Forum d'écriture privé
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le roi, la reine et le bouffon | Aizen & Irina & Sélène

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Le roi, la reine et le bouffon | Aizen & Irina & Sélène   Mar 16 Aoû - 21:13



Le roi, la reine et le bouffon

Aizen & Irina & Sélène

Le pire moment de la journée, c’est le réveil. Si si, le moment où faut ouvrir les yeux et quitter le lit douillet. Le meilleur moment, c’est celui où on peut briser les autres… Ou alors juste avant le sommeil, quand j’ai la chance d’avoir mon cinglé avec moi. Le seul que j’accepte, le seul que je veuille aussi. Ouvrir les yeux, me faut ouvrir les yeux. Je sens un bras se resserrer autour de moi et je fais l’effort d’ouvrir les yeux. Aizen. Endormi. Mignon, si je pouvais considérer autre chose que des têtes sans corps mignon. Et sa tête, je la préfère sur son corps, surtout quand il est réveillé et qu’il se décide à jouer avec sa langue… Hum, nan, ne penses pas à ça Sélène sinon tu vas lui sauter dessus, et t’as d’autre chose à faire, même si c’est tentant. Ajouter une petite collection de plus, de griffures et de morsures sur son corps. Sans compter les suçons. Miam. Ça devient une œuvre d’art. Qui sera bientôt cachée sous des couches de produits, mais au moins, je lui aurais rendu la tâche bien difficile cette fois.

Je finis par sortir du lit, sans le réveiller même et par m’éloigner vers la douche. Hum… Douche ou bain ? Peut-être plus tard. J’aime l’idée de porter son odeur sur la peau. Je me contente donc d’une toilette de chat avant de m’habiller. Un joli ensemble, entre le short, les manches du pantalon et le top, un peu trop noir par contre alors je glisse contre ma ceinture quelques têtes de poupée, un peu de gaieté. Ah et je profite des lanières de mon pantalon pour y glisser une petite arme à feu, des mignons petits uzi. Je peaufine, une dernière touche de maquillage, des lèvres bien rouges et je garde mon bâton pour écrire mon petit message sur le miroir. Difficile à manquer comme ça, surtout vu le temps qu’il passera dans la salle de bain. Ah oui, mon petit message ! « Il ne faudra pas que tu rates le rendez-vous, j’aurais un cadeau pour toi. Enfin si tu arrives à m’attraper. Kiss. »

Avec un gloussement, je jette le bâton puis attrape mes talons pour les enfiler en sortant de la salle de bain. Il dort toujours, j’ai donc le temps d’aller m’amuser. Un gigantesque terrain de chasse. Et un rendez-vous décidé à la dernière seconde, tu vas prendre combien de temps à me trouver, Aizen ? Pas trop longtemps j’espère ! Je sors du manoir, jetant à peine un coup d’œil aux gars à l’intérieur mais voyant leurs regards. Jamais vu une paire de jambes, les gars, ou quoi ? Je peux les enrouler autour de votre cou en vous étranglant si vous le voulez ? Vous ne pouvez pas ne pas le vouloir tout de même ! J’attrape Cynthia et me casse de là en rigolant, attirant des regards sur moi. La voiture me permet de vite rejoindre le quartier sud. A en croire les rumeurs de la radio, c’est le plus glauque. Donc le meilleur, pas besoin de réfléchir, c’est là que je dois aller pour m’amuser ! Qui viendras jouer avec moi ce soir ? Histoire de me faire un peu patienter ?
Je me promène dans la rue, ma batte sur l’épaule et croisant des regards stupéfaits quand je vois enfin ce que je cherchais. Un sourire de victoire se dessine sur mes lèvres quand je rentre dans la boutique. Combien de temps depuis mon dernier casse ? Faut que j’y retourne en douceur moi… Je repère la caméra et me dirige ensuite vers le rayon de l’épicerie correspondant à mes goûts. Fraise, nan. Menthe, je veux pas puer du bec, merci les nazes. Ah ah ! Cassis. Je t’ai. J’attrape le paquet de chewing-gum et sors de là, voyant enfin le caissier qui me regarde avec stupéfaction. Je lui envoie un baiser volant avant de continuer mon chemin. Mon cadeau, mon délicieux cadeau. Pour le donner, il faut encore que mon Crazy-Boy se ramène. Voyons, Aizen, tu prends trop de temps… Je suis assise sur un banc, devant la fête que j’ai repéré quand je le vois enfin apparaître. Mais lui ne m’a pas encore vu… Hum. Crazy-boy, tu me tentes là, beaucoup trop. Voyons si ton déguisement tiendra face à mes dents acérés. Je me recule dans l’ombre, attendant qu’il passe devant moi et une fois que j’ai le contrôle de la situation, je m’avance dans son dos jusqu’à lui sauter dessus, le tenant fermement entre mes cuisses. Perdu, mon chou. J’ai gagné cette traque… D’une certaine façon.

« Je t’ai manqué ? »

Je mords durement le lobe de son oreille, laissant la marque de mes dents dans sa chair. Hum, décidément quelque chose que j’apprécie bien plus que le chewing-gum au cassis. Pourtant,  ils sont parmi mes préférés. C'est parce qu'ils ne font pas encore des chewing-gum Aizen. Je me demande si je ne devrais pas les créer ? Me faudrait un petit bout de peau pour ça tout de même. Je me laisse tomber de son dos, regagnant ses côtés et observant un instant la fête, y remarquant les lots à gagner ainsi que les strigoïs présents. Je préfère les lots et mon bad-boy, les strigoïs. Tout a gagné si on y va. Si on joue. Si les autres jouent avec nous aussi. Je n'aimerais pas qu'on m'ignore. Ca me mettrait en colère et ça mettrait Cynthia encore plus en colère... Et ça c'est pas une bonne idée !

« Viens, j’ai envie de voir ce qu’ils ont mis comme lot. Ça pourrait être le premier trésor. Et tu pourras avoir ton cadeau… Du moins si tu m’attrapes. »

Je pars devant, accélérant pour me mêler aux autres, aillant Cynthia bien en main. Je sais que pour lui, les lots sont nos alliés/nos ennemis/nos cibles/les gars qu’on pourrait tuer… Alors j’en profite pour me rapprocher de cette strigoï avec un grand sourire. Je l’ai remarqué, buvant à une veine un peu plus tôt. Copain ou pas copain ? Est-ce qu’on va la tuer ou la manipuler ? Eh bien, tant qu’elle ne pose pas les yeux sur mon bad-boy… Quoi que, si, fais le, que j’ai une bonne motivation pour jouer avec toi jusqu’à ce que le soleil se lève. Ma Cynthia et moi, on a pas pu jouer ensemble depuis des semaines avec ce déménagement, ça me manque. Bien plus que maman, bien que maman soit la meilleure !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le roi, la reine et le bouffon | Aizen & Irina & Sélène   Mar 16 Aoû - 23:10





Sélène & Irina & Aizen

Danse dans ta douleur et chante-nous ta mélodie. Délicat sang amer qui coule de ta chaire pour notre folle euphorie. Laisse-nous faire de toi notre nouvelle poupée à démembrer.


Tic tac la nuit tombe puis le jour se lève, si vite, trop vite. Le temps passe à une vitesse ahurissante et parfois je jalouse les strigoïs pour leur immortalité, raison de plus pour tous les tuer, ahahah ! Je veux, je prends. Je ne veux plus, je tue. On a fait un bon casse l’autre jour, une nouvelle voiture, nouvelle télévision, on commence peu à peu à ramener des meubles à la maison. Au moins on a le plus important, un bon matelas, parfois pour faire l’amour toute la nuit, assez solide pour tenir face à des bêtes de sexe tel que nous. Les dernière heures ont été torrides, sanglantes, jouissantes. Puis vient ensuite la paisibilité du long et profond sommeil. Je rêve de têtes qui volent, du rire de ma tendre, de larmes et de sang, oui, un bien joli rêve. Le réveil est mon joli en revanche, trop vide à mon goût, je n’aurais pas été contre un réveil tout en griffures et morsures avec ma folle épouse. Enfin, je sais que je la reverrais bientôt.

Je me dirige vers la salle de bain, prêts à me préparer pour une nouvelle journée pleine d’horreur. Je remarque la note de Sélène, comment la manquer, ça prend toute la place sur le miroir. Je passe mon doigt sur le rouge à lèvre avant de le porter à ma bouche pour le lécher, mh délicieux, j’ai pris l’habitude à ce goût en l’embrassant, le goût de ses lèvres. Je souris, un sourire de psychopathe. Puis je me hâte à me préparer afin de sortir au plus vite m’amuser. Certains diraient que je suis pire qu’une fille une fois dans la salle de bain, ces personnes ne sont plus là pour en témoigner. Il faut bien le temps qu’il faut pour entrer dans le personnage et maintenant que ma peau est blanche et que le contour de mes yeux est obscurcit, ne reste plus que les cheveux pour lesquels j’opte pour la couleur bleue.J'enfile un jean foncé, une chemise à moitié ouverte laissant voir mes tatouages et me voilà fin prêt. Prêt à la rejoindre, prêt à la trouver et dévorer son joli derrière.

J’attrape une paire de clé de voiture au hasard parmi la petite dizaine réunie. Laquelle ce sera ce soir ? J’appuie sur le bouton. La Maserati noire, parfait, je n’ai pas encore eu l’occasion de la conduire, c’est l’heure de voir si son moteur est à la hauteur, sinon je la ferais désosser. J’ai fait installer des puces sur chacune des voitures, au cas où on nous volerait une voiture volée, aussi pratique pour retrouver ma folle furieuse. Je trouve sa voiture, vide. Je me gare à mon tour. Où es-tu allée comme ça petit chaton ? Je continue d’avancer, bientôt agacé. J’aime trouver mais je n’aime pas chercher. Après quelques pas je sens quelqu'un grimper dans mon dos et mon chaton a bien fait de parler juste après, autrement elle se serait retrouvée transpercée. Au fond je suis sûre qu'elle aurait adoré. Je me mets à rire, ce rire de sadique et de fou qu’elle connait si bien aujourd’hui.

- Puisque je me suis demandé au réveil "tiens, mais où est-elle passée ?", alors oui, je suppose que tu m’as manqué.

Je prononce ces mots tel un narrateur qui raconte une histoire, avec la ponctuation et les gestes qui vont avec, j’ai toujours été un admirateur du théâtre. Ne soyez pas étonné de ma répartie, Sélène ne l’est plus depuis longtemps, je crois qu’elle ne l’a jamais été d’ailleurs, elle sait comment je suis, ce que je dis et ce que je ne dis pas, ou encore ma manière de dire les choses de manière détournée, sans la moindre certitude. Oui, elle est habituée maintenant. Je la sens mordre mon lobe, me faisant grogner, mais pas un grognement de douleur non, un grognement de désir. Continue comme ça et je te prendrais ici et maintenant. Elle quitte mon dos, me laissant l’admirer dans cette tenue extravertie comme je les aime, parfaite sur elle, comme toutes les autres. Est-ce que je devrais me plaindre qu’elle se balade ainsi en public ? Non, ça me donne juste une raison de crever des yeux et d’arracher des langues. Je pose mes mains sur son délicieux fessier, la rapprochant au plus proche de moi. Je ne l’embrasse pas, je me contente de la fixer et de la toucher. Elle propose ensuite d’aller voir les lots, évoquant encore ce cadeau. Quel cadeau ? Je suis curieux maintenant.

Je l’observe quitter ma prise pour s’éloigner, se glissant dans la foule. Qui vas-tu choisir ce soir ? A moins que ce ne soit moi qui choisisse. Je finis par avancer à mon tour alors que Sélène semble avoir repéré notre lot du soir. Un joli lot à torturer, il faut bien l’avouer. A ton avis Sélène, à quel point on arrivera à faire monter sa vocalise ? Ne pars pas si vite ma douce, attends-moi pour le spectacle. Je la rejoins, passant un bras par-dessus son épaule alors qu’on s’arrête tout près de la strigoï qui termine son repas. Le cadavre finit tel un déchet à ses pieds avant que ses yeux bleus ne se posent sur nous. De beaux yeux à enfermer dans un bocal d’eau pour la déco, qu’en penses-tu Sel ? La déco c’est bien plus ton truc.

- T’as bien choisi ta destination bébé, ils ont de jolis lots par ici. Ça fait longtemps qu’on a pas disséqué d’immortel, mais je crois que tu nous as dégoté notre prochaine patiente. Bien joué infirmière, tu toucheras une belle prime ce soir.

Et maintenant occupons-nous de notre patiente, je crois qu’il va nous falloir des sangles pour celle-ci, elle m’a l’air plutôt coriace. Tic tac les seconde s’écoulent et toi beauté, tu finiras en pâté. L’avantage c’est qu’en nous sachant humain, elle nous prend pour ses inférieurs. Sauf que personne ne nous est supérieur. Tu aurais dû fuir plutôt que de penser pouvoir nous affronter, car maintenant tu devras supporter ces 1000 volt d’électricité dans ton corps, un humain n’y survit pas, mais un immortel en souffre et peut tomber dans les vappes. Voyons voir quel sera ton cas. Mon rire sadique résonne alors que je la tase, va falloir trouver les sangles chaton, faudrait pas que celle-ci nous échappe.

Code by Fremione.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Femme à barbe ici-bas !
Messages : 53
Age : 260
MessageSujet: Re: Le roi, la reine et le bouffon | Aizen & Irina & Sélène   Mer 21 Déc - 16:55


Le roi, la reine et le bouffon
Irina & Aizen & Sélène


Qu'est-ce que je fais là ? En voilà, une bonne question.. Faut dire qu'une grosse fête, dans ce genre, ça n'a jamais été mon délire, à vrai dire, j'ai toujours eu une préférence pour les fêtes en petit comité, vous n'avez jamais remarqué, que peu importe la fête à laquelle je me rendais, je finissais toujours par m'isoler ? Oui, un tête à tête, c'est bien plus mon truc, mais quand l'homme de vos pensées, vous à planté, pour rejoindre un lieu, inconnu des radars, et bien, disons que pour ne pas devenir folle, je dois m'occuper comme je le peux, et que cette soirée m'a tendu les bras.. En faite, c'est peut-être bien plus ce genre de fête, qui me rend folle, que son absence, ou un bon mélange des deux, je devrais d'ailleurs éviter de traîner là longtemps, mais que voulez-vous, quand je suis ici, à faire la fête, au moins, je ne pense pas à l'immense vide, à mes côtés, jour après jour. J'espère au moins que ton idée était la bonne, Jessy, et que tu n'auras pas fais cela pour rien. Croyez-moi, ou non, mais malgré la tentation de cette soirée, et le nombre d'homme, que je pourrais trouver là-bas, je n'ai pas eu l'envie de faire un véritable effort pour me vêtir de manière sexy. De toute façon, mon but, c'est de m'amuser, pas de finir la soirée en compagnie d'un autre homme, qui de toute manière, ne serait pas capable d'attirer mon attention, comme Jessy. Alors au final, j'ai juste enfilé une robe noire, qui met mon corps en valeur, mais s'en plus. Et si cela ne plaît pas, et bien, je n'oblige personne à venir me tenir compagnie, je ne suis pas là pour ça. J'ai tout de même fais l'effort de lisser mes cheveux, mais c'était d'avantage parce que j'en avais envie, que pour un geste pour cette fête.

Est-ce que je retrouve l'ambiance que j'espérais ? Je ne peux pas dire que cette soirée manque d'ambiance, la musique est là, pas mauvaise, en plus, et on ne manque pas de banque de sang, mais il manque toujours cette présence, à mes côtés, pour que la soirée puisse être parfaite. Peut-être que je n'aurais pas du venir seule ? Peut-être que j'aurais pu proposer la soirée à Amaëlle, notre dernière soirée s'est avéré être assez intéressante, celle là aurait pu l'être aussi ? De toute façon, c'est un peu tard, pour l'inviter à me rejoindre. Peut-être que je ferais une agréable rencontre, ici, qui me permettra de passer une bonne soirée ? Après tout, cela n'a pas l'air de manquer de Strigoïs, nous sommes même en plus grand nombre, dans tout ce lot, il doit bien exister une personnalité intéressante, au milieu de toutes ces personnes, non ? A croire que non ! J'aperçois bien quelques groupes, qui ont l'air de bien s'amuser, mais vous vous souvenez, les foules, c'est pas mon truc, j'ai une préférence pour un tête à tête, alors je me dirige plus tôt vers ce jeune homme, canon, mais quelle importance, une seule chose m'intéresse chez lui. Son sang. Et l'avantage d'avoir un buffet humain comme celui-là, c'est qu'il ne cherche même pas à se défendre, il a été amené ici, pour cela. T'attends-tu à mourir ? Je ne pense pas, mais ce n'est pas grave, j'ai déjà choisi ton sort, rien ne pourra l'éviter. Je plante mes crocs dans sa gorge, au même moment que je resserre ma prise sur lui, pour qu'il ne cherche pas à m'échapper, par la suite. J'ai bien fais, puisqu'à mesure que je prends son sang, je le sens, prendre conscience que je ne m'arrêterais pas, et que cela risque de lui coûter la vie. Et à mesure qu'il s'acharne à se débattre, à mesure que ce sang coule dans ma gorge, je sens ce côté sauvage, prendre le contrôle. Le désir du sang, plus l'absurdité d'un humain, qui, sans s'en rendre compte, c'est lui-même fais passer pour une proie. Tu as eu la réaction la plus stupide du monde, en essayant de prendre la fuite. J'aurais pu te relâcher, en avoir assez de ton sang, mais en te mettant toi-même, dans le rôle d'une proie, tu t'es assuré que je ne te lâcherais pas, jusqu'à ce que j'ai vidé la dernière goutte de sang, de ton corps. Et le pire de tout ça, c'est qu'à cause de toi, je ne suis même pas rassasier. Ce corps ne m'a pas suffit, et il va falloir que je me dégote une nouvelle proie.. Enfin, je n'aurais pas à chercher très longtemps, plus que je sens l'odeur alléchante, d'humains approcher de moi. Une jeune femme s'arrête à ma hauteur, et je peux vite découvrir qu'elle est accompagné.

« Et bien, je n'en demandais pas tant.. Je me demande lequel mourra en premier »

Femme, ou homme ? Femme, je dirais, les hommes ont tendances à avoir meilleur goût, surtout lorsqu'ils pleurent sur le sort de leurs femmes. Disséquer de l'immortel ? Sérieux ? Je ne peux m'empêcher de rire, face à ces paroles. Vous vous êtres pris pour des chercheurs de grandes envergures ? Faut que quelqu'un vous annonce que vous n'êtes pas tomber au bon endroit, vraiment pas.. A moins que vous ne cherchiez la mort ? En faite, je ne m'attendais pas à ce qu'ils s'en prennent directement à moi, sans doute la raison pour laquelle je n'ai pas vu le geste venir, jusqu'à sentir cette décharge, à l'intérieur de mon corps. Je sens toute la rage, s'accumuler en moi, une tonne de plan, se forger, pour m'en prendre à ces deux crétins, qui se pensent intelligent, mais je n'ai pas l'occasion de tenter quoi que ce soit, puisque la décharge fini par me mener directement dans les vapes. Bordel, c'est pas bon pour moi, ça, pas bon du tout.

Et c'est le moins que l'on puisse dire. Combien de temps plus tard est-ce que je reprends connaissance ? Je n'en ai aucune idée, mais j'ai bien conscience de ces chaînes, qui me maintiennent, sans que je ne puisse bouger. C'est que ces petits cons ne rigolaient pas, en plus. La rage est toujours là, cette rage, qui me fait agir comme une bête sauvage, pour essayer de me dégager de cette prise, sans le moindre résultat.

« Bande d'idiot, vous avez fais une grave erreur, profitez de votre dernière soirée ensemble »

Oui, parce qu'il s'agira vraiment de la dernière, parce que lorsque j'aurais réussi à me dégager de là, je vous jure que vous ne vivrez pas assez longtemps, pour vous dire adieu.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le roi, la reine et le bouffon | Aizen & Irina & Sélène   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le roi, la reine et le bouffon | Aizen & Irina & Sélène
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Neutre- le bouffon de la Reine
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)
» «La Reine Nègre» Victor-Lévy Beaulieu s'explique
» Amy of Leeds : Reine de Coeur, à vous l'honneur !
» La Reine du Rock se présente !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vamp Academy :: Archive :: Rps communs-
Sauter vers: