Forum d'écriture privé
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La vie est faite de choix

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Le diable au corps, le coeur en fusion
Messages : 41
Age : 244
MessageSujet: La vie est faite de choix   Jeu 16 Juin - 19:14

La vie est faite de choix
Clary et Bastian


Une partie de golf la nuit en pleine air, il n’y a pas à dire, c’est vraiment le pied. Avec les cinq cadavres derrière moi, j’ai récolté assez de paires de yeux comme ça pour avoir suffisamment de tirs à faire dans l’espoir de battre mon précédent record. Bon c’est vrai qu’un œil est un peu plus petit qu’une véritable balle de golf, mais croyez-moi ça roule très bien alors ça fait l’affaire. Evidemment le club est une jambe, avec le pied bien tendu ça reproduit la forme adéquate. Je place le tees de golf dans la bouche du dernier humain vivant et me voilà prêt à jouer. A chaque tir, les yeux de l’humain se ferment forts et sa voix fait des bruits bizarres, comme s’il avait peur mais n’osait pas bouger. Oh c’est vrai, il ne peut pas bouger, je l’ai contraint de rester comme ça, c’est fou ce que ça peut être amusant et utile les pouvoirs de strigoïs. Il aimerait bien crier, faut dire que ça ne doit pas être bien agréable de se faire frapper par un club humain. J’ai loupé deux coups sur six pour l’instant, frappant son visage au lieu de la balle. Bon je l’admets, j’ai fait exprès ces deux fois là, mais c’était pour qu’il arrête un peu de geindre, finalement ça aura eu l’effet inverse. Je regarde l’humain allongé au sol alors que je place une nouvelle balle sur le tees.

- A ton avis, jusqu’où peut voler un œil ?

Evidemment il ne peut pas me répondre, mais j’aime bien échanger avec mes victimes, ça me donne l’impression d’être un minimum cool et social et moins psychopathe. Je frappe dans l’œil avec une force plus poussée que mes tirs précédent, plaçant ma main sur mon front comme pour cacher mes yeux du soleil afin de voir jusqu’où ira l’œil. Je sais, ce geste est inutile puisqu’il n’y a pas de soleil, mais j’essaie de me mettre dans la peau d’un vrai joueur de golf. L’œil atterri enfin et ma vision de strigoï me permet de voir que celui-ci a dépassé les autres de loin. Je pousse une sorte de cri de victoire avant de me remettre à parler avec mon humain.

- On peut dire que celle-là est allée loin ! Tiens le coup mon pote, encore trois balles, enfin cinq, après je prendrais aussi tes yeux et je te tuerais une fois que la partie sera finie.

L’humain se met à chialer mais j’ignore ses gémissements. Je place le nouvel œil où il faut lorsque j’entends des bruits de pas derrière moi. Tiens tiens, de la visite ? Peut-être une nouvelle paire d’yeux à m’offrir ? Je me retourne pour voir de qui il peut bien s’agir, apercevant une bien charmante blonde qui me regarde fixement, enfin elle regarde aussi le carnage que j’ai commis et ça semble quelque peu la choquer. Faut dire que le contraire m’aurait étonné. Celle-ci est vraiment ravissante, finalement peut-être que je ne lui prendrais pas ses yeux. Son sac tombe à ses pieds, comme ci elle était trop choquée au point de ne plus pouvoir le tenir, comme c’est amusant. Je plante mon club humain sur le sol juste à côté du visage de celui que je m’amuse à traumatiser avant de m’avancer vers la jeune femme.

- Quel beau morceau que voilà. Dis-moi ma douce, as-tu envie de jouer avec moi ou veux-tu que je joue avec toi ? Je suis généreux ce soir, je te laisse le choix mais il n’y a pas de troisième option possible.

Alors ma belle, quelle sera ta réponse ? Accepteras-tu de jouer avec ces corps humains ou seras-tu trop écœurée pour cela ? A ta place je réfléchirais bien, car si tu choisis la seconde option, ce n’est pas dit que tu repartes entière de cette soirée, d’ailleurs ce n’est pas dit que tu repartes tout court.

- Sais-tu jouer au golf ? Si ce n’est pas le cas ne panique pas, je serais ravi d’être ton professeur.

code par slana
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Quand y en a plus, on en demande encore !
Messages : 28
Age : 22
MessageSujet: Re: La vie est faite de choix   Jeu 16 Juin - 19:19


La vie est faite de choix
Bastian & Clary

Le courage, c'est de comprendre sa propre vie... Le courage, c'est d'aimer la vie et de regarder la mort d'un regard tranquille... Le courage, c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel.

Je me suis relâché ces derniers temps, j'en ai conscience. Peut-être parce que j'ai récemment frôler la mort, ou peut-être est-ce ma rencontre avec cette moroï, dans tous les cas, je n'ai pas repris la chasse depuis ce jour là, et il serait grand temps que je m'y remette. Je ne peux pas laisser les gens m'atteindre ainsi. Je n'aurais jamais du accepter de suivre cette femme, cela aurait été bien plus simple, tous ces doutes n'auraient pas été en train de me faire fléchir. Je glisse une arme dans mes bottes, et plusieurs dans mon sac, juste au cas où, et quitte mon appartement. Je ne sais même pas où commencer, je n'ai aucune piste, alors comme d'habitude, je me contenterais de suivre mon instinct, jusqu'à présent, celui-ci ne m'a jamais fait faux bon, j'espère que cela en sera de même pour cette soirée. J'emprunte les rues de Missoula, et me retrouve, étonnement, face au centre de Golf. Je me demande même si je n'ai pas eu tord de me fier à mon instinct, il semblerait que lui aussi est pris des vacances, parce que pour m'amener dans un tel lieu.. Je ne vois vraiment pas ce que je pourrais bien y faire, surtout qu'à cette heure tardive, il devait déjà être fermé, alors je n'avais même pas la possibilité de profiter de l'occasion pour faire une partie. Franchement, super. Pourtant, au lieu de faire demi tour, je poursuis mon chemin, passant devant l'accueil, fermé comme je l'avais prévu, jusqu'à l'un des terrains, où j'ai la surprise de voir un homme, jouer au golf. Je m'approche, mais je me rend compte trop tard, que j'aurais mieux fait de faire demi tour.

Mon cœur rate un battement lorsque j'aperçois le carnage causé par ce monstre. J'en viens même à lâcher mon sac, qui tombe à mes pieds. J'avais vu des horreurs au cours de ma vie. J'en avais moi-même vécu aux côtés d'Emrys et Amaelle, des souffrances terribles, qui me hantaient aujourd'hui encore, mais je devais bien admettre que tout ce que j'avais pu vivre n'arrivait pas une seconde à la hauteur de ce que j'avais sous les yeux. Je ne sais pas face à quel genre de psychopathe j'étais tombé, mais j'ignorais comment j'allais bien pouvoir m'en sortir indemne. Fuir n'était pas une possibilité, puisqu'il venait de prendre conscience de ma présence, et j'étais certaine qu'il me rattraperait sans mal à un jeu de course poursuite. Je pouvais toujours faire comme si je n'avais rien entendu, et tourner les talons, mais là encore, j'étais certaine qu'il m'empêcherait de prendre la poudre d'escampette. J'étais visiblement coincé avec lui. Le seul moyen qu'il me restait pour m'en sortir, était de le tuer. Et vu ce qu'il venait d'infliger à ces corps, j'avais intérêt à ne pas rater mon coup, si je ne voulais pas subir le même sort. Décliner son offre me paraissait pour l'instant la meilleure idée.

« Je joue pas au golf, c'est un sport de tapette.. »

En revanche, le provoquer de la sorte n'est sans doute pas l'idée du siècle, mais que voulez-vous, on ne refait pas une personne. Je ne m'étais jamais écrasé, même pas lorsque ma vie était en danger, c'était pas aujourd'hui que cela allait commencer. Ce spectacle avait peut-être réussi à me choquer, mais j'avais maintenant repris toute mon assurance. Nous verrons bien comment cette soirée se déroulerait. Pour l'instant, il fallait déjà que je m'assure de pouvoir rester en vie.

« Alors, quelle est la prochaine étape maintenant ? Tu me tues dans d'atroce souffrance, comme ces idiots ? »

Autant mettre carte sur table. Vas-tu me tuer, ou me laisser la chance de sortir vivante de cette rencontre ? Malheureusement, j'ai bien peur que cela soit à ton désavantage, si tu prends ce genre de décision. J'ai la chance de t'avoir trouver ce soir, je ne te laisserais pas partir vivant, et commettre d'autres meurtres. Je sais que j'aurais sans doute mieux fait de l'amadouer, de faire cette partie avec lui, mais c'était le genre de chose que je refusais de faire, même pour ma survie. Je préférais mourir, plutôt qu'user de ces corps comme jouet, c'était hors de question. Tu as commis une erreur en venant jusqu'ici, tu aurais mieux fait de rester bien tranquillement chez toi, car ce soir, tu viens de signer ton arrêt de mort




Dernière édition par Clary Cordis le Lun 30 Jan - 13:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le diable au corps, le coeur en fusion
Messages : 41
Age : 244
MessageSujet: Re: La vie est faite de choix   Jeu 16 Juin - 19:21

La vie est faite de choix
Clary et Bastian


C’est fou tout ce que l’on peut faire avec un corps humain, je suis sûr que beaucoup de strigoïs adoreraient participer à une partie de golf version bastianisée. En tous cas même seul je m’amuse bien, alors une partie en groupe ne peut qu’être d’autant plus amusante. En parlant d’une partie à plusieurs, peut-être que je viens de trouver un partenaire finalement et je ne parle pas de cet humain qui me sert de piquet mais de cette jeune femme blonde qui vient d’arriver. Une alchimiste au vue de son tatouage, intéressant. Que fais-tu là à une heure si tardive ? Tu devrais pourtant savoir que cette ville grouille de monstres la nuit. J’esquisse un sourire en l’apercevant, tu m’as trouvé et je ne compte pas te lâcher maintenant. Il ne fallait pas venir mettre les pieds ici. Je lui propose une partie de golf dont elle se met immédiatement à dénigrer le sport.

- Je ne vous contredirai pas mon joli moineau, le véritable golf est un sport de tapette, mais ma propre version est bien plus excitante.

Tu ne trouves pas que j’ai raison mon petit moineau ? Je trouve que ce surnom te va très bien, tu es petite et frêle, douce et fragile. Je pourrais te briser le cou d’une seule main et sans avoir besoin de forcer. Ou alors ce n’est qu’une apparence et dans ce cas tu caches bien ton jeu beauté. Elle me demande quelle est la prochaine étape, pensant que je vais lui réserver le même sort que ces abrutis d’humains. Allons, tu mérites un sort bien mieux que le leur, ne penses-tu pas ? Mon sourire n’a pas quitté mes lèvres alors que je me glisse à ses côtés, passant un bras par-dessus son épaule tel un petit-ami, en vérité c’est juste pour la forcer à faire ces quelques pas avec moi.

- Tout dépend du rôle que tu as envie d’avoir mon joli moineau, aimerais-tu jouer ou être le jouet ?

J’ai bien plus envie de jouer avec toi en tant que partenaire qu’en tant que cible. Je vois en toi une âme pure mon petit moineau, tu es une grande tentation à mes yeux. Les innocents sont mes plus grands plaisir, pouvoir sonder leur âme et la rendre aussi sombre que la mienne. As-tu déjà tué ? As-tu déjà pris la vie d’un être qui n’a rien fait de mal ? Je veux que tu goûtes à ça, je veux partager ce plaisir avec toi. Alors mon tendre moineau, seras-tu capable de te décider et de prendre le bon choix ? Si tu décides de jouer avec moi tu devrais survivre à cette soirée. En revanche si tu préfères être le jouet, alors tu périras avant le lever du soleil.

Je la relâche, m’avançant vers l’humain qui est allongé au sol et continue de pleurer. Ridicule. Même cette jeune alchimiste a plus de courage que lui. Je l’attrape par le col et le relève, le mettant sur ses deux jambes et le forçant à avancer jusqu’à la jeune femme. Nous y voilà. A ma gauche un homme destiné à mourir. Au milieu, moi-même, mais pour le moment je vais m’appeler l’arbitre. A ma droite l’alchimiste qui devra prendre sa vie en main, frapper ou être frappée, survivre en tuant ou mourir elle-même. Je retire ma contrainte sur l’homme qui peut désormais bouger mais lui interdit de prendre la fuite. On dirait bien que le premier jeu va pouvoir commencer.

- Voilà ce qu’il va se passer, soit tu me prouves que tu es la partenaire de jeu que je recherche et tu tues cet homme, soit tu passes ton tour et ce sera lui qui se jettera sur toi pour te tuer. Sache que plus tu le feras souffrir, plus tu gagneras des minutes de survie. Je déclare le jeu ouvert, tu as dix secondes pour te décider.

Que décideras-tu de faire mon petit moineau ? Les secondes passent vite et bientôt je saurais pour quel choix tu as opté. Vas-tu me surprendre ? Vas-tu me faire plaisir ? Ou ne seras-tu qu’une triste déception ? Nous le verrons bien. Mieux vaut pour toi que les minutes qui vont suivre soient intéressantes auquel cas je ne donne pas cher de ta vie.

code par slana
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Quand y en a plus, on en demande encore !
Messages : 28
Age : 22
MessageSujet: Re: La vie est faite de choix   Jeu 16 Juin - 19:27


La vie est faite de choix
Bastian & Clary

Le courage, c'est de comprendre sa propre vie... Le courage, c'est d'aimer la vie et de regarder la mort d'un regard tranquille... Le courage, c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel.

Pourquoi est-ce que je suis venu jusqu'ici ? Pourquoi n'ai-je pas fais demi tour à l'entrée ? Mon instinct ne m'a pas trompé, j'ai trouvé ma proie, en revanche, je n'aurais rien eu contre un petit indice sur le risque que je prenais en foulant ce lieu. Peut-être que cela m'aurait fais réfléchir deux fois avant de me jeter dans la gueule du loup. Vraiment ? Non, en faite cela n'aurait rien changé, pas si j'avais aperçu cet homme, qui jouait aussi ouvertement avec les vies humaines. Je ne sais pas qui tu es. J'ignore ton âge, et cela pourrait peut-être jouer à mon désavantage, mais je ne te laisserais pas repartir d'ici en vie, et aller semer ton chaos ailleurs. Faut croire que mon courage a décidé de me lâcher ce soir, parce que lorsque je découvre l'horreur de la scène, je pense un instant à faire demi-tour, une fois encore. Mais cette fois-ci, il est trop tard, il a pris conscience de ma présence, et fuir ne ferait que rendre le jeu plus intéressant encore à ces yeux. J'allais rester dans mon pétrin, jusqu'à ce que je trouve un moyen de me tirer de là. Par contre, mon grand, tu ne parviendras pas à me faire entrer dans ton jeu. Quelque soit la manière à laquelle tu joues du golf.. Le golf, reste du golf, et je ne jouerais pas à un tel jeu avec toi ce soir.

« J'imagine que c'est une question de point de vu »

Et je n'aurais très certainement pas le même que toi. Je n'aime déjà pas le golf, ta manière très.. spéciale de l'avoir modifiée ne me fait que détester davantage ce sport. Je ne sais pas ce qu'il a prévu pour moi, maintenant que je ne lui ai clairement pas cédé pour sa partie de golf. Vas-tu me faire subir le même sort qu'à ces humains ? Ou te contenteras-tu de me tuer, pour que je ne pose pas de problème. J'opterais pour la seconde hypothèse, mais ce n'est pas pour autant que je me laisserais faire, sans me défendre. Je ne le quitte pas des yeux, prête à me défendre lorsqu'il passera à l'attaque, mais apparemment, il semblerait qu'il est d'autre projet pour moi. Il passe un bras autour de mes épaules, m'arrachant un faible frisson à son contact, mais je me ressaisi immédiatement, espérant seulement qu'il n'en ai pas pris conscience. Je t'ai déjà dis que je ne jouerais pas avec toi, n'est-ce pas suffisant ? Un second jeu ne changera rien au compte. Je ne joue pas avec des monstres, un point c'est tout. Mais je ne compte pas être le jouer non plus. Une fois encore, nous sommes dans une impasse, alors qu'attends-tu pour me sauter à la gorge ? En plus, le surnom par lequel tu m'appelles commence sérieusement à me taper sur les nerfs. Approches, tu comprendras que je suis bien plus vilaine que je n'en ai l'air.

Je ne réponds pas à sa question. De toute façon, il doit déjà connaître la réponse, même le pire des idiots n'admettrait pas vouloir être le jouer, surtout lorsque l'on sait ce qu'il a déjà fais subir à ces humains, qui repose au sol, démembrés pour la grande majorité. J'ai la surprise de le voir s'éloigner de moi, pour forcer le dernier type encore vivant à se redresser, et venir me faire face. D'accord, là, je crains le pire. Que vas-tu encore me proposer ? Vu les mots qui sorte de sa bouche, j'ai bien fais de m'inquiéter. Crois-tu vraiment que je vais tuer ce type ? Je ne tue pas les innocents, je tue les monstres dans ton genre. Alors tu peux garder cette proposition pour toi. Je n'attaquerais pas ce type. Ou du moins, c'était ce que je pensais avant qu'il ne me saute dessus, n'ayant aucun regret à m'attaquer alors que nous sommes dans le même camp. L'hypnose pouvait faire des choses fabuleuse. Vraiment. Bon, apparemment les dix secondes se sont écoulés plus rapidement que je l'avais prévu. Je me retrouve étendu sur le sol, ma tête heurtant violemment le sol

« Merde »

Le gout du sang me monte à la bouche avec la violence du choc, mais cela à eu le mérite de me rapprocher de mon sac, ce qui est plutôt une bonne chose. Je fourre ma main dedans, à la recherche d'une quelconque arme, et c'est une petite lame en argent qui me tombe dans la main, parfait, au moins si notre Strigoï s'amusait à me sauter dessus après cela, j'aurais de quoi me défendre contre lui, également. Vous pouvez me croire, j'avais vraiment aucune intention de tuer cet homme, mais lorsque votre vie en dépend, vous n'êtes pas toujours en mesure de réfléchir correctement, et il semblerait que l'instinct de survie est pris le dessus sur moi. De toute façon, avec ou sans moi, cet homme serait mort, non ? Je l'admets, ce n'est que pour me donner bonne conscience, mais c'est la vérité, également. J'enfonce ma lame au niveau de son ventre, creusant une profonde entaille qui le fait hurler. Une certaine quantité de sang s'écoule sur mes vêtements, mais je ne préfère pas regarder pour l'instant, ce n'est pas franchement le moment de tourner de l'œil. Je le renverse à mon tour au sol, mais malgré sa plaie, il continue à me ruer de coup. Aucun doute que j'aurais un certain nombre de bleu dès demain, mais cela non plus, je ne m'en préoccupe pas. Sa main se referme autour de ma gorge, mais je ne lui laisse pas le temps de faire quoi que ce soit. J'enfonce ma lame dans son cœur, et il me relâche immédiatement.

Je m'écroule sur le sol, m'éloignant autant que je le peux de ce corps. Je ne tente même pas de croiser le regard de ce Strigoï. Je ne veux pas voir dans son regard tout ce qu'il pense de cela, je me contente de me persuadé que dans un cas, ou dans l'autre, cet homme serait mort, j'avais seulement abrégé ces souffrances.





Dernière édition par Clary Cordis le Lun 30 Jan - 13:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le diable au corps, le coeur en fusion
Messages : 41
Age : 244
MessageSujet: Re: La vie est faite de choix   Jeu 16 Juin - 19:27

La vie est faite de choix
Clary et Bastian


Je suis assez satisfait que cette belle alchimiste soit venue d’elle-même jusqu’à moi, ma partie était bientôt terminée et j’aurais cruellement manqué de distraction pour la suite de cette soirée. Sauf que mon petit moineau est désormais là et je sens que je vais encore pouvoir m’amuser un long moment avec elle. Tu n’as pas l’air d’aimer le golf ma douce alors je ne t’y forcerai pas, mais ne compte pas sur moi pour te laisser filer comme ça, je ne manque pas d’idée lorsqu’il s’agit de jeu ou de sport improvisé. Tu constateras vite que je suis plein d’imagination lorsqu’il s’agit de crie et de sang. Que vais-je avoir droit avec toi ? Tes cris ou ton sang ? Peut-être bien les deux, à moins que tu ne parviennes à me surprendre, alors j’attends de voir. En attendant il est temps d’aller rejoindre notre petit humain et de vous expliquer les règles du prochain jeu.

Que penses-tu d’un duel entre lui et toi mon moineau ? Face à moi tu n’aurais aucune chance de remporter la victoire alors ça n’aurait rien d’amusant, mais contre lui tu as peut-être moyen de t’en sortir. A toi de me prouver que tu vaux le coup, sinon je laisserais cet homme te tuer et je reprendrai ensuite ma partie avec lui comme si rien ne s’était passé. Ne pense pas que ta mort créerait en moi le moindre remord. Je les mets donc l’un face à l’autre, me positionnant au milieu et les regardant tour à tour pour leur expliquer le déroulement du jeu. J’espère que vous avez bien assimilé les règles mes petits, car je ne me répéterai pas, j’ai horreur de ça. Les dix premières secondes te sont accordées ma jolie, honneur aux dames, j’espère que tu ne les gaspilleras pas en cogitant inutilement, car lui ne laissera pas filer une seule seconde pour se jeter sur toi et te tuer.

Je déclare la partie ouverte et suis quelque peu déçu de voir l’alchimiste réfléchir plutôt que de se jeter immédiatement sur lui. Crois-tu sincèrement que tu as une chance de le sauver ? C’est lui ou toi alors ne te laisse pas abattre, surtout qu’en admettant que tu te sacrifies pour lui, j’ai bien l’intention de reprendre là où je m’en étais arrêté avec lui après, alors ça ne changerait pas grand-chose à son sort. Je suis définitivement déçu par mon petit moineau lorsque les dix secondes sont écoulées et que l’humain se jette sur elle, la plaquant dos au sol, prêt à la tuer. Finalement tu es moins intéressante que je me l’étais imaginé... Ou peut-être pas en fait. Je la vois fouiller dans son sac et en sortir une lame en argent. Intéressant. J’aurais plutôt intérêt à te désarmer et te tenir loin de ce sac par la suite. Un combat déchaîné se déroule entre eux, l’humain la roue de coups et l’alchimiste tente de se protéger, jusqu’à ce qu’elle finisse enfin par contre-attaquer, sa lame s’enfonçant tout droit dans le cœur de l’homme et l’achevant net. Dommage, j’aurais aimé qu’il souffre plus mais je suis assez heureux du résultat.

- On dirait que mon petit moineau est finalement un faucon.

Mes mains croisées derrière mon dos, je n’ai pas bougé de ma place, regardant l’alchimiste allongée au sol et blessée reprendre son souffle. Il semblerait que tu viens de changer tout mon programme pour ce soir ma jolie, voyons voir jusqu’où je pourrais aller avec toi, je suis sûr que cette expérience risque d’être tout à fait intéressante. Je reprends la parole d’une voix calme, restant toujours à ma place, mon regard posé sur elle.

- Et si tu lâchais cette lame qu’on passe à l’étape suivante ? Si tu coopères je soignerai tes blessures entre chaque jeu pour que tu aies de meilleures chances de gagner. Si tu survis à tous tu pourras repartir d’ici la vie sauve. Alors, jusqu’où tiens-tu à ta vie ? Autant te prévenir qu’essayer de me combattre se retournera bien vite contre toi.

Alors que dis-tu de mon programme ? Vas-tu accepter de jouer avec moi ou veux-tu finalement devenir le jouet ? Il n’est jamais trop tard pour changer d’avis. Sauf que dans le premier cas tu as des chances de survivre au vue de tes compétences de combat, alors que dans le second tu ne passerais pas les prochaines minutes. Relève-toi et lâche cette lame pour que je te soigne et t’emmène au jeu suivant, ou combats-moi et prends le risque de mourir dans d’atroces souffrances. A toi de voir beauté.

code par slana
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Quand y en a plus, on en demande encore !
Messages : 28
Age : 22
MessageSujet: Re: La vie est faite de choix   Jeu 16 Juin - 19:28


La vie est faite de choix
Bastian & Clary

Le courage, c'est de comprendre sa propre vie... Le courage, c'est d'aimer la vie et de regarder la mort d'un regard tranquille... Le courage, c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel.


Pourquoi avait-il fallu je me rende ici ? Que j’écoute mon instinct ? Je prends conscience que je me suis foutu dans une merde royale, et que je n’ai aucune chance de m’en sortir.. Je crois pouvoir dire avec certitude que ce monstre est pire que ceux que j’ai croisé jusque là, ce n’est pas juste ma souffrance qui recherche, il veut aussi s’en amuser, me faire jouer à toute sorte de jeux, à commencer par un combat contre cet humain.. Sauf que je refuse de m’en prendre à lui, j’ai tué, des dizaines de fois, mais c’était toujours face à l’un de ces monstres, pourquoi est-ce que j’irais tuer l’un des miens ? Vous faites déjà bien assez de dégâts, sans que je m’en prenne à eux, même les pires délinquants.. Je ne tuerais pas cet homme, n’importe quel jeu, mais pas celui-ci. De toute façon, pourquoi essaierait-il lui-même de me tuer ? Je n’en sais rien, mais une fois que les dix secondes sont passées, je me rend compte qu’il a bien l’intention de faire ce combat, et de me tuer. Je bascule en arrière lorsqu’il me saute dessus.. Le choc est brusque, j’ai même la tête qui me tourne pendant quelques secondes, mais lorsqu’il enchaîne coup sur coup, je me dis qu’il serait temps que je me défende, moi aussi, je ne peux pas juste rester là, et mourir. Distrais par les coups qu’il me donne, il ne me voit pas prendre cette lame dans mon sac, et me permettre de l’attaquer à mon tour. Un coup dans le ventre me coupe la respiration, alors que je m’apprêtais à lui porter un coup, et il en profite pour me frapper à la tête.. Un mince filet de sang s’échappe de ma bouche, et il est devenu claire que cet homme n’arrêtera pas avant que je meurs.

Cette fois, je ne laisse pas passer un coup de plus, la haine a pris la place sur ma raison, ce type va mourir, et de ma main. Je n’ai jamais laissé un homme me malmener de la sorte, jamais en dehors d’Emrys et il est hors de question que je vive une seconde fois cet enfer. Tu paieras pour les coups que tu m’as déjà mis, tu paieras parce que tu as eu la mal chance de croiser le chemin de ce monstre, qui t’aura obligé à mener ce combat contre moi. J’ai déjà combattu des tas de Strigoïs, ce n’était pas face à un humain que j’allais rendre l’âme. Je reprends le dessus, et lorsque j’ai une bonne prise sur ma lame, je l’enfonce dans son cœur, d’un coup sec, sans la moindre hésitation. J’ai tué cet homme, je l’ai tué, alors qu’il n’étais pour rien dans toute cette histoire, mais avait-il une chance de s’en sortir ? A supposer que je l’aurais laissé me tuer, est-ce que ce monstre l’aurait laissé repartir ? Sans doute pas, alors au fond, ce n’était pas de ma faute, je m’étais contenté de survivre, c’était de sa faute à lui, si cet homme était mort, mais je me doute qu’il ne doit pas avoir de remord. Je me redresse, essoufflé, et blessé à divers endroits.. Dans mon état, je n’allais jamais pouvoir tenir un combat contre lui maintenant, et je n’avais pas d’autre choix si je souhaitais survivre.

Crois-tu vraiment que je vais accepter l’offre que tu me proposes ? Je ne suis pas folle, si je lâche cette lame, tu n’hésiteras pas à te jeter sur moi, et je n’aurais plus rien pour me défendre.. Je ne suis pas folle, et je ne vais pas mourir maintenant que j’ai survécu à cet humain. Je ne devrais pas réfléchir non plus à sa proposition de jeu, après ce qu’il vient de me faire, je me doute que le reste sera pire encore, mais en même temps, est-ce que je peux m’en sortir d’une autre manière ? L’attaquer de manière frontale serait une véritable erreur, je n’étais déjà pas sur de pouvoir le vaincre avec toutes mes compétences, mais à moitié blessé ?  Non, c’était impossible. J’allais être obligé d’affronter les différentes étapes qu’il me réserve, en espérant déjà pouvoir survivre à cela, avant de m’attendre a ce qu’il tienne parole à la fin. Je tourne cette lame dans ma main. Peut-être que si je vise bien, je n’aurais pas besoin de le combattre ? Ce serait tout de même suicidaire.

« N’essaies pas de m’embobiner dans tes combines, si tu ne me laisses pas repartir, je te ferais la peau »

Je lance mon arme, qui frôle la peau de son cou, et laisse une légère entaille. Ce n’est pas une demande de combat, juste une mise en garde pour que tu vois de quoi je suis capable si tu me tends le moindre piège. J’imagine que je n’ai plus qu’à attendre la suite du programme maintenant, mais fais attention à ce que tu me demandes, je n’accepterais pas de franchir mes limites pour toi.

« Hors de question que je pose mes lèvres sur toi, ou que je touche à ton sang, plutôt mourir.. Quel est le prochain jeu »

Puisque tu as les cartes en main, j’imagine que c’est la question que tu attendais que je pose. Mon sac n’est pas bien loin, et donc, mes armes aussi, alors n’essaie pas de me jouer un mauvais tour.


Dernière édition par Clary Cordis le Lun 30 Jan - 13:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le diable au corps, le coeur en fusion
Messages : 41
Age : 244
MessageSujet: Re: La vie est faite de choix   Dim 16 Oct - 13:06

La vie est faite de choix
Clary et Bastian


Cette petite alchimiste est intéressante. J’admets avoir eu des doutes à son sujet, question provocation elle me plaisait bien assez, mais aurait-elle pour autant les capacités de survivre ? Je n’allais pas tarder à le savoir. Alors, qui sera vainqueur, toi ou bien l’humain ? J’ai bien envie de miser sur toi mon petit moineau et apparemment j’ai eu raison. Je n’en cache pas mon mauvais sourire lorsque je l’observe achever cet homme de sang-froid. Un être inutile de moins sur cette planète. Et si on passait maintenant à un autre jeu ? Mais pour ça il va déjà falloir que tu lâches cette arme. Penses-tu sérieusement être en mesure de me combattre ? Pas ce soir ma belle, pas dans ton état. Je ne te sous-estime pas mais tout de même, n’en fais pas de même à mon égard, à moins que tu ne sois suicidaire pour tenter une attaque. Visiblement non. Bien, au moins mon moineau est assez intelligent pour savoir faire la part des choses.

- Tu découvriras une chose avec moi, je respecte toujours mes promesses.

Sauf lorsque je suis là pour tromper et faire tomber de grands rivaux, là je me fiche bien des promesses en l’air, tout est bon pour faire tomber l’ennemi. De manière générale en revanche, on peut au moins me donner la qualité d’être un homme de parole. Tu repartiras d’ici vivante beauté, si du moins tu parviens à survivre à tout ce qui t’attend ce soir. Alors, marché conclu ? Sa lame vole dans ma direction et effleure mon cou. J’esquisse un nouveau sourire face à cette action, j’ai très bien compris le message que tu essaies de faire passer là mon petit moineau, rassure-toi. Je suis surtout enchanté de voir que tu acceptes mes conditions, pas dit que tu restes persuadée de ce choix au fil de la soirée. Elle reprend la parole, provocation et question, cette petite me plaît définitivement.

- Allons, mes partenaires ont toujours été consentante, tu finiras par l’être aussi, je n’en doute pas, au moins pour la partie concernant le sang en tous cas. Quant au prochain jeu, je l’avais préparé pour la Juge Rodriguez, mais ce serait tout aussi intéressant avec toi...

Oui, vraiment intéressant. Sans prévenir j’apparais juste devant elle et la porte dans mes bras. Navré beauté mais il faudra revenir chercher tes affaires plus tard, car la prochaine activité ne se trouve pas ici. Au moins je m’assure aussi de l’éloigner de ses armes. J’use de ma rapidité pour traverser la ville et quelques instants plus tard, nous voilà dans une prison abandonnée dont presque chaque pièce contient un nouveau jeu. Il est temps de découvrir le premier. Je l’entraîne dans une salle de surveillance, là où à travers la vitre nous pouvons voir en face de nous les deux premiers accusés. C’est ici que je la dépose, ici qu’elle peut constater que les deux prisonniers sont enchaînés et dans un mauvais état, chacun rattaché à un piège mortel. J’appuie sur le bouton pour activer les hauts parleurs et pouvoir également les entendre, histoire de donner un peu plus d’émotion à la situation.

- Je suppose que tu sais comment ça se passe dans un tribunal. Désigner un innocent et un coupable ou laisser les deux mourir. A notre gauche, Stefan Parker, un homme riche et puissant, il détourne des fonds, arnaque ses employés qui travaillent dur pour faire fonctionner son entreprise, méprise les pauvres et ne porte pas de respect pour la gente féminine. A notre droite, Hillary Parker, mariée à notre premier accusé, infidèle, a avorté pour conserver sa beauté et a engagé un agent pour assassiner sa grand-mère afin de toucher l’argent avant qu’elle ne la retire de son testament.

Pas la peine de te faire un dessin, je suppose que tu as compris ton rôle ce soir, mon petit moineau. Tu remplaces la dame Rodriguez en tant que juge et tu n’as que quelques secondes pour te décider. J’appuie sur un nouveau bouton afin d’activer les deux pièges. Stefan finira coupé en deux par une scie qui se rapproche dangereusement de lui. Hillary finira démembrée par tous ces câbles reliés à ses membres qui tirent peu à peu dessus. On entend nos deux accusés supplier pour être sauvé, jurant de se rattraper, pleurant pour qu'on épargne leur vie plutôt que celle de l'autre. Je me tourne vers mon petit moineau, ne voulant rien raté à ce qui pourrait suivre alors que je reprends la parole.

- Il te reste vingt secondes pour choisir. Le bouton vert arrêtera le mécanisme de monsieur et lui sauvera ainsi la vie. Le bouton rouge arrêtera celui de madame. Appuyer sur l’un revient à bloquer l’autre définitivement, pas de changement possible. Le temps presse petit moineau, choisis vite ou les deux mourront.

code par slana
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Quand y en a plus, on en demande encore !
Messages : 28
Age : 22
MessageSujet: Re: La vie est faite de choix   Mar 20 Déc - 10:37


La vie est faite de choix
Bastian & Clary

Le courage, c'est de comprendre sa propre vie... Le courage, c'est d'aimer la vie et de regarder la mort d'un regard tranquille... Le courage, c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel.

Pourquoi est-ce que j'ai fais ça ? Pourquoi est-ce que j'ai suivi ces indications, et tuée cette femme ? Je tue, tous les jours, et je n'en ressens pas le moindre scrupule, mais il n'a jamais été question d'humain, juste de monstre, comme lui. Aujourd'hui, je ne peux pas avoir la main mise, sur la situation, je ne peux pas m'en prendre à toi, je sais que je n'ai aucune chance de survivre, dans ces conditions, alors que j'ai déjà perdu pas mal de mon énergie, et de mon sang.. Alors, je ne tenterais pas un suicide, à moins que tu t'en prennes direct à ma vie, mais un jour, je parviendrais à remonter ta piste, et je t'assure que ce jour là, je n'aurais aucune pitié pour toi, comme tu n'as eu aucune pitié, à me faire tuer cet homme. Est-ce que je suis faible ? Je le parais peut-être, à tes yeux, parce que je refuse de tuer des innocents, mais en ce qui concerne ta race, je n'en suis pas à mon premier meurtre, et lorsque je combattrais contre toi, tu t'en rendras compte. En attendant, n'espère même pas, que pour reprendre des forces, ou guérir mes blessures, j'accepterais ton sang. Je refuse ce genre de technique, et il est hors de question que je pose mes lèvres, contre ta peau. Cette idée me révulse bien trop. Alors, n'essaie pas de me convaincre, en me sortant tes baratins, je ne tomberais pas dans le panneau. Je préfère encore me vider de mon sang, sous tes yeux, plutôt que te demander de l'aide, encore plus s'il s'agit de ce genre d'aide.. Enfin, passons au prochain jeu, plus vite on en aura fini, plus vite je pourrais te quitter, et cela m'arrangerait bien. J'ai signé, pour accepter tes jeux, pas pour que tu me traites de la sorte, je suis encore capable de marcher.

« Espèce d'enculé ! Repose-moi ! »

Je pourrais dire qu'il s'agit de la chose la plus humiliante que j'ai eu à vivre, mais ce serait mentir, j'ai déjà vécu bien pire, avec Emrys, rien que ce jour, où cet enfoiré à réussi à me faire basculer, pour obtenir ce qu'il souhaitait, et me laisser en plan, une fois sa petite affaire accomplie. En soi, me retrouver porter, de la sorte, n'a pas grand chose d'humiliant, mais parce qu'il s'agit de lui, et que cette acte me fait paraître encore plus faible, je ne peux m'empêcher de protester, d'autant plus lorsque je me rends compte que je n'ai pas eu le réflexe d'attraper mes armes, et donc, que je me retrouve démuni, face à lui. Bien, s'il vient à changer d'avis, et à reprendre sa promesse, je ne serais même pas en mesure de pouvoir me battre contre lui. Dans la forme que je suis, j'ai déjà très peu de chance, mais au corps à corps, sans arme, c'est juste impossible pour moi. Tu as de la chance, qu'à notre arrivée, ce spectacle, sous notre nez, m'interpelle, parce que, dans d'autre circonstance, je ne me serais pas privé de te décoller une claque, je te le promets. J'observe la scène, un homme, et une femme, attachés, ligotés, sans échappatoire. Je ne devrais pas me laisser atteindre, dans mes propres souvenirs, mais c'est quand même moi, que je vois à leurs places, lorsque qu'Emrys, ou Amaëlle, décider de s'en prendre à moi, pour une raison, ou pour une autre, c'était moi, le jouet à cette époque, aujourd'hui, c'est ce couple. Est-ce que je peux me montrer aussi cruelle, après avoir vécu bien des souffrances, de cette manière, est-ce que je pourrais le condamner, eux aussi ? Sauf qu'à entendre les paroles du monstre, à mes côtés, c'est deux là, sont loin d'être innocents, alors que moi, je l'étais, à l'époque.. C'était dure, d'avoir quelque chose à se reprocher, à douze ans, de toute façon, en dehors de voler un bout de gâteau au chocolat, mais je ne crois pas que cela justifie les années de torture, et d'enfermement que j'ai connu.

« Et pour quel genre de crime devrais-tu être jugé, toi ? Meurtre, vol, peut-être pire ? »

Avoue-le, tu ne t'attendais quand même pas à ce que je laisse passer une telle chance, de m'en prendre un peu à toi ? Je suis sur que tu mérites bien plus qu'eux, les souffrances que tu comptes leurs faire endurer. Je me concentre à nouveau sur ces deux personnes, ces deux humains. En temps normal, je serais venu en aide, aux deux, je ne suis pas contre les humains, ce n'est pas eux, que je souhaite tuer, mais après ce qu'ils ont fais, est-ce qu'ils méritent de s'en sortir ? L'un, n'est qu'un escroc, qui n'aime pas les femmes, mais je sais de quel genre de manière ces hommes tournent, ils finissent par en détester à un tel point, la gente féminine, qu'ils se mettent à battre, je suis d'ailleurs étonné que ce gars n'en soit pas arrivé là, avec sa femme, ou peut-être que tu as juste omis ce détail, mais au fond, cela ne change pas grand chose. D'une manière ou d'une autre, il en arrivera à un tel extrême, si ce n'est pas avec elle, se sera avec la prochaine, et s'il y a bien une chose, que je déteste plus que les strigoïs, c'est un homme, qui bat sa femme.. Mais en l'occurrence, est-ce que cette femme, en question mérite plus que lui, de pouvoir continuer sa vie ? Infidélité, avortement, j'imagine que cela peut encore passer, mais tuer sa grand mère, pour un peu d'argent ? Je n'ai pas eu la chance de profiter de ma famille, alors tu aurais dû le faire, tant que tu avais encore cette chance. Je ne m'en prends pas aux humains, mais dans cette situation bien particulière, aucun d'eux ne méritent d'être sauvé, Est-ce que tu espères que j'appuie sur l'un de ces boutons ? Tu peux attendre encore longtemps. C'est d'ailleurs ce qu'il fait, jusqu'à ce que les cris deviennent plus forts encore, jusqu'à ce que cette scie s'enfonce dans sa chair, jusqu'à ce que les membres de cette femme, s'étire, au point que la peau commence à craquer. Restes-tu, pour te régaler du spectacle, ou parce que tu crois que je vais finir par craquer ? Tu l'apprendras à tes dépends, mais lorsque je prends une décision, je ne flanche jamais. Alors ce que j'ai sous les yeux, ne me fera par regretter ma décision.

« Aucun d'eux, ne méritent de vivre, juste de mourir, je n'appuie sur aucun bouton »

Heureux, j'espère ?Les cris, à l'intérieur de la pièce, s'achèvent, en même temps que je viens à bout de ma phrase. Est-ce que l'on pouvait vraiment considérer cela comme un jeu, de toute façon ? Y avait-il le moindre enjeu ? A moins que tu me fasses payer mon absence de choix ? Mais au fond, se serait stupide, cela devrait t'arranger, deux morts, au lieu d'un, tu devrais t'en ravir.

« Tes jeux perdent de leurs intérêts, pour être franche, je commence à m'ennuyer, n'as-tu pas mieux à me proposer ? »


_________________

Du creux de mon corps je ne donnerais que mon cœur. dans ma perte je t'offrirais tous mes mœurs. Dérobe toi de tes maux, je veux combler ce vide par des mots. Tout ce qui est désormais de moi est en toi.— Pascal Quignard.


Dernière édition par Clary Cordis le Lun 30 Jan - 13:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le diable au corps, le coeur en fusion
Messages : 41
Age : 244
MessageSujet: Re: La vie est faite de choix   Dim 15 Jan - 14:46

La vie est faite de choix
Clary et Bastian


Jouons mon délicieux petit moineau, c’est à toi que j’ai décidé de réserver le reste de cette soirée et crois-moi nous allons en profiter, nous allons bien nous amuser. J’ai des tas de jeux pour toi, des tas d’expériences qui t’attendent. Réussiras-tu à toutes les passer ? C’est ce que nous verrons, mais sache une chose, tu ne ressortiras pas indemne de cette soirée, soit tu y mourras, soit ton esprit en sera détruit. J’espère que ce sera la deuxième option, à mes yeux elle est bien plus amusante, surtout si ça me laisse l’occasion de te recroiser ! Partons à l’aventure ma douce, tu n’as pas le choix de toute façon, tu peux bien m’insulter ou tenter de riposter, ça ne changera rien à ton destin.

Je la repose une fois à l’intérieur de la prison, dans la première salle, premier jeu, premiers choix. Comme tu peux le constater il y a deux victimes, deux humains et chacun a commis ses fautes. Quel sera ton choix mon petit moineau ? Vas-tu leur offrir leur jugement dernier ? Vas-tu essayer d’en sauver un ? Mais si oui lequel ? Sa réponse m’amuse, c’est vrai, je devrais être jugé pour meurtre, vol et bien pire encore mon petit moineau. Ces deux humains ne sont que des petits joueurs à côté de moi, mais ça tu le sais très bien. Un mauvais sourire se dessine sur mon visage alors que je réponds à sa question.

- Tu ne vois pas assez loin ma douce, mais pour être jugé il faut être attrapé et j’ai l’avantage d’être plus rapide.

Plus rapide pour faire du mal. Plus rapide pour tuer. Plus rapide pour m’enfuir. Ce qu’il y a de bien à être strigoï, c’est qu’on a le loisir d’avoir le choix, selon nos envies, selon notre humeur. Maintenant reconcentrons-nous sur ce jeu tu veux ? De toute façon tu n’as pas le choix, j’ai déjà activé les pièges et tu n’as que quelques secondes pour te décider. Alors, qui vas-tu choisir ? L’homme ou la femme ? J’attends, mais elle ne prend pas de décision. Intéressant, ça n’en sera que plus amusant, lorsqu’elle saura la vérité. On observe ces deux humains mourir dans d’atroces souffrances, car croyez-moi se faire découper en deux ou démembrer n’a vraiment rien de doux. Je ne peux m’empêcher d’éclater de rire lorsqu’elle me dit que mes jeux n’ont rien d’amusants. Oh ils ne le sont peut-être pas pour toi, mais pour moi c’est hilarant.

- Intéressant de voir qu’une petite humaine comme toi se permette de condamner deux humains à mort alors que tu aurais pu en sauver un. Au fait, je me suis trompé à leur sujet, ces deux-là ne se connaissent même pas. L’homme était un excellent père de famille et très bon avocat qui envoyait les meurtriers comme moi au trou. La femme était une chirurgienne très respectée, faut dire qu’elle a sauvé beaucoup de vies au cours de son existence.

Est-ce que tu regrettes ta décision maintenant ? Certes je t’ai induite en erreur, mais tu aurais quand même pu sauver l’un d’entre eux et tu ne l’as pas fait, parce que tu t’es crue au-dessus d’eux pour pouvoir les juger. Le problème avec vous les humains, c’est que vous avez une conscience et c’est grâce à ça que je te détruirais mon délicieux petit moineau. Je la vois observer les cadavres devant elle, c’est clair que ces deux-là ne méritaient pas une mort aussi atroce, mais parfois le destin peut être amusant, une décision peut être destructrice.

- Passons à la pièce suivante, les dames d’abord.

J’ouvre la porte et lui indique de passer devant d’un mouvement de main. Elle s’exécute, elle n’a pas le choix de toute façon. Pour le jeu suivant tu ne seras plus spectatrice mais actrice. Je referme la porte derrière elle, toutes les issues sont verrouillées, tu es prise au piège avec cette gamine assise par terre, un couteau entre les mains. Je change à mon tour de pièce, me dirigeant vers celle qui me permettra de les voir à travers la vitre sans qu’elles ne puissent me voir, en revanche on pourra communiquer ensemble.

- La petite sera ta coéquipière ou ton adversaire. Vous avez trois minutes pour coopérer et trouver une manière de sortir d’ici avant qu’un gaz toxique ne vous tue toutes les deux, je tiens à préciser que seule tu n'arriveras à rien. L’autre solution plus simple pour sortir de là est de tuer son adversaire.

Autrement dit soit vous vous entendez et sortez de là toutes les deux, soit vous mourrez toutes les deux, soit vous vous entretuez. Oh j’ai oublié de préciser quelque chose, j’ai hypnotisé la gamine pour qu’elle se sente en danger et ne comprenne pas ce qu’on lui dit. La seule chose qu’elle sait, c’est que si elle veut sortir d’ici elle devra tuer. A mon avis tes chances de coopération sont nulles mon petit moineau, mais je veux voir combien de temps tu tenteras de la convaincre avant de décider de tuer cette pauvre gamine. Seras-tu aussi cruelle qu’avec les deux autres humains ? Ou peut-être que cette fois tu jugeras que la vie de cette enfant est plus importante que la tienne. J’ai hâte de découvrir ça. Le compteur est lancé.
code par slana
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La vie est faite de choix   

Revenir en haut Aller en bas
 
La vie est faite de choix
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quel sport faite vous?
» Sénateur Anacacis; entre l'échec et les mauvais choix du peuple haitien
» Je fais mon choix, je vais supporter .....le 28 Novembre
» Choix de Sponsors #2
» Le choix des semis-elfes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vamp Academy :: Missoula :: Les alentours de Missoula-
Sauter vers: