Forum d'écriture privé
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tout a changé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 34
Age : 305
MessageSujet: Tout a changé   Lun 27 Juin - 1:05

Tout a changé

   

C’est étrange de mettre les pieds dehors, de découvrir le monde, voir le ciel et les nuages, sentir les effluves des fleurs. Un militaire m’accompagne depuis ma sortie, le sergent Snow, il est assez utile pour nous fondre dans la masse, pour nous trouver où loger aussi. C’est étrange de dormir dans un lit, moi qui avais pour habitude d’être allongée sur une table. Le calme aussi est étrange, mais il me permet de réfléchir à ma mission ici. Nous avons commencé à faire quelques repérages avec le sergent Snow. Demain soir j’irais immoler ces strigoïs que l’on m’a ordonné de faire disparaître, la moroï est censée être ramenée à l’unité, mais ils n’ont pas précisé s’ils la voulaient vivante ou morte. Ce soir le sergent Snow estime que nous avons droit de prendre du bon temps, ou plutôt lui, mais je me dois de l’accompagner puisqu’il est en son devoir de garder un œil sur ma personne.

- Où allons-nous ?

- Ne pose pas de questions Sujet 48, tu verras lorsque nous y serons.


Je sens des picotements me parcourir le corps, puis je me mets finalement à le suivre lorsqu’il est enfin prêt. Etonnant qu’un homme mette plus de temps qu’une femme à se préparer, mais après tout je n’avais pour ma part qu’à enfiler la robe que le sergent m’a donné, pas de maquillage et mes cheveux simplement détachés. Je n’aime pas cette robe, elle irrite ma peau, elle est courte et provocante, mais le sergent Snow a dit qu’elle m’allait bien. Sa main se pose contre ma taille et nous voilà dehors à marcher et rejoindre ce qui est apparemment une fête.

Sergent Snow est étrange avec moi ce soir, plus complice, plus proche surtout. J’aimerais lui demander pourquoi est-ce qu’il a sa main sur ma cuisse, mais je ne suis pas censée poser de questions. S’il le fait après tout, c’est qu’il a une bonne raison. La soirée a été longue, sergent Snow a beaucoup rit, beaucoup bu aussi. Moi je suis simplement restée à ses côtés, silencieuse comme une tombe, ne prenant pas le moindre verre, ce n’est pas bon pour moi apparemment. Je n’ai pas spécialement envie de goûter à l’alcool de toute façon, j’attends simplement qu’on me donne ma dose de sang et j’ai l’impression que Snow a oublié l’horaire. J’ai soif pourtant mais il ne réagit toujours pas.

J’attends, ma jambe gigotant, signe de nervosité peut-être. Je n’aime pas lorsqu’on ne respecte pas les horaires, en général ils évitent avec moi, ils savent que ce n’est jamais bon. Si je n’ai pas ma dose sergent Snow, je risque de venir la chercher moi-même. Rester dans ce bar m’irrite de plus en plus, tout comme les rires de Snow et de ces dindes. Je m’apprête à demander la permission de rentrer, lorsque mon regard croise alors celui de cet homme. Un strigoï, un brun âgé, sombre et beau garçon. J’ai une étrange sensation de déjà vu et pourtant rien ne me revient. Je ne comprends pas pourquoi cet homme me fixe autant ni pourquoi je soutiens ce regard, mais il a en tous cas calmé ma nervosité, du moins jusqu’à ce que Snow repose sa main sur ma cuisse en prenant la parole.

- Il est l’heure de rentrer Sujet 48, allons-y.

Enfin. Nous quittons ce bar sordide après que Snow ait échangé quelques dernières paroles avec une jeune dame puis nous voilà en route. Nous ne sommes pas que tous les deux pourtant, je sens une troisième présence tout près, celle du strigoï je crois, à moins qu’il ne s’agisse d’un autre. Je ne dis rien à Snow, après tout il ne me l'a pas demandé, au lieu de cela il entame un tout autre sujet de conversation.

- Quel âge as-tu déjà Sujet 48 ?

- Je l’ignore sergent Snow, on ne m’a pas confié ces informations.

- C’est vrai, tu es majeur de toute façon...


De toute façon ? Je n’ai pas vraiment le temps de songer à ce que peuvent bien signifier ces mots que cet homme apparaît devant nous, interrompant nos pensées à tous deux. Il s’agit de ce strigoï que j’ai aperçu dans le bar. Que veut-il au juste et que vient-il faire ici ? Je me place devant le sergent Snow en guise de protection, vu son état d’ivresse il ne sera pas capable d’user de grande défense face à cet homme.

- N’approchez pas et dites votre requête ou partez, autrement je m’occuperai moi-même de votre sort.

(c) khάη

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tout a changé   Ven 12 Aoû - 2:25


Tout a changé
Jane & Julian

J’ai finalement trouvé quelque chose de bien pire que l’effet de surprise pour voir un plan s’écrouler… La disparition des protagonistes. Difficile de tuer une femme quand cette même femme a disparu. Partir à sa recherche, la retrouver, m’avait pris plusieurs mois et j’allais devoir tout recommencer à zéro car elle a disparu… Mais en même temps, elle avait perdu son petit groupe d’alliés. Un bien pour un mal, peut être. Mais je me retrouvais pour la première fois tiraillé. Tiraillé entre des envies et des devoirs. Entre ma mission personnel et mes ennemis. Si je disparaissais maintenant, je laisserais l’unité derrière moi mais j’avais une chance innée de pouvoir tuer Emma sans qu’elle ne se trouve un trop grand groupe d’alliés… Mais est-ce que je pouvais réellement laisser autant d’ennemis sur mes traces ? Sans compter que j’allais peut-être devoir surveiller mes arrières, si les anciens alliés d’Emma décidaient de s’unir pour m’empêcher d’agir. Au final, en comptant les points, il n’était pas dur de savoir quoi faire. Il allait falloir que je me débarrasse de mes ennemis. Comme je l’ai toujours fait. Discrètement et efficacement de préférence. Ainsi, je n’aurais plus à surveiller mes arrières.

J’en étais à ses réflexions quand je sens l’effluve d’une odeur bien connue. Sauf qu’elle n’a aucune raison de se trouver ici. Au dernière nouvelle, elle n’était même pas aux Etats-Unis. Je deviens fou. Cela doit être dû à l’alcool, il doit avoir un quelconque effet sur moi, finalement. Par acquis de conscience, je scanne la salle, une fois, deux fois. C’est à cette deuxième reprise que mon regard s’arrête sur cette femme. Trop frêle par rapport à mes souvenirs, trop effacée, moins fougueuse… Et parée d’une drôle de manière. Décidément, ce que les femmes appelaient des robes aujourd’hui se résumait vraiment à un petit bout de tissu. Mais c’est son regard que je cherche à croiser. Jane a toujours eu un regard… Bien à elle. Où se mêle l’expérience de la vie et un reste de fragilité, dissimulé dans les ténèbres. Je croise enfin le regard de cet inconnu et si mon esprit me hurle que je dois me tromper, ce n’est pas le cas de mon instinct. On dirait réellement Jane. Sans être elle. Hum, je dois réellement devenir dingue. Mais j’ai toujours agis de façon à être sûr de moi, sur de mes arrières. Il faut que je sache si c’est elle ou non. Et que je sache ce qui a changé. Car il y a quelque chose qui a changé, je n’ai aucun doute là-dessus. Et autant que je sache de quoi il est question pour pouvoir prévoir un plan. Traitez-moi d’insensible si vous le souhaitez mais c’est ainsi que je vois les choses.

Enfin, Jane se lève avec à son bras, sa nourriture à consommer. Rien d’innovant, bien qu’elle ne soit habituellement pas du genre à ramener sa nourriture… Mais cela fait des années que je n’ai pas passé un moment avec elle, elle aurait pu changer ses habitudes. Ce qui me met sur mes gardes, c’est cette attitude effacée. Il y a quelque chose qui coince dans ce tableau. Je ne cherche pas à être discret, couvrant petit à petit la distance qui nous sépare et j’entends en même temps leur conversation. Je peux sentir mes sourcils se froncer face aux propos échangés. Agent 48 ? Sergent ? Et ses propos ne me plaisent absolument pas. Cet homme devrait apprendre à parler une femme et à ne pas oublier qu’il devrait respecter ses ainés. Et à moins qu’il ne soit trop con, il le comprendra ce soir, je le promets.
Finalement, j’avance, ne perdant plus de temps et tenant à ce que la vermine dégage le plus rapidement possible. Jane réagit instinctivement mais pas de la façon dont je le pensais, me donnant une nouvelle fois le doute sur son identité. Pourtant, d’aussi proche, je ne pouvais pas me tromper sur son parfum. Il avait accompagné une bonne partie de mon éternité alors je ne pense pas pouvoir me tromper avec un autre… Mais en même temps, elle n’a pas l’air de me reconnaître et elle agit si différemment… Oh oui, il faut que je résous ce mystère, cela commence à me rendre dingue. Je prends mon temps avant de lui répondre, préférant analyser sa posture et reconnaissant en elle un élan protecteur. Pourquoi ? Pourquoi protéger cette vermine ? Surtout qu’elle ne le faisait pas à la manière d’un prédateur protégeant sa proie d’un autre prédateur mais plutôt… Non, mieux valait que je ne pousse pas mes pensées trop loin.

« Est-ce un nouveau jeu de ta part, Jane ? Je t’ai connu plus inventive et avec un moindre tendance à te mêler à la vermine. »

Je jette d’ailleurs un coup d’œil à celle-ci. Une larve. Et c’est insultant pour les larves, car il est même en dessous de ça. Un être qui perd à ce point toute dignité dans l’alcool ? Totalement indigne, du moins, de mon avis. Je finis par ne lui prêter plus aucun intérêt, tournant le regard vers Jane, oblitérant un peu l’inutile représentant de l’espèce humaine…

« Et si on allait discuter plus loin ? Sans la vermine tant qu’à faire. »



Dernière édition par Julian Turner le Ven 30 Déc - 1:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 34
Age : 305
MessageSujet: Re: Tout a changé   Ven 12 Aoû - 17:02

Tout a changé

   

Pourquoi sommes-nous sortis ce soir ? D’autant que cette sortie n’a strictement rien à voir avec la mission. Passer du bon temps, je ne comprends pas réellement ce que cela signifie, j’ai seulement l’impression d’en perdre, du temps. Sergent Snow boit pendant que j’attends à ses côtés. Je ne comprends pas pourquoi est-ce qu’il m’a emmené avec lui, peut-être parce qu’il n’a pas suffisamment confiance pour me laisser seule. Que voudrait-il que je fasse de toute façon ? Il n’y a rien à quoi je pense hormis ma mission. Je ne partirai pas avant de l’avoir accomplie, je ne fuirais pas non plus. Pour aller où de toute façon ? Je suis un soldat, je connais ma place. J’aimerais qu’ils me fassent enfin confiance, peut-être que cela viendra avec le temps.

En attendant j’ai faim, soif de sang. Cessons de traîner dans ce bar sordide, j’ai besoin de ma nourriture, maintenant. J’ai interdiction de goûter au sang humain, interdiction de blesser, de tuer et de me nourrir à même un corps. Je dois simplement attendre que l’on m’offre ma poche de sang, malgré la tentation, malgré l’attente. J’ai faim et il serait grand temps que Sergent Snow le remarque. Je crois que lui l’a remarqué, cet homme qui m’observe. Ou peut-être a-t-il remarqué autre chose. Quoi ? Je ne sais pas. Ce strigoï m’intrigue, mais je ne vais pas vers lui, j’ai aussi interdiction de côtoyer mon espèce, j’ai seulement droit de les tuer ou les ramener en tant que prisonnier à l’unité.

Sergent Snow se lève enfin, me sortant de mes pensées. On ne tarde plus à quitter ce bar, à rentrer pour dîner. Dix minutes de retard et j’ai l’impression que ça fait une heure. Malheureusement je vais devoir attendre encore avant de pouvoir me nourrir car le strigoï du bar a décidé bon de nous rejoindre. Pourquoi ? Il me regarde comme s’il me connaissait. Etrange, je n’ai pas souvenir l’avoir déjà rencontré. Je me place devant Sergent Snow pour le protéger de ce possible danger, actuellement on ne peut pas dire qu’il soit vraiment en état pour se défendre lui-même. Je demande au strigoï sa requête. Sa réponse me perturbe un instant avant que je ne comprenne. Il me confond avec une autre, d’où le regard insistant de tout à l’heure je suppose.

- Vous faites erreur sur la personne.

Je n’en dis pas plus, je n’en dis pas moins, on m’a appris à toujours aller directement à l’essentiel. Je m’attends à ce que le strigoï se rende compte de son erreur et décide de nous laisser, au lieu de ça il demande une conversation privée, loin du sergent Snow qu’il préfère nommer vermine. Je tourne mon visage vers Snow, attendant sa réponse, ou plutôt son ordre.

- Qu’est-ce que tu attends comme ça sujet 48 ? Tue-moi cette nuisance !

J’acquiesce de la tête avant de me retourner vers le strigoï. J’analyse d’abord sa posture, il n’a pas l’air de craindre quoi que ce soit, sûr de lui, imposant, plus vieux que moi. Je ne suis pas sûre de pouvoir le battre, Sergent Snow devrait le savoir, mes capacités de strigoï ne sont pas aussi développées que celle des autres. Est-ce que lui le sait ? Normalement non, alors faisons en sorte qu’il ne le remarque pas. Je m’empare d’une dague dans chacune de mes mains, armes fournies par l’unité même, au moins ils me font assez confiance pour ça. Je m’approche du strigoï, feintant un coup de dague avant de lui donner un coup de pied au thorax. J’ai au moins l’avantage d’être assez souple. J’ai l’impression qu’il n’a pas réellement envie de m’attaquer, mais il le fera s’il veut survivre, il n’en aura pas le choix. Je continue de bouger, on m’a déjà dit de toujours rester en action dans un combat. Je ne me souviens plus de qui m’a donné ce conseil. Je bouge, je feinte encore, je recule de quelques pas pour prendre de la distance puis je lance ma dague tout droit vers son cœur. Mon meilleur atout, les jeux de tirs, je ne manque jamais ma cible.

(c) khάη

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tout a changé   Dim 21 Aoû - 19:36


Tout a changé
Jane & Julian

La ville aux milles et une rencontre, la ville aux milles et un visage également. Soyons surpris de ne plus nous laisser surprendre. Plus rien ne nous fait réagir, tressaillir, une fois cette ville fréquentée. C’est étrange, je ne me rappelais de ce côté si hors de l’espace, si serré, de cette ville, c’est comme si l’univers se résumait à ce seul lieu, une fois que nous avions commencé à le fréquenter. On oublie le reste du monde car on trouve de tout ici. Et apparemment, tout comme Rome était le lieu de réunion de tous lors de l’Empire Romain. Et il semblerait qu’une autre personne ait trouvé la route de la fortune. Bon retour, Jane… J’espère que tu n’as pas eu à affronter autant d’aventures que moi depuis nos dernières rencontres, je suis désolé de ne pas t’avoir donné de nouvelles mais j’ai été… Assez occupé et surveillé dernièrement. Peut-être cette rencontre est-elle un  moyen de nous rattraper, une seconde chance. Surtout que cela pourrait être la seule conversation qui nous sera permise, vu les habitants de cette ville…

Je ne sais pas ce qui te change, Jane, mais ses changements sont dérangeants. Il s’est passé pourtant qu’un faible temps, surtout pour des immortels, mais les changements sont immanquables. Et il semblerait que tu laisses entendre que même ta mémoire a été affectée. Comme si je pouvais me tromper. Je ne suis plus un enfant qui se laissait submerger par ses sens, ma chère amie. J’ai appris depuis bien longtemps à repérer les différences subtiles qui rendent un parfum unique. Et ton parfum, Jane, est définitivement inscrit dans mon cerveau. Mais quoi que tu désires faire, prétendre devant lui, te prétendre à toi-même, cette fausse vérité, j’aurais tout mon temps pour te ramener à la vérité. Enfin une fois que tu auras accepté de me suivre. Car je ne compte pas m’épancher devant ce déchet de l’humanité. Un homme qui boit jusqu’à perdre ses moyens n’a d’homme que le nom, à mes yeux. Un homme qui compte sur la protection d’une femme, en dehors d’une situation vitale, qui lui laisse tout le sale travail en cuvant… C’est pire qu’un déchet, c’est une salissure.
Cet homme nous prouve son inutilité désormais flagrante ainsi que son manque d’assurance et de réflexion en donnant le prochain ordre. Premièrement, n’aboie pas sur Jane, ou tu risques de te faire arracher la tête. Deuxièmement, si tu avais fais tes devoirs, tu saurais que tu viens de griller ta chance de t’en sortir en vie, alors que si tu m’avais laissé parlé à Jane, tu aurais eu une chance… Troisièmement, je suis bien plus âgé et bien plus entraîné. C’est quelque chose qu’on repère dès le début de notre éternité. Tu aurais dû demander des comptes à Jane, avant de l’envoyer dans ce qui aurait pu être une mission suicide. Que des points négatifs, rien n’est récupérable chez toi.

Je tourne finalement mon attention sur Jane et son regard me permet de comprendre qu’elle souhaite vraiment attaquer. Mais qu’est-ce qui lui passe par la tête pour pousser son rôle jusqu’à ce point ? Je l’ai entraîné, je connais tous ses points faibles et ses points forts. Et à moins de me surprendre, elle ne gagnait pas plus d’un combat sur cinq. Dans les bons jours, quand on se donnait tous nos moyens. Et là, elle souhaite se jeter sur moi sur un ordre humain ? Il me manque définitivement des éléments et j’ai l’impression que cet homme pourrait être un frein autant qu’une avancée. Il la contrôle. Mais personne, je dis bien personne, n’a jamais contrôlé Jane. Et je ne compte pas laisser les choses en l’état.
Elle m’attaque et je ne fais que feinter, l’analysant. L’observant. La décortiquant. Toujours affaiblie, même plus qu’auparavant. Plus robotisée. Moins surprenante. Ou peut-être plus, si je prends le risque de me reposer sur mes lauriers. Je tente de ne pas la blesser mais je crois que ça la rend confuse, ce qui l’amène à mal agir. Elle tente de me tuer avec un lancé de dague. Je n’ai que le temps d’interposer ma main et la lame se plante dans ma paume de main, m’arrachant un léger son de douleur. Léger, car j’ai vécu bien pire. Mais la surprise m’a tout de même fait réagir. J’arrache la lame de ma main, jette un dernier regard à Jane et j’agis plus rapidement que je ne l’ai fais jusqu’à maintenant. Fini de me mettre à ton niveau Jane, je vais agir comme j’aurais toujours du le faire, avec la rapidité que me confère mes quatre siècles d’existence. Je lance ma lame vers l’épaule de Jane, n’attendant pas de voir si elle touche sa cible avant de me déplacer à grande vitesse. Je me retrouve derrière le poivrot et je plante mes ongles dans sa gorge avant de l’arracher, entraînant son système respiratoire avec moi. Il suffoque sans un son, ses poumons se vidant de tous leurs airs avant qu’il ne soit définitivement hors circuit. Je relâche ces bouts de chairs inutiles, tournant de nouveau mes yeux vers Jane, avant de lui demander calmement :

« Pourrions-nous avoir notre discussion, maintenant que nous sommes débarrassé de l’élément indésirable ? »


Dernière édition par Julian Turner le Ven 30 Déc - 1:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 34
Age : 305
MessageSujet: Re: Tout a changé   Mer 24 Aoû - 16:57

Tout a changé

   

Je n’aime définitivement pas cette soirée. D’abord cette robe, ensuite Snow qui boit, puis ses mains sur ma peau, le retard de mon repas, ce strigoï qui se fait trop insistant. Non, j’aurais préféré rester à l’appartement comme on aurait dû le faire, ne pas perdre autant de temps bêtement, ne pas être dérangée, ne pas être affamée. Pourquoi ne rentres-tu pas chez toi, strigoï ? Je n’ai pas envie de t’affronter, je n’ai pas envie de passer plus de temps ici, sauf que tu refuses de t’écarter. Pourquoi vouloir cette conversation alors que je viens de te dire que tu faisais erreur sur la personne ? Apparemment je suis tombée sur quelqu’un de borné. Je me tourne vers Snow, attendant ses ordres qui ne tardent plus. Je dois donc tuer cet homme.

Je n’attends pas plus longtemps avant d’entamer le combat. Un combat perdu d’avance à mes yeux, mais peut-être qu’avec de la chance, je finirais par remporter la bataille. J’ai là un bien grand espoir, un faux espoir. Je parviens au moins à le blesser, mais c’est ce qui le décide à réagir, à reprendre le dessus. D’une seconde à l’autre il devient plus rapide, plus fort, plus stratégique. Je n’arrive plus à le suivre. Je n’arrive pas à esquiver la lame qui vient se planter dans mon épaule, m’arrachant un douloureux grognement, mais le pire reste à venir, pas pour moi, mais pour Snow.

- Non !

Je lui crie d’arrêter mais c’est déjà trop tard, le strigoï l’a blessé, tué. Je regarde Snow agoniser devant moi, perdre son sang, un sang bien trop tentant avant de tomber au sol. Mon regard est fixé sur lui, mon esprit perdu entre toutes sortes de pensées. Sa mort ne me fait ni chaud ni froid, mais je me dis que l’unité risque de croire que je me suis rebellée et ai moi-même tué Snow. Je me dis que j’ai de plus en plus faim. Je me dis que je dois tuer ce strigoï. Puis je suis tirée de mes pensées lorsqu'il me demande à nouveau si nous pouvons maintenant avoir notre conversation.

- Je ne sais pas quel est ton problème, mais en tuant cet homme c’est moi qui vais en avoir maintenant !

J’attrape le manche de la lame toujours nichée dans mon épaule, grimaçant alors que je l’arrache d’un coup sec avant de la laisser retomber sur le sol. Plus qu’à attendre que ça cicatrise maintenant, ce qui risque de prendre un long moment étant donné mes capacités de régénération. Je regard Snow puis de nouveau le strigoï qui se tient toujours debout devant moi. A quoi bon l’attaquer alors qu’on sait tous les deux que le combat est perdu d’avance pour moi ? Je ne suis pas stupide comme Snow, mais je ne suis pas heureuse qu’il l’ait tué pour autant.

- Je vais devoir me trouver une poche de sang moi-même maintenant que tu l’as tué. Si tu veux que je t’écoute, aide-moi à en obtenir une, je ne suis pas très coopérative quand je suis affamée.

Pourquoi je ne me nourris pas directement sur Snow ? Parce que je n’ai pas le droit. Ce sont les règles, je dois les respecter, si je ne le fais pas ils le sauront, d’une manière ou d’une autre, ils savent toujours tout. Alors aide-moi à trouver ces poches qu’ils fournissent, je ne sais pas où on en trouve, c’est toujours eux qui m’en donne. Fais donc ça et j’accepterais d’écouter ce que tu as à me dire, j’imagine que tu ne perds rien à m’aider.

(c) khάη

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tout a changé   Ven 30 Déc - 2:11


Tout a changé
Jane & Julian

Est-ce que tu comptes renier ton identité encore longtemps, Jane ? J’ai eu un doute, qui a pris du temps à disparaître. Mais me trouver dans cette ruelle, avec seulement ton odeur et celle de la vermine a éliminé ce doute. La seule raison pour laquelle je n’agis pas, c’est parce que je tente de comprendre tes agissements à toi. C’est un humain, si tu avais voulu me faire passer un message, tu aurais pu, il n’aurait rien vu. Mais non, tu agis réellement comme si tu ne me connaissais pas. Pourquoi ? Quels sont les éléments manquants pour me permettre de te comprendre ? Je n’ai pas encore tout en main, Jane, mais je peux t’assurer que je finirais par comprendre. En attendant, il y a une composante importante à éradiquer pour nous permettre d’avoir une véritable discussion. Ne m’en veux pas pour cette lame, ce n’est qu’un retour de flamme après tout. La mort de cet homme n’est si propre, ni paisible. Mais je ne pense pas qu’il ait mérité l’un ou l’autre au vu de ce que j’ai aperçu de lui.

Je ne comprends toujours pas cette réticence à me parler. Surtout qu’à la regarder, elle n’a pas l’air d’être si… Atteinte par sa mort. Juste affamée. Affaiblie. Et cela m’amène à froncer un peu plus les sourcils. Eh bien… La ride de Lion n’est pas loin. En attendant, j’entends tout de même ses récriminations. Calme, ma petite. Ce n’est pas parce que nous avons eu une relation privilégiée que tu peux me hurler dessus à tout va. Je penche la tête vers l’homme, continuant à l’analyser du regard. Oui, on pourrait croire que Jane l’a tué... Sauf que je ne pense pas qu’elle irait aussi loin que moi. Je retourne sur le cadavre, appuyant mon pied contre son corps avant d’attraper sa tête entre deux mains et de tirer d’un coup sec, le décapitant pas très proprement. J’évite de justesse de me retrouver arroser de sang mais j’ai maintenant ce qu’il faut. Je m’approche ensuite d’un panneau de signalisation cassé, m’en servant comme d’un piquet sur lequel je plante la tête du mort. Et voilà le travail. J’en profite pour sortir quelques mouchoirs, de quoi m’essuyer vaguement les mains.

« Et voilà pour toi. Cela ressemblera à une revendication et je ne pense pas que tu seras sur la liste des suspects mais plutôt sur celle des témoins. »

Et si tu me balançais, alors ainsi soit-il. De toute façon, il va bien falloir que je me fasse de l’unité mon ennemi. Mais je t’avoue que je préférerais attendre encore un peu. Enfin… Nous verrons bien à l’issue de la soirée. Je cherche toujours à te comprendre donc qui sait comment tu agiras dans le futur. Elle me parle de trouver du sang, plus précisément des poches de sang. Et je ne peux pas m’empêcher de la fixer de nouveau du regard. Pourquoi, par le diable et son contraire, vouloir se nourrir via des poches de sang ? Enfin, plus besoin de chercher la raison de son air maladif… Cette soirée me réservait de mauvaise surprise, tout de même… Enfin, si, une bonne surprise, son retour même s’il était incomplet.

« Nous allons plutôt trouver un humain. Et si tu as peur de le vider de son sang, je t’arrêterais avant. Tu as pu le voir, j’ai bien assez de force pour te maîtriser, et bien assez de maîtrise pour ne pas me joindre au festin. Mais d’abord, changeons de ruelle. »

Il te manque un truc. En dehors de la mémoire bien sur. Mais je n’arrive pas encore à savoir quoi. Ce n’est pas grave. Je trouverais. J’ai tout mon temps, surtout avec l’absence d’Emma. Et donc, je peux concentrer toute mon attention sur toi. Ce qui ferait que la plupart des gens te plaindrait, j’en suis sur. Je ne la laisse pas parler, lui faisant un geste de la main pour lui indiquer de passer devant. Je préfère veiller sur ses arrières que de la laisser faire-je-ne-sais-quoi derrière mon dos… J’en profite pour prendre la parole une dernière fois en marchant à ses côtés, quand on se retrouve au milieu des humains. Je suis peut-être calme, mais j’attends toujours mes réponses avec impatience…

« Choisis ton humain. Tu te nourris. Et ensuite, on va parler. Longtemps. Et cette fois, il n’y aura pas d’interruption, donc si tu as besoin de faire quelque chose, mieux vaut que tu me le dises maintenant. »

Oui, je ne suis pas très gentil… Mais j’attends encore de comprendre avant de m’adoucir. Donc, vivement les réponses. Pour toi autant que pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 34
Age : 305
MessageSujet: Re: Tout a changé   Mar 10 Jan - 21:58

Tout a changé

   

A peine dehors et déjà des problèmes, il faut croire que quelqu’un m’en veut ou que j’attire les ennuis. Je me serais volontiers passée de cette soirée si vous voulez mon avis, que ce soit de ce mauvais instant dans ce bar miteux, comme de cette rencontre et du meurtre de Snow. Et voilà, à peine dehors qu’ils vont déjà vouloir me faire revenir à l’unité grâce à toi, alors ne t’attends pas à ce que je te remercie strigoï, je t’aurais même tué, si j’avais l’espoir d’avoir une quelconque chance contre toi. Je ne te battrais pas au combat, mais je suis une fille rusée, alors si une occasion se présente, compte sur moi pour la saisir. Tu ferais mieux d’être sur tes gardes, car ce n’est pas parce que tu me portes un quelconque intérêt que je ne saisirai pas ma chance de te tuer si elle s’offre à moi.

Je le vois alors décapiter Snow, aussi simplement que de couper une pomme en deux, avant de l’accrocher à un panneau. Non, définitivement ce n’est pas ma façon de faire et l’unité le comprendra, d’autant que je n’arrache pas des têtes aussi facilement que lui, enfin je suppose, je n’ai jamais essayé. Du coup on ne pourra pas me reprocher de l’avoir tué, mais on pourra toujours me reprocher de ne pas l’avoir sauvé et c'est ce qu’ils feront. Enfin, chaque problème en son temps, je m’occuperais de cette partie-là plus tard, puisqu’il semblerait que j’ai le temps d’y réfléchir maintenant.

Si tu veux parler alors parlons, mais pas tant que je suis affamée. Avec tout ce sang tu as éveillé mon appétit et Snow ne m’a pas donné ma poche de sang, ce crétin n’en a même pas prise une sur lui au cas où. Le strigoï me propose à la place de trouver un humain. Un humain ? Hors de question, j’ai parlé de poche de sang, pas d’un humain ! Sauf qu’il faut bien reconnaître qu’il se fait plutôt convaincant. Si je m’arrête à temps il n’y aura pas de morts, s’il n’y a pas de morts alors l’unité ne mènera pas d’enquête et s’ils ne mènent pas d’enquête alors personne ne remontera jusqu’à moi pour une petite morsure.

- Je n’ai pas peur d’en vider un de son sang, je suis assez grande pour me maîtriser toute seule.

Je devrais peut-être être un peu plus gentille avec lui, moins sur la défensive, mais non, c’est plus fort que moi, je n’aime pas lorsque je ne contrôle pas une situation et clairement ce n’est pas moi qui ai le dessus entre nous deux. Ils ont beau m’avoir changé en soldat, je n’en reste pas moins une femme de caractère. Je passe devant lui pour quitter la ruelle, puisqu’apparemment il préfère rester derrière. Je ne crains pas qu’il s’en prenne à moi, s’il l’avait voulu il l’aurait déjà fait. On se retrouve rapidement entouré d’humains qui déambulent sans se douter de rien. Je ne m’attendais pas à avoir le choix à vrai dire, je me disais qu’on en croiserait simplement un et que je goûterais celui-là. Lequel me conseillerais-tu strigoï ? Je ne lui pose pas la question, j’essaie de me laisser orienter par mon goût, par mon odorat, par mes sens.

J’ai à peine entendu la fin de la phrase du strigoï que j’ai déjà usé de ma rapidité pour arriver auprès de cette humaine et l’entraîner avec moi dans un coin sombre pour ne pas qu’on nous voit. Je l’hypnotise pour qu’elle ne fasse pas de bruit et mes canines se plantent doucement dans sa gorge. Bonheur absolu. Depuis combien de temps n’avais-je pas goûté à un sang chaud directement à la source ? Bien trop longtemps, je ne m’en souviens même plus de toute façon. Je maintiens un peu plus fermement ma prise sur elle. Je sais que je ne dois pas abuser de son sang, ça se verrait sinon, mais au pire je leur dirais que Snow s’est trompé sur les dosages et m’en a donné plus que prévu.

J’en perdrais presque toutes notions, si je ne la sentais pas commencer à faiblir contre moi. Arrêter ou continuer ? Terrible dilemme, mais je finis quand même par me résoudre et me forcer à la relâcher. C’est difficile, ça ne m’a ouvert qu’un peu plus l’appétit, mais il faut que je me contrôle, sinon tout recommencera. Je donne quelques gouttes de mon sang à l’humaine pour qu’il n’y ait aucune trace de mon passage et je lui fais oublier ce qu’il s’est passé, la relâchant en pleine nature avant de me retourner vers le strigoï qui m’attend. Je m’approche de lui pour pouvoir mieux le regarder dans les yeux, sans être trop près pour autant.

- Je t’écoute, que veux-tu savoir ?

Je ne suis pas sûre de pouvoir répondre à toute tes questions, étant donné que je ne me souviens pas de tout, mais après tout nous ne perdons rien à essayer, et si je te connaissais vraiment dans mon passé... Et bien je ne suis pas contre avoir quelques informations, c’est d’ailleurs la véritable raison qui m’a poussé à te suivre.

(c) khάη

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Tout a changé   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tout a changé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Akane Komine ∞ Tout a changé... [Terminée.]
» TOUT A CHANGÉ | feat william
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» Quand la vie va tout va!!! [PV: toute la clic^^]
» Le plus féroce de tout les chiens... Mouk!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vamp Academy :: Archive :: Rps Marie & Liora-
Sauter vers: