Forum d'écriture privé
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le loup dans la bergerie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 30
Age : 21
MessageSujet: Le loup dans la bergerie   Jeu 22 Déc - 19:14


Le loup dans la bergerie

Je décide de quitter l’académie ce soir, seule. Je sais, ce n’est pas très prudent, je me ferais probablement enguirlander si on en entendait parler, mais honnêtement ? Je suis encore libre à ce que je sache et ces derniers temps je ne supporte plus d’être dans cette académie, avec toutes ces personnes. J’ai besoin d’air frais, j’ai besoin de solitude. Alors oui, je prends le risque de tomber sur l’un de ces strigoïs ce soir, et pour honnête je crois même que je prendrais davantage plaisir à être en leur compagnie plutôt que de devoir traîner avec un autre moroï. Je m’aventure vers la forêt, là où je sais que je ne trouverais personne, là où je devrais être tranquille, mais je ne tarde pourtant pas à la quitter pour m’orienter vers cette splendide cascade.

Je me souviens que Liam m’avait emmené ici un soir, on avait bu du chocolat chaud, discuté, rit. C’est cette nuit-là que j’ai commencé à baisser les armes face à lui, que j’ai décidé de lui laisser une chance, de ne pas le détester. Quelle belle idiote j’ai fait. Enfin, je ne suis pas venue là pour penser à lui de toute façon, mais simplement parce que j’avais adoré ce lieu et que ce soir j’ai bien besoin de me rendre dans un endroit relaxant. Je mets mes écouteurs sur mes oreilles et m’allonge sur le sol, tout près de la cascade, fermant les yeux en glissant ma main dans l’eau pour faire des ronds à l’intérieur.

L’eau est froide et pas vraiment agréable, mais j’essaie d’oublier cette gêne, tout comme j’essaie d’oublier tout ce qu’il a bien pu se passer ces derniers jours. Sauf que vous savez quoi ? Plus j’essaie d’oublier et plus je me mets à y penser. Finalement le meilleur moyen pour que j’oublie serait d’avoir une bonne distraction, sauf que je n’ai que moi et mes pensées qui deviennent de plus en plus sombres, en même temps que l’eau devient de plus en plus chaude. J’ouvre les yeux. Est-ce que c’est moi qui ai réussi à changer la température de cette eau ? Je me redresse et regarde l’étendue de la cascade devant moi.

L’instant suivant je me retrouve à mettre mon portable et mes écouteurs de côté et à retirer mes vêtements pour plonger dans l’eau en sous-vêtements. L’eau devient immédiatement chaude à mon contact et c’est un véritable plaisir de pouvoir profiter de cette cascade. Finalement mon pouvoir n’est pas si inutile que ça, non ? Si, il l’est, en tous cas il ne me permettra pas de me défendre, mais au moins je peux profiter d’un bon bain en extérieur, alors c’est toujours ça de gagné. Je retrouve enfin le sourire à nager dans cette cascade, mais il disparaît bien vite lorsque je reviens près du bord et me rends compte que toutes mes affaires ont disparu. Sérieusement ? Est-ce que ce genre de chose n’arrive vraiment qu’à moi ou est-ce que quelqu’un a juste envie de se foutre de moi ?

- Qui que vous soyez, ce n’est vraiment pas amusant.

Je me félicite intérieurement d’avoir au moins pensé à garder mes sous-vêtements sur moi, parce que je me serais retrouvée bien bête à devoir rentrer nue jusqu’à l’académie, déjà qu’ainsi ce n’est pas très glorieux... Je continue de rester camouflée dans l’eau et de regarder autour de moi, peut-être que j’apercevrais quelqu’un, entendrais un rire ou je ne sais quoi, sauf que c’est toujours le silence complet.

- Liam ? Est-ce que c’est toi ?

Soyons honnête ce serait tout à fait le genre de blague qu’il serait prêt à faire, sauf que dans ce cas il n’aurait toujours pas compris que je ne veux plus rien avoir à faire avec lui. Je soupire et m’efforce de sortir de l’eau, pas très à l’aise de me retrouver dans une telle tenue dehors au beau milieu de la nuit, d’autant plus que je commence à ressentir le froid sur ma peau et ce n’est vraiment pas agréable. Mes bras croisés sous ma poitrine, j’avance prudemment vers ce bout de branche que j’aperçois, au moins ça me fera une arme pour me défendre contre un possible ennemi. A peine me suis-je baissée pour l’attraper que j’entends du bruit derrière moi et sans prendre le temps de voir de qui il peut bien s’agir, je me retourne avec l’idée d’abattre cette branche contre la personne qui s’est approchée. Autant dire que ça n’a pas été une grande réussite...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le loup dans la bergerie   Jeu 22 Déc - 23:17

Le loup dans la bergerie
Luna & Owen

Est-ce des ordres ou des commandements ? Est-ce une demande ou une supplique ? Allez savoir, la différence est si infime entre deux notions presque similaires. Et pourtant, la différence marque l’importance. Suis-je le larbin ou l’exécuteur ? Le soldat ou le chasseur ? La victime ou le témoin ? Quelle différence. Que de différence qui ne compte pas, pour un être extérieur. Je croise le regard des démons, de mes démons, de ceux qui ne se nomment pas et même si extérieurement, je ne réagis pas, mon corps se refroidit. Je détourne uniquement le regard. Ma sœur a fini par fuir, par suivre le chemin de sa raison, ce qui me laisse le temps de penser. Est-ce que j’arrêterais de me détruire ? Non, certainement pas. Est-ce ainsi que je le définirais ? Pas exactement. Je survis. Comme la promesse qu’elle m’a tiré quand nous sommes partis de ce lieu maudit. Je survis, mais je n’ai jamais promis de vivre et je ne le pourrais pas.

La douche m’a tiré de mes pensées et c’est instinctivement que je m’habille pour la chasse. Un pantalon militaire, des bottes épaisses et un tee-shirt sombre. Je ne sais pas sur quoi je tomberais ce soir mais je ne souhaite pas croiser âme qui vive, voilà pourquoi j’ai demandé à ce que les forêts me soient attribués. Peut-être ne tomberais-je pas sur mes proies mais au moins, je serais dans mon élément et dans le silence. C’est après tout là qu’est l’important. Je quitte la chambre d’hôtel, ma nouvelle blessure fraîchement bandée et quelques armes sur moi. Je fais le chemin à pied jusqu’à la forêt et ainsi commence la nuit. On peut dire qu’il n’y a rien de palpitant à tout cela, mais c’est ce que j’aime. L’air froid, le silence ponctué uniquement des bruits de la vie. Une cascade au loin et c’est vers elle que je me dirige. Les humains, les strigoïs sont comme les animaux, instinctivement, ils sont attirés par le nécessaire à leur survie. L’eau pour les premiers, le sang pour les deuxièmes qui vont se nourrir des humains instinctifs… C’est idiot, de suivre son instinct, sans se prémunir de l’arrivée d’indésirable mais c’est ce qui arrive. J’entends une voix avant même de voir quelque chose. Mon ouïe a toujours été mon point fort. Il faut dire que ma vue n’a jamais été au meilleur de ma forme, pas depuis… certains évènements indésirables. Enfin. Je finis par arriver sur une scène étrange. Une jeune femme, nue, au sol, et un autre homme, debout devant elle avec une main levée. Pas besoin de réfléchir, malgré l’étrangeté de la situation, cet homme l’a frappé. En temps normal, je ne serais pas intervenu, malgré tout, j’entends son rire amusé raisonné clairement, tout autant que ses propos.

« On dirait que tu ne t’amuses pas autant que moi, voyons tu ne reconnais pas ton vieux pote ? Deux ans, ce n’est pas tant de temps que ça, surtout pour moi ! »

Et à en voir son teint pâle, il n’est pas dur de comprendre. Un strigoï. Qui aurait connu cette femme auparavant. Qu’est-ce que cela fait d’elle ? Une humaine ? Une dhampir ? Une moroï ? Je ne sais pas. La laisser vivre et l’entraîner dans la vie de l’unité ou provoquer sa mort ? Car quoi qu’il se passe, ce jeune strigoï ne se contrôlera pas. Le choix ne devrait pas en être un, malgré tout j’hésite, surtout en voyant la jeune femme reculer pendant que l’autre strigoï s’avance. Très bien. Disons que c’est mon jour de bonté. Silencieusement, j’attrape mon fusil, me mettant en position de tir, je retiens ensuite ma respiration pendant que je tire, atteignant le cœur du strigoï du premier coup. Malgré tout, je me place à découvert, avançant, le fusil baissé mais toujours en main, pour être certain de sa mort. Et une fois que cela est fait, en voyant le trou béant dans sa poitrine, je tourne mon regard sur la femme au sol, voyant ses yeux un peu hébété. De me voir ? De voir mon arme ? D’avoir revu cette connaissance ? D’avoir vu cette mort ? Allez comprendre l’esprit humain…

« Vous feriez mieux de vous habiller, vous seriez plus à l’aise. »

Si tu t’attends à des phrases de réconfort et des sourires encourageants, sache que tu es très mal tombé… Par contre, si tu pouvais ouvrir la bouche pour me permettre de savoir si tu as des crocs, cela m’arrangerait, je l’avoue.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 30
Age : 21
MessageSujet: Re: Le loup dans la bergerie   Dim 25 Déc - 18:19


Le loup dans la bergerie

Est-ce que passer un peu de bon temps est interdit ici ? Est-ce qu’il faut toujours qu’il se passe quelque chose pour gâcher l’instant présent ? J’ai l’impression. Oui, j’ai l’impression que ces derniers jours tout joue contre moi, ou alors il ne s’agit que de coïncidences, mais tout de même, j’aimerais bien pouvoir respirer à un moment donné, ne plus penser à tous ces malheurs. Sauf que je suis encore rattrapée par ce mal, un strigoï cette fois, j’aurais dû le voir venir. Je tente de frapper l’inconnu derrière moi mais le strigoï rattrape fermement la branche à temps et j’ai tout juste le temps de reconnaître le visage de l’homme qui se cache derrière ce monstre que je prends un coup suffisamment violent pour m’envoyer au sol et me couper la respiration quelques secondes.

Mes yeux sont humides, pas de peur ni de douleur mais de surprise. Je regarde ce monstre en face de moi, j’avais entendu dire qu’il s’était fait transformé dans d’atroces circonstances mais je ne voulais pas y croire, je préférais simplement le penser mort ou bien parti loin d’ici. Sauf qu’il est là ce soir et apparemment il en veut à ma vie. Pourquoi ? Lui et moi n’avons jamais été ennemis, je me souviens même que je lui plaisais, peut-être n’a-t-il pas supporté le fait que je le rejette... Mais tout de même, je pensais que nous resterions amis, avant qu’il ne disparaisse du moins.

- Pourquoi est-ce que tu fais ça ?

Est-ce une question idiote ? Aux yeux de bien des personnes peut-être, mais pas aux miens. Je refuse de croire que tout le passé d’un homme disparaisse sous prétexte qu’il ait été transformé. Non, il ne peut pas rester plus que la mort et le sang, je refuse d’y croire. Pourtant ses yeux sont meurtriers lorsqu’il les pose sur moi et je ne peux m’empêcher de reculer alors qu’il se rapproche. Puis le bruit assourdissant d’un tire raisonne dans mes oreilles avant que je ne me rende compte de sa mort. Le sang gicle devant moi, sur moi, et je ne peux m’empêcher de plaquer une main contre ma bouche pour m’empêcher de crier. Pourquoi ? Pourquoi l’a-t-on tué ? Ne pouvait-on pas tenter de le ramener ? De le persuader qu’il ne faisait pas les bons choix ? Pourquoi faut-il toujours que des hommes se permettent de prendre des mesures extrêmes ?

Maintenant je me demande simplement si je suis la suivante lorsque je vois cet homme vérifier si sa cible est morte. Un humain, comment est-ce possible ? Ils ne sont pas censés être au courant... Chasse-t-il uniquement les strigoïs ou aussi les moroïs ? L’instinct de survie reprend le dessus et ma peur face à la mort de mon ancien ami disparaît. L’homme se tourne vers moi, me scrutant avant de me demander de m’habiller. Par réflexe je recroise les bras autour de mon corps pour le cacher comme je peux, baissant la tête pour ne pas avoir à croiser son regard. Je ne tiens pas à découvrir ce que je pourrais lire dans ses yeux.

- Je ne sais pas où il a mis mes affaires...

Peut-être les a-t-il caché, peut-être les a-t-il balancé je ne sais où pour que je ne puisse jamais les récupérer. Allez savoir, mais je n’ai pas vraiment envie de rester en sous-vêtements devant cet inconnu et puisqu’il ne semble pas disposé à vouloir m’aider, je me débrouillerais sans lui. Je me relève enfin et le contourne pour venir m’accroupir près du cadavre. Il me faut un peu de temps pour réussir à lui retirer complètement sa veste, faut dire qu’il est plutôt lourd pour une fille comme moi, mais je parviens tout de même à la lui retirer pour l’enfiler. Elle est large sur moi, mais au moins elle me couvre jusqu’aux cuisses, alors c’est toujours mieux que rien. Je regarde l’humain bien trop imposant devant moi avec son arme et je ne peux finalement m’empêcher de détourner à nouveau mon regard du sien.

- Merci, je suppose...

Ou peut-être que je suis la suivante et dans ce cas je ne devrais pas le remercier de m’avoir sauvé pour ensuite me tuer. Allez savoir, après tout il n’a toujours pas lâché son arme et ça me met foutrement mal à l’aise. Je dois dire que je me suis déjà imaginée plusieurs façons de mourir, mais me faire trouer par une balle d’humain ne faisait pas partit des scénarios envisagés.

- Qui êtes-vous ?

Est-ce que ça a de l’importance ? Peut-être pas, mais je suis de nature curieuse. J’ai envie de savoir à qui est-ce que je dois ma survie ou ma future mort. J’ai envie de savoir plus que ton nom, ce que tu es vraiment, ce que tu fais. J’aimerais être capable de le regarder plus de cinq secondes sans avoir à détourner le regard, surtout qu’il est plutôt mignon, mais que voulez-vous, faut croire que ça existe finalement, un homme capable de m’impressionner.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le loup dans la bergerie   Jeu 29 Déc - 18:51

Le loup dans la bergerie
Luna & Owen

Une sortie où rien ne se passerait… Eh bien, heureusement que je n’ai pas joué à un jeu de chance, cette nuit, j’aurais perdu. Ce strigoï, je ne sais pas qui il est, mais il ne m’intéresse pas. C’est ma sœur qui cherche des strigoïs, je ne recherche que des moroïs. Ainsi, entre cet être inintéressant, ou une autre femme qui peut potentiellement l’être… Le choix est vite fait. J’aurais aussi pu ramener leurs deux corps mais on va dire que j’ai une conscience ce soir. Ou un reste de conscience. Je prends mon arme et je tire. Je ne fais pas attention à la réaction de cette femme, juste au fait que j’ai bien touché ma cible. Bien, un ennemi de neutralisé, du moins il le semble. Je m’approche de l’homme à terre, histoire de confirmer mon pressentiment. Oui, il est bel et bien mort. Tant mieux, j’aurais détesté devoir gâcher une deuxième balle pour lui, surtout quand il faut justifier chaque munition utilisée.

Quand j’ai fini de vérifier pour le macchabée, je me tourne vers l’adolescente sur le sol, prenant la parole pour lui indiquer de s’habiller. Je devrais surement avoir une réaction un peu plus humaine, pour la plupart des gens. Sauf que ce n’est pas mon habitude. Je ne fais pas dans la sensibilité, surtout pas pour une inconnue qui pourrait devenir un autre nombre dans une liste et rien de plus. Elle a une réaction de gêne. Pourquoi ? Si je lui en fais la remarque, c’est que je l’ai déjà vu auparavant, il n’y a plus rien à cacher. Enfin, chercher à comprendre les humains, ce n’est pas mon truc. Elle me fait une remarque inutile. Elle ne le sait pas, je ne le sais pas non plus. Comment le saurais-je ? Enfin, au moins, elle se bouge. Par contre, elle n’a pas parlé assez franchement pour que je puisse voir si elle possédait des crocs. C’était dérangeant.

Je la laisse s’activer et pendant ce temps, j’en profite pour regarder les environs. Au moins, nous sommes dans un lieu où nous verrons toutes arrivées… Par contre, si quelqu’un d’autre se promène avec un snipper, nous aurons quelques problèmes. Je l’observe relever la tête mais toujours sans ouvrir la bouche. Décidément, cette femme fait tout pour que je perde un peu plus de mon temps en sa compagnie…

Malgré tout, elle finit par m’étonner. Et elle le fait en s’approchant du corps pour récupérer sa veste. Je sens mon visage exprimer quelques secondes ma surprise et une pointe de respect. Autant pour la petite fille toute gênée, celle-ci a grandi en quelques secondes et a osé s’approcher d’un corps pour le dépouiller. Définitivement pas quelque chose dont j’aurais tablé l’arrivée quelques secondes auparavant. Je ne tente pas de l’aider, car il faudra qu’elle s’endurcisse, peu importe son futur. Et je n’ai aucun intérêt à être aussi proche d’elle. Elle me remercie, ce qui amène un froncement de sourcil à mon visage. Ce n’est pas normal… Enfin ce n’est pas ainsi que les choses doivent se passer, normalement.

Je finis par soupirer, surtout en entendant sa prochaine question. Qui je suis ? Prie pour ne jamais le savoir, petite fille. Je continue de la fixer du regard mais je n’ai jamais son attention assez longtemps pour l’observer. C’est définitivement ennuyeux. En silence, je range mon arme dans mon dos grâce à sa lanière. Je ne crois pas prendre de risque avec cette femme, elle n’a définitivement pas l’air d’une combattante. Et au pire, j’ai un pistolet, bien plus facile d’accès, surtout en combat rapproché. Je finis par lui répondre, espérons que prendre la parole suffise à attirer son attention.

« Un homme. Qui sera soit ton ange gardien, soit ton démon dans le futur. »

Qui sait comment tu me considéreras d’ici la fin de la soirée. Mais tout ce blabla n’a aucune utilité, pas pour moi. Pas pour toi non plus. Trois choix à l’issue de cette soirée : tu es une moroï et je te capture. Tu es une dhampir, je te laisse filer pour que tu m’amènes vers des moroïs. Tu es une humaine, je te laisse filer et tu recevras une autre visite cette nuit… Qui ne sera pas forcément amicale avec toi.
Je m’approche d’elle, agrippant son menton pour la forcer à me regarder dans les yeux. Nous avons assez tourné autour du pot, n’est-ce pas ?

« Et toi, qu’es-tu ? »

Aucun intérêt à sauvegarder le vouvoiement, ton avenir sera déterminé par cette réponse mais que ce soit pour l’un ou pour l’autre, nous ne devrions pas nous revoir. Et c’est tant mieux. Je préfère la solitude à tout le reste, surtout ses derniers mois. Surtout depuis Elisa… Une bonne raison de préférer rester seule qu’accompagnée, le bas blesse. Et je m’en passe. Je choisis mes épreuves et mes douleurs. Et toi, petite blonde, sais-tu quelle épreuve tu vas devoir affronter ? Je n’en suis pas sûr mais j’aurais presque pitié pour toi…

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 30
Age : 21
MessageSujet: Re: Le loup dans la bergerie   Ven 30 Déc - 1:26


Le loup dans la bergerie

Que vient-il de se passer ? En quelques minutes je me suis faite dépouillée, j’ai découvert qu’un ancien ami était devenu strigoï, je me suis faite frappée et maintenant je vois cet ancien ami se faire tuer par balle. C’est bien trop rapide pour moi, bien trop d’un coup. J’aurais presque envie de vomir face à ce cadavre, mais au fond il était déjà mort depuis plusieurs mois de toute façon. Alors plutôt que de paraître faible, j’essaie de garder la tête haute devant cet inconnu, jusqu’à ce qu’il me fasse reprendre conscience que je suis toujours dénudée. Il faut vraiment que je trouve quelque chose à m’enfiler car soyons honnête je ne me vois pas avoir une conversation avec cet homme dans une telle tenue.

Est-ce que m’offrir ta veste te serait trop demandé ? Il semblerait que oui, sauf que je n’ai pas l’intention de rester comme ça pour autant. Puisque ce strigoï m’a volé mes vêtements, je ne vois pas pourquoi je ne pourrais pas en faire autant avec les siennes, aussi mort soit-il. Est-ce que je suis vraiment en train de dépouiller un cadavre ? Je préfère me dire que non. Je crois que j’aurais besoin d’une bonne nuit de sommeil lorsque je rentrerais, mais pour l’instant je dois encore faire face à cet humain et c’est tout de même plus facile avec quelque chose sur le dos. Je finis par le remercier, avant de lui demander qui il est, et sa réponse me fait relever un sourcil. Mon ange gardien ou mon démon ? Je ne suis pas sûre de réellement savoir comment interpréter cette phrase.

De toute façon je n’ai pas le temps de réagir ou de dire quoi que ce soit que cet homme se rapproche de moi pour attraper mon menton et tourner de force mon visage vers le sien. Qu’est-il en train de se passer au juste ? A quoi joue-t-il ? Je n’aime pas ce contact. Je n’aime pas cette proximité soudaine entre son corps et le mien. Je n’aime pas cette force qu’il emploi pour me maintenir ni son ton lorsqu’il reprend la parole. On se calme Rambo, je ne suis pas un jouet ! Je finis par le repousser moi-même, donnant un coup contre sa main pour qu’il me lâche alors que je recule d’un ou deux pas.

- Je ne suis pas comme lui ! Je ne suis comme toi non plus...

Puisqu’il m’a tutoyé alors autant que j’en fasse de même. Vas-tu comprendre ce que j’entends par là ? Quelque chose me dit que oui, tu as parfaitement compris ce que je suis, mes mots sont plutôt clairs et au pire tu as sans doute dû apercevoir mes canines. Alors, est-ce que tu vas ressortir tes armes pour m’abattre ? Personnellement je les trouve bien mieux rangées. Je suis prête à m’enfuir en sprint si c’est qu’il faut, mais quelque chose me dit que ce serait inutile, que ma course ne l’emporterait pas contre sa balle. Je replonge finalement mon regard dans le sien, sans peur cette fois.

- Alors, est-ce que ça fait de toi mon ange gardien ou mon démon ?

J’aimerais mieux la première option si tu veux mon avis, il y a déjà bien assez de démons comme ça dont je dois m’occuper, alors pour une fois je ne serais pas contre avoir un ange gardien qui prendrait ma défense. Enfin, ça aurait été plus intéressant si tu avais été un dhampir, puisque mes ennemis se trouvent à l’académie et que c’est là-bas que je vis. Il semblerait qu’aucun de nous n’appartienne à la bonne espèce. Je recule encore d’un pas lorsque je prends soudain conscience d’une chose. L’académie nous a récemment dit de ne pas faire confiance à tous les humains, qu’il y avait eu des problèmes avec eux, des problèmes de kidnapping et de tortures... Serait-il...

- Tu es l’un d’entre eux...

Evidemment, comment n’ai-je pas pu faire le rapprochement avant ? Ou alors ce serait juste un chasseur ? Mais il est sacrément bien équipé pour quelqu’un qui bosse à son compte. Là ce serait le bon moment pour que mon pouvoir fonctionne, mais de toute façon, à part lui allumer une cigarette, je ne suis pas sûre de pouvoir faire grand-chose. Il va juste falloir attendre que je découvre ce qu’il me veut vraiment... Et que je trouve un moyen de fuir aussi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le loup dans la bergerie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le loup dans la bergerie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le loup est invité dans la bergerie (pv Pandore)
» Quand le loup arrive dans la bergerie [Topic terminé]
» un loups dans la ville ainsi que des pirates et un chasseur sans m'oubliez moi ainsi que les civils...
» L'Opéra ou comment brûler un loup dans la chaufferie [Chastity, Comte] [20/12/41]
» Empreinte de Loup

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vamp Academy :: Archive :: Rps Marie & Liora-
Sauter vers: