Forum d'écriture privé
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mauvais lien du sang

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Mauvais lien du sang   Jeu 16 Juin - 21:02


Mauvais lien du sang
Sebastian & Nayla


Hantée par mes derniers souvenirs de l’endroit où je viens, je suis à nouveau prise de cauchemar, je me souviens des rires de ces monstres et de la douleur, je me souviens de ma satisfaction d’avoir pu sauver mon peuple en me sacrifiant, je me souviens ensuite des cris et de l’odeur de brûlé, ma vision est floue, il n’y a que ses cheveux bruns, sa voix est trop lointaine pour que je l’identifie, puis je me réveille. Haine est le premier mot qui me traverse l’esprit, mais je ne dois pas laisser mes sentiments prendre le dessus, pourtant je ne supporte plus d’être ici, loin des miens, dans cet endroit dont je ne connais rien et que je n’arrive pas à comprendre. Habituellement j’évite de dormir la nuit, mais ce soir le sommeil a été plus fort que ma ténacité, au moins aucun monstre n’en aura profité pour m’attaquer, il faut dire que personne ne m’aurait trouvé dans un trou pareil. Hésitant à sortir ce soir alors que les précédentes nuits n’ont strictement rien donné, je finis néanmoins par quitter ma cachette pour parcourir une fois de plus les lieux, je me suis toujours dit que l’Amazonie est une région très grande, mais je n’avais pas encore mis les pieds en ville.

Habitations immenses, voitures, téléphones portables, ils ont ici des tas d’autres choses que nous n’avons pas, que je n’ai pas envie d’avoir, ma façon de vivre me convient très bien, je n’ai pas besoin de toutes choses, je ne pense pas que je saurais m’y adapter, mais aurais-je au moins le choix ? Hissée sur la pointe des pieds, je regarde par-dessus un mur pour voir ce qu’il y a, une autre route, voilà qui me fait me demander encore plus pourquoi est-ce qu’il y a ce mur, apparemment les humains semblent aimer les impasses, ce n’est pas mon cas, alors j’ai arrêté de faire demi-tour et me contente maintenant d’escalader. Hormis mes blessures qui recommencent à me faire mal et la faim un peu trop présente, je sais que je pourrais néanmoins continuer de survivre ici, mais je n’ai pas envie de passer le reste de mon existence à errer tel un fantôme dans les rues, j’ai des choses bien plus importants à accomplir. Hôpital est l’endroit où certains passants m’ont conseillé de me rendre, mais il n’y a que la forêt que je dois trouver, ainsi je pourrais retourner chez moi, retrouver mon peuple.

- Huitième rue au bout puis vous tournez à droite, normalement vous devriez voir la forêt de loin.

Humble monsieur a accepté de m’indiquer la direction de la forêt sans me prendre pour une folle, me fuir ou me conseiller de consulter, je dois dire que ça change et que ça fait du bien, alors je le remercie et me mets à suivre ses indications, espérant que cette fois-ci sera la bonne. Hors de la ville, j'ai envie de crier de joie pour être enfin parvenue à sortir de ce labyrinthe infernal, mais je le ferais une fois que j’aurais trouvé les miens, ce qui ne saurait tarder maintenant que j’ai enfin regagné la forêt. Humant la douce odeur des plantes et des arbres, je commence d’abord à chercher ce qu’il me faut pour soigner mes blessures, malheureusement je me rends vite compte que cette forêt n’est pas aussi riche en trouvailles que celle où je vis, d’ailleurs tout me semble aussi meurtri que la ville elle-même, à croire que l’on m’a réellement envoyé en enfer. Handicapée par mon mauvais état physique, je ne peux même pas grimper aux arbres pour voir si je trouverais quelque chose d’intéressant, je vais donc devoir faire sans, mais de toute façon on dirait que je n’irais pas bien loin puisque j’entends le bruit d’un craquement de branche. Hostile ennemi, animal errant ou peut-être un simple passant ? Hors de question en tous cas que je me laisse surprendre, alors je m’empare de mon pieu, déjà sur mes gardes, prête à me défendre en cas d’attaque et on dirait que je fais bien puisque je tombe nez à nez avec un grand strigoï blond qui me scrute.

- Hold op*, si tu fais un pas de plus cette arme finira plantée dans ton cœur.

*Stop


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Mauvais lien du sang   Ven 17 Juin - 21:57



Mauvais lien du sang
Nayla & John


Une descendante ? Croyez-moi, je n'ai pas envie de rire. J'aurais bien nié avec conviction cette affirmation, mais il se trouve que Rachelle ne sait jamais trompée, et son regard me laisse bien sous entendre qu'elle a vérifié ces indications grâce à diverses sources avant de venir me trouver. A vrai dire, ce n'est pas l'idée d'avoir une femme, qui, d'une certaine façon, fait partie de ma famille, qui me choque le plus, c'est plutôt la signification d'une telle preuve. A vrai dire, je ne suis pas un grand sentimental, alors ressasser mes conquêtes pour savoir laquelle d'entre elle avait pu pondre un gosse, sans même m'en parler, surtout que cela remontait à ma vie humaine, comptez pas sur moi. Non, au lieu de ça, j'attrape une veste, marche jusqu'à la porte sans un mot, et la claque derrière moi. Oui, lorsque j'apprends ce genre de chose, je ne suis pas très expressif, à vrai dire, je ne suis jamais très expressif, sauf lorsqu'il s'agit de sexe.. et avec Rachelle, ce genre de relation n'a jamais existé entre nous, et c'est certainement pas avec ce genre de déclaration que cela commencera.

Je m'étais d'abord dis que j'irais boire un coup dans l'une des boîtes de la ville, que je me dégoterais une femme et que j'oublierais toute cette histoire, toutes ces informations, mais à mesure que j'avance, ma discussion avec Rachelle me revient à l'esprit, et je ne peux m'empêcher de réfléchir aux mots utilisés pour décrire cette femme. Forte. Guerrière. Intelligente. Et une Dhampir, une putain de Dhampir qui pourrait décider de lui faire la peau dès qu'elle aurait posé les yeux sur lui, sans même chercher à savoir ce qu'il est pour elle. Mais d'une certaine manière, j'aurais très bien pu la croiser par hasard, sans me douter de ce qu'elle représentait pour moi, et décidait de la tuer, juste parce qu'elle se montrait trop provoquante avec moi, trop dangereuse. Alors je crois que je ne pourrais pas vraiment lui en vouloir de m'attaquer à la première occasion, je crois même que d'une certain manière, voir que l'une de mes descendantes est capable de se défendre contre un être comme moi, plutôt que d'aller pleurnicher dans son coin, ne pourrait que me rendre fière, et je crois que c'est ce qui me pousse à dériver de mon objectif.

La forêt, je crois me souvenir que c'était le lieu où Rachelle m'avait conseillé de me rendre, si je désirais tomber sur elle. Je ne comprenais pas pourquoi j'aurais plus de chance en forêt, plutôt qu'au beau milieu de la ville, mais du moment que je lui mettais la main dessus, ce n'était pas le genre de réponse qui m'intéressait. Restait encore à la trouver, la forêt est loin d'être immense, j'en ai connu de bien plus grande, mais tout de même, je ne suis pas encore prêt d'avoir fais le tour, et il suffisait qu'elle tourne en même temps que moi, et je ne serais pas prêt à la trouver. En général, c'était les gens qui cherchaient à me rencontrer, à vouloir me connaître, pas l'inverse, ce n'était jamais moi qui me retrouver à tâtonner dans le noir, sans jamais savoir si je finirais par tomber sur ce que je cherche. On dirait, que si j'avais dans un premier temps renier notre lien, j'étais plus que curieux dans découvrir davantage sur cette fille qui avait retenu l'attention de Rachelle, assez en tout cas pour qu'elle creuse plus profondément, et découvre notre lien de sang. Quelques pas de plus, et je tombe nez à nez avec elle. Pas de doute, c'est bien elle, malgré quelques blessures supplémentaire, c'est assez ressemblant avec la photo que Rachelle m'avait offert d'elle. Fascinante, elle ne c'était pas trompé, rien que ces premiers actes, accompagné de ces premières paroles le prouvait.

« Aucun doute, tu es bien de mon sang, aussi farouche que moi »

Bon, d'accord, cela ne signifiait pas grand chose, j'avais rencontrer d'autres femmes comme elle, qui ne se laissait pas marcher sur les pieds, cela ne voulait pas toujours dire qu'elle était l'une de mes descendantes. Mais elle, je n'ai aucun doute, entre les dires de Rachelle, et ce que j'ai sous les yeux, je ne peux pas en douter, même si la ressemblance n'est pas flagrante, en dehors de sa beauté, qui est indéniable. Ca doit être un trait de famille.

« Aussi belle et fascinante qu'elle t'avait décrite »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Mauvais lien du sang   Ven 24 Juin - 14:58


Mauvais lien du sang
Sebastian & Nayla


Voilà des jours que je tente de regagner la forêt dans ce labyrinthe qu’est la ville, des jours que j’espère rentrer chez moi, retrouver les miens, mais rien n’y fait, je suis bloquée dans ce qu’on appelle Missoula. Je parviens néanmoins enfin à regagner la forêt, mais ma joie devient vite déception lorsque je me rends compte de la qualité de celle-ci. Cette forêt est loin d’être aussi riche que celle d’Amazonie, à croire que cet endroit n’a décidément rien d’intéressant, rien de bien pour y vivre. Elle est néanmoins préférable à la ville, alors je suppose que je devrais faire avec. Je cherche d’abord de quoi soigner mes blessures, ensuite je penserai à me nourrir, sauf que mes recherches sont rapidement interrompues par la présence d’un intrus. Je me détourne au son d’un craquement de branche, pieu en main et sur mes gardes. Qui va là ? Montre-toi où je te trouverais moi-même et tu n’aimeras pas ma façon de te sortir de ton trou. Il se montre et ce n’est pas vraiment une surprise de me trouver face à un l’un de ces monstres, il fait nuit après tout et l’odeur de mon sang a très bien pu l’attirer.

Je fixe mon adversaire, le mettant en garde de ne pas approcher plus s’il veut survivre. J’en profite surtout pour l’analyser, savoir quelles sont mes chances. C’est un vieux strigoï, j’en suis sûre, j’ai appris à les différencier, ils adoptent involontairement un comportement que les jeunes n’ont pas. Pour l’instant l’avantage jouerait plus en sa faveur, il a l’âge de son côté et j’ai de sales blessures contre moi, mais ce n’est pas pour autant que j’ai dit mon dernier mot. Je suis une guerrière, je sais comment survivre face à l’ennemi. Puis il prend la parole et ses mots me déstabilisent. Je m’attendais à une provocation, à des menaces de mort, à des premières actions. J’ai le droit à tout autre chose. Je suis bien de son sang ? Ce monstre est-il donc tombé sur la tête ? Ou alors j’ai perdu trop de sang et j’hallucine... Non, il a bien dit ces mots, ce strigoï est encore plus fou que je ne l’aurais pensé.

- J’ignore qui tu es ni quelle folie s’est emparée de ton esprit, mais je te libèrerai du mal qui te ronge en t’offrant la mort.

Oui c’est une bonne action d’offrir la mort à un monstre comme toi, je sauve des innocents d’une possible mort et je sauve ton âme des infâmes ténèbres qui s’en sont emparés. J’ignore qui est cette femme dont tu me parles et qui m’a apparemment décrite, peut-être une autre folie de ton imagination, ou peut-être une autre personne bien réelle mais folle elle aussi, dans ce cas je la trouverai et lui offrirait la même mort que toi. Je garde ma prise sur mon pieu, mettant de côté le handicape de mes blessures, je ne laisserais aucun mal interférer dans mes combats. Si je cours vers lui pour l’attaquer, je gâche inutilement de mon énergie et lui offre l’occasion de prendre l’avantage. Je dois donc le faire venir à moi d’une manière ou d’une autre, économiser le plus mon énergie, faire le moins de mouvements possibles mais en faire des rapides et précis. Approche donc strigoï, je suis prête à t’accueillir.

- Ai na frag yu op.*

Est-ce que tes folies t’ont aussi appris mon langage ? Je suis sûre que non et dans le cas contraire considère cette menace comme vraie car je ne compte pas te laisser partir d’ici vivant. J’en ai tué d’autres avant toi tout en étant dans cet état, ils étaient certes moins vieux, mais je suis sûre que je pourrais t’avoir aussi, il me suffit d’attendre le bon moment, tout est dans la stratégie. Es-tu stratégique ? J’imagine que nous le verrons, mais quelque chose me dit que je le suis plus que toi, espérons que je ne me trompe pas.

- Lorsque j’aurais fait couler ton sang et pris ta vie, tu réaliseras que toi et moi n’avons rien en commun.

Tu dois être bien fou pour penser que nous sommes de la même famille. J’espère que tu es aussi instable pour sauter sur la première provocation, viens donc qu’on en finisse, j’ai d’autres choses à m’occuper qu’une vermine comme toi.

*Je vais te tuer.


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Mauvais lien du sang   Sam 20 Aoû - 12:31



Mauvais lien du sang
Nayla & John


Pourquoi persistes-tu à te cacher dans cette forêt ? En général, une Gardienne n’est-elle pas censée être auprès de son moroï ? A l’académie, à la cours, dans une grande villa fortunée ? Alors pourquoi es-tu ici ? Rachelle n’a pas manquée de m’offrir des renseignements sur toi, faut dire que son truc, c’est les recherches, mais toi, tu restes un mystère, même pour elle.. Ou as-tu vécu toutes ces années ? Quel genre de femme es-tu ? De manière générale, je cerne assez bien les gens, mais ta fougue, ton cran, face à moi, m’empêche de comprendre ce que j’aimerais bien apprendre sur toi. Ce n’est pas grave, je ne manque pas de temps, et je finirais par découvrir ce que tu es, et ce que tu me caches, tu verras. Avec le temps, tu cesseras d’être aussi farouche, tu verras. Je n’ai pas l’intention de te faire du mal, tu devrais en profiter, car rares sont les femmes que je n’agresse pas. Profite de ta chance. Car, autant, je souhaite en apprendre plus sur toi, autant, dès l’instant où tu tenteras de m’attaquer, je riposterais, et, au vu de tes blessures, aussi bonne puisses-tu être, tu ne feras pas long feu. Alors, sois raisonnable, ne tentes pas le diable, tu m’as l’air d’être une battante, qui se bat pour vivre, ce serait bête que tu meurs pour une erreur aujourd’hui. Au contraire, pour une fois que tu n’as pas un ennemi sur le dos, tu ferais mieux dans profiter pour te remettre de tes blessures. Je pourrais même faire en sorte d’arranger ça, si tu arrêtais de me menacer.. Je lève les mains en l’air, comme en signe de paix. Souvenez-vous de cette minute, parce que cela ne se reproduira pas.

« Toutes mes excuses, si je t’ai effrayer, ce n’était pas mon intention »

C’est vrai.. Bon d’accord, j’admets que j’aime effrayer les gens, c’est assez drôle, de voir leurs têtes, lorsqu’ils se rendent compte que leurs vies n’est rien, n’existe plus, mais comme je viens de le dire, ce n’était pas mon intention face à elle, je vois mal de quelle manière j’aurais pu l’amadouer, en cherchant à lui faire peur. Enfin bref, je dois admettre que je n’ai aucune confirmation, que cette femme est bien celle que je cherche, quelle fait bien parti de mon sang, comme me l’a indiqué Rachelle, mais n’ai-je pas assez d’information sous les yeux ? De qui d’autre que moi, pourrait-elle tenir une telle beauté ? De qui d’autre que moi, pourrait-elle tenir une telle agressivité ? Et cela n’est sans parler de son air de guerrière. Nous le sommes tous, dans la famille, nous ne nous laissons pas marcher sur les pieds, et c’est peut-être la meilleure preuve que je pouvais avoir, pour m’assurer de son identité.. Par contre, ma jolie, je veux bien être gentil, mais va falloir que tu penses à arrêter les menaces, parce que je vais vite perdre mon calme, tu peux me croire, cela n’a jamais été mon point fort.. En revanche, la folie, oui, ça, c’est carrément mon rayon, tu n’imagines même pas à quel point, mais au contraire de ce que tu penses, la folie peut-être délivrance, tu devrais essayer.

«  Quelle belle promesse, avec d’aussi belles paroles, je ne peux qu’être toucher par ton offrande, malheureusement, je ne compte pas quitter ce monde aussi tôt, j’ai encore bien des choses à vivre, peut-être que certaine se feront ensemble, je l’espère, en tout cas »

Oui, tu es bien saine d’esprit, pour une personne de mon sang, va sans doute falloir que j’arrange ça, et te pervertisse à ma façon, tu verras, tu ne pourras voir cela que comme une délivrance, le sang, qui coule en quantité, n’est que pure jouissance, tu le découvriras, et tu aimeras le faire couler. En faite, tu aimes déjà le faire couler, à ce que je peux attendre, tu fais juste erreur sur la cible. Ce n’est pas à nous, que tu devrais t’en prendre, nous sommes les vainqueurs, nous sommes les champions, c’est face à ces êtres humains, minables, que tu devrais combattre, car c’est eux, la honte de cette planète, tu n’en as pas encore conscience, mais ça viendra, tu verras. En attendant, je ne compte toujours pas t’attaquer alors gardes ta salive, plutôt qu’à l’user, pour des menaces inutiles. Saches une chose, ma jolie, je n’attaque que lorsque je le souhaite, pas avant, et là, je n’ai pas envie de t’attaquer, juste de te pousser dans tes retranchements, tu ne crois pas que cela pourrait être drôle, que cela pourrait être agréable ? Laisse-moi t’aider a prendre ton pied, et à te sortir de ton sérieux décevant..

« Voyons chérie, ne gâches pas ta salive avec ce genre de menace, je n’attaque pas les membres de ma famille, enfin, pas lorsqu’il s’agit d’une jolie fille »

En faite, je n’attaque pas les membres de ma famille, sauf lorsqu’il s’agit d’Alistair, mais cela, c’est une autre histoire, tu n’as pas besoin de le savoir, tu n’as pas besoin d’être mêler dans cette histoire, comme je l’ai dis, je tiens à te connaître, avant que tu ne passes l’arme à gauche.

« Connais-tu ton arbre généalogique, ma jolie ? Et j’entends celui de tes véritables parents, pas cette horde de gardiens, qui vous servent de géniteur »

Bon, là encore, je m’appuyais sur les recherches de Rachelle, alors j’espère qu’elle n’avait pas fait erreur, parce que j’allais passer pour un sacré con. Alors, chérie ? J’ai comme l’impression que tu ne t’attendais pas à cette question. Dommage, faudra tout de même me fournir une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Mauvais lien du sang   Mar 23 Aoû - 0:20


Mauvais lien du sang
John & Nayla


Ne peut-on pas être seul cinq minutes dans cette ville ? A croire qu’il y a toujours quelqu’un pour vous interpeller, ou alors c’est moi qui doit attirer l’attention à cause de mes vêtements sales et mes blessures, mais je n’ai pas besoin qu’on m’arrête pour ça, je suis assez grande et expérimentée pour me débrouiller toute seule. Sauf que je ne pense pas que ce strigoï soit là pour m’aider et pourtant si on en croit ses mots il n’est pas là pour me tuer non plus. Sauf qu'il n’est pas très crédible à mon goût, je ne crois pas en son air faussement innocent et ses paroles. Rassure-toi strigoï, il faut bien plus qu’un craquement de branche pour m’effrayer.

Je reste silencieuse face à lui, avec mon air sérieux et mon pieu toujours en main. Ce n’est pas parce qu’il veut se faire passer pour innocent que je compte baisser ma garde. De toute façon tous les strigoïs sont bons à tuer et je suis sûre que lui doit l’être bien plus que la moyenne. Qui penses-tu donc amadouer avec ton regard ? Tu es tombé sur la mauvaise personne mon cher, je ne suis pas le genre de femme à me laisser séduire, ni même à donner facilement ma confiance, encore moins envers les membres de ton espèce. J’espère que tu es prêts à mourir ce soir strigoï, car je n’ai pas l’intention de te laisser repartir de là vivant, tu m’as l’air un peu trop dangereux pour faire une telle erreur. Le strigoï ne perd rien de son répondant devant mes menaces, tant mieux, je les préfère résistants, ça les rend un minimum plus intéressants.

- Ensemble ? Tu nourris là de grands espoirs. Définitivement fou, mais je ne peux pas vraiment te le reprocher, la majorité des membres de ton espèce le sont, une raison parmi tant d’autres qui me pousse à vous exterminer.

Tu n’es pas le premier, tu ne seras pas le dernier, je peux te l’assurer. Tu as l’intention de vivre encore longtemps ? Il se trouve que moi aussi, hors il faudra bien que l’un de nous perde ce combat, car duel il y aura et avec moi ils se terminent toujours par la mort d’un des deux combattants. Comme tu peux le voir je suis encore debout et j’ai bien l’intention de l’être encore dans mon combat avec toi. Je commence à réfléchir à une manière de l’approcher sans m’épuiser, car visiblement il ne semble pas vouloir attaquer en premier, ce qui ne m’arrange pas. Le seul avantage c’est que ça me fait gagner un peu de temps. Pourtant je finis tout de même par me laisser déconcentrer par ses prochaines paroles.

Qu’a-t-il donc à me parler encore de famille ? Je ne comprends vraiment pas cet homme, ce n’est pas le premier insensé que je rencontre, mais lui a l’air borné sur cette idée de sang en commun. Oui, il semble réellement y croire, mais c’est surtout sa prochaine question qui me perturbe. Comment est-il au courant ? Qui est-il exactement ? En général je ne laisse pas l’ennemi me déstabiliser, encore moins semer le doute dans mon esprit mais là... J’ai besoin de comprendre. Je joue sur son trop plein d’assurance pour réussir à avoir le dessus sur lui, mais aussi sur l’avantage que l’on se trouve sur mon terrain de chasse, la forêt. J’envoie de la terre sèche tout droit dans ses yeux, l’aveuglant un court instant, mais suffisant pour enchaîner une prise et le propulser ventre à plat contre le sol. Je ne lui laisse pas le temps de se relever, passant à califourchon sur son dos alors que mon pieu en argent est plaqué contre la peau de sa gorge, prête à la trancher s’il fait un mouvement de travers.

- Qui es-tu et que sais-tu sur mon peuple ? Sont-ils toujours vivants ? Vers où dois-je aller pour les retrouver ?

Il doit probablement être déçu que je ne pose que des questions sur mon peuple et pas sur ma véritable famille, comme il l’insinue. Mais je n’en ai rien à faire de mon arbre généalogique, je ne veux pas savoir qui sont mes véritables parents, de purs inconnus à mes yeux alors que mon peuple représente ma vraie famille. Puisque tu as commencé à parler de mon peuple, continue maintenant, ne t’arrêtes pas en si bon chemin ou je ne ferais qu’une bouchée de toi. Je ne suis peut-être pas dans mon meilleur état, surtout après cette nouvelle attaque n’aggravant qu’un peu plus mes blessures, mais elles ne sont pas la priorité pour l’instant, je m’en occuperais plus tard.

- Si tu parles j’envisagerais peut-être de te laisser la vie sauve. Décide-toi vite, ma main pourrait déraper d’une seconde à l’autre.

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Mauvais lien du sang   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mauvais lien du sang
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (m) Les liens du sang sont les plus fort - Lien famillial
» La Cosa Nostra
» Lien du sang de nouveau réunis [Pv Jared]
» Ne vous faites pas de mauvais sang
» Don de sang

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vamp Academy :: Archive :: Rps Laure & Liora-
Sauter vers: