Forum d'écriture privé
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Transformation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Messages : 59
Age : 25
MessageSujet: Transformation   Mer 28 Déc - 19:39

Transformation
Irina & Jessy

Depuis quelques jours mon esprit est constamment occupé par un seul mot : transformation. Je n’en ai pas parlé à Irina, au final je sais qu’elle serait heureuse que je devienne comme elle, mais seulement si je le fais pour moi. Puis j’ai eu cette étrange conversation avec cet homme, ce Lucian, et maintenant mes doutes sont plus que jamais présents. Il me conseille la transformation, moins de problèmes, moins de risques, plus de bonheur d’après ses mots. Est-ce que ce serait vraiment le cas ? Je ne sais pas. Autrefois je refusais de me transformer à cause de ce problème de mauvaise personnalité, mais maintenant qu’elle est éteinte, alors peut-être que c’est le bon moment... Au final la seule chose qui me manquerait serait le pouvoir du feu, mais honnêtement je sais que je gagnerais d’autres pouvoirs tout aussi badass.

Je n’ai vidé aucun corps de son sang parce qu’il y a toujours cette hésitation, parce que je veux avoir le choix de faire demi-tour jusqu’au dernier moment. Alors j’ai fouillé dans mes réserves de sang de strigoï que je planquais dans mon appartement et j’ai bu une assez grande quantité de ce sang, assez importante pour pouvoir me transformer si je le décidais. Maintenant je marche dans ce parc, fumant probablement ce qui sera ma dernière clope en tant que moroï. J’ai donné rendez-vous à Irina au parc, lui annonçant qu’il y avait un sujet important dont j’aimerais discuter avec elle. Je ne sais pas si elle a lu le message, en tous cas elle n’y a pas encore répondu. J’aimerais qu’elle soit à mes côtés, pour ma transformation, je pense que d’une certaine façon ça me rassurerait un peu.

- Hé les gars, matez un peu ça, je vous avais bien dit qu’il reviendrait, dommage qu’il manque sa meuf.

Je souffle la fumée de ma cigarette et me retourne vers la voix, levant un sourcil. C’est à moi que ces mots sont adressés ? J’en ai bien l’impression. Pourtant me semble pas reconnaître ces gars, peut-être des connaissances à Irina ? En tous cas ce sont des strigoïs, les cinq types devant moi. Me semble pas non plus qu’ils étaient présents au mariage. Louche tout ça. Ils se rapprochent de moi, se mettant tout à coup à m’encercler. Peut-être pas des copains finalement.

- Vous avez un problème ?

- Non, on a juste un message à faire passer à ta copine.


Ma femme, crétin. Je n’ai pas le temps de le dire que je me reçois un méchant coup dans le dos, en plein dans la colonne vertébrale. Pas cool les gars. Je grimace légèrement, mais ça me fait surtout chier d’en perdre ma clope. Vous voulez me chercher ? Dans ce cas vous allez me trouver. J’utilise le feu de ma clope pour le faire jaillir sur l’un d’entre eux, brûlant la moitié de son visage, t’es tout de suite moins séduisant comme ça mon gars. Je me relève, prêt au combat.

- Alors, qui veut se prendre une raclée ? Soyez des hommes et affrontez-moi un par un.

Sauf qu’ils sont lâches et si je parviens à garder le dessus au départ, on va pas se leurrer, un seul moroï contre cinq strigoïs en colère, ça fait pas long feu. D’autant que justement, j’ai plus de feu en stock, ils se sont assurés d’éteindre ma clope et de détruire mes briquets, moi qui aimais faire joujou avec. Du sang coule de ma bouche à cet énième coup que je me prends dans le ventre, je serais probablement tombé, si deux autres ne me tenaient pas. Un autre coup et cette fois je n'arrive plus à le retenir, il se réveille, celui que j’ai maintenu enfouis au fond de moi toutes ces semaines. Non... Il ne devait pas se réveiller, pas alors que je risque d’être transformé. Trop tard. Malgré ma tronche bien amochée, je relève mon regard vers ces types, un mauvais sourire sur les lèvres.

- Quoi ? C’est tout ce que vous avez ? Mauviettes, tu frappes comme une fille.

Voilà les derniers mots que je prononcerais en tant que moroï. Moi qui croyais que ce serait un je t’aime pour Irina, on dirait que je me suis trompé. C’est ce qu’il a voulu, une dernière provocation pour le pousser à me tuer, parce qu’il sait qu’il se réveillera et qu’alors ce sera lui qui aura le dessus, maintenant qu’il est revenu. L’instant suivant le strigoï me craque la nuque et je m’écroule sur l’herbe froide, mort. Je n’ai plus qu’à prier qu’Irina ne me trouve pas ainsi, qu’elle ne soit pas là au moment où je me réveillerais en strigoï, au moment où il se réveillera.

 
made by roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Femme à barbe ici-bas !
Messages : 53
Age : 260
MessageSujet: Re: Transformation   Mer 28 Déc - 23:03


Transformation

C'est étrange de revenir à Missoula. A vrai dire, après ce qui s'est passé, autant ici, que pendant notre lune de miel, je ne me sens plus à ma place. Ne croyez pas que je remets en doute mon amour pour Jessy, c'est bien une chose sur laquelle je ne peux pas douter, même lorsque je n'étais plus moi-même, je savais cela, et c'est bien pour cette raison, que j'ai essayé de l'éloigner, que j'ai moi-même essayer de m'éloigner. Mais je dois bien me rendre à l'évidence, peu importe les difficultés, nous ne sommes pas fais pour être séparé, les expériences nous l'auront bien prouvés. Non, si je ne me sens plus à ma place, c'est un peu à cause de tous les dégâts que j'ai pu causer ici. Après tout, durant l'absence de Jessy, j'étais loin d'être un enfant de cœur, j'ai détruits des familles entières, et même si, ce genre de chose n'éveille plus vraiment ma conscience, depuis un certain temps, je suis bien moins à l'aise avec l'idée d'avoir pu transformer quelqu'un de force, sans lui demander son avis. Après tout, c'est moi-même ce que j'ai vécu, et je suis bien placé pour savoir que si, aujourd'hui, grâce à cette transformation, j'ai tout ce qu'il me faut dans ma vie, ce n'est pas ainsi que je la voyais, et que les premières années de mon existence en temps que vampire, n'ont pas été simple. Enfin, j'imagine que je ne devrais pas me prendre la tête, avec ce genre de chose, puisqu'aujourd'hui, cet homme est mort, mais je ne peux pas m'empêcher de me dire que si je n'avais pas commis cette erreur, il serait peut-être toujours en vie aujourd'hui. De toute façon, je n'ai pas l'intention de changer de ville, d'un, vous trouverez peut-être cela gnangnan, mais c'est ici que j'ai les derniers souvenirs avec mes sœurs, et de deux, j'ai promis à Lucian, de ne pas m'évaporer dans la nature avec Jessy tout de suite.

De toute manière, ce n'est pas ce soir que je réfléchirais à toutes ces choses, puisque Jessy semble avoir quelque chose d'important, à évoquer avec moi. Je vous avoue, c'est généralement le genre de message, où l'on flippe bien, après l'avoir reçu, parce qu'au faut l'admettre, ce genre de message peut annoncer mille chose à la fois, mais, peut-être que je me voile la face, mais je ne crois pas avoir à craindre une séparation, comme tous ces humains le craindrait après un message pareil. Surtout, que si vous voulez mon avis, si Jessy avait voulu me larguer, il l'aurait fais quand il avait une bonne raison de le faire, pas aujourd'hui, que tout va mieux entre nous. Peut-être attend-il une réponse, mais je n'en vois pas l'intérêt, alors que dans quelques minutes, au plus, je l'aurais rejoins, alors je me contente de ranger mon portable, et rejoindre le parc. En plus, cela m'offre une occasion de sortir, en sa compagnie, et ça me fera sans doute le plus grand bien. Parce que oui, même si je sors pour me nourrir, disons que j'évite de me retrouver seule, en compagnie d'humain. Surtout que ces gens là, sont assez stupide, pour se couper, à tout bout de champ, donc ce ne serait pas une bonne idée. Je ne peux pas empêché mes mauvaises pensées de divaguer, pendant la durée du chemin. Je regrette presque que Jessy, m'ait donné rendez-vous, au lieu d'être venu me chercher, dans le cas contraire, j'aurais été en sa compagnie, et je n'aurais pas eu l'occasion de ruminer. Enfin, encore heureux, le chemin n'est pas long,, mais au fond, quand j'arrive sur place, j'ignore si j'aurais préférée qu'il soit moins long, ou plus long. Moins long, parce que la première penser qui me traverse l'esprit, lorsque je vois Jessy, ainsi, allongé au sol, c'est que j'aurais pu arrivé plus tôt, pour empêcher ça. Plus long, parce que j'aurais préféré ne jamais voir une telle image, mais au fond, je crois que ça n'aurait pas changé grand chose, puisque son corps n'aurait de toute façon, pas disparu par miracle.

Je crois que j'aurais pu prévoir à l'avance, qu'elle serait ma réaction, face à une situation comme celle-là. Croyez-moi, j'aurais parié me jeter dans ces bras, ou au moins à ces côtés, une réaction que n'importe qui, devrait avoir, en temps normal, mais moi je reste juste plantée là, comme une idiote, à regarder son corps, inerte, et au lieu de m'approcher de lui, je reste là, à imaginer ce qui arrivera aux crétins, qui ont décidé de s'en prendre à lui, qui ont décidé de lui faire du mal. Je vais même jusqu'à ressentir chaque odeur, qui s'approche de lui, et retenir celle que j'arrive à percevoir, comme celle de strigoïs, parce qu'il est impossible qu'une autre espèce, soit parvenu à s'en prendre à lui, de cette manière. Jessy a déjà causé des bagarres, assez souvent, pour avoir développé une certaine technique, et ne pas ce laisser avoir par le premier couillon venu. S'il y a bien une chose que je peux me promettre, face à cette scène, c'est de retrouver chacun de ces connards, qui étaient présents ce soir, et de leurs faire payer cher. Ce n'est qu'une fois cette promesse en tête que je m'approche enfin de lui, pour m'agenouiller à ces côtés. Et c'est que lorsque je tends la main, vers son corps, que je me rends compte, que mon propre corps, tremble. Peut-être que j'aurais dû me précipiter, pour lui offrir mon sang, après tout, c'est un remède contre pas mal de chose, mais je sais que c'est déjà trop tard, je l'entends, avec son absence de battement de cœur. Peu importe ce que je pourrais faire, je n'aurais aucune chance de le récupérer

« Tu n'as pas le droit de m'abandonner, pas maintenant »

A croire que la vie nous en veut, et que l'on ne pourra jamais être heureux. Enfin, d'ailleurs ce n'est plus vraiment une supposition, puisque tu es morts. Quand à moi ? Je crois ne jamais te l'avoir dire de manière explicite, mais il est bien hors de question que je continue sans toi. Réaction stupide ? Peut-être, mais s'est une évidence, pour moi. J'ai mis un moment, à me rendre compte que c'était l'homme qu'il me fallait, j'ai mis un moment, pour me rendre compte que c'était vers lui, que je devais aller, et non vers Adalrik, mais aujourd'hui, je le sais bien, et je sais aussi de manière certaine, que je n'en veux aucun autre, que lui. Pour le meilleur, et pour le pire. Cette phrase est souvent revenu, depuis notre mariage, aujourd'hui encore. Pour le pire, voilà le pire, mais même cela, se sera ensemble. Pas pour tout de suite, mais ensemble quand même. Sans vraiment me rendre compte de ce que je fais, ni même m'assurer que personne ne peut voir la scène, qui paraîtrait assez étrange, je pense, je me penche, pour déposer un dernier baiser sur ces lèvres, mêler de larme, avant de m'allonger près de lui. Oui, vous me direz que c'est encore une réaction étrange, mais c'est là, le dernier contact que j'aurais avec lui, alors je peux bien en profiter, malgré la froideur de son corps, assez désagréable, en comparaison de celle que j'ai toujours connu.


Dernière édition par Irina Barrymore le Jeu 29 Déc - 16:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 59
Age : 25
MessageSujet: Re: Transformation   Jeu 29 Déc - 13:31

Transformation
Irina & Jessy

Est-ce que j’aurais imaginé mourir ainsi ? Pas vraiment, à vrai dire je me suis toujours sentis bien trop supérieur à la moyenne pour m’imaginer mourir dans un combat. Sérieusement, si je les avais combattu un par un ils auraient tous morflé ! Mais bon, quand il y en a deux qui vous attrapent et les autres qui vous cognent à tour de rôle, bah c’est plus compliqué de riposter, surtout quand vous ne pouvez pas utiliser votre élément. Mais au final je n’avais pas vraiment peur qu’ils me tuent, je savais que de toute façon je reviendrais et à ce moment-là je pourrais me venger comme il se doit. Alors plutôt que de chercher à répliquer, je me suis concentré pour le maintenir enfouis au fond de moi, pour ne pas qu’il ressorte avant le moment fatidique. J’ai vraiment essayé, mais à chaque coup de plus je le sentais gagner du terrain, puis il y a eu le coup de trop.

Entre la douleur et le combat intérieur, je n’arrive plus à le retenir. Il s’éveille et ça se voit à son sourire, ça se voit à son regard et à travers ses mots. Tue-moi, voilà ce qu’il veut. Dernière provocation à l’égard de ces strigoïs et ma nuque est brisée. Puis il ne reste plus rien, juste la mort. Il paraît que l’on est censé voir une lumière au moment de sa mort, ou bien quelque chose d’autre, je ne sais pas trop quoi. Pour moi il y a juste le néant. Est-ce parce que je vais revenir à la vie, ou est-ce qu’il n’y a vraiment rien qui m’attend au moment de ma mort ? Si tous les strigoïs sont tombés dans ce même néant, alors je comprends mieux pourquoi ils préfèrent vivre éternellement. Personne ne voudrait rester ici.

Combien de temps est-ce qu’il aura fallu avant le premier battement de cœur ? Avant que je ne sente de nouveau l’herbe contre ma peau. Avant que mes plaies ne se mettent à cicatriser toutes seules. Avant que je n’ouvre les yeux. Je ne sais pas pourquoi je reprends aussi fortement ma respiration alors que je n’ai plus besoin d’air, sûrement par pur réflexe. Je me suis redressé d’un coup, ouvrant les yeux, ma respiration saccadée alors que je réalise peu à peu. Je prends conscience que je suis vivant. Je prends conscience que je suis transformé. Je prends conscience que j’ai soif de vengeance. Je prends conscience que j’ai soif, tout simplement.

Je ne réalise qu’après qu’il y a cette présence à mes côtés, sans même que je n’ai à regarder sur ma gauche. J’entends ce battement de cœur, cet étouffement de sanglot, ce sang de strigoï. Strigoï... Comme ceux qui m’ont tué. Je ne sais pas comment mais j’use de ma rapidité pour me retrouver d’un coup au-dessus d’elle,  ma main serrée autour de sa gorge, mon regard meurtrier. Je suis prêt à l’achever comme n’importe quel ennemi. Je ne réalise pas tout de suite que je la connais. Je ne réalise pas tout de suite qu’il s’agit d’Irina. Je veux seulement la mort, la sienne, celle de tout le monde. Puis je réalise doucement qu’il s’agit d’elle, mais ma main reste toujours serrée autour de sa gorge alors qu’un sourire sadique se dessine sur mon visage.

- Est-ce que je t’ai manqué, chère femme ?

Un rire mauvais s’échappe de mes lèvres avant que je ne dépose un baiser contre les siennes, un baiser qui n’a rien de passionné. Je finis ensuite par la relâcher et disparaître. Où est-ce que je vais ? Je ne sais pas, je pars à la recherche de sang, d’ambiance, de bagarre. Peut-être que je tomberais sur mes ennemis ? Non, une innocente humaine. Elle fera l’affaire pour un premier repas. Je m’avance vers elle, ne me rendant pas vraiment compte que je fais peur à voir avec l’état de mes vêtements et ces traces de sang séché sur ma peau. Elle relève enfin son regard vers moi, un peu paniquée.

- Monsieur ?... Vous avez besoin d’aide ? J’appelle une ambulance.

- Je n’ai pas besoin d’une ambulance, juste de ton sang.


Et sur ces derniers mots je me rapproche d’elle et plante mes canines dans sa gorge. Je ne suis pas doux, même un peu trop sauvage. Elle hurle de douleur et je ne cherche pas à atténuer son mal, juste à me nourrir. Je relève quelques secondes la tête de sa gorge, léchant mes lèvres en riant.

- Délicieuse.

Et je plante à nouveau mes canines dans sa gorge pour continuer à la vider de son sang. Je sens que ce soir il risque d’y avoir un véritable carnage, car vous pouvez être sûr que je ne me contenterais pas uniquement de cette demoiselle. J’en veux plus, beaucoup plus. J’ai bien l’intention de boire du sang jusqu’à ce que les rayons du soleil me chassent dans l’ombre.

 
made by roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Femme à barbe ici-bas !
Messages : 53
Age : 260
MessageSujet: Re: Transformation   Jeu 29 Déc - 16:09


Transformation

Pourquoi, Jessy ? Pourquoi aujourd'hui ? Après tous les efforts que nous avons fais pour être ensemble, pour être heureux, pour retourner à la normale, pourquoi est-ce qu'il faut que cela nous tombe dessus maintenant ? Je ne peux pas prétendre que ta perte ne m'aurait pas accablé, quelques jours plus tôt, mais l'autre partie de moi, celle qui n'avait plus aucune contrôle, aurait su rebondir. Alors pourquoi ? Pourquoi est-ce que tu m'as obligé à revenir, si c'était pour te perdre, derrière ? Si tu veux mon avis, cela ne valait pas le coup que l'on endure cela, quelques jours plus tôt, pour que tous s'écroule sous mes yeux, à peine rentrer. Nous aurions dû rester là-bas, au moins nous n'étions que tous les deux, nous étions tranquille, personne nous connaissait, personne ne nous en voulait. Ma réaction est peut-être stupide, je sais que la première personne qui passera par là, appellera la police, ou un truc du genre, mais c'est peut-être les derniers instants que je passe à tes côtés, alors je ne peux pas partir de suite. M'allonger dans tes bras me semble la chose la plus évidente au monde, bien que personne ne comprendra ma façon de faire. Ne t'en fais pas, je te retrouverais bientôt, mais j'ai d'abord une mission à accomplir ici, il est bien hors de question que je laisse ces personnes  en vie, que je te laisse non vengé.. Qu'avaient-ils contre toi, pour te tuer ? Au fond, c'est ce qui me tue le plus, ne pas comprendre ce qui a pu se passer, ne pas avoir pu être là, pour foutre une bonne raclé à ces connards. Mais ne t'en fais pas, ils n'échapperont pas à cette raclée, ils l'auront juste avec un train de retard.

Je ne réagis pas de suite, il me faut bien attendre le second battement de cœur, pour bien comprendre que cela vient de sa poitrine à lui. Merde, c'est quoi ce bordel ? Je n'ai pas halluciné, son cœur était éteins, pendant toute la durée de mon échange silencieux avec son corps.. Alors, comment ? Enfin, c'est stupide de me poser cette question. Je sais très bien de quelle manière un être mort, peut revenir à la vie, j'en suis la preuve vivante, et vu la froideur de son corps, c'est juste impossible de trouver une autre explication.. Mais, comment, pourquoi ? Je me redresse, à temps pour ne pas me retrouver éjecter, vu sa propre manière de se relever. Et je dois admettre que j'ai dû mal à croire à ce que je vois. Au fond, je ne sais même plus quoi penser. Est-ce que je suis censé être heureuse, de le voir en vie ? Heureuse, de le voir transformer ? Ou est-ce que je suis censé être triste pour lui, parce que ce n'était peut-être pas ce qu'il voulait ? Je sais pas, j'en sais rien, et de toute façon, je n'ai pas le temps de me poser plus de question, je me retrouve renverser, son corps au dessus du mien, et croyez-moi, ça n'a rien avoir avec un Jessy fougueux, qui aurait de mauvaise idée derrière la tête. Enfin, si, des mauvaises idées derrière la tête, il doit en avoir, mais pas du genre qui se passe dans un lit.. Dès l'instant où je croise son regard, je n'ai pas besoin de plus, je n'ai même pas besoin de ces mots, pour comprendre à qui j'ai affaire. Je croyais que tu avais réglé tes problèmes de personnalité, Jessy ? Es-tu en train de me dire que tu es parti, toutes ces semaines, pour rien ? Que j'ai pété les plombs, pour rien ? Merde, Jessy, tu peux pas le laisser gagner, une nouvelle fois.

Je dois admettre que je me serais bien poser quelques instants, pour réfléchir à toutes ces choses. A tout ce qui vient de se passer, en même pas une dizaine de minute. Oui, j'en aurais bien besoin, mais quand je le vois prendre la fuite, je sais que je n'ai pas le temps, de prendre ces quelques minutes, que je dois le suivre. Je me rappelle très bien mes propres moments après ma transformation, et j'étais totalement incontrôlable, ce ne sera que pire, pour lui, au vu de la personnalité qui a pris le dessus.. Et si je ne crains pas vraiment pour sa conscience, je préfère éviter qu'il se fasse remarquer, dès le premier jour, et se fasse tuer. Si j'ai bien appris quelque chose, dans cette ville, c'est que même en étant immortel, nous ne sommes pas à l'abri, il faut toujours se méfiait de tout le monde. J'ai au moins la chance que son corps empeste le sang, ce qui fait qu'il n'est pas très dure à suivre. Honnêtement, Jessy, n'aurais-tu pas pu te jeter sur un homme ? A vrai dire, j'avais bien conscience, même avant, lorsque tu étais moroï, que tu devais bien te nourrir, mais j'avais toujours préféré laisser de côté cette idée. Mais là, te voir agripper à son cou, comme si c'était une question de vie ou de mort. Tu m'excuseras, mais j'ai un peu de mal avec cette vision. Alors je n'ai aucun regret à les séparer, et a briser le cou de cette femme. Pour qu'elle la ferme, et ne nous fasse pas repérer, ou par pur jalousie ? J'en ai aucune idée. Tu veux savoir, quelque chose, Jessy ? J'ai longtemps eu peur, de cette personnalité, chez toi, parce que je ne savais pas de quoi, elle était capable. Mais aujourd'hui, c'est fini, je n'en ai plus peur, alors ne compte pas sur moi pour te ménager.  Je sais comment je dois me comporter avec elle, et je n'hésiterais pas.

« Pour une première, je m'attendais à bien mieux, de toi, Jessy. Je sais pas, une assemblée entière, une foule, une fête, n'importe quoi, mais pas juste une minable femme, que tu n'es même pas capable de faire taire »

Admets-le, Jessy, tu ne t'attendais pas à ça, pas vrai ? N'oublies pas que moi aussi, j'ai traversé une mauvaise passe, et que si mes problèmes de contrôle, sont loin maintenant, ou du moins, je l'espère, je n'en ai pas pour autant perdu ce caractère qui s'est développé pendant ces quelques mois. Je m'approche de lui, pour passer un doigt sur le sang étalé autour de sa bouche, et le porter à mes lèvres. Au moins, tu n'as pas choisi la plus mauvaise, c'est déjà ça, j'imagine. La seconde suivante, je le renverse au sol, pour passer à mon tour, une main autour de sa gorge. Tu vois, Jessy, en un rien de temps, les positions se sont retrouvés être inversé, à la différence que je n'ai pas l'intention de te faire de mal.

« Et je crois que la réponse à ta question était, oui, tu m'as manqué, mon chéri, mais fais attention à tes fesses, je suis bien plus forte que toi, aujourd'hui, tu n'as plus tes briquets, pour faire joujou, ne l'oublie pas »

Je laisse ma langue glisser sur son menton, pour ôter le sang qui reste, avant de me redresser. Ne sois pas vexé, Jessy. Je suis sur que tu es très forts, je pense même qu'avec le nombre de combat que tu as déjà fais, en étant moroï, tu pourrais vaincre pas mal de strigoï, même en étant aussi jeune, mais pas moi, je te connais trop bien pour ça.

« Suis-moi, on va te trouver mieux que cette pouffiasse »

Du genre, un concert ? Je crois que ça devrait faire l'affaire, non ? Tu ne m'en voudras pas, je risque de me restreindre, contrairement à toi, mais je préférerais autant ne pas retomber dans mes pertes de contrôle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 59
Age : 25
MessageSujet: Re: Transformation   Ven 30 Déc - 14:21

Transformation
Irina & Jessy

Violence, sang, voilà tout ce à quoi je peux penser avant mon réveil, après mon réveil. Je veux retrouver ces enfoirés qui se sont mis à cinq contre moi, je veux les faire morfler et je le ferais, oui, j’éviterais à tout prix de les tuer pour faire durer le plaisir de leur souffrance encore et encore, ce sera amusant ! Je veux aussi du sang, le leur pour m’en amuser, et ceux de personnes bien plus vivantes pour le dévorer. Peut-être voudrais-je le tiens aussi, qu’en dis-tu Irina ? Est-ce que te faire mordre par ton mari te tenterait ? Je suis sûr que oui, après tout tu as toujours su apprécier mes morsures. Désolé chérie, mais tu ne seras pas la première que je dévorerais, j’ai besoin du sang d’humain, ou de moroï, pourquoi pas, mais je doute d'en trouver ce soir.

En revanche je trouve cette femme, seule, une parfaite proie pour un premier repas. On ne t’a jamais dit qu’il valait mieux éviter de sortir la nuit ? Tu aurais mieux fait d’écouter tes parents, maintenant c’est trop tard pour toi. J’ignore ses hurlements de douleurs, elle peut bien crier tant qu’elle le veut, tant que je continue de me nourrir sur elle, le reste m’importe peu. Sauf qu’Irina n’est pas de cet avis puisqu’elle a décidé de gâcher mon repas en me séparant de cette fille pour se contenter de lui craquer la nuque. Je lâche un grognement mécontent. On ne t’a jamais dit qu’il ne fallait pas jouer avec la nourriture Irina ? Regarde-moi ce gâchis, d’autant que je m’étais dégoté un bon cru.

Es-tu venu me faire la morale Irina ? Ou me proposer un meilleur festin ? Dans un cas je risque de m’énerver, dans l’autre je pourrais bien t’écouter. Elle se rapproche de moi, glissant son doigt contre ma bouche pour récupérer un peu de ce sang. Je ne dis toujours rien, me contentant de la fixer avec ce regard sombre. Actuellement je ne suis plus un homme Irina, juste une bête sauvage qui a besoin de bien plus que ça pour se calmer. Je finis alors renversé et si le choc n’a rien d’agréable, il n’a rien de douloureux non plus. En revanche tu devrais éviter de me provoquer Irina, surtout en ce qui concerne cette question de force, je pourrais vouloir te prouver le contraire d’une manière qui ne te plairait pas forcément. Pourtant je me mets à rire, un rire mauvais.

- Je te pari que même sans briquet je saurais allumer un feu en toi.

Oui c’est une remarque purement sexuelle et alors ? Quoi que, on pourrait très bien prendre cette phrase au premier degré avec moi, à toi de deviner. Je me redresse à sa suite. Alors Irina, quelle est la suite du programme ? J’espère que tu as une idée puisque tu sembles vouloir prendre les choses en main. On use de notre rapidité de strigoï pour aller plus vite, faut dire que je suis affamé donc ce serait bien de ne pas traîner. Enfin au final c’est moi qui suis le plus lent des deux, mais pour ma défense je n’ai pas encore l’habitude de courir comme Flash, je me suis même pris un panneau à un moment donné, mais on va dire qu’Irina ne l’a pas remarqué. Alors, où est-ce que tu m’emmènes comme ça ? Car je suis plutôt impatient.

Un concert ? Tiens tiens, en voilà une bonne idée, surtout que la moitié des personnes sont déchirés. Le sang d’une personne droguée est d’autant plus délicieux, enfin pour les gens comme moi qui aiment avoir des sensations. Je mords dans ma première cible, un type au hasard, un peu trop torché. Sauf que je suis assez déçu, je n’ai pas le moindre effet. J’attrape quelques verres d’alcool pour tenter d’étancher ma soif, finalement ça ne fait que l’accentuer et toujours aucun effet. Ce n’est pas si cool d’être strigoï si on ne peut même pas finir bourré. Enfin, amusons-nous autrement. Je trouve Irina un peu plus loin qui se nourrit à son tour en faisant un peu trop attention à mon goût. Tu veux savoir un truc Irina ? L’ancien Jessy était un con de vouloir te faire redevenir sage, mais moi ce n’est pas mon cas. J’attrape une fille au hasard par la taille et me rapproche d’Irina qui a déjà laissé repartir son repas. Je la regarde droit dans les yeux avant de lui faire cette proposition.

- Goûte-la avec moi. Buvons jusqu’à ce qu’il ne reste plus la moindre goutte.

 
made by roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Femme à barbe ici-bas !
Messages : 53
Age : 260
MessageSujet: Re: Transformation   Ven 30 Déc - 16:28


Transformation

Je ne comprends pas, j’essaie vous pouvez me croire, mais j'ai du mal à comprendre de quelle manière tu as pu te transformer. Je suis bien placé pour savoir que nos échanges, n'ont jamais été suffisant, pour que tu te transformes, au cas où tu viendrais à mourir. Alors quoi ? Est-ce que tu avais prévu le coup, en sachant ce qui allait t'arriver ? Est-ce que c'était ça, le sujet important que tu voulais évoquer avec moi ? J'imagine qu'il faudra que j'attende que tu te calmes, pour en savoir un peu plus. De toute façon, je devrais savoir que discuter avec une jeune Strigoï, vulnérable à ces pulsions, ces missions impossibles. J'étais incontrôlable, mes premières semaines, ce ne sera que pire, pour Jessy ? Mais vous savez quoi ? A l'époque, je me morfondais, sur chaque corps, que je laissais derrière moi. Aujourd'hui ? Jessy peut bien faire autant de meurtre qu'il le souhaite, du moment qu'il ne se fait pas attraper comme un idiot. Oui, faut croire que je n'ai pas tout perdu, de la femme que j'ai pu être lors de mes récentes pertes de contrôle. En revanche, Jessy, si tu permets que je t'apprennes une chose, tu pourrais au moins choisir mieux tes proies, des personnes dignes d'intérêt, pas une pouffiasse qui joue les sirènes d'alarme. Bon, je l'admets, elle sent bon, plutôt un bon goût aussi, mais laisse moi quand même faire en sorte que tu trouves mieux que ça, parce que celle là, ne me plaît pas du tout. De toute façon, c'est trop tard, maintenant, elle est morte, alors tu ne reposeras plus tes crocs sur elle. A moins de kiffer les femmes bonnes pour la morgue, mais je t'assure que leurs sangs n'est plus aussi délicieux. Laisse moi d'abord, te faire comprendre quelque chose qui me semble essentiel. Lorsque tu étais encore moroï, tu avais peut-être la main mise, quand tu reprenais la situation en main, mais aujourd'hui, tu es un strigoï, tu ne pourras plus jamais user de ton élément contre moi, et au corps à corps, en tant que jeune vampire, tu es bien trop désordonner, pour avoir une quelconque emprise sur moi. Alors à l'avenir, fais attention à tes provocations, parce que cette partie de toi, je n'aurais aucun scrupule à la vaincre, pour remettre son ego en place.

« C'est d'un romantisme, typique de Jessy Barrymore »

Je me redresse. Au fond, ta proposition semble assez alléchante, mais tu sais quoi ? Tu penses déjà être au meilleur de ta force, mais ce n'est pas le cas, ce sera bien mieux lorsque tu te seras nourri, et nos rapports seront d'autant plus intense. Alors au lieu de me provoquer, sur ce sujet, de suite, tu ferais mieux de me suivre. Ne sois pas si pressé. Quoi que, c'est le défaut de tous les jeunes vampires, de toute façon, mais tu finiras par comprendre par toi-même, que c'est bien plus intéressant de prendre son temps, de profiter de l'instant. Surtout que tu es loin de tous contrôler encore, alors si tu veux éviter de te retrouver dans une situation un peu délicate, tu devrais faire attention. Enfin, de toute façon, nous sommes en pleine nuit, les rues sont désertes, à cette heure ci, donc j'aurais du mal à t'offrir une raison valable, pour te faire ralentir. Cela dit, ne compte pas me vaincre à la course, tu es bien trop lent pour ça. Et puis, tu ne connais pas notre destination finale. Un concert, si je ne me trompe pas, je crois que c'est bien ce soir, et lorsque nous arrivons sur place, je suis ravi de voir que je n'ai pas fais erreur. Ça devrait être suffisant ? Bon, d'accord, je sais que tu en voudras toujours plus, mais un tel nombre, devrait quand même t'en boucher un coin, non ? Je le laisse partir devant, sans le faire attendre plus longtemps, quand à moi, je prends un peu de temps pour m'assurer de boucler toutes les sorties. Aucune de ces personnes ne réussira à s'en sortir ce soir, et je m'assure même de briser la nuque au vigile, cela nous empêchera d'avoir à gérer les flics, une fois que nous en aurons fini avec la foule. Tu vois, c'est ce genre de chose, auquel tu n'as pas pensé Jessy, trop préoccuper par ta soif, mais qui aurait pu te coûter cher. Certes, ces vigiles n'auraient appelé que la police, qui n'aurait pas pu faire grand chose contre toi, mais ça aurait été bien plus dangereux s'ils s'étaient agis de véritable gardien, entraîner.

Lorsque je rentre à l'intérieur, je découvre déjà une belle panique, enfin, pour ceux qui ont compris qu'ils se passaient quelque chose. C'est fou comme face à un concert, certains déconnectes totalement de la réalité. Tu sais quoi, Jessy, tu m'as ouverts l'appétit, avec tout ça. J'attrape la première femme par les cheveux, et mords son cou, je pourrais la tuer, j'en ai conscience, la vider de son sang, mais ce serait tout de même un peu risquer, au vu des dernières semaines, alors je finis par la relâcher, et la laisser se vider de son sang seule. J'accorde toute mon attention à Jessy, lorsque je le vois revenir avec une femme. La petite leçon, dans la ruelle n'était donc pas suffisante ? Faut-il que je tue toutes les femmes de ce concert, pour que tu te contentes d'approcher que des hommes. Essaies-tu une nouvelle fois de me provoquer, Jessy ? Jouer sur ma soif, alors que tu sais très bien que je pourrais retomber dans mes travers, n'est pas très sympathique de ta part.. Mais en même temps. Te rappelles-tu de notre première rencontre, Jessy ? Lorsque nous avons regagner un immeuble, trouver cet homme, en train de frapper cette femme, que nous l'avons fais souffrir ? Ma première envie avait été de partager cet homme, avec toi, et pas de manière sexuelle, bien au contraire. Tu étais même d'accord, avec ça, jusqu'à ce que nos plans changent. Ce soir, c'est l'occasion de nous rattraper, de partager un corps ensemble, et peut-être plus d'un, même. Parce que j'en ai la conviction, si je cède maintenant, face à toi, je céderais encore. Est-ce que j'aurais pu mordre moins forts, lorsque je m'approche d'elle, et la saisi ? Oh oui, j'aurais pu, mais non, je n'en avais aucune envie. Désolée, chérie, mais tu étais un peu trop proche de mon mari à mon goût. Alors dis-moi, Jessy, que ressens-tu, en partageant ce corps avec moi ? Je sais ce que tu essaies de faire, avec moi, vois-tu, je ne sais pas si c'est mon envie de sang, ou mon envie de ton corps qui prend le dessus. Le corps vide, de cette nana tombe entre nous, et à l'instant où je croise son regard, je ne peux m'empêcher de fondre sur ces lèvres. Tu sais ce qui me plaît le plus, dans ta nouvelle nature Jessy ? Je n'ai plus besoin de te ménager, plus besoin de retenir ma sauvagerie. Je n'ai plus non plus à me préoccuper du sang que je pourrais faire couler chez toi, face à cette sauvagerie puisque tu es de la même espèce que moi. J'aurais ton corps ce soir, Jessy, c'est une promesse, mais je compte bien être la seule, à l'avoir, la seule à pouvoir l'admirer.

« Il est temps que tous nous accordent leurs attentions, c'est nous les vedettes ce soir »

Et sur ces paroles, je me glisse derrière le poste des lumières, pour couper les projecteurs, et ne laisser que quelques veilleuses, histoire que ce public, voit ce qu'il se passe, mais pas assez pour qu'ils puissent filmer la scène, je ne tiens pas à me retrouver sur le web. Une minute plus tard, je suis sur scène, et mords violemment la gorge du chanteur. De toute façon, il chantait mal, ce ne sera pas une grande perte. Lorsque je relève la tête, je me rends compte que la panique s'est enfin fais, et c'est assez agréable de voir ces idiots courir dans tous les sens, se précipiter sur des portes, verrouillées.

« Cette soirée est pour toi, mon chéri, profites-en »

Il n'est pas à côté de moi, mais je sais qu'il m'entendra, même au milieu de ce vacarne, l'un des avantages de ta nouvelle nature. Il y en a encore bien d'autre, je te les apprendrais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 59
Age : 25
MessageSujet: Re: Transformation   Mar 10 Jan - 17:57

Transformation
Irina & Jessy

Une longue nuit nous attend Irina, c’est une certitude, pour toi comme moi. J’ai toujours cette hésitation qui trône à ton sujet. Vais-je te faire payer ou te faire l’amour ce soir ? Peut-être bien les deux, nous verrons, surprends-moi et peut-être que je serais clément pour une fois. Tu gagnes des points avec la provocation, mais pas encore assez pour te sauver, d’autant que si tu me cherches trop, tu pourrais très bien me trouver. Je ne suis peut-être pas plus fort que toi désormais, mais je sais où frapper pour te faire mal Irina, ne l’oublie jamais, que je te connais. Pour l’instant tu as de la chance, c’est d’abord ma soif que je veux étancher, j’ai envie de sang, j’ai besoin de sang. Au fond déjà moroï j’en avais besoin, mais je préférais surtout le faire couler, aujourd’hui je veux davantage y goûter. De toute façon l’un n’empêche pas l’autre.

Ce concert est une bonne idée Irina, tu continues encore de marquer des points, mais tu n’as pas intérêt de tuer mes victimes avant que je n’ai terminé de les goûter cette fois, sinon tu pourrais aussi en perdre. Les cadavres tombent à tour de rôle, déjà trop et pourtant pas encore assez. Après tout n’allons-nous pas tous les tuer ? Bien sûr que si, nous le savons tous les deux, il n’y aura jamais trop de sang pour rassasier des strigoïs. Autant en profiter pour te tester Irina. Tu crois que je n’ai pas remarque que tu laissais tes victimes se vider de leur sang plus loin pour ne pas avoir à les tuer et perdre le contrôle ? Et tu crois vraiment que je ne vais pas réagir à ça ? Non, si tu veux que nous soyons amis, que nous soyons amants, alors c’est elle que je veux, celle qui n’a peur de rien.

Je lui ramène cette fille encore intacte et je pense que je n’ai pas besoin de m’expliquer pour qu’elle comprenne où je veux en venir, bien que je le fasse quand même. Alors Irina, goûteras-tu cette fille avec moi ? La tueras-tu avec moi ? Je compte sur toi pour ne pas la lâcher avant que son sang ne soit devenu froid. Je ne cache pas mon mauvais sourire lorsque je la regarde mordre avec force et conviction dans le cou de cette demoiselle, juste avant que je ne la rejoigne. Voilà notre premier repas ensemble en tant que strigoï et strigoï, j’espère que tu apprécies, moi c’est le cas. Entre nous deux son corps se vide de son sang à une vitesse fulgurante, jusqu’à ce qu’il n’en reste plus une goutte, jusqu’à ce qu’elle s’écroule à nos pieds. J’essuie d’un mouvement de main un filet de sang qui a coulé sur mon menton et l’instant suivant je me retrouve avec les lèvres d’Irina contre les miennes, ces lèvres délicieuses qui ont encore le goût du sang. Exquis.

Je ressers ma prise sur son corps d’une poigne ferme et sauvage, mais à peine avons-nous commencé ce baiser que déjà elle disparaît et me laisse sur ma faim. Ce n’est pas bien de jouer ainsi avec moi Irina, tu devrais pourtant le savoir. Tu veux être une vedette ce soir ? Crois-moi nous le serons, nous le sommes déjà. Les lumières s’éteignent mais très vite ma vision s’adapte. C’est donc ainsi que tu vois les choses la nuit, je comprends mieux pourquoi tu repères aussi facilement les détails. J’entends un hurlement et je repère Irina sur scène en train de mordre le chanteur. Tout le monde hurle et tente de s’échapper mais les portes sont bloquées. Tiens tiens, bonne idée, on dirait que tu as pensé à tout ma chère femme.

Je retourne ma tête de l’autre côté lorsque j’entends sa voix juste à côté de moi, mais elle n’est pas à mes côtés, toujours sur la scène. Fascinant, ses mots résonnaient comme ci elle les prononçait tout près de mon oreille. Que vais-je découvrir d’autre encore ? J’aime déjà toutes ces nouvelles facultés, mais j’en veux plus, j’en voudrais toujours plus. J’use de ma rapidité pour me retrouver à ses côtés la seconde suivante, un mauvais sourire sur les lèvres alors que je contemple toute cette foule en panique en dessous de la scène. Des brebis égarées, des cibles. Nos futures victimes.

- Et dire qu’il voulait me priver de ça...

Je parle à voix basse, plus pour moi-même mais je sais qu’elle entendra, qu’elle comprendra. Si je ne m’étais pas éveillé ce soir, avant de mourir, peut-être que je serais mort à jamais. Aujourd’hui je suis de retour et j’ai bien l’intention d’en profiter. L’autre Jessy m’a volé la vedette pendant trop longtemps et ce soir, je compte bien rattraper ce temps perdu. Je quitte la scène pour me retrouver auprès d’un corps que je mords et qui hurle, puis un deuxième, et ainsi de suite. Je ne fais pas attention à combien, je ne fais pas attention à qui ni comment. Je mords, je bois, je profite, voilà tout. Je finis tout de même par m’arrêter, au bout d’un certain temps, lorsqu’Irina et moi n’en avons plus laissé beaucoup. Je me sens rassasié pour l’instant et les survivants sont de toute façon bien amochés, donc soit ils mourront dans leur coin, soit je reviendrais plus tard pour le second round.

Je retire mon tee-shirt dégoulinant de sang qui me collait à la peau. Oui, je n’ai pas été très propre ce soir mais ce n’est pas de ma faute, je voulais sentir le sang jaillir et pas que dans ma gorge. Je m’approche d’Irina qui boit au cou d’une énième victime. Cette fois c’est moi qui me permets de la tuer, brisant le cou de cet homme avant qu’elle n’ait le temps de terminer son repas. Le corps tombe entre nous, nous permettant de nous regarder droit dans les yeux. J’enjambe alors le cadavre, de manière à me trouver pratiquement collé à elle. L’une de mes mains glisse lentement sur ses courbes alors que je la provoque du regard, mais aussi avec ces mots.

- J’avais prévu de te faire souffrir lorsque je te reverrais, mais ce serait idiot de ne pas te faire l’amour avant.

Et sur ces mots je plaque une main contre ses reins et pousse son corps à se rapprocher du mien jusqu’à les coller l’un contre l’autre, en profitant pour venir capturer sauvagement ses lèvres. J’use même de ma nouvelle rapidité pour nous faire bouger et l’instant suivant son dos ainsi que sa tête cogne avec force contre l’un des murs alors que je ne la lâche plus. Finalement peut-être que je pourrais te faire l’amour et te faire souffrir en même temps.

 
made by roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Femme à barbe ici-bas !
Messages : 53
Age : 260
MessageSujet: Re: Transformation   Sam 14 Jan - 18:53


Transformation

Est-ce que tu es bien, dans cette nouvelle condition, Jessy ? Est-ce que c'était ce que tu voulais ? Au fond, cela aurait peut-être eu de l'importance, si je m'étais trouvé face au bon Jessy, à celui qui s'est toujours battu contre celui que j'ai face à moi aujourd'hui. Mais face à toi ? Tu as ce que tu as toujours voulu, la force, la puissance, la rapidité.. Je suppose que tu es à ta place, dans cette nouvelle nature, en revanche, ne te mesure pas à moi. Je te craignais peut-être, lorsque tu étais moroï, aujourd'hui, ce n'est pas le cas, tu n'as plus ce pouvoir du feu, qui m'empêchait d'approcher, pire, qui pouvait me détruire. Oh, je ne ferais pas l'erreur de te croire incapable, je sais que tu peux te montrer plein de surprise, mais je pourrais reprendre la main, lorsque je le souhaite. Du moins, je crois, et c'est assez, pour que je ne me laisse plus démolir, face à toi. Je n'hésite pas à te faire comprendre ce que je pense de ta manière d'être, d'ailleurs. Ne me provoques pas, tu risques de te faire botter le cul, Jessy. Est-ce que tu as conscience de faire une grosse connerie, Jessy ? Je serais toi, je n'essaierais pas de me faire perdre le contrôle, et tu sais pourquoi ? Parce que tu es toujours dans la provocation, et tu ne gagneras rien, à un affrontement entre elle et toi, tu peux me croire.

Mais toi, celui a qui je m'adresse ce soir, m'a toujours préféré ainsi, pas vrai ? C'est vrai que je me prends moins la tête, je réfléchis moins, cela peut avoir ces avantage, comme ces inconvénients. Est-ce que tu tentes juste ta chance, avec ce repas, que tu cherches à partager avec moi, ou est-ce que tu savais que cela me ferait craquer ? Je pense que c'est juste du pif, parce que ce Jessy là, je ne suis pas sur qu'il fasse le lien avec notre première rencontre, avec cet humain, que je lui avais déjà proposé de partager, à l'époque, sans que cela puisse être possible, juste pour la provocation. C'est une expérience que j'aurais apprécié avoir, ce jour là, et c'est ce qui me fait craqué, aujourd'hui, malgré toutes mes résistances, et je sais, dès lors, que je n'aurais aucun retour en arrière. Tu as gagné Jessy, tu as ce que tu voulais, à ton avantage, ou pas, nous verrons à la fin de cette soirée, mais si tu espérais garder un peu le dessus sur cette soirée, tu as misé sur le mauvais cheval. C'est assez dommage, tu t'étais battu pour me faire revenir, et voilà quand quelques minutes, tu viens de tous bousiller, de tous foutre en l'air, et je ne suis pas certaine que tu parviennes à me faire revenir une seconde fois. Cet humain ne fait pas long feu entre nous, et je suis bien ravi de voir son corps, retomber au sol, vidé de toute vie humaine. De toute façon, elle ne méritait pas mieux. Je m'empare de ces lèvres, un baiser sauvage, mais rapide. Je ne m'attarde pas, je contrôle mes pulsions, en même temps que je le provoque. Ne t'en fais pas, nous aurons ce moment de gloire. Ne t'en fais pas, je ne te laisserais pas partir d'ici, sans avoir profiter de ton corps. Mais si tu veux mon avis, nous n'en avons pas encore fini avec tous ces humains présents, je ne veux pas de témoin, je ne veux pas qu'une seule de ces femmes, ni aucun de ces hommes, ne sait-on jamais, ne puisse admirer ton corps, avant de mourir. L'autre Jessy a accepté de m'épouser, et même si toi, n'étais pas en accord avec cela, tu n'as d'autre choix que de te plier à ces règles, l'anneau que tu portes au doigt prouve que tu n'appartiens qu'à moi, n'essaie même pas d'aller voir ailleurs.

Je me retrouve sur la scène, à tuer ce chanteur, qui de toute façon, nous cassait les oreilles depuis le début. Comment tous ces jeunes peuvent se ruer pour venir l'écouter ? On voit que l'on ne partage pas la même sensibilité. On se rend compte de notre présence, du sang, qui se repend un peu partout. Enfin.  Même si je me serrais passé des cris, qui ne servent pas à grand chose.. Quelques instants plus tard, j'ai la confirmation que ce Jessy là, et ravi de sa nouvelle nature. Attends, tu es encore loin d'avoir découverts tous les atouts qu'un tel changement peut offrir. Quoi que, je ne suis pas sur que ce Jessy, puisse en être sensible. Peut-être que tu ne t'en rendras compte que lorsque tu seras redevenu toi-même, mais chaque odeur, chaque contact, représente bien plus. Profite-en, Jessy, c'est ton premier carnage, le meilleur, à condition de ne rien regretter derrière, mais je pense que peu importe le Jessy au contrôle de ton corps, tu ne regretteras pas ces morts. Le carnage commence, les corps tombent, s'enchaînent.. Trop lentement, trop vite.. Oui, trop vite, nous en avons fini. Enfin, presque, mais il ne reste plus grand monde d'encore conscients, alors, lorsque ces lèvres se posent à nouveau contre les miennes, avec des intentions très claire, ma jalousie n'a plus vraiment lieu d'être. Tu vois, Jessy. Tout est plus intense, avec notre nature, mais ce genre de chose. En revanche, je ne serais pas dire si tes mots, me déplaisent, ou au contraire, me plaisent.. En temps normal, je ne les aurais pas apprécié, mais celle que je suis aujourd'hui, n'hésitera pas à te rendre coup pour coup, d'autant plus qu'aujourd'hui, tu ne risques plus grand chose. Mon corps cogne violemment contre l'un des murs, et même pour moi, la violence du coup est douloureuse, bien que je sache, que dans quelques minutes, je n'aurais plus rien. Est-ce que c'est ce que tu veux, Jessy ? Que l'on se fasse l'amour, tout en se faisant souffrir, l'un, l'autre ? Parce que si c'est ce que tu souhaites, je suis capable de relever le défi. Depuis quand, est-ce que je n'ai pas profiter de ton corps, sans prendre gars à chacun de mes mouvements, à chacun de mes actes, pour ne pas perdre le contrôle te faire du mal, ou même te tuer ? Si tu veux mon avis, bien trop longtemps. C'est vrai, ça s'était arrangé depuis peu, mais ce n'était pas comme avant, pas tout à fait. Je détache mes lèvres des siennes, pour lui fournir une rêve.

« Pire que ça, se serait stupide, rien n'est mieux que faire l'amour, après un bon carnage »

Je t'assure, et je parle d'expérience, et je peux t'assurer que toi, tu ne seras pas déçu, pas alors que ces deux choses, sont ce que tu préfères. Enfin, c'était ce que tu préférais, quand je t'ai rencontré. Je m'empare à nouveau de ces lèvres, sans lui laisser le temps de me répondre, et inverse nos positions, bloquant son corps entre le mien, et ce mur, le temps de me débarrasser de son pantalon. Est-ce que je suis trop rapide ? Peut-être, mais il ne fallait pas faire ressortir ce côté de ma personnalité. L'autre aurait fais les choses bien, les choses en douceur, comme il se doit, pas celle là. Alors, Jessy ? Es-tu sensible à mes caresses ? Ressens-tu la différence, avec ce que nous pouvions partager, lorsque tu étais encore moroï. Je partage, entre caresses, et griffures. Pour l'instant, je suis encore gentille, Jessy, ces quelques griffures ne seront pas très douloureuses, mais je pourrais faire bien pire.

« Celle que tu connais à disparu, profite du plaisir, car je n'hésiterais pas à te rendre coup pour coup »

Et juste pour te le prouver, je mors dans son épaule, une morsure douloureuse, pas une morsure plaisante, qui pourrait lui procurer un peu plus de bien être, non, une morsure bien douloureuse, même pour un être de notre espèce. C'est juste une petite vengeance, pour le coup à la tête que j'ai pris. Comporte-toi bien, et je pourrais changer cette morsure en quelque chose de plus agréable.

_________________


Dans la noirceur de l'épreuve, ne laisse pas le désespoir t'arrêter. Continue avec courage, et de l'autre côté du sombre tunnel, tu retrouveras la lumière. Toute chose est en marche vers sa destruction, seul notre amour ignore le déclin..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 59
Age : 25
MessageSujet: Re: Transformation   Dim 22 Jan - 14:44

Transformation
Irina & Jessy

A ton avis Irina, comment se terminera cette soirée ? Bien ou mal ? Pour toi ou moi ? Si tu veux mon avis, quelque chose me dit qu’elle se finira bien pour moi et mal pour toi. Pour l’instant je te laisse mener la danse, diriger la partie, mais une fois que tous ces humains seront réduits à l’état de cadavre, il ne restera plus que toi et moi et là, les choses risquent de prendre une toute nouvelle tournure. Tu m’as offert un véritable festin ce soir Irina, au fond je devrais peut-être t’en remercier, mais la politesse ne fait pas vraiment partie de mes qualités. Non à la place je préfère continuer de te provoquer.

Est-ce que ça t’énerve que je brise la nuque de cet homme au beau milieu de ton repas ? J’espère bien, car ce soir j’ai bien l’intention de te mettre hors de toi. Montre-moi les crocs Irina, je m’amuserais à te les arracher. Qui a dit que je te voulais du bien après tout ? Tu as toujours su qu’entre toi et moi c’était tendu, crois-moi ça ne s’améliorera pas aujourd’hui. Mais après tout, avec tous les efforts que tu as faits ce soir, je peux bien en faire moi aussi. Je peux te faire l’amour et te briser ensuite. Je te rends la pareille et ensuite je te détruis. Qu’en dis-tu ? Je ne te laisse pas vraiment le choix de toute façon.

Rien de mieux que de faire l’amour après un bon carnage, je veux bien te croire sur parole Irina. J’aimais déjà ça avant, faire l’amour après avoir tabassé, après avoir tué, alors je doute que ce ne soit plus le cas aujourd’hui. Ce sera même encore mieux, j’en suis persuadé. Je n’ai pas le temps de répondre que ses lèvres s’emparent des miennes pour un baiser sauvage, mordant, car je ne manque pas de la griffer avec mes canines. Est-ce que tu comptes me faire regretter ma violence de ce soir ? Essaies donc, j’ai bien envie de voir ça. Pour l’instant tu atèles surtout à me retirer mes vêtements, alors je ne tarde pas à suivre le rythme, te retirer cette robe puis ce soutien-gorge en quelques secondes. Je crois n’avoir jamais été aussi rapide, c’est amusant. Je ne peux m’empêcher d’esquisser un mauvais sourire face à ses griffures. Tu pensais me faire mal ? Sache que la douleur m’excite d’autant plus.

- Prouve-le-moi.

Prouve-moi qu’il ne s’agit pas que de paroles en l’air. Prouve-moi que tu me rendras bien coup pour coup. Pour l’instant j’ai une longueur d’avance sur toi, alors montre-moi ce dont tu es capable. C’est ce qu’elle fait à travers cette morsure. Sur le moment je ne peux m’empêcher de lâcher un grognement, mais ce son se transforme bien assez vite en un rire mauvais. C’était bien joué Irina, mais il en faudra plus que ça. Tu t’attends à ce que je devienne plus doux pour avoir moins mal ? C’est mal me juger. Ce soir plus il y aura de coups et plus je prendrais mon pied. Est-ce qu’il en sera de même pour toi ? J’en suis moins sûr, mais il ne fallait pas te lancer dans un tel duel. Au lieu de répliquer tout de suite ou de la repousser, je me contente de rapprocher mes lèvres de son oreille pour lui murmurer quelques mots.

- Va falloir faire mieux pour m’impressionner.

Est-ce que tu continuerais de me préserver par réflexe ? Sache que je n’en ferais pas de même avec toi. Sur ces mots je la repousse en arrière, me moquant bien de la douleur que ça me provoquera à l’épaule d’arrêter une telle morsure de force. Mon sang continue encore un peu de couler mais très vite ma blessure se referme. Cette nouvelle nature m’a complètement séduit. Un mauvais sourire sur le visage, je finis par me jeter sur Irina tout en la retournant, se retrouvant ainsi au sol, face contre terre, mon corps au-dessus du sien qui la bloque.

- Ne boude pas chérie, profite, tu ne vivras pas des soirées comme ça tous les jours.

Car ce n’est pas dit que je te laisse en vie bien longtemps. Et sur ces derniers mots je donne une claque sur ses fesses. Oui, une fessée, y paraît que certaines femmes aiment ça. Est-ce que ce sera ton cas ? Est-ce que ça m’importe vraiment ? Je continue de lui bloquer les mains dans son dos, les maintenant assez fermement pour ne pas qu’elle m’échappe, me moquant bien de la douleur que ça lui provoque. Soit heureuse que je ne t’ai pas brisé les poignets. Et finalement c’est à mon tour de la mordre tout en la maintenant bloquée ainsi, mon corps collé au sien. Mes canines déchirent sa peau dans le bas du dos et pas de manière délicate, croyez-moi. Après tout c’est toi qui as parlé de rendre coup pour coup, alors ne t’étonne pas de perdre un peu de chair ou d’avoir un os brisé au cours de la soirée.

 
made by roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Femme à barbe ici-bas !
Messages : 53
Age : 260
MessageSujet: Re: Transformation   Lun 6 Fév - 22:26


Transformation

Je me suis demandé un bon nombre de fois, à quoi ressemblerait ta transformation, Jessy. Malgré tes promesses, je n'étais même pas certaine que tu franchisses ce pas, et je n'aurais pas pu t'en vouloir, à l'époque, je ne voulais pas de cette transformation, alors je ne pourrais pas t'en vouloir, de ne pas souhaiter de transformer non plus. Mais on dirait que je t'ai mal jugé, puisque aujourd'hui, tu es comme moi. Mais je dois l'admettre, dans toutes mes imaginations, cela ne se passait jamais comme ça. Tu n'étais pas obligé de te transformer de force, mais parce que tu l'avais décidé, parce que tu avais dis adieu, à tes derniers instants de vie moroï. Dans mes idées, tu ne perdais pas le contrôle, non plus, ce n'était pas face à lui, que je me retrouvais, mais face à celui qui m'a juré fidélité, et amour. Lorsque j'imaginais cette première rencontre entre nous, je ne l'imaginais pas non plus à se faire des coups bas, comme nous sommes en train de faire. Je n'avais pas non plus imaginer, qu'après t'être battu d’arrache pied, pour que je récupère mon contrôle, tu t'amuserais à faire voler cela en éclat, en quelques secondes. Mais au fond, puisque c'est à lui, que j'ai a faire, cela n'est pas étonnant.. J'espère juste que tu ne regretteras pas tes gestes, une fois que tu auras repris contrôle, parce que je sais que moi, je regretterais. Je tue tes proies, tu tues les miennes, j'imagine que je l'avais chercher, cela ne signifie pas que je n'en su pas moins énervé, pour autant. Tu ne sais pas ce que s'est, que faire l'amour, après ce genre de carnage, mais je peux t'assurer, que tu prendras ton pieds. En revanche, si tu ne veux pas que je m'en prenne à toi, tu ferais mieux de ne pas t'en prendre à moi.

Tu n'hésites pas à être dure, à user de ta nouvelle force contre moi, je n'hésiterais pas à user la mienne contre toi. Tu es averti, je te rendrais coup pour coup, sans hésitation, parce que celle que tu avais face à toi, plus tôt, acceptait peut-être de prendre des coups, sans réagir, mais ce n'est pas mon cas. Alors tu vois, si tu voulais juste frapper quelqu'un, tu aurais mieux fais de ne pas me pousser dans mes retranchements. Je m'attaque à ces vêtements, que je retire, que je déchire même, parfois, mais bien vite, il se retrouve dans son plus simple élément, ce qui me permet de pouvoir l'observer à loisir. Mes propres vêtements disparaissent aussi, à croire que tu es aussi pressé que moi, de passer au vif du sujet, mais tu as oublié que je te rendrais toutes les souffrances que tu me causeras. Alors après ce baiser, je n'hésite pas à mordre d'une manière assez sauvage, dans sa gorge, sans chercher à rendre cette morsure agréable, ne serait-ce qu'une seconde. Est-ce que c'est douloureux ? A vrai dire, je l'espère, et si ce n'est pas le cas, ne t'inquiète pas, c'est loin d'être ma seule idée, alors je ferais pire par la suite. Tu veux plus, pour t'impressionner ? Je ne cherche pas à t'impressionner, Jessy, juste à te causer des douleurs, puisque cela semble être ton nouveau jeu. Quand je sens son corps m'échapper, je n'hésite pas à mordre plus fort encore, histoire que cela puisse être encore plus douloureux pour lui. Je vois la morsure se refermait sous mes yeux, et me prends à regretter ne plus pouvoir faire cela, avec d'avantage de conséquence, comme lorsqu'il était moroï. C'est presque dommage. J'aimais bien, voir les marques, que je laissais sur ton corps. Dis-moi, Jessy, combien de cicatrices, sur ton corps, tu me dois ?

« Ne me mets pas au défi, chéri, j'ai bien plus de ressource que toi »

Parce que je connais ma nature, bien plus que toi, je sais jusqu'où je peux pousser ma douleur, alors que tu ne connais pas tes limites. Et c'est ce qui me permettra d'avoir une longueur d'avance sur toi. Je me retrouve renversé, le visage contre le sol. Une position pas très agréable, comme sa poigne, d'ailleurs, mais elle n'est pas douloureuse, pour autant. Est-ce que je boude ? Non, il m'en faudra plus pour me mettre en colère, Jessy, mais je ne te souhaite pas d'en arriver là, parce que tu sais ce que je suis capable de faire, lorsque ma colère l'emporte, alors ça ne signifierait rien de bon pour toi. Une fessée ? Tu n'as rien trouvé d'autres, Jessy ? J'ignore si c'est un fantasme perdu, ou si c'est une tentative de me blessé, mais sache que c'est loin d'être douloureux, si c'était le but. Au contraire. Tu es nu, je le suis aussi, je te laisse imaginer quel genre de sentiment cela fait naître en moi, mais je t'assure qu'il ne s'agit en rien, de douleur. Je vais commencer à croire que tu es en train de te dégonfler. Regretterais-tu tes décisions ? Peut-être qu'en fin de compte, la douleur, ce n'est pas ton truc. Sauf que non, je sens sa morsure, qui, comme la mienne, n'a rien d'agréable. Et à la manière dont il me maintient, je ne peux pas faire grand chose, contre lui. Alors je le laisse faire, jusqu'à perdre patience. C'est douloureux, mais je n'hésite pas à briser les os de mon épaule, pour modifier la position de mon bras, pouvoir saisir son propre bras, et le renverser avec moi. La manip est très douloureuse, vous pouvez me croire, mais je n'allais pas rester ainsi, jusqu'à ce qu'il décide d'arrêter de lui-même. Parce qu'il est bien capable de ne pas vouloir arrêter. Je remets mon épaule en place, plaquant Jessy au sol, alors qu'il cherchait à se redresser. A mon tour. C'est ces os, à lui, que je brise cette fois, ces cotes, en faîte. Est-ce que c'est douloureux ? Attends je n'en ai pas fini. Je n'hésite pas à appuyer mon corps, sur lui, sur son corps, pour empêcher que ces cotes parviennent à se reformer. Ça doit être douloureux, non, d'empêcher une guérison de ce faire ?

« Ne m'en veux pas, chéri, mais j'ai promis de te rendre coup pour coup »

Tu as voulu de la douleur, je t'en donne, est-ce que tu arriveras à la supporter, et à profiter de mon corps, uni au tien, en même temps ? Nous allons voir ça. Une main appuyée sur ces cotes, j'unis nos corps, pour qu'il ne forme plus qu'un. Tu vois, Jessy, au final, c'est toi, qui souffre, et moi, je ne ressens que du plaisir.  

_________________


Dans la noirceur de l'épreuve, ne laisse pas le désespoir t'arrêter. Continue avec courage, et de l'autre côté du sombre tunnel, tu retrouveras la lumière. Toute chose est en marche vers sa destruction, seul notre amour ignore le déclin..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Transformation   

Revenir en haut Aller en bas
 
Transformation
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» petite transformation d'un prédéfini (sans qu'il soit le personnage joueur)
» [Magie] Magie de Transformation
» Examen transformation en Seigneur Liche
» Transformation de fruits : des opportunités à exploiter
» Chewing gum humain, bon pour l'haleine? (question sur les métamorphes et leur transformation)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vamp Academy :: Missoula :: Quartier Sud :: Parc-
Sauter vers: