Forum d'écriture privé
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ange ou démon, qui sommes-nous ? | Alec & Clary

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Ange ou démon, qui sommes-nous ? | Alec & Clary   Jeu 16 Juin - 0:51

Ange ou démon, qui sommes-nous ?
Alec & Clary

Le cœur qui s’accélère, l’adrénaline qui envahit mes veines, d’une certaine façon, on pouvait dire que j’étais aussi drogué que Kyara et Allan. Mais ma drogue était différente, ma drogue aurait pu être Callie, elle l’avait presque été à un moment. Mais je n’avais pas pu continuer ainsi. Je ne voulais pas recommencer ce cercle infernal, je ne pouvais pas me permettre d’être faible. Elle me rendait parfois plus fort, mais également parfois plus faible, et je ne pouvais pas prendre le risque que ça tombe pendant un moment où je me battais, si nous étions ensemble à ce moment-là. Si jamais Kyara ou Allan étaient également avec nous. Je ne pouvais pas tous nous mettre en danger. Alors j’avais changé ma drogue, de Callie j’en étais passé au combat, à la traque. Pas forcément quelque chose qui me permettra de vivre bien vieux, mais au moins, je vivais en cet instant, je me sentais vivant.

J’observe le tableau devant moi, je pouvais avouer sans problème que l’artiste était doué, et que le galeriste avait bien fait son choix. Mais pour ce dernier, il serait bientôt mort si les informations d’Allan étaient exactes. Un Strigoï aussi proche de la haute société, qui pouvait s’approcher des hautes sphères parmi les humains sans problème… On ne pouvait pas se le permettre, c’était ouvrir la porte à toutes les perversions possibles de la part des Strigoïs. Mon regard lâche le tableau et parcourt la salle. Une soirée avait été organisée, alors des dizaines d’invités se trouvaient dans la salle avec moi. Des dizaines de personnes pouvant être des cibles si le maître des lieux si celui-ci était vraiment un Strigoï. Je ne sais pas si je devais remercier Allan ou pas. Je pouvais les aider ces humains, mais ça signifiait que je me retrouvais en costard, une situation qui m’apparaissait étrange et me dérangeait… Mais toutefois bien moins que le pantalon de cuir.

Je quitte la section où je me trouve pour en rejoindre une autre. Apparemment centrée sur le feu, serait-ce une peur de l’artiste ? Ou une envie du galeriste ? Dans ce dernier cas, cela correspondrait plutôt bien à notre hypothèse que ce soit un Strigoï qui était maître des lieux. Cette section est presque entièrement vide de présences humaines, à peine quelques humains, juste quatre en plus de moi en réalité. Après l’ambiance étouffante de la série précédente, c’est une bouffée d’air fraîche.

Je m’approche d’un des tableaux où une toute petite femme ou fille se trouve. En m’approchant, je remarque ses traits et me corrigent définitivement, une femme oui. De mon âge plus ou moins même, un peu plus jeune peut-être. J’arrête de regarder cette fille et jette un coup d’œil au tableau. Un homme au bûcher et sur les flammes, le tableau respirant la haine et la douleur. Définitivement pas quelque chose sur lequel une femme normale s’arrêterait, ni ne serait aussi fascinée.
De toute façon, le galeriste suspect n’était toujours pas venu donc je pouvais bien prendre quelques minutes pour discuter.

« Ce tableau a l’air de vous inspirer, qu’y voyez-vous donc ? »

J’attends que ses yeux se tournent vers moi et je ne peux retenir un petit sourire. Après les magnifiques yeux gris de Callie, les magnifiques yeux bleus de ma jumelle, voilà que je me retrouvais face à de superbes yeux noisettes, mi-marron, mi-verts.
Mon sourire cache ma surprise provoqué par le tatouage sur sa joue, dorée, une Alchimiste, tout comme moi. Décidément la femme à qui parler pour passer le temps. Je l’observe un peu plus intensément maintenant, mais je suis incapable de savoir si elle est venue ici en connaissance de cause ou pas.
Je jette un coup d’œil autour de nous mais personne ne nous observe, c’est déjà ça de gagné. Mais il n’est pas dit que personne ne nous entendent. Alors je reprends la parole en m’assurant d’utiliser le double sens.

« Êtes-vous venu ici en connaissant l’artiste ? Il serait sûrement intéressant de lui parler. A moins que vous ne soyez du genre à être plutôt timide et ne pas vouloir parler aux inconnus ? »

Es-tu du genre à affronter des démons ou du genre à fuir devant le danger ? Selon la réponse, j’adapterais ma réaction face à toi. Alors es-tu chasseuse ou chassée ? Forte ou peureuse ? Cette soirée va m’amener à te connaître si jamais tu es digne d’intérêt, peut-être même l’ais-tu plus que le Strigoï mystère ? Prouves-moi, je te prie, que tous les Alchimistes de cette ville ne sont pas couards. Ça me rassurerait sur l’avenir de notre patrie.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Quand y en a plus, on en demande encore !
Messages : 28
Age : 22
MessageSujet: Re: Ange ou démon, qui sommes-nous ? | Alec & Clary   Jeu 16 Juin - 12:53

Ange ou démon, qui sommes nous ? Clary & Alec
A great hero teaches an entire city that dancing is the greatest thing there is.

I am not some starry-eyed waif here to succumb to your... your pelvic sorcery.


Je regarde cette fille dans le miroir, cette femme que je ne suis pas. Elle ne me correspond pas. Je ne suis pas comme elle. Ce style est bien trop classe à mon goût, bien trop sophistiquer pour me correspondre, pour une chasse de Strigoïs. Mais si j’escompte pouvoir m'approcher de ma cible sans risquer ma vie bêtement, il faut que je puisse me fondre dans la masse sans problème. Et avec une réception de cette trempe, il valait mieux que je vise haut si je ne voulais pas me retrouver ridicule en jean et sweat-shirt. Même aussi classe, j'ai l'impression de faire tâche quand je daigne enfin pointer le bout de mon nez à la galerie

Il faut bien que je reconnaisse son talent. Le nombre de personnes présentes ce soir en attestent. Il y a d'ailleurs bien trop de monde à mon goût, trop de distraction, trop de bruit pour que je puisse me concentrer convenablement. Je reste sur mes gardes. Je sais, que même au milieu de tous ces gens, je fais une parfaite cible, et qu'il pourrait me faire disparaître en tout discrétion sans que personne ne se rende compte de rien. Mon tatouage doré sur la peau de ma joue est comme un néon au dessus de ma tête, indiquant ma présence à l'ennemi, alors que je n'ai moi même aucune façon de le distinguer clairement. Ou te caches tu donc ? On dit que tu es plutôt du genre à prendre par à l'action, serait ce le cas ce soir ? As tu déjà rejoints la foule qui réclame ton attention, ou attends tu sagement en coulisse. Je n'en sais rien, et ce n'est pas en restant au beau milieu de cette foule que j'y parviendrais. Je jette un rapide coup d’œil à la foule, mais il m'est impossible de discerner quoi que ce soit. Changeons donc de pièce, j'aurais peut être plus de succès.

Je passe les portes de cette nouvelle pièce et le décor change du tout au tout, tout comme l'ambiance. Les personnes ne sont que peu présentes ici, et le thème des œuvres d'arts à changé lui aussi. Le feu. Voilà une idée bien étrange à étudié pour un Strigoï. Est-ce une phobie ? Une passion mâle seine de sa part ? Je n'en ai aucune idée, peut être le découvrirai-je au cour de cette soirée. Mais aucun doute que j'en userais contre lui si je venais à découvrir qu'il s'agissait de l'une de ces peurs. Le feu était présent dans toutes ces facettes, la chaleur, la traque, la douleur. Un tableau attire particulièrement mon attention, et je m'en approche doucement. Un homme au bûcher, dévoré par les flammes, la douleur est visible sur ces traits, mais étrangement, ce n'est pas la seule chose que j'y vois. Ou peut-être n'est ce qu'un tour de mon esprit. Une voix me surprend, et je me maudis d'en avoir oublié mon entourage. J'ai la chance de tomber nez à nez avec un Alchimiste, aucun doute que je n'aurais pas survécu très longtemps si je m'étais retrouvé face au Strigoï que j'étais venu chercher. Sa question est assez personnelle, tout autant que je ne le connais pas, mais je me surprends en lui répondant honnêtement

« La douleur, mais également la délivrance »

Une douleur que je connaissais bien. Même si étonnement, maintenant que j'y pensais, le feu n'avait jamais fait parti de l'un de leur instrument de torture, j'avais tout de même connu la douleur à chacune de leur visite. Combien de fois avais-je souhaité être délivré de cette souffrance ? Combien de fois avais-je désiré que tout cela s'arrête ? Un nombre de fois incalculable, et contre tout attente, j'étais parvenu à faire cesser cela, et prendre la fuite. Mais tout cela n'était pas terminé pour autant, bien au contraire. J'avais aménagé dans cette ville, dans l'espoir d'être tranquille, de pouvoir mener ma traque sans le moindre dérangement, sans ces souvenirs qui me guettaient à chaque instant de ma vie. Mais ce n'est pourtant pas le cas, ces songes me hantaient un peu plus tous les jours, sans que je ne parvienne à m'en détacher.

« J'ai entendu dire qu'il s'agissait d'un très grand artiste, qu'il s'inspirait de la longue expérience qu'il avait derrière lui »

Longue expérience qui s'étend à des centaines d'années. Une expérience bien assez longue à mon goût, et qui ferait tout aussi bien de s'arrêter ce soir même. C'est en tout cas bien l'idée que j'ai en tête pour lui. Tant pis si pour cela, je dois également y laisser la vie.

« Vous me semblez bien curieux pour quelqu'un qui ne c'est même pas présenté »


code by lizzou × gifs by tumblr

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ange ou démon, qui sommes-nous ? | Alec & Clary   Jeu 16 Juin - 12:54

Ange ou démon, qui sommes-nous ?
Alec & Clary

Les surprises sont trouvables à tous les coins de rue, plus précisément, c’est à tous les coins de la galerie que nous pouvons les trouver aujourd’hui. Face à moi une femme, rien qui ne me ferait m’arrêter en temps normal, mais celle-ci dégage quelque chose de particulier, je comprends quand elle se tourne vers moi pourquoi elle m’intéresse. Son petit truc, c’est sa nature, si semblable à la mienne. Je ne peux pas m’empêcher de me questionner, qui es-tu ? Le genre de femmes à te battre ou le genre à te cacher pour uniquement dispenser ton savoir aux Dhampirs et Moroïs ? Es-tu une hors la loi comme moi ou un mouton ? Sais-tu que dans cette galerie, se trouve des ennemis. Il y a des Strigoïs dissimulés par ici, peut être même dans les salles que nous avons autour de nous, je ne sais pas mais je compte bien tous les exterminer. M’en empêcheras-tu ou es-tu venu dans le même but ? Tant de questions et pour le moment, aucune réponse…
Elle parle et cela me permet de me rappeler que je lui ai posé une question. Ah oui, ce qu’elle voyait dans ce tableau… La délivrance, vraiment ? Pour moi, la mort ne signifie qu’un échec, certainement pas une délivrance. Mais je suppose que chaque vécu influence chaque pensée… Mais je ne verrais certainement pas la mort comme une délivrance, jamais, certainement pas sur un bûcher, il y a des façons bien moins douloureuses et bien plus nobles de mourir… Même si techniquement, on s’en fout, la mort c’est la mort, peu importe la façon dont elle vient te chercher.

« Je ne peux pas dire que je comprends votre point de vue, ça serait mentir, pour moi, la mort n’est qu’un échec et non pas une délivrance, peu importe le passif que je pourrais me trimballer. »

Je ne connais pas vraiment la douleur physique, je n’ai jamais été torturé, j’ai juste subi des blessures au cours de combat mais jamais encore je ne suis fais prendre. Peut-être est-ce pour ça que je ne peux pas comprendre ? Mais je sais en tout cas ce que signifie la douleur morale, l’absence de Callie et de Kyara me l’a appris. C’est une saloperie, mais on peut vivre avec, pour un peu qu’on est un espoir… Même si cette émotion est une saloperie, je le conçois.
Mon regard planté dans le sien, je ne peux pas m’empêcher de me dire qu’elle me semble innocente, bien trop innocente, sait-elle vraiment dans quoi elle a plongé les pieds ? Certes ses yeux me disent qu’elle a bien vécu… Ou très mal vécu, mais elle n’a pas cette lueur de lassitude qui apparaît parfois dans les prunelles de Kyara ou d’Allan, ou même dans les miennes. Quelque soit sa vie et sa raison de vivre, elle continue à avancer sans se soucier des dégâts qu’elle pourrait faire. Une attitude qui mérite le respect, du moins si cette attitude n’est pas factice. En tout cas assez pour que je tente de faire en sorte qu’elle s’en sorte en vie.

Je comprends les demi-mots derrière ses propos, oui, elle connait la nature de ce Strigoï mais est-elle pour autant venu dans le but de le tuer ? Malheureusement, ça je ne le sais toujours pas… Et au vu du monde dans cette galerie, mieux vaut ne pas trop parler de sujets qui fâchent, même à demi-mots, cela pourrait vite devenir dangereux.
Sa dernière réplique me fait légèrement sourire. Une femme avec du mordant, on dirait que je ne connais que ce type de femmes. Que celui qui a dit que les femmes étaient le sexe faible aille se pendre, j’ai pas mal de contre-exemples dans mes connaissances. Je lui adresse un sourire sincère et assez grand je l’avoue, cela fait bien longtemps que je ne me suis pas autant amusée dans une discussion avec une de mes semblables, on dirait pour une fois que je ne suis pas tombé sur une pète-sec.

« Il suffisait de me demander immédiatement mon nom, je vous l’aurais donné… Ou peut-être pas, il aurait fallu que je vois immédiatement que vous avez du caractère. Je suis Alec, et si vous souhaitez mon nom de famille, j’ai bien peur qu’on doive se rencontrer dans un autre lieu pour que je vous éclaire dessus. »

Oui, je n’oublie pas pour autant les risques, je peux m’amuser et continuer à surveiller le monde autour de moi, la seule chose que je ne sais toujours pas associer, c’est la chasse et l’orientation… En fait n’importe quoi avec l’orientation serait plutôt une bonne réponse. Je tourne de nouveau mon attention sur elle et continue à sourire légèrement tout en lui posant une question.

« Et pourrais-je connaître votre prénom également ? Ou est-ce que vous ne le révélez pas aux inconnus de peur de vous faire suivre ? »

On dirait que je me sens un peu trop à l’aise, habituellement, je ne commence ce genre de taquinerie que bien plus tard dans une relation… Eh bien tant pis, pour ce soir, disons que je suis de bonne humeur. J’ai retrouvé Callie il y a quelques jours et ma liste de tués s’allonge, elle va peut être même s’étoffer ce soir si tout se passe comme prévu… Donc tout est parfait, réellement. Je tourne mon attention sur les convives un peu plus loin, qui commencent à s’agiter, sous-entendant dans la haute société dans laquelle je me mêle ce soir… Qu’ils commencent tous à parler un chouia plus fort en s’éventant de la main. Je déteste les snobs, réellement.
Je tends mon bras à cette femme, lui laissant l’opportunité ou non d’y glisser sa main et de me suivre au milieu de la foule.

« Que diriez-vous d’être ma partenaire ce soir, il semble que nous ayons quelques buts communs, et à deux nous semblerons légèrement moins suspect. »

Du moins si personne ne fait attention à nos visages et notre tatouage mais ça… On ne peut rien y faire, et au pire, ça ne promet qu’un peu plus d’action, un peu plus rapidement, rien de bien grave donc. Cette proposition de partenaire ne me ressemble pas vraiment, mais on dirait que ce soir, je ne faisais rien comme d’habitude… Décidément, le bonheur est une notion dangereuse, il va falloir que je me reprenne et rapidement, si je ne veux pas me faire taper dessus avant la fin de la soirée…

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Quand y en a plus, on en demande encore !
Messages : 28
Age : 22
MessageSujet: Re: Ange ou démon, qui sommes-nous ? | Alec & Clary   Jeu 16 Juin - 12:54

Ange ou démon, qui sommes nous ? Clary & Alec
A great hero teaches an entire city that dancing is the greatest thing there is.

I am not some starry-eyed waif here to succumb to your... your pelvic sorcery.


Tu ne comprends pas mon point de vu ? J'aurais du m'en douter. Qui pourrait comprendre une telle chose ? Qui pourrait voir la mort comme une délivrance ? Tu as raison, la mort est un échec, la mort est un arrêt brutal, mais lorsque l'on avait rien connu d'autre que la souffrance, cela n'était-il pas une forme de délivrance. Je ne dis pas que je souhaiterais mourir aujourd'hui. Mais je l'ai souhaité bien des fois, alors qu'ils étaient en train de me torturer. Mais pourrais-tu comprendre une chose pareille, alors que tu n'envisages pas une seconde que je puisse avoir raison à travers ma façon de penser ?

« C'est parce que vous ne connaissez pas la véritable douleur physique, celle qui vous détruit un peu plus chaque jour, celle qui laisse des traces indélébiles sur votre corps »

Celle que vous voyez chaque jour à travers le miroir. Tu ne connais pas cette souffrance, ou tu comprendrais mon point de vu. Je ne te juge pas à penser ainsi, j'imagine que tu as la chance de ne pas avoir vécu ce que j'ai du vivre, mais je peux t'assurer que la mort n'est pas toujours un échec, pas lorsque l'on avait épuisé toutes nos cartes. Je ne te demande pas de croire mon point de vu, seulement de l'envisager, parce que lorsque tu en prendras vraiment conscience, cela pourrait être trop tard. Nous ne vivons pas dans un monde paisible, nous devons toujours assurer nos arrières, et c'est ainsi que je vois les choses. Je ne verrais jamais la mort comme un échec, seulement comme ma délivrance, le jour où je devrais partir. J'imagine que c'est un point de vu que l'on ne peut comprendre qu'après avoir vécu à travers la souffrance pendant des années, comme moi.

Tes paroles me troublent. Alors, ainsi, tu es ici pour une traque, toi aussi. Tenir de tels propos, même voilés, n'est sans doute pas une bonne idée. Si je peux les comprendre, ces monstres sont sans doute en mesure de les comprendre eux aussi, mais maintenant, nous ne sommes plus seul, nous formons une équipe non ? Nous avons le même but, et même si, généralement, je préfère travailler seule, nous aurons plus de chance à deux, tu ne crois pas, surtout que nous ignorons combien de ces monstres flânent à travers la galerie. J'en profite pour lui faire remarquer à quel point il es déplacé de s'adresser à moi, alors même qu'il ne s'est pas présenté, et mon air brusque, n'a pas vraiment l'air de lui déplaire. Tant mieux, parce que je n'ai pas l'intention d'en changer pour toi. J'ai toujours été sur la défensive avec les inconnus, j'ai déjà fais une entorse à mon règlement en avouant la raison de ma présence dans un tel lieu, alors n'espère pas plus de moi avant que j'en sache plus sur toi. Il ne me révèle que son prénom, gardant son nom pour lui, j'imagine que c'est déjà mieux que rien, et qu'il est en effet plus prudent qu'il garde une telle information pour lui, au vu des oreilles qui doivent trainées.

« Cette idée ne m'effraie pas, c'est plutôt pour la vie de celui qui s'aviserait à me suivre, que tu devrais craindre.. Clary »

Je suis peut-être trop direct, surtout si l'on nous écoute, mais au moins, je pose mes atouts carte sur table. Gare à celui qui voudrait me prendre en chasse, cela pourrait bien vite se retourner contre vous. A voir si vous serez trop imbu de vous même pour tenter le diable tout de même, mais ce sera à vos risques et périls. Ce n'est pas parce que j'ai l'air douce en apparence, sans défense, que je le suis. Les apparences sont parfois trompeuses, vous vous en rendrez bien assez vite compte.

Tu les perçois, toi aussi, ces regards posaient sur nous ? Te dérange-t-il ? Ou cela te laisse-t-il complètement indifférent ? Pour ma part, ils peuvent bien me regarder autant qu'ils le souhaitent, je ne me défilerais pas devant leurs regards. Ils me remercieront lorsqu'on leur aura sauvé la vie, tu peux me croire. Les gens imbus d'eux même, trop prétentieux pour se rendre compte de la valeur des gens, je me contente de ne pas les calculer, ils n'en valent pas la peine. Tu me tends ton bras, et j'hésite le temps de quelques secondes. Comme je vous l'ai dis, je ne suis pas du genre à faire confiance facilement, je ne fais jamais équipe, je préfère me débrouiller par mes propres moyens, mais tu as raison, ce soir, nous avons les même but, et si les raisons que tu évoques me semblent peu probables, nous aurons au moins plus de chance de nous en sortir en vie. Car pour ce qui est de la discrétion, je doute que l'on nous laisse tranquille bien longtemps, nous sommes plutôt reconnaissable, et faisons assez tache dans un tel décor. Je passe mon bras autour du sien. Il faut l'avouer, ce n'est pas un partenaire déplorable, il est même assez charmant, et malgré les critiques qui ne doivent pas manquer de fuser de la bouche de ces hôtes mondain, je suis certaine que quelques femmes apprécieraient d'être à ma place, alors autant en profiter pour faire quelques jalouses.

« Tachons de trouver ce pour quoi nous sommes là »

Plus vite nous en aurions finis avec cette mission, plus vite nous pourrions rentrer chez nous, alors cela me semble plutôt une bonne idée, n'es-tu pas d'accord avec moi ? J'aimerais évité de perdre mon temps dans cette galerie

code by lizzou × gifs by tumblr

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ange ou démon, qui sommes-nous ? | Alec & Clary   Jeu 16 Juin - 12:54

Ange ou démon, qui sommes-nous ?
Alec & Clary

Est-ce que je saurais voir les choses de ton point de vue ? Rien n’est moins sur. Pour moi, la souffrance est une chose. C’est une sensation avec laquelle nous pouvoir composer pour nous endurcir. C’est sous la douleur de la perte de Kyara que j’ai appris à devenir plus fort. C’est la douleur de la perte de Callie que j’ai appris à m’endurcir suffisamment pour me donner tous les moyens pour vaincre. Pour moi, la douleur ne pourra jamais être génératrice d’une envie de mort… Alors non, je ne peux pas te comprendre, je ne peux pas me mettre à ta place et je ne peux pas dire que j’en suis désolé.

« C’est vrai, je ne connais pas cette douleur. Peut-être la connaitrais-je un jour et ce jour là, je me rangerais à votre point de vue mais pour l’heure, je ne crois pas que je puisse imaginer voir les choses de votre point de vue. L’imagination ne fait pas tout, je suppose que c’est bien loin de la réalité. »

Après tout, imaginer et me préparer à être un jour séparer de ma sœur ne m’a permis d’anticiper à quel point cela aurait pu être douloureux. Alors je suppose que pour la souffrance physique, il en va de même. Tu me le confirmeras de toute façon.
Mais pourquoi es-tu venue jusqu’ici ? Car c’est en ce moment la question qui me hante. Je ne peux pas te la pose directement, pas alors que des oreilles peuvent traîner dans le coin, mais je peux orienter discrètement la conversation pour avoir des réponses. Heureusement, tu te prêtes au jeu et j’ai mes réponses… Et en même temps, un discret rappel à l’ordre sur mon impolitesse. Mille excuses, je ne suis pas un être social. J’ai bien plus l’habitude de tuer que de taper la discute, je suppose qu’un jour ça me perdra. En tout cas, je récupère en même temps son prénom. Clary. Joli, bien que ça ressemble plus à un surnom qu’un prénom… Décidément, entre Callie et Chloé vient s’immiscer Clary, est-ce que j’avais le chic pour attirer les femmes avec un prénom commençant par un « C » ? Et pourquoi je me fais ce genre de remarque déjà ? Je devenais fou…

« Est-ce une mise en garde pour un fou ou pour moi ma chère Clary ? D’ailleurs, j’espère que ça ne te dérange pas, mais je préfère te tutoyer dès maintenant. Le « vous » commence à m’agacer, surtout que nous devons avoir à peu près le même âge. »

Que se passera-t-il maintenant selon toi ? Les présentations d’usages ont été effectués, nous connaissons la nature et la cible de l’autre mais sommes-nous plus avancés pour autant ? Non, pas du tout même. Nous nous retrouvons dans la fosse aux lions, habillés d’habits qui nous mettent peut être en valeur mais me semble plus adaptés à ces riches mondains qu’à nous. Je ne sais pas pour toi Clary, mais j’ai l’impression d’être une friandise à portée de main d’un enfant. Il suffit que maman se détourne pour que la friandise finisse dans la bouche de l’enfant… Ces gens te donnent-ils la même impression ? Je ne sais pas mais en tout cas, on peut dire que nous les intriguons… Et nous allons devoir nous mêler à eux si nous souhaitons trouver notre cible. Alors, que dirais-tu de devenir ma partenaire ma chère ?
Sa réponse entraîne un léger sourire sur mes lèvres, si directe et si sûre d’elle… Je ne pouvais qu’adorer. Jetons-nous dans la fosse aux lions et voyons combien de temps nous survivrons. On se dirige donc vers la zone où les mondains sont réunis pour les voir discuter et palabrer sur une série d’œuvre. Ai-je déjà dit que l’art m’ennuyait ? Mon truc à moi, c’est l’action, pas la parlotte… Mais je suppose que nous n’avons pas toujours le choix. Je me penche à son oreille pour y chuchoter doucement, sachant que je pouvais possiblement être entendu, mais voulant tout de même faire partager mon ressenti.

« N’y a-t-il que moi à avoir l’impression de vivre dans un autre monde ? On dirait qu’ils se sentent obligés d’user de grands mots pour de bien petites idées… »

Est-ce que je suis trop moqueur envers eux ? Assurément, mais la plupart des invités ne m’entendront pas et les seuls qui pourront réagir à mes propos seront des Strigoïs et donc, des futurs cibles. Tout est donc à notre unique bénéfice. Alors autant que je me lâche dans mes commentaires… Je n’ai jamais su me tenir correctement lors d’une soirée de toute façon.

« Que dirais-tu d’aller nous chercher deux verres ? Généralement, dans ce genre de soirée, personne n’est mieux renseignés que les serveurs… Il nous suffira de sourire joliment selon les préférences de ce serveur… »

Et nous pourrons savoir où se trouve notre cible… Oui, tu le vois, je ne perds pas de vue notre objectif. Je peux me montrer légèrement dissipé mais je reviens toujours sur ma cible, c’est ce qui fait de moi un bon chasseur. Alors, partenaire, que dirais-tu de mettre fin à cette attente ? Allons à la chasse !

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Ange ou démon, qui sommes-nous ? | Alec & Clary   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ange ou démon, qui sommes-nous ? | Alec & Clary
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sommes-nous pareil?
» Sommes nous tous fou ?
» Sommes-nous morts?
» Sommes nous trop nombreux pour notre planète ?
» - Quel jour sommes-nous ? - Aujourd'hui - Chic, c'est mon jour préféré !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vamp Academy :: Archive :: Rps Marie & Laure-
Sauter vers: