Forum d'écriture privé
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Gare à ton cul [Freya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Gare à ton cul [Freya]   Mer 27 Juil - 17:52




Gare à ton cul
Freya et Thémis

Je m'étais attendu à avoir loupée pas mal de chose, dans la vie de mon frère, entre mon coma, et mes derniers mois de fuite, dans l'espoir de retrouver la trace de notre mère, et de l'abattre, mais de là, à avoir loupée un retour aussi capital dans sa vie.. J'étais une sœur indigne, je n'avais pas d'autres mots pour l'exprimer, et cela me confirmait qu'un peu plus, qu'il ne prenait que de mauvaise décision.. Des filles, des tas de filles, rêverait d'un garçon comme lui, aussi attentif, et prêt à bien des sacrifices, alors pourquoi fallait-il qu'il renoue avec celle-là, avec celle qui l'avait anéanti ? Sa fierté l'a toujours poussé à se battre, quelque puisse être les épreuves, c'est pour cette raison, que même lorsqu'elle a pris la fuite, il ne s'est pas écroulé, mais même le meilleur des comédiens ne pouvaient cacher ces véritables sentiments à sa sœur, pas lorsqu'ils sont liés, comme nous pouvons l'être avec Gallen, je n'ai jamais pu lui cacher la déception de ma mère, il n'a jamais pu me cacher son ressenti face à cette femme, qui c'est cassé, du jour au lendemain, sans la moindre raison. J'aimais mon frère, vraiment, mais là, il prenait la pire des décisions.

Je n'avais eu qu'à attendre qu'il parte faire quelques courses, pour fouiller dans ces affaires, et dégotter son adresse. Je sais, il n'apprécierait sans doute pas de savoir que j'ai fouillé dans ces affaires, encore moins de savoir que j'ai l'intention de rendre une petite visite à son ex, mais je n'ai guère d'autre option, je sais que parler à Gallen n'est pas une option, il ne m'écoutera pas, et tentera sans doute de me monter le cerveau, pour que je l'apprécie, moi aussi, mais je ne me laisserais pas faire, je ne laisserais pas une telle chose arrivée. A défaut de persuader mon frère de lui dire au revoir de manière définitive, je peux peut-être tenté de la faire fuir, elle, une seconde fois, elle l'a fais une fois, pourquoi ne recommencerait-elle pas.. Et je peux au moins, me permettre de la mettre en garde, et de ne pas faire le moindre mal à mon frère. Ce n'est pas parce que j'ai passé un long moment dans le combat, que je ne suis plus à même de me battre, et de mettre une raclée à une autre gardienne, si elle est toujours une gardienne. Cette femme est clairement instable, comment est-ce qu'on peut lui confier un moroï ?

Je frappe à sa porte, et déjà, rien que dans ce geste, je suis loin d'être tendre, je n'ai aucune raison d'être tendre, de toute façon, je ne viens pas pour une visite amicale, mais bien pour la mettre en garde, et faire passer mon point de vu, d'une manière brutale, s'il le faut, ce n'est pas moi qui prendrait peur. « Reyes ! Ouvre cette porte » Reconnaîtra-t-elle ma voix ? Ma façon de faire ? Je m'en fiche pas mal, je défoncerais cette porte, s'il faut, mais je ne repartirais pas d'ici, sans avoir une cette discussion avec elle. Alors si elle tient à ce que son appartement reste en état, elle a intérêt à venir m'ouvrir, et vite, parce que je risque de perdre patience dans peu de temps. « Faut qu'on parle, de Gallen » Je pense que si elle m'a reconnu, cela semble évident que je suis venu parler de lui, et de la manière lamentable, dont elle l'a largué. La porte s'ouvre enfin, peut-être est-elle moins peureuse que je ne l'aurais cru, et qu'elle a plus de cran.

« Ne t'approche plus de lui. Tu ne crois pas que tu l'a assez fait souffrir la première fois ? »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Gare à ton cul [Freya]   Ven 5 Aoû - 15:53



Gare à ton cul
Arthémis & Freya

C’est de pire en pire, plus les jours passent, plus mes folies augmentent et plus ces fantômes me hantent. Je ne pensais pas que ça pouvait continuer à se dégrader autant, je pensais déjà avoir touché le fond de ce côté-là mais j’étais apparemment loin du compte. J’ai la chance d’avoir ma journée de libre aujourd’hui, même si en réalité ça aurait été mieux que je puisse avoir une semaine car là j’en ai clairement besoin. Il faut que je trouve une solution et rapidement avant que les choses finissent par mal tourner, avant qu’il finisse par y avoir du sang et un cadavre. Le mien ou celui d’un autre ? Je ne saurais le dire, mais je sens que ça finira par arriver. L’idée de mettre un terme à tout ça est de plus en plus présente et je sais que pour ce faire il n’y a que deux solutions, me tuer ou tuer mon moroï.

Je me suis enfermée dans mon appartement qui est complètement plongé dans le noir même s’il fait jour dehors. Il n’y a aucune lumière allumée, aucune bougie, rien hormis le noir total. Je suis recroquevillée sur moi-même au pied de mon lit, les yeux fermés et les mains plaquées contre mes oreilles. Gallen m’a promis de passer aujourd’hui, de m’aider à aller mieux car il est le seul à y arriver, le seul à parvenir à les chasser. J’ignore comment il fait ça, mais je sais juste que j’ai besoin de lui pour aller mieux un tant soit peu. Alors j’attends, faisant comme je peux pour les ignorer en attendant, pour ne pas les écouter, ne pas les regarder. Dans combien de temps sera-t-il là ? Je ne sais pas, je crois qu’il a une grosse journée de prévue aujourd’hui, alors peut-être devrais-je attendre de longues heures.

Mes journées de repos ne sont pas si reposantes que ça finalement, j’aimerais que tout s’arrange mais je n’ai pas de solution miracle, aucune qui n’inclut pas de mort. Je sens un souffle frais dans ma nuque, glaciale comme la mort. J’entends des murmures indistincts et au fond je ne veux pas savoir ce qu’ils disent, alors je continue de me boucher les oreilles. Je songe à mettre de la musique avec le volume au maximum, peut-être que ça m’empêchera de les entendre, que ça les dissuadera de continuer. Alors je me lève avec cette intention lorsque j’entends frapper à la porte. Gallen ? J’ai bon espoir jusqu’à ce qu’une voix féminine surgisse de derrière la porte, une voix que je connais déjà, la sœur de Gallen. Il ne manquait plus que ça.

Je songe à rester dans le silence, peut-être pensera-t-elle qu’il n’y a personne et partira-t-elle, je n’ai vraiment pas besoin d’une grande conversation avec Arthémis aujourd’hui. Pourtant je la connais assez pour savoir qu’elle ne partira pas, qu’au pire des cas elle attendra devant ma porte que je rentre s’il le faut. La famille Kostas est connue pour être têtue. Alors je finis par venir ouvrir la porte, ne pensant pas à ouvrir les voler d’abord pour paraître moins… bizarre. A peine la porte est-elle ouverte qu’Arthémis me met en garde à propos de Gallen, me rappelant ce douloureux passé que j’essaie tant d’oublier en vain. Je me souviens d’une époque où Arthémis et moi étions de bonnes amies, c’était simple, c’était bien, mais je ne pense pas que les choses pourront redevenir comme autrefois. Je reste plantée devant elle, d’abord silencieuse, l’air un peu perdue. Je ne sais pas vraiment quoi lui dire, je ne peux pas couper les ponts avec Gallen, j’ai besoin de lui, aussi dérangeant soit-il pour elle. Je finis par prendre la parole d’une voix faible et dénuée de sens, tel un zombie qui parlerait.

- Je... Je ne peux pas faire ce que tu me demandes. Je peux seulement te promettre de tout faire pour ne pas qu’il souffre à nouveau.

Est-ce que c’est suffisant ? Est-ce convaincant ? Je n’en suis pas si sûre. Je me demande ce que Gallen a bien pu lui dire à mon sujet. Est-elle au courant de mes folies ? Est-elle au courant de la véritable raison qui m’a empêché de rejoindre Gallen à l’époque ? De ma mort ainsi que de celle du bébé ? Je ne sais pas, je ne pense pas et c’est probablement mieux ainsi. J’aperçois l’un de ces fantômes apparaître dans le dos d’Arthémis avec un mauvais sourire, se rapprochant d’elle pour sentir l’odeur de ses cheveux, tel un psychopathe qui vient de repérer sa prochaine proie.

- Il faut que tu partes Thémis... S’il te plaît rentre chez toi.

Va-t-en avant qu’ils ne me rendent folle devant toi. Pars avant qu’ils ne me poussent à te faire du mal je t’en prie. Je n’ai pas envie de m’en prendre à toi, je n’ai pas envie de te blesser par mégarde, je n’ai pas envie que Gallen me déteste encore pour quelque chose que je ne contrôle pas. Alors rentre chez toi et laisse-moi.

Revenir en haut Aller en bas
 
Gare à ton cul [Freya]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Derrière la gare, terrain vague{Sonia
» Gare aux fromages géants au bord des routes suisses...
» Pacey φ Freya Mavor
» Gare à l'eau bouillante ! [ Libre ]
» /Gare/Des retrouvailles peu habituelles…[PV : Soph',...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vamp Academy :: Archive :: Rps Laure & Liora-
Sauter vers: