Forum d'écriture privé
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Time to revenge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Le diable au corps, le coeur en fusion
Messages : 41
Age : 244
MessageSujet: Time to revenge   Sam 3 Déc - 15:26

Time to revenge × Elisa & Bastian
J’ai fait comme si tout allait bien. J’ai fait comme s’il ne s’était rien passé, auprès de Promesse, auprès du monde entier. Je m’y suis moi-même convaincu, pendant un temps. Puis alors je me suis mis à rêver vengeance, gardant bien inscrit en mémoire chaque visage que j’ai aperçu de près ou de loin dans cette unité. Oh mais évidemment il y en a toujours quelques-uns qui se démarquent du lot, comme celui de cet homme qui a été chargé de la torture de Promesse et moi-même, ou bien ces trois autres humains qui se sont occupés de moi après le sauvetage de Promesse. Il y en a un autre que je n’oublie pas bien sûr, celui de cette femme sans qui je n’aurais rien vécu de tout ça. D’un côté je me dis que sans ma propre capture Promesse ne serait peut-être jamais sortie de leur trou, et d’un autre je pense à tout ce que j’ai dû endurer, surtout après son départ.

Alors j’ai commencé à partir à la recherche d’informations, à mettre des noms sur des visages. Il m’aura fallu un certain temps pour les avoir, mais à force de persévérer on finit toujours par avoir ce que l’on veut, et puis il faut dire que les tortures aident beaucoup aussi. Owen et Elisa Parker. Devrais-je être étonné que ces deux enflures portent le même nom ? Pas vraiment. Au départ j’ai pensé à un jeune couple marié, puis j’ai peu à peu réalisé les ressemblances et j’ai fini par comprendre. Même famille. Intéressant. Il n’y a rien de plus sacré que la famille après tout.

Ces humains ont fait remonter des souvenirs que j’aurais aimé garder éteint. Ils voulaient des noms, mais tout ce qu’ils auront obtenu, c’est le prénom d’un mort, celui de mon frère, Elias. Depuis j’ai souvent son image qui me revient en mémoire, ces souvenirs, nos bons et nos pires moments ensemble. Aimerais-tu vivre mon passé Elisa ? Je pourrais te transformer de force et obliger ton frère à te tuer, ou peut-être que ce serait l’inverse, lui le monstre et toi la meurtrière. Au final tu serais obligée de te transformer à ton tour et de te faire oublier tous ces sombres souvenirs pour tenir le coup, tu devrais te forcer à éteindre toute ta peine et alors tu deviendrais comme moi.

- Pile à l’heure pour le rendez-vous, miss Parker.

Elle se tourne vers moi et je lui montre d’un air satisfait le portable de son frère que je tiens dans ma main avant de le balancer au sol. Je suppose qu’il faudra lui en acheter un autre. Rassure-toi, ce cher Owen va bien, enfin ne compte pas sur moi pour te le dire, c’est bien mieux si tu t’inquiètes à son sujet. Je suis ravi de voir que tu es venue seule Elisa, les autres n’auraient pas survécu de toute façon, ce soir il n’y a que toi qui m’intéresse. J’espère que tu n’avais rien de prévu ma douce, car nous allons passer une longue soirée tous les deux, une très longue nuit. As-tu des armes sur toi ? Je suppose qu’un soldat ne sort jamais sans avoir de quoi se protéger. En revanche je doute que tu aies ramené ces petites seringues, n’est-ce pas ? A moins que tu n’avais l’intention de l’utiliser contre ton frère, et dans ce cas je serais curieux d’écouter une telle histoire.

- N’essaies pas d’appeler du renfort Elisa, tes humains n’y survivraient pas, ton cher frère non plus d’ailleurs.

Je suppose que tu ne dois pas apprécier te retrouver dans une telle situation, une position dans laquelle tu n’as aucune information alors que je suis maître du jeu. D’ailleurs je suppose que ça ne doit pas te ravir, que j’ai découvert vos petits noms et fait le rapprochement avec ton frère. On ne peut pas toujours tout contrôler Elisa, parfois la situation nous échappe complètement et on se retrouve obligé de subir. Ce soir on dirait que c’est ton tour.

- Je crois que tu me dois quelques heures de ton temps, en fait si je me souviens bien tu me dois aussi ton corps.

code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La plume plus forte que les baisers... La seringue... L'argent !
Messages : 67
Age : 33
MessageSujet: Re: Time to revenge   Jeu 8 Déc - 18:57


Time to revenge

Lorsque j'ai aperçu, ce message, sur mon portable, ce numéro, s'afficher, j'ai su que quelque chose clochait.. Owen n'envoie jamais de message, à moins d'être dans une merde noire, d'après ces propres paroles, un appel, c'est bien plus efficace, et rapide, alors pourquoi s'encombrer à écrire un message. Ce message, n'est que le début d'énorme ennui, que j'aurais préférée éviter, je dois l'admettre, parce que je me retrouvais en tête à tête, avec Bastian, ce n'est pas que cela me terrifie, je suis bien loin de trembler, face à lui, j'ai réussi à l'avoir une fois, cela prouve bien qu'il n'a pas grand chose dans la tête, alors pourquoi pas une seconde fois ? Je sais que je ne suis pas à mon avantage, que je ne suis pas sur mon terrain, qu'il a les cartes en main, mais ce n'est pas une première pour moi, et je suis toujours parvenu à m'en sortir. Pourquoi cette fois ci, serait différente ? Bastian n'a rien d'un grand combattant, si cela était le cas, ça se saurait, et je ne serais pas parvenu à l'avoir, en moins de vingt minute. Tu es un adversaire pitoyable, Bastian, et je ne ferais qu'une bouchée de toi. Tu veux que je vienne seule ? De toute façon, qui pourrais-je amener ? L'unité ? Si par miracle, tu parviens à me battre au corps à corps, ces derniers, n'ont aucune chance de faire mieux. Et de toute façon, Owen n'accepterait jamais que quelqu'un d'autre que moi, lui vienne en aide, alors qu'il est en position de faiblesse. Après notre histoire, je sais, qu'il trouverait cela bien trop humiliant, alors même si je dois prendre d'avantage de risque, en venant seule, je n'hésiterais pas à le faire. Mais encore une fois, je ne vois pas quelle risque, je prendrais, avec lui.

« Faire le malin, ne t'as pas réussi, la dernière fois »

T'en souviens-tu, de notre rencontre ? J'imagine que oui, sans doute est-ce même la raison de ma présence, mais si tu t'en souviens aussi bien, tu n'as pas dû oublier que j'étais loin d'être stupide, que je ne me laisserais pas avoir, à la première occasion, que je suis sur mes gardes, et que je n'hésite pas à faire jouer mes atouts, pour avoir l'avantage, dans un combat. Tu ne céderas pas une seconde fois, j'imagine, mais tu es un homme comme les autres, et si je t'aguiche ouvertement, une certaine partie de ton corps ne restera pas insensible, et c'est assez pour déconcentrer un homme. D'ailleurs, j'ai eu l'occasion de visionné les tortures, que mon frère à exécuté sur toi, je trouve bien dommage qu'il n'est pas mis toutes ces menaces à exécution.. Un homme comme toi, sans sa virilité, quelle catastrophe, une bonne raison de se foutre en l'air, j'imagine. Ce n'est pas le sujet du jour, de toute façon, tu ne m'as pas faire venir ici, pour faire le malin, et repartir, donc calme-toi, et sois un peu plus claire sur tes intentions, tes petites menaces ne me font pas peur, je t'assure.

« Pourquoi est-ce que je suis là ? Dois-je en conclure que l'unité te manque ? Es-tu si pressé d'y revenir, de mourir »

Parce que soyons claire, si tu ne parviens pas à prendre l'avantage, dans un combat contre moi, tu retourneras à l'unité, mais cette fois-ci, tu ne survivras pas au voyage. Tu as fuis une fois, pas deux, d'ailleurs, je crois que j'ai même l'autorisation de t'exterminer aujourd'hui, et je ne vais pas m'en priver, si j'en ai l'occasion. Ou alors, je te laisserais au main d'Owen, je suis sur qu'il se fera un plaisir. Est-ce que tu t'attends à ce que je demande des nouvelles de lui ? Oui ? Non, je suis venu, mais je ne te laisserais pas d'avantage m'atteindre, au sujet de mon frère, en jouant sur la corde sensible. Je ne te laisserais pas le tuer, mais je ne te montrerais pas plus que cela, mon attachement à lui. Et si tu penses pouvoir tuer mon frère.. Le reste de mon équipe, je ne dis rien, mais mon frère ? Ce gars a bien plus de tour dans son sac, que tu ne l'imagines, même en mauvaise position, il trouvera un moyen de s'en sortir, je suis là que pour assurer ces arrières, parce que je suis sur qu'il a déjà un plan. Tu veux mon corps ? C'est vrai que tu aurais du l'avoir le premier soir, peut-être que tu l'aurais eu, si tu t'étais comporté d'une autre manière, si tu t'étais montré un peu plus galants, au lieu de ne penser qu'au sexe.

« Mon corps ? Qu'attends-tu, viens donc le chercher ? »

N'espère pas trop, je n'ai pas l'intention de te l'offrir, même pas en rêve, je te laisserais toucher à mon corps. Tu auras pu l'avoir le premier soir, jamais tu ne l'obtiendras ce soir, et tes menaces ne me font pas peur. Approche donc, essaie de venir prendre mon corps, et je t'expliquerais la vie. Tu es doué, nous avons tous pu le voir, puisque tu es parvenu à t'échapper, mais je suis presque certaine qu'avec la bonne technique, je parviendrais à te vaincre. Ton évasion est encore récente, ce n'est pas comme si tu t'étais échappé de l'unité il y a plus de six mois, et je sais, de quelle manière fonctionne un strigoï. Tu dois encore être sensible, sur un certain nombre de sujet, le sang, mais aussi cette salope de strigoï, qui s'est échappé avec toi. Elle aussi, je compte bien lui mettre la main dessus, mais une chose à la fois. Quoi que, cela pourrait être drôle, de la torturer, une nouvelle fois devant toi, jusqu'à la tuer. Je suis sur que cela aurait de quoi te faire sortir de tes gongs. Oui, peut-être qu'au fond, je ne te tuerais pas de suite, j'attendrais de pouvoir te faire souffrir, émotionnellement et physiquement.

« Est-ce ta petite protégée c'est que tu es là ? Je doute qu'elle apprécierait ! Peut-être que je lui offrirais ta tête, en colissimo »

Dans ce sens aussi, cela pourrait être intéressant. Je verrais bien, ce que je fais, une fois que j'aurais réglé mon problème avec toi. En attendant, j'espère bien que tu céderas à mes provocations, parce que tu m'attaqueras de façon désordonnée, et ce sera à mon avantage.

acidbrain

_________________


Sous peu, tes barrières, je briserais, sous peu, tes émotions, je ferais éclater, sous peu, tu cesseras de me résister, sous peu, nous serons heureux, je t’en fais la promesse..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le diable au corps, le coeur en fusion
Messages : 41
Age : 244
MessageSujet: Re: Time to revenge   Ven 9 Déc - 17:43

Time to revenge × Elisa & Bastian
Viens donc jusqu’à moi jolie proie et tombe dans mes filets. As-tu eu peur, lorsque tu as appris la bonne nouvelle ? Lorsque l’unité est venue te dire que je m’étais échappé ? As-tu redouté le jour où je viendrais te voir pour réclamer vengeance ? Parce que tu devais bien te douter que ce jour arriverait, et le voilà. As-tu peur maintenant ? Il semblerait que non, tu devrais pourtant. Oh oui, tu devrais trembler, car tu n’imagines pas à quel point je pourrais te faire du mal ce soir. J’aime lorsque mes adversaires sont si sûrs d’eux, ça ne rend leur défaite que plus jouissive. Tu tomberas de très haut ma jolie et personne ne sera là pour te rattraper au bout de ta chute.

Tu me provoques Elisa, me remémore notre première rencontre. C’est vrai, cette nuit-là faire le malin m’a fait énormément défaut, mais il faut bien commettre quelques erreurs pour apprendre et crois-moi j’ai retenu la leçon. Je ne ferais plus l’erreur de considérer tous les humains comme des innocents, encore moins si leur nom s’avère être Parker. Je t’ai désiré cette nuit-là Elisa, puissamment, sauvagement. Tu aurais pu passer la meilleure nuit de toute ton existence, si seulement tu n’avais pas voulu faire la maligne. Pas de deuxième chance possible pour toi darling, ce soir tu pousseras des cris, mais ce ne sera pas de plaisir. Voilà pourquoi tu es ici Elisa, pour que je puisse te faire souffrir.

- Mourir ne fais pas partie de mes plans darling, te tuer en revanche, peut-être bien.

Quoi que, je ne suis pas encore sûr de te faire un tel cadeau. Peut-être que je te laisserais vivre à la fin, que je te laisserais dépérir seule dans ton coin. Oui, j’ai envie de te voir me détester, j’ai envie de lire la haine dans ton regard. Je veux être ton pire ennemi et je serais ton plus terrible bourreau. Tu fais sortir la plus mauvaise part de moi darling, en général je ne suis pas le genre d’homme qui s’en prend aux femmes. Mais toi tu n’es pas n’importe quelle femme, n’est-ce pas ? Tes provocations le confirment.

- Ton corps n’est plus ce qui m’intéresse Elisa, du moins pas de cette façon.

J’y toucherais, mais pas pour le caresser, encore moins l’embrasser. J’y toucherais avec mes lames pour le découper. J’y toucherais avec mes canines pour le déchirer. Ton corps sera ma muse, et j’ai bien l’impression d’y exprimer toute ma vengeance dessus. As-tu déjà été torturé Elisa ? On m’a toujours dit extrêmement doué là-dessus, toujours la bonne idée. Tu m’en diras des nouvelles, du moins tes cris le feront pour moi, car crois-moi tu ne les retiendras pas, je t’en fais la promesse. Es-tu si désespérée que tu tentes de me provoquer au sujet de Promesse ? Tentative échouée Elisa. L’aurais-tu oublié ? C’est mon plan, et même si tu crois pouvoir reprendre le dessus, tu es déjà tombée dans mon piège. Un sourire est toujours dessiné sur mon visage, alors que je marche de quelques pas sur la droite, détournant mon regard d’elle.

- A vrai dire je suis sûr que Promesse sera ravie de me savoir en ta compagnie, lorsqu’elle verra ce que j’ai pu faire de toi.

N’as-tu pas remarqué cette flaque d’eau que ton pied droit touche Elisa ? Bizarre, de l’eau au beau milieu d’une usine couverte et abandonnée, n’est-ce pas ? J’appuie sur un interrupteur, juste à côté de moi et Elisa n’a pas le temps de réaliser ce qui lui arrive qu’elle se retrouve électrocutée jusqu’à perdre connaissance et s’écrouler au sol. J’éteins le bouton et me rapproche d’elle, m’accroupissant près de son corps où je repousse une mèche de ses cheveux venue devant son visage.

- Ton frère était doué en torture. Laisse-moi te prouver à quel point je peux l’être aussi.

Je ne sais pas si tu m’entends Elisa, mais si c’est le cas, alors j’imagine que tu dois te maudire d’être venue ici. Je balance son corps par-dessus mon épaule et l’emmène dans une autre partie de l’usine, celle que j’ai nommé la salle de tortures. J’attache ses deux poignets à des chaines et la suspend en l’air par les bras. Ce ne sera pas très agréable pour toi mais c’est justement le but Elisa. J’attache ensuite ses jambes et une fois que je suis assuré qu’elle ne pourra pas s’échapper ou attaquer, je lui balance un saut d’eau au visage pour la réveiller.

- C'est l'heure d'ouvrir les yeux darling, ce serait dommage que tu manques ta propre session de tortures.

N’as-tu pas une sensation de déjà-vu beauté ? Habituellement c’est toi qui te trouve avec les instruments en main pendant que ta cible est emprisonnée, attachée, tout comme tu l’es aujourd’hui. Il est temps pour toi de subir tout ce que tes propres cibles ont pu subir. Sauf que j’ai un scoop pour toi, les strigoïs supportent bien mieux la douleur que les humains.

code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La plume plus forte que les baisers... La seringue... L'argent !
Messages : 67
Age : 33
MessageSujet: Re: Time to revenge   Sam 10 Déc - 21:20


Time to revenge

Es-tu stupide, ou penses-tu être meilleur que la première fois, plus malin ? Tu aurais mieux fais de rester chez toi, parce que, je suis parvenu à venir à bout de toi la première fois, je n'hésiterais pas à t'anéantir aujourd'hui. Je n'ai même pas l'ordre de te ramener à l'unité, ce qui signifie que je peux faire n'importe quoi de toi. Te rends-tu compte que tu es dans de sales draps ? Je ne peux pas m'empêcher de lui faire remarquer qu'il ne devrait pas faire le malin, pour enchaîner sur la raison de ma présence ici. Mourir, oui, mais ce ne sera sans doute pas moi. Tu te crois de taille, mais j'ai déjà survécu à bien plus entraîner, et bien plus vieux que toi, alors qu'espères-tu me faire, au juste ? Rien de bien douloureux, alors, si ton but est d'entendre mes cris, j'espère que tu n'as pas nourri trop d'espoir à ce sujet, je ne voudrais pas anéantir toutes tes chances de suite. Mon corps ne t'intéresse plus, j'en serais presque déçu. Il faudra que je fasse remonter le message à Owen, lorsque tu ne seras plus de ce monde. Tu imagines la gueule qu'il va tirer, en découvrant que toi, Bastian Keller, tu refuses le corps d'une femme. C'est risible, mais je ne peux m'empêcher de me foutre de toi, face à une telle déclaration.

« Es-tu en train de me dire que tu arrives à penser, et réfléchir à autre chose qu'une bonne partie de jambe en l'air avec une femme ? Owen n'arrivera jamais à croire à une chose pareille »

Tu m'en veux de me foutre de toi ? Excuse-moi, mais je ne laisserais passer aucune occasion, de te dénigrer, et il faut bien admettre qu'à ce niveau là, ton sexe parle bien plus que ton cerveau. N'est-ce pas vrai ? J'imagine que ta très cher Promesse pourrait en attester, aujourd'hui. En parlant d'elle, je ne peux pas m'empêcher de le provoquer, à ce sujet aussi. Sais-tu qu'une fois que tu seras mort, ce sera à son tour. Penses-tu qu'elle parviendra à se cacher longtemps, sans toi ? Qu'elle ne finira pas par se trahir ? Je suis sur qu'avec toi, je pourrais la manipuler comme je le souhaite, pour l'amener à se rendre où j'en ai envie. Mon chéri, tu nourris décidément bien trop d'espoir, de m'anéantir. Ou pas, peut-être que je t'ai ouverts la voix, en en faisant pas plus attention que cela au détail, j'imagine que cela m'apprendra à être trop sur de moi, mais cela ne me poussera pas à me démonter pour autant, rien à craindre. Je sens cette secousse, mon corps s'agiter, sous la décharge que je viens de recevoir, mais c'est plus la force en elle même, que la douleur, qui me fait perdre connaissance. Croyez-moi, ces genres de chose, on en subit toutes les semaines, à l'unité, alors à force, la douleur fini par disparaître.

Une eau glaciale m'arrive à la figure, qui a au moins le mérite de me réveiller, pour que je fasse le point sur ce qui m'entoure, pour découvrir Bastian, en train de m'observer. J'essaie de bouger, avant de prendre conscience des chaînes qui m'attache. Bien jouer, tu es parvenu à m'avoir. Est-ce que tu penses que cela sera suffisant ? Encore une fois, Bastian, tu fais l'erreur d'oublier d'où je viens, et l'entraînement que j'ai eu. Ce que tu me feras subir, ici, ne sera jamais pire que ce que j'ai pu vivre, par le passé, qu'il s'agisse de ma vie, avec mes parents, ou celle à l'unité. J'imagine que pour m'avoir attacher de la sorte, tu as de la suite dans les idées, mais n'espères pas m'atteindre avec quelques coups de couteaux, cela ne fonctionnera pas, je peux te l'assurer.

« Tu veux me torturer ? Vas-y, qu'est-ce que tu attends ? Plus vite tu en auras fini, plus vite je serais rentrer chez moi »

Tu n'as quand même pas cru que j'allais te supplier pour que tu me relâches ? Ce sera lâcher toutes mes valeurs, et c'est bien hors de question, surtout que je suis presque sur, que tu n'as rien dans le bide. Alors oui, je n'ai toujours pas peur de toi, je ne crains pas cette situation, et je parle de ma torture avec un certain détachement parce que je me fiche de ce qui peut m'arriver ce soir. Tu connais la différence entre nous, Bastian ? Je n'ai pas peur, de la douleur, je n'ai pas peur de la mort.. Alors venges-toi, tu ne me détruiras pas. Je lâche un bâillement exagéré.

« Je sens que cette soirée va être longue.. Un ennui mortel »

Est-ce que j'exagère ? Peut-être, parce que lorsqu'il passera à l'action, il faudra que je me tiennes prête à supporter n'importe quelle douleur, parce qu'il me semble évident, que je ne lâcherais pas un seul cri devant lui.. Mais je ne vais pas me démonter devant lui, prendre peur, ou effacer la femme que je suis, celle qui provoque. Tu penses être capable de me détruire, avec quelques coups ? Montre-moi que j'ai tords de te sous estimer, mais j'ai bien peur que tu n'arrives jamais au niveau de notre père.
acidbrain

_________________


Sous peu, tes barrières, je briserais, sous peu, tes émotions, je ferais éclater, sous peu, tu cesseras de me résister, sous peu, nous serons heureux, je t’en fais la promesse..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le diable au corps, le coeur en fusion
Messages : 41
Age : 244
MessageSujet: Re: Time to revenge   Sam 14 Jan - 21:59

Time to revenge × Elisa & Bastian
Sais-tu à quel point tu es dans une mauvaise position Elisa ? Non tu ne le sais pas encore, tu ne le remarques pas, mais bientôt tu comprendras et alors tu regretteras. Profite du peu de temps qu’il te reste pour me provoquer, car ensuite à chaque remarque déplaisante je n’hésiterais pas à te faire plus mal encore. Si ton but est de me faire perdre le contrôle pour que je m’élance tête baissée contre toi alors tu risques d’être déçue. Je l’aurais probablement fait, si je n’avais pas de plan en tête, hors là ce n’est pas le cas. Toi qui te dis intelligente, tu aurais dû y penser, plutôt que de me narguer sur mon comportement. C’est vrai, je suis un homme qui aime le sexe, et alors ? J’ai entendu dire que tu n’étais pas forcément mieux. Dommage, au final on aurait pu bien s’entendre tous les deux si tu ne t’étais pas jouée de moi.

- Oh mais je ne te laisserais pas l’opportunité de le dire à ton frère, en fait je compte même l’attirer ici en lui faisant croire qu’après le viol et les tortures, tu as besoin de quelqu’un pour venir te ramasser.

Tu n’es pas la seule sur la liste Elisa, ton frère y est aussi, il est même placé au-dessus de ton nom. Forcément puisque c’est lui qui nous a torturé Promesse et moi. Alors oui, tu es l’appât, mais avant de l’attirer jusqu’ici, j’ai bien l’intention de m’amuser avec toi. En ce qui te concerne en revanche je ne pense pas que tu apprécieras la suite. Ton corps en tous cas ne résiste pas aux décharges électriques qui le traversent. Je la regarde s'éveiller quelques instants plus tard et constater dans quelle mauvaise posture elle se retrouve. J’espère que tu es bien installée darling, car la soirée ne fait que commencer. Tu continues de me provoquer, ce qui finalement ne déclenche qu’un mauvais sourire sur mon visage. Voyons voir combien de temps tu continueras sur cette voie, avant de ne plus en pouvoir, avant d’être morte de fatigue, ou peut-être même morte de douleur.

- Rentrer chez toi n’est pas prévu au programme, l’ennui non plus. En revanche pour la partie mortel peut-être bien, après tout pourquoi te laisser repartir d’ici vivante ?

J’espère que ça te fait davantage réfléchir à ta situation Elisa. Je t’ai eu lorsque tu étais au summum de ta forme, ce ne sera pas bien compliqué de t’achever une fois que tu seras devenue un déchet. La seule personne qui pourra te sortir d’ici s’avère être ton frère, à condition qu’il débarque et soit à la hauteur contre moi, ce qui est tout de même moins sûr, car pour lui aussi j’ai prévu une petite surprise. Enfin ne perdons pas plus de temps tu veux ? Une longue nuit nous attend, pour moi, mais surtout pour toi. Je m’approche d’elle, un scalpel en main alors que je viens arracher son haut. Et dire que ce joli corps aurait pu être comblé par mes soins, tu ne sais pas à côté de quoi tu es passée, tu ne sais pas encore ce qui t’attend à la place.

- J’aurais presque de la peine de devoir arracher la peau d’un si beau corps.

J’ai bien dit presque. Je commence à faire une légère entaille sur sa peau, il en faut bien une pour débuter. Ensuite je m’applique pour commencer à retirer doucement cette première couche de peau sans faire couler son sang, mettant juste son corps à vif. C’est douloureux n’est-ce pas ? Je ne suis pas sûr que tu survivras très longtemps une fois que j’aurais tout retiré, alors je vais peut-être me contenter d’une partie, le ventre me paraît bien, plus simple d’accès en plus.

- Allons, ne gigote pas trop, tu risques de gâcher mon travail. Tu n’as qu’à te focaliser sur quelque chose, comme sur ce que tu diras à Owen lorsqu’il te verra mourir, ou peut-être que ce sera toi qui observeras sa mort, je ne me suis pas encore décidé.

Et sur ces mots je continue de dépecer son corps, remontant doucement du bas du ventre jusqu’au soutien-gorge. Je t’avais bien dit Elisa, que la nuit risquait d’être longue et encore tu ignores tout ce qui t’attend pour la suite.
code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La plume plus forte que les baisers... La seringue... L'argent !
Messages : 67
Age : 33
MessageSujet: Re: Time to revenge   Dim 15 Jan - 18:53


Time to revenge

Alors, Bastian, est-ce que tu crois que tu as la force nécessaire pour me battre ? Tu m'as attiré dans un piège, sans doute pour une bonne raison, mais est-ce que tu crois pouvoir remporter un combat, au corps à cors, contre moi ? C'est vrai, notre atout, c'est d'avantage les armes, ou les pièges, à toi de voir, mais ne crois pas, que je ne serais pas me défendre, et donner des coups, aussi, bien au contraire, grâce à mon père, c'est d'ailleurs sans doute la seule chose que je peux lui remercier, je sais me battre, bien mieux que beaucoup des soldats de l'unité. A quoi t'attendais-tu, au juste ? Que tu puisses m'attirer dans un piège, vanter tes mérites, m'assommer, me tuer, et en finir ? Je suis au regret de te l'apprendre, mais ce ne sera pas aussi simple. Ou.. Peut-être que si.. Je n'en reviens pas, de m'être fais avoir, d'une manière aussi stupide. J'aurais dû prendre conscience de mon erreur, tu étais sur de toi, ça sentait le piège à plein nez, et je ne l'ai pas vu venir. Je suis stupide, de ne pas m'être méfié, maintenant, je me retrouve dans une situation des plus délicates. Et je ne sais foutrement pas, de quelle manière je vais pouvoir m'en sortir. Tu n'es pas très délicat, Bastian. Moi, quand je t'ai pris dans mon piège, j'ai fais en sorte que tu prennes du plaisir, je t'ai dragué, j'ai mis mon corps en valeur, pour le plaisir de tes yeux, c'était quand même moins brutale, que cette décharge, non ? Et puis, franchement, c'est pas agréable, de se réveiller suspendu, de cette manière, je t'assure. Tu aurais pu faire un effort. La galantise, envers les femmes, ça te dit rien ? Par ta faute, je vais passer une semaine, avec une putain de douleur au bras, c'est pas cool.

Je reprends conscience, peu à peu, pour me rendre compte que je suis dans une belle merde. Est-ce que je vais au moins pouvoir trouver une solution, pour me tirer de là. Vu comme je suis maintenu, cela m'étonnerait, et je préférerais éviter que tu attires Owen dans ce merdier. Je sais pas ce que donnera sa vie sans moi, mais je préfère qu'il vive ainsi, plutôt qu'il tente de venir me sauver, et qu'il périsse avec moi. Oui, pour les bonnes personnes, je sais aussi me rendre raisonnable. Et croyez-moi, je ne compte que très peu de personne, comme Owen, pour qui je serais prête à me sacrifier.. A vrai dire, je crois que c'est sans doute le seul. Je ne te réponds pas, à quoi bon ? Ce ne serait rien d'intelligent, mais si je peux t'assurer d'une chose, à agir de cette manière, tu ne feras que t'attirer mes foudres. C'est dommage, Bastian, au fond, je t'aimais bien. J'aurais même pu te laisser libre, si l'unité n'en avait pas après toi, mais tu viens de changer cela, en quelques mots. Je ne peux pas tout accepter, encore moins, si tu mêles mon frère à cette histoire. C'est la personne la plus précieuse qu'il me reste encore, alors je ne peux pas supporter que l'on s'en prenne à lui. Je sais que c'est assez stupide, étant donné que je suis la plus jeune, la femme, et qu'il est sans doute meilleur que moi, dans bien des domaines, mais les liens fraternels, n'est-ce pas ce qui existe de plus précieux ? Quoi que, toi, je ne suis même pas sur, que tu pourrais comprendre cela. Est-ce que tu sais ce que s'est, d'aimer quelqu'un, au moins ? Je ne crois pas. Tu ne jouerais pas sur cette faiblesse, autrement.

« Pourquoi ? Parce que cette vengeance, ne sera jamais suffisante, pour toi, tu en voudras toujours plus, et tu as besoin de me garder vivante, pour ça »

Ose dire que je n'ai pas raison ? Je sais que je vise juste, tu es loin d'être surprenant, Bastian, la vengeance, je sais aussi ce que c'est. Tu montes un plan, tu frappes, tu fais souffrir, avec l'espoir que cela diminuera ta rage, mais au fond, ça ne change jamais rien, parce que tu n'oublies pas, ou parce que tu te bats pour les mauvaises raisons, je ne sais. J'ignore dans quelle catégorie tu te places, mais je sais que lorsque tu en auras fini avec moi, aujourd'hui, ta soif de vengeance sera toujours là, à te bouffer, alors tu me laisseras repartir, pour avoir le plaisir, de me mettre une nouvelle fois la main dessus, et de me détruire, une nouvelle fois. Est-ce que tu t'attends à ce que je tremble, face à ton approche ? Même pas en rêve. Jamais je ne flancherais devant toi, jamais je ne montrerais le moindre signe de faiblesse, jamais je ne montrerais que j'ai peur de toi. Détruis-moi, si ça te chante, je serais m'en relever. Tu ne pourras peut-être pas en dire autant, la prochaine fois que je te tomberais dessus. L'unité veut que je te ramène vivant. Tu sais quoi ? A partir d'aujourd'hui, je me fiche de ce que veut l'unité. Qu'est-ce que tu comptes faire, avec ta petite arme, au juste ? C'est avec ça, que tu comptes m'effrayer ? Je serais presque plus effrayer par le prix que tu viens de foutre en l'air, en déchirant mon haut.

« Ce top coûtait une fortune, j'espère que tu comptes me rembourser ! »

Oui, je sais, je suis dans la merde, et je ne pense qu'à l'argent. Et alors ? Cela m'évite de me concentrer sur ces gestes. Personne ne vous a jamais appris ça ? Parler de chose futile, rêver, imaginer une chose que l'on désire, évite la douleur de nous atteindre, lorsque quelqu'un cherche à nous faire du mal, comme c'est le cas ce soir. Sauf que ça marche quelque temps, s'il s'était juste agis d'un coup, mais là, il continue. Est-ce que ça te plairait d'entendre mes cris ? Je suis certaine que oui ? Mais tu sais quoi, j'ai appris à souffrir. Oui, c'est douloureux, de manière général, je ne crains pas la douleur, mais en mettant mon corps à vif, comme t'es en train de le faire, tu étais sur de parvenir à tes fins, mais ce n'est pas encore, que tu obtiendras mes cris. Je ferais mon maximum pour ne pas t'accorder ce plaisir. Je grimace, mais je ne cris pas. Je lâche des obscénités, mais je ne cris pas.

« Ferme-la ! Ne mêles pas Owen à cette histoire ! Ferme-la ! »

Je ne suis peut-être pas en mesure d'exiger quoi que ce soit, mais je le fais quand même. Peu importe ce qu'il faudra, je ferais toujours tout ce qu'il faut, pour protéger mon frère. J'essaie de réfléchir, malgré la douleur, à un moyen, de me sortir de là, de l'empêcher de nuire. Sur le coup, je pense même à une manière, de foutre en l'air ce qu'il est en train de faire, mais même si c'est terriblement douloureux, lui faire louper sa cible, et me planter son scalpel dans le ventre, ne sera sans doute pas ce qui m'aidera à sortir d'ici vivante.

« J'espère que ta petite copine, est en sécurité, Bastian, ton plan de génie pourrait se retourner contre elle. Crois-tu que mon frère se précipitera dans un piège, tête baisser, sans s'assurer d'avoir les cartes en main ? »

A défaut de pouvoir m'en sortir moi, je peux peut-être faire en sorte qu'Owen s'en sorte, ou d'attirer l'attention sur un détail que Bastian, n'a peut-être pas pris en compte.
acidbrain

_________________


Sous peu, tes barrières, je briserais, sous peu, tes émotions, je ferais éclater, sous peu, tu cesseras de me résister, sous peu, nous serons heureux, je t’en fais la promesse..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le diable au corps, le coeur en fusion
Messages : 41
Age : 244
MessageSujet: Re: Time to revenge   Lun 23 Jan - 17:06

Time to revenge × Elisa & Bastian
Penses-tu que tu vas ressortir vivante de cette soirée Elisa ? Qu’est-ce que je gagnerais à te laisser repartir d’ici ? Certes je pourrais m’amuser à te détruire encore et encore, mais contrairement à ce que tu peux bien penser je suis loin d’être stupide. Tu es un danger Elisa et je ne te sous-estime pas. Après ce que je te réserve pour ce soir, tu mettras tout en œuvre pour te venger, pour venger la mort de ton frère, et avec toutes ces technologies de ton côté, tu deviendras un véritable danger pour moi. Alors non, je n’ai pas l’intention de te laisser repartir d’ici, peu importe que cette vengeance ne soit pas suffisante, peu importe que j’en veuille toujours plus. Enfin au moins je ne peux pas dire que tu n’as pas de bons arguments, mais ils ne seront pas suffisants pour me convaincre de te laisser vivante.

- Darling je suis le genre d’homme qui sait s’arrêter au bon moment, et je prendrais bien plus mon pied à vous voir mourir ton frère et toi plutôt qu’à vous détruire encore et encore.

Alors oui, si tu crois pouvoir me convaincre de te laisser sortir d’ici vivante et bien tu n’es pas tombée sur le bon pion. Tu aurais probablement convaincu tous les autres que te détruire à petit feu et bien mieux que de détruire d’un coup, mais pas moi. On s’est mis d’accord Promesse et moi pour tout faire en un soir, on vous capture tous les deux, on vous torture tous les deux et on vous tue tous les deux. Ensuite ? On ira se trouver de nouvelles âmes à tourmenter. Pour l’heure commençons la séance. Je lui arrache son haut et je ne tarde pas à mettre à bien mes menaces. Voyons voir combien de temps tu survivras à mes tortures, combien de temps tu tiendras avant de ne plus en pouvoir.

C’est tellement amusant de jouer ainsi avec toi ! Te torturer physiquement, te torturer psychologiquement. Qu’est-ce qui est pire Elisa ? Que je t’arrache la peau ou que j’évoque la mort de ton frère ? Tu ne cries pas, mais tes grimaces et insultent te trahissent. Je ne peux m’empêcher d’esquisser un mauvais sourire face à ses réactions. Allons ne bouge pas, je n’aurais pas envie de tout gâcher. Tu ne veux pas que je mêle Owen à cette histoire ? Vous l’avez mêlé vous-même en lui ordonnant d’être notre bourreau, maintenant c’est à lui d’en payer le prix.

- Owen est bien plus mêlé que toi à cette histoire, tu m’as capturé, il nous a torturé. Je te laisse peser le poids sur la balance.

Tu pensais vraiment qu’on allait l’épargner ? Allons, Owen est celui qu’on compte le plus détruire, mais je le laisse aux soins de Promesse, je la sais suffisamment rancunière pour nous venger correctement tous les deux. Je termine de dépecer son ventre avant d’enfin poser le scalpel, me reculant d’un pas pour observer ce premier résultat. Plutôt sympa, mais ça manque encore de sang et de tripes ! Sauf qu’Elisa a l’air bien plus préoccupée par ce qui pourrait arriver à son frère plutôt qu’à elle. Tient, en parlant de lui, je viens de recevoir un message de Promesse.

- En fait attirer Owen ici était le second plan, mais finalement Promesse est parvenue à exécuter le premier. Tu auras droit un peu plus tard à une vidéo conférence pour lui passer le bonjour, mais en attendant tu devrais davantage t’inquiéter pour toi.

Et oui, Owen aussi va être dans un état critique ce soir, tout comme toi. Tu vois, ma petite copine est belle et bien en sécurité et ton frère n’a aucune carte en main, tout comme toi. Que vais-je bien pouvoir te faire maintenant ? Je sais. Je m’écarte d’elle et attrape du ferraille un peu plus loin que je tords de plusieurs façons jusqu’à obtenir l’effet obtenu. Voilà, un magnifique B.K. J’accroche le tout à une longue tige en métal avant de commencer à brûler le bout tout en me rapprochant de nouveau d’Elisa. Oui darling, tu as parfaitement compris ce qui t’attend.

- J’ai toujours voulu marquer l’une de mes cibles au fer rouge, c’est l’occasion d’essayer. Comme ça même ton cadavre aura une belle trace de mon passage.

Et sur ces mots je me glisse dans son dos, attends que le ferraille devienne bien rouge sous le feu avant de plaquer les deux lettres contre sa peau, en plein milieu dans le bas de son dos. Est-ce que ça fait mal Elisa ? Je n’en doute pas, mais je suis surtout ravie que tu puisses avoir ma marque gravé sur toi à tout jamais. Après tout vous nous avez traité comme des animaux dans votre unité, alors à ton tour de prendre la place du bétail.

- Je trouve que cette signature te rend encore plus sexy. Dommage qu’il n’y ait pas de miroirs pour que je puisse te montrer.

code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La plume plus forte que les baisers... La seringue... L'argent !
Messages : 67
Age : 33
MessageSujet: Re: Time to revenge   Mer 25 Jan - 21:12


Time to revenge

Est-ce que c'est ce que tu veux, me tuer ? Au fond, je ne crois pas, je t'ai vu à l’œuvre, Bastian, je t'ai entendu menacer, et je sais qu'une unique séance de torture ne sera jamais assez pour toi. Tu peux me torturer toute la soirée, toute la journée, cela ne changera rien, si tu me tues, tu ne pourras plus jamais t'en prendre à moi, si tu me tues, tu t'en voudras, d'avoir commis une telle erreur. Sais-tu que je fais une excellente prisonnière ? D'accord, ce n'est pas ce que je veux, mais c'est toujours mieux que mourir ce soir, non ? Parce que dans la position où je suis, s'il décide de passer à l'action, je ne pourrais pas faire grand chose contre cela. Alors peut-être que je réussirais à le convaincre d'agir d'une autre manière ? Et à vrai dire, même si je ne parviens pas à m'en sortir, si cela peut aider Owen. Parce que je ne pense pas pouvoir faire grand chose, contre Bastian, mais Owen, lui, a plus de chance que moi, de pouvoir s'en sortir. Promesse, est plus jeune, moins expérimenté que Bastian, ce qui ouvre à plus de chance de s'en sortir. Et si je peux offrir cette chance, à mon frère, je n'hésiterais pas.

« Tu essaies de t'en convaincre, mais nous savons que c'est faux. Tu es faible, tu as peur de m'affronter »

Je sais, je risque de payer ce genre de remarque très cher, dans la suite de cette soirée, mais peu importe.. De toute façon, je pense que je ne mens pas. Si tu n'avais pas peur, c'est ce que tu ferais, pour pouvoir t'en prendre à moi, encore et encore. Tu me laisserais en vie, pour me détruire. Parce que tu veux la vérité, Bastian ? Je ne supporterais pas de perdre mon frère, tu as raison, mais si je meurs moi-même, quel intérêt, au final ? C'est en me laissant repartir, que cette perte me détruira, pas en me tuant, moi aussi. Tu as faux sur toute la ligne, si tu penses faire un bon choix. Tortures-moi, Bastian, détruits-moi, arrache-moi la peau, si c'est ce que tu souhaites, mais je ne t'offrirais pas ce que tu souhaites d'aussi tôt. Oui, c'est douloureux, oui, je ne peux pas cacher cette grimace, mais pas de cris. Cela te ferait plaisir, et je ne comptes pas t'offrir cela, à la première petite torture. J'ai été entraîner contre ça, alors je te montrerais quand même un peu de résistance. Tu crois qu'Owen est plus mêlé que moi, dans cette histoire ? Tu veux savoir la vérité ? Owen, n'a fais que suivre les ordres, là où j'ai pris un malin plaisir à te prendre au piège, à me jouer de toi, à prouver que tu étais le roi des idiots. Pourquoi Owen est mêlé à tous ça ? Parce que j'ai été envoyé sur un autre terrain, et que je n'ai pas pu m'en occuper moi-même. J'entends ces prochains mots, et j'ai besoin de plusieurs minutes, pour me rendre compte de ce qu'il vient de dire. Non, ce n'est pas possible. Owen n'a pas pu se laisser avoir par Promesse. Mon frère est plus malin que ça, Promesse est jeune, elle n'a aucune expérience, aucune connaissance. Je ne peux pas croire ça. Ce n'est qu'un mensonge pour me détruire. Sauf que je ne vois pas l'intérêt qu'il aurait eu à me dire que je ne tarderais pas à le voir. Et c'est ce qui m'interpelle. Ce qui me fait réagir. J'ai beau savoir que cela ne changera rien, je ne peux pas m'empêcher de tirer sur mes chaînes, de faire un boucan monstre, pour essayer de me sortir de là. Je ne fais même pas attention à ce qu'il fait, avant d'entre ces paroles. Marquer tes victimes au fer rouge ? T'as cru que tu faisais face au cheval du coin, ou quoi ?

« Peu importe ce que tu me feras subir, Bastian, tu ne seras jamais libre. Tu parviendras peut-être à m'éliminer moi, mais tu seras toujours une cible, aux yeux de l'unité »

J'essaie de paraître sur de moi, quand je croise son regard, de ne pas flancher. Je me déteste d'être aussi faible, d'avoir le cœur qui bat à tous rompre, comme s'il menaçait de sortir de ma poitrine. Tu as trouver le bon compromis, Bastian. Tu sais très bien que mon corps, c'est la seule chose que j'ai, mon arme, pour vous piéger, et c'est pour ça que tu t'en prends à lui. Dans l'hypothèse, où j'arriverais à prendre la fuite, ce soir, j'aurais un sacré handicap, maintenant. Ce cri, lorsque le fer chaud, entre en contact avec ma peau, je ne parviens pas à le contenir. J'ai appris à accepter, les coupures, les déchires, et toutes les blessures que l'on pourrait m'occasionner, avec des armes tranchantes, avec des crocs, mais je n'ai jamais appris à combattre la brûlure. Es-tu heureux, Bastian ? As-tu eu ce que tu voulais ? Entendre ma douleur, mes crics ? Mais n'espère pas que j'aille plus loin, n'espère pas que je te supplie un jour. Même pour une douleur comme celle-là, c'est une limite que je ne franchirais pas avec toi. Je garde les yeux fermés, un long moment, empêchant mon corps de trembler, à cause de la douleur, ou de ma colère ? Je ne sais même pas. Lorsque je croise à nouveau son regard, ce n'est plus que de la haine, qui s'exprime.

« Tu n'es qu'un minable, Bastian. Qui penses-tu impressionner, avec tes tours de grands caïds de la torture ? Tu n'as donc rien appris, pendant ta captivité ? Penses-tu que l'on vous vide de votre sang, pour faire jolie ? Tu es stupide de croire que je suis venu ici sans un plan de rechange »

Je bluff, en prétendant avoir du sang dans l'organisme, mais je m'en fou. Je ne réfléchi même pas au conséquence d'une telle provocation. Si je n'ai aucune chance de m'en sortir, autant le pousser à bout, qu'il passe à l'acte, que je n'ai pas besoin d'en entendre plus, d'en subir plus, ou de voir mon frère, et que sais-je encore.
acidbrain

_________________


Sous peu, tes barrières, je briserais, sous peu, tes émotions, je ferais éclater, sous peu, tu cesseras de me résister, sous peu, nous serons heureux, je t’en fais la promesse..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le diable au corps, le coeur en fusion
Messages : 41
Age : 244
MessageSujet: Re: Time to revenge   Jeu 26 Jan - 19:55

Time to revenge × Elisa & Bastian
Est-ce que je suis un homme faible ? Je ne pense pas, après tout déjà dans ma vie d’humain j’ai su combattre des personnes bien plus fortes que moi, j’ai su gagner. Ne pas t’affronter au combat n’est pas une question de faiblesse Elisa, c’est une question de stratégie. Tout comme ta stratégie pour m’avoir n’aura pas été de m’affronter mais de me draguer. Tu vois, à chacun sa méthode, même si je préfère la mienne, au moins elle est plus directe. Tu penses vraiment que je ne te tuerais pas ce soir Elisa ? Ma chère tu es bien sûre de toi alors que tu te trompes sur toute la route. Je te tuerais et tu sais quoi, si j’assiste à tes tortures, je n’assisterai pas pour autant à ta mort. Tu t’éteindras seule, devant une tablette reliée à ton frère qui s’éteindra lui aussi. Voilà quel sera votre cruel destin et ça personne ne le changera.

- Allons Elisa, ne me reproche pas ce que tu as toi-même fait, ce ne serait pas très fairplay.

Après tout soyons réaliste, j’ai reproduit le même schéma que toi. Tu m’as attiré à l’arrière de la boite et tu m’as empoisonné pour que je me retrouve inconscient et me réveille finalement ligoté. Alors, n’as-tu pas une impression de déjà vu ? J’ai agi sur le même mode de fonctionnement que toi et tu ne t’en es même pas rendu compte. Après tout analyse bien, il n’y a que les détails qui changent. L’usine à la place de la boite, l’électricité à la place d’une seringue et le reste est identique. La seule différence c’est que moi j’ai eu droit à plusieurs bourreaux, plusieurs esprits différents pour me tester et me torturer. Toi tu n’auras que moi, et au fond je ne sais pas si c’est censé être une bonne ou une mauvaise nouvelle pour toi.

En tous cas tu as su résister au dépeçage Elisa, bien joué. Passons au degré supérieur de la souffrance maintenant. Que dis-tu d’une bonne brûlure ? Nous les strigoïs on déteste ça, c’est l’un de nos points faibles, c’est l’un des vôtres aussi. Tu penses pouvoir y résister ? Et bien c’est ce que nous allons voir, mais par pitié, n’essaie pas de me faire peur avec ton unité à deux balles, c’est peine perdue pour toi. Il y a déjà bien longtemps que j’ai accepté de ne plus être libre Elisa, l’unité n’est qu’un groupe de plus qui essaie de m’en priver, un groupe de plus à éliminer pour la retrouver. Tu vois, ce n’est pas un si gros problème pour moi puisque j’ai déjà vécu ça, alors je sais aussi parfaitement comment régler ce genre de choses.

- A ton avis Elisa, combien de temps est-ce qu’il me faudrait pour construire une armée ? Faisons un peu de math. Admettons que je transforme 3 humains par heure, ce qui nous en ferait donc 72 la journée, soit environ 2160 en un seul mois. Et admettons que chacun de ces nouveaux strigoïs en transforment aussi disons 1 par jour, on atteindrait facilement les 71 000 strigoïs au bout de deux mois. Certes ils ne seraient pas très entraînés, mais à ton avis Elisa, est-ce que ton unité parviendrait vraiment à remporter cette guerre ?

Vous avez beau être nombreux, il y aura toujours une façon d’avoir l’avantage sur vous. Je ne suis pas sûr que l’unité apprécierait la disparition d’autant d’humains en une si courte période, alors si tu veux mon avis Elisa, morte ou pas ton gouvernement acceptera mon deal, si du moins je suis suffisamment généreux pour leur en proposer un. Maintenant revenons-en à tes tortures, tu veux ? Une fois le métal bien chauffé, je plaque les lettres contre sa peau et cette fois je parviens à lui arracher ce délicat son. Ah les hurlements de mes victimes, c’est toujours autant un plaisir de les entendre. Au bout de plusieurs longues secondes je retire le métal de sa peau et le jette par terre un peu plus loin. Voilà une bien jolie marque sur ton corps Elisa.

Je ne cache pas mon mauvais sourire lorsque je reviens face à elle, l’observant se concentrer, les yeux fermés, sans doute pour ne pas craquer. Elle finit par rouvrir les yeux et les poser sur moi. Quelle délicieuse lueur dans ton regard. Elle reprend la parole et je ne peux m’empêcher de rire. Vraiment Elisa ? C’est tout ce qu’il te reste ? Allons, tu me déçois ma douce. Je m’approche d’elle, caressant doucement sa joue, un geste qui j’en suis sûr, la répugnera.

- Darling revenir à la vie en tant que strigoï serait le meilleur cadeau que tu pourrais m’offrir.

Tu perdrais alors tout, ta place dans la société, ton ancienne vie, tout. Tu deviendrais ce qui te répugne, tu deviendrais ton propre ennemi et surtout tu serais seule, chassée par tes collègues mais aussi par les membres de ta nouvelle espèce. Tu serais seule au monde et crois-moi tu ne survivrais pas longtemps, tu ne survivrais que dans la peur et la misère. A ton avis Elisa, dans de telles conditions, penses-tu que ce seront les autres qui te tueront, ou est-ce que tu mettras un terme toi-même à ta propre vie ? J’aimerais bien voir ça, mais en attendant nous n’avons pas encore fini. Il est l’heure de ta vidéo conférence darling, mais avant ça il y a un petit détail qui manque.

Avant de m’éloigner d’elle je lui arrache aussi son jean et même ses sous-vêtements. Oui je sais, c’est de l’humiliation, mais c’est ce que je veux et surtout, je veux que son frère croie à des attouchements. Je m’éloigne maintenant d’Elisa, attrape une tablette et me mets en connexion avec Promesse. Le plan apparaît directement sur Owen, lui aussi ligoté et en sale état, encore pire que celui d’Elisa, du moins pour l’instant. J’esquisse un mauvais sourire avant de poser la tablette sur une table en face d’Elisa pour qu'elle puisse le voir, mais aussi pour qu’Owen puisse la voir dans cet état.

- On dirait que Promesse est plus rapide que moi dans ses tortures, si tu veux mon avis ton frère mourra en premier. Mais je t'avoue que je me pose une question, je n'arrive pas à décrypter son regard. Est-ce que voir ton corps ainsi le met en colère ou lui fait éprouver du désir ? Qu'en penses-tu Elisa ?

J’éclate de rire, faut dire que c’était une provocation facile, je n’allais pas m’en priver. Je laisse à ton corps une minute de pause Elisa, pour que ce soit uniquement ton esprit qui prenne un coup, ensuite on passera à l’étape la plus intéressante : ta mort.

code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
La plume plus forte que les baisers... La seringue... L'argent !
Messages : 67
Age : 33
MessageSujet: Re: Time to revenge   Ven 27 Jan - 12:41


Time to revenge

Est-ce que j'ai usé des mêmes méthodes déloyale que toi ? Je veux bien te l'accorder. A la différence que même si je n'avais pas user de cette seringue contre toi, j'aurais remporter ce duel, puisque tu ne pensais pas une seconde, que je pouvais être ton ennemi. L'unique chose qui t'intéressait, c'était mon corps. Tu n'aurais jamais vu le coup venir, et j'aurais pu te prendre au piège, d'une manière où d'une autre. Peux-tu en dire autant, si tu n'avais pas usé de cette décharge contre moi ? Je ne pense pas, et c'est là, où je veux en venir. Mais puisque tu préfères te croire invincible, fais-toi plaisir, tu n'en seras que plus déçu, lorsque je t'anéantirais. Parce que tu peux être certain que si je ne meurs pas ce soir, tu ne vivras pas assez longtemps, pour te rendre compte que tu as échoué. Je ne réponds pas, malgré la situation, je ne peux m'empêcher de sourire. Tu es stupide, de croire que tu pourrais avoir la situation en main. Tu ne l'auras jamais, peu importe que je sois prise au piège, tu en récolteras toujours le revers. Est-ce que tu penses m'impressionner avec tes grands calcules de scientifique ? Peut-être que tu as raison, peut-être que cela mettrait l'unité dans une sacré merde, mais comme beaucoup, tu fais l'erreur de les sous-estimer, parce qu'ils sont humains. Tu n'imagines pas le nombre d'outil que nous avons de notre côté. Peut-être que nous ne parviendrons pas à vaincre une armée comme la tienne, à la loyale, mais tu veux savoir quelque chose, Bastian ? Nous ne jouons pas à la loyale, pas contre vous.

« Je dois admettre que je suis presque déçu de devoir mourir ce soir, j'aurais pris un malin plaisir à te voir encaisser une humiliante défaite, avant de devoir mourir »

Je parle de ma perte, avec détachement ? Et alors, je ne me fais pas d'espoir, de toute façon, cela ne m'empêchera pas de perdre la face, et de le laisser marquer des points. Contrairement à lui, je n'ai que les mots, pour me défendre, et je n'hésiterais pas à les user contre lui. Tu as voulu marquer mon corps, Bastian, c'est la première chose que tu regretteras. La douleur est là, je l'exprime, et je me déteste, de lui faire ce plaisir, mais là encore, je ne comptes pas me démonter face à ces petites provocations. Je mens, avec aplomb. Enfin, à moitié, parce que c'est vrai, j'ai du sang dans l'organisme, nous en avons toujours un peu, pour ne pas être trop faible, contre eux, mais sans doute pas assez, pour que ma transformation s'opère, si jamais je venais à mourir ce soir. Mais il n'est pas obligé de savoir cela, bien au contraire, je préfère prétendre l'inverse. Tu crois que c'est la meilleure chose qui pourrait t'arriver, que je sois transformer en strigoï ? Tu fais l'erreur de me comparer à tous ces autres soldats, de l'unité. Contrairement à eux, je ne déteste pas cette espèce. Je n'espère pas en devenir un, mais je n'ai rien contre eux. Je chasse mes proies, voilà tout, mais j'ai déjà sympathiser avec un membre de ton espèce, même plusieurs, alors je survivrais, dans cette condition.

« Crois-tu ? Tu fais erreur, Bastian. Devenir strigoï, me donnerait plus de puissance encore, je gravirais les échelons à l'unité. Je suis déjà une redoutable guerrière, alors que mon corps est vulnérable, ce ne sera que pire pour vous, lorsque j'aurais acquis vos atouts »

Alors, Bastian, Promesse t'a-t-elle appris qu'à l'unité, peu importe que l'on puisse être strigoï, ou humain, tant que l'on est loyale ? Après tout, c'était même l'une de leurs expériences, des strigoïs sont déjà au sein de l'unité, à traquer leurs propres espèces, alors pourquoi pas moi ? Tu as l'air d'oublier, que si je ne suis pas leur meilleur élément, je n'en suis pas loin. Alors tant que je leurs restes loyale, ils ne prendront pas le risque de me perdre. Je peux comprendre l'humiliation, que certaines femmes ressentiraient, à se retrouver ainsi, nu, face à leur agresseur, mais vois-tu, je n'ai jamais caché mon corps, alors que tu me mettes à nu, là, ne me fait ni chaud, ni froid. En revanche, quand je comprends que tu comptes m'afficher ainsi, à Owen, c'est une autre affaire.

« Minable tactique, pour un minable ennemi, au fond, ça ne m'étonne même pas »

Non, ça ne m'étonne pas, que tu agisses ainsi, que tu triches. Je pourrais continuer à m'en prendre à toi, mais, mes yeux se retrouvent attirer sur cet écran, malgré moi. J'aurais préféré me retenir, ne rien voir, même si, au fond de moi, je savais. Mais voir, mon frère ainsi, dans une position de faiblesse, c'est une véritable torture pour moi. D'autant plus que je ne peux rien faire pour lui. J'en oublies même que je suis nu, et ce qu'il pourrait penser de ça, avant que Bastian ne me rappelle à l'ordre. La seule chose que je vois, c'est sa douleur, visible sur son visage, sa fatigue, son corps ravagé, et je sais, à son expression, qu'il ne tiendra pas bien longtemps. NON ! C'est pas possible, je ne peux pas accepter qu'il perde la vie de cette manière, à cause d'une personne aussi minable que Promesse et Bastian.

« Ne confonds pas mon frère, avec le bâtard que tu es »

Je sers les dents, pour ne pas lui hurler ces paroles au visage. Tu fais le malin, parce que tu es libre, mais si je m'étais retrouver ton égal, tu n'aurais jamais eu les couilles dans dire autant, de me provoquer de la sorte. J'ai détourné mon regard de la tablette, une seconde, juste une, mais quand je me tourne de nouveau vers l'écran, j'aperçois les yeux clos, d'Owen, et je sais qu'il ne les ouvriras plus.

« NON ! OWEN ! NOON ! Tu ne peux pas mourir, tu ne peux pas m'abandonner »

Je sais, qu'il ne m'entend pas, mais je ne peux pas m'empêcher d'hurler, comme si ma douleur sortait, en même temps que les mots. Je ne peux pas non plus retenir ces larmes, qui coulent sur mes joues, les premières depuis un sacré moment. Lorsque je me tourne vers Bastian, la douleur est plus présente que jamais, mais ce n'est plus la douleur physique.

« Est-ce que Promesse t'a raconté ce qui s'est passé pour elle, à l'unité ? Est-ce que tu t'es rendu compte, à quel point, elle était détruite, ou étais-tu trop préoccuper par ta petite vengeance ? C'était si simple, de porter ce coup final, pour détruire toutes ces convictions, une fois qu'on a réussi à remonter jusqu'à son créateur »

Je m'enfonce, mais c'est ce que je cherche. La seule chose que je veux, c'est le provoquer, l'énerver, et faire disparaître ce putain de sourire, que je vois sur son visage. J'aurais pu m'attaquer à toi, mais cela n'aurait pas eu le même effet. Promesse est ta seule faiblesse, et je compte en user contre toi.

acidbrain

_________________


Sous peu, tes barrières, je briserais, sous peu, tes émotions, je ferais éclater, sous peu, tu cesseras de me résister, sous peu, nous serons heureux, je t’en fais la promesse..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Time to revenge   

Revenir en haut Aller en bas
 
Time to revenge
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Time for revenge
» Keyla ► Time to revenge
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Session time out...
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vamp Academy :: Archive :: Rps Laure & Liora-
Sauter vers: