la traiterais pas comme ma prisonnière, j’aurais mes réponses autrement. Après tout je viens de te sauver la vie, alors tu as maintenant une dette envers moi. Je l’emmène dans une chambre d’ami et la dépose sur le lit. Elle est toujours consciente, mais son esprit est bien loin d’ici, il suffit d’observer son regard pour le comprendre. Je pourrais la brusquer pour avoir mes réponses mais à quoi bon alors que j’ai toute la nuit ? Au lieu de ça je m’éloigne pour aller lui chercher des affaires, les miennes cela va sans dire, Emma me ferait une crise si elle se rendait compte que j’ai offert l’un de ses vêtements à une humaine. Je dépose le tee-shirt et une serviette au pied du lit ainsi qu’un verre remplis de mon sang que je viens ensuite poser sur la table de chevet.

- La salle de bain est en face. Rejoins-moi quand tu auras retrouvé des forces et n’essaies pas de sortir d’ici, tu n’y arriverais pas.

Aucune réponse mais je sais qu’elle m’a parfaitement entendu. Je la laisse là, me dirigeant dans ma propre chambre pour poursuivre une toile en cours. Après tout j’ignore combien de temps je vais devoir l’attendre et il n’y a que la peinture qui m’aide à ne pas être trop impatient.

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La plume plus forte que les baisers... La seringue... L'argent !
Messages : 67
Age : 33
MessageSujet: Re: Survivre   Mer 1 Fév - 22:12


Survivre

Je ne devrais pas provoquer, encore moins aujourd'hui, alors que je n'ai plus aucune force à mon active, alors que je ne serais pas assez forte pour l'arrêter, peu importe ce qu'il décide de faire. Mais sentir ce corps contre le mien, m'imaginer que c'est lui, parce que, de toute façon, qui cela pourrait être d'autres ? Je ne pense pas que j'aurais supporter d'encaisser d'autres souffrances, mais sentir ce corps, si proche de moi, c'est la pire chose. Alors, même si je ne contrôle rien de cette situation, même si je vais sans doute me faire détruire pour avoir réagir de la sorte, je m'en fiche. Je ne veux pas de ce contact, encore moins que cela joue contre moi, pour me détruire un peu plus dans mes convictions. Bravo, Bastian, pour la première fois, tu viens de me dégoûter d'un contact, du corps d'un homme. J'ai besoin d'entendre cette voix, pour prendre conscience que ce n'est pas Bastian, et que je ne risque rien. Du moins, j'en sais rien, et qu'elle importance ? Je reconnais la voix de Lucian, faut dire que notre rencontre était assez épique, pour que je le reconnaisse au premier écho. Est-ce mieux, ou est-ce pire ? J'imagine que tu n'es pas là pour rien. Deux options. Tu viens peut-être juste te venger, parce que tu n'as pas supporter que je te file sous le nez, ou alors, tu as découverts qu'il te manquait encore un élément, pour obtenir un humain, à partir d'un strigoï. Je préférerais de loin, que tu m'achèves de suite, pour te venger, et que tu ailles chercher tes informations ailleurs, mais j'imagine que si tu m'as fais reprendre connaissance, grâce à ton sang, c'est que ce n'est pas dans tes intentions. Je me retrouve à nouveau contre son corps, dans ces bras, et même si je n'ai aucune envie de quitter ces lieux, pour aller mieux, j'abandonne l'idée de le repousser, de toute façon, j'en ai guerre la force, et je ne pense pas qu'il me laisserait échapper à sa prise une nouvelle fois. Je referme cette veste autour de moi, pour cacher mon corps. Je n'ai jamais été du genre à cacher mon corps, du regard d'un homme, mais de toute façon, ce soir, c'est pas comme s'il était agréable à contempler.

Je ne fais pas attention à notre chemin, encore une fois, qu'elle importance ? Tu peux bien faire ce que tu veux de moi, je n'essaierais pas de m'en défaire. Je me perds juste, une nouvelle fois dans mes pensées, dans mes souvenirs, de cette soirée, de cette atroce soirée. En une soirée, j'ai tous perdu. Je prends à peine conscience que l'on est arrivé chez lui, qu'il m'a déposé dans une chambre. J'évite son regard. C'est déjà assez humiliant pour moi, qu'un de mes adversaires me voit dans cet état pitoyable, alors autant que tu évites de voir la détresse dans mes yeux, cela m'arrangerait que l'on arrête l'humiliation ici. Même si je suis ailleurs, j'entends ces paroles, mais n'en prend pas compte. Je n'ai aucune intention de te rejoindre, Lucian, comme je n'ai pas l'intention de guérir ce soir. J'ai toujours voulu me battre, mais cette lutte, je la menais pour mon frère, alors continuer sans lui, ça n'a pas vraiment d'importance. Je dois bien rester une demie heure, en boule, sans réagir, le regard dans le vague, l'image de mon frère en tête. Au final, c'est pas douleur, qui me fait réagir, qui me pousse, à agir. J'attrape le verre, posé sur la table de nuit, les affaires, et rejoins la salle de bain. Plus d'une fois, j'ai bien cru que je n'arriverais pas jusque là, à force de trébuché dans le vide, mais je finis par réussir à claquer la porte derrière moi. Je dépose tous prêt de la baignoire, fais couler l'eau, et une fois rempli au maximum, me glisse dedans. N'allait pas croire que j'ai changé d'avis. Je n'ai pas l'intention de guérir mes blessures, juste de rendre ma fin plus agréable, de faire taire cette douleur. L'eau chaude apaisera ma douleur, mais tant que je n'aurais pas bu ce verre de sang, je porterais toujours ces blessures, et ma faiblesse finira par l'emporter. C'est du moins ce que je crois.

Une autre demie heure s'écoule, où je me laisse couler, entre conscience, et inconscience. Ou mon esprit me porte de lui-même, sur des choses agréables, et d'autres choses moins agréables. Sur mes souvenirs, heureux, et malheureux avec mon frère. Sur nos parents, sur les raisons pour lesquels j'étais ici, avec mon frère, l'unité, Bastian, Promesse, ma vengeance.. Je sais pas, si à la longue, ce sera assez, pour me pousser à me battre, mais c'est assez, pour me faire réagir définitivement ce soir, et avaler ce verre de sang. A travers l'eau rougeâtre, je vois certaine blessure se refermer direct, d'autres persister, mais je sais qu'elles finiront par disparaître, elles aussi, il faut juste le temps que son sang arrive dans la totalité de mon organisme. Je finis par sortir de l'eau, lorsque je me rends compte que de toute façon, elle ne lavera plus rien sur mon corps, pour l'instant. Je me sèche, et je ne peux empêcher mon regard de glisser sur mon corps, sur les blessures qui restent encore, et sur cette cicatrice, dans le bas de mon dos. Je me rends compte n'avoir attraper le verre, que lorsqu'il se brise à travers mes doigts. Merde. Comme si je n'avais pas assez de blessure comme ça. Je passe ma main sous l'eau, sèche mes cheveux, avec ce que je trouve, et enfile le t-shirt qu'il m'a laissé. Ce n'est qu'après avoir fais tous ça, que je cherche enfin à le revoir. Presque deux heures se sont écoulé, au moins une bonne heure et demie. Lorsque je pousse la porte de sa chambre, je le trouve en train de peindre. Et même s'il m'a entendu entrer, même s'il s'est tournait vers moi, je continue de fixer sa toile un long moment, avant d'ouvrir la bouche.

« Pourquoi est-ce que tu m'as amené avec toi ? Pourquoi est-ce que tu m'as sauvé ? »

Parce que la véritable question c'est la deuxième. Pourquoi m'avoir sauvé, alors que je ne désirais pas l'être. Même pour avoir tes réponses, c'est cruel. Sans doute pas ce que t'attendais de ma part, mais je ne crois pas que je pourrais faire mieux, tant que je n'aurais pas ta réponse. N'aurais-tu pas juste pu me laisser à mon sort ? Au final, peut-être que tes réponses suffiront à me convaincre que je n'ai aucune raison de continuer à me battre. Si ce n'est pas Bastian, qui m'achève, ce sera quelqu'un d'autre. J'ai conscience de tous les ennemis que je me suis faite, en étant du côté de l'unité, mais aujourd'hui, je n'ai plus vraiment envie de me battre.

« Est-ce que tu comptes juste me remettre en forme, pour me détruire toi-même, ou est-ce que tu as d'autre projet ? »

Cela aussi, m'aidera à me décider, alors opte pour la sincérité, ça m'arrangerait.  

acidbrain

_________________


Sous peu, tes barrières, je briserais, sous peu, tes émotions, je ferais éclater, sous peu, tu cesseras de me résister, sous peu, nous serons heureux, je t’en fais la promesse..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 48
Age : 817
MessageSujet: Re: Survivre   Sam 4 Fév - 14:22

Survivre
Elisa & Lucian
Les minutes s’écoulent et pas un seul instant je ne décroche de ma toile. Je viens chercher un peu de noir avec mon pinceau pour dessiner ces deux goélands en plein vol devant ce clair de lune. La lune prend la plus grande majorité de la toile, laissant croire qu’on pourrait la toucher du bout des doigts si on tendait un peu la main. Elle est belle et écrasante, tout le reste de la toile gravite autour de cette immense boule bleue et blanche dont on pourrait croire qu’une forme de vie éblouit à l’intérieur. Elle vole dans ce ciel bleuté à peine étoilé, légèrement nuageux sur les bords du cadre, il n’y a pas besoin d’autre lumière à part elle pour venir éclairer notre terre. Au premier plan, la silhouette d’une femme portant une robe longue et tenant un parapluie, debout sur une herbe haute, observant non pas la lune mais l’arbre d’automne qui figure sur la droite du cadre. Tout le premier plan ainsi que les goélands sont entièrement faits en noir, comme s’ils n’étaient que des ombres, si petits et si sombres à côté de cet astre lumineux.

Je continue d’ajouter quelques détails à cet arbre non fleurit, à ces branches si vides et pourtant si fortes. Puis j’entends le bruit de verre se briser. J’écoute un peu plus attentivement du côté d’Elisa, pas de battement de cœur plus rapide ou plus faible, pas d’odeur de sang frais qui s’écoule, pas de vie en danger. Je me replonge dans ma toile pratiquement terminée, quand j’entends Elisa se décider finalement à venir à ma rencontre. Je me tourne vers elle, l’observant quelques secondes avant de revenir faire face à ma toile, écoutant sa question. Pourquoi est-ce que je t’ai sauvé ? Au fond ne connais-tu pas déjà la réponse Elisa ? Tu devais bien savoir que je reviendrais pour toi, et apparemment je suis apparu au bon moment, ou mauvais on dirait, parce qu’il semblerait que tu aies perdu goût à la vie.

Je ne réponds pas à sa question, appliquant cette dernière couche de blanc à la lune avant de reposer ma palette et mes pinceaux pour me reculer de deux pas. Une toile convenable, mais elle ne survivra probablement pas à cette fin de semaine. Je finis par me retourner vers Elisa lorsqu’elle me pose une autre question. Est-ce que je t’ai sauvé pour moi-même te détruire ? J’aurais pu. Je pourrais toujours. Est-ce pour autant ce que j’ai l’intention de faire ? Pas vraiment, vois-tu Elisa, je n’ai pas d’intérêt à te détruire, si tu es honnête avec moi, le problème c’est que pour l’instant tu ne l’as été qu’à moitié.

- Mes projets n’ont pas changé Elisa, et j’ai toujours besoin de ta coopération pour les accomplir.

Autant ne pas tourner autour du pot, je t’ai principalement sauvé pour cette raison, pour avoir mes réponses, peut-être y-a-t-il aussi autre chose, peut-être que je t’aurais aussi sauvé sans ça, allez savoir, mais en tous cas c’est la raison principale de ce sauvetage. Inutile de lui dire que ma dernière tentative de transformation a été un échec, je suppose qu’elle le sait déjà. Inutile aussi de lui dire que j’attends de sa part le reste des ingrédients, ça aussi elle le sait. A la place je m’approche d’elle et attrape son menton, la forçant à lever son visage vers moi pour pouvoir la regarder dans les yeux. C’est bien ce que je pensais, ton regard a changé et ce n’est pas uniquement parce que tu étais entre la vie et la mort, même maintenant que tu es sauve, cette lueur que j’appréciais s’est éteinte dans ton regard.

- A quel moment as-tu décidé d’abandonner Elisa ? Je ne pensais pas que c'était dans tes méthodes de laisser ton ennemi gagner la bataille.

Et je dois dire que j’en suis assez déçu, pour une fois que je trouvais une femme forte et pleine de caractère, une femme qui en a dans le ventre et ne se contente pas juste de faire les yeux doux pour avoir ce qu’elle veut, je suis déçu de ne plus avoir cette femme-là en face de moi. Je relâche son menton et la libère de ma prise, m’écartant d’elle pour venir retirer ce tee-shirt tâché de peinture et enfiler à la place une chemise en jean gris foncé. Je t’ai emmené ici pour ta sécurité Elisa, alors profites-en pour te poser les bonnes questions : que comptes-tu faire désormais ?

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La plume plus forte que les baisers... La seringue... L'argent !
Messages : 67
Age : 33
MessageSujet: Re: Survivre   Sam 4 Fév - 18:21


Survivre

Qu'est-ce que je fais ici ? Pourquoi est-ce que je ne suis pas morte ? Ce n'était pas ce qui était prévu, j'aurais dû mourir, comme mon frère. Pourquoi est-ce que j'avais une seconde chance, mais pas lui ?Si ce n'est que des réponses, que tu attendais, Lucian, tu aurais pu les trouver grâce à quelqu'un d'autre, je ne suis pas la seule à connaître ce secret.. Ou alors, tu aurais pu me les demander, et me laisser mourir, c'est une solution comme les autres. A vrai dire, j'aurais pensé que tu étais du genre à me tuer, pour t'avoir menti, plutôt que me laisser une seconde chance. Tu n'as pas l'air si effrayant, en fin de compte. Moi qui pensait que tu étais ce type de strigoï, que l'on craignait, je me suis peut-être trompé, en temps normal, c'est type là, ne laisse pas de seconde chance, bien que cela ne m'empêche pas de jouer contre eux.. Je n'ai pas encore pris de décision, ce n'est pas parce que j'apparais face à toi, que cela signifie que j'ai repris goût à la vie. Je souhaite me venger, j'arriverais à me venger, mais cela ne durera pas une éternité, et lorsque ma haine retombera, lorsque je prendrais conscience que j'ai perdu une partie de moi, à travers cette guerre, je n'aurais aucune raison de continuer à me battre. A vrai dire, ce n'est même pas pour moi, que je me bats, c'est pour lui, pour Owen, pour mon frère. Alors j'apparais à l'entrée de ta chambre, j'apparais, face à toi, avec des questions, mais sache que ce n'est pas une victoire pour toi. Mais au moins, je suis là, et j'imagine que c'est l'essentiel pour toi, puisque tu pourras avoir ce que tu attends de moi, bien que j'ignore encore ce que s'est.. Une vengeance, ma souffrance, ou juste les réponses qu'il te manque.

Quel genre d'artiste es-tu, Lucian ? Je me suis rendu compte, lors de mon évasion, que tu possédais plusieurs peintures, dans cette maison, aujourd'hui, je te découvre en train de peindre une toile, de toi-même. J'imagine que cela signifie que tu apprécies cela. Ce n'est pas vraiment mon cas, ou du moins, c'est plus un désintérêt, qu'autre chose. Es-tu ce genre d'artiste, qui peint au hasard, ou peins-tu tes propres histoires ? Qu'essaies-tu de peindre dans cette toile-ci ? Peut-être qu'un autre jour, j'aurais chercher à comprendre, aujourd'hui, cela ne m'intéresse pas. La seule chose qui m'intéresse, c'est de savoir pourquoi, je suis ici. De savoir, en quoi je peux t'être utile, savoir ce que tu me réserves pour l'avenir. Alors sois gentil, réponds à mes questions, que je sois fixer, parce que je ne sais pas ce que moi-même je veux, alors comment pourrais-je savoir ce que tu veux, toi ? Je le vois finir quelques coups de pinceaux. Es-tu vraiment inspirer, ou te fous-tu de ce que je peux te dire ? Je finis quand même par avoir mes réponses. Ma coopération. Est-ce que je vais te l'offrir ? Je l'ignore. En même temps, je ne vois pas l'intérêt de mourir avec ce secret. C'était un risque pour moi, de te le révéler avant, mais aujourd'hui, je crois avoir connu les pires, alors à côté de ça, qu'est-ce que pourrait me faire l'unité, au juste ? Mais juste avant, j'aimerais une autre réponse.

« Qu'est-ce qui a changé, depuis la dernière fois, pour que cette rencontre, se fasse dans ta chambre, et non, attachée ? »

Parce que je sais que ce n'est pas par gentillesse que tu fais ça. Cela ne ressemble pas à l'image que tu veux donner de toi. Et puis, en toute logique, je t'ai menti la première fois, alors que tu t'es montré clément, à mon encontre, cela ne devrait-il pas se passer d'une manière plus brutale, pour que je ne commette pas la même erreur une nouvelle fois ? Admets qu'il n'y a pas de logique dans ta manière de faire, et c'est pour cette raison, que je veux comprendre, avant de t'offrir les réponses que tu cherches. Je te les donnerais, n'est pas de doute là-dessus, je ne pense pas que tu me lasseras le choix, de toute façon, mais cette fois, je ne compte pas te faire de mauvais tour. Je suis un peu surprise, par la suite des événements. A vrai dire, je pensais que tu serais plus brutale avec moi, que tu me ferais payer de t'avoir fuis, la dernière fois, et laisser avec de mauvaise information, alors qu'il cherche à se montrer compréhensif, en quelque sorte, à comprendre ce qui a pu se passer, c'est assez inattendu, je dois l'admettre. A quel moment ? Lorsque j'ai vu la vie s'éteindre, dans son regard, lorsque j'ai compris, que je ne le reverrais plus. Je n'ai pas laissé mon adversaire gagner, Lucian.

« Bastian avait gagné, bien avant que j'abandonne.. »

C'est une triste réalité, mais une vrai réalité. Bastian avait prévu son plan, dans les moindres détails, même lorsque je continuais à me battre, il savait déjà, avoir gagné, puisqu'il avait déjà conscience de mon frère, qui perdait la vie, face à Promesse. Je ne suis pas du genre à abandonner, Lucian, j'aurais pu me battre, contre mes tortures, contre la mort.. Mais contre ça ?

« J'ai perdu ce soir, tous.. Ma raison d'être, ma raison de me battre »

Mais est-ce que cela vaut la peine que je t'explique ? Non, je ne pense pas, je ne pense pas que tu pourrais comprendre non plus. Tu ne serais pas plus compatissant, et de toute façon, ce n'est pas ce que je veux. J'aurais encore plus pitié de moi-même, si tu venais à compatir. Je m'approche de lui, pour glisser mes mains contre sa peau, sous sa chemise entre ouverte.

« J'ai perdu, mais je ne partirais pas vaincu, je me vengerais »

Et après, je baisserais les bras, après, j'abandonnerais pour de bon, mais je n'ai pas besoin de le dire à voix haute, je pense que nous savons tous les deux, ce que cette phrase sous entends.

acidbrain

_________________


Sous peu, tes barrières, je briserais, sous peu, tes émotions, je ferais éclater, sous peu, tu cesseras de me résister, sous peu, nous serons heureux, je t’en fais la promesse..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 48
Age : 817
MessageSujet: Re: Survivre   Dim 5 Fév - 23:31

Survivre
Elisa & Lucian
Je l’admets, je ne m’attendais pas à retrouver Elisa dans cet état en me rendant dans cette usine. A vrai dire je m’attendais à ce que ce soit plutôt moi qui la mette si mal en point, mais puisqu’il semblerait que quelqu’un soit passé avant moi, autant opter pour une toute autre stratégie, car au vue de son regard, je sais que son bourreau l’a déjà détruite et que je ne tirerais plus rien d’elle de cette façon. Voilà ce qui a changé Elisa, voilà la raison pour laquelle cette rencontre est différente. Ce n’est pas moi qui ai changé d’état d’esprit mais toi, alors je m’adapte, tout simplement.

- Je sais que cette fois je ne tirerais rien de toi en tentant de te tuer, alors autant faire les choses différemment.

Cette fois j’obtiendrais plus facilement des réponses en t’empêchant de te tuer plutôt qu’en tentant de mettre fin à tes jours. Tu vois Elisa, je sais analyser, je sais m’adapter à toute situation et la tienne ne m’empêchera pas d’obtenir ce que je veux à la fin. Que t’est-il arrivé au juste, pour que tu perdes ainsi goût à la vie ? La dernière fois tu aurais été prête à trahir ton camp pour survivre, aujourd’hui tu me demanderais presque de te trancher la gorge. A quel moment as-tu décidé d’être une perdante Elisa ? Je suis un peu déçu de ce nouveau revirement je dois dire.

Ainsi donc Bastian est le nom du strigoï à qui je dois un tel changement. Et bien je n’irais pas le remercier en tous cas. Tu as tout perdu ce soir Elisa ? Et alors ? Est-ce une raison suffisante pour laisser ton ennemi avoir le dernier mot ? Apparemment pour toi ça l’est. Tu devrais plutôt avoir la hargne de te venger, de venger ceux que tu as perdu, car quelque chose me dit qu’il n’y a pas que toi qui as été touché. Je connais ce regard Elisa, je l’ai déjà eu avant toi.

- Alors trouve-toi une autre raison de te battre.

Je sais, je suis froid et sec dans mon intonation, mais après tout je n’ai jamais prétendu être là pour être une épaule sur laquelle se plaindre. Tu trouves que c’est plus facile à dire qu’à faire ? Pourtant je l’ai fait, des tas de personnes l’ont fait, tu n’es pas la première à tout perdre Elisa, fais au moins en sorte de ne pas être la dernière. Je m’écarte d’elle, changeant de vêtement, optant pour une chemise propre et jetant au sol ce tee-shirt tâché de peinture. Je la vois s’approcher de moi et je n’ai de toute façon pas le temps de refermer cette chemise que ses mains viennent glisser sur ma peau. C’est donc ça qu’il te faut pour aller mieux ? Je pourrais te l’offrir, je pourrais t’aider à tout oublier durant une nuit si encore une fois tu m’aides aussi en retour. Ça a toujours été donnant donnant entre nous Elisa, ne pense pas que ça changera aujourd’hui parce que tu es en deuil.

- Je préfère entendre ça.

Oui je préfère savoir que tu es toujours cette femme battante qui m’a intrigué plutôt qu’une fausse guerrière qui abandonne dès la première difficulté. Cette femme-là mérite davantage mon attention. Je l’attrape par le tee-shirt et la pousse à se rapprocher de moi, collant son corps au mien alors que mon regard est toujours plongé dans le sien. Cette fois je ne te demanderais pas si c’est bien ce que tu veux Elisa, nous connaissons tous les deux la réponse de toute façon. J’agrippe ses cheveux et écrase mes lèvres contre les siennes pour un baiser sauvage, me moquant bien de la priver de sa respiration trop longtemps. Est-ce que ça te fait du bien Elisa ? Est-ce que ça te fait te sentir vivante ? Je la pousse à reculer jusqu’à la faire tomber sur le matelas où je la rejoins, glissant une main sous le tee-shirt qu’elle porte en même temps que mes lèvres goûtent à ses cuisses.

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La plume plus forte que les baisers... La seringue... L'argent !
Messages : 67
Age : 33
MessageSujet: Re: Survivre   Lun 6 Fév - 2:17


Survivre

Qu’est-ce qui a changé, depuis notre dernière rencontre, Lucian ? Tu étais plus brutal, la dernière fois, d’une certaine façon, même si c’était pas jusqu’à l’extrême de ce soir, avec Bastian, j’avais frôler de perdre la vie, avec toi aussi. J’aurais pu la perdre, si j’avais pas décider de trahir l’unité. D’une certaine façon, si tu tentais la même chose ce soir, si tu me poussais vers l’inconscience, tu n’obtiendrais rien d’autre qu’une poupée de chiffon, parce que la vérité, c’est que je souhaite venger mon frère, mais si tu cherches à me tuer, je ne chercherais pas à m’en défendre. De toute façon, peu importe que j’ai bu ton sang, pour fermer mes blessure, au vu de la quantité que j’ai perdu, avec Bastian, si tu tentais la même subtilité que la dernière fois, je ne tiendrais même pas deux minutes. Et encore, c’est large au vu de ma faiblesse. L’avantage, c’est qu’aujourd’hui je ne vois pas l’intérêt, de me protéger de l’unité, je me fiche, de ce qu’ils pourront penser de mes actions suivantes, je me fiche qu’ils veuillent me détruire, la seule pression, qu’ils avaient sur moi, c’était mon frère, et puisqu’il n’est plus de ce monde, étant donné qu’ils n’ont pas été apte à nous défendre, je ne risque rien d’eux. Alors, tu as une certaine chance, je ne chercherais pas à te mentir, ou à te faire un quelconque chantage, pour te laisser avoir ces réponses. Je ne le regarde même pas, lorsque je m’adresse a lui, je fixe juste cette toile, qui a fini.

« Tu dois bénir le pieu, des quatre éléments. La transformation ne marchera qu’avec un pieu béni, et un moroï de l’esprit, qui souhaite cette transformation »

Voilà, je t’ai donné chaque élément, tu devrais avoir toute la marche à suivre, et ne plus échoué, à partir d’aujourd’hui. Est-ce que j’espère que tu réussiras ce que tu souhaites ? A vrai dire, je m’en fiche un peu. Cela aurait pu m’intéresser, si c’était juste une transformation que tu voulais, j’aurais pu le ramener à l’unité, pour des examens, mais puisque tu sembles vouloir sa mort, derrière, cela ne m’intéresse pas plus que ça. Est-ce que tu trouves que j’ai perdu goût à la vie ? Tu aurais bien raison. Pourquoi est-ce que je devrais continuer à avoir foie en la vie, après ce qu’il s’est passer ce soir ? Celle-ci m’a juste montré qu’elle pouvait être cruelle, et imprévisible. Quelle était capable de me priver de cette personne, qui était ma seule raison de vivre, et de me battre. Je ne compte plus le nombre de fois, ou j’ai entendu dire que j’étais plus forte que mon frère. Peut-être, mais c’est sur lui, que je me reposais jusqu’à aujourd’hui, alors sans lui, ça ne sera plus pareil. Me trouver une autre raison de me battre ? Oui, c’est la raison pour laquelle je suis debout, devant toi, et non en train de mon sang, dans l’autre chambre. Mais est-ce que cela suffira, à me tenir debout, encore des années, et des années ? Je n’en suis pas sur. Et quel intérêt, pour toi ? Tu es déçu ? Tu ne retrouves pas la femme que tu as vu la dernière fois ? Qu’est-ce que ça change, puisque la seule chose que tu souhaites, c’est mes réponses ? Tu n’hésiteras pas à me mettre à la porte, après ça.

« Cette raison ne sera pas éternel, rien ne l’est »

Pas même toi. Tu sembles l’être, mais un pieu dans le cœur, suffirait à éteindre ta vie, même si ce n’est pas ce que je souhaite. Pour l’instant, ma vengeance envers Bastian me tiendra debout, mais lorsque j’aurais réussi à mettre un terme à sa vie, qu’est-ce qui me maintiendra encore la tête hors de l’eau ? Je m’approche de lui, et glisse mes mains sur son corps. Ne me considère pas comme quelqu’un de faible, Lucian, je ne suis pas au meilleur de ma forme, mais j’étais déjà une redoutable ennemi, avant, aujourd’hui, je ne ferais plus l’erreur de reculer, pour rester en vie, alors ce ne me rendra que pire. Mais ce soir ? Ce soir, je ne me vengerais pas, ce n’est pas ce dont j’ai besoin. Ce dont j’ai besoin, c’est d’oublier. Oublier l’image de mon frère, oublier sa mort, oublier toutes ces paroles, échanger avec Bastian, oublier toutes ces blessures, qui m’ont déchiré ce soir. Je veux oublier la douleur, je veux oublier pouvoir avoir mal. Est-ce que le sexe est la solution ? J’en sais rien, et je ne sais pas combien de temps, cela réussira à me tenir occuper, à me faire oublier, mais cela me permettra au moins de me concentrer sur autre chose, quelques minutes. Je n’ai même pas besoin de le pousser, contrairement à la dernière fois. Le baiser vient de lui, dure, et impitoyable, mais en même temps, je m’en fiche pas mal. Je me fiche aussi de manquer d’air, parce que c’est ce qu’il me faut, pour garder la tête hors de l’eau ce soir. En revanche, j’espère que cela ne blessera pas ton ego, mais je risque de ne pas être aussi réceptive que la derrière fois. Cela ne veut pas dire que je ne prendrais pas mon pied, mais je risque ne pas le montrer de manière aussi claire. Je me laisse tomber sur le matelas, et malgré ces quelques frissons qu’il arrive à faire naître, je finis par l’attirer vers moi, pour retirer cette chemise, qu’il vient juste d’enfiler. De toute façon, il n’en aura pas besoin. Rappelle toi, Lucian, je ne suis pas une femme, à préliminaire, je n’apprécie pas cela, et aujourd’hui, je ne sais pas si cela m’occuperai l’esprit plus longtemps, ou m’insupporterait. Je ne suis pas sur que ce serait une bonne idée, de tester pour connaître le résultat.  

«  Je veux oublier, juste pour une soirée.. Permets moi d’oublier »

C’est toi, que je m’en remets ce soir, pour essayer de rendre cette soirée pire que merdique, un peu plus agréable. Je sais pas, si j’ai raison de te faire confiance, mais de toute façon, t’es sens doute la seule personne que j’accepterais de voir ce soir, alors autant m’en remettre à toi. Je m’attaque a son pantalon, autant, ne pas perdre de temps, puisque de son côté, il n’aura pas grand mal à me déshabiller. Est-ce que mon corps, avec les blessures qui reste, rebute ou, au contraire, me rend encore plus sexy ? J’aimerais savoir, comme je redoute la question. J’interrompt un nouveau baiser et lorsque je croise son regard, je ne peux pas empêcher mon regard, de virer vers ces crocs. Je viens même toucher l’un de ces crocs, du bout de doigts, réaction stupide, c’est pas la première fois, que je vois des crocs, vu mon métier, d’ailleurs, en dehors du sexe, j’ai toujours été contre les morsures, même dans le sexe, je ne l’accepte pas toujours, mais ce soir, j’ai cette tentation, assez forte pour que je lui offre mon cou de moi-même.

acidbrain

_________________


Sous peu, tes barrières, je briserais, sous peu, tes émotions, je ferais éclater, sous peu, tu cesseras de me résister, sous peu, nous serons heureux, je t’en fais la promesse..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 48
Age : 817
MessageSujet: Re: Survivre   Lun 6 Fév - 15:38

Survivre
Elisa & Lucian
Alors Elisa, vas-tu te décider à me donner toutes les réponses que je veux cette fois ? Tu sais que je les obtiendrais, d’une manière ou d’une autre, alors autant ne pas jouer trop longtemps avec ma patience. On peut tous les deux avoir ce qu’on veut Elisa, il suffit juste de vouloir coopérer pour ça. Tu finis par me donner les informations manquantes et je sais que je n’ai pas besoin d’aller écouter les battements de ton cœur pour savoir que tu dis vrai, ça m’étonnerait que tu irais inventer tout ça. Un pieu béni des quatre éléments, c’était donc le dernier ingrédient qu’il me manquait. Je devrais être heureux d’avoir obtenu une telle information, mais je ne laisse rien transparaître sur mon visage, toujours aussi impassible. J’arrive bientôt pour toi Alistair, ce n’est plus qu’une question de jours désormais, alors j’espère que cette fois, tu es prêt à mourir pour de bon.

Quant à toi Elisa, il serait temps de te trouver une autre raison de te battre, car je dois reconnaître que je serais déçu de te perdre aussi vite alors que tu es probablement la fille la plus intéressante de Missoula et crois-moi je ne fais pas souvent ce genre de compliment. Il me semble qu’obtenir vengeance envers l’être qui t’a détruit devrait être une bonne raison de ne pas te foutre en l’air, je me trompe ? C’est vrai, cette raison ne sera pas éternelle, une fois qu’il mourra tu auras de nouveau ce vide en toi et ça recommencera à zéro. C’est le cycle de la vie Elisa, au fond nous sommes tous pareil.

- Non, rien ne l’est, c’est pour ça qu’il faudra t’en trouver d’autres, encore et encore, jusqu’à la fin de tes jours.

C’est peut-être triste comme façon de vivre, mais après tout n’est-ce pas ce que tout le monde fait ? Certains vivent dans l’espoir d’accomplir leurs rêves, d’autres pour se venger, chacun à ses raisons de survivre, mais on en a tous une, on a tous un but à accomplir et une fois que le but est atteint, on se trouve un nouvel objectif et ainsi de suite. Voilà comment fonctionne la vie Elisa, il était temps que tu l’apprennes. Et ce qu’il y a d’intéressant dans cette vie, c’est toutes les petites aventures qu’on peut vivre autour avant d’accomplir notre objectif. J’ai enfin eu les informations que je voulais et je sais ce que tu veux toi aussi, ce que tu veux bien souvent. Le sexe pour oublier, c’est un bon remède crois-moi et ça ne me dérange pas de t’y aider.

Cette fois c’est moi qui prends les devants, qui capture ses lèvres, qui l’entraîne vers le lit. Je me doute que cette fois sera différente de la première à cause de ce que tu as subi ce soir, crois-moi elle n’en restera pas pour autant moins agréable pour nous deux. Je n’essaie pas de me faire plus doux que la dernière fois, tu n’as pas besoin de ça de toute façon et la douceur je l’ai laissé de côté depuis un moment. Ma chemise tombe et je ne tarde pas non plus à lui retirer cet unique vêtement qu’elle porte, redécouvrant son corps nu, mais cette fois bien plus décoré de cicatrices. Je glisse mes doigts sur certaines d’entre elles et je la sens frissonner à ce contact. Tu vois Elisa, ces cicatrices prouveront au monde entier que tu es une survivante. Et comme tous les survivants, tu as le droit de vouloir oublier rien qu’une fois.

Je plaque un doigt contre ses lèvres alors qu’elle termine sa phrase. Si tu veux oublier Elisa alors cesse d’en parler, cesse d’y penser et laisse toi aller. Là je pourrais t’aider à oublier. Mon pantalon rejoins à son tour le sol et on se retrouve nu tous les deux, pourtant cette fois les choses ne vont pas aussi vite que la première. Je sais que tu préfères aller droit au but Elisa, mais si tu veux oublier plus longtemps, alors il faudra que tu prennes ton temps. Est-ce que cette morsure t’aidera vraiment ? Pas dit, mais après tout je ne suis pas du genre à me faire prier pour une morsure, si tu la veux alors tu l’auras.

Mes canines viennent déchirer la peau de son cou qu’elle m’offre. Je n’essaie pas vraiment d’être doux, je n’essaie pas de lui faire mal pour autant. Je viens juste mordre et je sais que la sensation de la déchirure lui sera désagréable au début, mais ensuite elle se laissera aller aux endorphines et elle en voudra plus. Le problème avec les morsures, c’est qu’une fois qu’on y goûte, on a tendance à en devenir vite dépendant. Je m’abreuve de quelques gorgées de son sang, cette saveur délicieuse qui coule dans ma gorge. Je ne fais pas durer la morsure trop longtemps, je ne tiens pas à ce que les endorphines la shoote au point que ça lui suffise pour ce soir. A la place nos corps entrent en contact car je sais que c'est ce que tu attends, c'est ce que tu veux après la morsure. Laisse-toi aller Elisa, laisse-moi t'aider à aller mieux et profites-en, parce que ce n'est pas tous les jours que je chercherais à t'aider à remonter la pente.

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La plume plus forte que les baisers... La seringue... L'argent !
Messages : 67
Age : 33
MessageSujet: Re: Survivre   Jeu 16 Fév - 23:56


Survivre

Est-ce que je suis heureuse, d’être en vie ? Je devrais, sans doute, mais je ne peux pas m’en réjouir. Mon frère n’est plus là. J’ai perdu ma raison de vivre. J’ai perdu ma raison de combattre. J’ai perdu, en une soirée, mon monde c’est écroulé.. Je devrais être affolé, de me retrouver ici, j’en connais la raison. Sans doute t’es tu rendu compte que tu n’avais pas tous les éléments à ta disposition pour cette transformation. Cela signifie une mauvaise chose, pour moi, mais je m’en fiche, je ne crains pas, ce qu’il pourrait me faire ce soir. Je ne crains plus rien, après ce soir, même pas de mourir. De toute façon, tu as une manière assez particulière de te venger. Je pensais que je devrais fuir, pour survivre après ce que j’avais fais, mais ça ne ressemble pas à ce que j’imaginais, comme vengeance. Pourquoi est-ce que tu prends soin de moi ? Enfin, tu ne fais pas grand-chose, mais tu aurais pu me laisser mourir là-bas, tu aurais pu me remettre dans l’une de tes prisons. Au lieu de cela, tu m’offre une chambre, de quoi me laver.. Ça n’a pas de sens. Tu ne cherches même pas à me brusquer, pour avoir les réponses que tu cherches. Est-ce que ça me plaît ? Un autre soir, peut-être, ce soir, c’est juste une journée interminable, que j’ai besoin de voir de terminer. Tu as raison, je dois me trouver une raison de me battre, j’en ai une, à vrai dire, mais elle ne sera pas éternel, et lorsque j’aurais venger mon frère, je n’aurais, à nouveau, plus aucune raison d’exister, voilà pourquoi mourir ce soir m’aurait arranger. Ne croyais pas que je m’imaginais que mon frère est éternel. Disons juste que j’ai toujours été plus casse coup que je lui, que je suis celle qui se jette fasse au danger, et qui provoque plus forts qu’elle, alors je me suis toujours imaginer que je serais celle qui mourra la première. C’était une belle illusion, assez dure à encaisser aujourd’hui.

Je ne réponds pas, à quoi bon. Tu veux que je me batte, je le ferais, pour venger mon frère, pour la suite, je n’en suis pas sur, nous verrons sur l’instant. Je ne sais pas, pourquoi je m’approche de lui, pourquoi je réclame son corps, même si je ne le dis pas à voix haute, je sais qu’avec ma manière d’être, il a compris. Est-ce que cela changera quelque chose ? Est-ce que j’arriverais à oublier ? Ce ne sera qu’une illusion de plus. J’oublierais quelques heures seulement. Et après, la haine, et la douleur, ne reviendra, que plus forte, plus assommante. Je ne sais pas si ça m’aidera à la supporter. Tu vois, Lucian, la différence, avec tous ce que tu m’as dis ce soir, c’est que tu peux te concentrer sur tes vengeances, et oublier le reste, moi, je ne peux pas faire taire toute cette souffrance, je dois vivre avec. Je me retrouve sur ce matelas, mon corps nu, alors que Lucian me surplombe, et pour une fois, je ne sais pas vraiment ce que je suis censée penser de mon corps. J’en ai toujours fais une arme de séduction, aujourd’hui, ravagé comme il l’est, je ne sais rien. C’est pire, lorsque je sens ce doigts suivre les traces laisser par les lames de Bastian. Ça n’aide pas à me sentir plus à l’aise, ou à oublier, j’espère que tu en as conscience, Lucian ? Et pourtant, oublier, c’est la seule chose que je veux, la seule chose que je te demandes. Il me fait taire. Tu as raison, je devrais moi-même arrêter de me le rappeler, mais c’est dure. C’est dure, de ne pas penser à mon frère, en train de mourir sous mes yeux. Dure d’imaginer ce que sera ma vie sans lui. Je vois ces crocs lorsque nos regard se croisent, et même si ma réaction est stupide, même si ce n’est pas la première fois, que je vois des crocs, je ne peux m’empêcher de venir les toucher du bout des doigts. Parce que pour la première fois, je les vois d’une autre manière, pas comme une façon, de prendre plus de plaisir. Mais comme une façon de me mettre dans un état entre conscience, et imaginaire. Comme une façon de me faire oublier les derniers heures. Je ne formule pas de phrase, je lui tends juste me gorge, et je sais qu e le message est passé.

Il perce ma peau, et je ne sens même pas la douleur. Qu’est-ce qu’une petite morsure, à côté de ma soirée ? Tu pourrais ravager mon corps, que je ne ressentirais rien, alors juste ça ? Non, c’est pas grand-chose. Et cette sensation, de planer, ne tarde pas à arriver, et à ma différence de mes morsures précédentes, je ne cherche pas à lutter contre celle-ci, je me laisse porter, par le brouillard qui m’emporte. Je reste juste conscience, pour ce qui va suivre, pour nos corps, qui ne tardent pas à se joindre, pour ne former plus qu’un, pour m’offrir ce plaisir, et ce laisser aller total. Est-ce que je peux avoir confiance en toi, Lucian ? Je n’en sais rien mais de toute façon, c’est de trop tard, si tu me voulais du mal, je ne serais pas en état de me défendre mais en même temps, je ne l’aurais pas fais, même avant ça. Et puis, je ne vois pas pourquoi tu me voudrais du mal, maintenant. Alors j’oublie tout. Je mets ma tête, mes pensées, en stop, je ne pense à rien d’autre, qu’à ce plaisir intense, qui parcoure mon corps, et qui me fait me sentir bien, pour quelques heures.
acidbrain

_________________


Sous peu, tes barrières, je briserais, sous peu, tes émotions, je ferais éclater, sous peu, tu cesseras de me résister, sous peu, nous serons heureux, je t’en fais la promesse..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Survivre   

Revenir en haut Aller en bas
 
Survivre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Survivre ou mourir ? ▬ Alexi, Akemi & Emma
» [COURS] Apprendre à survivre en milieu hostile
» Lizzie ¤ "La vie des morts consiste à survivre dans l'esprit des vivants."
» TERMINEE ••• Ce ne sont pas les plus forts qui gagnent, mais ceux qui savent survivre.
» Survivre dans le Desert ? Pff, quelle affaire...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vamp Academy :: Archive :: Rps Laure & Liora-
Sauter vers: