Forum d'écriture privé
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Changement de camp

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
Messages : 34
Age : 306
MessageSujet: Re: Changement de camp   Mar 27 Déc - 23:35

Changement de camp

   

Est-ce que je suis toujours la même femme ? D’après ses paroles il semblerait que oui, je l’ai juste oublié... Sauf que quand on oublie qui on est, on peut facilement se faire influencer et devenir une autre personne. La preuve, l’unité a voulu faire de moi ce soldat sans force de convictions ni valeurs, je l’ai été pendant plusieurs mois, j’aurais sûrement continué de l’être si je n’avais pas croisé ton chemin, si tes mots ne m’avaient pas éveillés. J’aimerais récupérer tous ces souvenirs, savoir qui je suis vraiment, savoir qui j’étais avant de devenir à moitié strigoï, savoir pourquoi je suis l’unique cas à être moitié moroï et moitié strigoï, savoir ce qu’est devenu ce bébé, savoir ce qu’était notre lien... Tu vois Gabriel, ça commence à faire beaucoup de questions et j’en ai encore tellement d’autres à poser. Au fond j’ai peur de ne jamais me souvenir, que ma mémoire ait disparu à jamais dans cette unité, j’espère que ce n’est pas le cas.

Mais j’imagine que mes souvenirs ne sont pas la priorité, pour l’instant le plus important c’est de se protéger de cette unité. Sauf que me réfugier chez vous reviendrait à vous mettre d’autant plus en danger, déjà qu’ils vous ont dans leur collimateur, ma présence parmi vous ne ferait qu’empirer les choses. Je ne veux pas m’imposer chez toi, de toute façon je ne suis pas sûre d’avoir envie d’y aller. Je ne pense pas que tes hommes aimeraient m’avoir parmi eux, je ne pense pas qu’une demie strigoï comme moi trouverait sa place entre vous. Pourtant tu me contredis et prends cette décision à ma place. Alors quoi, je n’ai pas mon mot à dire ? A moins de me ligoter j’ai bien l’intention de rester une femme libre à présent et je ne pense pas que tu me priverais de ce droit. Il s’excuse et je baisse de nouveau les armes face à lui, me disant qu’au fond il a peut-être raison et que je ferais mieux de rester auprès des siens.

De toute façon il y a une nouvelle question qui me trotte dans la tête à présent. Oui, encore une, toujours des questions, je m’en passerais bien tu sais, je pense que toi aussi. Il y a d’abord un silence qui suit lorsque je lui demande ce que nous étions l’un pour l’autre. J’aimerais qu’il m’offre une réponse claire cette fois, j’aimerais comprendre. Sauf qu’il se fait flou, encore une fois mystérieux. J’aimerais aussi me souvenir Gabriel, mais pour l’instant ce n’est pas le cas. Alors quoi tu ne comptes pas m’en dire plus ? Qu’est-ce que je dois comprendre à travers ces mots, que nous étions un couple ? Que nous étions bien moins que ça ? Je n’en sais rien et ça me frustre qu’il reprenne la marche et s’arrête là. Je reste silencieuse moi aussi, peut-être que ça lui fait comprendre que j’en attends plus, peut-être que c’est ce qui le pousse à reprendre la parole. Pas juste amis. Pas couple non plus on dirait. Très proches quand même... J’ai un peu de mal à saisir ce que ça signifie réellement, ça m’a l’air aussi bien confus pour lui que pour moi. Puis finalement il reprend une dernière fois la parole et alors une idée me vient en tête.

- Quoi, nous étions un genre de sex friends ? Tu peux le dire si c’était le cas, honnêtement ça ne m’étonne pas que j’ai voulu coucher avec toi.

Oui, toujours aussi direct, je crois que c’est quelque chose qu’ils n’aimaient pas à l’unité, qu’ils ont voulu changer sans jamais y parvenir. Que voulez-vous, je n’ai pas vraiment de filtre quand je parle, je dis ce qui me passe par la tête. Est-ce que je devrais avoir honte de dire les choses aussi clairement ? Non, Gabriel est un bel homme, alors j’aurais été stupide de ne pas avoir tenté de le mettre dans mon lit si nous étions proches, ou lesbienne peut-être, mais je doute que ce soit le cas.

- La seule chose que je pourrais trouver dommage, c’est que toi tu t’en souviennes et pas moi.

Après tout c’est un peu injuste que tu connaisses mon corps alors que moi je ne connais pas le tiens, enfin ne connais plus, mais c’est du pareil au même. Alors Gabriel, est-ce que j’ai visé juste ou est-ce que je suis à côté de la plaque ? Ce serait gentil de ta part de me donner une réponse claire pour une fois. Au final j’ai l’impression que tu es le romantique pendant que je suis celle qui rendre dans le tas, peut-être que c’était déjà le cas à l’époque, allez savoir...


(c) khάη

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Un chef pas très bien traité
Messages : 59
Age : 613
MessageSujet: Re: Changement de camp   Jeu 29 Déc - 21:47


Changeons de camp

Est-ce que je parviendrais, à rester correct, avec toi, à ne pas me laisser dicter par mon rôle de chef, pour te donner des ordres. Je pense que tu as conscience, que ces ordres, ne sont pas dicter contre toi, juste pour m'assurer que tu ne risques rien. Et j'ai aussi conscience de la raison pour laquelle tu ne peux plus accepter d'obéir à des ordres. Est-ce que j'arriverais à m'adapter à cela ? J'ai quand même de sérieux doute. C'est au dessus de mes forces, quand je sais que sans cela, vous ne pouvez éviter de vous jeter dans le danger, la tête la première. A croire que c'est un truc de femme, j'ai beaucoup moins de problème, avec les gars. J'imagine de toute façon, que nous ne pourrons que savoir, avec le temps. En tout cas, pour ce soir, je serais m'en contenter, je crois. A condition que tu acceptes de venir au manoir, avec nous, et étant donné que tu ne surenchéris pas, j'imagine que cela signifie que tu ne vois pas d'inconvénient à cela. De toute façon, je veux bien accepter de ne plus te donner d'ordre, mais honnêtement, d'une manière ou d'une autre, j'aurais trouver une raison valable, pour que tu viennes avec nous, une raison que tu n'aurais pas pu contredire. Mine de rien, cela ne semble pas être d'une importance capital, mais tu le vois par toi-même aujourd'hui, tu as toute une armée, à tes trousses, tu es en danger, et je ne supporterais pas de savoir qu'ils sont parvenu à te mettre la main dessus, parce que tu t'es retrouvé seule. Nous avons déjà pas mal de problème avec eux, c'est vrai, mais l'une des raisons pour laquelle ils n'arrivent pas à nous atteindre, c'est que nous faisons bloc, ensemble, et que soudé, nous sommes trop nombreux, pour qu'ils se permettent d'attaquer. Alors avec nous, au manoir, tu seras en sécurité. Je peux pas te promettre qu'ils n'attaqueront jamais, peut-être que viendra un jour, ils se laceront d'attendre, mais avant ça, je compte bien trouver un plan, pour retourner tout ça contre eux, tu peux me croire.

Enfin, de toute façon, nous ne sommes déjà plus sur ce sujet là. Qu'est-ce que tu veux savoir, au juste sur notre relation ? C'est le genre de question qui me met assez mal à l'aise. Faut dire que aussi, que notre relation était assez confuse, moi-même, je ne serais même pas comment la définir, et pourtant, j'en suis un des principaux acteurs. C'est pour dire à quel point rien n'était vraiment fixer. Je n'ai jamais été un grand commentateur, de ma vie privé, encore moins lorsque cela déborde sur mes sentiments, alors parvenir à t'offrir une réponse, claire, en plus de cela. C'est compliqué, très compliqué. Je ne me suis livré qu'à une seule femme, sur mes sentiments, une seule, en qui je pensais avoir confiance, une femme, que je pensais connaître, que j'imaginais partager mes sentiments, pour découvrir, qu'en faîte, elle s'était bien foutu de ma gueule, et qu'elle prenne la fuite, quelques jours plus tard. Tu comprendras, que m'exprimer, me soit encore plus difficile, même si rien n'est égale à cela, aujourd'hui. Au fond, est-ce que je peux prétendre qu'il n'y avait rien, entre nous, qu'il s'agissait juste de sexe, pur et dure, comme il en existe un peu partout, sans plus de sentiments ? Je ne crois pas, ce serait un gros mensonge, de toute façon, et si jamais elle venait à en parler avec les gars, ils ne se priveraient pas de lui dire la vérité, de toute façon. Donc pour le coup, ce n'est pas dans mes intérêts de mentir. Après, suis-je obligé de m'étaler là-dessus ? Rester assez vague, me semble une option assez sympathique, qui ne m'obligera pas à développer tout ça. J'essaie de conclure de la manière la plus précise possible, mais vous ne m'en voudrait pas, de ne pas vouloir lui balancer « On baisait, quelque fois, ensemble, rien de plus » Je dois admettre que ce serait claire, comme approche, mais d'un, je pense avoir plus de classe que ça, deux, elle mérite bien mieux qu'une phrase comme celle là.

« Oui, j'imagine qu'on peut dire ça de cette manière »

Je ne peux m'empêcher de lâcher un rire. Et bien, je ne m'attendais pas à ce qu'elle puisse être aussi direct. Tu pensais ne plus être cette femme que j'ai connu, moi j'ai envie de te dire que tu n'as rien perdu à ton caractère. C'est comme ça, que je t'ai connu, franche, et honnête, et tu ne m'as pas l'air d'avoir perdu cette partie de ta personnalité. L'unité a peut-être réussi à effacer tes souvenirs, mais ils n'ont pas changé la personne que tu étais, au fond de toi, ils n'ont pas changés ton caractère, ni tes convictions. Si c'était le cas, de toute façon, tu ne serais pas en train de te battre, à mes côtés, pour leur échapper, et ils seraient encore en train de te manipuler, comme ils en ont envie. Dommage, que tu ne t'en souviennes pas ? Disons que si jamais tu devais retrouver des souvenirs, je préférerais autant que ce soit celle de ton histoire, celle qui t'aide à avancer, et trouver les réponses que tu souhaites, plutôt que les souvenirs de nos parties de jambes en l'air, mais après tout, pourquoi pas ? C'est vrai, que c'est plutôt dommage que tu ne t'en souviennes pas, c'était quand même des souvenirs agréables.

« On pourra toujours remédier à ça, une fois sorti d'ici »

A condition que l'on sorte d'ici. Bon d'accord, c'est pas forcément une proposition très honnête, et alors ? Nous avons passé d'agréable moment, à l'époque, ensemble, je serais idiot de ne pas saisir l'opportunité d'en vivre de nouveau, non ? Et puis, je suis bien plus à l'aise avec un sujet comme celui-ci, qu'un sujet où je dois exposer ce qui nous à lier, sans savoir ce qu'elle même, pouvait ressentir à l'époque. Mais comme je l'ai dis, il faudrait d'abord que l'on sorte d'ici. Ce serait déjà un grand pas. Je m'arrête devant une partie de la grotte, plus étroite, à ce qui semblerait. Peut-être que cela signifie que nous sommes pas loin de la sortie ? Je n'en sais rien, en tout cas, cela signifie que c'est impossible de passer à deux.

« Les dames d'abord, ne t'en fais pas, je te suis de près »

Je glisse même mes mains, sur sa taille, pour la maintenir, durant notre avancée. Je préfère évité que tu dérapes, ou un truc du genre. Si nous sommes presque au bout, ce serait dommage que tout ce casse la gueule maintenant.  

acidbrain

_________________
I would find you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 34
Age : 306
MessageSujet: Re: Changement de camp   Mar 10 Jan - 20:51

Changement de camp

   

Je sens que nous approchons du bout de cette grotte, peut-être vais-je enfin pouvoir débuter ma nouvelle vie, ou reprendre l’ancienne, à chacun sa façon de voir les choses. Est-ce que je vais m’entendre avec cette famille ? Ils ont l’air tous si soudés. Au fond je crois que j’aimerais en faire partie, avoir des personnes qui tiennent autant à moi, avoir des personnes auxquelles je tiendrais. Cette vie pourrait être bien plus épanouissante que celle que j’ai connue à l’unité, du moins à condition d’être acceptée par chacun d’entre eux. Je me demande qui représentera le plus gros challenge, entre tous ces hommes strigoïs, ou cette fille moroï. Je suppose que l’avenir nous le dira.

Oui, l’avenir est important, mais le passé l’est tout autant, c’est ce qui nous définit. J’aimerais comprendre ce qui nous a défini Gabriel, quel genre de relation est-ce qu’on entretenait tous les deux. Est-ce qu’on était un couple ? J’admets me poser la question, il faut dire que c’est compréhensible, puisque tu as l’air de beaucoup tenir à moi. Sauf que non, nous n’étions pas ensemble, ou plutôt nos corps étaient ensemble, mais pas nos cœurs apparemment. Au fond ça ne m’étonne pas, je suis même pratiquement sûre que c’est moi qui ai dû t’aguicher en premier, peut-être même que c’est moi qui t’ai offert le premier baiser. Seul toi le sais, moi je ne fais que des suppositions. Je suppose aussi que tu es le genre d’homme à ne pas aimer ouvrir son cœur, en fait j’en suis même sûre.

Ce n’est pas juste en tous cas, que tu te souviennes de ces bons moments alors que moi je n’en ai aucun souvenir. Ce n’est pas juste que tu connaisses les courbes de mon corps alors que je ne me souviens plus des tiennes. Sa remarque me fait sourire. C’est vrai, on pourra toujours remédier à ça une fois dehors, à vrai dire tu peux même compter sur moi pour ça. Et bien quoi ? Le sexe ce n’est pas vraiment ce dont j’ai pu profiter à l’unité donc j’ai bien le droit de me rattraper. Il faut arrêter de croire que sous ce petit air d’ange il n’y a pas une femme avec des envies.

- Tu vois, si tu avais commencé directement par ça nous n’aurions même pas eu à débattre de l’endroit où j’irais.

Après tout découvrir ton corps est une bonne raison pour te suivre dans ton manoir sans rechigner, non ? Moi je trouve que oui. Il finit par s’arrêter et je comprends pourquoi lorsque je regarde devant moi. C’est assez étroit là-dedans, je n’ai jamais vraiment aimé ça. J’ai beau faire la maligne face à mes ennemis, je n’en oublie pas pour autant ma claustrophobie, dommage d’ailleurs, c’est un truc qu’ils auraient dû changer chez moi. Ça va être serré mais pas le choix puisqu’on ne peut pas faire demi-tour. Alors je prends mon courage à deux mains et passe la première, rassurée tout de même de sentir les mains de Gabriel contre moi. Sauf que plus on avance et plus j’ai l’impression que ce couloir se resserre, ou bien c’est juste moi ?

Je sens mon cœur cogner de plus en plus fort contre ma poitrine et je finis par m’arrêter au milieu du chemin, sans rien dire, sans rien faire, juste plongée dans ces affreux flashes. Je me revois enfermée dans une boite, comme une espèce de cercueil. Je hurle de me laisser sortir et je frappe jusqu’au sang contre cette boite en argent, jusqu’à épuisement. J’ai l’impression d’agoniser, de ne plus être capable de respirer. Je recule instinctivement mais c’est contre son torse que je me cogne. Je ferme les yeux, j’essaie de me calmer mais j’ai juste l’impression que ces murs se referment un peu plus contre moi à chaque seconde.

- J’arrive plus à respirer... Ils ne veulent pas ouvrir la boite. Ils ne veulent pas me laisser sortir ! On ne peut pas s’enfuir d’ici, on est bloqué. Ils vont nous laisser là-dedans jusqu’à ce qu’on en puisse plus. C’est ce qu’ils font à chaque fois...

Voilà pourquoi ils ne m’ont jamais fait oublier ça, ils utilisent chacune de nos faiblesses et les retournent contre nous. C’est idiot, la claustrophobie, encore plus alors que je ne me souviens pas de ce qui a déclenché ça. Laissez-moi sortir d’ici. Laissez-moi sortir de cette boite.

(c) khάη

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Un chef pas très bien traité
Messages : 59
Age : 613
MessageSujet: Re: Changement de camp   Jeu 2 Fév - 23:09


Changeons de camp

Ne regrettes pas nos souvenirs passés, et oubliés, Jane. Je trouverais un moyen, pour que tu te souviennes, ou alors, je te les raconterais, jusqu'à ce que cela te rappelle quelque chose, même vague.. Mais ne regrette pas. Et puis, nous pourrons toujours nous créer de nouveaux souvenirs, de toute façon, pas vrai ? Je n'ai pas l'intention de te laisser repartir, jamais, alors nous avons de nombreuses années pour nous créer de nouveaux souvenirs, non ? Et puis, si c'est les souvenirs de mon corps, qui te manque, je pourrais aussi arranger ça, sans le moindre soucis. Je suis apte à combler tous les désirs d'une femme. C'est vrai, que tu étais sur la réserve, par le passé, mais jamais à ce sujet. D'ailleurs, je me suis de nombreuses fois demandé si j'étais le seul, avec qui tu te permettais cet égard de comportement, ou si d'autres, avaient droit à la même chance que moi. Mais je préférais croire que j'étais le seul. Je n'ai jamais été très partageur, au niveau des femmes à qui je tenais, dans ma vie. Tu t'en rendras vite compte, si nous reprenons ce jeu, qui nous avait lié, à l'époque. A vrai dire, tu penses ne plus être la même femme qu'avant, tu te trompes. Je n'ai pas eu besoin de t'en dire beaucoup, pour que tu commences à jouer de tes charmes, toi-même, comme par le passé. Tu as peut-être oublier biens des souvenirs, mais au fond, dans ton caractère, tu es toujours la même femme que j'ai connu. Sa petite réplique me fait sourire. En effet, je n'aurais sans doute pas eu besoin de tergiverser, pour que tu me suives, si j'avais commencer par cela, mais ça n'aurait pas été très galant, et je n'avais aucune envie de te faire fuir. Et comprends-moi, je ne sais pas quel genre d'idée, l'unité a pu glisser dans ta tête, alors je préfère être méfiant.

On s'arrête, quelques instants, le temps qu'elle prenne conscience des changements de la grotte, qu'elle prenne conscience que pour la suite, je ne pourrais plus être à ces côtés, mais derrière elle. Je ne serais pas très loin, de toute façon. Je pose même mes mains, contre sa taille, pour l'aider à suivre le chemin. On avance, pas à pas, mais je ne veux pas la brusquer, ou la bousculer. Je peux compter sur ma vue, mes sens développés, elle aussi, mais pas au même point que moi. Nous en sommes peut-être à la moitié, lorsque je sens son corps s'arrêter, ne plus vouloir avancer. J'essaie, avec délicatesse, de la pousser à continuer, mais je n'ai aucune envie de la forcer, alors j'attends. Peut-être qu'elle a juste besoin d'une pause. Après tout, nous venons quand même de faire un sacré chemin, entre la nage, et la marche à pieds, dans cette grotte, qui est loin d'être facile à traverser, et elle est à moitié moroï.. C'est sa respiration, qui me fait réagir, lorsque je l'entends s’accélérer, que je comprends. Elle recule, pour venir se cogner contre moi, et je réagis en resserrant mes bras autour de sa taille. A vrai dire, je ne sais pas quoi faire, mais peut-être que si elle sent ma présent, qu'elle comprend que je suis là, avec elle, elle réussira à se remettre à avancer. Parce que si je n'ai aucune idée de quelle manière peut bien fonctionner la claustrophobie, je sais qu'il vaut mieux éviter de rester dans le lieu du problème. Si j'avais pu, je n'aurais pas hésité à la prendre dans mes bras, et à quitter ces grottes de cette manière, mais vu la largeur, je n'ai aucune chance d'y arriver. Lorsque j'entends ces paroles, je comprends qu'elle n'est plus avec moi, qu'elle est dans un autre monde, dans d'autre souvenir. Je la pousse à se retourner, toujours en la maintenant dans la taille, et je vois dans son regard, qu'elle s'est perdu ailleurs.

« Ma belle, c'est moi. Tu n'es pas avec eux, tu n'es pas à l'unité. Tu es avec moi, on va sortir de cette grotte, et rentrer au manoir »

Je caresse sa joue, à la fois pour la rassurer, et faire en sorte qu'elle revienne ici, avec moi. A vrai dire, je ne sais même pas de quelle manière me comporter. Peut-être que je devrais te forcer, pour que tu te rendes compte que nous ne sommes pas enfermer ici, jusqu'à ce qu'on regagne l'extérieur, mais j'ai bien peur que cela t'affole plus contre chose. Je t'en pris, Jane, nous n'avons pas vraiment de temps à perdre. Tu te rappelles, le soleil joue contre nous, à l'extérieur, et il faut que l'on sorte d'ici, avant qu'il n'arrive, sinon, nous sommes cuis..

« Tu n'es pas là-bas, tu n'es pas dans cette boîte, fais-moi confiance, on va s'en sortir. Plus jamais tu n'auras à revivre ça.. »

Cet enfermement, ou peu importe ce que cela est. J'ignore de quoi tu parles, je ne comprends pas, cette histoire de boite, mais ce n'est pas le moment de te poser des questions, à ce sujet. J'attrape ces mains, pour les poser contre mon visage. Sens, que je suis là, que je ne te lâcheras pas, et qu'on réussira à s'en sortir. Sens que tu n'es pas avec eux, là-bas, qu'ils ne sont plus en mesure de t'atteindre. J'ai besoin de toi, pour sortir d'ici, comme tu as besoin de moi. Parce que, d'une manière ou d'une autre, je ne sortirais pas d'ici sans toi. Je ne t'ai pas abandonné, sur le rocher, alors que nous n'avions que très peu de chance d'arriver jusque là, alors je n'abandonnerais pas maintenant, alors que nous avons toutes les chances de réussir.

« J'ai besoin de toi, pour sortir d'ici, Jane, j'ai besoin que tu avances »

acidbrain

_________________
I would find you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 34
Age : 306
MessageSujet: Re: Changement de camp   Dim 5 Fév - 17:09

Changement de camp

   

Est-ce que cette soirée prendra fin un jour ? J’ai l’impression qu’elle ne s’arrêtera jamais et je dois dire que j’aurais bien besoin d’une pause. Entre l’attaque de l’unité, la noyade et maintenant cette grotte, heureusement que Gabriel traverse cette épreuve à mes côtés, sinon je crois que j’aurais déjà abandonné, de toute façon je n’aurais pas survécu jusque-là sans lui. En revanche je me serais bien passée de cette crise de claustrophobie parce que soyons honnête, ce n’est ni le lieu ni le moment. Pourtant mes jambes se bloquent et je n’arrive plus à avancer, je n’arrive pas à continuer et très vite je ne me trouve plus dans cette grotte mais enfermée dans l’une de ces boites dont ils se servaient contre moi.

Comment est-ce que j’ai pu oublier ça ? Oublier le mal qu’ils m’ont fait ? Comment est-ce que j’ai pu prétendre qu’ils étaient bons pour moi alors que c’était tout l’inverse ? Je me heurte au torse de Gabriel en reculant, mais j’ai juste l’impression de me heurter au fond de la boite. Laissez-moi sortir de là, je vous promets que la prochaine fois je ne vous décevrais pas. J’entends à peine la voix de Gabriel, lointaine, rassurante mais pas assez pour me calmer. Je ne suis pas à l’unité ? Ou suis-je alors ? Pourquoi est-ce que je n’arrive plus à distinguer le vrai du faux ?

Mon corps se retourne pour faire face à Gabriel et sa voix devient plus distincte cette fois. Je ne suis pas là-bas. Je ne suis pas là-bas… Je ferme les yeux, essayant de me concentrer sur sa voix, sur son visage qu’il me fait toucher du bout des doigts. Plus jamais je n’aurais à revivre ça… Sais-tu que tu ne peux pas me faire une telle promesse Gabriel ? On ne sait jamais ce que l’avenir nous réserve et tu ne pourras pas toujours me protéger de mes ennemis. Les secondes s’écoulent et j’arrive enfin à me calmer, reprendre une respiration correcte, laisser sa voix me guider. Il faut qu’on sorte de là, il faut qu’on sorte de cette grotte. J’acquiesce de la tête lorsqu’il me demande d’avancer et je me retourne, toujours les yeux fermés, comptant sur sa poigne pour me guider mais je sais qu’il ne faut pas que j’ouvre les yeux, pas tant que je serais coincée entre ces murs.

J’avance à mon rythme, mais j’avance tout de même, essayant de presser le pas comme je peux. Au bout d’un moment je sens de nouveau l’espace se faire autour de moi et j’ouvre enfin les yeux, constatant que nous sommes arrivés au bout, qu’on a réussi à s’en sortir. Je me tourne vers Gabriel, un peu honteuse d’une telle crise alors qu’il n’y avait même pas de danger autour de nous, d’autant que je nous ai fait perdre du temps précieux.

- Excuse-moi pour ça...

Je détourne mon regard du sien, je sais qu’il ne m’en veut pas, mais moi je m’en veux de ne pas être plus forte. Que m’est-il arrivé au juste dans cette unité ? Est-ce que j’ai toujours été aussi faible ou est-ce qu’ils m’ont fait oublier mes capacités ? J’espère plus qu’il s’agit de la deuxième option, car au moins ça me donne l'espoir de devenir meilleure. On continue d’avancer, silencieux, et on ne tarde pas à voir de la lumière au bout du tunnel. Le ciel est déjà bleuté et on sait tous les deux qu’il va s’agir d’une course contre la montre pour atteindre son manoir avant que les rayons du soleil de ne pointent.

- Sortons d’ici.

Il vaut mieux opter pour le risque du soleil plutôt que de passer la journée dans cette grotte et nous faire tuer ou capturer par les hommes de l’unité. Crois-moi je préfère mourir plutôt que de retourner là-bas, alors ne traînons pas.


(c) khάη

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Changement de camp   

Revenir en haut Aller en bas
 
Changement de camp
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Changement de tapisseries
» Changement de msn
» René Préval à camp Corail
» Confirmé: Le Choléra est venu d'un camp népalais
» Peut-on Esperer Un Changement En Haiti ????

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vamp Academy :: Archive :: Rps Laure & Liora-
Sauter vers: