Forum d'écriture privé
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 D'un monde à l'autre | Ehlena & Reyes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: D'un monde à l'autre | Ehlena & Reyes   Lun 15 Aoû - 1:21


D'un monde à l'autre
Ehlena & Reyes

Revenir sur ses pas. Il paraît que c’est une méthode pour se soigner, une façon de se réconcillier avec le passé. Je n’ai pas besoin de me réconcilier. Je n’ai besoin de rien. Sauf tuer. Tuer. Tuer. Ce mot est inscrit dans mes pensées, dans mes veines, dans mon sang, dans mon âme… Cette pensée m’obsède. Ils m’ont transformé en objet, ils m’ont ôté toute identité et je renais en tant que tueuse. Parfois, je me dis que je devrais juste leur envoyer une bombe, ne pas m’assurer que chacun meurt de mes propres yeux. Moins de chance de mourir, plus de chance de gagner, moins de fuite… Un travail plus propre. Mais tout est devenu personnel. Et je ne pourrais pas m’arrêter. Ça devient additif. Le seul moment où je me sens proche de lui, Henry… Je ne sais pas ce que je ferais quand ils seront tous morts. Comment je ferais. J’ai un but en cet instant, une raison de continuer à jouer la funambule… Mais bientôt, je me précipiterais dans la pire chute dans ma vie, soit parce que je ne verrais pas d’échappatoire, soit parce que j’aurais trop me serais faite abattre dans le dos.

Enfin, je reviens sur mes pas. Je retourne en arrière. A cette époque presque normale de ma vie où j’ai pu être scolarisée. Normale. Comme si je l’étais. Je suis le loup solitaire, celui qui se promène sans meute et attaque sournoisement. Je n’aurais jamais pu être normale. Une brève idylle. Impossible. Irréalisable. Impensable.
Je me faufile discrètement dans une salle. Une salle de classe. Une classe où j’ai pu assister à un cours ? Peut-être. Je me rappelle pas mal de ses instants de ma vie. Oui, j’ai peut-être assisté à un cours ici. Mais ça ne m’a pas marqué. Rien ne me marque en même temps. Blasée et sanguinaire, hum le cocktail idéale.
Je vois mon protecteur apparaître, du coin de l’œil, juste à côté du tableau. Je m’approche de celui-ci, attrapant l’une des craies blanches. Je murmure doucement pour mon protecteur ma demande :

« Que veux-tu que je fasse ? »

Evidemment, il ne répond pas. Jamais il ne me répond. Jamais verbalement. Parfois, je me demande pourquoi. Ça m’ait pourtant déjà arrivé d’entendre des voix… Qu’est-ce qui est différent cette fois ? Je dépose ma craie contre le tableau, commençant à tracer un trait avant de me retourner brusquement, envoyant cette même craie devant moi. La femme rattrape la craie de sa main, comme si de rien était. Je la vois m’analyser du regard avant de se détendre. Une Dhampir. Pas une ennemie donc. Mais je n’arrive pas à me détendre.

« Ehlena, est-ce que c’est toi ? »

Comment connaît-elle mon nom ? Comment peut-elle le connaître ? Elle s’avance vers moi et j’agis instinctivement. Je recule, me collant au mur, avant de laisser mon don agir. Sa tête tombe en arrière pendant que son corps tombe à genoux puis s’écroule, loin de la tête. Parfois, je ne retiens pas mes instincts, pas assez vite… Je sais qu’un corps sans tête ne peut pas vivre mais j’agis quand même prudemment en m’approchant, me penchant pour voir la tête. Ses traits me disent quelque chose… Oui, une impression de déjà-vue… Oh. Oh. Dhampir. Se promenant sur le campus. Une gardienne. Mince, je viens de tuer un agent de la sécurité. Voilà pourquoi je l’ai reconnu… Oups. Je m’assoie aux côtés du corps décapité, mon jean se gorgeant peu à peu de son sang. J’ai fais une petite erreur. Je crois. Oui. Normalement je ne tue que les alchimistes. Donc c’est une erreur. Eh bien… Il va falloir que je fasse attention. Et amende honorable aussi…

« Désolée mademoiselle. »

J’attrape sa tête et la replace, réalignée à son corps. On dirait presque qu’elle dort. Presque. Sans ce sang. Et cette ligne rouge. Je ferme ses yeux et je ne sais pas pourquoi, ma main se dirige vers l’une des lames de cette femme. Je l’attrape, hypnotisée par la façon dont l’éclairage faible de la salle se reflète pourtant dans la dague. J’en suis là, assise à côté de ce corps, à faire tourner doucement cette lame quand je sens la présence de quelqu’un d’autre dans la même salle que moi…
En cet instant, la plupart des gens utiliseraient des phrases inutiles comme « Bonjour », « comment allez-vous ? », « que faites-vous ici ? ». La plupart des gens n’ont pas de personnalité. Aucune once d’intelligence. Je ne suis pas la plupart des gens… Je lui montre l’arme et lui demande donc, d’un ton totalement dépourvu d’émotion, mon ton habituel :

« Tu sais te servir de ça ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: D'un monde à l'autre | Ehlena & Reyes   Mar 16 Aoû - 18:07


D'un monde à l'autre


Je longe presque les murs, alors que j'avance à mon rythme dans les longs couloirs de l'université.. J'ai bien conscience de faire pitié pour les quelques personnes que je croise, mais au fond, je m'en fiche pas mal, que l'on me prenne pour un fou, je n'en ai rien à foutre, cette sensation d'être toujours en contact avec quelqu'un, ou quelque chose, me rassure.. C'est sans doute bête, cela n'empêchera pas l'un de ces monstres de m'attaquer, de me vider de mon sang, ou juste de me tuer, mais l'impacte sera moins dur, cela me laissera l'occasion, peut-être, de contre-attaquer, et c'était une chance précieuse, dans une vie. Arrêtez de me regarder comme si j'étais un monstre de foire, ce n'est pas moi, le monstre, mais toutes ces bestioles, que l'on devrait exterminer! Et cette satané d'impression d'être suivi, qui refuse de disparaître.. Si j'arrivais au moins à la faire diminuer cette impression, ce serait déjà une bonne chose, mais je n'en suis pas capable, elle m'observe, elle me cherche, peut-être que je suis juste en train de psychoter, mais je n'en ai pas l'impression, j'ai juste l'impression de devenir fou, peut-être avait-il raison, eux, ce qui voulait m'éliminer, chez moi, peut-être que je suis un danger, peut-être que je suis instable, et que, la seule manière de sauver les autres, c'est de m'éliminer.. Peut-être que je n'ai aucune chance de survie.. Peut-être qu'un de ces monstres, me tuera, avant que l'on me mette la main dessus.

Je ne m'arrête pas dans mon avancée, même lorsque certains ricanements me font sursauter, sans doute ces filles sont-elles en train de se foutre de moi, mais je m'en fiche pas mal, encore une fois, je garde mon objectif en tête, celui de rejoindre la bibliothèque, ou trouver un professeur, dans cette université, d'après ce que j'ai entendu, j'aurais les réponses que je souhaite, et j'en serais, enfin un peu plus, sur toutes ces espèces, qui peuplent notre monde. Je regarde autour de moi, mais je crois que je suis perdu, pourquoi existe-t-il autant de couloir différent, juste pour une université ? A quoi est-ce que cela peut servir, d'avoir des tonnes d'entrée différentes ? A rien, juste, à rien. Je tourne à nouveau à l'angle d'un couloir, et me retrouve au milieu de la cour. Non, pas ce que je cherche.. Je reviens sur mes pas, un plan, j'aurais bien besoin d'un plan, parce que l'orientation, ce n'est pas mon truc, cela semble visible, je crois. Je passe près d'une porte, je ne fais pas attention, jusqu'à ce que j'entende ces quelques mots échangés, et que je fasse le lien, avec les personnes, qui semblent être à l'intérieur. Un professeur, peut-être ? Ou peut-être pas, mais je perds rien à pousser cette porte. Je trouve une jeune femme, près du sol, semble-t-il qu'elle observe quelque chose, mais je ne vois pas quoi, je ne comprends pas quoi, je suis sans doute trop loin pour cela, mais je peux, en revanche entendre sa phrase, et grâce à la lumière, qui reflète sur le métal, je comprends aussi ce qu'elle me montre. Est-ce que je sais me servir de cela ? A vrai dire, je n'en sais rien, je pensais savoir, puis, je me suis rendu compte que je ne connaissais pas ce monde, et que je n'étais pas capable de me battre contre la moitié de ces créatures, sans perdre le combat.. Alors, qu'est-ce que je pouvais lui répondre ?

« Je crois.. »


Cette réponse te semble-t-elle convenable, à toi ? Parce qu'à moi, je n'en suis pas convaincu. Je me rends compte, au moment où je réponds, que ce n'est pas suffisant, que je devrais être en mesure de me battre, de pouvoir sauver ma vie, que je devrais pas me contenter d'un « je crois » Est-ce que toi, tu sais te servir de ce genre d'arme ? J'avoue être un peu curieux.

« Et toi ? »

Est-ce que tu accepteras de me répondre ? Est-ce que tu me diras la vérité ? Je m'approche, dans la petite salle, enfin petite, question de point de vu, j'imagine. Et, en fin de compte, je n'aurais pas du m'approcher. Je reste un moment, bloqué face à cette vue, qui s'offre à moi, et ce cadavre, sur le sol, ce sang, qui recouvre le parquet.. Merde, mais face à quel genre de folle, est-ce que je suis tombée ? Est-ce que, dans cette ville, il existait des personnes normales ? Je m'arrête, préférant ne pas m'approcher plus d'elle. Ne sait-on jamais ce qu'elle pourrait me faire.

« J'imagine que j'ai ma réponse »


Et, pour le coup, elle n'est pas forcément rassurante. J'aurais préféré ne rien voir de ce spectacle, et je crois, que mon espoir de tomber face à un professeur, est ruiné, car ce n'est visiblement pas ce qu'elle est. Que va-t-il m'arriver ? Que va-t-elle me faire ? Je pouvais faire mon maximum, pour ne pas finir comme cette femme, en tout cas. Je m'assoie sur une table, laissant mes jambes se balancer dans le vide.

« Je peux savoir ce qu'elle t'avait fais, ou est-ce que je suis condamné à rester dans l'ignorance ? »



acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: D'un monde à l'autre | Ehlena & Reyes   Mar 23 Aoû - 16:35


D'un monde à l'autre
Ehlena & Reyes

Etre là au mauvais endroit, au mauvais moment. Souvent, je me dis que c’est ainsi qu’a démarré ma lente destruction. On s’est organisé cette fête, avec Henry, pour fêter mes 16 ans… Et à partir de là, on a commencé notre descente aux enfers. On est passé par tout. Je suis passé par tout. Par la destruction lente de mon corps, par l’asphixie de mon esprit… Et par la mort de mon âme. Et je suis là aujourd’hui, toujours en vie, toujours détruite. Et je détruis ce que je touche, ceux qui souhaitent me toucher également. Au mauvais endroit, au mauvais moment. Elle aussi elle l’a été. C’est pour ça qu’elle est morte. A cause de ça. Si elle n’avait pas été là ce soir, en ce temps, elle serait toujours vivante. Mais maintenant, elle s’est endormie, pour l’éternité. Mais tu verras, gardienne, la mort est douce. Bien plus douce que la vie, même si elle est aussi obstinée. Elle me refuse cette délivrance depuis si longtemps que je sais maintenant que je suis maudite, bannie de son royaume jusqu’à ce que je puisse enfin tomber sur plus fort que moi… Et je l’attends cet être. Je souhaite sa présence, je souhaite son absence. Je veux en finir mais je veux aussi terminer ma mission. C’est un besoin. Vital. De vie et de mort. Le sang a coulé ce soir et tu n’aurais pas dû mourir, gardienne…

Qui es-tu, nouvelle âme ? Que cherches-tu, ici ? Est-ce moi que tu cherches ? Cette femme ? Un abri. Pas de chance pour toi, il n’y en a pas en ce monde. Tout comme je ne serais jamais celle qui apportera la sécurité. Jamais. Mais cette arme te sauvera peut être la vie, tout du moins si tu sais t’en servir. Sauf que tu ne sais pas. C’est dommage. Tu grilles une cartouche. Tu laisses l’ignorance d’un fait incontournable à Missoula ruiner tes chances. Tu as besoin de savoir te défendre ici, si tu ne souhaites pas te faire dévorer. Bienvenue dans l’Odyssée, et tu y affronteras des dangers bien plus venimeux que Circée… Bien plus insidieux également.

J’ai ma réponse. Tu n’es ni un danger, ni un allié. Ni un ennemi, ni une cible. Ni important, ni intriguant. Rien n’est intriguant. Rien depuis que les piqûres ont commencés, depuis que les prélèvements ont été fait, depuis que l’acide a été versé. La douleur a été forte, elle a effacé ma connexion à ce monde. Seuls les beaux yeux sombres d’Henry pouvaient me ramener à la réalité. Du moins à la réalité que tous les autres partagent. Je préfère ma réalité. Je la contrôle, je la maîtrise. J’en suis la seule propriétaire. Elle me permet d’être la seule à voir mon protecteur et c’est un précieux cadeau.
Je laisse mes doigts glisser contre l’or rougis des cheveux de cette morte. Est-ce que ta famille te traitera avec considération quand elle enterrera ton corps ? Ou ne seras-tu qu’un corps anonyme tombé dans une guerre qui dure depuis des lustres dans ces lieux ? Parfois, je me dis qu’on devrait tuer tous les dhampirs, que vous puissiez avoir ainsi la paix. Une mort est préférable à votre destin. Vous n’avez pas d’enfance, pas de vie, pas de priorité, pas d’amour propre. Vous n’êtes que des unités remplaçables à leurs yeux. Et même mes ennemis pensent comme moi. Si ce n’est pas la preuve que vous êtes la plus méprisée des espèces… Vous méritez bien un doux repos. Un repos qu’on ne vous a toujours pas accordé.

Quand je relève la tête, l’homme est devant moi, installé à une table. Il ne s’est pas enfui. Il n’a pas profité de mes pensées pour me fausser compagnie. Etrange. Mais tout est étrange ici… Tout est étrange et en même temps si semblable à quand je possédais encore un minimum de sentiments…

« Qu’est-ce que cette question te rapporterait ? Elle est inutile. Elle serait vide de sens à tes yeux vu que tu ne pourras jamais en comprendre tous les tenants et aboutissements. »

Je rebaisse les yeux sur la dhampir, lui remettant sa dague entre ses doigts froids. Tu es morte en protectrice, tu étais une guerrière et je veux qu’ils ne puissent pas gâcher cette image de toi. Tout du moins si ta vie les intéresse. Peut être que ta mort le fera… Peut être que le mystère les intéressera ? Mystère, mystère, mystère…

« Les hommes ont peur de ce qu’ils ne comprennent pas… Mais pas toi. Tu préfères affronter l’inconnu et le danger. Tu es étrange. Mais si tu cherches des réponses à tes questions, ce n’est pas à moi que tu devrais parler. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: D'un monde à l'autre | Ehlena & Reyes   

Revenir en haut Aller en bas
 
D'un monde à l'autre | Ehlena & Reyes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» AutreMonde Rpg ;D
» Arrivée d'un autre monde.
» Autre-Monde
» Autre Monde, de Maxime Chattam
» A la frontière de l'autre monde [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vamp Academy :: Archive :: Rps Marie & Laure-
Sauter vers: