Forum d'écriture privé
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Comment différencier l'allié de l'ennemi ? | Gallen & Kyara

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Comment différencier l'allié de l'ennemi ? | Gallen & Kyara   Jeu 16 Juin - 1:30

Comment différencier l'allié de l'ennemi ?
Gallen & Kyara

Qu’est-ce que je fous là ? A me tourner et me retourner dans mon lit ? Le sommeil ne m’a jamais autant fuit qu’aujourd’hui, Je crois que Morphée se fout de moi, il a volé mes moutons pour les compter, y a pas d’autres explications. Eh bah le petit Morphée, je l’emmerde. Le sommeil me fuit mais tu sais quoi, ducon ? Je vais moi aussi t’envoyer bouler pour juste aller me promener.
Je rejette mes couvertures et me sort de mon lit, bien que celui-ci me tende des bras accueillants et qui n’attendent que moi… Mais ça sert à rien de le regarder vu que de toute façon je n’arriverais par à dormir. Ouais donc… Tout est beau, tout est rose, avant que mon égo s’impose,mais tu sais quoi ? j’ai fini de te regarder mon grand.

Je me dirige ensuite vers mon armoire, enfilant les premiers vêtements qui me tombent sous la main pour pouvoir sortir ensuite. Les gars à l’Académie doivent avoir un putain de radar intégré parce que c’est en cet instant que je reçois un texto m’amenant vers un nouveau boulot ouais sauf que bon… j’ai pas envie d’être un robot : métro, boulot, dodo… sauf qu’évidemment, on ne me laisse pas le choix. Je tape un rapide texto envers mon chef, monsieur Je connais la royauté alors respecte moi. je te respecterais quand t’embrasseras mon cul mon gars. Ou quand tu ouvriras tes yeux, quand tu pourrais entendre le bruit de la clameur, elle porte en elle la violence, de nos angoisses et de nos peurs, ton peuple chante sa souffrance mais c’est trop demandé bien sur… Tout ce qui n’est pas moroï n’est pas important, pas besoin de se poser la moindre question… Bref, faut que j’arrête de penser, mon cerveau va fumer. Déjà qu’il ne me laisse pas tranquille, cet idiot.

Bref, je finis par sortir mais ce n’est pas forcément une bonne idée. Automatiquement, mon regard se dirige vers ce toit où Freya a tenté de se suicider… Ce qui provoque toujours ce putain de choc dans ma poitrine quand j’y repense. Pour quoi, mon cœur qui se serre ? Pour qui ce coup de chaud ? Ou non… Mieux valait ne pas se poser de questions. Surtout quand on sait qu’elle a réveillé des choses qui auraient du rester effacer. Dis moi, ma chère, tu m’préfères, à genoux, parti ou par terre, à tes pieds pour avoir l’air de n’pas être rien ? Ou peut-être que tu préférerais que j’ai l’air d’un moins que rien ? Comme ça, tu reconnaîtras le mec dont t’es tombé amoureux ? Oh et puis merde, faut que j’arrête de me triturer les méninges et juste que je me bouge. Il y a un moment, dans le passé où rien n’était pareil, où Tes larmes piquaient mes plaies, j’aimerais te contenter… Ou plutôt j’aurais aimé. Passé ou présent ? Non, il fallait que j’arrête de me poser des questions.

Ma décision prise, je me mets à courir, comme si ça pouvait empêcher mon cerveau de faire le fou. Mais non, comme qui dirait, Je suis en tête à tête avec mes pensées et je n’aime pas du tout cela… Pourtant je ne m’arrête pas de courir avant d’être essoufflé et je me rends compte que je suis passé dans un autre quartier. Bah merde alors, on dirait finalement que j’ai des poumons. Première découverte de l’année. Même si ladite année est commencée depuis longtemps, bref bref. Vous savez, quand on me connait, ça ne devrait pas surprendre ce qui se passe ensuite et pourtant… C’est vrai quoi Je n’étais personne, parmi les hommes, je voulais juste exister et je me retrouve dans des tas de merdier dès que je mets le pas dehors. J’allais finir par rester enfermer. Bref, je me retrouve donc en tête à tête, au coin de la ruelle, avec une femme et un cadavre de Strigoï à ses pieds. Peace and love, la situation est totalement normale, pas du tout inversé. Tout va bien dans le meilleur des mondes… Ouais mon cul c’est aussi du poulet si vous vous posez la question.

« Tu sais, j’ai pas toute ma raison, si j’ai toujours raison… Mais la vie voudrait pas que la situation soit inversée ? Genre que ce soit toi qui arrive la dernière, en tant qu’Alchimiste, pour faire disparaître le cadavre que j’aurais laissé ? »

Ouais, rencontre atypique, j’y suis abonné. Je jette un regard à l’Alchimiste. Elle n’a pas l’air trop blessée quand on sait qu’elle vient de s’affronter un Strigoï… Mais après entre ce que je perçois et la réalité. Enfin bref, conscience professionnelle oblige, je m’approche du Strigoï et je vérifie qu’il ne fait pas le mort mais… Elle l’a bien achevé. Il risque pas de se relever le coco. Du coup, je suis toujours accroupi devant le cadavre quand je relève les yeux sur la femme brune devant moi, un peu plus calme maintenant que la surprise est passée.

« Désolé de cette entrée fracassante. Vous n’êtes pas blessée ? Et vous n’aurez pas de problème pour avoir tué, même si c’est un apprenti Dracula ? »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 57
Age : 26
MessageSujet: Re: Comment différencier l'allié de l'ennemi ? | Gallen & Kyara   Jeu 16 Juin - 2:03


Comment différencier l'allié de l'ennemi ?
Gallen & Kyara

J’ai besoin de sortir, prendre l’air, me défouler. Fumer des joints c’est bien, surtout que ça m’aide à faire passer mes nouvelles folies depuis mon retour à la vie, mais je commence à étouffer avec toute cette fumée dans ma chambre et j’ai la nausée. Alors maintenant que tous ces fantômes ont enfin disparu, je m’habille et me pare de toutes sortes d’armes, y compris mes préférées et me voilà déjà dehors, à chercher une nouvelle proie. Alec ne serait probablement pas content que j’aille à la chasse sans lui mais tant pis, il n’avait qu’à être là lorsque j’ai pris la décision de sortir, oui, je peux être mauvaise. De toute façon s’il avait été là il m’aurait empêché de partir en chasse alors que je suis en pleine défonce, mais ça aussi je m’en fiche, les joints ne m’ont pas empêché de remporter bien des combats avant, alors je ne vois pas pourquoi est-ce que ça changerait maintenant.

Il ne me faut pas bien longtemps pour tomber sur l’un de ces monstres, ils envahissent la ville de toute façon alors ce n’est vraiment pas compliqué de leur mettre la main dessus. Je me rends compte à quel point ce monde est désespérant lorsque je prends conscience d'une telle réalité. Il faudrait faire évacuer la ville la journée et mettre une bombe pour détruire tous les strigoïs qui vivent ici, on en serait enfin débarrassé mais évidemment la majorité des humains ne sont même pas au courant de ce qui rôde la nuit. C’est à se demander comment ils peuvent être si aveugles face à ce monde parallèle qui prend de plus en plus de place. Bref, le strigoï que j’ai pris en chasse se nomme Travis et il semble être décidément très attiré par ma poitrine.

- Et si on quittait ce bar Travis ? J’ai envie d’autre chose que de boire un verre avec toi.

Strigoï ou humain, un homme reste un homme et beaucoup continuent de penser avec ce qu’ils ont entre les jambes plutôt qu'avec leur cerveau. Il acquiesce comme un bon toutou, paye les verres –c’est toujours ça de gagné-, et ne tarde pas à me prendre par la taille pour m’entraîner avec lui dehors. Je reste collée à lui sur le court trajet que l’on parcourt, de toute façon il n’est pas laid alors autant en profiter. Sauf qu’il m’entraîne dans une sombre ruelle qui semble bel et bien être une impasse. Alors quoi, je n’ai même pas droit à la chambre d’hôtel ? Je suis un peu déçue, il n’est pas si galant que ça finalement. Tu penses pouvoir prendre mon corps et mon sang ici, en pleine rue ? Tu me rappelles décidément bien trop John.

Je le pousse en arrière, mes mains plaquées contre son torse, un sourire bestial sur le visage mais il n’en comprend que pleinement le sens lorsque mon autre main agrippe ma dague et se plante dans son épaule. Il se met à hurler mais je ne lâche pas ma prise pour autant, attrapant le manche de mes deux mains pour transpercer son corps de ma lame jusqu’au bas de son torse. Il hurle un peu plus fort et je crois bien avoir dû découper un organe au passage, ce dont je me félicite intérieurement. Je me recule doucement et m’empare de mon fouet accroché à ma ceinture, tapant un coup contre le sol alors qu’il vient de retirer la lame de son corps et me regarde avec ces yeux assassin.

- Salope ! Je vais te faire regretter de m’avoir mis en rogne.

- C’est ça mon beau, sors les crocs, je me ferais une joie de te les arracher.


Il fait à peine un pas en avant que mon fouet à lames d’argent aiguisées lui râpe la peau en une belle ligne diagonale. Toujours à vouloir faire le malin ? On dirait. Je frappe, encore et encore, ne lui laissant pas le temps d’approcher, de me toucher ou me faire du mal. Il parvient tout de même à reprendre le dessus à un moment donné, me faisant tomber par terre et en profitant pour s’emparer de ma propre arme. Je n’ai jamais aimé qu’on retourne mes armes contre moi, surtout que je sais à quel point elles peuvent faire mal. Je commence à me redresser lorsque les lames râpent la peau de mon dos et je contiens difficilement un hurlement en serrant les poings et les dents. Ça mon beau, tu vas le regretter.

Contrairement à toi je connais les points faibles de mes armes ainsi que la trajectoire et distance exacte qu’elles peuvent parcourir. Alors j’esquive le prochain coup de justesse et tranche le fouet en deux à l’endroit où se trouve la faille, détruisant à contrecœur l’une de mes armes favorites. Je profite de sa surprise pour lui foncer dessus, le renversant au sol et cette fois, je ne cherche plus à jouer. Ma main se lève avec une nouvelle dague que je viens planter tout droit dans son cœur, le réduisant à l’état de cadavre, comme ce qu’il aurait déjà dû être avant de revenir à la vie. Je me redresse, légèrement essoufflée mais je n’ai pas vraiment le temps de me remettre de mes émotions qu’un dhampir arrive en face de moi.

- Pourquoi me contenter uniquement de couvrir vos traces quand je peux aussi faire votre boulot ?

Je suis un peu sèche dans mes mots, mais je n’aime pas que l’on me dise ce que je dois faire ou ne pas faire. J’en ai déjà marre d’avoir le centre d’alchimistes sur le dos, alors je me passerai bien des conseils de dhampirs, surtout que je ne les ai jamais vraiment considéré comme des alliés. Sois heureux, au moins tu n’es pas tombé sur Alec, lui chasse aussi les êtres de ton espèce, moi je me contente des strigoïs. Je le regarde s’approcher du cadavre et vérifier qu’il est bien mort. Alors maintenant tu remets en question mes capacités à tuer l’un de ces monstres ? Attention, je risque de ne pas trop t’aimer si tu continues comme ça. Pourtant il n’a pas l’air de le faire d’une mauvaise intention, il s’excuse même de cette entrée et semble sincèrement s’inquiéter pour moi. Il ne faut pas, j’ai connu pire.

- Je vais bien et j’ai déjà tué plus vieux que lui, alors non, je n’ai pas de problème pour ça, je suis suffisamment entraînée pour pouvoir remporter une victoire. Et toi, ne devrais-tu pas être en pleine chasse ?

Je me permets de le tutoyer, après tout il l’a bien fait au début avant de repasser au vouvoiement pour je ne sais quelle raison. De toute façon je n’ai jamais aimé ça, le vouvoiement, alors je ne commencerai pas ce soir. Maintenant j’aimerais bien savoir pourquoi tu es ici et ce que tu me veux, à moins que ce ne soit qu’une coïncidence, mais je commence à avoir du mal à croire en ce genre de choses.

code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Comment différencier l'allié de l'ennemi ? | Gallen & Kyara   Lun 29 Aoû - 21:40

Comment différencier l'allié de l'ennemi ?
Gallen & Kyara

Je crois que je suis condamné aux rencontres atypiques. En tout cas quand je vois cette alchimiste face à moi, je ne peux penser que ça. C’est vrai quoi… Qu’est-ce qu’elle fout là ? Qu’est-ce que ce cadavre fout là ? Qu’est-ce que JE fous là ?! Je devrais plutôt rentrer chez moi, y a que dans mon studio que je ne risque pas d’être pris par surprise ou entraîné dans une course poursuite contre ma volonté… Je sais pas trop qui est cette femme mais je sens, déjà, que ça va puer pour moi. Je ne peux pas empêcher ma bouche de parler avant mon cerveau. Du coup je lui demande si y a que moi qui ait l’impression d’être dans un univers parallèle. Bon d’accord, c’est pas exactement mes propos mais c’est à ça que ça revient ! Sauf que ouais, je suis dans un autre univers mais la lady, elle a l’air de penser qu’on est dans un monde totalement normal… Bof. Qu’est-ce qui est normal dans ce monde de toute façon ?

« Techniquement, le boulot des gardiens, c’est de protéger, pas de tuer. Mais ouais, pourquoi pas. T’es juste un cas unique toi. »

Et me parle pas d’une façon aussi sèche, tu vas me briser le cœur à continuer ! Même si je me doute que tout l’amour que je t’ai réservé, sous le coup de la surprise, doit y être pour quelque chose. Finalement, par acquis de conscience, je vérifie que le cadavre est bien un cadavre. Mais ouais, on dirait que cette nana fait pas semblant, elle fait bien son boulot. Bah tant mieux pour elle parce que sinon, je crois que la morgue aurait pas reçu le même type de cadeau.
Bref, je relève les yeux sur elle et je finis par m’excuser. Et vu que je connais tous les protocoles à la con des balais-dans-le-fion que sont les alchis, bah je me mets au vouvoiement et au respect. Au moins pour cette dernière partie, le côté badass de cette nana me permet de ne pas le feindre. Gogole et grande gueule sont dans une ruelle, gogole ouvre sa gueule, qu’est-ce qui reste ? Bah un dialogue à la con. Ouais je sais, j’ai déjà mieux fait.
Je me concentre sur elle, quand elle me répond et me dit qu’elle va bien. Cocotte, je suis pas certain que ton corps soit d’accord avec ça. T’as surement raison en disant que t’as affronté pire mais parfois, on se blesse connement. Je suis capable de me battre contre certain strigoî sans une égratignure mais hey ! Ce matin, j’ai décidé de me faire un casse-dalle et je me suis ouvert le doigt avec mon couteau. Je parie qu’on peut pas faire plus con que ça. Donc je remets pas en doute tes compétences ma grande, mais par contre, ça veut pas dire que t’as pas le droit d’avoir mal. Quand au fait d’être en pleine chasse… Euh. Comment te dire ça ?

« Je suis un dissident faut croire. »

Je lui offre mon sourire le plus innocent en me redressant mais je suis pas certain que ça fonctionne. Allez savoir pourquoi. De toute façon, je crois qu’on trouvera difficilement un dhampir plus compliqué que moi. Je m’occupe de mes protégés, mais en même temps j’ai certaines alliances avec des strigoïs (si on peut nommer ainsi le fait qu’ils tentent pas de me bouffer et que je tente pas de les faire se bouffer entre eux !), je désobéis à presque tous mes ordres, je réponds, j’ignore parfois. Ah et puis… Je suis un vrai casse-bonbon.

« J’ai préféré faire l’impasse sur la chasse pour un petit footing. Ça met toujours en forme. Ça réveille. C’est bon pour le corps aussi. Et puis, ça permet des rencontres bizarres comme toi. Dis, tu voudrais pas te débarrasser du cadavre ? Avant qu’on se retrouve dans une situation qu’on aurait du mal à expliquer avec des fouineurs. »

T’es quelle genre de femme toi ? Quelque chose me dit que t’es une forte tête… Surement parce que je ne connais que ce genre de femmes. Faut croire que je les attire… Ou c’est juste moi qui aime me mettre dans les emmerdes. Parce que forcément, quand je fais des conneries, je me fais gang bang ensuite. Et ça fait pas du bien. Enfin si ça se trouve, tu tenteras de me tuer et ça résoudra l’affaire. Comme ça je saurais que toi et moi, on sera jamais potes et l’affaire sera réglée. Je pourrais recommencer mon footing.

« Si tu veux éviter de devenir la proie dans une future chasse, je crois que tu ferais bien de te soigner également. Je parie tout mon argent de poche que tu vas attirer un méchant aux dents pointues en moins de deux avec ce sang. »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 57
Age : 26
MessageSujet: Re: Comment différencier l'allié de l'ennemi ? | Gallen & Kyara   Sam 29 Oct - 18:11


Comment différencier l'allié de l'ennemi ?
Gallen & Kyara

Que me veux-tu le dhampir ? J’espère que tu n’es là pour me dire que ma place est de couvrir ton espèce et non pas d’attaquer. Oui, il vaudrait mieux que tu évites ce genre de phrase si tu ne veux pas que mon pieu finisse dans ton corps. Apparemment tu n’es pas là pour ça, ou bien tu es suffisamment intelligent pour comprendre qu’il vaut mieux ne pas me provoquer. Tu devrais être content au final, je me suis chargée de ton boulot en assassinant ce strigoï, après tout n’est-ce pas ce que vous êtes censé faire ? Non c’est vrai, votre boulot est de protéger, comme tu aimes me le rappeler, protéger uniquement les moroïs, évidemment.

- Tu protèges les tiens et je protège les miens, finalement notre boulot est un peu le même, à part que mon espèce est bien moins en sécurité comparée à la tienne.

Est-ce un reproche ? Oui, s’en est un. Comme tu l’as dit tu tues pour protéger, mais s’il n’y a personne en danger alors tu passes ton chemin. Sauf que pendant que les votre se cachent dans une académie, le strigoï à qui tu auras laissé la vie sauve se défoulera sur les humains, parfois il ira carrément les voir dans leur propre demeure pour détruire leur vie. Aucun de nous n’est en sécurité dans ce monde, mais ça ne vous empêche pas de laisser repartir certains strigoïs. Combien de dhampirs sont tombés sur John et l’ont laissé filer ? Je suis sûre qu’il a dû en croiser un paquet, pourtant il est toujours dehors, toujours vivant, à continuer de faire du mal. Si les dhampirs faisaient des plus dangereux leur priorité, il y aurait bien moins de malheur dans ce monde.

Alors non, personne n’a le droit de me juger, personne n’a le droit de me faire la leçon. Je continuerais de les tuer jusqu’à me faire moi-même tuer. Et toi alors, ne devrais-tu pas être en train de chasser ? Tu te dis dissident, j’ai surtout l’impression que tu n’as pas spécialement envie de te battre. Peureux ? Non, tu m’as l’air d’un guerrier, d’un homme qui a déjà survécu à bien des combats. Peut-être n’as-tu simplement pas envie de tuer ce soir, un soir de plus ou les strigoïs pourront en profiter pour faire du mal, mais après tout je ne peux pas t’en vouloir. Je reste toujours impassible, même quand il reprend la parole, je ne sais pas s’il essaie de faire de l’humour, ça ne me fait pas sourire en tous cas. Il ne faut pas m’en vouloir, Alec m’a appris à me méfier des dhampirs, alors même si je ne les chasse plus, je ne leur fais pas confiance pour autant.

J’acquiesce tout de même lorsqu’il me demande de faire disparaître le cadavre. C’est vrai, je n’ai pas envie d’avoir à expliquer à une bande d’humains que cet homme est en réalité un monstre, même si au fond tout le monde devrait être au courant de ce qui se cache la nuit. Enfin évitons de se lancer dans un tel débat. J’attrape une fiole et m’accroupis près du cadavre, versant le contenu dessus. Et voilà, il ne reste plus que des poussières, aucune trace de ce monstre, bon débarras. Je suis sûre qu’il ne manquera à personne. Je replonge mon regard dans celui du dhampir, et je ne sais pas si c’est moi qui suis trop silencieuse ou lui qui parle trop, mais après tout je ne l’oblige pas à faire la conversation. S’inquiète-il réellement pour moi ou n’est-ce qu’une apparence ? Peu importe de toute façon.

- Et qu’est-ce qui te dit que ce n’est pas ce que je cherche ? Avec un peu de chance mon sang attirera celui que je veux. Sinon et bien je débarrasserais ce monde d’autres monstres. Tu vois, c’est préférable que mon sang coule.

De toute façon ce serait un peu compliqué de soigner moi-même une blessure dans le dos, mais comme tu peux le constater je n’ai pas l’intention de rentrer tout de suite. Autant profiter de cette blessure pour faire un peu de ménage en ville, et comme je l’ai dit, avec un peu de chance c’est sur John que je tomberais. J’ai bien compris que ton boulot est de protéger, dhampir, alors tu devrais rejoindre ton moroï, car moi je me porte très bien toute seule.
code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Comment différencier l'allié de l'ennemi ? | Gallen & Kyara   

Revenir en haut Aller en bas
 
Comment différencier l'allié de l'ennemi ? | Gallen & Kyara
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment réagir face à l'ennemi [Pv Nuage de Vigne ]
» Aymeric ¤ Allié tout comme ennemi.
» [Terminé] Le temps peut être un allié comme un ennemi [PV Elina Holden]
» Comment décrire un combat ?
» [Justice] Le statut de félon, de traitre et d'ennemi de la Couronne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vamp Academy :: Archive :: Rps Marie & Liora-
Sauter vers: