Forum d'écriture privé
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Détruire, briser, découper... Et rire de son méfait. Puis sourire à une autre rencontre. | Ama & Effy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Détruire, briser, découper... Et rire de son méfait. Puis sourire à une autre rencontre. | Ama & Effy   Dim 19 Juin - 22:27

Détruire, briser, découper... Et rire de son méfait. Puis sourire à une autre rencontre
Amaëlle & Effy

J’avais enfin retrouvé sa trace. Shawn. Un bébé alchimiste, à peine quelques années au compteur et qui avait pourtant mis un peu de bazar dans ma vie. Je m’étais donnée comme mission ses dernières semaines de retrouver l’assassin de Willow, de venger sa mort et ce soir, cela sera chose faite. Pour une mortelle, elle avait été plus qu’un bref passage dans ma vie, mais plutôt une personne que j’avais chérie à ma façon. Et il lui avait volé un avenir qui promettait d’être intriguant, sanglant et vengeur. Il était donc de mon devoir de la venger car je savais que personne d’autre ne le ferait… Et je m’en donnerais à cœur joie. J’avais eu des semaines pour y penser et y repenser. Tu vas regretter d’avoir survécu jusqu’à moi, Shawn.

Nous sommes dans l’aéroport, où, d’après les dernières informations, il est prêt à rejoindre son amante. Sauf que celle-ci l’attendra pour encore longtemps car il ne la rejoindra pas… S’en est fini de toi, mon gars. Et ne penses pas que la foule te permettra de survivre… Je le suis jusqu’au premier poste de contrôle où, comme prévu, le contrôleur que j’ai soumis à mon emprise, l’entraîne à l’écart, dans un bureau de la douane. Je sens l’impatience qui fuse dans les veines de ma proie mais elle a tord de penser pouvoir s’en sortir… Ce soir, ton sang va couler mon beau. Je tire un peu plus sur ma casquette, cachant les traits de mon visage aux caméras mais également à Shawn quand j’apparais devant lui. Je ne lui laisse pas le temps d’émettre le moindre son avant de l’assommer. J’en profite pour me connecter sur l’ordinateur et y balancer mon petit virus, de quoi brouiller les écrans de caméra également. Je charge donc le poids morts sur mon épaule et traverse les salles à grande vitesse jusqu’à tomber dans un ancien quai qui n’est plus utilisé à ce jour, assez loin des autres avions pour que le bruit des moteurs ne me brise pas les tympans. Je laisse retomber le corps sur le sol assez brusquement, attrapant des chaînes pour les enrouler autour de ses quatre membres et les attacher contre des piliers ou des machines, de sorte que ces membres soient tendus de façon désagréable.

L’attente commence ensuite, attente de son réveil. Attente où j’en profite pour changer mon répondeur en un joli « Je suis occupée à faire connaissance avec un de mes ennemis, je vous répondrais quand le sang aura fini de couler. » Une fois cela fait, je range mon téléphone, enlève cette casquette, sentant mes boucles retomber contre ma nuque. J’en profite pour enlever mon gilet, restant en débardeur, short en jean et bottes. La meilleure des tenues pour ne pas avoir à jeter trop de vêtements, car le sang coulera…
Je l’entends, prendre une brusque respiration avant de reprendre un rythme normal, continuant à feindre l’inconscience pour étudier son environnement. Si je n’avais pas été si concentrée sur lui, peut-être n’aurais-je rien remarqué mais c’est chose faite. Et nous pouvons être deux à jouer à l’imbécile pour se jouer de l’autre… Je profite de ce temps pour faire du bruit, aiguisé mes lames, sortir d’autres instruments de tortures, avant de prendre la parole, le faisant tressaillir.

« Il paraîtrait que si vous êtes une telle tête de nœud, ça serait de la faute de votre famille, qui vous aurez fait ainsi. C’est dommage pour vous, parce que ce n’est pas votre famille qui souffrira ce soir, c’est vous. Pour une action que vous avez déjà dû oublier tellement elle vous paraît banale… »

Je trouve ça amusant, ce petit discours, pas toi ? Tu dois surement penser la même chose de moi, te dire que tu aurais sorti ses mêmes mots si tu m’avais capturé… Sauf que tu n’as pas de chance, c’est toi qui te retrouve entre mes mains et pas le sens inverse… Mon pauvre, pauvre humain. Ma main se pose sur sa joue, presque doucement et il ouvre les yeux pour planter son regard dans le mien. Mon sourire est calme au début, s’agrandissant ensuite jusqu’à devenir légèrement fou, présage de milles morts… Crois-moi, petit, tu n’as pas fini de souffrir. Tu penses pouvoir affronter la mort dignement ? Je vais te montrer qu’il n’y a rien de digne quand on meurt entre mes mains. Ma main se transforme en une serre, mes ongles en griffent, qui déchiquette son oreille sans même le faire frémir. Je me penche en avant, laissant mes lèvres goûter son sang, sans l’avaler et j’en profite pour chuchoter mes prochains mots.

« Prépares-toi à mourir de la façon la plus douloureuse et humiliante possible, Shawn. Personne ne touche à mes gens sans en souffrir, tu feras connaître ce message au reste du monde. Et je laisserais ensuite ma petite guerrière s’amuser avec ton âme quand tu l’aurais rejoins dans la mort. »

Je sens ses dents se planter dans ma peau quand je me redresse et il en profite pour arracher un bout de celle-ci. Une douleur sourde qui pulse dans mon corps, surtout quand l’air frais touche ma plaie mais ça n’enlève rien en ma détermination. Bien joué, tu ne te laisses pas faire, petite proie. Mais tu mourras tout de même, tu ne fais que me donner un peu plus de détermination à rendre ta mort grandiose. Mon regard croise une dernière fois ses yeux pour y voir, pour l’ultime fois, son étincelle de satisfaction. Puis son regard se teinte d’horreur et de douleur, sans pour autant qu’il ne commence à crier, du moins au début. Il ne crie pas quand ses doigts sont brisés. Il ne crie pas quand je perce deux trous dans ses joues pour y insérer une tige métallique l’obligeant à garder la bouche ouverte. Il ne crie pas quand des pieux transpercent ses genoux. Par contre, il crie une première fois quand son sexe fond sous l’effet de l’acide. Quand son pantalon colle à sa peau, à ses plaies, sous l’effet de ce même acide. Et il commence à hurler et à perdre connaissance en intermittence quand j’ouvre sa cage thoracique et que j’utilise une de mes lames pour percer de délicats trous dans ses poumons, de quoi lui donner la sensation de se noyer, encore et encore. Des trous juste assez profond pour que son agonie dure plusieurs minutes… Je pourrais le soigner, mais je ne crois pas qu’il reste encore la moindre parcelle de l’esprit de Shawn Stark dans cette carcasse… De plus, il y a maintenant une petite surprise devant moi. Ennemi ou allié ? Bonne question. En tout cas, une moroï. Et apparemment pas l'une de celle qui s'enfuit en hurlant au monstre, mais qui les affronte. Qu'est-ce qui a bien pu la convaincre de rester dans la zone ? Est-ce lui, l'intrigue ou peut-être le sang qui a coulé ? Parce que je pense avoir tout de même été assez discrète dans ma traque.

Je me redresse finalement, lui adressant un léger sourire, mes yeux encore sombres et mes mains pleines de sang. En fait, j’avais également un peu de sang au niveau de mon cou, bien que ma blessure se soit refermée, mais aussi sur mes chaussures… Je l’avoue, je me suis laissé aller à un peu d’enthousiasme. Mais on ne peut pas m’en vouloir, j’avais préparé cette rencontre depuis des semaines maintenant.

« Bonsoir. A qui ai-je l’honneur ? Une alliée ou un ennemie, ma chère ? »

Sache qu’il n’y a que peu de personne que je considère comme ennemi. Même ceux qui me considèrent comme leurs ennemis, ne sont pas considérés comme mes ennemis. Je pense à ma tendre Clary en disant cela, elle doit me voir comme son pire bourreau… Et pourtant, je ne peux qu’apprécier cette petite femme, pour son entêtement… Tout en désirant lui arracher la langue pour lui apprendre à se calmer. Bref, la seule façon pour que tu sois une ennemie, ça serait que tu tentes de sauver le mourant qui se trouve derrière-moi… Et dans ce cas, attends-toi à me trouver sur ton chemin. Mais si tu n’es pas là pour lui, ni contre moi… Alors bienvenue dans l’entrepôt de l’enfer.



Dernière édition par Amaëlle L. Cheverston le Mer 1 Fév - 22:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tout ce qui n'est pas pris est à prendre
Messages : 105
Age : 30
MessageSujet: Re: Détruire, briser, découper... Et rire de son méfait. Puis sourire à une autre rencontre. | Ama & Effy   Ven 12 Aoû - 19:08





Détruire, briser, découper... Et rire de son méfait. Puis sourire à une autre rencontre.
Amaëlle & Effy

Une piste, on évoque enfin une piste sur ma vengeance. Pas Jake, ni Gabriel, ni même un membre du groupe, dernièrement ils semblent bien trop préoccupés par les humains et leur déclaration de guerre. Alors j’ai fait mes recherches de mon propre côté, avec mes propres agents, car moi je ne l’oublie pas, ma vengeance. L’avantage avec le pouvoir de l’esprit, c’est que je n’ai pas besoin de leur faire une description plus ou moins ressemblante de ceux que je recherche, il me suffit de directement leur montrer leur visage. Aujourd’hui on en a repéré un, celui de la fille, celui de la moroï. Il est vrai que le strigoï m’intéresse plus, mais je me contenterai de ça pour l’instant. On me dit qu’elle se rend à l’aéroport et pas pour récupérer quelqu’un, apparemment mademoiselle a l’intention de voyager. Compte-t-elle donc fuir ? Ça ne se passera pas comme ça.

J’arrive peu de temps après sur les lieux, rejoignant mon informateur, lui demandant où est-ce que ma cible se trouve. Je sais, c’est peut-être un piège dans lequel je suis en train de foncer, mais je prends le risque. Il me l’indique et je tourne mon regard vers elle, l’observant de dos. Je ne saurais dire si c’est vraiment elle ou non, mais en tous cas elle a l’air de lui ressembler et je sens d’ici sa nature de moroï. Je m’approche, bravant la foule, ne les laissant pas me séparer de ma cible. J’avance toujours un peu plus. Bientôt je l’aurais rejoint. Bientôt je l’aurais tué. Je profite que le vendeur de sandwich soit occupé avec sa commande pour faire voler son couteau jusqu’à ma main. Ça y est, je suis juste derrière elle. Je plante mon couteau dans son dos, visant à côté du cœur, ne voulant pas tout de suite la tuer, je couvre mon attaque avec mon corps pour que personne ne remarque, retirant ensuite le couteau pour me mettre face à la moroï.

- Ce n’est pas toi. Tu n’es pas elle...

Je ne saurais décrire toutes les émotions qui me traversent en cet instant, dégoût, rage, déception, frustration, un mauvais mélange. Je hurle, faisant passer tout mon énervement à travers ce cri, usant inconsciemment de mon pouvoir en même temps, envoyant une sorte de champ de force partout autour de moi. Du moins je m’en rends compte lorsque je remarque que tout le monde est allongé par terre, inconscient. Je regarde autour de moi, ma frustration n’est toujours pas passée mais je sais que je ne dois pas rester ici, que je ne dois pas me faire remarquer, alors je me dirige vers le premier endroit qui me passe par la tête.

Plus j’avance et plus l’odeur du sang est forte, un sang humain. J’entends des cris, j’entends une voix. Je continue d’avancer, curieuse, peut-être que cette personne m’aidera à faire passer ma colère, m’aidera à me calmer. J’arrive enfin sur les lieux, constatant le carnage qui se trouve en face de moi, les tortures qu’a pu subir cette pauvre et stupide victime. Etonnant. Amusant. Je ne serais pas étonnée de découvrir qu’elle est une cousine éloignée de Jake au vue de sa façon de faire, je suis sûre qu’il l’apprécierait en tous cas, à moins qu’il craigne qu’on lui fasse de l’ombre. La strigoï se retourne pour me regarder, me sourire. Voit-elle en moi sa future victime ? Si c’est le cas elle risque de tomber de haut. Pourtant, étonnamment, elle ne me saute pas dessus pour boire mon sang, me demandant simplement si je suis ici en tant qu’alliée ou ennemie. Je continue de la regarder, silencieuse, avant de faire quelques pas en sa direction tout en répondant à sa question.

- Mes ennemis ne se trouvent pas ici, j’aurais préféré, pour pouvoir m’adonner au même type de jeu que toi.

J’arrive enfin jusqu’à leur hauteur, dépassant la strigoï sans une once de peur, ne craignant pas qu’elle m’attaque même si je lui tourne le dos. J’aime vivre dans le risque. Je me mets face à sa victime encore vivante mais bien amochée, glissant ma main d’un geste délicat contre sa joue. On pourrait croire que je suis venue le réconforter dans sa misère. On pourrait. Jusqu’à ce que j’attrape l’un de ses doigts coupés et l’enfonce dans sa bouche, le forçant à mâcher et avaler sa propre chaire. Peut-être pourrais-je me contenter de sa misère pour ce soir en fin de compte. Je me tourne vers la strigoï, plantant mon regard dans le sien avant de reprendre la parole.

- Effy Hawkins. Tu es ?

Je ne m’intéresse pas souvent aux noms de mes interlocuteurs, mais toi tu me parais être un génie de la torture, alors je veux pouvoir te nommer lorsque je raconterais aux garçons quel esprit fou j’ai rencontré ce soir. Que comptes-tu faire encore à cet homme ? Je suis intriguée, j’ai envie de savoir, et puis ça m’aidera aussi à ne pas penser à ma vengeance le temps d’une soirée. Tu n’as qu’à m’apprendre tant qu’on y est. Montre-moi jusqu’où tu fais souffrir tes victimes et comment tu t’y prends, je pourrais ensuite le reproduire avec mes cibles, avec cette maudite moroï et ce strigoï. Je ne suis pas sûre que cet alchimiste tienne le coup encore longtemps, mais nous sommes dans un aéroport après tout, on trouvera forcément de quoi s’amuser.

- Tu devrais te reconcentrer sur ta cible, je ne pense pas qu’elle tiendra encore longtemps, ce serait dommage de manquer son dernier souffle.



codage by jacks ღ gifs from tumblr

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Détruire, briser, découper... Et rire de son méfait. Puis sourire à une autre rencontre. | Ama & Effy   Mer 17 Aoû - 3:52

Détruire, briser, découper... Et rire de son méfait. Puis sourire à une autre rencontre.
Amaëlle & Effy

Surprise, surprise. Je suis interrompue dans ma ballade. Enfin, cette interruption a un bon côté, elle me permet de me rendre compte que ma cible est définitivement… usée. Elle n’a plus rien dans le cerveau. Il en est fini du grand Shawn Stark. Il ne reste plus qu’une limace gémissant doucement, presque inconsciente. Dommage, ça se termine bien trop rapidement.
Enfin, cette femme devant moi, ennemie ou alliée ? Ce n’est pas comme si mes ennemis étaient très nombreux de toute façon. Au contraire même, je mets bien plus de monde dans ma case allié qu’ennemi… Mais peut-être seras-tu mon exception ? Pour ça, il faudrait que tu me répondes. C’est quand tu veux, ma chère. Tu as raison, ne nous hâtons pas, il ne faudrait pas partir sur de mauvaises bases… Enfin, la statue finit par se mouvoir et ouvrir la parole. Pour m’annoncer qu’on est dans le même camp, sympathique. Jouer ? Pourquoi pas. Tu as su utiliser les bons mots pour me retenir. Par contre, tu ferais mieux de reculer de ma proie si tu ne veux pas que je te pousse de là… Quoi que non, je retire ce que j’ai dis, au vu de tes actions. On devrait pouvoir trouver un terrain d’entente toutes les deux. Je continue à la regarder, sans rien ajouter, quand elle croise enfin mon regard. Elle y ajoute en plus son nom. Effy. Effy Hawkins. C’est le prénom qui me dit quelque chose. Et quand je comprends enfin, je ne peux pas m’empêcher d’ouvrir de grands yeux. Hum, Missoula amène décidément à toutes sortes de rencontres. Dire que quelques mois auparavant, je voulais absolument la croiser pour lui apprendre à faire gaffe à Emrys et pour la tester… Maintenant, je suppose que l’envie que j’ai, serait de l’embrasser pour m’avoir appris à m’éloigner de cet homme avant qu’il ne parte définitivement.

Je finis par me rendre compte qu’il faudrait que je parle. Après tout, j’ai eu le droit à une question. Une question qui attend toujours sa réponse. Eh bien, ne faisons pas attendre plus longtemps mon ancienne Némésis et nouvelle amie… Surtout quand elle reprend la parole pour me dire que ma cible va bientôt mourir. Eh bien, quel soulagement, je passe maintenant la main à quelqu’un qui a plus que le droit de s’amuser. Courage, Shawn, il est temps pour toi de rencontrer la mort et ton destin. Je jette à peine un coup d’œil à la carcasse avant de relever mon regard sur Effy pour lui répondre avec un léger sourire.

« Quel intérêt ? Ca fait bien longtemps que son esprit est mort. Il n’est plus intéressant. »

Par contre, toi, tu l’es. Je m’approche un peu d’elle, à mon tour. Une moroï mais pas n’importe qui… Penseras-tu de même à mon sujet ? Tes yeux me diront tout, je n’en doute pas…

« Amaëlle Cheverston. Nous avons eu une… Connaissance commune. J’espère que tu as apprécié mes photos, ma douce ? »

J’entends Shawn expirer son dernier soupire, en même temps que je vois la lueur de compréhension dans le regard de mon interlocutrice. Une proie de moins. Une de celle qui a été le plus dur à trouver. Quelques heures intéressantes de ma vie sont passées également et maintenant le lieu embaume le sang… Et la douleur. Il serait temps de faire un saut ailleurs, histoire de ne pas avoir cette odeur nauséabonde sur nous. Mais depuis quand suis-je raisonnable ? Depuis quand suis-je capable de retenir ma curiosité également ? Je ne connais finalement d’elle que son odeur… Et pourtant, elle me semble être une part de mon passé bien plus vrai que d’autres femmes que j’ai pu rencontrer auparavant. Quel curieux mélange…

« Tes proies… Que ressens-tu le besoin de leur faire ? »

A quel point ton envie de vengeance est-elle prenante ? Il est temps que je sache, grâce à toi, si passer du temps ensemble se résumera à parler du passé ou pourrait être bien plus amusant. Tu n’as pas l’air d’avoir froid aux yeux. Montres-moi jusqu’à quel point. Prouves-moi qu’encore une fois, il a eu tord de partir et que tu as assez de caractère pour lui en faire se mordre les doigts !



Dernière édition par Amaëlle L. Cheverston le Mer 1 Fév - 22:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tout ce qui n'est pas pris est à prendre
Messages : 105
Age : 30
MessageSujet: Re: Détruire, briser, découper... Et rire de son méfait. Puis sourire à une autre rencontre. | Ama & Effy   Mar 23 Aoû - 15:18





Détruire, briser, découper... Et rire de son méfait. Puis sourire à une autre rencontre.
Amaëlle & Effy

Je suis censée me calmer sur les morts, sur mon pouvoir, mais regardez-moi, j’ai beau faire des efforts, parfois le contrôle m’échappe, mais au moins ce n’est pas autant qu’avant. Je fuis la partie centrale de l’aéroport avant que quelqu’un ne me remarque, oubliant les caméras. De toute façon j’ai déjà les humains sur le dos alors un peu plus ou un peu moins, je ne pense plus être à ça près. Cette strigoï est bien plus intéressante que le reste, dommage que je ne l’ai pas vu torturer cet homme, ça aurait pu m’inspirer, me donner des idées pour mes propres vengeance. Oui, dommage, mais peut-être que j’aurais d’autres occasions de la voir faire ? J’en suis presque sûre. Peut-être même ce soir d’ailleurs. De toute façon sa victime n’en a plus pour longtemps et d’après ses mots, il ne l’intéresse même plus, alors on pourra probablement vite passer à autre chose, à d’autres victimes à torturer.

Puisque cet homme n’est intéressant pour personne, autant nous concentrer l’une sur l’autre. Effy Hawkins, tu es ? Mon nom semble éveiller quelque chose chez elle, à croire que nous nous connaissons, pourtant je sais que je me souviendrais d’une femme comme elle si je l’avais déjà vu. Elle se présente à son tour, Amaëlle Cheverston, je comprends mieux maintenant. Nous ne nous sommes jamais officiellement rencontré mais nous nous connaissons déjà, un minimum du moins. Une ancienne compagne d’Emrys, tout comme je l’ai été, mais je me souviens surtout d’elle pour les beaux clichés qu’elle m’a un jour envoyé. J’esquisse un léger sourire, me remémorant les photos, celles qui m’ont fait penser que j’aurais adoré la rencontrer, on dirait que c’est maintenant chose faite.

- De belles photos, j’ai passé un agréable moment à les regarder, m’imaginant la réaction d’Emrys s’il voyait ça. Dommage que je n’ai pas pu y ajouter ma petite touche.

J’aurais bien aimé me défouler sur son loft moi aussi, faire couler le sang à l’intérieur, y laisser des tas de cadavres pourrir, détruire tous ses biens, ou du moins ceux qu’il aurait laissé. Oui, aujourd’hui j’ai une certaine rancœur envers cet homme et je lui souhaite de ne jamais remettre les pieds devant moi, autrement il ne fera pas long feu. Je me demande si Amaëlle est au courant que j’ai été enceinte de lui, c’était un secret après tout, en dehors du groupe et de Gallen, personne ne le savait, jusqu’à mes bourreaux. Encore ces douloureux souvenirs. Encore cette envie de vengeance.

Sa victime meurt enfin, nous laissant finalement seule à seule. Je suppose qu’il est temps de s’en trouver d’autres, à moins que tu ne sois plus d’humeur à tuer ce soir ? Moi je le suis en tous cas, mais si tu as autre chose à me proposer, on pourra toujours aviser. La strigoï me pose alors une question bien intéressante, elle veut savoir le besoin que je ressens de faire à mes proies. Tellement de choses mais trop peu d’idées en même temps. J’aime faire souffrir, mais je n’ai jamais été aussi créatrice que Jake dans les tortures, quelque chose que je lui envie. Je ne saurais pas me contenter de banales tortures pour la moroï et le strigoï qui m’ont fait du mal, j’ai besoin de trouver l’inspiration.

- Je veux les briser. Je veux tout leur prendre. Je veux qu’ils prient pour enfin mourir.

Et je veux encore bien plus que ça, je veux le chaos dans leur vie, je veux leur souffrance, je veux qu’ils se sentent morts à l’intérieur, qu’ils n’aient plus rien à quoi se raccrocher. Je veux leur prendre tout ce qu’ils m’ont pris. Je veux leur faire bien pire que ça. Je m’approche d’Amaëlle, ne m’arrêtant qu’à quelques centimètres de son corps, attrapant doucement une mèche de ses cheveux pour jouer avec avant de reprendre la parole, mon regard plongé dans le sien.

- A ton avis Amaëlle, comment pourrais-je faire regretter à mes proies d’avoir tué mon bébé ? Montre-moi comment tu ferais. Montre-moi à quel point je pourrais les faire souffrir avant de les tuer.



codage by jacks ღ gifs from tumblr

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Détruire, briser, découper... Et rire de son méfait. Puis sourire à une autre rencontre. | Ama & Effy   Dim 25 Sep - 17:49

Détruire, briser, découper... Et rire de son méfait. Puis sourire à une autre rencontre.
Amaëlle & Effy

Une douce et délicate jeune femme, voilà ce que le non-initié verrait. Mais je vois dans ses yeux qu’elle a déjà bien vécu. Et son prénom ne fait que confirmer mes soupçons. Ainsi tu es cette Effy. Je peux comprendre l’intérêt qu’il a pu te porter, et je comprends également qu’il a été bien sot de te laisser partir. Rien qu’à voir ton corps, rien qu’à rencontrer ton expression, je sais déjà que tu es l’une de ces femmes qui peut changer toute une vie. Je suis plutôt heureuse de te rencontrer, et encore plus de te rencontrer maintenant. Qui sait ce qui se serait déroulée si je t’avais rencontrée en étant encore célibataire. J’aurais très certainement tentée de rendre les choses intéressantes. Mais ce soir, je vois devant moi une belle femme, avec une âme intéressante et qui pourrait surtout être une partenaire. Pour ce soir et peut être pour plus tard. Cette victime n’a plus aucun intérêt face à nos noms respectifs et notre histoire commune, ne le penses-tu pas ?

Je peux voir qu’elle reconnaît mon prénom et mieux encore, le lien est fait immédiatement avec les photos et son esprit si intéressant. Une envie de vengeance que je comprends et que j’ai ressenti également, qui m’a amené à réaliser cette scène chez lui. J’aurais été curieuse de voir ta touche personnelle, ma chère Effy. Je suis certaine qu’elle aurait été plus qu’intéressante. Malheureusement, il semblerait que ce ne soit pas pour cette fois…

« Qui sait, c’est un être assez inconstant, tu pourras peut-être obtenir ta vengeance un jour. Et je pourrais ainsi t’observer à l’œuvre. »

Je suis assez curieuse de voir ce que tu lui réserverais. D’une certaine façon, tu as été plus proche de lui que je ne l’ai été. Du moins d’une façon sentimentale car fusionnellement, Emrys et moi avons eu des périodes où nous étions proches, trop proches. Enfin, cela restera le sujet d’hypothèse pour le moment, malheureusement.
J’entends Shawn décédé enfin. Parfait. J’espère pour toi que tu es prêt, petit Shawn, je suis certain que ton éternité sera bien plus douloureuse que je n’aurais pu la rendre. Maintenant, il ne me reste plus qu’à me concentrer sur cette moroï. Elle m’a parlé de victimes tout à l’heure, de proies qu’elle recherche. Peut-on m’en vouloir de vouloir avoir connaissance de la douleur qu’elle aurait souhaité leur infliger ? Je suis plutôt curieuse de savoir jusqu’où son imagination pourrait l’amener et jusqu’où elle est prête à aller. Certains disent vouloir la souffrance et se contentent de la peur de l’autre. Tu n’as pas l’air d’être ce genre d’âmes. Mais peut-être me tromperais-je. Alors, j’attends de voir, que vas-tu me dire ma douce.
Tu souhaites les briser. Très bien. Mais est-ce que tu tiendras le coup ? Un coup d’œil au fond de tes prunelles me confirment que oui mais qui sait… Est-ce que je tenterais de te rattraper si tu t’effondres devant moi ? Je ne pense pas. Alors tu as intérêt à vraiment désirer cette souffrance, ma douce, car je ne serais pas l’âme la plus proche de toi pour t’empêcher de sombrer dans le précipice.

« Vaste programme que tu me prévois. »

Tellement de façons de briser des êtres. Par leurs proches, par leurs peurs. Par leurs corps, par leurs esprits. En les contraignant à faire ou devenir ce qu’ils répugnaient être. J’ai vu une femme, un jour, briser un de ses ennemis. Elle l’a totalement détruit puis l’a reconstruit, petit à petit, avec une seule idée en tête : satisfaire sa maîtresse. Il l’accompagne toujours, se mutilant quand elle est blessée, la soignant dès qu’il le faut, prêt à donner sa vie pour la sienne. Peut-être est-ce cela que tu désires ? Faire disparaître leurs esprits ? Ou est-ce encore plus profond ? Il faudrait que je connaisse les motifs derrière ta tête… Mais je ne sais pas si c’est le genre d’informations que nous partagerons pour une première rencontre. Sauf que visiblement, tu souhaites me faire confiance ou me confronter à ta réalité, allez savoir.
Tu t’approches, mais sache que je n’ai aucun problème avec la proximité. Aucun problème non plus à soutenir ton regard, à laisser mes émotions s’exprimer au fond de mes yeux. Cherches ce que tu souhaites, petite moroï, je ne suis pas le genre de femme à me dissimuler. Tout du moins, pas tant que je ne prévois pas de te tuer. Elle reprend la parole, attirant mon attention sur elle. Me parlant de la mort de son enfant. Je cherche la vérité dans ses yeux pour la trouver. Cette fêlure, propre à une mère qui a dû cesser de l’être à cause d’un autre. D’une mère qui ne rêve que de soif de vengeance. J’ai vu cette lueur si souvent dans mon regard que je saurais le reconnaître n’importe où. Ma douce, je ne sais pas si Emrys t’a renseigné ou si tu as fais confiance à ton instinct… Mais pour cette fois, tu es tombée sur la bonne personne. Il est temps de réviser tous mes plans et de t’inclure à l’intérieur. Pour ce genre de vengeance, je suis prête à abandonner tout ce que j’aurais prévu pour cette soirée. Je dépose ma main sur sa joue, laissant un léger mais sombre sourire étirer mes lèvres. La soirée ne fait que commencer pour nous, ma douce.

« Je crois que nous allons nous voir très souvent, ma douce. Préparons la plus parfaite des vengeances, pour toi et cet enfant. »

Car vengeance il y aura, je m’en assurerais. J’attrape la main d’Effy, l’attirant à ma suite jusqu’à l’aéroport, haussant un léger sourcil face à tous ses semi-êtres qui paraissaient désorientés. Pauvres, pauvres petites proies. Dans le lot, plusieurs d’entre vous souffriront ce soir… Je vous conseille de commencer à courir, vous n’allez pas aimer la suite. J’ai une élève à contenter après tout. Je me tourne vers Effy, tant qu’à débuter une vengeance, autant bien la débuter…

« Je ne sais pas de qui ou de combien de personnes tu dois te venger mais trouves moi leurs sosies dans cette masse grouillante. Mettons-nous dans de bonnes conditions pour la première leçon, ma douce. »



Dernière édition par Amaëlle L. Cheverston le Mer 1 Fév - 22:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tout ce qui n'est pas pris est à prendre
Messages : 105
Age : 30
MessageSujet: Re: Détruire, briser, découper... Et rire de son méfait. Puis sourire à une autre rencontre. | Ama & Effy   Sam 24 Déc - 18:43





Détruire, briser, découper... Et rire de son méfait. Puis sourire à une autre rencontre.
Amaëlle & Effy

Nous ne nous connaissons pas vraiment, mais il semblerait que toi et moi ayons déjà une chose en commun : Emrys. Pas le meilleur des points communs il faut bien le reconnaître, mais au moins aucune de nous deux ne semble plus réellement attachée à lui. Est-ce que je lui pardonnerais tout s’il revenait et usait de ses charmes pour m’amadouer ? Certainement pas, à la limite je le lui ferais juste croire pour mieux le détruire ensuite. Soyons honnête de toute façon, j’ai goûté aux deux, et malgré le potentiel d’Emrys, il n’arrive quand même pas à la cheville de Jake. Je serais ravie en tous cas, de pouvoir obtenir une telle vengeance, et sache ma chère que je n’ai rien contre quelques spectateurs.

Pourtant ce n’est pas d’Emrys que je désire le plus me venger, même s’il arrive assez haut sur la liste, d’autres le devancent. C’est que je commence à avoir beaucoup d’ennemis, mais deux en particulier compte véritablement pour moi, deux à qui je souhaite le pire des sorts possibles. Qu’est-ce que je prévois de leur faire ? Justement Amaëlle, je l’ignore encore, mais il faut que je sois prête, pour le jour où ma vengeance sonnera, je ne voudrais pas gâcher une telle opportunité à réfléchir. Je désire leur plus profonde destruction, je désire leurs pires souffrances, leur agonie. J’ai besoin de leur faire du mal, assez pour calmer ma rage et elle est grande, très grande. A ton avis Amaëlle, quel sort est-ce que je devrais réserver aux deux êtres qui m’ont pris mon enfant ? Je ne serais pas contre quelques conseils. Sa main glisse contre ma joue alors qu’elle me propose de préparer la vengeance parfaite. Penses-tu que ça existe ? J’aimerais voir ça. Apprends-moi.

Elle finit par m’attirer avec elle dans une autre partie de l’aéroport bien plus bondée. Je regarde tous ces humains marcher d’un bout à l’autre sans se soucier de nous. Ils devraient pourtant nous accorder bien plus d’importance, quelque chose me dit qu’ils ne sortiront pas tous vivants d’ici. Elle me demande de trouver les cibles, celles qui ressemblent à mes anciens bourreaux, une bonne méthode pour me mettre en condition, mais ça risque aussi d’éveiller un peu plus ma colère, d’avoir en face de moi deux êtres qui leurs ressemblent. Je regarde tout de même autour de moi, analysant ces insectes.

- Deux cibles. J’ai trouvé la première.

Je quitte Amaëlle pour m’approcher de cette humaine, cette fille aux cheveux courts, fine, belle, la même forme de yeux, innocente aux premiers abords, tout comme elle. Je plonge mon regard dans le sien et lui ordonne de rejoindre Amaëlle et d’attendre, celle-ci s’exécute. Je cherche ensuite ma deuxième cible, celui qui ressemblera à Alistair, plus compliqué à trouver, d’autant que c’est à lui que j’en veux le plus, alors j’aimerais vraiment que la ressemblance soit plus frappante que pour la fille. Je cherche parmi la foule, m’avançant vers l’un de ces hommes, puis encore un autre, jamais le bon, jamais satisfaite. Ça en devient très frustrant de ne pas trouver et alors que je m’apprête à tuer tous ces humains par impulsivité, mon regard finit par se poser sur cet humain. Lui. Il fera parfaitement l’affaire. Je l’hypnotise à son tour, retournant vers Amaëlle en sa compagnie. Maintenant nous sommes au complet.

- Que me proposes-tu maintenant ? Je m’y connais en tortures mentales, beaucoup moins en tortures physiques.

Alors, vas-tu préférer que je te montre ce dont je suis capable avec mon pouvoir ? Ou vas-tu plutôt me montrer ce que l’on pourrait faire de ces deux corps ? C’est toi la prof après tout et il faut dire que ce soir, j’ai une sacré motivation pour jouer les bonnes élèves. J’espère en tous cas que le but ne sera pas de rouvrir la plaie, autrement je ne suis pas sûre que cet aéroport tienne debout jusqu’à la fin de la soirée.



codage by jacks ღ gifs from tumblr

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Détruire, briser, découper... Et rire de son méfait. Puis sourire à une autre rencontre. | Ama & Effy   

Revenir en haut Aller en bas
 
Détruire, briser, découper... Et rire de son méfait. Puis sourire à une autre rencontre. | Ama & Effy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Attaque] Brûler/Couper les buissons.
» Juste pour rire
» Comment détruire les monolithes?
» Le Demon Du Rire
» Séduire pour mieux détruire ... :)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vamp Academy :: Archive :: Rps Marie & Liora-
Sauter vers: