Forum d'écriture privé
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Cours, sauve ta peau [Christian]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 20
Age : 24
MessageSujet: Cours, sauve ta peau [Christian]   Mer 17 Aoû - 23:54

Cours, sauve ta peau
Christian & Lyana


Contre mon gré, je suis maintenu par des chaînes lourdes, ou alors, je suis faible, j’en sais rien, dans un cas comme dans l’autre, je ne peux bouger, je suis condamnée à attendre mon heure, à attendre que ma sentence puisse être rendu. Je reçois un coup de fouet, qui barre mon ventre nu, puis un deuxième, formant une croix, je ne le vois pas, mais je le sens, je sens ma peau rougir, à vive.. Pourquoi, cette croix, gravé dans ma chair ? Je le comprends, lorsque je sens cette lame s’enfoncer dans ma chair, au centre même de cette croix. Mon propre cri raisonne à mes oreilles, mais personne n’arrête, personne ne m’aide, à croire que je suis seule, dans ma douleur. Mes bras, mes jambes, ma poitrine, sont bientôt recouverte des mêmes traînées de sang, des cicatrices qui ne disparaîtront jamais. Une main encercle soudain ma gorge, une poigne dure, qui me coupe la respiration, de longue seconde, une minute, avant de me relâcher, me laissant suffoquer, incapable de reprendre ma respiration.. Je n’en ai pas l’occasion, en faite, que cette torture recommence.. Cinq fois de suite, la tête me tourne, je vois trouble, et je sais que c’est la fin pour moi. Une piqûre au niveau de mon cou, et je me sens un  peu plus partir. Un visage s’impose alors à moi, le visage de l’horreur, et ces pattes sales, qu’il laisse traîner sur mon corps, avant que je ne sombre dans l’inconscience..

Je me réveille en sueur, et me précipite jusqu’au toilette pour vomir.. Un réveil de plus, dans l’agitation, est-ce que je cesserais un jour, de faire ces cauchemars ? Je n’en peux plus, je ne veux plus me souvenir, je ne veux plus revoir ces images, ressentir cette douleur. Je soulève mon débardeur, pour découvrir que mes cicatrices non pas disparu, pour découvrir cette croix, gravé dans ma chair. Je me redresse, plantant mon regard dans le miroir, ce regard plein de haine, mais ce n’est pas aujourd’hui, que je ferais taire cette haine, même un grand guerrier, à besoin d’une pause, j’ai besoin d’une pause, d’une soirée tranquille. Pour une fois, j’ai besoin d’une soirée de détente. Je me fringue toute de noire vêtu, des têtes à la pieds, le maquillage ne fait pas exception. Mes bottes à talon, me donne quelques centimètres de plus, et ne laisse que peu de peau découverte, face à mon short.. Je n’ai pas honte de mes cicatrices, mais c’est à double tranchant, cela peut plaire aux hommes, comme cela peut mes repousser. Je me lisse les cheveux, et je suis prête à rejoindre une petite boîte du coin. Je ne pourrais pas m’attarder, je le sais, mais j’aurais au moins une petite heure pour profiter. Du moins, j’espère..

Je me rends compte qu’une heure, était peut-être un peu espéré, je suis là, depuis quoi ? Quarante minutes ? Lorsque j’entends une voiture pilé non loin de l’entrée alors que je suis installé au comptoir, un verre à la main. Au moins, je n’aurais pas eu le temps de finir saoule, j’imagine que c’est une bonne chose. Je pose mon regard sur mon voisin, quelque chose d’agréable, dans le regard, qui me pousse à ne pas le laisser là.. Je me penche vers lui, ce type va sans doute me prendre pour une folle, mais je perds rien à essayer, au moins. Maudite puce, je risque ma vie à chaque minute à cause d’elle, mais je mets aussi de tonnes d’innocents en péril.

« Vous devriez fuir.. aucun survivants, aucun témoins.. c’est leurs devise »

Oui, j’ai conscience que je parais folle, sur le coup, surtout que personne n’a encore passé le pas de la porte, mais il ne tardera pas. Je ne pourrais pas tous les sauver, c’est impossible, mais peut-être que je pourrais le sauver lui ? A condition qu’il me suive, et qu’il ne reste pas planter sur sa chaise. J’attrape mon verre, je cogne contre le sien. « A notre survie » Oui, bon d’habitude, c’est à la tienne, je sais, mais cela ne s’applique pas pour la situation.. Je descends mon verre, attrape sa main, et l’entraîne vers la sortie de secours au moment où les premiers tirent retentissent.. merde, faut qu’on se dépêche. Je ne sais même pas où mène cette sortie, peut-être que je me jette dans la gueule du loup.. non, nous avons de la chance. Nous avons encore plus de chance, une échelle se trouve face à nous. « Grimpe » Je le pousse pour le faire réagir, et des que je le peux, je le suis. En espérant qu’ils ne penseront pas à venir nous chercher sur le toit. Je m’assoies sur celui-ci, pour reprendre un peu mon souffle.

« Ils sont là pour moi.. c’est moi, qu’ils veulent, je pourrais arrêté ce massacre, si je me livrais, mais ce serait mettre un pied dans la tombe.. Est-ce que je mérite de mourir, pour sauver toutes ces vies ? »

Et encore, mourir est la meilleure option que je puisse désirer, cela pourrait être bien  pire, cela pourrait recommencer. Est-ce que je parle à cet homme, ou à moi-même ? Je ne le sais même pas. Je crois que je ne préfère pas de réponse, au bout du compte. Je tapote mon cou.

« Tu devrais te tirer de là, tant que tu es encore en vie, je suis une vrai balise pour eux, ce n’est qu’une question de minute, avant qu’ils ne me trouvent »

Mais je ne compte pas me laisser attraper, pas encore, j’ai pas fui, toutes ces années, pour me faire attraper maintenant. Je souffle, prend mon courage, mon élan, et m’élance dans le vide, pour atterrir sur le toit voisin grâce à une roulade.

« Bouge de là, ou ils ne feront qu’une boucher de toi.. »

Ne les entends-tu donc pas ? J’entends chacun de leurs pas, à chaque seconde qui s’écoule, ils se rapprochent de nous, tu devrais réagir, et vite.

_________________
we're meant to be
mais lorsque nous sommes perdues, lorsque la terreur, l'horreur, vous abreuve de son sang, qui sommes nous..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Cours, sauve ta peau [Christian]   Jeu 18 Aoû - 20:06




Cours, sauves ta peau
Christian & Lyana

Société de couillon. Aucun pour rattraper l’autre. Ils sont tous à se refiler le bébé en l’observant pour voir s’il va exploser. Pff. Ce débat stérile sur l’utilisation des pouvoirs moroïs… On en verra encore combien ? Et combien tante Tasha tentera-t-elle de changer ? On tourne en rond. Faut dire que ceux qui sont questionnés, c’est le royaux, le genre de monde qui ne s’est jamais retrouvé en danger, jamais confronté à un strigoï. Normal qu’ils ne voient pas l’intérêt de savoir se défendre. Ça ne sert à rien. On se renvoie la balle et on n’avance pas. Ça me donne juste envie de m’éclipser. Ce que j’ai fait. Et c’est pour cela que je me retrouve dans Missoula à cette heure de la journée, perdu dans un quelconque bar. Je commande une bière. Je ne compte pas boire de toute façon, contrairement à ma blonde de voisine, je veux juste passer le temps en attendant que tante Tasha décide de quitter à son tour la soirée. Et ensuite… Eh bien, pourquoi pas une activité normale, comme un marathon DVD avec ma tante ?

Bon, je sais, je devrais le savoir. Les trucs normaux ne sont pas pour moi. C’est comme si Normal plus Ozéra donnait l’Apocalypse. C’est un peu chiant mine de rien, de ne pas pouvoir passer une journée sans qu’un truc chelou n’arrive. En l’occurrence, c’est ma voisine qui se met à me parler étrangement. De fuite et de survivant. Barbie Terreur, sache que la survie, c’est quelque chose que j’applique depuis que des gardiens ont tué mes parents. Je m’y connais plutôt bien. En plus, t’as pas l’air d’être très bien. Un peu beurré peut être ? Définitivement désabusé. Surement un peu triste. Le mélange est étrange mais bon, qui suis-je pour juger le caractère des autres ?
Du coup, trinquer à notre survie n’est pas si gênant. Même si cette fille est folle, j’ai moi-même vu vécu bien assez de chose pour ne pas lui jeter la pierre. Par contre, me faire entraîner vers la sortie, c’était pas prévu au programme. Jusqu’à ce que  j’entende le bruit des fusillades. Je ne peux pas m’empêcher de tressaillir en regardant par-dessus mon épaule même si ça ne sert à rien vu qu’aucun des deux camps n’est visible. Merde, pauvres gens. Par contre, Barbie Terreur, comment t’as su ce qui aller se passer au-juste ? Pour l’instant, je pose pas de questions. J’ai appris à obéir aux femmes au doigt et à l’œil… Pendant trente secondes. Après, je reprends mes bonnes vieilles habitudes de branleur. Mais trente secondes, c’est déjà énorme.

J’ai enfin le discours explicatif. Je sais, je devrais causer mais le silence, c’est cool. Surtout quand elle le meuble pour deux. Bon après, Barbie Terreur pose des questions donc je suppose que je devrais lui répondre… En étant au max sincère. Ça ne devrait pas trop être compliqué ça…

« Ce genre de connards, ça n’a pas besoin d’excuse pour faire des massacres. Que tu te décides à bouger ton cul ou pas, ça ne change rien. Surtout pour maintenant. »

Je sais pas à quoi elle pense… Pendant une seconde. Après, elle recommence à combler le silence. Avec cette histoire de balise. Eh bien. On dirait que j’ai trouvé un aimant à emmerde encore pire que moi. Je pensais pas ça possible mais là… Ouais, elle attire les emmerdes, quand moi, je ne fais que leur montrer la voie. Ouais, c’est deux idées semblables, et alors ?
Mademoiselle j’ai le feu au cul se lève de nouveau et elle est prête à se casser. Je la comprends en même temps, j’entends les bruits. Par contre, pour ne faire qu’un bouché de moi… Faudrait être assez costaud et surtout surprenant. Maintenant que je sais qu’ils utilisent des armes à feu… Je me laisserais plus surprendre. T’inquiète, Barbie Terreur, je gérerais.

« Ton truc doit pas être cool pour dormir un peu. »

Ouais, je sais, j’ai l’air de m’en foutre un max… Mais faut dire, on devient blasé quand on a affronté toutes sortes de couillon. Enfin moi, je suis blasé en tout cas ! Je dépose mes mains sur l’échelle en fer et d’une pensée, je fais monter la chaleur de l’échelle. Si jamais ils arrivent à nous suivre… Je veux bien me teindre les cheveux et porter la moustache tiens. Malgré tout, je saute et je la rejoins, remarquant au passage que tout cet entraînement physique m’a été utile. Cool, c’est la première fois que je le vois. Ça me rassure, je ne me fais pas botter le cul pour rien.
Je regarde Barbie Terreur avec curiosité. Elle a toujours l’air las. Même pas furieuse. Je ne comprends pas, à sa place, j’aurais tout brûlé… Remarque, elle a l’air d’être humaine. Peut être que les humains pensent différemment ? C’est pas comme si je les fréquentais assez pour le savoir…

« S’ils te trouvent toujours, pourquoi tu ne les attires pas de temps en temps dans des pièges ? Je suis sur que si tu les amenais à un cambriolage et que t’arrivais à leur mettre tout sur le dos, t’aurais un peu de répit grâce aux… Flics. Et tu peux utiliser plusieurs fois cette technique, jusqu’à ce qu’ils réfléchissent sur l’intérêt de t’ennuyer. »

Oui, oui, m’a fallu du temps pour trouver le mot flic… Mais faut me pardonner. Encore une fois, je les fréquente pas moi d’habitude !
Revenir en haut Aller en bas
 
Cours, sauve ta peau [Christian]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» je sauve ma peau, vends mon âme au diable + (chess)
» cours de latin
» Cours informatique
» Christian Vs Cena
» Amphi pour les cours de Ninjutsu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vamp Academy :: Archive :: Rps Marie & Laure-
Sauter vers: