Forum d'écriture privé
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un magnifique cadeau, pour une magnifique femme [Kyrian]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Plus on est de fous, plus on est de fous...
Messages : 39
Age : 21
MessageSujet: Un magnifique cadeau, pour une magnifique femme [Kyrian]   Lun 9 Jan - 16:18


Un magnifique cadeau, pour une magnifique femme
Kyara & Adrian


Quelques jours, que je n'ai pas de nouvelle de Kyara, j'ai bien essayé d'appeler, pour finir par tomber sur son répondeur, sans grand succès. Je ne suis pas du genre à forcer une femme, de manière général, lorsqu'une femme ne cherche pas d'elle-même, à avoir des nouvelles, je ne prends pas plus de peine, à m'intéresser à elle, à l'attendre, je change vite de victime – si je puis dire – mais là, ce n'est pas juste une femme, comme n'importe qui d'autre, qui aurait le mérite d'être passé dans mes draps, le temps d'une soirée un peu alcoolisé, et sur qui je n'ai qu'à tirer un trait.. Non, la fille en question a toujours fais parti de ma vie, cette fille m'avait déjà marqué à l'époque, avant que nos chemins se séparent, aujourd'hui, c'était pire encore. Alors, dites-moi, comment est-ce que je suis censé oublié une femme comme celle-là ? Pire encore, face à notre dernière discussion, face à ces derniers mots, j'avais bien du mal, à savoir où me positionner, sur notre relation. C'était des mots que je n'espérais pas un jour, entendre de sa bouche, mais qui, au vu de ces gestes suivants, n'avaient fais que me perdre. Est-ce normal, d'admettre aimer quelqu'un, et de prendre la fuite, derrière ? Ou est-ce juste moi, qui ne comprend pas ce que cela veut dire ? Je n'ai jamais été très doué en amour, faut le dire, mais là, je ne comprends rien, à cette femme. Pour une fois, Kyara, n'aurais-tu pas pu arrêter les énigmes, et me dire de manière claire, les choses ? M'en voudras-tu, de ne pas te laisser partir comme ça ? Je ne suis même pas certaine que tu veuilles partir, sans doute ne le fais-tu que pour de mauvaise raison.

J'ai pensé à tous ces soucis, qui nous avaient mené jusque là, j'ai réfléchi, à une solution pour nous débarrasser de toute cette merde, mais la vérité, c'est que ce n'est que pire, depuis que tu es revenu, depuis que je t'ai ramené. J'ai pensé que peut-être, cela pourrait être différent, d'avec Rose et Lissa, que j'arriverais à gérer, pour que tu n'es pas à supporter tous les inconvénients, mais rien n'a fais. Est-ce que c'est possible d'arriver à gérer toutes ces conneries ? Rose et Lissa y sont parvenu, mais il est bien hors de question que je prenne ces merdes de médocs, même si c'est la seule solution. Je suis fou, pas malade. J'ai ma propre méthode, pour ne pas atteindre mes pouvoirs, mais au final, je ne sais pas si toute cette quantité d'alcool, que j'ingère n'est pas pire pour elle, d'autant plus qu'elle en fait de même de son côté, et se retrouve avec une double gueule de bois, la sienne, et la mienne. J'ai au moins la chance de ne pas être seul, ou du moins, d'avoir toutes les informations trouver par Rose, et Lissa, à défaut d'avoir la présence de ces dernières. Je ne pourrais peut-être pas faire disparaître cette folie, que je te transmets, mais je pourrais faire disparaître ces fantômes, quelques temps, aussi longtemps que tu resteras entre les murs de notre maison. Oui, sans doute suis-je un peu fou, d'avoir acheter une maison pour elle, peut-être que je me précipite dans un mur, peut-être n'en voudra-t-elle pas, ou peut-être ne voudra-t-elle juste pas de moi, c'est un peu compliqué, de comprendre, avec elle, mais c'était la seule solution, pour que tu ne vois plus ces fantômes. J'aurais aussi bien pu faire la même chose, avec sa maison actuelle, mais je tenais quand même à ce que cela puisse être à mon avantage, et là-bas, ce n'aurait pas été le cas, puisqu'il était bien hors de question que je vive avec son frère. Ma relation c'était un peu arrangé depuis que j'avais sauvé Kyara, mais tout de même, nous n'allions pas pousser trop loin.  J'ai sonné à leur porte, et j'ai eu la chance de tomber sur Kyara, je préférais autant qu'elle explique elle-même à son frère qu'elle allait déménager.

« Ne dis rien, j'ai une surprise pour toi, s'il te plaît, ne gâche pas ça.. »

Ne gâches pas ça, en essayant de te justifier, de me foutre dehors, ou n'importe quelle autre raison que tu trouverais. Si tu ne veux pas de moi, ou de mon cadeau, tu n'auras qu'à me le dire le moment venu, mais attend au moins de voir ce que j'ai pour toi. J'attrape sa main, pour la forcer à sortir, et me suivre, sans relâcher la pression. De toute façon, nous n'en avons pas pour longtemps, nous ne sommes pas très loin, je m'en suis assuré, pour que tu n'es pas à traverser toute la ville, si jamais l'envie de voir ton frère te prend. Ou si jamais je dois l'appeler au secours. Je l'arrête, qu'une fois que nous sommes devant cette immense maison, maison qui ressemble d'ailleurs plus à une villa, qu'à une maison, sans doute bien trop grande pour deux, mais que voulez-vous, je ne manque pas d'argent, et tant qu'à faire, si je pouvais un peu l'épater. Est-ce que tu comprends ce que cela signifie, Kyara ? Je ne crois pas, alors pour être un peu plus compréhensible, je lui tends un trousseau de clé, le sien.

« Tu vas sans doute me dire que c'est un peu tôt, mais laisse-moi t'expliquer.. J'ai réfléchi, à tous ce qui merdait, dans nos vies respectives, à tous nos problèmes, ça à commencer avec ce Strigoï, qui te lâche plus, ces fantômes.. Alors j'ai pensé à cette maison. Elle est protégée, par la magie »

Une manière d'être en sécurité, sans être obligé d'avoir des gardiens sur le dos. De quoi s'assurer que ces enfoirés de Strigoïs, ne nous ferons plus de mal, ne t'en feront plus. Et à la fois, supprimer ces fantômes. Enfin, cela devrait être le cas. J'imagine que tu le découvriras bien vite, à condition que tu rentres à l'intérieur. Et que tu acceptes ce cadeau, et ce que cela implique.

« Ils ne devraient plus pouvoir t'atteindre à l'intérieur.. Entre »

Entre, et vois par toi-même que je ne dis pas faux, que ce n'est pas juste une ruse, pour que tu viennes vivre avec toi. C'est certain, j'en aurais été capable, rien ne pourrait plus me faire plaisir que cela, mais je ne me permettrais pas de jouer, avec un sujet comme celui-là.

« Qu'est-ce que tu en dis ? »


Dernière édition par Adrian Ivashkov le Ven 13 Jan - 13:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 57
Age : 26
MessageSujet: Re: Un magnifique cadeau, pour une magnifique femme [Kyrian]   Jeu 12 Jan - 21:10


Un magnifique cadeau, pour une magnifique femme
Adrian & Kyara

Qu’est-ce que j’ai fait ? Je ne cesse de me poser la question depuis cette nuit-là avec John. Qu’est-ce qui m’a pris ? Je ne sais pas, je n’arrive pas à trouver de raison valable pour expliquer un tel comportement. Enfin si, les fantômes c’était la raison, mais ce n’est pas assez justifiable à mes yeux, alors ça ne le sera pas non plus aux siens. Je savais que je finirais encore par tout foutre en l’air, je n’aurais pas cru que ça arriverait aussi tôt. Je ne pense pas qu’Alec se doute de quelque chose, mon comportement n’a pas changé, toujours la même, toujours aussi dérangée. Peut-être qu’Adrian se doute plus de quelque chose, puisque ça fait plusieurs jours que je l’ignore. Que pourrais-je lui répondre de toute façon ? Je n’oserais même pas le regarder dans les yeux, pas après lui avoir dit que ça a toujours été lui que j’aimais le plus pour finalement tomber dans les bras de John derrière. Sauf que John je ne l’aime, je ne pourrais jamais l’aimer, je le hais et c’est la seule émotion qu’il aura droit de moi.

Alec est de sortit ce soir, une nouvelle chasse, mais je ne l’ai pas accompagné. Ces derniers temps mes soirées se jouent à pile ou face, pile je chasse et face je me shoote. C’est tombé sur face ce soir. Sauf que j’en suis à peine à mon deuxième joint que quelqu’un sonne à la porte. Si c’est encore Callie je crois que cette fois je l’enverrai boulet, je ne peux pas jouer la belle-sœur sympa avec elle tous les soirs après tout. Je pose mon joint dans le cendrier et vais ouvrir la porte. J’aurais mieux fait de regarder dans le judas de la porte avant d’ouvrir. Adrian... Est-ce que tu m’avais prévenu de ta visite ou tu en as eu marre que je sois silencieuse ? Je n’ai pas le temps de lui demander de toute façon, ni de vérifier mon portable, Adrian m’a déjà entraîné avec lui dehors.

Je le suis, sans broncher, sans rien dire, attendant de découvrir ce qu’il peut bien lui arriver, réfléchissant surtout à ce que je vais bien pouvoir lui dire, une fois que ce sera à mon tour de parler. Le trajet n’est pas long, sauf que plus on approche de cette villa et plus je commence à me poser des questions. Par pitié Adrian, ne me dis pas qu’on va rencontrer ta famille, car clairement je ne suis pas en état et je n’en ai pas forcément envie non plus. Sauf que non, je n’ai pas visé juste et je commence peu à peu à comprendre lorsqu’il me tend les clefs et prend la parole. Une maison protégée par la magie. Une maison pour nous deux. Je n’ai jamais vécu avec aucun de mes ex, à la limite je pouvais squatter chez eux quelques nuits, mais ça s’arrêtait là, j’avais besoin de pouvoir m’enfuir ensuite.

Aucun son ne sort de mes lèvres, aucune émotion ne se lit sur mon visage. A vrai dire je ne sais même pas quoi en penser, je ne sais pas si je devrais sauter de joie ou m’enfuir, je ne sais pas si je devrais le remercier ou lui dire qu’il est en train de gâcher sa vie. Non, je ne sais pas. Alors je me contente de continuer à faire ce qu’il me demande et j’entre dans cette maison. Adrian ne m’a pas menti, je ne les vois plus, je ne les entends plus et si j’étais sceptique avant d’y entrer, maintenant je me dis que cette maison pourrait bien être mon salut. Je regarde autour de moi, éblouis par la beauté de cette maison, enchantée de la disparition de ces fantômes. Je repose enfin mon regard vers Adrian, et finalement c’est un sourire qui se dessine sur mon visage.

- J’en dis que tu es fou. Et j’en dis que je veux partager cette aventure folle avec toi.

Ma conscience me hurle pourtant de le repousser, lui avouer toute la vérité, mais j’en suis incapable. J’ai besoin de cette maison, j’ai besoin de sa présence et je ne crois pas tenir sans ça. Est-ce mal de mentir ? Ou plutôt de cacher la vérité ? Probablement, mais si la vérité blesse alors peut-être qu’il vaut mieux ne rien savoir... Je ne sais pas, peut-être que je suis juste égoïste, mais pour l’instant je me contente de l’embrasser, ma manière de le remercier. Evidemment je pense aussi à Alec, je ne sais pas s’il approuvera, je ne sais pas si je serais capable de le laisser, mais après tout nous sommes pratiquement voisins et peut-être que... Peut-être que je pourrais envisager d’accepter Callie et lui demander de vivre avec Alec pour ne pas le laisser seul.

Sourire aux lèvres, je m’empare de la main d’Adrian et visite cette immense villa avec lui. Il doit probablement déjà la connaître, mais ce n’est pas grave, je veux la découvrir à ses côtés. Combien y-a-t-il de pièces au juste ? Beaucoup trop pour deux. En revanche ce sera parfait pour toutes les fêtes à venir. Je ne sais pas si tu en prends conscience Adrian, mais cette maison, notre maison, va devenir un véritable lieu de débauche. Notre lieu favori, tu verras, on ne voudra plus sortir d’ici. Je me tourne vers Adrian et une lueur de provocation traverse mon regard.

- Et oui, je relève le défi, on fera l’amour dans chacune de ces pièces avant notre première fête. Je te laisse choisir la date.

code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Plus on est de fous, plus on est de fous...
Messages : 39
Age : 21
MessageSujet: Re: Un magnifique cadeau, pour une magnifique femme [Kyrian]   Ven 13 Jan - 16:21


Un magnifique cadeau, pour une magnifique femme
Kyara & Adrian


Est-ce que je me précipite dans un mur ? Est-ce que j'ai tords, de persévérer avec toi, Kyara ? Peut-être, sans doute même. Je m'en mordrais peut-être les doigts, plus tard, mais pour l'instant, j'ai envie de m'accrocher, j'ai envie de croire qu'entre nous, c'est encore possible. N'es-tu pas d'accord avec moi ? Est-ce que tu penses que notre relation, est vouée à l'échec, ou est-ce juste toi, qui refuse d'être heureuse, qui refuse de croire que toi aussi, tu peux connaître le bonheur ? Je n'ai pas toujours été à tes côtés, j'ai même conscience d'avoir fais des erreurs, dans notre passé, mais aujourd'hui, je suis prêt à effacer tous ça, à réparer tous ça. Tu n'as pas une vie facile, je sais que tu enchaînes les galères. Sans moi, tu serais sans doute morte, aujourd'hui, et c'est bien la raison pour laquelle je t'offre cette maison aujourd'hui. Parce que je t'ai ramené une fois, et que je ne souhaite pas avoir à le faire, une seconde fois, surtout que je ne suis pas certain d'en être capable. Cette maison te protégera, mieux que personne ne pourra jamais le faire. Tu ne verras plus tes fantômes, et ce monstre, ne pourra pas s'approcher, avec la protection magique. Oui, bien sur, c'est des barrières que n'importe quel humain, pourrait faire sauter, mais dès l'instant où cette barrière ne sera plus là, tu entrapercevras de nouveau, tes fantômes, et ce sera un signal, meilleur que n'importe quoi, pour nous faire comprendre qu'il faut remettre les barrières en place. Tu vois, j'ai tous prévu, pour que cette maison puisse être un véritable repère, pour toi. Tu n'auras plus à te préoccuper d'aucun soucis, je gérerais tous, pour deux. Alors, n'est-ce pas une bonne idée ? J'espère que cela te plaira, autant qu'à moi. Parce qu'honnêtement, d'un, mon petit appartement, commence à m'énerver, deux, se voir en coup de vent, parce que l'on ne peut pas rester chez toi, au risque de tomber sur ton frère, qui ne m'apprécie pas plus que ça, n'est pas génial non plus. Et au moins, ici, nous aurons tous l'espace, et le loisir de faire ce que l'on souhaite.

Je l'invite à entrer, histoire qu'elle vienne d'elle-même, voir que je ne lui mens pas, qu'elle sera protégée, ici, et je vois, sur son visage, qu'elle prend conscience qu'elle peut avoir une véritable paix, ici. Les blagues, ça à toujours été notre quotidien, Kyara, mais je ne me permettrais pas de faire une blague, à ce sujet, pas lorsque je sais que c'est ce qui te détruit, jour après jour. Tu sais ce qui me plaît, dans cette maison ? C'est aussi une manière pour moi, de garder un œil sur toi, et de ne pas avoir à compter sur ton frère, pour m'avertir, si quelque chose, ne va pas. Bien que je compte sur mon humour hors paire, et mon charme légendaire, pour faire en sorte qu'à partir d'aujourd'hui, tu ailles mieux. Pas bien, même si j'aimerais que cela puisse être le cas, mais mieux, ce sera déjà un grand pas. Est-ce que je suis fou ? Peut-être, mais ça n'a jamais été un secret, entre nous, Kyara, enfin, ma folie pur, tu l'as toujours connu, et tu en connais la cause, depuis que nous nous sommes retrouvé. Mais au fond, je crois que c'est pas de cela, que tu parles. Ce serait fou, de t'avoir fais un tel cadeau, si je n'en avais pas les moyens, hors, moi, ce n'est vraiment pas les moyens qui manquent, alors tu ne devrais pas t'inquiéter à ce sujet, juste profiter du cadeau que je te fais. Cela ne fera le plus grand bien, pour une fois, de juste, profiter, sans te poser miles autres questions, tu ne crois pas ?

« Fou de toi »

Bon, d'accord, c'est une phrase bateau, mais c'était une perche tendu, non ? Et puis, de toute façon, il faut bien qu'elle comprenne que j'ai pas fais cela, en toute amitié. La première fois, tu ne t'es pas gêné, pour prendre la fuite, peut-être que cette fois, ce sera différent, je l'espère en tout cas, parce que si tu dois prendre la fuite, à chaque fois que j'ouvre la bouche, nous sommes loin d'en avoir fini. Et au final, cette maison, pour ta protection, ne servira pas à grand chose, puisque tu passeras ta vie à l'extérieur. D'ailleurs concernant les visites, j'aimerais autant que ce soit ton frère qui vienne te voir ici. Même si je ne l'aime pas beaucoup, je pourrais toujours partir, pendant qu'il vient te voir, mais au moins, je te serais en sécurité. Parce qu'autant te dire que maintenant, que tu es en sécurité, ici, ton strigoï va saisir toutes les petites perches que tu lui tends, donc à chaque fois que tu sortiras, ce sera prendre le risque qu'il te tombe dessus. Je profite du baiser qu'elle m'offre, bien que je le trouve bien trop court, à mon goût, mais étant donné qu'elle m'a évité, durant les derniers jours, j'imagine que c'est un grand pas. Je la laisse me guider à travers les pièces, bien que j'en ai déjà fais le tour, à la différence que lorsque j'ai acheté la maison c'était vide, et que les meubles n'ont été rajouté, qu'après. Tu vois, c'est ce genre de sourire, que tu as en ce moment, que je veux voir sur ton visage, chaque jour. Tu es bien plus resplendissante ainsi, si tu veux mon avis. Quand à ton petit défi, rien ne pourrait me faire plus plaisir. Quand au fête, et bien, j'imagine qu'il nous faudra engagé une femme de ménage, parce qu'il est bien hors de question que je me tape le ménage, un lendemain de fête, et je ne crois pas que cela soit ton genre, non plus.

« Dimanche »

Oui, dimanche. Dans deux jours. Tu ne t'attendais pas à ce que je nous laisse un mois ? Nous n'avons pas besoin d'aussi longtemps, de toute façon. Faut être honnête avec soi même, nous n'avons pas eu beaucoup de rencontre, ou cela n'a pas fini avec nos deux corps nu, depuis que l'on s'est rencontré, des années au par avant, pas vrai ? Alors en vivant dans la même maison, et en se croisant tous les jours ? Oui, je doutes qu'il nous faille plus de deux jours, pour faire toutes les pièces de cette maison. En tout cas, je suis prêt à démontrer le contraire. D'ailleurs en évoquant ce sujet, nous voilà arriver dans l'une des chambres.

« La tienne.. Ou la notre.. Je te laisse choisir à ta convenance si tu souhaites faire chambre séparé, ou pas »

Si on me demande mon avis, vous savez déjà tous la réponse que je donnerais. Plus je serais proche d'elle, mieux cela m'ira. Mais j'ai déjà vu la dernière fois, ce que cela faisait, de la brusquer, alors je vais éviter de faire à nouveau, la même chose aujourd'hui. Je la retourne vers moi, pour poser un doigt sur ses lèvres, avant qu'elle ne réponde.

« Mais avant de prendre ta décision, laisse-moi te dire tous les avantages que tu gagnerais à faire chambre commune. D'un, je suis un très bon partenaire, en cas de cauchemar, deux, si tu ne parviens pas à trouver le sommeil, je suis certain d'avoir la capacité de te pousser dans les bras de Morphée, trois.. je suis un excellent réveil »

Bon, à condition que moi-même, je me réveille avant elle, mais elle n'a pas besoin de savoir que je suis un feignant, qui aime traîner au lit le matin, surtout si ça peut la convaincre de m'accepter dans sa chambre, pas vrai ?

« Et il paraît que mes bras sont plutôt confortable pour dormir »

Bon, à vrai dire, c'est ce que j'ai entendu, des filles avec qui j'ai passé la nuit, je n'ai aucune certitude, à ce niveau là, mais ça fait un atout de plus, qu'elle doit déjà savoir d'elle-même, de toute façon.  

_________________


Prenez toutes les passions, condensez-les en une seule, et si vous n'obtenez pas la haine vous aurez l'amour..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 57
Age : 26
MessageSujet: Re: Un magnifique cadeau, pour une magnifique femme [Kyrian]   Sam 14 Jan - 13:30


Un magnifique cadeau, pour une magnifique femme
Adrian & Kyara

Qu’est-ce qui t’a pris d’acheter cette maison Adrian ? Comment as-tu su que je dirais oui ? Même moi je ne le savais pas. Ou peut-être que tu l’ignorais aussi, que tu as simplement voulu prendre le risque. A vrai dire je ne pensais pas accepter, j’avais peur que vivre ensemble foute en l’air notre relation, j’avais peur de laisser Alec, j’avais peur de moi-même. Sauf qu’Adrian a toujours les bons arguments pour convaincre, ça fait d’ailleurs parti de son charme. Alors c’est d’accord, même si je ne sais pas encore comment on s’organisera, même si je ne sais pas ce que ça donnera, essayons, habitons ensemble dans cette immense maison. On est peut-être fou tous les deux, toi de moi et moi de toi, peut-être que cette folie nous sauvera, peut-être que cette folie nous détruira, mais nous ne perdons rien à essayer, pas vrai ?

J’esquisse un sourire face à ses mots et dépose un nouveau baiser sur ses lèvres. Maintenant que j’ai accepté, fais-moi donc visiter cette belle maison. Je suis étonnée par le nombre de pièces qu’il y a, et même le nombre de chambres d'ailleurs, on pourrait carrément faire une confrérie étudiante dans une telle villa, enfin au final avec toutes les soirées qui risquent de se passer ici, c’est un peu à ça que ça ressemblera. Je finis par m’arrêter et provoquer Adrian, oui toujours le sexe mais que voulez-vous, nous sommes jeunes alors autant en profiter. A ton avis beau gosse, combien de temps il nous faudra pour pratiquer dans toutes les pièces ? Deux jours, c’est le temps que tu nous laisses. Je m’approche de lui, mes lèvres glissant vers son oreille pour lui murmurer ces quelques mots, cette provocation de plus.

- Petit joueur.

Je mordille sensuellement son lobe avant de me reculer, un petit sourire sur les lèvres. Tu dis dimanche ? Moi je dis que samedi suffirait. Enfin, c’est toi qui choisis la date. On poursuit la visite, nous arrêtant dans une nouvelle chambre, la plus grande il me semble, aussi la plus belle. Oui il n’y a pas à dire, cette pièce est immense. Adrian me propose deux choix, prendre cette chambre seule ou la prendre à deux. A vrai dire je sais déjà quoi choisir mais il ne me laisse pas le temps de répondre que je suis tout à coup pivotée vers lui, un doigt contre mes lèvres. Tiens, on dirait que tu as envie d’argumenter, et bien vas-y je t’écoute, je serais curieuse de savoir ce que tu as à proposer pour me convaincre.

Pour le premier point j’imagine que c’est à tester, Alec a déjà subi mes cauchemars, mais jusqu’à présent tu en as toujours été épargné. En ce qui concerne un moyen de trouver le sommeil, je ne doute pas de tes capacités à ce sujet. En revanche pour le réveil ça reste encore à prouver puisque je me suis toujours réveillée avant toi. Enfin, en ce qui concerne tes bras confortables, là j’approuve totalement, d’ailleurs ton torse aussi est confortable. Est-ce que c’est à mon tour de répondre maintenant ? Il semblerait.

- De toute façon cette chambre est trop grande pour une personne, je risque de me sentir seule si tu n’es pas avec moi.

Et oui Adrian, tu n’avais pas besoin de tous ces arguments, mais c’était tout de même amusant de te voir essayer. Cette fois je ne reste plus au pas de la porte mais m’avance dans cette chambre, admirant un peu plus le travail. Est-ce que c’est toi qui as choisi les meubles ? J’en doute, enfin peut-être en as-tu choisis quelques-uns, mais certainement pas tous. En tous cas ce matelas m’a l’air très confortable. Je m’assois sur le lit, plongeant mon regard dans celui d’Adrian.

- Le lit est confortable, mais je ne suis pas encore totalement convaincue.

Je sens que je viens d’attiser ta curiosité, ou peut-être un peu de crainte aussi. Rassure-toi Adrian, cette maison est parfaite, je ne te demanderais pas l’impossible, bien au contraire, je te demanderais une chose qui entre parfaitement dans tes compétences.

- Vivre ensemble n’est pas rien, il faut qu’on soit sûr de pouvoir se faire confiance. Alors je veux que tu me livres une partie de ton secret... Je veux que tu m’apprennes deux de tes recettes.

J’aime faire monter la pression en toi Adrian, je suis sûr que tu as dû bien stresser pendant quelques secondes et j’imagine que tu ne t’attendais pas à ce que je te demande ça. Oui comme tu peux le voir je n’ai pas abandonné l’idée de te faire m’avouer quelques-unes de tes recettes, alors autant profiter que cette maison soit mise en jeu pour te pousser à m’apprendre. Alors Adrian, quelle sera ta réponse ? J’espère que tu diras oui, j’ai même plutôt hâte de passer à la pratique.

code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Plus on est de fous, plus on est de fous...
Messages : 39
Age : 21
MessageSujet: Re: Un magnifique cadeau, pour une magnifique femme [Kyrian]   Dim 12 Fév - 17:12


Un magnifique cadeau, pour une magnifique femme
Kyara & Adrian


Q ue penses-tu de cette maison, Kyara ? Est-ce que tu trouves qu'elle est à ton goût ? Oui, non ? Nous pouvons toujours en trouver une autre, si celle-ci, ne te plaît pas, je ne mettrais pas bien longtemps, et le prix ne sera pas un problème. Nous pouvons même choisir ensemble. Et celle-là, je lui trouverais une autre utilité, ne t'en fais pas. Alors dis-moi ce que tu en penses. Tu entres, et si j'hésite  quelques instants sur ton expression, elle semble te plaire, c'est une bonne chose. Par contre, cela m'arrangerait si tu évitais d'inviter ton frère ici. C'est un peu plus calme, entre nous, depuis qu'il a compris que je pouvais être utile, ou depuis que je t'ai sauvé la vie, mais cela ne signifie pas que l'on s'adore. Alors, je ne t'empêcherais pas de l'inviter, mais choisi bien tes dates, et fais en sorte que cela puisse être quand je suis dehors. Que penses-tu de visiter la maison, histoire que tu t'appropries un peu les lieux ? Après tout, c'est chez toi, maintenant. Quand à cette histoire de sexe, et tester toutes les pièces, si je dois choisir une date, je vais choisir dimanche, c'est large, nous aurons sans doute réussi bien avant, mais il faut quand même avoir le temps d'organiser une fête, digne de ce nom, n'oublie pas que c'est notre réputation, qui est en jeu. Surtout que ce serait le baptême de cette maison, aussi, alors cela doit être mémorable. Est-ce que je suis un petit joueur ? Ne me tentes pas, parce que je pourrais vouloir te prouver que ce soir, serait suffisant. D'autant plus que tu as une manière très efficace de faire monter le désir en moi. Je serais toi, je m'arrêterais là, avant que l'on arrête cette visite, et que je te balance sur le canapé, direct. Et crois-moi, j'en serais très bien capable.

« Le petit joueur pourrait abandonner l'idée de répondre au désir de madame, alors fais attention à tes fesses »

Ce n'est pas parce que l'ambiance est propice à une fin de soirée très agréable, que je ne pourrais pas changer de programme. Et tu sais que je suis du genre à répondre au provocation, même si cela s'entend à ne pas suivre mes plans. Elle s'écarte quand même, pour s'approcher de la prochaine pièce. Une chambre, la sienne, ou la notre, en fonction de ce qu'elle choisira, mais j'argumente, pour qu'elle opte, de préférence, pour une chambre commune. Ce serait bien plus agréable, quand même, et puis, on va l'admettre, c'est quand même un peu le but de cette maison. Oui, je souhaite avant tout te protéger, te préserver, mais si cela peut me permettre de profiter de toi, en contre partie, c'est encore mieux, tu n'es pas d'accord ? Et puis, je te donne des arguments plutôt convainquant, non ? Je ne sais pas, si c'est eux, qui réussissent à te convaincre, ou cette idée selon laquelle la chambre est bien tôt grande pour toi toute seule, mais tu finis par accepter, et cela fait naître un sourire immédiat sur mes lèvres. Voilà qui devrait faire de moi un homme heureux. Tu vois, toi qui pensais que ça ne pouvait pas fonctionner entre nous, tu as tords. Et je te prouverais, que l'on peut vivre ensemble, que l'on peut fonctionner à deux, que l'on peut être heureux. Elle entre dans la chambre, et je n'hésite pas à la suivre, même si, à son contraire, je ne m'installe pas à ces côtés. Cela aussi, semble être à ton goût, même si je ne prétendrais pas être l'auteur de cette décoration. A vrai dire, je découvre en même temps que toi. Que te faut-il de plus, pour être convaincu ? Dis-moi, et je ferais en sorte que tu l'obtiennes. De toute façon, s'il est question de quelque chose de matériel, on peut tous acheter avec un peu d'argent non ? De quel secret parles-tu, au juste, Kyara ? Je n'ai plus aucun secret pour toi, depuis que tu es au courant de ma nature, depuis que tu connais mon pouvoir. Alors de quoi est-ce que tu parles, au juste ? Est-ce que je suis censé me méfier ? Ne penses-tu pas déjà pouvoir me faire confiance ? N'as-je pas fais assez pour toi ? Mettre ma vie, en danger, pour toi, n'est-il pas suffisant ? Après tout, lorsque je t'ai guéri, je ne savais pas quel conséquence cela aurait sur moi. Cela m'a aussi obligé à me mettre entre toi, et ce strigoï. Que te faut-il de plus ?

« Je croyais que nous nous étions déjà mis d'accord, un tel secret se mérite »

J'admets que sur le coup, j'ai pu souffler un peu. Ce n'est pas très cool, de jouer avec mes sentiments. J'ai bien cru que tu avais quelque chose à me reprocher, sans comprendre quoi. Mais on va dire que je ne t'en veux pas, et que je passe au dessus de cette petite frayeur. Un sourire revient sur mes lèvres, puisque c'est mes recettes, que tu veux, c'est moi qui est repris l'avantage, sur cette soirée. Je n'hésite pas à m'approcher d'elle, mes lèvres à quelques millimètres des siennes. Je la renverse sur le matelas, puisqu'il était confortable, cela ne devrait pas te déranger. Surtout qu'avoir mon corps aussi proche du sien, ce n'est pas désagréable, non ? Mais je ne m'approche pas plus, je m'approche de son oreille, pour murmurer quelques mots.

« Me voilà presque déçu, que tu préfères mes recettes, à mon corps »

Je ne sais pas si je suis censé en être flatté, ou vexer. D'une certaine façon, cela reste ma compétence, avec mes recettes, mais que cela passe avant une bonne partie de sexe ? Avec un partenaire comme moi ? C'est vexant. Un peu. Mais puisque Kyara a l'art de faire les choses bien à sa manière, je vais tenter de le prendre avec ma bonne humeur légendaire. Je me redresse, sans même l'embrasser, attrape ces mains, la redresse à son tour, et l'entraîne au salon. Puisque tu préfères cela, à une partie de jambe en l'air, compte sur moi pour te faire regretter, je compte bien te tenter, tout en te privant. Je pose ma main sur sa taille, durant le chemin, caressant sa peau, du bout des doigts. A ton avis, combien de temps resteras-tu concentré sur mes paroles, à ce rythme ? Je l'entraîne dans la cuisine, derrière le comptoir, et trouve quelques ingrédients. Pas grand chose, il va falloir que l'on investisse. Je la pousse à prendre place devant le comptoir, alors que je reste derrière elle, collant mes hanches aux siennes, et n'hésitant pas à me rapprocher toujours un peu plus.

« Le truc, c'est de laisser les odeurs te porter. Si les odeurs s'accordent, les goûts s'accorderont aussi. Essaie »

Je me penche, une main sur sa taille, collant un peu plus à elle, pour attraper quelques ingrédients, et les poser devant elle. Alors, que choiras-tu ? Et réussiras-tu à garder la tête froide.

_________________


Prenez toutes les passions, condensez-les en une seule, et si vous n'obtenez pas la haine vous aurez l'amour..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 57
Age : 26
MessageSujet: Re: Un magnifique cadeau, pour une magnifique femme [Kyrian]   Mar 14 Fév - 2:37


Un magnifique cadeau, pour une magnifique femme
Adrian & Kyara

Sais-tu dans quoi tu te lances Adrian ? Réalises-tu dans quoi tu t’engages ? Parce que vivre ensemble ce n’est quand même pas rien, d’autant que même si je suis une bonne partenaire de sexe, dans la vie de tous les jours je ne suis pas vraiment la meilleure compagnie qui soit. Pourtant il semblerait que tu sois bel et bien sérieux à propos de cet endroit, alors dans ce cas il va falloir qu’on organise une fête digne de ce nom pour inaugurer cette villa, mais pas avant d’avoir testé nous-même toutes les pièces. Je ne tiens pas à ce qu’un autre couple, ou même des inconnus, ait laissé sa trace avant nous. A ton avis Adrian, combien de temps est-ce qu’il nous faudra pour tout explorer ? Deux jours ? Je te pensais plus compétitif.

- Comme si tu pouvais résister.

Tu n’es pas le seul à savoir faire dans la provocation mon beau. Est-ce que tu résisteras vraiment à mon corps si je joue avec toi ? Pas dit. Je n’aimerais pas que tu résistes de toute façon, parce que moi-même je n’en aurais pas envie. En parlant de sexe, il semblerait que la prochaine pièce à visiter soit ma nouvelle chambre, notre nouvelle chambre, parce qu’il est hors de question que je reste toute seule dans cette pièce immense. De toute façon je ne vois pas l’intérêt d’habiter ensemble si c’est pour faire chambre à part, et puis au moins si on partage celle-là ça fera une chambre de plus à laisser pour les invités. Tu vois, tout le monde y gagne ainsi.

Vous savez quel est mon autre passe-temps favoris ? Rendre fou Adrian et ce n’est pas bien compliqué. Si tu avais vu ta tête lorsque je me suis mise à parler de secret, c’était hilarant. Ou alors peut-être que je devrais me poser des questions ? Non, je te fais totalement confiance, ce qui est bien rare de ma part alors n’en abuses pas ! Alors Adrian, est-ce que tu accepterais de m’offrir quelques recettes en échange de mon emménagement ici ? Il faut bien que je trouve un moyen de te les soutirer après tout alors je ne perds rien à essayer comme ça. Tu trouves toujours que je ne mérite pas ton secret ? C’est ce que nous allons voir !

- Justement, qui de mieux que moi mérite ce secret ?

Et ne prononce pas un autre nom sinon je pourrais me vexer. Je le vois se rapprocher, sourire aux lèvres et si je m’attends à ce qu’il m’embrasse, Adrian n’en fait rien, à la place il me pousse sur le lit, ce qui provoque un léger rire chez moi. Admets-le, tu vas craquer ! Son corps près du mien, je me sens prête à laisser de côté ses recettes pour l’instant et d’abord profiter de lui avant de revenir dessus, sauf que monsieur en a décidé autrement. Préféré tes recettes à ton corps ? Jamais de la vie, aussi bon tes cocktails soient-ils, ton corps est tout de même bien meilleur, mais après tout si tu es enfin prêts à me céder, je ne vais pas t’arrêter en si bon chemin.

Adrian se relève et m’entraîne avec lui hors de la chambre, vers le salon, jouant avec mes envies en laissant traîner ses doigts sur ma peau. C’est qu’il est d’humeur provoquante aujourd’hui ! On arrive derrière le comptoir et il place sur la table plusieurs ingrédients avant de se mettre dans mon dos, soit disant pour m’aider, mais surtout pour me déconcentrer. Tu sais bien que je suis une grande joueuse Adrian, alors on sera deux à jouer ce soir. Je fais abstraction de son corps collé au mien, autant que je le peux du moins, en essayant de me concentrer sur les ingrédients qu’il a apportés. Si l’odeur est ton conseil alors je doute de faire un jour une excellente barman.

- Si ce n’est qu’une question d’odeur ça devrait être simple.

Sauf qu’à mes yeux, tous les alcools ont une bonne odeur, alors forcément ça ne me dérange pas de les mélanger. Tu crois que le whisky et la vodka vont ensemble ? Non ? Tant pis, on essaie quand même. Et cette liqueur de pêche est très odorante, une bonne odeur, ça devrait aller ensemble, non ? Un jus d’ananas pour accompagner le tout et... Bon allez soyons fou, ajoutons un peu de rhum pour bien corser le tout ! Une fois le verre terminé, je me tourne vers Adrian, frottant bien mon corps au sien au passage, après tout je t’avais dit que tu ne serais pas le seul à provoquer ce soir. Je pose le verre entre ses mains, sourire aux lèvres.

- Goûte et dis-moi ce que tu en penses.

Pas besoin de goûter pour savoir que ce cocktail est un vrai désastre, mais tu peux bien faire un effort pour moi, pas vrai ? Je serais ravie de te voir boire une gorgée de mon premier cocktail.

code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Plus on est de fous, plus on est de fous...
Messages : 39
Age : 21
MessageSujet: Re: Un magnifique cadeau, pour une magnifique femme [Kyrian]   Sam 25 Fév - 20:35


Un magnifique cadeau, pour une magnifique femme
Kyara & Adrian


Est-ce que cette maison est à ton goût, Kyara ? Parce que sinon, je peux trouver autre chose, plus dans tes goûts ? Non ? Tu ignorés à quel point je peux être heureux, que tu acceptes ce cadeau, bien que d’une certaine manière, il s’agisse aussi d’un cadeau pour moi. J’admets, que quand j’ai vu ta tête, au début, j’ai quand même bien douté. Et à vrai dire, j’ignore si tu acceptes ma proposition, pour moi, ou pour la protection qu’elle est capable de t’offrir. Et je crois que je préfère ne pas savoir, au risque d’en être vexer. Tu es toujours là, tu n’as pas pris la fuite, mieux que ça, tu as accepter cette proposition, et c’est assez pour me rendre fou de joie. Fou, aussi. Avec tes provocations, tu ne fais que me rendre un peu plus fou. Ne penses-tu donc qu’au sexe, Kyara ? C’est mon truc, en temps normal. C’est moi, que l’on qualifie de bourreau des cœurs, de ces dames. C’était la réputation que l’on me donnait, à la cours, je l’ai même garder, une fois arrivé ici. A croire que cette réputation me suit partout. Tu connais d’ailleurs cette réputation, tu as toujours connu ma manière d’être, mais est-ce que tu sais depuis quand je n’ai pas touché de femme ? Avant toi, cela va s’en dire. Depuis Rose. Est-ce que tu te doutais, que même pour oublier, je ne m’étais pas jeter dans les bras de femmes ? Je n’ai pas eu besoin d’elles. Tu étais là, et ça m’a suffi. Et toi ? Je n’ai pas envie de te poser la question. Je sais, que Declan était de retour, je sais, que toi aussi, c’est ta manière d’oublier, et puisque tu te prives toi-même d’être heureuse avec moi, je préfère ne pas savoir, si tu as voulu passer à autre chose avec un autre.

Nous arrivons déjà dans cette première chambre, la notre aussi. Peut-être qu’il serait temps d’inaugurer non ? Je ne nous ai laissé que deux jours, après tout, ce serait dommage que l’on échoue. Sauf qu’elle va s’asseoir sur le matelas, comme pour le tester. On peut tester à deux, ce sera encore mieux. Elle prend la parole, et ça m’arrête, net. De quoi est-ce que tu parles, au juste ? Je n’ai aucun secret pour toi, tu sais très bien. Même mon plus gros secrets, mes pouvoirs tu connais la vérité. Qu’est-ce que je pourrais te cacher d’autre, au juste ? Je serais prêt à te livrer ma vie, pour que tu ais une totale confiance en moi, pour que tu te livres à moi, même lorsque tu ne vas pas bien. Ce que tu refuses toujours de faire. Vraiment ? Alors depuis le début, tu me faisais mariner, pour me parler de mes recettes ? Ce n’est pas très gentille, ce n’est même pas gentille du tout, de me faire une telle frayeur. Tu risques de le payer. Je m’approche d’elle, la pousse à tomber en arrière, et même si je voulais paraître sérieux, je ne peux m’empêcher de sourire, lorsque j’entends son rire. C’est tellement rare, de te voir comme ça, Kyara, depuis un certain temps. C’est avec cette Kyara là, que je veux vivre. J’accepte toutes les autres, t’es bonnes parties, comme les mauvaises, mais j’aimerais voir celle-là, plus souvent.. Je grimpe au dessus de son corps, rapproche le mien, et au lieu de l’embrasser, me dirige aussitôt vers son oreille. Pour lui murmurer quelques mots. C’est dure à entendre. Même dans notre chambre commune, tu préfères penser à ces recettes, plutôt qu’à mon corps. Tu sais que j’ai une grosse fierté, Kyara. C’est pas cool, de jouer avec elle.

« Au contraire, tu es bien la dernière personne, que je souhaite mettre dans la confidence.. Comment suis-je censé te charmer, si tu connais mes recettes et peux les reproduites toi-même ? »

Mes recettes, c’est toujours quelques choses qui t’a épaté. Si je n’ai même plus cela, comment est-ce que je ferais, pour continuer, à te charmer jour après jour. Je ne suis pas du genre à accepter que la passion se ternisse avec le temps. Je l’entraîne avec moi, dans la cuisine, mais je ne me prive pas, de faire monter le plaisir en elle. De la tenter. On arrive dans la cuisine, et je sors bien des ingrédients, fruits, alcool, même assaisonnements. Tu n’imagines pas à quel point on peut faire un cocktail avec n’importe quoi, pourvu que les goûts s’accordent. Rien de plus simple. Sens, laisse toi porter par ton odorat. Elle se lance, et plus je la vois faire, moins je comprends. Sois tu n’es pas du tout concentrer, soit, tu n’as rien compris. Parce que tu es en train de faire les pires mélange. Et quand elle a fini, quand elle se retourne vers moi, avec ce verre, pour que je goutte, je me dis que c’est une mauvaise idée. Très mauvaise. Mais après tout, ne dit-on pas que les mélanges les plus fous, peuvent donner des choses fantastiques ? J’attrape le verre, trempe mes lèvres, quelques gorgées, minime. Et le goût est horrible. Vraiment horrible. Je m’efforce de cacher ma grimace au mieux.

« C’est pas mauvais, disons que tu peux faire mieux.. Bon d’accord, c’est carrément dégueulasse. Il faudra faire mieux que ça, si tu veux un jour travailler avec moi »

Je donne cette dernière partie de cette phrase, quand je vois que je n’arrive pas à la convaincre que son mélange n’est pas si mauvais que ça. Bon, voyons ce qu’on peut faire, pour que tu comprennes un peu. J’attrape la bouteille de cognac, que j’ouvre, et glisse sous son nez. Ressens cette odeur, concentre-toi dessus. Je repose la bouteille, et attrape une banane. Sens cette nouvelle odeur, maintenant. Qu’est-ce que tu sens ? Ne ressens-tu pas, ce petit truc, que tu as déjà ressenti, avec la bouteille de cognac.

« Il ne faut pas juste allier toutes ces odeurs, qui te semble délicieuse, tu dois pousser plus loin, ressentir les odeurs qui se marient ensemble. C’est un peu comme la mode, tu ne mets pas des rayures, avec des carreaux, à moins de vouloir ressembler à un clown, tu assembles des couleurs qui se ressemblent.. C’est pareil ici, tu dois assembler des odeurs qui se rapprochent »

Je mélange le cognac, et la banane, une fois écraser, et liquide, enfin, crémeux. Et je lui tends le verre. Goûte, et tu comprends ce que je viens de te dire. Tu vois, comme quoi, parfois ce n’est pas bien compliqué, et pas besoin de corsé la chose avec des tonnes d’alcool, mais si tu veux une recette un peu plus compliqué, en voilà une. J’attrape un nouveau verre, dans lequel je verse du Rhum, de la vodka, quelques gouttes de Gin, du coca, un brin de tequila, et du jus de citron. Je fais glisser le verre jusqu’à elle, pour lui faire goûter. Je n’ai pas besoin d’essayer moi-même, pour savoir que ce sera parfait.

« Réessaye maintenant »

_________________


Prenez toutes les passions, condensez-les en une seule, et si vous n'obtenez pas la haine vous aurez l'amour..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 57
Age : 26
MessageSujet: Re: Un magnifique cadeau, pour une magnifique femme [Kyrian]   Lun 13 Mar - 13:46


Un magnifique cadeau, pour une magnifique femme
Adrian & Kyara

Je n’aurais pas cru que cette journée serait si agréable, moi qui culpabilisais à l’idée de te revoir, voilà que maintenant j’en oublie tout pour juste profiter de cet instant avec toi. Un moment simple, un moment plaisant. Je ne réalise pas encore que l’on va vraiment vivre ensemble, dans cette maison, qu’on va se donner une chance d’être heureux à deux. Je me rends compte aujourd’hui que l’on a muri, car à l’époque aucun de nous ne se serait imaginé s’engager ainsi, rester fidèle, vivre ensemble. Aujourd’hui on en est capable et on le veut tous les deux, mais sache une chose Adrian, il n’y a pas que tes recettes qui sont capables de me charmer, tu es même loin du compte.

- Allons, tu sais très bien qu’il te suffit de remuer un peu tes fesses pour me charmer !

Un nouveau sourire se dessine sur mon visage mais l’instant suivant il nous fait quitter la chambre pour m’emmener vers la cuisine. C’est l’heure de préparer quelques recettes on dirait ! Je n’ai jamais été douée en cuisine, c’est pas pour rien qu’Alec et moi passons notre temps à commander, alors en cocktails ? A mon avis ce ne sera pas mieux. En fait je n’essaie même pas de me concentrer, j’ignore ce que je dois faire, ses conseils ne m’aident pas vraiment, alors quitte à devoir rater autant le faire exprès. Je mélange des tas d’ingrédients qui me passent sous la main, des alcools qui ne devraient jamais être ensemble, et le tout avec un mauvais sourire qu’Adrian ne voit pas. Une fois terminé je me tourne vers lui et glisse le verre entre ses mains, attendant qu’il goûte. Et bien, moi qui m’attendais à ce qu’il recrache tout, soit il m’aime énormément, soit ce n’est pas si mauvais que je l’aurais pensé.

Il finit par me donner son verdict. Pas si mauvais ? Est-ce que tu te fous de moi ? Oui il semblerait, dégueulasse, c’est bien le terme qui correspond le mieux à cette boisson. Ce qui attire davantage mon attention, c’est lorsqu’il me parle de travailler avec lui. Vraiment ? Je savais que tu avais l’intention d’ouvrir un bar, mais j’ignorais que tu comptais me proposer de participer. J’admets en être ravie et ça se voit à mon sourire, oui encore un, il semblerait qu’aujourd’hui tu saches me combler de joie Adrian.

- Si tu veux que je travaille avec toi, il vaudrait mieux que tu me confies la partie gestion ou événementiel plutôt que d’être barman, mais après tout c’est toi le patron.

A tes risques et périls de vouloir m’engager là-dedans, enfin aux risques et périls de tes clients surtout, et je ne pense pas que tu aies envie d’une mauvaise pub. Mais sinon je n’ai rien contre recevoir quelques cours particuliers directement du patron, au contraire même, c’est assez excitant. Alors c’est partit pour la leçon ! Il réalise un cocktail sous mes yeux, me faisant sentir les odeurs pour me prouver que certaines s’accordent mieux que d’autres. Tu as raison, mais honnêtement je n’ai pas envie de devoir sentir toutes les bouteilles avant de me décider, déjà ça prendrait beaucoup de temps et ensuite je risque de m’y perdre. Je le vois faire, se perdre dedans, c’est toujours un plaisir de le voir s’amuser dans son domaine, de voir à quel point il aime ça.

Je goûte son cocktail et je dois dire que c’est une sacré réussite, tout comme le suivant qu’il réalise en à peine une minute d’ailleurs. Il n’y a pas à dire, je t’engage pour être mon barman personnel ! C’est délicieux, vraiment, mais je ne suis pas sûre d’être capable de réaliser de telles boissons un jour. Moi en soirée je me contente de prendre de l’alcool pur ou de faire les mélanges de base que tout le monde sait faire, comme vodka et jus d’orange ou bien rhum coca par exemple, mais de vrais cocktails ? J’ai bien peur que ce ne soit pas pour moi. Je me retourne tout de même vers la table, observant toutes ces bouteilles devant moi, réfléchissant, hésitant. Je finis par attraper la bouteille de tequila et me retourne vers Adrian.

- J’abandonne, l’alcool c’est ton domaine, je ne serais jamais aussi douée là-dedans, mais je sais quand même l’utiliser à bon escient.

Et sur ces mots je retire mon haut avant de venir m’allonger sur la table de la cuisine, j’imagine que tu te doutes de ce qui va suivre. Je verse de la tequila au niveau de mon nombril avant de venir attraper le sel et dessiner une petite ligne avec au-dessus de mon nombril.

- Au moins je sais toujours réaliser les meilleurs Teq Paf.

En tous cas dans mes souvenirs tu as toujours préféré les goûter à même ma peau plutôt dans un verre. J’attrape un morceau de citron et le place entre mes lèvres. C’est à toi de jouer Adrian. N’oublies pas, d’abord le sel, puis la tequila et enfin le citron.

code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Un magnifique cadeau, pour une magnifique femme [Kyrian]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un magnifique cadeau, pour une magnifique femme [Kyrian]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cadeau pour Takeshi
» Cadeau pour mon pire ennemi ( Museau Balafré) !
» Un cadeau pour un con, par un con.
» Cadeau pour Talia
» Une sœur est un cadeau pour le cœur, un ami pour l'esprit, un fil d'or au sens de la vie.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vamp Academy :: Missoula :: Les alentours de Missoula :: Villa de Kyara et Adrian-
Sauter vers: