Forum d'écriture privé
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Captivité plaisante [Lu']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
La plume plus forte que les baisers... La seringue... L'argent !
Messages : 67
Age : 33
MessageSujet: Captivité plaisante [Lu']   Mer 7 Déc - 17:15


Captivité plaisante

Je me souviens que je traquais un strigoï, encore un, un nom, sur ma liste, qui ne cesse de s'agrandir, mais qui ne diminue pas, depuis quelques semaines. Des noms, de plus en plus puissants, dans cette ville, donc de plus en plus dure, à mettre une main dessus. J'essaie, ce n'est pas faute de me battre, pour parvenir à la fin de mes missions, mais je n'avance pas, pire, je dirais même que je régresse, parce qu'à chaque piste que je suis, je finis toujours par connaître une grosse désillusion, et me retrouver à la case départ.. Ce qui a pour don de m'énerver, au plus haut point.. Je me rappelle que j'étais sur l'une de ces pistes, mais à savoir si elle s'avère bonne, ou non, je l'ignore, et je ne le serais sans doute pas, puisque la dernière chose que je me rappelle, c'est cette cagoule noire, non, en faite, juste le noir, après avoir pris un violent coup à la tête. J'ai d'ailleurs de vague souvenir, d'un combat, où je me suis battu avec acharnement, mais impossible de mettre un visage, sur mon agresseur. Est-il masqué, pour que je ne m'en souvienne pas, ou est-ce juste ma mémoire, qui me trahi ? Je n'en ai aucune idée, peut-être ne voulait-il pas se montrer à moi, avant d'être sur, que je finirais dans sa cellule pourrie, pour que je ne m'en prenne pas à lui, après. Cela me semble une raison valable, mais dans ce cas là, tu as intérêt à ne jamais me montrer ta tête, parce que je ne resterais pas ici, jusqu'à la fin de ma vie. Ce n'est pas la première fois, que je me retrouve dans une situation aussi critique, je m'en suis toujours sortie, je m'en sortirais aujourd'hui encore. Et si tu espérais me terroriser, c'est loupé, en temps que guerrière, la première chose que j'ai apprise, c'est à ne pas céder à la panique, alors tu n'arriveras pas à m'effrayer. Par contre, si tu ne veux pas que je m'ennuie, des mes premières minutes passées ici, tu devrais rappliquer ton cul, au plus vite.

En plus, pour être honnête, ton siège, n'est pas des plus confortable, mais j'imagine que ce n'était pas le but, que je me sente comme dans un château quatre étoiles ? Et j'imagine que je dois me sentir flatté, de me retrouver attaché, comme un saucisson à cette chaise, cela signifie sans doute que tu crains une attaque, lorsque tu viendras me rejoindre. Ce qui ne tarde d'ailleurs pas. Je n'ai pas l'oreille aussi développé que vous, strigoï, mais j'ai appris à être attentive à ce qui m'entoure, et je sais que mon bourreau, ne tardera pas à se montrer. J'entends ces pas, la porte s'ouvre, et je ne suis pas surprise de tomber sur un homme, étrangement, je ne m'attendais pas à découvrir une femme, j'ignore pour mon cerveau à choisi ce genre d'élément, mais puisque je ne me suis pas trompée, c'est une bonne chose, mon instinct ne me trompe que rarement, de toute façon. Une autre personne, aurait détourné le regard, moi je n'hésite pas à le détailler, autant que je le peux, pour me souvenir de lui, une fois que je devrais le traquer, et même, à croiser son regard, pour le défier. Tu te penses malin, mais tu ne m'effraies pas, surtout pas avec tes grands airs. Lorsque je sortirais de là, ce ne sera qu'une question de semaine, avant que tu ne rejoignes ta famille, au cimetière. Tu as beau être vieux, je le vois, nous avons tous une faille, et je serais trouver la tienne, tu peux me faire confiance.

« Au moins, je suis loin d'être tombée sur le bourreau le plus dégueulasse de cette ville »

Profite, ce n'est pas tous les jours, que je fais des compliments, à une personne qui cherche à s'en prendre à moi. En général, j'ai une préférence, pour les provocations, mais ne t'inquiète pas, cela ne tardera pas à arriver, laisse moi juste le temps d'analyser la situation. Je t'ai observé, et je ne crois pas que ton visage me soit connu. Je n'ai jamais eu de recherche à faire sur toi, après, est-ce que j'ai entendu ton nom, quelque part, je l'ignore, puisque je ne le connais pas encore, mais je ferais en sorte de l'obtenir, au cours de cette soirée, pour qu'il me soit plus facile, de te mettre la main dessus, après. Maintenant, ce serait cool, que tu ne me laisses pas faire la conversation toute seule, et que tu m'expliques au moins, ce que je fais ici, puisque je suppose que tu ne m'as pas enlevé, et enfermé dans ce trou, pour le plaisir de pouvoir contempler une jolie fille ? Non, tu dois avoir une véritable raison, malheureusement, je ne suis pas encore devin, nous regarder dans le blanc des yeux, pendant des heures, ne pourra pas m'aider à obtenir les réponses que je souhaite, bien au contraire, alors sois mignon, mon beau, et explique moi.

« Si tu espères que je fasse sortir quelqu'un de l'unité, tu peux sauter l'étape des menaces, puisque cela n'arrivera jamais, tu peux me tuer de suite, tu n'auras pas la moindre information »

Est-ce que j'ai peur de mourir de ta main ? Certainement pas, de toute façon, si je te révèle ce que tu souhaites, ou libères quelqu'un, rien ne me garanti que je resterais quand même en vie derrière, que tu ne reviendras pas me tuer, et même, dans le cas où tu ne me tuerais pas, c'est l'unité, qui mettrait fin à ma vie, pour avoir fais une telle faute professionnelle, je n'ai donc rien à gagner.

« Est-ce que cela te dérangerait, de me permettre, de retrouver l'usage de mes bras, cette position commence à être gênante »

Est-ce que je l'allume ? Peut-être, sans doute, je ne perds rien à essayer cette méthode, et il faut dire, qu'ainsi, les bras attachés dans le dos, je suis livrée à son regard, qui peut s'attarder autant qu'il le veut, sur mes courbes.

« Si tu voulais une belle vue, sur le corps d'une femme, fallait me déshabiller, avant de m'attacher »

Je parle trop ? Dommage pour toi, je n'ai jamais eu ma langue dans ma poche, alors tu entendras tout ce qui me passe par la tête, ce soir. Tant pis pour toi, tu n'avais qu'à pas me prendre pour cible.

acidbrain

_________________


Sous peu, tes barrières, je briserais, sous peu, tes émotions, je ferais éclater, sous peu, tu cesseras de me résister, sous peu, nous serons heureux, je t’en fais la promesse..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 48
Age : 817
MessageSujet: Re: Captivité plaisante [Lu']   Jeu 8 Déc - 17:25

Captivité plaisante
Elisa & Lucian
J’ai fini par obtenir les informations que je cherchais. Je ne suis pas très fier, d’avoir dû rendre ivre Callie pour les avoir, mais tous les moyens sont bons pour parvenir à ses fins. J’ai donc entendu parler de cette unité 101. A vrai dire, c’est la deuxième fois que j’évoque ce sujet, Emma m’avait déjà mise en garde il y a quelques mois. Je ne suis pas le genre d’idiot qui pensera n’avoir rien à craindre d’eux simplement parce qu’il s’agit d’humains, je ne sous-estime jamais l’ennemi, en revanche j’ai bien plus d’intérêt à ce que ce soit eux qui le fassent. J’ai réussi à capturer l’une d’entre eux alors qu’elle était au beau milieu d’une mission. Je suppose que le strigoï qui aura été épargné ce soir grâce à moi me doit une fière chandelle. Enfin, le plus important étant que cette humaine est ma prisonnière et que nous allons passer une très longue soirée ensemble.

J’admets avoir été quelque peu surpris de son acharnement, bien que pas tant que ça, après tout n’est-elle pas une guerrière ? Ou soldate. Appelez-les comme bon vous semble. Quoi qu’il en soit jeune demoiselle, tu ne l’emporteras pas contre moi, la preuve étant qu’en ce moment même, tu te trouves attachée dans l’une des cellules de ce manoir. J’ai toujours dit à Emma qu’il fallait prévoir de quoi enfermer quelques prisonniers dans sa demeure, la preuve étant ce soir que j’avais raison. Je descends au sous-sol la rejoindre, je suppose qu’elle doit être éveillée maintenant, et si ce n’est pas le cas et bien je la réveillerais moi-même. Pas besoin il semblerait, j’en serais presque déçu. Je m’approche de sa cellule et ouvre la porte, je n’ai rien à craindre d’elle de toute façon. Je ne peux m’empêcher de rire doucement face à sa remarque. On dirait que je suis tombé sur une femme de caractère, parfait, j’ai tendance à les préférer.

Je laisse peser le silence, souvent ça pousse son interlocuteur à parler et dire des choses auxquelles on ne s’attendrait pas forcément. Parfois il peut s’agir d’informations intéressantes. Comme prévu elle parle. Ainsi donc tu penses que je t’ai capturé pour libérer quelqu’un ? Allons, si tu détenais quelqu’un que je voulais absolument récupérer, et bien je l’aurais déjà récupéré, et cette unité serait probablement en cendres à l’heure qu’il est. Enfin poursuis donc, peut-être as-tu une autre idée en tête, peut-être évoqueras-tu ce que je veux vraiment. Non ? Pas encore on dirait. Je continue de laisser peser ce silence, malgré sa demande. Tenterais-tu de me séduire beauté ? Allons, je sais faire passer les affaires avant le plaisir, même si je n’ai jamais rien eu contre mélanger les deux. Puisqu’il semblerait qu’elle n’ait rien de plus intéressant à me confier pour l’instant, je finis par prendre la parole.

- Te déshabiller même en étant attachée ne poserait pas le moindre problème joli cœur. Peut-être que si tu coopères, je pourrais répondre à l’une de tes demandes, reste à savoir si tu préféreras avoir les mains libres ou être déshabillée. Je te laisse réfléchir à la question.

En attendant attardons-nous plutôt sur un autre sujet, celui qui m’intéresse davantage que ton corps. Au moins tu ne nies pas ton poste, je suppose qu’on en arrivera plus vite à un arrangement. Quoi que, doit-on vraiment parler d’arrangement ? Après tout je contrôle entièrement la situation, alors je pourrais me contenter de faire des exigences plutôt que de chercher un accord. Enfin, j’aime les jeux dangereux, alors peut-être que cette jeune femme saura me convaincre de faire autrement. Nous verrons bien. Pour l’heure ce sont des réponses qu’il me faut.

- Récemment votre unité a réalisé un exploit sur l’une de mes connaissances.

Je ne dirais jamais devant eux que Callie représente davantage qu’une connaissance à mes yeux, autant qu’ils ne la voient pas comme une possible faille contre moi. Est-ce que tu vois de quoi je veux parler, lorsque j’évoque un exploit ? Ou en réalisez-vous trop souvent pour que tu saches de quoi je veux parler ?

- Vous lui avez rendu son humanité. Comment ?

C’est l’heure de passer aux réponses, ou aux tortures selon ta coopération. Alors, vas-tu me révéler ce que je veux ? Je doute que l’hypnose fonctionne sur toi, quoi que je pourrais te vider de ton sang et te contraindre, mais ce ne serait pas aussi amusant que de te torturer jusqu’à ce te faire cracher le morceau. Alors, passes-tu tout de suite aux aveux ou est-ce qu’on s’amuse d’abord un peu ?

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La plume plus forte que les baisers... La seringue... L'argent !
Messages : 67
Age : 33
MessageSujet: Re: Captivité plaisante [Lu']   Sam 10 Déc - 18:41


Captivité plaisante

Travailler pour l'armée à toujours été dangereux, je ne l'ai jamais niée, mais, d'une manière assez étrange, quand je demande à mes collègues ce qu'ils entendent par « danger » personne ne semble avoir la même définition que moi. Pour eux, cela s'arrête à quelques coups, pris lors d'un combat, quelques tires, passer pas loin d'un genoux.. Dangereux oui, mais quel mot est-ce que je devrais utiliser pour moi, alors ? Ce n'est pas quelques balles, passées loin du genoux, c'est quelques balles, prises dans le genoux, et ce genre de situation, dans laquelle je me retrouve encore ce soir. Au fond, ce n'est pas la première fois, et je sais que ce ne sera pas la dernière. Est-ce ma place ? Ou est-ce parce que je suis plus douée que bien d'autres guerriers ? J'avoue que des fois, j'aimerais bien être un peu plus tranquille, parce qu'à force, je commence à en avoir plein le cul, de me retrouver ligoter, pour une raison ou pour une autre. Enfin, au moins, ce soir, j'ai la chance d'avoir un beau gosse, pour bourreau, au moins, j'aurais une belle vue, pour la soirée, et qui sait, peut-être que je parviendrais à le convaincre de m'offrir une soirée de plaisir, plutôt qu'une soirée de torture. Oui, je sais, bien des personnes remettraient en cause mon intégrité à l'unité, et alors ? Quitte à devoir passer une soirée comme lui l'entend, autant que ce soit une bonne soirée pour moi. Je ne suis pas comme tous ces gens, qui sous prétexte que l'on chasse les strigoïs, nous devons rien à voir à faire avec eux, en dehors de les tuer, ou les ramener à l'unité. Vous voulez mon avis ? Les strigoïs sont de magnifiques partenaires sexuels, j'aurais tord de m'en priver. Et vous voulez savoir autre chose ? Je me fiche de votre avis !

Bon par contre, ce serait bien, que tu dialogues avec moi, parce qu'à ce rythme, on ira pas très loin. Tu m'as l'air particulier, en général, les membres de ton espèce aiment bien se vanter, de leurs prises, encore plus lorsqu'il s'agit, comme moi, d'une guerrière, entraînée pour cela. Alors pourquoi, est-ce que toi, tu ne te ventes pas ? Pourquoi est-ce que tu gardes le silence ? Désolée, je parle sans doute trop, mais je me retrouve obligée de combler le silence, à cause de toi. Enfin, il se décide à parler, pas trop tôt, j'aurais presque fini par croire que t'étais sourd, ou mué, peut-être les deux. Tu me prouves que tu ne l'es pas, non seulement tu me parles, mais tu réponds aussi à mes interrogations. Toi, je sens que je vais bien t'apprécier. Pour un bourreau, tu me sembles fort sympathique. J'ai même droit à un surnom ? Cool, en revanche, joli cœur, c'est un peu chamallow pour moi, alors si tu pouvais trouver quelque chose un peu plus digne de moi, je t'en serais infiniment reconnaissante. Qui sait, puisque tu attends des réponses, m'offrir un surnom qui me plaît, pourrait t'aider à me convaincre, tu peux me croire. Mais d'abord, j'aimerais revenir sur une autre partie de ta réponse, qui m'a interpeller, et m'a obligé à afficher un sourire provoquant sur mon visage.

« De bien belles paroles, mais j'attends toujours des actes.. C'est triste, vous, vampires, vous avez beaucoup de gueule, mais bien moins de cran, lorsqu'il faut passer à l'acte..  »

Oui, je provoque, mais je vous les dis, quitte à passer les prochaines heures, enfermée ici, autant les passer de manière agréable, et j'aurais plus de chance de le convaincre de suivre mon idée, une fois que je pourrais jouer de mes atouts, et puisque je ne peux pas me déshabiller moi-même.. Quand à choisir entre être déshabiller, et avoir les mains détachées, mon beau, si toi aussi, tu veux passer un joli moment de bien être, tu ferais mieux de ne te priver ni de l'un, ni de l'autre. Je pourrais toujours me débrouiller, attacher, mais crois-moi, tu aurais un grand intérêt à laisser mes mains libres, j'en suis plutôt habile. Mais nous ne sommes pas encore sur cette longueur d'onde, d'abord, nous évoquons les sujets qui fâche, et après, nous verrons pour la sex-partie ? Pose moi donc tes questions, je verrais bien si je peux répondre. Est-ce que tu te fous de moi ? Je ne peux m'empêcher d'exploser de rire, à l'entente de ces paroles. Un exploit, sur l'une de tes connaissances ? J'imagine que si connaissance il existe vraiment pour toi, il s'agit de strigoï, et si tu crois qu'il s'agit véritablement d'un exploit, c'est que tu n'as pas encore vu l'envers du décor. Bien des personnes, rentrent à l'unité, très peu en ressorte, et ceux qui en ressorte, ont toujours leurs histoires modifier, une raison valable, qui nous rapportera à nous, et non à toi. Alors tu t'es bien fourvoyer, et j'avoue que pour le coup, j'ai bien du mal à calmer mon fou rire. Je t'imaginais quand même un peu plus intelligent que ça, mais bon, nous savons tous que la beauté ne fait pas tout, malheureusement.. Mais lorsque j'entends ces prochains mots, je comprends bien mieux où il souhaite en venir. A l'unité, nous avons tous été mis au courant de cette expérience, tous ceux digne de confiance en tout cas, et j'ai été mis au courant. D'autant plus que c'est mon frère, qui a participé à cet exploit, alors je ne peux qu'être mise au goût du jour, avec lui. Ainsi donc, tu connais Callie, notre petite miraculé, intéressant à savoir, je tacherais de ne pas oublier cette information, lorsque je sortirais de là.

« En aurais-tu marre de l'éternité ? Une conscience serait-il né chez toi ? »

Je me fous de lui, et alors ? Vous n'avez quand même pas cru que j'allais lui révéler cette information ? A condition que je ne me fasse pas tuer aujourd'hui, et je n'en ai pas l'intention, je me ferais tuer en rentrant à l'unité, pour avoir révélé notre secret, je ne suis pas folle. Je veux bien faire quelques efforts, parce que t'es sexy, répondre à d'autres questions, mais pas celle-là.

« Tu n'as pas vraiment cru que j'allais répondre à ta question, pas vrai ? En revanche, si tu souhaites retrouver ton statut d'origine, je peux peut-être t'arranger un coup pour que tu sois le prochain »

Peut-être que je peux trouver un feinte, de cette manière ? A la tête qu'il fait, je n'ai pas l'impression, que c'est la réponse qu'il attendait, j'en déduis donc que ce n'est pas pour lui, qu'il cherche le remède. Pour qui alors ? A vrai dire, je m'en fiche pas mal.

« Navré chéri, mais je ne peux pas t'offrir d'avantage, ce n'est pas dans mes compétences »

acidbrain

_________________


Sous peu, tes barrières, je briserais, sous peu, tes émotions, je ferais éclater, sous peu, tu cesseras de me résister, sous peu, nous serons heureux, je t’en fais la promesse..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 48
Age : 817
MessageSujet: Re: Captivité plaisante [Lu']   Jeu 22 Déc - 16:51

Captivité plaisante
Elisa & Lucian
Me seras-tu utile, petite humaine, ou serais-je déçu de toi ? Fais attention, car si tu es incapable de répondre à mes demandes, tu ne risques pas de revoir le ciel un jour, ou plutôt, tu le rejoindras. Tes charmantes provocations ne t’aideront pas à survivre, mais je suppose que c’est la seule arme dont tu peux user contre moi dans une telle position, alors vas-y, n’hésite pas à te faire plaisir, j’en ai connu des tas dans ton genre et si tu crois me faire perdre mon sang-froid et reprendre le dessus… Et bien tu t’es trompée de proie ma belle. Un nouveau sourire se dessine sur mon visage face à ses prochaines paroles. Ma chère, si tu as réellement envie que je te déshabille, il suffit de demander, en une seconde je pourrais te débarrasser de ces tissus qui semblent t’importuner. Je me rapproche d’elle, m’accroupissant pour être à sa hauteur et ainsi plonger mon regard dans le sien. Je la regarde quelques secondes silencieusement droit dans les yeux, avant de finir par rapprocher mes lèvres de son oreille pour prononcer ces quelques mots.

- Si tu tiens tant que ça à ce que je passe à l’acte, il ne tient qu’à toi de coopérer. Tu me donnes ce que je veux et je te donne ce que tu veux.

Je recule mon visage du sien, plongeant à nouveau mon regard dans le sien alors que je m’éloigne. Alors, as-tu envie d’une partie de jambes en l’air ? Je pourrais te l’offrir, si tu me donnes un tant soit peu de réponses, mais sinon ne compte pas sur moi pour t’emmener au septième ciel alors que je n’aurais pas eu ce que je veux avant. Et oui beauté, ici pour avoir, il faut d’abord donner, alors à toi de jouer. A moins que tu ne préfères les tortures ? Dans ce cas je ne perdrais pas de temps à te combler car c’est un domaine dans lequel je peux également vanter mes prouesses. Tentons d’abord la méthode simple, tu veux bien ? Après tout peut-être qu’une conversation suffira à te convaincre de me donner mes réponses.

Je l’entends rire, au moins il semblerait qu’elle profite tout de même de la situation pour passer du bon temps. Qu’est-ce qui te fait autant rire beauté ? Le fait que je te demande gentiment comment vous avez rendu son humanité à Callie ? Oh mais rassure-toi, si tu ne coopères pas avec la manière douce, je ne perdrais pas de temps avant de passer à la manière forte. Ainsi tu penses que la transformation serait pour moi ? Pitié, est-ce que tu m’as bien regardé ? Je ne pense pas avoir l’air d’en avoir marre de cette vie d’immortel et de vouloir y mettre un terme, loin de là. Non, tu es à côté de la plaque, mais continues de réfléchir un peu, peut-être que tu finiras par trouver. Ça y est, on dirait que tu as compris, finalement. Tu ne peux pas m’aider ? Dans ce cas tu m’es inutile.

- La personne que je veux voir transformer porte bel et bien le nom O’Brien, mais non darling, il ne s’agit pas de moi.

Et sur ces mots je me dirige vers une petite table un peu plus loin sur lesquels sont disposés divers outils. Je glisse ma main sur différents outils. Lequel ? Tu m’as l’air du genre résistante, il me faut donc quelque chose qui soit à la hauteur. Pourtant, malgré tous les outils grands et imposants qui sont présentés devant moi, c’est un scalpel que je décide de prendre. Tu serais étonnée de découvrir toutes les choses que l’on peut faire avec un tel outil. Je reviens vers elle et sans prévenir je tranche son haut en deux avec le scalpel, pouvant ainsi observer sa peau dénudée et ce soutien-gorge qui à mon avis est de trop, mais dont je m’occuperais peut-être plus tard.

- Dites-moi miss Parker, si vos compétences ne vous permettent pas de m’offrir ce que je désire, pourquoi est-ce que je prendrais la peine de vous garder en vie ?

Tu ferais mieux d’avoir une bonne réponse à m’offrir, car il s’agit là de ta seule et unique chance de me convaincre de te garder en vie. Si tu n’es pas convaincante ? Et bien j’improviserais. Peut-être que j’ouvrirais ton ventre et ferais de ce mur ma nouvelle toile dont l’unique peinture serait ton sang. Qu’en dis-tu ? Pas dit qu’il y ait suffisamment de sang dans ce petit corps pour suffire à ma toile, mais au pire je pourrais toujours me trouver d’autres soldats à décapiter.

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La plume plus forte que les baisers... La seringue... L'argent !
Messages : 67
Age : 33
MessageSujet: Re: Captivité plaisante [Lu']   Ven 23 Déc - 0:33


Captivité plaisante

Est-ce que, au lieu de faire l’homme mystérieux, tu pourrais m’offrir la raison de ma présence ici ? Je serais bien plus à même de pouvoir discuter avec toi, et négocier. Personne n’a dis que je ne pouvais pas le faire, alors pourquoi est-ce que je m’en priverais ? En revanche, si tu voulais juste profiter de mon corps, tu n’avais pas besoin de faire toute cette mise en scène, avec des mots convaincants, j’aurais accepté de te suivre, tu sais, ce n’est pas parce que je chasse les membres de ton espèces, que je ne sais pas profiter d’un peu de bon temps, et je sais que vous, strigoïs, êtes bien plus doué qu’un humain, alors j’ai tous à gagner, non ? En plus, j’aurais même pu t’autoriser à m’attacher, si c’est ton délire, tu sais, avec mon frère, j’ai l’habitude de voir cette envie de tous contrôler, même si je ne comprends pas toujours. Puis, faut être honnête, un matelas, ça aurait été bien plus confortable que cette chaise, surtout qu’à deux, on risque être à l’étroit. Enfin bon, cela dit, si tu parviens quand même à me faire passer une agréable soirée, je pense que je pourrais te pardonner ce lieu, plus que pitoyable. Franchement, j’ai toujours sur que les hommes, niveau romantisme, ce n’était pas ça, mais à ce point.. Essayerais-tu de passer un marché avec moi ? Et bien, mon chou, j’aimerais bien te dire que je t’offrirais toutes les réponses que tu as envie d’avoir, mais cela dépendra des questions.

« N’es-tu pas vieux de plusieurs siècles ? Et malgré toute cette expérience, tu n’as toujours rien compris aux femmes ? Ce n’est pas un secret que nous sommes bien plus apte à discuter lorsque nous sommes comblé »

Bon, d’accord, ce n’est pas toujours le cas, moi-même, j’ai bien plus l’habitude de fuir, après une partie de jambe en l’air, que de m’attarder pour discuter, et répondre à des questions, mais de toute façon, vu comme je suis attaché, je ne peux pas faire grand-chose d’autre. Puis, soyons honnête, même dans la situation où je ne t’offrirais pas cette nuit, qu’est-ce que t’aurais à perdre. Je suis bloquée là, tu es donc libre de me tuer, si jamais je ne coopère pas, mais tu auras au moins passer une sacre soirée, avec une femme divine, en matière de sexe. Tu vois, tous à gagner, rien à perdre. Enfin bon, puisque tu n’es pas de cette avis, je peux toujours tenter de répondre à tes questions, mais ne pousses pas dans le trop difficile, ce serait dommage que je ne puisse pas répondre, et que l’on soit tous les deux priver de s’envoyer en l’air. Enfin, j’imagine que toi, tu pourrais toujours allez voir ailleurs, mais je t’assure que tu trouveras pas mieux que moi. Alors dis-moi, quel genre d’information est-ce que tu veux. Est-ce que tu connais bien, cette Callie ? Peut-être que je pourrais m’en servir contre toi ? En tout cas, je compte bien retenir cette information, pour lorsque je sortirais d’ici. On ne sait jamais, peut-être que je n’aurais rien contre toi, et dans ce cas là, je n’aurais pas à chercher plus d’information. Tout dépendra de ce que tu me feras ici, c’est pour ça, que tu devrais choisir la partie de sexe, c’est moins risquer pour toi, en plus  d’être plus agréable. Est-ce pour toi, que tu veux ces informations ? J’ai du mal à le croire. Je suis censé être ennemi à vous, mais quand même, ton espèce serait stupide de te laisser partir, parce que tu m’as quand même l’air d’être un gros calibre. Et lorsque j’entends son nom, cela ne m’étonne plus. En effet, ce n’est pas n’importe qui, que j’ai en face de moi, mais je ne compte pas me laisser effrayer pour autant. En revanche, je ne crois pas avoir entendu parler d’un quelconque O’Brien en plus de toi, ou alors, je ne mis suis juste pas intéresser, cela doit signifier qu’il n’ait pas très intéressant, voilà tout. Dis-moi tous, que comptes-tu faire de lui, au juste ? S’il s’agit d’un membre de ta famille, pourquoi ne pas vouloir le garder à tous jamais à tes côtés. Je dois admettre que tu es un peu incompréhensible.

Je le suis des yeux, alors que je le vois s’approcher de cette table. On passe déjà aux tortures ? Et bien, tu traînes pas, on a même pas eu l’occasion de jouer un peu.. Sans provocation, ce genre de situation n’a rien de très palpitante. Je le vois s’approcher, avec sa petite arme. Tu crois me faire du mal avec ça ? J’imagine qu’on verra bien ce que t’es capable de faire. Je m’attendais a ce qu’il le plante dans ma peau, mais il s’en serre juste pour déchirer mon haut. Et bien, nous voilà enfin à un sujet intéressant, cela me paraissait bizarre, que tu ne cherches pas à découvrir mon corps plus que cela aussi. Vous, les vampires, vous êtes du genre à toujours vouloir consommé, corps, et sang, et je sais de quoi je parle, à force de vous traquer. Je ne compte même plus le nombre de vampire que j’ai pu avoir, grâce a cette ruse, juste en mettant mon corps en avant, et en promettant une soirée de fou. A quoi est-ce que je peux bien te servir, si je ne peux pas t’offrir de réponse ? Voilà une bonne question, à laquelle je pense avoir déjà la réponse.

«  Qu’est-ce que je peux t’apporter ? Un humain, livré sur un plateau d’argent ! Un nom, c’est la seule chose dont j’ai besoin, et le tour est joué »

Tu n’aurais même pas à te salir les doigts, n’est-ce pas génial ? Je t’offre le tout ! La capture, l’enfermement, la transformation, et la livraison, qu’est-ce que tu peux espérer de mieux, au juste ? Si cette réponse ne te convient pas, j’ai bien peur de ne pas pouvoir faire grand-chose pour toi, parce que pour l’instant, t’offrir notre secret, ce n’est pas dans mes plans.

« Vois-tu, ce que tu me demandes, est une information capitale, que peu de monde connait.. Un peu comme une recette magique, avec plusieurs ingrédients. Passons un marché, tu veux bien ? Mes envies n’ont pas changé, ce n’est pas une surprise.. Du coup, je te propose de te révéler l’un de ces ingrédients, à chaque fois que tu parviendras a me faire monter au septième ciel »

C’est à prendre, ou à laisser, parce que je ne suis pas certaine d’accepter une autre offre, qui viendrait de toi. Oui, nous en revenons toujours au sexe, et alors ? Vous avez quelque chose contre ça ?

« Je te donne un indice, tu as besoin de trois éléments, donc trois montés au septième ciel, je te donne aucune restriction, du moment que je prends mon pied, tu es libre de choisir la méthode qui te chante »

Bon, je l’admet, deux éléments seraient suffisant en faite, le pieu, et le moroï, mais cela ne m’empêche pas de gagner un tour, avec le Strigoï à rajouter à l’équation !

acidbrain

_________________


Sous peu, tes barrières, je briserais, sous peu, tes émotions, je ferais éclater, sous peu, tu cesseras de me résister, sous peu, nous serons heureux, je t’en fais la promesse..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 48
Age : 817
MessageSujet: Re: Captivité plaisante [Lu']   Sam 24 Déc - 13:14

Captivité plaisante
Elisa & Lucian
Cette demoiselle est une véritable pipelette, j’aurais pu apprécier, si seulement elle me livrait des informations un tant soit peu intéressante. Sauf que non, on dirait que provocation est maître mot ce soir. Continue ainsi darling et tes chances de sortir d’ici vivante risquent de diminuer considérablement. Tu penses que je devrais t’offrir le plaisir avant que tu ne m’offres mes réponses ? Au moins tu as le cran de proposer, c’est une qualité que je veux bien te reconnaître mais... Franchement darling, je trouve que tu me considères un peu trop comme le premier strigoï en manque de sexe et là, tu es vraiment mal tombée si tu espères un tant soit peu m’avoir avec tes charmes. Tu découvriras rapidement que lorsque je veux quelque chose, rien ne se met en travers de mon chemin. Si je veux ton corps je le prends, or pour l’instant ce n’est pas le cas. Je veux des réponses et je ferais en sorte de les obtenir, de toi ou bien d’un autre, mais dans ce cas ça signifiera que tu n’es plus de ce monde.

Est-ce qu’il faut que je passe aux menaces et aux tortures pour que tu changes enfin de sujet ? On dirait, alors je ne me fais pas prier. Je me rapproche d’elle avec ce scalpel, déchirant son vêtement en deux pour avoir un accès directement à sa peau alors que je lui offre cette dernière chance de m’offrir une réponse. Que peux-tu m’apporter Elisa, si ce n’est des réponses ? Un humain servit sur un plateau d’argent, est-ce que tu te moques de moi ? J’ai bien l’impression que c’est ce que tu fais Elisa et crois-moi ça n’annonce rien de bon pour toi, vraiment pas. Oh darling tu ferais mieux de te taire maintenant plutôt que de continuer à t’enfoncer. Ne penses-tu donc qu’au sexe ? J’ai rarement vue des femmes comme toi, toujours aussi obsédée par son plaisir même lorsqu’elle se trouve dans une mauvaise situation. Tu dois probablement être l’une de ces nymphomanes, tu aurais eu plus de chances avec John, mais dommage pour toi je ne suis pas lui.

Elle termine enfin de parler. Ça fait beaucoup de mots pour finalement ne pas me dire grand-chose Elisa et j’ai horreur qu’on me fasse perdre mon temps. Je me rapproche de nouveau d’elle, arrachant la corde qui la maintient fixée à la chaise. Elle se trouve toujours ligotée, mais plus obligée d’être assise. Je l’aide à se lever, une main plaquée contre ses reins pour la maintenir près de moi alors que mon regard est plongé dans le sien. Ma seconde main glisse lentement sur ses formes. Est-ce cela que tu veux Elisa ?

- Ton deal est plus que tentant darling...

Je la regarde silencieusement droit dans les yeux trois bonnes secondes avant de finalement la pousser à reculer. Juste là. J’attrape ses poignets menottés et tends ses bras au-dessus de sa tête, mes lèvres se rapprochant des siennes, sauf qu’elles ne la touche jamais. A la place je la soulève d’une main et accroche ses menottes à un crochet, la maintenant ainsi suspendu dans les airs par les bras. Est-ce que c’est une position plus agréable pour toi ? J’en doute fortement, mais je vais t’avouer un petit secret, ça ne va pas aller en s’améliorant pour toi.

- Le problème c’est que je n’ai pas la moindre confiance en toi. Si tu veux monter au septième, il va falloir me donner d’abord ce que je veux, les règles ne changeront pas pour toi.

Que croyais-tu Elisa ? Que tu pourrais dicter les règles ici ? Tu es la prisonnière et comme je te l’ai dit, je suis loin, très loin, d’être du genre à me laisser avoir par de jolies formes. Mes plans passeront toujours avant un corps en chaleur, même s’il s’agit du tien. Puisque tu n’es pas très coopérative jusque-là darling, il va falloir que j’accélère un peu les choses, je n’aime pas vraiment perdre mon temps. Je me rapproche de nouveau d’elle, scalpel toujours en main, et c’est d’un mouvement précis que je dessine une entaille au niveau de son poignet, découpant l'une de ses veines. Le sang coule abondamment de son bras, alors que je place un saut en dessous d’elle pour récupérer le sang qui ne coulera pas sur son corps, ça m’évitera d’avoir à nettoyer.

- A ton avis, combien de temps avant que tu ne te vides de ton sang et décèdes ? Je te laisse calculer. Maintenant évitons de perdre plus de temps puisque tu n’en as plus beaucoup, je suis au courant pour le moroï et le pieu. Le problème, c’est que lorsque j’ai essayé, le strigoï n’a pas survécu. Alors dis-moi, quel est le nom de ce moroï aux pouvoirs miraculeux ? Qu’a-t-il de si particulier pour que ça fonctionne avec lui ?

Tu vois, mes questions se font de plus en plus précises, ainsi tu ne perdras pas de temps inutilement à répondre à côté de la plaque. Alors Elisa, continueras-tu de jouer au plus malin avec moi ? Si tu veux mon avis, une mort pareille ne serait pas digne de toi, tu ne te seras même pas faite torturée pour me donner ce que je veux, juste une banale coupure au poignet, comme le ferait n’importe quel adolescent aux désirs de suicide. Tu commences à perdre beaucoup de sang darling, à ta place je me dépêcherais de me donner des réponses, avant que ton cœur ne soit plus capable de te maintenir en vie. Tu ferais mieux de ne pas me mentir, car peu importe à quel point ils vous ont entraîné à l’armée, les battements de cœur ne trompent jamais et en ce moment j’y suis très attentif.

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La plume plus forte que les baisers... La seringue... L'argent !
Messages : 67
Age : 33
MessageSujet: Re: Captivité plaisante [Lu']   Mar 27 Déc - 12:22


Captivité plaisante

J'ignore depuis combien de temps, tu es sur cette terre, mais laisse-moi te dire une chose, tu as bien du mal à trouver une méthode convenable, pour faire céder une femme. C'est presque dommage, je t'offre une solution, rien de bien compliqué, encore moins pour un homme comme toi, qui a pu améliorer ces compétences au fil des années, mais tu persistes à refuser mes propositions, encore et encore. Ne trouves-tu pas ça dommage ? Bien que je n'ai pas ton nombre d'année, derrière moi, je suis loin de manquer de technique, tu aurais passé une agréable soirée, et en plus de cela, tu aurais récolté tes réponses, que tu sembles attendre avec impatience. J'admets, je ne comprends pas ton intérêt, pour cette solution, que nous avons trouver, pour que vous, monstre, vous puissiez revenir à votre humanité.. Si tu nourrissais ce désir j'aurais compris, mais là, il semblerait que cela ne soit pas pour toi, pire encore, que cela soit pour un membre de ta famille. Tu as la chance d'avoir ta famille auprès de toi, dans l'immortalité, et tu souhaites qu'il redevienne humain ? J'admets que je ne comprends pas bien, mais après tout, chacun sa manière de penser.. Cela ne me regarde pas, tu es libre de faire ce que tu souhaites, de toute manière. Malheureusement, je ne suis pas sur de pouvoir faire grand chose pour toi, je ne peux pas te révéler ce que tu souhaites, et si, de manière général, je me fiche un peu d'où pourrait atterrir ce secret, je pourrais risquer ma place, si l'on découvre que c'est moi, qui est lâché l'information. Et très peu de personne sont au courant d'une telle réussite. Si cela n'avait pas concerné mon frère, j'ignore même si je serais au courant moi-même. C'est pour dire. Et même si j'enfreins pas mal de règle, je tiens quand même à ce job, donc se serait cool que je ne le perde pas.. En revanche, peut-être que l'on pourrait faire un compromis, si tu parviens à m'offrir ce que je souhaite moi, peut-être que je pourrais faire un entorse à mon règlement. Ce deal n'est-il pas une bonne chose ?

J'en ai l'impression, puisqu'au bout du compte, il s'approche de moi, il coupe même l'une des cordes qui me retenait prisonnière sur cette chaise. Pour la première fois, depuis le début de cette entrevue, il initie même lui-même le contact, et je dois bien admettre que si je supprimerais quelques cordes en plus, pour que cela soit plus agréable, tes caresses sont loin d'être désagréable, bien au contraire. Mais si tu veux mon avis, tu peux encore me retirer quelques vêtements pour que cela soit encore plus agréable. Je le vois même approcher ces lèvres des miennes. Aurais-je réussi à te faire craquer, mon beau ? On dirait. Par contre, je ne suis pas ce genre de fille qui accepte bien qu'on la retienne, et la prive de ces propres envies, donc si tu voulais bien lâcher mes bras.. Enfin, j'imagine que je peux bien tenir quelques minutes ainsi, si tu ressens l'envie de montrer qui est le maître de la situation. Ou pas. On dirait que tu t'es bien foutu de ma gueule, mais j'ignore encore lequel de nous est le plus à plaindre. Cette position, est loin d'être agréable, je préférais bien plus ma position sur la chaise, mais bon, je commence à en avoir l'habitude. Je récolterais juste quelques marques, autour des poignets, c'est pas cool, c'est pas très sexy, pire encore, les hommes ont tendances à penser que cela signifie qu'ils peuvent bien ce qui leur chante de moi, alors que pas du tout. N'aurais-tu pas pu trouver une autre manière de procéder ? Attention, tu es en train de blesser mon petit cœur, avec toutes tes paroles. Tu n'as pas confiance en moi ? Dommage pour toi ! C'est vrai que je ne suis pas toujours sincère, je sais mentir pour me sortir de certaine situation, mais au vu de cette situation là, même dans le cas où je t'aurais menti, cela n'aurait pas changé grand chose pour moi. Certes, j'aurais eu ce que je voulais, une bonne partie de jambe en l'air, mais j'en aurais pas été libre pour autant, donc je n'aurais eu aucun intérêt à te mentir.

Alors que comptes-tu faire, maintenant ? Me laisser là, comme ça, jusqu'à ce que je craque ? Ça ne  fonctionnera pas. Ton geste, par contre, et un peu plus critique pour moi. En soit, la blessure n'est pas plus désagréable que cela, j'ai déjà vécu bien pire, et il ne s'agit que d'une coupure, rien de plus. Là où cela devient un peu plus gênant, c'est que cet enfoiré n'a pas fais les choses à moitié, mais à choisi la bonne partie du poignet, pour que je me vide de mon sang sous ses yeux. Je prends conscience de plusieurs choses, à ce moment là. D'une, que je suis dans une sacré merde, si je ne lui révèle pas ce que je souhaite, et qu'au vu de son regard, je risque bien de crevé, suspendu de la sorte, comme un vilain petit cochon qu'on étripe. De deux, même en supposant que je lui révèle ce qui souhaite, je n'ai aucune assurance qu'il me laisse sortir d'ici vivante. Enfin, je suppose que puisqu'il a déjà tenté l'expérience, je serais retenu ici, jusqu'à ce qu'il s'assure que cela marche, ce qui signifie qu'il faut que je montre plus maline que lui, et que je trouve un moyen de me casser de là, dès qu'il me laissera. Et de trois, je prends conscience qu'il sait déjà pas mal de chose, sur cette prétendu expérience.

« Sérieux ? Tu pensais sincèrement que cela pouvait être aussi simple ? Un moroï, et un pieu. Je te pensais plus malin que ça »

Oui, je sais, un jour j'apprendrais à me taire, mais ce ne sera pas encore aujourd'hui. Est-ce que je suis censé lui révéler notre secret ? Il a raison sur une chose, si je lui mens, il le saura, peu importe à quel point j'ai appris à mentir sans laisser de signe, certains seront toujours perceptible pour les êtres de son espèces. Et je ne peux pas pas risquer de me faire jeter à la porte de l'unité, surtout que je ne suis même pas sur qu'ils se contenteraient de me renvoyer. En revanche, je peux omettre des détails non ? Il ne pensera pas que je lui mens, puisque ce n'est pas le cas, je laisse juste de côté un élément primordial, qui, sans cela, la transformation ne pourra jamais marcher. Mais j'ai intérêt de trouver un moyen pour me tirer de là, entre temps. De toute façon, est-ce j'ai un autre choix ? Je n'ai pas besoin de voir tous le sang qui s'écoule de mon poignet, pour savoir que je n'ai plus beaucoup de temps. Je sens déjà les signes de la perte de conscience, qui approche, alors je finis par reprendre la parole.

« Un moroï au pouvoir de l'esprit, voilà ce qu'il te faut, aucun autre moroï parviendra à un tel miracle »

Est-ce que tu me croiras, tu verras bien qu'il s'agit de la vérité, avec les battements de mon cœur, de toute façon, et si tu ne me crois pas, je ne peux pas faire grand chose de plus. C'est la réponse à tes questions, non ? C'est ce que tu voulais, savoir la particularité du moroï en question, tu l'as.

« Maintenant, sois gentil, respect ta part du marché »

Parce que je ne suis pas conne, je sais très bien que si tu ne m'offres pas quelques gouttes de ton sang, je vais y passer. Enfin, j'imagine que bander ma plaie, ferait l'affaire aussi, mais je risque de passer un sacré moment dans les vapes, et ce ne serait pas du tout à mon avantage.

acidbrain

_________________


Sous peu, tes barrières, je briserais, sous peu, tes émotions, je ferais éclater, sous peu, tu cesseras de me résister, sous peu, nous serons heureux, je t’en fais la promesse..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 48
Age : 817
MessageSujet: Re: Captivité plaisante [Lu']   Mar 10 Jan - 22:56

Captivité plaisante
Elisa & Lucian
Vas-tu enfin te décider à me dire ce que je veux savoir Elisa ? En général je suis un homme patient, mais lorsqu’il s’agit de ma vengeance envers Alistair, je peux m’avérer être très pressé. Je ne passerais pas pour mort encore longtemps comme ça et je tiens à ce que mon retour soit mémorable, chamboulant, au point de le faire redevenir ce moroï qu’il n’aurait jamais dû cesser d’être. Ma vengeance est peut-être longue à venir, mais je préfère attendre et avoir un plan parfait, plutôt que de foncer tête baissée et de ne pas voir la situation évoluer. De toute façon je n’ai jamais su faire les choses simplement. Que voulez-vous, j’ai une certaine attirance pour le grandiose, mon côté artistique ne me quitte jamais, même dans la mort et la souffrance.

Puisqu’Elisa ne semble pas décidée à parler, je vais faire en sorte de lui donner une bonne motivation. Oublie le sexe deux minutes darling, maintenant pense plutôt à ta survie, car crois-moi si tu ne me donnes pas les informations que je désire je n’aurais aucun scrupule à te laisser mourir ainsi. Si tu veux mon avis, je pense qu’une telle mort ne serait pas digne d’une guerrière comme toi. On dirait que ce motif est suffisamment convaincant pour te faire parler, tu tiens quand même à ta vie tout compte fait. J’écoute les battements de son cœur, je la sens commencer à faiblir, mais je ne fais rien pour la soulager, pas tant que je n’aurais pas mes réponses. Elle parle, enfin, mais toujours pas pour dire les bonnes choses.

- Tu perds du temps.

Et ce temps t’est précieux, alors à ta place j’arrêterais de me croire plus maligne que les autres et de jouer les provocatrices. Bien sûr qu’un moroï et un pieu me paraissait beaucoup trop simple, mais c’était les seules informations que j’avais et je suis du genre à tout essayer, me moquant bien du nombre de mort que ça entraînera, même s’il s’agit de mon espèce. Alors, tu continues de te laisser mourir ou tu me dis enfin les bons mots ? Un moroï au pouvoir de l’esprit, voilà ce qu’il me manquait. Enfin une information intéressante, je commençais presque à désespérer. J’écoute attentivement les battements de son cœur, peut-être plus de temps qu’il ne le faudrait, mais ça la fera réfléchir sur le fait qu’il ne faut pas rire avec moi. On dirait que tu ne mens pas, tant mieux, tu serais morte sinon.

J’attrape une fiole un peu plus loin et mords dans mon poignet, faisant couler quelques gouttes de mon sang à l’intérieur, suffisamment pour la remplir. J’aurais pu lui proposer directement mon poignet, mais non, c’est mieux de la faire attendre, mieux de ne pas lui offrir ce plaisir, mieux de la limiter dans la quantité. Les deux petits trous à mon poignet se referment et je m’approche enfin d’Elisa, faisant couler le contenu de la fiole dans sa bouche. Sa blessure au poignet se referme instantanément et ça lui redonne un peu de force pour rester éveillée, pas assez non plus pour qu’elle soit dans sa meilleure forme.

- Il y a plutôt intérêt à ce que ça fonctionne, sinon tu quitteras le statut de prisonnière pour rejoindre la morgue, ou peut-être mon prochain tableau.

Après tout je pourrais utiliser ta beauté pour rendre mon art encore plus beau. Nous verrons. Pour l’instant il faut que je m’occupe de trouver un moroï au pouvoir de l’esprit. A vrai dire j’en connais déjà une, une qui sera d’ailleurs ravie de m’aider à assouvir cette vengeance contre Alistair. C’est pourquoi elle ne doit pas être mon cobaye, je préfère qu’elle garde sa pleine énergie contre lui. Il m’en faut un autre pour ce test et je sais que je ne l’aurais pas ce soir. On dirait que tu vas restée ma prisonnière plus longtemps que je ne le pensais. J’envoie tout de même quelques messages avec mon portable avant de le laisser de côté, reportant toute mon attention sur Elisa.

- Il semblerait que le test ne se fera pas ce soir et puisque je ne te compte pas te relâcher avant d’avoir un résultat...

Je pourrais me contenter de la laisser là, suspendue et enfermée dans cette prison, sauf que j’ai une meilleure idée, une idée qui pourrait lui plaire aussi. Après tout j’ai eu ce que je voulais et je suis un homme de parole. J’attrape les menottes entre ses deux poignets et la soulève pour la faire redescendre.

- Je suis gentleman alors je te laisse le choix, t’ennuyer à mourir là-dedans jusqu’à qu’on m’ait attrapé ce moroï ou bien passer à l’acte comme tu le revendiquais tant.

Et sur ces mots j’arrache les cordes et les menottes qui la maintenaient prisonnière. Je ne te crains pas Elisa, non seulement tu n’as aucune arme sur toi, mais en plus tu es plus affaiblie, plus jeune, plus mortelle. Alors non, je ne pense pas mourir face à toi, pas ce soir, et à mon avis tu aurais bien envie de goûter au plaisir du sexe avec moi avant de me tuer, n’ai-je pas raison ?

- Alors darling, tu prends ou tu passes ton tour ?

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La plume plus forte que les baisers... La seringue... L'argent !
Messages : 67
Age : 33
MessageSujet: Re: Captivité plaisante [Lu']   Dim 15 Jan - 21:18


Captivité plaisante

Je perds du temps.. Oui, peut-être, mais laisse-moi gérer mon temps, comme j'en ai envie. C'est mon problème, de toute façon, non ? Ne t'inquiète pas, je connais mon corps, de toute façon, je serais m'arrêter de jouer, lorsque cela deviendra critique pour moi, mais ce n'est pas encore.. Je n'en reviens pas, que tu es pu être assez stupide, pour croire qu'un pieu, et un moroï, pourrait suffire pour parvenir à un tel résultat.. Si c'était aussi simple, ne crois-tu pas que ton espèce n'existerait déjà plus ? Si c'était aussi simple, nous n'aurions pas mis aussi longtemps, pour le découvrir. Pourtant, à te regarder, je pensais que tu étais du genre assez malin. Peut-être que je me suis trompé sur ton compte, au final. Tais-toi, deux secondes, et laisse-moi réfléchir aux options qui s'offre à moi. J'aurais bien enchéri une nouvelle fois sur une partie de jambe en l'air, mais j'ai comme l'impression que ça ne servirait pas à grand chose, et qu'il me lâcherait encore un « Tu perds du temps » avec son air de vampire sexy. Est-ce que c'est bien, une vie d'immortelle ? Oui, dans une vie comme la mienne, ou on est obligé de les côtoyer tous les jours, on fini par se poser la question, de temps en temps. Ne croyez pas que je penche vers l'idée d'une transformation, je me pose des questions, c'est tout.. Nous tombons tous les jours sur des cas différents. Certains, qui n'aiment pas cette vie, d'autre, comme toi, qui n'en changerait pour rien au monde. Qu'est-ce qui est à l'origine d'avis si différents ? Bon, d'accord, ce n'est peut-être pas le moment exact, pour penser à ce genre de chose. C'est vrai. Peut-être que j'ai un peu tiré sur la corde, face à mon temps de vie, parce que je commence un peu à voir trouble, lorsqu'il mord dans son poignet, pour faire couler ce sang, dans cette fiole. J'ai même bien du mal, à garder les yeux ouverts, lorsqu'il s'approche de moi, pour me faire boire ces quelques gouttes. Quelques gouttes, qui sont assez pour refermer ma blessure, et me permettre de reprendre un peu d'énergie, mais pas assez, pour revenir dans ma forme précédente.

« Ouh, terrible menace »

Je sais, je sais, ce n'est pas à mon avantage, de me foutre de lui, mais réfléchissez un peu, de toute façon, il ne me tuera pas, si jamais, il se rend compte que je n'ai pas dis toute la vérité, il aura besoin de moi, pour connaître l'autre partie de la formule magique. Ça ne m'arrange pas, que tu ne partes pas de suite, te chercher un moroï, mais peu importe, tu finiras par partir, cela m'étonnerait, que tu restes à me regarder dans les yeux, jusqu'à ce que nous puissions faire l'expérience, et si cela tarde à venir, cela me donnera l'occasion de reprendre des forces. Enfin, il décide de me faire descendre de là. C'est cool, ça commençait à devenir douloureux. Faut dire que ce n'est pas des plus confortable, j'aurais préféré un sommier, et être ligoté à un matelas. Ça aurait été bien mieux, tu peux me croire. Enfin bon, la question ne se pose plus, puisque mes pieds touchent de nouveau le sol, j'ai plus qu'à espéré qu'il n'existera pas de prochaine fois.. Ou alors que je me serais tiré, d'ici là. Serais-tu en train de me proposer de coucher avec toi ? J'avais fini par croire que mon corps ne te plaisait pas, ou alors, que tu avais oublié toutes mes tentatives de début de rencontre. Quoi encore ? Ne me dites pas que parce qu'il m'a un peu secoué, et que j'ai failli crever, je ne peux pas profiter de son corps ? Ce serait stupide. C'est un beau gosse quand même, et comme ces paroles l'insinue si bien, de toute façon, d'en l'autre cas, j'aurais rien d'autre à faire, que m'ennuyer, autant choisir le plus agréable. Je suis une femme qui sait profité des petits plaisirs. Je prends, ou je passe mon tour ? Sérieux ? Tu n'as même pas besoin de poser la question, je suis certaine que tu sais déjà mon avis là dessus. Si c'est juste une provocation pour que je passe la première à l'action, regarde !

« Passer mon tour ? Et puis quoi encore.. »

Tu n'as pas cru, que j'allais sérieusement, choisir cette option. De toute façon, je ne lui laisse pas réfléchir à cette question plus longtemps, je me jette à son cou, ou plutôt, à ces lèvres. Non, je n'échange pas un baiser passionné avec lui, ça n'a rien de sentimental, ou quoi que vous puissiez penser d'autre. C'est juste sauvage, rien d'autre. Je mordille sa lèvre inférieur, glissant un main dans ces cheveux, pour maintenir ma prise contre lui. Dès que je sens ces mains se poser sur ma taille, je n'hésite pas à enrouler mes jambes, autour de sa taille, pour coller un peu plus mon corps au sien. Est-ce que je suis trop entreprenante ? De toute façon, je ne pense pas que ça le gène, et si jamais c'est le cas, il n'avait qu'à pas m'offrir son feu vert. Et soyons honnête, ne pas être sur mes jambes, ça m'évite d'avoir à user de mes propres forces, vu qu'il s'est bien gardé de m'en donner autant qu'il m'en avait pris. Enfin, j'imagine que c'est quelque chose que je peux encore arranger. J'espère que tu n'es pas douiller, et que la façade que tu te donnes, n'est pas fausse, parce qu'une morsure humaine, ce n'est jamais très agréable. Enfin, j'en sais rien, à vrai dire, c'est pas le genre de chose qui m'arrive tous les jours. Je lâche ces lèvres, tirer sur ces cheveux à l'aide de ma main, et mords son cou. Oui, faut dire que la gorge, c'est bien plus sexy que si je l'avais mordu aux bras, puis ça me permet de ne pas avoir à changer de position. Je n'ai pas besoin d'une longue morsure, quelques secondes, c'est assez, pour me permettre de retrouver mes véritables forces. Est-ce que je vais te faire faux bons, et t'attaquer, maintenant que je suis en forme ? Je pourrais, mais ce ne serait sans doute pas à mon intérêt. Je ne crains pas les vampires de ton genre, vieux, ou pas, mais tu m'as l'air d'avoir quand même assez de tactique pour être un grand adversaire, donc disons que je te ferais faux bon quand tu seras parti.. Et quand j'aurais eu ma partie de jambe en l'air.

« J'espère que tu ne t'attends pas à passer des heures de préliminaires ? J'aime bien quand c'est brutal »

Bon, pas toujours, parce que certain confonde brutal, avec bâclé, mais je ne pense pas que ce puisse être ton genre, alors je n'ai pas de soucis à me faire. Et puis, brutal, n'empêche pas le plaisir, pas vrai ? Enfin, je lui prouve avec un mauvais sourire, et en lui retirant son premier vêtement, que je suis tout à fais sérieuse, et que je n'ai pas juste dis ça pour le provoquer, cette fois.

acidbrain

_________________


Sous peu, tes barrières, je briserais, sous peu, tes émotions, je ferais éclater, sous peu, tu cesseras de me résister, sous peu, nous serons heureux, je t’en fais la promesse..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 48
Age : 817
MessageSujet: Re: Captivité plaisante [Lu']   Mar 24 Jan - 13:02

Captivité plaisante
Elisa & Lucian
Tu as de la chance que je sois un homme patient Elisa, sinon il y a bien longtemps que je t’aurais tué. Je n’aurais certes pas eu mes réponses, mais après tout je les aurais trouvé ailleurs alors que toi tu serais morte. Oui, tu es chanceuse d’être tombée sur quelqu’un comme moi, quelqu’un qui veut juste des réponses de toi, mais pas spécialement ta souffrance ni ta mort. Tu devrais en revanche te calmer sur les provocations si tu veux mon avis, car un jour ça pourrait causer ta mort, et même plus tôt que tu ne le penses. Tu serais morte ce soir, si tu n’avais pas fini par me donner les réponses que je réclamais. Un moroï au pouvoir de l’esprit, voilà donc ce qu’il me faut. Maintenant que tu me le dis ça me paraît bien plus évident, néanmoins je n’ai toujours pas confiance en toi, alors avant de te relâcher, j’ai bien l’intention de mettre à l’épreuve tes affirmations.

Sauf que ce ne sera pas pour ce soir, alors puisque je n’ai rien d’autre à faire et que toi non plus, autant passer du bon temps ensemble, non ? Quelque chose me dit qu’elle ne sera pas contre cette proposition. Alors je la fais descendre et la détache puis attends son feu vert. J’aurais pu ne pas lui demander son avis mais il y a tout de même certains domaines dans lesquels je resterais toujours un gentleman. C’est donc à prendre ou à laisser darling, fais vite ton choix, car je ne t’attendrais pas indéfiniment. On dirait que tu as décidé de prendre la bonne décision. Ses lèvres s’écrasent contre les miennes et je ne me fais pas prier pour prolonger ce baiser. Je glisse mes mains sous ses cuisses et la soulève contre moi, ses jambes s’enroulant automatiquement autour de ma taille.

Vous croyez qu’il faut nécessairement de l’amour pour une partie de sexe ? Dans ce cas vous n’avez rien compris à la vie. Je renie les sentiments, mais je ne renierai jamais une bonne partie de jambes en l’air. Nous sommes loin de correspondre aux parfaits amants amoureux, il n’y a rien de romantique entre nous, juste de la sauvagerie, un peu de sensualité à la limite, mais surtout de la brutalité. Sa morsure à mon cou le prouve assez bien d’ailleurs. Est-ce que ça fait mal ? Pour d’autres sûrement, mais je ne ressens qu’un léger picotement. J’en viens même à sourire face à cette morsure et je ne le cache pas lorsqu’elle relève son visage vers moi. Ça y est, tu as suffisamment récupérer tes forces ?

- N’imagines pas qu’avec un peu plus de mon sang dans ton organisme tu ne finiras pas épuisée.

Disons que ça te permettra seulement de tenir plus longtemps la distance, mais le résultat final en sera le même. Ma blessure au cou est déjà refermée. Ma chemise retirée, on dirait qu’elle apprécie plutôt le résultat, tout comme j’apprécie aussi la vue de son corps, on ne va pas se mentir. Est-ce que je compte passer des heures sur les préliminaires ? Pas vraiment, depuis Isallys je vais assez rapidement droit au but alors ne penses pas avoir droit à ces faveurs. Enfin on dirait que tu n’en as pas besoin apparemment.

- Alors tais-toi et profite.

De toute façon tu n’auras bientôt plus assez de souffle pour prononcer la moindre phrase. Je nous dirige vers la table sur laquelle il y avait des tas d’ustensiles de tortures, et oui, je ne crains pas qu’elle essaie de m’attaquer avec l’un d’entre eux, je saurais l’arrêter avant s’il le faut. Je fais quand même un peu de place en balayant une partie de la table d’un mouvement de bras avant de la déposer dessus. Puis j’arrache finalement son jean qui vient rejoindre son haut sur le sol avant de tirer sur ses jambes pour la ramener rapidement contre moi. Rappelle-toi, pas de préliminaires. Ses sous-vêtements tout comme mon jean finissent par disparaître de la trajectoire et il ne nous en faut pas plus pour passer à l’acte. Mes coups de hanches sont nets et précis, à force je connais suffisamment bien le corps humain pour savoir combler ces dames comme il faut. Mes lèvres descendent le long de sa mâchoire jusque son cou puis vers sa poitrine et c’est à mon tour de la mordre. Une morsure qui sera presque aussi plaisante que l’acte en lui-même. Voyons voir combien de temps est-ce que tu tiendras, soldate.

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Captivité plaisante [Lu']   

Revenir en haut Aller en bas
 
Captivité plaisante [Lu']
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [RP GUERNESEY] 1650-03 ~ III = SEG/ soldats / Captivité et pourparlés
» Camembert président, parce que l'on ne rigole pas avec le plaisir...
» Une nouvelle écolière plaisante
» Une déplaisante odeur d'alcool [Normale]
» Captivité

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vamp Academy :: Archive :: Rps Laure & Liora-
Sauter vers: