Forum d'écriture privé
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'ami tu seras, si l'ennemi tu ne veux pas être [Kylian]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: L'ami tu seras, si l'ennemi tu ne veux pas être [Kylian]   Sam 31 Déc - 15:11






Kylian & Madeleine


Que les maux cruels de la guerre Soient ceux de la nécessité ; Que dans les horreurs du carnage Le vainqueur généreux soulage L'ennemi que son bras détruit. Héros entourés de victimes, Vos exploits sont autant de crimes, Si la paix n‘en est pas le fruit.

LJe me suis laissée emporter, par cette ville, par ces habitants, plus intéressants les uns que les autres.. Je ne parle pas des humains, bien entendu, voilà bien longtemps que je ne porte plus aucun respect à cette espèce. En faite, je doute même de leurs avoir un jour, donné mon respect. Oui, c'est vrai, je faisais partie de cette espèce, voilà bien longtemps maintenant, mais je leurs étais déjà bien supérieur. Aujourd'hui, avec mon immortalité, cette différence n'a fais que s’intensifier.. Puis soyons honnête, rare sont les humains qui arrivent à m'étonner. Faut le dire, un humain se prend vite pour un bad boy à humilier ces semblables, mais lorsqu'il se retrouve face à nous, il pisse dans son froc. Enfin, comme vous l'aurez compris, ce n'est pas ces êtres pitoyables, qui m'ont occupés, depuis mon arrivée, mais bien ceux de même espèce que moi. Ou alors, j'ai su faire les meilleures rencontres ? Sans doute oui, j'ai en général un bon instinct, pour savoir d'avance, si une personne se montre intéressante, ou non. Je dois reconnaître que depuis ma venue, je suis bien plus tombée sur des hommes aussi, ce qui facilite mon insertion dans cette ville. Pas que j'ai quoi que ce soit, contre les femmes, j'en ai même eu de nombreuse dans mon lit, mais faut bien reconnaître que les hommes ont des atouts, où les femmes ne peuvent pas rivaliser. Mais je me suis peut-être un peu laisser emporter, par toutes ces activités, au point que je n'ai même pas commis mon rituel habituel, à savoir ce véritable carnage, pour faire comprendre de ma venue en ville. Sait-on jamais, peut-être que cela poussera quelques personnes à se rebeller contre moi, et je préfère autant m'en occuper dès le début, et être tranquille par la suite.

J'ai attendu qu'il fasse nuit, pour sortir, vous comprendrez que je n'ai pas envie de finir griller tout de suite. Cela fait de nombreuses années que je vis, déjà, oui, c'est une certitude, mais j'en ai encore de nombreuses devant moi, et je refuse de perdre la vie, avant d'être parvenu à me venger d'Adalrik. Non, ne croyez pas que j'en fais le seul but de ma vie, la preuve, je ne serais pas là, autrement, puisqu'il a quitté Missoula depuis plusieurs mois maintenant, mais disons qu'après ce qu'il m'a fais subir, je tiens une part très importante à cette vengeance, et que je l'obtiendrais, d'une manière où d'une autre. Une fois la nuit tombée, j'en ai profité pour observer un peu la ville, l'analyser, la découvrir. Un massacre, pour faire passer un message « Je suis là » Donc je ne prendras certainement pas n'importe quel bar, faut pas croire, je prendrais le plus bondé de la ville, en cette fabuleuse soirée. J'ai le temps, d'observer, je ne passerais de toute façon pas à l'action avant que minuit tapante est sonné. C'est autour des vingts-trois heures, que j'ai trouvé l'endroit qui me conviendrait. Beaucoup de jeune, un bar qui ressemble plus à une boite de nuit, qu'à un bar, mais qui doit contenir un peu plus d'une centaine de personne. Aucune restriction, pour rentrer, une bonne nouvelle. Je m'arrête quelques instants, auprès du videur, pour lui donner quelques indications.

« Quelques minutes avant minuit, tu verrouilleras toutes les portes, et tu viendras te joindre à la petite fête »

Juste une petite assurance, pour que personne ne sorte, mais que personne ne rentre non plus, je tiens à anéantir ce bar, toute seule, sans que l'un de mes collègues viennent se joindre à la fête. J'entre enfin, et me mêle à la foule, pour rejoindre le comptoir, j'ai encore une heure à tuer, autant que j'en profite pour goûter ce qu'ils sont capables de faire ici, même si, à mon humble avis, rien n'est mieux qu'un bon verre de sang, mais enfin, je vais essayer de ne pas effrayer ces gens, avant que l'heure soit la bonne. Au moins, mon charme m'aura permis d'avoir un certain nombre de verre gratos, même si, de toute façon, vu le carnage que je vais faire, je pourrais très bien récupérer la caisse, avant de me tailler. Enfin, pas je pourrais, je vais le faire. Nous, les vampires, nous manquons jamais d'argent, mais nous n'en avons jamais trop non plus. Je me rends alors compte du videur, qui entre dans la pièce, et verrouille la porte derrière lui. Tiens, l'heure approche. Je regarde ma montre, et effectivement, la seconde suivante, minuit sonne, et si je n'en étais pas certaine, j'entends la cloche sonnait, perceptible que par moi, avec toute cette musique. L'animateur de la soirée, prend la parole pour l'annoncer d'ailleurs, dire quelques mots, comme quoi, la soirée ne va devenir qu'un peu plus chaude, maintenant. Tu n'imagines pas à quel point. J'attrape un petit couteau, glisser dans ma poche, pour le lancer en direction de l'animateur, et le planter entre ces deux yeux. Je l'entends émettre des bruits étranges, dans le micro, avant de s'écrouler sur le sol de l'estrade.

« Enfin, il était temps qu'il se taise, celui-là »

Je vois une grande majorité de tête, se tourner vers moi, et de fils en aiguille, tout le monde se rend compte que ce meurtre vient de moi. J'entends même ma voisine de comptoir commencer à hurler. Pitié, pas ça, je ne nous débarrasse pas de lui, pour que tu viennes le remplacer. Je brise mon verre, d'un geste simple, et lui tranche la gorge avec un des bouts de verre bien coupant. Ne trouvez-vous pas fascinant, un tel spectacle ? A voir vos têtes, non. Vous n'êtes décidément pas à la hauteur. Je m'assoie sur le comptoir, histoire de prendre un peu de hauteur, de pouvoir voir tout le monde. Je commence une pioche, montrant du doigts, tête après tête.

« Qui sera le prochain ? Tiens, te dévouerais-tu, mon beau ? »

Je m'adresse à l'humain qui sort du lot, comme s'il n'avait pas le moins du monde, peur de moi. Tu m'as l'air d'être un courageux. Je penche la tête, pour l'observer de haut en bas. Tiens, tu ne m'as pas l'air comme tous ces idiots, je me trompe ? Je ne crois pas

« A moins que tu souhaites participer à la fête avec moi ? Dans ce cas là, il va falloir que tu me prouves de quoi tu es capable »

Et oui, pas d'amusement, sans preuve, histoire que je sois sur que tu sois à la hauteur, que tu ne me lâches pas en cours de route, ou que tu me fasses faux bon, et te retourne contre moi.

COSMIC SHEEP.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Come on, baby. Faith wants to play !
Messages : 22
Age : 30
MessageSujet: Re: L'ami tu seras, si l'ennemi tu ne veux pas être [Kylian]   Ven 6 Jan - 16:32


L'ami tu seras, si l'ennemi tu ne veux pas être

J’apprécie les bars de cette ville, il faut dire qu’on y fait souvent d’intéressantes rencontres. J’hésite, soirée avec les gars ou soirée en tête à tête avec Faith ? Mh, va pour le tête à tête, Faith n’aime pas vraiment être laissée de côté. J’ai quand même l’idée de la ranger dans une sorte de long tube en métal que je balance par dessus sur mon épaule, maintenue grâce à une ficelle. Je sais qu’elle n’aime pas trop être enfermée, mais pour une fois j’ai envie de me faire discret, pouvoir observer plutôt qu’être observé. C’est donc en me fondant dans la masse que j’entre dans ce bar et m’approche du comptoir pour commander un Whisky. Première différence, le verre met plus de temps à m’être servis que lorsque Faith est bien visible. Intéressant, je ne fais donc pas assez peur sans elle ? Enfin, au moins on me sert quand même avant la plupart des clients.

Vous savez quoi ? Quand je vous disais que cette ville est animée, et bien je ne vous mentais pas. Sérieux, ça doit faire quoi, vingt minutes que je suis là ? Et déjà la panique générale. Monsieur le policier, je vous promets que cette fois je suis innocent, enfin pour l’instant en tous cas. Qui donc vient de tuer et instaurer cette panique générale ? Tous les regards se tournent sur cette personne, pas le mien, je continue de siroter mon verre tranquillement en l’ignorant. C’est elle qui me repérera, je n’en doute pas. De toute façon je n’ai pas besoin de me tourner vers elle pour savoir ce qu'elle fait, comme monter sur le comptoir afin de scruter la salle par exemple. Tes talons risquent d’abîmer le bois chérie, mais après tout ce ne sont pas mes affaires.

Elle prend de nouveau la parole et alors je sens tous les regards se poser sur moi. Je continue de l’ignorer, avalant mon verre cul sec avant de le reposer sur le comptoir pour enfin lui porter de l’intérêt. Effectivement c’est moi qu’elle pointe du doigt. Je ne peux cacher un petit sourire en coin lorsque je vois tout le potentiel dont bénéficie cette femme, un véritable cadeau de la nature, c’est rien de le dire. En revanche ce n’est pas parce que tu es bonne au lit que je te laisserais me tuer comme une petite cible sans défense. Non seulement je ne compte pas mourir ce soir, mais en plus je ne suis pas sans défense. De toute façon je n’ai pas encore répondu à son offre qu’elle m’en propose une autre, une déjà plus intéressante. Je suppose que je devrais m’en sentir flatté, à mon avis ce n’est pas à n’importe qui que cette femme doit proposer de faire la fête à ses côtés.

- Je pense que faire la fête avec toi pourrait être très distrayant, tout comme tuer avec toi, ou faire l’amour avec toi.

Oui, je suis très direct et je tutoie, on ne me changera pas. Je finis par me lever de ma place, toujours Faith rangée par-dessus mon épaule. Je marche le long du comptoir jusqu’à me retrouver en face d’elle. Je dois relever mon visage vers cette strigoï pour pouvoir la regarder droit dans les yeux. Je n’ai rien contre les femmes de pouvoir, au contraire, mais j’espère qu’elle ne restera pas perchée sur ce bar trop longtemps, je ne tiens pas non plus à avoir de torticolis, car oui, je ne suis pas du genre à baisser les yeux.

- En revanche tuer ces humains juste comme tu viens de le faire ne m’inspire pas autant. Alors darling, est-ce qu’on se cherche de meilleures proies ? Un meilleur jeu ? Ou as-tu peur que je puisse te voler la vedette ?

La provocation a toujours fait partis de mes meilleurs atouts. Bon c’est vrai que parfois ça peut aussi jouer contre moi, mais vous savez quoi ? J’aime le danger. Alors sache une chose darling, si tu veux me faire participer à un tel massacre d’humains, il y a plutôt intérêt à ce que le jeu en vaille la chandelle, sinon il se pourrait bien que ce soit contre toi, que je décide de jouer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'ami tu seras, si l'ennemi tu ne veux pas être [Kylian]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il faut parfois frapper fort pour desarconner son ennemi.
» [Ennemi] Galaad
» Comment réagir face à l'ennemi [Pv Nuage de Vigne ]
» La Campagne de l'Ennemi intérieur Warhammer V2 ou V3
» L'ennemi de mon ennemi est mon ami. / Aurore

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vamp Academy :: Archive :: Rps Laure & Liora-
Sauter vers: