Forum d'écriture privé
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Comme dans les films

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Comme dans les films   Mar 9 Aoû - 18:18



Comme dans les films


Promesse & Kyle



C’est l’heure de choisir le programme de la soirée. Admettez-le, vous vous attendez encore à de la chasse, sauf que j’ai aussi une vie, non mais oh ! Chasser c’est bien, mais ce soir je ne dis pas non à un petit ciné, je l’ai bien mérité après tout. Le choix du film ? J’en sais rien, je verrais sur place. Ouais je sais ce que vous vous dites, un type charmant qui va tout seul au cinéma c’est un peu triste, et bien je vous dirais de vous mêler de vos affaires ! Qui a dit qu’un film c’était forcément pour se regarder à plusieurs ? Et puis faut dire que les rares personnes que je rencontre je les tue, ou alors les autres veulent me tuer... Donc bon on risquerait plus de s’entretuer pendant cette soirée ciné. Je sors quand même équipé, on ne sait jamais, et une fois arrivé sur place je regarde quels sont les prochaines séances. Voyons voir, on a un film sur une purge durant laquelle les américains ont le droit de tuer qui ils veulent pendant douze heures, un autre sur des magiciens qui braquent des banques et narguent la police et un autre sur l’histoire d’un type piégé dans un corps de chat... Va pour American Nightmare.

Tout le monde s’installe, popcorn, bonbons et tout un tas de conneries en main. Moi j’ai mon paquet de fraises tagada ouvert et prêt à être entamé, alors me voilà paré aussi. Le film ne tarde pas à commencer, un peu lent sur le début, mais l’action ne tarde pas à venir. Les gens se mettent à crier de surprise, puis quelques instants plus tard ils crient encore... Mais d’horreur ? Je ne comprends pas trop, personne n’est encore mort alors pourquoi ces nouveaux hurlements ? D’autres se mettent à hurler puis peu de temps après c’est la panique générale. Tout le monde se lève et court vers les portes de sortie apparemment verrouillées. Ils appellent au secours, ils supplient qu’on leur ouvre mais pas de réponse. Je dois probablement être le seul crétin à être resté assis à ma place, toujours avec mon paquet de tagada en main. Moi qui voulais passer une soirée tranquille, faut croire que c’est pas une ville dans laquelle on peut espérer ce genre de chose.

- Hé les monstres, c’est pas bientôt fini ? Y en a qui essaient de regarder un film par ici.

Evidemment c’est ironique, je cherche surtout à attirer leur attention, ce qui fonctionne. Malgré le noir j’en repère deux, ou trois peut-être ? Je suis pas sûr de leur nombre à vrai dire, je sais seulement qu’il y a une blonde qui me regarde à l’autre bout de la salle et un brun qui commence à se rapprocher dangereusement. Sauf qu’avant qu’il ne m’atteigne je sors mon épée (ouais j’ai réussi à entrer avec dans le cinéma, je suis balaise faut me croire) et lui tranche la tête d’un coup net et précis. J’aurais pu viser le cœur pour moins choquer les enfants, mais de toute façon les parents qui emmènent leurs enfants voir American Nightmare sont des parents indignes alors à eux d’assumer.

- Un film de samouraï ça me va aussi sinon, j’ai toujours rêvé de jouer le rôle principal.

J’ai à peine terminé ma phrase que je me retrouve avec un monstre de chaque côté et toujours pas la blonde, donc je me suis bien gouré sur le nombre, mais pour ma défense il fait assez noir quand même… Le type à ma gauche montre les crocs tandis que la brune à ma droite se rapproche dangereusement. Et moi je tiens toujours mes fraises tagada dans ma main de libre et mon épée dans l’autre. Je tends le paquet de bonbons vers la fille de manière très sérieuse avant de prendre la parole.

- Une tagada avant de mourir ? Crois-moi elles valent le coup.

La brune se met à rire, un rire flippant, du genre Maléfique dans les Disney, ou une méchante dans ce style-là. Bref un rire surfait et démoniaque.

- Tu es un petit rigolo ! Quel est ton nom, le rigolo ? Je pari que même lui doit être amusant !

- Mon deuxième prénom l’est, totalement ridicule je dois bien le reconnaître, et comme je ne l’assume pas tu devras te contenter de Kyle Gordon. Donc t’es sûre, pas de tagada ? J’insiste.


Ça me fend le cœur de faire ça, mais j’envoie le reste du paquet tout droit vers le visage de monstre l’ironique avant de transpercer son cœur la seconde suivante de mon épée. J’entends un grognement dans mon dos, je crois que je viens de tuer sa copine. Je me retrouve face contre tapis la seconde suivante et il se jette sur moi. On peut pas vraiment dire que c’est un combat digne des grands films, surtout que par terre entre des sièges, c’est pas évident, mais par je ne sais quel miracle je parviens à prendre le dessus et plaque mon épée en argent contre sa gorge avant de nous relever.

- Fais gaffe mon pote, elle est très aiguisée, quant à toi blondie, soit tu acceptes de laisser ces innocents repartir et je te promets une petite danse en échange, soit tu refuses et je vous tue toi et ton coéquipier, ainsi que tous les autres s’il en reste encore.

Je plante mon regard dans celui de la jolie blonde. Oui oui, c’est bien à toi que je m’adresse, t’es bien un monstre, non ? A moins que je ne me trompe, mais généralement ce n’est pas le cas sur ce genre de choses. Même dans le noir j’arrive à vous repérer, bon pas forcément tous vu que j’en ai oublié un ou deux, mais ne nous attardons pas sur les détails.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mignonne petite poupée blonde
Messages : 58
Age : 27
MessageSujet: Re: Comme dans les films   Lun 26 Déc - 19:50



Comme dans les films


Je sors, un peu, faut dire que depuis mon séjour à l'unité, je préfère éviter de croiser ces humains, parce que même ceux qui n'en font pas partir, ressemble bien à des cibles, à mes yeux. En fin de compte, ces soldats se sont foutu d'eux même dans la merde, puisqu'au lieu d'avoir supprimer des tueurs, ils n'en ont créer que de plus affamé encore.. Je me rends bien compte que je devrais faire attention, puisque je suis encore dans leurs viseurs, mais peu importe, je connais leurs manière d'être, leurs façons d'être, et je ne me ferais pas avoir une seconde fois. Et de toute façon, j'ai prouvé plus d'une fois, que je pouvais avoir bien plus de ressource qu'eux, alors, pourquoi est-ce que je les crains. Je ne crois pas, que c'est pour moi, que je crains quelque chose, mais que mes propres représailles, se retournent contre mes proches. J'ai bien compris, que c'était dans leur manière de faire, ce genre de chose, on nous traite de monstre, mais ce n'est pas nous, qui manquons de conscience, pour nous en prendre aux proches, à défaut d'être capable de faire du bon boulot avec nos cibles. Si vous voulez mon avis, ces humains manquent d'une bonne paire de couille, pour s'attaquer direct, au centre du problème. Enfin, autant, je peux craindre pour mes proches, autant, ce serait une très mauvaise idée, de chercher à s'en prendre à eux, parce qu'ils n'ont rien vu du genre de prédateur que je peux être. C'est aussi pour cette raison, que je ne m'empêche pas de sortir, et semer des cadavres derrière moi, parce que je prends plaisir, à les laisser tomber sur de tel carnage. Voyez donc par vous même le monstre que vous avez lâcher. Vous ne pouvez vous en prendre qu'à vous. J'étais déjà horrible, à l'époque, je le serais que d'avantage, pour vous poser des problèmes, à tous. Toute personne, peu importe son job à des supérieurs, et je ne pense pas que les vôtres seront ravi d'apprendre votre incompétence.

Ce soir, je suis à nouveau de sortie, pour une nouvelle soirée, entre nous, avec quelques connaissances. En faite, je suis tombée sur eux, un peu par hasard, au détour d'une ruelle, et puis, je me suis dis que ce serait pas mal, de ne pas être seule, pour une fois, alors pourquoi ne pas les accompagner ? Et au pire, si je n'accroche pas avec leurs idées, ou leurs manières de faire, je pourrais toujours partir ailleurs, toute seule, rien ne m'en empêche. Et puis, pour être tous à fais honnête, je n'avais pas très envie de me retrouver seule, alors c'est le bon compromis. Notre destination finale, semble être le cinéma. Drôle d'endroit, ce genre d'endroit où je n'aurais pas chercher à faire une boucherie de moi-même, mais un endroit des plus intéressants tout de même. Enfin, j'ai bien failli changé d'avis, lorsque je les ai vu hésité trois plombes, avant de se décider, sur la salle à attaqué, et au bout du compte, j'ai choisi moi-même, parce que je pense que dans trois heures, nous y serrions toujours, en train de les voir se disputer. J'ai passé l'âge des enfantillages depuis longtemps, alors autant passer à l'action. Et au final, ils n'ont pas pris très longtemps, à réagir, et à se jeter dans la bataille avec moi. Vous savez ce qui est encore mieux, que d'attaquer des humains ? Pouvoir s'en prendre à des familles entière. Oui, c'est malsain, mais je sais qu'ainsi, ça marque bien plus l'unité, et ces derniers temps, je ne vois plus que par eux. Alors même si m'en prendre aux enfants, n'est pas mon truc, je n'hésite pas à tordre des cous, arracher des cœurs. Jusqu'à ce que ce pauvre crétin, trouve utile d'intervenir. Est-ce que tu crois sauver tout le monde, en agissant ainsi ? Tu viens juste de précipiter ta perte, et crois-moi, elle risque d'être douloureuse, parce que mes amis ne sont pas très tendre, dans leurs gestes. Et en plus, tu te crois drôle ? Sans déconné, mais sur quel genre de cas sommes-nous encore tombé ? Cette ville devrait accueillir un véritable asile.. A ma grande surprise, je découvre quand même que ce gars c'est ce battre. Finalement, tu seras peut-être plus intéressant que tu ne parais l'être. Je devrais peut-être intervenir, en voyant que tous mes amis se font massacré, mais comme je l'ai dis, ce sont plus des connaissances, que des amis, alors s'ils ne sont pas capable de se défendre par eux-même, tans pis, cela m'offre quand même une bonne distraction, en revanche, si tu comptes te débarrasser de moi aussi facilement, détrompes-toi, tu es tombé sur le mauvais cobaye.

« Voyez-vous ça, un petit courageux, au milieu de tous ces abrutis, c'est qu'il a du cran, le vilain petit canard »

Puisque j'étais encore en bas, jusque là, je me fraye un chemin, jusqu'au marche, pour monter à son niveau, à vrai dire, je n'ai pas à trop galérer, puisque les gens se poussent, au fur et à mesure de mon avance. On dirait bien que tu es le seul courageux. Tu ne monteras pas une armée, et même si je suis la dernière, encore en état de me battre contre toi, tu ne feras pas le poids, je t'assure. Mais amis sont stupides, pas moi. Voilà bien longtemps que je ne sous estimes plus les humains.

« Tu peux bien faire ce que tu veux de lui, ce n'est pas moi qui irait pleurer sur sa tombe. Quand à moi, si tu veux m'abattre, je t'en pris, je t'attends, mais avant, j'aurais juste une question, pour toi : a quel point connais-tu ton arbre généalogique ? »

Oui, je sais, ça sort de nul part, et j'espère que cela te déboussolera assez, pour que tu ne viennes pas à m'attaquer de suite. Ce nom, que tu as prononcer, un peu plus tôt, pourrait te sauver la vie, alors évite de jouer au con avec moi, petit. Réponds plutôt à ma question. Serais-tu capable de remonter, jusqu'à Jake ? Y a-t-il au moins un lien ? Cela m'étonnerait, que beaucoup de famille Gordon, cours dans les rues de Missoula, tout de même.

_________________

THE QUEEN AND HER KNIGHT ⊹ YOU’RE BRAVE, AND KIND, AND HONOURABLE. ANY WOMAN WOULD BE FORTUNATE TO BE LOVED BY YOU— Pascal Quignard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Comme dans les films   Sam 7 Jan - 16:05



Comme dans les films


Promesse & Kyle



Sérieusement les gars, est-ce que même regarder un film en paix c’est trop vous demander ? Pour une fois que je décide de laisser la chasse de côté rien qu’un soir, vous venez quand même vous précipiter vers la mort. Bande d’abrutis. Vous êtes pas cool en tous cas, le film avait l’air vraiment sympa, avant que vous ne veniez le gâcher ! Et en plus vous gâchez aussi mon plaisir de dévorer ces fraises tagadas, elles étaient super bonnes, avant que je ne doive balancer mon paquet sur Cruella. Tant pis, disons que ça aura été un sacrifice pour la bonne cause. Le corps de Cruella rejoint rapidement les tagadas, morte allongée sur le sol. Sauf que l’instant suivant je me retrouve avec Monsieur Cruella sur le dos. Merde, un couple ? Sont toujours plus coriaces ceux-là, mais bon, jamais trop pour moi.

Je parviens à maîtriser le veuf et croyez-moi, avec mon épée sous la gorge il préfère éviter de jouer au plus malin. Reste plus que toi et moi Blondie, enfin lui aussi, mais il ne pourra pas vraiment participer au débat / combat. La demoiselle commence à se frayer un chemin vers nous, lâchant une petite remarque sarcastique à mon encontre. Courageux je prends, mais vilain petit canard ? J’ai l’air du vilain petit canard ? J’aurais pas cru, faudra que je demande à Ehlena, ou à quelqu’un d’autre qui comprendra ma question. En fait il ne faudrait pas que je demande à quelqu’un de trop proche, parce que j’ai pas envie qu’on me mente pour ne pas me vexer. Parce que ouais, ressembler au vilain petit canard c’est vexant l’air de rien ! Bon et si on changeait de sujet ? C’est trop m’en demander.

- Vilain petit canard ? C’est la seule référence que t’as ? Tu me vexes un peu Blondie, j’aurais nettement préféré Batman.

Ouais je sais, faut que je me la ferme, mais là encore ce serait trop m’en demander. Mon regard ne lâche pas celui de Blondie qui nous a rejoint et rapidement je fais le point sur la situation. Bon point j’ai toujours le dessus sur le veuf. Mauvais point Blondie en a strictement rien à faire de lui. Point d’interrogation : bon sang mais pourquoi est-ce qu’elle me parle de mon arbre généalogique ? Réagis Kyle, réagis ! Ou réfléchis, peut-être que ce serait bien aussi. Bon, déjà puisqu’elle n’en a rien à faire de lui, autant ne pas m’encombrer inutilement d’un problème. Je tranche la tête du veuf, tout simplement, un mort de plus, un ennemi de moins. Reste plus que toi et moi Blondie. C’est alors qu’une révélation s’impose à moi. Elle connaît l’autre connard que j’ai rencontré l’autre soir, parce qu’il est évident qu’elle n’évoque pas quelqu’un de ma véritable famille, ma famille moderne.

- Je suppose que tu dois faire référence à l’autre con. C’était quoi son prénom déjà ? Jacques ? Jake ? Un truc comme ça. Soyons clair, les Gordon qui ont dépassé les cent ans n’appartiennent plus à ma famille. J’espère que tu n’es pas Madame Gordon, car toi non plus, je ne t’accepterais pas dans la famille.

J’aurais pu chercher à me rapprocher d’elle, détendre la situation, essayer d’en découvrir plus sur ce fameux ancêtre, mais non, à vrai dire j’en ai bien rien à faire de lui ou d’elle, ma famille je la connais et ces gens-là n’en font pas partis. Je t’avais promis une danse blondie, alors j’espère que tu es prête à te déhancher. Je balance mon épée dans sa direction, un premier coup qu’elle esquive, ainsi que le second et les suivants. C’est pas pour autant que je perds le rythme de la danse.

- Tu te débrouilles mieux que tes camarades Blondie, mais tes mouvements sont prévisibles.

Et sur ces mots je dérive mon coup à la dernière seconde, laissant mon épée trancher sa jambe à l’arrière du genou et lui faire perdre l’équilibre. Je ne lui laisse pas le temps de se relever, plaçant ma lame d’argent au niveau de sa nuque, prêt à l’abattre au prochain coup.

- Ne le prends pas pour toi Blondie, mais fallait pas venir tuer ces innocents.

Et sur ces derniers mots je m’apprête à la tuer de sang-froid.


Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mignonne petite poupée blonde
Messages : 58
Age : 27
MessageSujet: Re: Comme dans les films   Mer 18 Jan - 15:51



Comme dans les films


Est-ce que tu penses être courageux, avec ton épée, à vouloir sauver tous ces gens ? La bravoure est une bonne chose, hélas, de manière régulière, cela mène à perdre la vie, lorsque l'on se retrouve face à un être de mon espèce. Tu es peut-être entraîné, mais je ne suis pas comme ces imbéciles, qui ne sont pas capable de faire le poids, même dix secondes. J'ai été transformé, et entraîné par l'un des meilleurs de notre espèce, j'ai aussi dû apprendre à me débrouiller seule, lorsque je n'ai plus eu de ces nouvelles, perdu dans l'oubli du jour au lendemain. J'ai aussi fais face à une armée d'humain, qui appréciait nous détruire, jour après jour, alors est-ce que tu crois, que toi, avec ta petite épée, tu m'effraies ? J'aurais plus tendance à rire, et ce n'est pas à tes blagues stupides. Je me demande comment tu as fais pour survivre jusqu'ici, tu parles beaucoup quand même, et pour dire des choses inutiles, en plus. Ça ne vaut pas le coup, non. Fais attention, pour ton nom de famille, j'ai décidé de ta laisser la vie sauve, mais si tu me provoques, et me désespère, je pourrais bien changer d'avis.

« L'unique référence qui s'applique à toi, je dirais. Tu n'es pas un héro, tu es juste stupide, comme beaucoup d'humain, je ne peux pas t'en vouloir »

Tu n'es pas le premier courageux, en dehors de cette unité, à essayer de faire justice dans ce monde, mais tu sais quoi ? Tous ceux que j'ai croisé, avant toi, sont morts.. Peut-être fais-tu parti de l'unité ? Je ne crois pas, tu m'aurais reconnu, dans le cas contraire, je pense, parce que nous sommes sans doute, avec Bastian, deux strigoïs, chassés par toute l'unité. A moins que tu fasse semblant, de pas me connaître, mais je ne pense pas que cela puisse être le cas. Tu ne prendrais pas cette rencontre avec autant d'amusement, dans le cas contraire. Tu veux bien que j'essaie de te faire changer d'avis, sur le déroulement de notre rencontre. Ce serait cool, que l'on évite l'affrontement, parce que je n'ai pas envie d'aller dire à Jake « Oups, j'ai tué ton arrière, arrière, arrière, arrière, petit fils, petit neveu ? » Alors, est-ce que tu connais ton arbre généalogique ? Cela ne semble pas une évidence, à première vu. Ma question n'est pas chinoise, pourtant. Est-ce que tu connais ta famille, oui, ou non ? Même la personne la plus stupide en ce monde, pourrait parvenir à répondre à une telle question. Finalement, il réussi à faire le lien. Je vois que tu connais donc Jake, c'est une bonne chose, puisque c'est la raison qui pourrait te sauver. Mais tu n'as pas l'air de le porter dans ton cœur. Qu'est-ce que cela change, qu'il est dépassé cent ans ? Il appartient quand même à ta famille. Quand à moi ? Peut-être que j'aurais pu, un beau jour, qui sait, si Effy n'était pas passé avant, personne ne peut prédire de quelle façon aurait pu tourné notre relation. Après tout, la seule raison pour laquelle j'ai accepté de renoncer à son corps, c'est Effy.

« Et pourquoi donc ? Je suis loin d'avoir passé mon premier siècle. Je suis même certaine que nous avons à peu de chose prêt, le même âge »

J'évite le premier coup, qui arrive un peu par surprise. Est-ce que tu fais exprès ? Je te laisse une chance, de t'en tirer d'une bonne manière, et toi, tu te précipites pour me tuer ? Tu cherches à perdre la vie, ou juste à prouver à ces gens que tu es stupide ? Encore plus que je ne le pensais, j'entends. J'évite chacun de ces coups. Crois-tu que j'aurais été aussi certaine de moi, si je ne pensais pas pouvoir te vaincre ? Je dois l'admettre, je suis quand même surprise par son coup suivant, je ne m'attendais pas à ce qu'il change de tactique, au dernier moment, et je perds l'équilibre. Je me retrouve dans une situation assez périlleuse, mais tu n'arriveras pas à me tuer, aussi facilement. Tu crois bien faire, en tuant les strigoïs ? Malgré la situation, je ne peux m'empêcher d'exploser de rire, même si je dois passer pour folle, à ces yeux. Je bloque son épée de ma main, lorsque je la vois s'abattre, et repousse son geste, malgré la plaie qui se dessine sur ma main. L'avantage de mon petit séjour à l'unité, c'est que j'ai l'habitude, de recevoir des coups, et j'ai appris à accepter la souffrance, ou du moins, me battre contre celle-ci. Je le désarme, pour envoyer son épée plus loin, et m'approcher de lui.

« Innocent ? Mon chou, humain na rime pas toujours avec ce mot.. Regarde les bien, crois-tu que sur le nombre, aucun d'eux, n'a quelque chose à se reprocher ? Je suis sur qu'au moins un de ces hommes, à lever la main sur sa femme. Et combien de ces femmes, on frappait leur gosse, pour de mauvaises raisons ? Tu es loin de réfléchir à tous. Penses-tu être plus innocent que nous, à exterminé notre espèce, sans exception ? Oh, j'imagine que tu as une très bonne raison, d'agir ainsi, néanmoins très prévisible. J'imagine que l'un d'entre nous, s'en est pris à toi, ou à ta famille un jour. Je me trompe ? Mais penses-tu que nous nous en prenons tous aux humains, juste par plaisir ? Juste parce que nous avons fin. Tu vis avec des désillusions »

Ces gens, ne sont pas innocents, tu n'es pas innocents, alors arrête donc de tous vous faire passer pour des victimes, des bourreaux. Beaucoup d'entre vous, méritez votre sort, alors accepte le. Je le force à reculer, à croiser mon regard.

« Je n'ai rien contre toi, ton nom, peu importe que tu renies ta famille, te sauvera la vie ce soir, alors cesse de faire l'imbécile »

_________________

THE QUEEN AND HER KNIGHT ⊹ YOU’RE BRAVE, AND KIND, AND HONOURABLE. ANY WOMAN WOULD BE FORTUNATE TO BE LOVED BY YOU— Pascal Quignard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Comme dans les films   Dim 19 Fév - 12:46



Comme dans les films


Promesse & Kyle



Le film était vraiment pas mal, c'est assez dommages que ces crétins aient décidé de le gâcher, mais bon, cette ville est une fiction à part entière alors je suis pas tellement étonné que le héros n’ait pas le droit à une vraie pause. Et ouais, c’est moi le héros, vous moquez pas, j’ai une longue épée ! En tous cas je réussi à débarrasser les humains de la majorité de ces suceurs de sang, ce qui a l’air de rassurer un peu la foule, même s’ils le seront plus quand j’aurais flingué la dernière survivante. Blondie me vexe en me comparant au vilain petit canard et d’après elle c’est l’unique référence qui me convient. C’est peut-être ton avis, mais je suis certain que la foule derrière toi en a un complètement différent !

- Et moi je suis sûr que tous ces humains me compareraient bien plus à Batman, alors même si t’es immortelle, c’est la majorité qui compte.

Et oui tu as raison, je suis peut-être stupide, mais tu l’es davantage en ayant suivi ces strigoïs pour t’attaquer à ces humains. Regarde-les, il n’y en a plus un seul de vivant, il ne reste plus que toi et bientôt tu les rejoindras car n’espère pas que je t’épargnerais juste parce que tu es plus mignonne. D’ailleurs le fait que tu connaisses l’un de mes ancêtres ne t’aidera pas non plus à garder la vie sauve, au contraire. J’ignore si t’es devenue une madame Gordon, mais que tu le sois ou non ça ne changera rien au fait que cette lame te tranchera la gorge, ou le cœur, on verra.

- Désolé Blondie, j’aurais plutôt dû dire que je n’acceptais pas les zombies dans ma famille.

Bon vampire c’est le véritable terme qui vous correspond, mais je trouve que la différence n’est pas bien grande entre un vampire et un zombie alors bon, dans les deux cas vous êtes morts. D’ailleurs il est grand temps pour toi d’aller croupir six pieds sous terre. Le combat débute et j’en profite au début pour analyser ses actions, avant de finalement me mettre à réellement l’attaquer et la blesser. Un dernier mot Blondie ? Pas dit que je te laisse le temps de le prononcer. D’un geste souple je balance mon épée tout droit pour venir trancher sa gorge, saut qu’elle se met à rire et à bloquer mon épée avec sa main pour finalement me désarmer. J’avais pas prévu la suite comme ça, on peut faire un petit retour arrière sur la vidéo ? Non ? J’aurais essayé...

Blondie n’a pas l’air très contente et elle se met à parler beaucoup, genre encore plus que moi ! T’as peut-être raison, tous ces humains ne sont pas innocents, je ne prétends pas vraiment le contraire, après tout Hitler était un humain. La seule différence, c’est que pour l’instant aucun de ces individus n’a fait de mal devant moi, car crois-moi si ça avait le cas, humain ou pas je leur aurais aussi foutu une branlée. C’est donc ça ton excuse pour tuer ? Tu te dis que de toute façon les humains sont mauvais ? Et toi alors ? Toi qui tues par plaisir, ne penses-tu pas être pire qu’eux ?

- Tu as sans doute raison, mais ce que je sais ce soir c’est que vous êtes venu en groupe tuer des humains venus voir un film. Alors peut-être que certains d’entre eux sont des pourris, mais de ce que je vois pour l’instant, c’est toi qui remporte la palme du mauvais rôle.

Alors oui, peut-être que certains feraient mieux de mourir entre tes crocs, mais on ne saura pas lequel, car aucun n’agira devant nous. Et de ce que je vois, les quelques cadavres que tes amis ont tué m’ont l’air bien trop jeune pour avoir eu le temps de faire quelque chose de vraiment mal dans leur vie. Alors tu vois, ton argument aurait pu tenir la route, mais ça ne me fera pas changer d’avis au sujet des strigoïs. Alors Blondie, maintenant que tu as repris la main, qu’attends-tu pour essayer de me tuer ? Car crois-moi si ton but était d’essayer de me convaincre de ta cause, ça n’aura pas fonctionné. Il semblerait que mon nom m’ait sauvé la vie ce soir, pour une fois au moins il aura été utile, mais peut-être que mon entêtement te fera changer d’avis.

- Faire l’imbécile ? J’essaie juste de sauver des vies et oui, je suis prêt à sacrifier la mienne pour cette cause. Alors tout va dépendre de ton choix, est-ce que tu essaies quand même de les dévorer ou est-ce que décides de les laisser repartir ?


Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mignonne petite poupée blonde
Messages : 58
Age : 27
MessageSujet: Re: Comme dans les films   Lun 20 Fév - 17:56



Comme dans les films


Est-ce que pour une fois, tu ne pourrais pas faire preuve d'intelligence ? Tu as eu la stupidité de t'en prendre à mes amis, mais je vais te dire une chose, je m'en fiche pas mal. Tu as eu la stupidité de m'attaquer, alors que je t'avais offerts une porte de sortie. Alors au fond, je ne crois pas que l'intelligence, puisse être quelque chose que tu connais, mais au moins, tu es un semblant de répartie, et c'est déjà pas mal, pour un humain. Je dois même admettre, que si tu ne t'amusais pas à vouloir me tuer, je pourrais même t'apprécier. Tu renies peut-être ta famille, mais tu as bien plus de ressemblance avec Jake, que tu ne crois. Lui aussi, aime bien faire le malin. Ce gêne n'est pas apparu chez toi, au hasard, tu peux me croire. Peut-être pour ça, que même si tu essaies de me tuer, je t'apprécies bien, et compte te laisser repartir en vie. Par contre, vraiment, ce serait cool que tu cesses de m'attaquer. Parce que ce n'est pas parce que je suis d'avis à te laisser partir, vivant, que je ne pourrais pas t'amocher un peu, pour être certaine, que tu ne t'en prendras plus à moi. Je veux bien être gentille, mais ne pousse pas mémé dans les orties. Enfin, si tu crois à tes rêves, tu peux toujours imaginer être bat-man, mais un jour, tu risques de subir une grosse désillusion. Parce que ce n'est pas parce que tu as réussi à en vaincre plusieurs, qui était avec moi, que tu es un super héro. Nous sommes jeunes, donc de manière général, si on a pas eu un bon prof, cela signifie aussi que nous sommes assez facile à abattre. Alors, lorsque tu te retrouveras face à de gros calibres, tu seras en difficulté, et tu risques laisser ta vie. Déjà que tu as l'air d'avoir un peu plus de mal, avec moi. Imagine, face à un vampire, de plusieurs centaines d'années ? Que comptes-tu faire ? En revanche, ce n'est pas très gentil, de ne pas m'accepter dans ta famille. Certes, tu n'as aucune soucis à te faire, ce n'est pas moi, qui deviendrait madame Gordon. Même si, je ne suis pas certaine que tu t'entendras mieux avec la vrai futur madame Gordon. Ce n'est quand même pas très sympathique, moi qui m'entend bien avec ta famille, tu pourrais me faire une petite place.

« Je t'en pris, je suis bien plus vivante qu'un zombie. Je peux prétendre dans un certain nombre de domaine, qu'un zombie sera incapable de faire »


Comme le sexe, par exemple. Enfin, tu peux toujours essayer, avec un zombie, si t'en croise un, mais je crois que je serais quand même bien plus doué qu'un zombie. Sinon, c'est que j'ai de sérieux soucis à me faire. Si tu me laissais prendre mon repas, maintenant ? Non, tu n'as pas l'air de vouloir, par contre, m'attaquer n'était pas la meilleure des solutions, je peux t'en assurer. Je t'ai laissé ta liberté, qu'est-ce qu'il te faut de plus. Tu perds ton temps, à défendre ces gens. En plus, tu oses les traiter d'innocent, alors que certains d'entre eux, sont plus coupable que moi. D'ailleurs, même s'il me menace de son épée, je ne peux pas m'empêcher de rire, face à ses paroles, et lui expliquer ma vision des faits, lorsque je bloque son coup. Je me fiche, de la blessure à ma main. Tu sais quoi, l'avantage, d'être passer par la case unité, c'est qu'une coupure, même profonde, à la main, n'est plus grand chose, niveau douleur. Je peux donc très bien la supporter, et continuer une discussion en même temps. Est-ce que tu crois toujours, que ces gens sont innocents, avec ce que je viens de dire. Apparemment non, mais tu manques de preuve, ou alors, tu es un peu stupide. Je n'en sais rien. Ce qui se cache, derrière des mensonges, de mauvaise raison, ne sont-ils pas plus coupable, que les gens comme moi, qui assume leur crime ? D'autant qu'au cas où tu ne seras pas au jus, j'ai besoin de sang, pour me nourrir, moi. Eux, n'ont pas besoin de meurtre, ou autre, pour ce nourrir. Est-ce que j'essaie quand même de les dévorer, et te supprime donc de mon chemin, ou est-ce que je les laisse repartir. Ni l'un, ni l'autre. Je plante mon regard dans le sien.

« Que dis-tu de passer un marché ? Puisque tu sembles bien connaître notre espèce, tu es bien placé pour savoir que nous pouvons faire avouer même les pires secrets, à n'importe quel humain. Alors voici ce que je te propose. Je laisse repartir ce qui ont la conscience tranquille, et tu me laisses ceux qui ne sont pas aussi innocent, que tu le prétends »

Cela me semble quand même un bon deal, que tu devrais accepter, parce que si jamais, tu refuses, je n'en laisserais pas repartir un seul. Là, en acceptant ma proposition, tu pourrais avoir un bon compromis. Tu sauves ces humains, comme tu le voulais, et je condamnes les plus pourris, qui mériteraient d'aller en taule, mais qui n'iront jamais, au vu de l'incompétence des flics, de nos jours. Tu peux t'en sortir, toi, et toutes ces personnes innocentes, alors pour une fois, réfléchi, et prends la bonne décision, si ce que tu souhaites, c'est être un véritable héro.

« Tu en sauveras bien plus ainsi, qu'en essayant de me combattre »

Au contraire de mes amis, que tu as déjà tué, moi, j'ai appris à me battre, j'ai même été entraîner par l'un des meilleurs. Alors je ne prétends pas pouvoir t'abattre en deux secondes, mais d'un, je t'opposerais une sacré résistance, qui pourrait t'apporter de grave blessure. Et je suis presque certaines que je pourrais user de tes faiblesses contre toi.

_________________

THE QUEEN AND HER KNIGHT ⊹ YOU’RE BRAVE, AND KIND, AND HONOURABLE. ANY WOMAN WOULD BE FORTUNATE TO BE LOVED BY YOU— Pascal Quignard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Comme dans les films   

Revenir en haut Aller en bas
 
Comme dans les films
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Coeur d'Ecureuil - "Je lis en toi comme dans un livre ouvert." ~
» Comme un mauvais rêve
» ℓ'αtεℓιεя ∂'нιtσε [closed, comme les watter]
» [1619] Comme dans un bocal.
» Fidélité des films par rapport aux livres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vamp Academy :: Archive :: Rps Laure & Liora-
Sauter vers: