Forum d'écriture privé
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Prudence est mère de sûreté | Kyle & Lilith

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Prudence est mère de sûreté | Kyle & Lilith   Mar 9 Aoû - 18:29



Prudence est mère de sûreté
Kyle & Lilith

A l’intention de celui qui a crée les Strigoïs, que ce soit dieu ou un scientifique fou d’avant Jésus-Christ, je lui dis merde et je lui annonce qu’un jour je lui botterais les fesses… Ou je le remercierais pour avoir occuper une partie de ma vie, je ne sais pas trop. Je jette un coup d’œil par-dessus mon épaule, sur ce feu de camp où brûle le corps d’un Strigoï. Un lieu où j’aurais pu mourir, par manque d’attention. Je ne m’attendais pas, en quittant Adrian, à tomber directement sur un Strigoï. Je me suis laissée prendre par surprise, je le regrette maintenant mais je le regretterais surtout demain, quand mes courbatures ne me laisseront plus aucun répit et que j’aurais le droit à ma belle collection de bleus. Donc ouais, je crois que je vais d’abord tuer le créateur des Strigoïs avant de le remercier.

Je monte dans ma voiture pour le trajet jusqu’à mon studio où je peux enfin profiter d’une bonne douche qui efface toutes les traces de sang et cette odeur de fumée. En jetant un coup d’œil sur ma montre, je remarque que la soirée est loin d’être terminée. Minuit trente, elle n’en est même pas à mi-chemin… Mon téléphone vibre sur ma commode, attirant mon attention. Un message m’invitant à rejoindre le Crisp Night pour un peu d’aventure. Incompréhensible. Surtout que c’est un numéro inconnu… Et que mon lit m’appelle bien plus. Malgré tout, malgré le fait que la curiosité a tué le chat… Je me rhabille, prête à ressortir. Un pantalon près du corps, des talons assez confortables pour me permettre de courir, un débardeur, ma veste rouge. Mais surtout des poignards, mon flingue et quelques lames supplémentaires. Je prends ensuite le chemin du Crisp Night. Même si ce message est étrange, je sais à quoi m’attendre au Crisp Night, repère des Strigoïs et des victimes consentantes. Quoi qu’il se passe, je pourrais avoir un autre petit combat ce soir. Ma blessure à la hanche m’élance, il faut dire que se prendre un arbre n’était pas prévu au programme… Mais j’ai fais de mon mieux tout à l’heure. De toute façon, je compte bien ne plus avoir aucune blessure. Ne pas avoir non plus de prince charmant. On se sent un peu trop obligé de m’observer dans mes combats dernièrement, ça me rend légèrement parano.

Je me gare finalement pas loin de l’entrée du club, me mêlant à la foule qui attend de rentrer, continuant à regarder mon téléphone, attendant un autre message. Au final, je relève la tête quand une ombre attire mon regard. Apparemment, le vigile vient chercher la chair fraîche dans la foule. Je soulève un sourcil sans rien dire et le mec me fait un sourire qui me permet de voir ses crocs. Et pourtant, je ne ressens pas de présence Strigoï… Un humain qui se fait passer pour un monstre ? Ou un monstre qui arrive à se faire passer pour un humain ? Allez savoir.

« Suis-moi, tu vas pouvoir rentrer dès maintenant. »

Je n’ai beau ne rien dire, ça me met sur mes gardes. Je prête un peu plus attention à mon environnement, me reprochant de ne pas l’avoir fait avant. Ça me permet de me rendre compte qu’ils font une grosse sélection ce soir. La plupart des clients sont rembarrés et quelques uns sont sélectionnés, tout comme moi. Rien n’est normal dans tout ça, même si je ne connais pas bien les habitudes de ce bar… Monsieur Croc m’amène à une autre porte (j’ai même l’impression d’être à un autre immeuble) et me fait signe d’entrer à l’intérieur, je le salue d’un signe de tête et contre tous mes instincts, j’avance, lui présentant mon dos. Je ne peux pas m’empêcher de me tenir sur mes gardes mais j’entends juste la porte se refermer derrière  moi. Je jette un coup d’œil pour voir que je suis seule, de quoi me détendre un peu… D’un mouvement du poignet, je sors une lame du holster de mon avant-bras gauche et je tiens la lame le long de mon corps en avançant dans le couloir. Celui-ci mène à un escalier ensuite et je ne vois pas d’autres issues, ni portes alors je le descends. Au fur et à mesure que je descends les marches, j’entends le bruit de la musique. Ça devrait me rassurer mais ce n’est pas franchement le cas. Il y a une putain d’ambiance malsaine dans l’air et vu que je ne vois toujours personne, je ne sais pas s’il n’y a que moi qui la ressens.

Je vois enfin apparaître quelques visages dans une pièce carrée, une pièce où se mêle, d’après ce que je peux voir, humain et non-humain. Rien qui ne change des rumeurs que j’ai précédemment entendu…  Mais je me sens toujours autant sur mes gardes. Je vois des gradins sur le côté, comme une reproduction des arènes de gladiateurs. Et apparemment les gladiateurs sont les humains et les lions sont les Strigoïs. Cette image me fait légèrement sourire jusqu’à ce que je fixe un peu mieux les humains. Humains et Dhampirs, je le réalise maintenant. Mais surtout, tous armés. Pas forcément tous sur leurs gardes mais ils ont tous une musculature légère qui suggèrent qu’ils n’ont pas passés leurs temps dans des salles de sport mais plutôt sur le terrain…

Je dois me faire des idées mais ça se bouscule dans ma tête. Cette impression d’être entrée dans un autre immeuble, cette sélection à l’entrée de l’autre club, ces escaliers interminables, assez enfoncés pour que des cris ne s’entendent pas à la surface, surtout avec la musique du Crisp Night… Les prédateurs tous mêlés ensembles, ces gradins sur lesquels des Strigoïs nous observent, et uniquement des Strigoïs… Oui, on dirait une putain d’arène de combat pour une orgie de combattants. J’entends un bruit derrière moi et j’agis avant même d’y réfléchir, je fais volte-face, appuyant ma lame contre une carotide et repoussant nos deux corps dans l’obscurité de l’escalier. Pour l’instant, nous ne sommes pas visibles et ça ne pourrait pas être plus parfait jusqu’à ce que je comprenne ce qui se passe. Je croise des yeux humains, de quoi me détendre quelque peu… Mais pas trop. Tout le monde peut être un ennemi pour l’instant, ou plus précisément des alliés de Strigoïs à qui on promet l’éternité… Voilà un beau merdier. Je parle à son oreille, le plus doucement possible, pour ne pas être entendues par les fines oreilles qui traînent dans le coin.

« Comment as-tu atterris ici, gamin ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Prudence est mère de sûreté | Kyle & Lilith   Mar 9 Aoû - 20:39



Prudence est mère de sûreté


Lilith & Kyle



Hello hell city, comment tu t’en sors aujourd’hui ? Est-ce que de nouveaux bébés strigoïs sont nés ? Donne-moi donc leur nom, que je me fasse un plaisir de les égorger, ou plutôt dis-moi qui sont leurs parents, plus ils sont vieux, plus ils sont amusants. D’accord d’accord j’ai compris, je vais devoir trouver leurs noms moi-même, c’est pas grave, je ne suis pas enquêteur pour rien après tout. Bon mais avant de partir enquêter, faut que j’aille à la pharmacie acheter mes cachets, déjà trois jours que j’en ai plus et là je commence clairement à le ressentir. Alors go direction médocs et ensuite on ira tuer du monstre, parce qu’apparemment même quand je veux passer une soirée tranquille dans cette ville ça fini par devenir morbide, alors autant aller direct au meurtre et au sang en sautant la case "j’ai une vie tout à fait normale".

- Comment ça vous ne pouvez pas m’en donner ?

- La prescription date de 2015.


Ouais je sais, j’ai acheté des tas de médocs à l’avance pour ne pas avoir à retourner chez le médecin, évidemment pas à la pharmacie, j’ai jamais dit que je ne faisais pas dans l’illégalité, sauf qu’ici je ne suis pas encore assez familier avec les lieux et les gens pour ça. J’attrape un stylo mis à disposition et change le 5 en 6.

- 2016, regardez, c’est un 6, pas un 5, pas que ça m’inquiète mais vous devriez changez vos lunettes madame.

- Jason, mets-moi ce rigolo dehors tu veux bien ?

- Quoi ? C’est comme ça que vous traitez vos clients ? D’accord d’accord, monsieur muscles peut ranger ses gants je sors, mais sachez que je vous ferais de la mauvaise pub ! Vous venez de perdre un très bon client !


Je déguerpis d’ici avant qu’on ne m’y force, lâchant un long soupire de désespoir. Mes doigts commencent à gesticuler tout seul alors que je réfléchis, on dirait que j’ai la bougeotte en fait, ou que je suis un pauvre taré, mais là c’est un peu le cas en fait. Retirez sa drogue à un drogué et croyez-moi il peut devenir complètement dingue. Et bien c’est pareil, retirez-moi mes cachets trop longtemps et mes folies commencent à revenir. Je songe sérieusement à cambrioler cette pharmacie, mais pas ce soir, ce serait trop prévisible, à la place je vais aller boire un verre pour me calmer les idées.

C’est moi où ce bar est totalement étrange ? J’ai l’impression de voir du monstre partout, aussi bien chez la clientèle que parmi le personnel. Vraiment bizarre, ça y est, je commence à avoir des hallucinations. Il me faut un verre, même deux. Sauf que j’ai à peine le temps d’entamer le premier qu’une jolie fille vient à ma rencontre et me murmure de la suivre avant d’attraper mon bras pour m’entraîner avec elle. Quoi ? Moi ? Vraiment ? Et c’est moi où cette fille a une poigne plus forte que la mienne ? Je comprends pas trop là, faut que je redescende. Musclor me sourit et je crois apercevoir des canines. Sauf que je crois aussi apercevoir des lucioles voler partout autour de nous. Merde. Est-ce que je la tue en prenant le risque que ce soit une humaine ou pas ? Ma main se pose sur mon épée, vous seriez étonné de voir que je rentre partout avec cette arme, sauf qu’avant que je ne la dégaine, elle me pousse à l’intérieur d’une salle et referme la porte derrière moi.

Cet endroit n'est définitivement pas normal. Je me retourne, observant toutes ces personnes autour de moi, des humains et des moins humains, mais pas le genre de monstres que je traque pour autant. Les monstres ils nous regardent de là où on ne peut pas les atteindre. C’est quoi ce délire ? C’est moi qui délire ? C’est vraiment un délire ? Mes pensées se bousculent un peu trop et je vous avoue que je suis sur le point de sortir mon épée et tuer tout ce qui bouge, sauf qu’on m’arrête avant. Catwoman est rapidement, je dois bien le reconnaître et sa lame contre ma carotide, c’est pas très agréable. Catwoman semble être moins sur le qui vif après quelques secondes, mais c’est pas pour autant qu’elle retire sa lame de ma gorge.

- Je suis censé répondre avant ou après que tu m’aies égorgé ?

Question stupide, je le sais, mais c’est le stress. Non je ne suis pas du genre stressé habituellement, pas quand j’ai pris mes cachets, sauf que là je ne les ai pas, que je vois des choses qui ne sont pas là et que je vis des choses complètement anormales. Si je racontais ça à ma psychologue, je crois qu’elle me ferait définitivement enfermer. Je repousse son bras, levant en même temps les mains en l’air pour lui montrer que je ne sors pas les armes, pas pour l’instant en tous cas, alors ce serait gentil de laisser ma carotide en place.

- Et le gamin pourrait bien te sauver la vie ce soir, alors héro me paraît être un meilleur surnom. Quant à ce que je fais là... A vrai dire moi-même je me pose la question.

Comment en moins d’une heure j’ai pu passer du "je vais acheter mes médocs à la pharmacie" à "je me fais piéger dans une salle macabre par des suceurs de sang avec des gens qui me sont complètement inconnus" ? Moi aussi je me le demande, ou peut-être que j’étais déjà le seul à me le demander ? Bref, on s’en fou.

- Je parie que dans une minute ils vont nous annoncer qu’on doit tous s’entretuer et que le survivant aura droit à la vie éternelle, Battle Royale version vampires. En attendant tu devrais plutôt regarder ces lucioles, c'est dingue comme elles brillent, à croire que leur lumière va carrément engloutir un corps, tu crois qu'elles pourraient faire ça ? Au fait, je m’appelle Kyle.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Prudence est mère de sûreté | Kyle & Lilith   Mer 10 Aoû - 2:37



Prudence est mère de sûreté
Kyle & Lilith

Les rendez-vous surprises, ce n’est pas mon genre, pas même à mes heures perdues. Je n’aime pas les surprises, je n’aime pas la proximité et je n’aime pas l’autre sexe. Et vu que ce club n’est certainement pas un club gay, tout cela promet d’être tout ce que je déteste. Enfin, ce sont mes pensées avant que je ne sois envoyé en terrain inconnu dans une autre ambiance. Est-ce que cette partie du terrain est aussi sous la domination des Strigoïs ? Plus précisément sous la domination de ceux possédant le club ? Je ne sais pas et pour l’instant, je m’en fous. Je retiens mon instinct qui me dicte de faire demi-tour et j’observe. Et plus j’observe, plus je regrette de ne pas pouvoir faire demi-tour. Je n’ai rien contre une bagarre mais ça m’étonnerait que j’ai assez de munitions pour me battre contre autant de Strigoïs à la fois et je ne suis certainement pas assez bonne avec une lame pour survivre toute la nuit au combat. Je m’épuiserais surement bien trop vite, surtout avec cette fraîche blessure… Bref, ça commence à sentir la merde.

Je réagis un peu tard, du moins par rapport à mes habitudes, à cette intrusion dans mon dos mais j’ai tout de même le dessus sur cet humain, le plaquant contre le mur, ma lame contre sa carotide. Même si, à y réfléchir, je n’ai pas choisi le meilleur endroit pour plaquer ma lame. Si je tranche sa carotide, il mourra mais ça ne sera pas discret, l’odeur du sang risque de rendre les monstres… Bien déchaînés. J’aurais dû viser le cœur, une bête erreur de ma part.
Le gamin reprend la parole, attirant mon attention. Question bête, réponse bête.

« Ca dépend, t’es ventriloque ou pas ? »

Je pose la question avec le plus de sérieux que je puisse réunir. Même si sa question était conne, au moins, ça a quelque peu… Rafraîchis l’atmosphère qui était quelque peu tendu. De quoi nous permettre de reprendre nos esprits et de quoi m’empêcher de faire une connerie comme le tuer quand il s’écarte. Trop de sang si je le fais. Mais ça ne m’empêche pas de garder ma lame dans la main, même si je laisse celle-ci retomber contre ma jambe. Par contre, la position de l’innocence ne te convient pas. Si tu corresponds au profil et que tu n’es pas là par hasard, alors toi aussi tu sais te battre… J’aurais limite plus tendance à te faire confiance si tu gardais une arme en main plutôt que cette position. Mais bon, tu n’es pas dans mon cerveau, dommage pour toi.
Je l’écoute me débiter sa drôle de réponse. L’appeler héro ? Bon sang, et pourquoi pas t’appeler Dieu pendant que tu y es ? T’es bien un mec toi, le gêne macho s’est greffé à tes veines et te fais penser qu’il faut sauver la demoiselle en détresse.

« Sauves déjà ta peau si la situation dégénère, si ça se passe comme je le crains, t’auras même pas le temps de me chercher du regard. »

Il y a trop de chasseurs inhumains, pour si peu de proies… Du moins selon leurs critères. Un contre un à vu d’œil. Je peux m’en sortir en un contre un mais le problème c’est que si tout le monde n’est pas dans mon cas… On va vite se retrouve en quatre contre un et là, ça va devenir hard. Mauvais tout ça, très mauvais. Je me retourne, collant mon dos contre le mur de l’escalier et continuant à observer la salle, profitant de la pénombre. Donc, on est tous réunis dans le coin sans savoir ce qu’on doit y faire. Sans savoir pourquoi et comment ils nous ont repérés. Parce qu’ils ne nous ont pas choisis au hasard et s’ils nous ont tous observés… Alors ils ont un sacré avantage sur nous. Le gamin reprend la parole et me sors un discours hystérique de camé… Le tout sur un ton plat. Je lui jette un regard mais il a l’air sérieux. Avec le teint blême et les mains légèrement tremblantes. Camé donc. Et merde, il faut que le seul qui se pose des questions soit quelqu’un qui ait perdu quelques neurones dans la drogue.

« Y a pas de lucioles et vu que je ne suis ni biologiste, ni scientifique, je ne pourrais pas répondre à tes questions. Maintenant concentres-toi. Et t’apprendras rapidement, gamin, que les Strigoïs aiment jouer avec leurs proies, ils ne se priveront pas de se battre, mais je crois que la salle n’a pas encore fini de se remplir. »

Je finis par ranger ma lame, elle ne me sera d’aucune utilité contre un ennemi qui se trouve à quelques mètres et apparemment, le gamin, Kyle, n’a pas l’air de vouloir m’attaquer. Alors j’agrippe la crosse de mon flingue dans le holster, sous mon bras, pour le sortir et le tenir dissimulé derrière ma jambe. Mes yeux continuent à scanner la salle avant que je n’entende un bruit derrière nous, quelqu’un d’autre descend notre escalier… On dirait qu’il va falloir qu’on se mêle à la foule et qu’on aille en plein milieu du combat… A moins de tomber sur un allié mais je n’y crois pas trop.

« Faut se trouver une bonne place, à toi de voir si tu veux me suivre. » Une pause de quelques secondes avant que je ne complète en le regardant. « Et moi, c’est Lilith. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Prudence est mère de sûreté | Kyle & Lilith   Mer 10 Aoû - 19:10



Prudence est mère de sûreté


Lilith & Kyle



Bon j’aimerais bien savoir où est passé mon verre, je suis venu pour ça après tout alors qu’est-ce que je fous là ? J’espère que personne ne l’a bu à ma place, parce que j’ai pas pris beaucoup de sous pour me commander des tas de verres. Oui oui je suis sérieux, même maintenant j’ai toujours envie de le boire ce verre. Pas que je sois un alcoolique, loin de là d’ailleurs, la boisson c’est vraiment pas mon fort, j’aime ni le goût ni les effets, mais faut dire que quand j’ai pas mes cachets ça me sauve la mise. Et si on en revenait au présent ? Genre à Catwoman qui me plaque contre un mur en menaçant ma vie avec son jouet. Très tranchant le jouet d'ailleurs, un peu trop peut-être. Je réponds sans vraiment réfléchir à sa question, ce qui donne donc une réponse ridicule et je vois qu’elle surenchérit là-dessus. Au moins elle ne m’a pas cogné, mais bon j’aime pas trop être interrogé comme ça par des inconnus. On m’a toujours dit qu’il ne fallait pas parler aux inconnus de toute façon, même si avec mon boulot c’est un peu compliqué.

- Euh...

Est-ce que je réfléchis vraiment à sa question ? On dirait que oui, même si au final je ne lui donne pas de réponse. Non je ne suis pas ventriloque, mais avec de l’entraînement je suis sûr que je pourrais le devenir ! Et pour avoir de l’entraînement, faudrait déjà que je survive, alors ce serait cool de retirer cette lame de mon cou et de me laisser ma chance. Oh joie, elle finit par le faire ! Je songe à me masser le cou, puis je songe au fait que songer à me masser le cou est idiot puisque je n’ai rien, alors je songe à arrêter de songer. Oui, ce serait bien. Ou plutôt je devrais songer à sa nouvelle question : qu’est-ce que je fais là ? Et bien à la base je venais boire un verre, mais là j’en vois aucun de verre. Il est où mon verre d’ailleurs ? J’irais me plaindre de se bar en sortant, encore un endroit à qui je ferais de la mauvaise pub.

Bref concentrons-nous sur ce qu’il se passe actuellement, car d’après Catwoman rien de bon ne devrait arriver. J’aime pas les mauvaises intuitions. Pourquoi est-ce que t’as une mauvaise intuition ? Ça y est, je commence à avoir une mauvaise intuition moi aussi, c’est vraiment pas malin. Du coup je commence à délirer, enfin je crois. Est-ce qu’elle les voit aussi, les lucioles brillantes ? Apparemment non. Dommage, elle manque un joli spectacle. Ce qui est pas rassurant en revanche, c’est ce qui pourrait bien suivre pour le reste de cette soirée, car quand je commence à être dans cet état, c’est jamais bon. Vraiment pas bon, pour les autres surtout, moi je m’en tire toujours. Catwoman se remet à m’appeler gamin, je lui avais dit pourtant de m’appeler héro, mais apparemment elle en a pas envie. Tant pis, j’aurais essayé.

- Oui oui je connais mes leçons, je tue du monstre depuis plusieurs années. Ce qui m’inquiète ce sont plus les mortels autour de nous et... Les lucioles. Que je suis le seul à voir apparemment. T’es sûre que tu les vois vraiment pas ? Même pas une ?

Ce serait mieux que j’arrête de poser des questions je crois, je suis sûr en fait. Le bruit au-dessus de nous n’annonce rien qui vaille et nous pousse à quitter ce coin pour revenir vers la foule. Pas bon signe tout ça. Catwoman, qui s’appelle apparemment Lilith mais restera Catwoman pour moi, propose de se trouver une bonne place, sauf qu’à peine a-t-elle terminé qu’une voix masculine et malsaine retentit dans la salle. Vous savez, la voix du méchant typique d’un film d’action, et ben c’est ça.

« Bonsoir jeunes gens, vous devez vous demander ce que vous faites ici, mais la question que vous devriez plutôt vous poser est : lesquels d’entre vous sont hypnotisés ? Faites vos paris les amis, le combat est ouvert et on attend de vous du sang et des morts. »

Ouais, là encore une annonce digne d’un film, les monstres n’ont aucune imagination ou quoi ? Je pose ma main sur le manche de mon épée, prêts à dégainer. Le problème c’est qu’il n’y a pas d’immortels autour de moi, que des humains ou des dhampirs je crois. Je ne tue pas les innocents, hypnotisés ou pas. Je me tourne vers Catwoman qui a apparemment disparu. Merde, je me suis laissé déconcentrer par la voix alors qu’elle m’avait proposé de la suivre. Tant pis. Une alarme sonne, probablement le signal pour les hypnotisés puisque je commence à entendre des grognements, des cris et de l’action. Moi je suis à moitié perturbé par les lucioles et à moitié concentré sur ce qu’il se passe. Je réagis quand même à temps lorsqu’un poignard fonce tout droit vers mon cerveau, donnant un coup dans la lame avec mon épée pour dévier sa trajectoire. Ouf, c’était moins une ! Bon maintenant il serait temps de se mêler à l’action. Je verse un liquide sur une bonne partie de mon épée, me mettant ensuite à esquiver et frapper, mais aucun coup mortel ni trop profond, généralement de simples entailles, de quoi les faire saigner, de quoi laisser le liquide s’immiscer dans leur système. Peu à peu les corps que je touche tombe à un à un au sol, vivant mais incapable de bouger. J’aperçois Catwoman occupée un peu plus loin avant d’en toucher encore trois autres. Après plusieurs minutes il ne reste plus personne debout hormis Catwoman et moi, et évidemment tous ces strigoïs qui nous matent de là-haut.

- Tuer des innocents, très peu pour moi. Quoi j’ai contrarié vos plans ? Je ne suis pas désolé en tous cas. Faites pas ces têtes, Catwoman et moi on a remporté la bataille donc maintenant on aimerait bien se tirer d'ici.

Je commence à entendre un hurlement-grognement de derrière une porte. Un bruit qui ne dit vraiment rien de bon. La porte s’ouvre, laissant place à une sorte de bête, mi-monstre mi-humain, un géant défiguré, musclé, assassin. Pitié Catwoman, dis-moi que c’est encore une hallucination.

- Dis-moi, cette chose effrayante là-bas, tu la vois aussi où je suis encore le seul ?

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Prudence est mère de sûreté | Kyle & Lilith   Ven 12 Aoû - 22:11



Prudence est mère de sûreté
Kyle & Lilith

Dans quel genre de bourbier je me suis fourrée encore moi ? Avec un inconnu en plus, qui paraissait parler plus vite qu’il ne réfléchissait. Enfin, en même temps, je suppose que réfléchir en étant menacé d’une arme n’est pas chose simple pour quelqu’un qui n’en a pas l’habitude. Pas de chance pour lui, s’il veut survivre dans cette ville, il va falloir qu’il développe cette compétence. Il finit par me répondre, de son mieux tout du moins. Je ne compte pas l’égorger, surtout maintenant que j’ai réfléchis au pour et au contre, mais je garde cette idée en réserve, pour le cas où. En attendant, vu sa question, je me sens obligé de répondre d’une telle façon qu’il fera un peu plus gaffe à ce qu’il fait de sa bouche, la prochaine fois. Et j’ai le droit à une réponse des plus constructives. C’est qu’il y a du niveau ce soir.

Heureusement, il retrouve sa verve dès que je m’éloigne… Enfin heureusement pour lui et malheureusement pour moi. Je n’ai jamais été très sociale, faut pas pousser le bouchon trop loin, déjà je me mêle à la société, c’est un bel effort de ma part comparé à quelques années auparavant. Il ne semble pas prendre très au sérieux ce qui se déroule devant nous mais au vu de ses prochaines paroles, c’est surement car il est à moitié… A l’ouest. Le héro est un camé. Eh bien tant qu’il n’est pas un zéro, il a une chance de survie. Je tente de le secouer un peu, lui donnant en même temps mon impression. On est dans une arène, une salle de jeux pour Strigoïs et ceux-ci aiment s’impliquer dans leur combat. Il me reprend en me disant qu’il connaît parfaitement la leçon. Tant mieux pour lui. Plus de chance de survie. Par contre, il reprend sur les lucioles. Suis-je obligée de répondre ? Je n’espère pas car je n’ai aucune envie de le faire. Je finis par lui donner mon nom, voyant en même temps que la situation commence à se précipiter en face. Avant, je voyais quelques strigoïs se mêler à la foule mais on dirait qu’ils ont disparus, ne laissant place qu’aux mortels… De quoi me donner à réflexion. Surtout quand le gamin à côté de moi partage ses réflexions en disant qu’il était plutôt inquiet à leur propos…
Comme je l’ai annoncé, je ne perds pas de temps avant de trouver un autre endroit, écoutant en même temps d’une oreille distraite le strigoï qui a pris la parole. Le fait que tout le monde lui prête attention me permet d’avancer dans la foule sans me faire déranger jusqu’à trouver un coin surélever et par lequel les ennemis ne peuvent arriver que deux directions. Parfait, c’est mieux qu’un large cercle autour de moi… Plus de chance de survie. Quand je me retourne, le gamin a disparu donc on dirait par contre, que je vais me retrouver seule. Un grand son me fait froncer les sourcils avant que je ne vois la bataille commencer au centre de l’arène. Puis je vois un homme me foncer dessus avec une lame à la main et une expression meurtrière. Je suppose que la plupart des gens tenterait de le raisonner, de lui hurler d’arrêter… Ca doit même surement être comme ça qu’il a réussi à avoir du sang sur la lame, en tombant sur des personnes qui ont encore un peu d’humanité dans leurs âmes… Je lève mon flingue et lui tire une balle dans le front, l’observant tomber sur le sol avec détachement. Malheureusement pour lui, je n’ai plus d’âme. Plus depuis des années. Mais en même temps… Rho que cette situation m’énerve. J’enlève mon chargeur, échangeant les balles en argent contre des balles contenant un fort tranquillisant.

Je n’amorce pas le combat, préférant rester en périphérie, mais chaque personne qui s’approche de moi finit avec une balle dans le torse. Au bout d’un moment, même les personnes qui n’étaient pas ennemis à l’origine s’attaquent pour venger des amis… Et au final, on est plus que deux debout. Le gamin et moi. Eh bien, je n’aurais parié sur sa survie mais finalement, je n’en suis pas mécontente. Je prends le temps de jeter mon chargeur vide et de remettre celui contenant les vraies balles à l’intérieur pendant qu’il parle, amenant un sourire sur mes lèvres. Comme s’ils allaient nous laisser sortir…
Un humain se ramène, fort… Mais pas infaillible. Le gamin parle et je tourne la tête vers lui une seconde avant de revenir sur notre cible.

« Cette fois, tu n’es pas le seul… Bien que je ne le qualifierais pas d’effrayant. »

Ce n’est qu’un humain après tout… Cette fois, je n’hésite pas à lui tirer dessus. Ce mec n’est pas innocent, c’est sur, donc il peut avoir le droit à des balles réelles. J’entends un grognement de douleur donc je sais qu’une de mes balles a touché sa cible mais vu qu’il s’est jeté derrière une barricade à une vitesse presque surhumaine, je ne sais pas où j’ai pu le toucher. Et j’ai vidé la moitié de mon chargeur dans le vent. Je range mon arme et sort l’une de mes lames, un long poignard qui presque la taille de mon avant bras. Si le gamin a survécu jusqu’ici… Alors il ne peut qu’être utile pour la suite, non ? Je lui chuchote donc quelques mots, espérant qu’il m’écoutera et ne jouera pas au héro.

« Je l’attaque de front, prends-le à revers et si tu peux l’avoir par surprise, n’hésite pas à le tuer. »

J’avance en direction du géant, tout du moins la dernière position que je lui ai connue… D’un bon souple, je passe au-dessus de la barricade et retombe de l’autre côté mais il n’y a plus personne… Mauvais. Très mauvais. J’entends un souffle avant de le voir sortir de l’ombre d’une caisse et je n’ai qu’à peine le temps de m’éviter une mort douloureuse, en faisant un bond en arrière, pour éviter son épée. Car vu sa taille, ça ne peut pas être défini comme un couteau…

« Qu’est-ce que tu cherches à compenser, mon gros, avec ton épée ? »

Je fais en sorte de garder ma voix méprisante et je ne sais pas si c’est le ton ou mes propos qui le font réagir mais il quitte enfin sa position où il était intouchable et il se met à découvert. Eh bien, à partir de maintenant, je vais m’amuser à éviter sa lame. Et à essayer de le toucher. Je crois que cette fois, l’effet de surprise serait parfait. Gamin, si tu veux jouer au héro, commence maintenant. Ma dernière pensée avant que je ne me retrouve engagé dans un combat qui mobilise toutes mes ressources…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Prudence est mère de sûreté | Kyle & Lilith   Mar 30 Aoû - 13:49



Prudence est mère de sûreté


Lilith & Kyle



Qu’est-ce qu’on fout là franchement ? Je me le demande, même si j’ai cessé de me le demander ensuite. Bref, quelle importance. Ce qui compte, c’est qu’on trouve un moyen de se sortir d’ici autrement on risque d’y laisser la vie et ça faisait pas franchement partis de mes projets de mourir ce soir. Sauf que tuer des innocents, ça n’entre pas non plus dans mes principes, alors plutôt que d’entrer dans le jeu de ces monstres, je déjoue leur plan. Ça vous fait quoi les gars, de voir qu’il n’y aura pas autant de morts que vous l’aviez espéré, mais juste des gens immobilisés ? Je ne crois pas que ça leur plaise. Moi ce qui ne me plaît pas, c’est de voir ce cadavre aux pieds de Catwoman. Ainsi donc tu n’éprouves aucun regret à tuer un innocent. Je ferais mieux de ne pas t’approcher de trop près dans ce cas, je ne tiens pas à finir avec une balle dans la tête comme ce gars.

J’essaie de ne pas évoquer ce sujet, pas pour l’instant en tous cas, faisons en sorte de s’allier au moins le temps de sortir d’ici et ensuite on poursuivra chacun notre route. Oui faisons ça. Apparemment le deuxième round ne tarde pas à arriver, avec cette fois-ci une bête étrange, sanglante et effrayante. Du moins il semble effrayant seulement pour moi apparemment. Bizarre qu’elle le voit et ne trouve pas ce type flippant, il n’a rien d’humain pourtant ! Bref, concentrons-nous plutôt sur ce combat, quelque chose me dit qu’il ne sera pas facile à tuer ce gaillard, car oui, celui-là j’ai pas l’intention de le laisser vivant, trop dangereux. Catwoman propose une stratégie, elle attaque de front et moi je le prends à revers, pourquoi pas, je suis galant après tout alors les dames d’abord, fais-moi juste plaisir de ne pas mourir.

- Ça marche Catwoman, mais fois-moi plaisir de survivre, quelque chose me dit qu’on aura encore droit à d’autres surprises et une partenaire est toujours la bienvenue.

Je suis même pas sûr qu’elle m’ait écouté en fait, déjà partie affronter le géant méchant. J’analyse un peu sa façon de faire avant de me diriger discrètement derrière lui pendant qu’elle attire son attention. Sois sage petit minou, t’auras rapidement droit au sommeil éternel comme ça. Je m’approche discrètement, essayant de ne pas faire de bruit tel un chat, sauf que moi je suis pas Catwoman, pas aussi silencieux apparemment. La dhampir évite de peu un coup, moi par contre je me fais surprendre par le gros bras qui frappe dans mon thorax et m’envoie valser vers un mur. Outch, le bon gros géant n’est pas très doux apparemment. Je me relève, douloureusement, ça m’étonnerait pas d’avoir un truc de cassé, mais je préfère ne pas savoir quoi.

J’attrape mon épée qui repose au sol à côté de moi, ma main est de plus en plus tremblante, pas bon, ça m’aidera pas à bien frapper. Je me relève, essayant de me concentrer, essayant d’oublier ce manque. Ce serait bien de rester focalisé sur l'ennemi Kyle, autrement Catwoman et toi allez y passer. Lorsque je reporte mon attention sur le combat, je constate que le géant ne ressemble plus à l’ogre de Prince of Persia et semble un peu plus humain, moins effrayant du coup. Je comprends mieux la remarque de Catwoman au sujet de son apparence maintenant. En parlant d’elle, je vois qu’elle commence à avoir des difficultés, mais surtout qu’elle m’a permis de trouver une faille et un angle parfait sur notre ennemi.

Je ne perds pas plus de temps, car je sais que c’est une question de secondes avant qu’elle ne s’épuise et qu’il ne finisse par prendre le dessus, la broyer ou la tuer. Je resserre ma main sur le manche de mon épée pour ne pas qu’elle tremble trop et me mets à courir, mais pas vers l’ennemi, plutôt vers l’escalier. Je grimpe dessus, me positionnant sous le bon angle. Catwoman me remarque et parvient à le faire se déplacer un peu plus vers moi. Parfait ! Je m’élance de l’escalier et atterris sur le dos du géant, plantant mon épée du haut de sa nuque pour la descendre le long de sa colonne vertébrale avant d’atterrir sur le sol. Le géant reste immobile quelques secondes après avoir hurlé, puis finit par s’écrouler entre Catwoman et moi. Encore un duel de gagné, cool, mais maintenant ce serait bien qu’on se tire de là, surtout que je commence à avoir de sales tremblements. Je tente de décrocher mon épée de son dos avec un peu de difficultés, ce qui m’empêche de voir arriver les strigoïs pas contents qui encerclent Catwoman et moi. Merde, ils sont même pas fairplay en plus. Je récupère enfin mon épée avant de me tourner vers eux, n’améliorant pas forcément la situation en prenant la parole.

- Bon alors les gars, lequel d’entre vous veut mourir le premier ? Je pourrais faire ça toute la journée.

Mensonge mais bon, faut bien leur faire croire qu’ils sont inférieurs, sinon ils ne se sentent plus. J’aurais peut-être dû éviter la provocation par contre, parce que si j’avais espérais qu’ils m’attaqueraient un par un, à la place ils décident de se mettre à trois sur moi, l’un récupère mon épée, l’autre m’attrape par la gorge et le dernier a ses canines un peu trop proche de ma peau. Sauf qu’aucun ne tente de me tuer, à la place ils attendent et le chef se met à prendre la parole.

- Tu es vraiment à couper le souffle dhampir, et parce que tu nous as épatés ce soir je te laisse une chance de t’en sortir. Tu peux partir et nous laisser nous amuser avec l’humain, ou tu peux rester et on fera de toi notre deuxième jouet.

- Hé j’ai participé au show moi aussi, on devrait être libre tous les deux !

Un coup de poing dans le ventre me fait taire, vraiment pas doux ces strigoïs. Je regarde Catwoman, me demandant ce qu’elle compte faire. Je ne la connais pas, mais j’ai pu constater qu’elle était plutôt solitaire, alors pas dit qu’elle risque sa vie pour sauver celle d’un inconnu, après tout elle n’a pas eu de remords à tuer l’un de ces humains. Va falloir que je trouve comment me tirer de là avant que la situation n’empire, car oui, ça peut toujours être pire.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Prudence est mère de sûreté | Kyle & Lilith   

Revenir en haut Aller en bas
 
Prudence est mère de sûreté | Kyle & Lilith
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chasse entre mère et fille
» LA TARTE AUX EPINARDS (comme celle de ma mère)
» Remèdes de grans mère (santé)
» Rien pour écrire à sa mère...
» présentation Lilith Chik'ari

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vamp Academy :: Archive :: Rps Marie & Liora-
Sauter vers: