Forum d'écriture privé
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Eloignons nos esprits de toute cette folie l'instant d'une nuit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Tout ce qui n'est pas pris est à prendre
Messages : 105
Age : 30
MessageSujet: Eloignons nos esprits de toute cette folie l'instant d'une nuit   Jeu 16 Juin - 18:52





Eloignons nos esprits de toute cette folie l'instant d'une nuit
Gabriel & Effy

Ce soir pas de combat ni de massacre. Ce soir pas de pouvoir. Je m’en suis assurée en buvant tous ces verres d’alcool. Ces derniers temps je n’arrête pas d’être en conflit avec Gabriel et Jake à cause de mon comportement, à cause de mes pouvoirs. Ils pensent que je perds le contrôle, ils pensent que je laisse mon don m’influencer. Qu’en savez-vous d’abord, de l’effet qu’il a sur moi ? Devenir plus forte était le but, alors c’est ce que je fais, je deviens dangereuse, mais je me suis aussi rendue compte que je mettais en danger les seules personnes que je veux protéger. Pourquoi est-ce que ça ne peut jamais être simple ? Pourquoi est-ce que je ne peux pas avoir juste la puissance sans les problèmes qui vont avec ? Vous les strigoïs vous avez cette chance, alors que les moroïs comme moi au pouvoir de l’esprit sont condamnés à être soit faible soit fou. Dans ce cas je préfère la folie à la faiblesse.

Mais pas ce soir. Ce soir je ne veux plus que l’on me voit comme un danger. Ce soir je veux éloigner cette obscurité et cette folie de mon esprit. Ce soir j’accueille donc l’ivresse à bras ouvert puisque c’est apparemment l’un des seuls remèdes pour ça. Je crois bien avoir grimacé à chaque verre avalé, même après le cinquième ou le huitième. L’alcool je déteste ça, un goût répugnant, mauvais pour la santé, mauvais pour l’entretien de mon corps, mais tant pis, ce soir je passe outre mes principes. Plus je bois et plus je sens mon pouvoir s’éteindre donc plus j’en veux encore. Je n’avais jamais ressenti un tel effet, cette vision trouble, ma tête qui tourne, ce bien être intérieur. Le monde me paraît bien étrange comme ça, nouveau. C’est amusant.

J’ai dansé une bonne partie de la soirée, en fait je n’ai fait que ça, boire et danser, rembarrer aussi. J’aurais aimé que Jake soit là, je n’aurais pas été contre une danse collée-serrée ce soir, mais pas avec quelqu’un d’autre que lui. Sauf qu’il s’est absenté pour le week-end, alors tant pis, je me contenterai de danser seule parmi toute cette foule. J’ai retiré mes talons, une première pour moi, dansant pieds nus dans cette boite, je ne sais même plus où j’ai déposé mes chaussures de toute façon alors tant pis pour cette belle paire. Je ferme les yeux, rythmant mon corps au son de la musique, même ainsi j’ai l’impression que tout tourne autour de moi mais je me sens si bien que je n’ai pas envie de quitter cette sensation.

Je sens alors des mains ferment se poser autour de ma taille, un corps se rapprocher du mien. J’ai l’étrange idée de m’imaginer que c’est Jake qui m’a rejoint, que c’est avec lui que je danse. Alors je ne cherche pas à le repousser, jusqu’à ce que l’une de ses mains glisse sous mes fesses et même si Jake est tactile, je sais reconnaître sa façon de faire. J’ouvre difficilement les yeux, apercevant ce type en face de moi qui n’est clairement pas Jake. Je le pousse en arrière mais ma force de moroï est décidément minable sans mes pouvoirs et je ne peux pas les utiliser. Tant pis, je n’ai pas dit pour autant mon dernier mot. Je soulève ma robe et s’il croit que c’est une manière de le séduire, il devrait faire plus attention au couteau accroché à ma cuisse. Je le pousse en arrière, dos au mur et je n’hésite pas à planter la lame dans son torse, trois coups avant d’atteindre son cœur.

La musique a couvert ses hurlements mais son sang a giclé sur ma robe et ma peau. Encore du sang. Toujours du sang. Je me recule et laisse retomber le couteau ayant mes empreintes à mes pieds avant de me diriger vers les escaliers, bravant difficilement la foule, tanguant d’un côté à l’autre avant d’enfin les atteindre. Je monte les marches une par une avant d’enfin arriver sur le toit où je respire un grand coup. Depuis quand tuer me met dans cet état ? Peut-être que c’est l’alcool... Je ne sais pas. Je sors mon portable et demande à Bastien s’il peut venir me chercher, sa réponse est immédiate même s’il m’annonce que c’est Gabriel qui est en chemin. Je crois que ça n’annonce rien de bon, surtout parce que je suis sortie un peu avant le coucher du soleil sans rien dire aux garçons de ma destination. Tant pis...

Je m’avance vers le bord du toit, regardant le vide en dessous de moi. Je ne sais même plus à quoi je pensais lorsque le bruit de la porte du toit qui s’ouvre attire mon attention. Je me retourne, sauf que ce n’est pas Gabriel qui est là, c’est un dhampir je crois, je n’en suis même pas sûre. Un sourire se dessine sur mon visage. Pourquoi ? Je ne sais pas, à croire que ce soir tout est bon pour être heureux.

- Effy Hawkins je vais vous demander de bien vouloir me suivre, vous êtes en état d’arrestation et serez jugé par la cour royale.

Mon sourire se transforme en rire, sa voix est amusante. Je ne lui réponds pas, me remettant à danser sur le rythme de la musique, je sais que je ne crains rien, ce n’est qu’une question de temps avant que Gabriel n’arrive et le tue. Il semble un peu troublé par mon comportement, je crois... Il tente de se rapprocher mais s’arrête lorsque je me mets à grimper sur le rebord du toit et à poursuivre ma danse.

- Je vous prie de bien vouloir descendre mademoiselle...

- Du sang, il y a toujours du sang. J’en ai eu pleins le ventre, j’en ai eu pleins les mains. Le mien, celui des autres. C’est amusant comme ce liquide rouge a de l’importance, vous ne trouvez pas ?

- Je...

- Blablabla pourquoi parler quand on peut danser ? Il arrive vous savez, et il va vous tuer. Toujours des morts partout mais jamais les bons. Vous croyez qu’il me rattrapera à temps si je tombe ?


A vrai dire je n’attends pas sa réponse, il me semble avoir aperçu Gabriel au bout de la rue, ou peut-être que je me suis trompée. C’est le moment de vérité. Je termine ma danse et fais une petite révérence au dhampir avant de me laisser tomber du toit, me retrouvant ainsi en chute libre vers le trottoir et pourtant je me sens toujours aussi bien. Je crois que je n’ai plus peur de rien.



codage by jacks ღ gifs from tumblr

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Un chef pas très bien traité
Messages : 59
Age : 612
MessageSujet: Re: Eloignons nos esprits de toute cette folie l'instant d'une nuit   Mer 17 Aoû - 2:32


Eloignons nos esprits de toute cette folie l'instant d'une nuit

Vous n’allez peut-être pas me croire, mais, ces derniers temps, m’arrive de penser qu’enfermer Effy, à double tours, à la cave, serait une sacrée bonne idée, cela m’éviterait d’avoir à la chercher dans toute la ville, comme ce soir. Faut dire qu’Effy est une petite maline, capable de nous manipuler à la perfection.. Je la pensais en sécurité avec Bastien, celui-ci, pensait qu’elle était entre de bonnes mains, avec moi. Typique d’Effy, mais cette fois-ci, elle n’allait pas s’en sortir aussi bien que toutes les dernières fois. Je suis sans doute un peu sur les nerfs, ce qui me fait réagir excessivement, Jake aurait peut-être être bien plus apte à s’occuper de cette affaire, mais étant donné que ce dernier est au abonné disparu, je devrais faire sans lui. J’ai chargé Bastien de rester au manoir, sait-on jamais, peut-être aurait-elle une lueur d’intelligence, à travers ces folies passagères, et se rendra compte que la meilleure des décisions, reste encre de rentrer. Je n’ai pas grand espoir que cela donne un quelconque résultat, mais je ne perds rien à essayer. De toute façon, un Bastien affolé, entre mes pattes, ne ferait que me gêner, alors valait mieux qu’il reste au manoir, avec le reste des gars. Je crois qu’à plus les minutes passent, sans nouvelle d’elle, à plus mes nerfs augmentent.. Mon inquiétude aussi, mais j’ai bien peur que lorsque je lui mettrais la main dessus, ce ne soit pas ce sentiment, qui prédomine.

Je dois attendre une bonne demi heure supplémentaire, pour recevoir un appel de Bastien, m’indiquant où je pourrais la retrouver. Est-ce un choix tactile, Effy ? Espérais-tu quand contactant Bastien, ta petite virée nocturne resterait un secret ? Dommage, ma belle, mais tu n’obtiendras cette chance ce soir, et tu recevras la leçon que tu mérites. Tu as toujours été au-dessus des autres, tu as toujours eu l’occasion d’avoir une meilleure emprise sur nous, mais ce soir, tu n’échapperas pas à la punition, j’en ai bien peur. Enfin, à peine ai-je raccroché, que mes pas me mènent direct jusqu’à ce bar, où Effy semble avoir trouvé résidence.. Que fais-tu, seule, dans un lieu pareil, Effy ? Tu sais que c’est dans ce genre de lieu, que tu es repérable, que n’importe lequel de nos ennemis, pourrait te mettre la main. Tu souhaites être forte, mais crois-tu l’être, en te jetant ainsi, dans la gueule du loup ? Je reconnais ton courage, Effy, je reconnais toute la haine, que tu gardes en toi, depuis des jours ? Mais tu n’arriveras pas à t’en sortir de cette manière. Ne suffit pas d’avoir la puissance pour réclamer vengeance, nous devons aussi nous montrer plus malins que nos ennemis.

Je m’apprête à la rejoindre à l’intérieur, lorsque je me rend compte que mademoiselle a décidé de prendre un peu de hauteur. En faite, je n’ai pas l’occasion de réfléchir au paramètre en compte, qu’elle se jette dans le vide. Bordel, mais qu’est-ce que cette bonne femme peut bien avoir dans la tête, ce soir. Conneries sur conneries, je ne peux pas mieux dire. Enfin, je n’ai pas l’occasion de m’appesantir plus là-dessus, je crois que c’est le moment pour moi, d’entrer en action. J’arrive juste à temps, pour la rattraper, et éviter qu’elle ne se fracasse le crâne contre le sol.  Une seconde, une seconde de plus, et je ne serais pas arrivé à temps. Fallait être dingue, pour tenter un diable pareille. Était-elle seulement sur, que j’étais là ? Que j’étais en mesure de la rattraper ? Je suis certain que non, qu’il n’est question d’aucune science ce soir, juste de chance. Je ne lui laisse pas occasion de se remettre de ces émotions, que je l’ai déjà remise sur ces pieds, que je l’attrape par les épaules, et la plaque contre le mur. Mon nez est à peine à quelques centimètres sur sien, mais je ne la touche pas ailleurs qu’au épaule. Je vous avez bien  dis, que la peur, que j’avais pu ressentir à son égard, lorsque je ne la trouvais pas, ne serait pas prédominant, lorsque je lui mettrais la main dessus.

«  As-tu au moins conscience que tu aurais pu mourir ce soir ? Tu aurais eu l’air bien bête, à t’écraser sur le sol, parce que je ne serais pas arrivé à temps »

Je suis amer, dans mes paroles, mais on ne peut pas m’en vouloir, non ? J’ai déjà cru la perdre plus d’une fois ces derniers mois, et aujourd’hui, elle se balance d’un toit, comme si de rien n’était.. Oui, je crois que j’avais toutes les raisons d’être furieux, et je pense que la réaction de Jake sera semblable, lorsqu’il sera mis au courant, attend toi à vivre de sale moment, dans les prochains jours Effy.

«  Ma main me démange, tu n’imagines pas à quel point »

Est-ce une tentative d’humour, pour tenter de chasser mes nerfs, sans doute, mais une tentative avorté, puisque je ne me sens pas mieux pour autant. Au lieu de cela, je l’attrape par la taille, et la jette sur mon épaule, avant de me propulser avec elle sur le toit, comme quoi, c’était vraiment inutile que tu tentes le diable pour le quitter. On retrouve l’humain que j’avais entendu s’adresser a elle, quelques minutes plus tôt, encore penché au dessus du toit.. Il ne s’attendait pas à ce que je vienne lui chercher des noises, visiblement. Je laisse Effy dans son coin, avec le mince espoir qu’elle ne tentera pas de nouveau de ce jeter dans le vide, et m’approche de l’humain, enfin plutôt du Dhampir, puisque je m’en rends compte qu’il s’agit d’un gardien, maintenant que je suis à ces côtés. Je ne le laisse pas m’attaquer, ou s’en prendre à Effy, aussitôt je suis derrière lui, aussitôt je lui arrache un bras, et, sous les cris du gardien, c’est à Effy que je m’adresse.

«  Est-ce que c’est ça, que tu veux ? Du sang, encore, et toujours ? Est-ce que c’est ça, que tu veux, que le sang coule, encore pour toi ? Tu ne sais même plus ce que tu fais, Effy »

Effy, son prénom, pas de surnom affectueux, pas de princesse.. Ça fait bien longtemps maintenant, que notre princesse à virer mauvaise sorcière, et plus le temps passer, plus on avait du mal à la récupérer.

acidbrain

_________________
I would find you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tout ce qui n'est pas pris est à prendre
Messages : 105
Age : 30
MessageSujet: Re: Eloignons nos esprits de toute cette folie l'instant d'une nuit   Jeu 18 Aoû - 22:27





Eloignons nos esprits de toute cette folie l'instant d'une nuit
Gabriel & Effy

Qu’est-ce qui me prends ces derniers temps ? Peut-être suis-je atteinte finalement, peut-être que la folie est apparue plus vite que je ne l’aurais cru, il faut dire que je n’ai jamais autant usé de mes pouvoirs que ces dernières semaines, alors peut-être que tout est lié. Je ne sais pas, je n’ai jamais aimé me poser des questions, je ne veux pas savoir de toute façon. Tout ce qui compte c’est que ce soir, je m’éloigne de mes pouvoirs, de cette obscurité, de cette folie malsaine. J’en ai besoin et seul l’alcool peut m’aider, ou la drogue sinon, mais c’est quelque chose que je n’ai pas spécialement envie de tester, déjà que je n’aime pas l’alcool. Je me sens bien maintenant, trop bien peut-être, du moins jusqu’à ce que je ne tue à nouveau. Encore du sang, à croire qu’il ne reste plus que ça aujourd’hui, pourtant ça ne m’avait jamais dérangé autrefois.

J’ignore ce qui me prend à discuter avec ce dhampir sur le toit, sans pouvoirs je n’ai pas les capacités de le tuer de toute façon, alors que me reste-t-il à faire ? Le suivre, attendre, ou sauter. Est-ce toi que j’aperçois en bas Gabriel ? C’est l’occasion de voir si j’ai vu juste. Je pourrais juste attendre qu’il nous rejoigne et rester là tranquillement. Oui je pourrais. Pourtant ce n’est pas ce que je fais, à la place je préfère simplement me laisser tomber dans le vide. Quelle douce sensation, comme une impression de voler alors que je suis en train de tomber. Le vent qui agresse ma peau n’a rien de désagréable, je suis bien, juste ma tête qui tourne un peu trop, mais je ne pense plus à rien au moins. Mes yeux se ferment lorsque j’arrive à la fin de la chute. Peut-être n’était-ce pas lui finalement. Des bras me rattrapent juste à temps. Si, j’avais vu juste. Tant mieux, je suppose.

Je commence à rire, un rire qui n’a même pas le temps de durer une seconde tant sa rapidité à me plaquer contre le mur me surprend, m’arrêtant net dans mes folies, ou au moins dans mon rire. Il me fait la morale, rien de nouveau finalement, rien qui ne change de l’ordinaire. J’ai l’habitude de faire des bêtises et d’être grondée, puis on se pardonne et on passe ensuite à autre chose. Je reste stoïque face à ses paroles, mon regard planté dans le sien, ou peut-être que j’essaie juste de bien comprendre ce qu’il me dit avec mon esprit embrouillé par tout cet alcool consommé. Je remarque trop tard que cette fois il y a quelque chose de différent, de l’agacement je crois. Vient-il vraiment de me dire que sa main le démange ? Je crois bien. Il n’avait jamais évoqué le fait de me frapper autrefois, même pour une simple baffe, qui n’en serait pas vraiment une simple de la part d’un strigoï. Je crois que c’est ce qui me calme, cette nouveauté.

Ça y est, je me suis mis Gabriel à dos à force de jouer. Il en a marre de moi, je le vois dans son regard, plus que de l’agacement, de la déception également. Je ne serais pas étonnée qu’il me dise de ne plus revenir au manoir, qu’il m’abandonne. Pourtant malgré mon silence il ne part pas, il finit par me balancer par-dessus son épaule et nous fait rejoindre le toit. Pourquoi le toit ? Pour finalement me balancer lui-même par-dessus bord ? Non, plutôt pour continuer sa leçon de morale. Je reste toujours silencieuse, l’air presque triste alors qu’il se met à arracher le bras du dhampir qui hurle de douleur. Ne pouvait-on pas simplement rentrer au manoir ? Non évidemment, il fallait bien qu’il passe ses nerfs et je préfère qu’il le fasse sur cet homme plutôt que sur moi. Il reprend la parole, ne relâchant pas le dhampir, plantant son regard dans le mien, attendant ma réponse alors que ses mots me font mal, ou plutôt le fait qu’il me parle sur ce ton, sans même employé de petit surnom. Je crois que je n’ai jamais détesté mon prénom avant ce soir.

- Je n’aime pas ce mot : sang, ce n’est pas très beau à entendre. Pourquoi ne pas dire plutôt cerise ? C’est mieux les cerises, et puis c’est rouge aussi.

Je pense qu’il ne s’attendait pas à recevoir une telle réponse, je ne pensais pas dire quelque chose dans ce genre moi non plus. Va-t-il un peu plus désespérer ? Je ne sais pas. Peut-être que c’est ce que je veux au fond. Oui. Non.  Je veux qu’il m’éjecte du groupe, comme ça ils ne risqueront rien par ma faute. Je veux qu’il me garde auprès de lui, comme ça j’aurais toujours ma famille à mes côtés. Alors Effy, choisis, qu’est-ce que tu veux ? J’ai toujours eu horreur de faire des choix. J’ai toujours préféré les fuir. Je lâche enfin le regard de Gabriel, me mettant à danser, mais pas au rythme de la musique électro qu’on entend en bas, maintenant je fais de la danse classique. J’en faisais quand j’étais enfant, je n’ai pas oublié les mouvements malgré les années. Amusant. Je continue de danser habilement, doucement, souplement alors que le dhampir continue de hurler, puis je me rapproche d’eux toujours en dansant pieds nus sur ce toit, avec ma tête qui tourne et mes idées noires. Je regarde d’abord le dhampir, puis ensuite vient Gabriel, toujours un peu plus agacé.

- Je ne peux pas l’empêcher de toute façon. Le sang coule, le sang a toujours coulé, le sang continuera encore à couler. Qu’est-ce qu’on y peut au fond ? Rien. Alors tue-le.

Oui tue-le donc et abrège ainsi ses souffrances, ses hurlements me font mal au crâne alors ce serait gentil de le faire taire. Peut-être n’en auras-tu pas assez après lui ? Peut-être voudras-tu me tuer aussi ? Me frapper ? Fais donc mon beau, je sais encaisser. Je m’éloigne à nouveau, reprenant ma danse classique comme si de rien n’était, comme si je ne venais pas à l’instant de condamner un homme à mort ou de me jeter d’un toit. Tu as réussi à sauver mon corps ce soir Gabriel, mais pas mon esprit.

- "So give them blood, blood, gallons of the stuff ! Give them all that they can drink and it will never be enough. So give them blood, blood, blood. Grab a glass because there's going to be a flood !"

Je continue de danser en chantonnant ces sombres paroles, je ne sais même plus de quelle musique est-ce que ça vient, du rock je crois, pas mon genre pourtant mais il faut croire que j’en ai retenu quelques passages. Que vas-tu faire maintenant Gabriel ? Que vais-je faire moi aussi ? Ce serait bien que tu répondes aux deux questions, parce que pour l’heure, je ne sais même pas comment je fais encore pour danser sans tomber.



codage by jacks ღ gifs from tumblr

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Un chef pas très bien traité
Messages : 59
Age : 612
MessageSujet: Re: Eloignons nos esprits de toute cette folie l'instant d'une nuit   Lun 26 Sep - 21:23


Eloignons nos esprits de toute cette folie l'instant d'une nuit

J'ai toujours été calme, avec toi, Effy, j'ai toujours fais en sorte, de ne perdre patience, parce que je savais, qu'à la seconde où on en arriverait là, un monde nous séparerait.. Je savais, qu'à partir de cette seconde, nos opinions divergeraient.. Alors, pourquoi, Effy ? Pourquoi cherches-tu toujours à te fourrer dans des ennuis pas possible à gérer ? N'en as-tu jamais marre ? N'as-tu pas traverser assez d'étape, pour comprendre que ta manière de procéder, n'est peut-être pas la bonne ? Pourquoi continues-tu à te comporter comme une gamine pourri gâtée ? Sais-tu que je ne serais pas toujours là, pour te sauver la mise ? Ainsi, que Jake, ou Bastien.. Que feras-tu ce jour, où tu devras te débrouiller par tes propres moyens, où tu ne pourras compter que sur toi ? J'en ai marre, Effy, je perds patience, face à toutes tes conneries, je veux bien t'aider à t'en sortir, je veux bien être avec toi, mais va falloir que tu fasses des efforts, de ton côté aussi. Te rends-tu compte, que tu aurais pu mourir, ce soir, si je n'étais pas arrivé à temps ? Que tu aurais pu t'écraser sur ce trottoir, comme une idiote.. Pourquoi ? Parce que tu as bu, que tu es saoule, et que tu n'es pas en mesure de te défendre seule.. Ne trouves-tu pas stupide, lorsque tu réfléchis à cela, deux secondes ? Je t'attrape, à la dernière seconde.. As-tu eu peur, que je ne te récupère pas ? As-tu eu peur, de mourir ? Peut-être est-ce égoïste, mais je pense que cela t'offrira une bonne leçon.. Je ne lui laisse même pas le temps de se remettre de ces émotions, que déjà, je la plaque contre le mur, pour lui faire comprendre ma façon de penser. Est-ce que tu vois, la rage, et la colère, dans mon regard, Effy ? Cette rage, qui, en temps normal, n'est dédié qu'à nos ennemis, se retourne aujourd'hui, contre toi.. Peut-être que le temps est venu, de te rendre compte qu'une fois de plus, ne passera pas, Effy.

Jamais, je n'ai levé la main sur toi, Effy, jamais je n'oserais faire une telle chose, mais ce soir, je dois admettre que l'envie ne manque pas.. Tu cherches peut-être trouveras-tu, mais je ne crois pas que tu en seras ravi, lorsque la sentence tombera. Je la jette sur mon épaule, sans prendre gare à son état, cela secoue un peu ? Fallait penser à cela, avant de boire comme un ivrogne. Je m'élance, et en quelques secondes à peine, nous nous retrouvons sur ce toit, que nous venons de quitter.. Cela ne t'enchante pas, Effy ? Ce n'est pas grave, je ne demande pas ton avis, de toute façon. Tu m'as provoqué, à mon tour de te faire comprendre de manière brutale, ma façon de voir les choses. Je la lâche, de manière brutale, aussi, pour me glisser derrière notre gardien, qui sera ma victime ce soir, à défaut que je passe mes nerfs sur Effy. Je la provoque, encore un peu plus, j'arrache le bras de ce type, laissant le sang, se répandre sur le sol, malgré la fin de soirée, la pénombre, je vois chaque goutte, et je pense qu'Effy, aussi. Est-ce que tu apprécies ? Non, je vois dans ton regard que mon attitude n'est pas à ton goût.. Pourquoi ? Pourquoi pourrais-tu faire, ce que tu veux, les conneries que t'as envie, et je ne pourrais pas me défouler un peu, faire couler le sang, comme j'en ai envie, n'est-ce pas ce que je suis ? J'aime le sang, c'est mon essence vital, tu le sais, depuis le premier jour.. Alors pourquoi n'aimes-tu pas ce mot ? Et puis, Cerise, t'es sérieuse ? Te rends-tu compte de ce que tu dis ? Tu es en plein délire..

« Est-ce que tu t'entends, Effy ? »

Est-ce que tu viens de te mettre à danser ? Sérieux ? Je suis en plein rêve, non ? Non, et mes nerfs commencent à être à bout.. Ne cherches pas la petite bette, Effy, parce que tu pourrais récolter bien plus que cela.. Qu'est-ce que tu peux faire ? Tu peux arrêter de chercher des ennuis, tu peux rester, tranquille, au manoir, et tu verras, ce sang, que tu n'apprécies pas, coulera bien moins. Quand à ce type, de toute façon, d'une manière ou d'une autre, sa vie est comptée, il ne survivra pas, sa présence n'est plus d'aucune utilité, alors autant l'achevé, dès maintenant. J'attrape sa tête, et arrache ce membre de son corps. Encore du sang, Effy, toujours du sang, tu le vois, et ce n'est qu'à toi, que tu peux t'en prendre, si tu n'avais pas été inconsciente, si tu n'étais pas sortie seule, on n'en serait pas là.. Je laisse le corps, s'avachir sur le sol, sans plus m'intéressait à lui. Mon regard est rivé sur Effy, et sur cette chanson, qu'elle entonne.. Esssaies-tu de me faire passé un message ? Quand comprendras-tu donc, que cela ne dépend que de ton attitude ? Que tu es la seule maîtresse, de son avenir ? Je m'approche d'elle, toujours sur les nerfs, ton attitude de ce soir, me déplaît, à un point que tu n'imagines pas. Tu te mets en danger, en te comportant de la sorte, mais plus que toi, tu mets toute la bande en danger, tu me mets moi aussi, en danger. Je croise son regard, et ne le quitte plus.

« Rentres au manoir, et tu n'auras occasion d'en ressortir, que lorsque tu auras compris la leçon »

Oui, j'use d'hypnose sur elle, une première je crois, une première, dans une situation comme celle-ci, en tout cas, mais, si je ne veux pas en venir au main, comme je l'en ai menacé, vos mieux choisir cette option. J'en profite, parce qu'en temps normal, je n'aurais sans doute pas été capable d'user d'un tel pouvoir sur elle, à force de vivre avec nous, elle a appris à résister à l'hypnose, mais au vu de la quantité d'alcool qu'elle a dans le sang, cela devient bien plus simple. Au fond, j'espère aussi qu'elle ne se souviendra plus de cette soirée, parce que je sais aussi, que j'aurais à faire à sa colère, lorsqu'elle se rendra compte, que j'ai usé de la suggestion sur elle, mais pour l'instant, je m'en fiche pas mal. Je veux juste pouvoir la mettre en sécurité, donc, qu'elle rentre. Je l'attrape par la taille, et croise son regard, avec un mauvais sourire.

« Bon vole, princesse »

Et je n'attends pas qu'elle réagisse, pour la jeter moi-même du toit, cette fois. Peut-être que cela te réveillera, une bonne fois pour toute, et que tu reprendras tes esprits, un vole plané, de la sorte, provoquer par quelqu'un en qui, de base, nous avons confiance, ça devrait être suffisant pour chasser toute trace d'alcool de notre sang, non ? Je saute du toit, quelques instants après elle, pour la rattraper, quelques mètres avant le sol. As-tu eu peur ? Est-ce que cela t'aura servi de leçon ? Peut-être qu'au moins, tu ne chercheras plus à me provoquer, comme tu viens de le faire ce soir.

« La prochaine fois, penses aux conséquences, de tes actes, pas pour toi, puisque tu n'as pas l'air de tenir à ta vie, plus que cela, mais pour nous. Jake, Bastien, moi, à ton avis, penses-tu qu'on aura apprécié ramasser ton corps, au bord de la route, parce que tu as eu l'inconscience, de sauter d'un toit ? »

Réfléchi donc à cette question, et maintenant que tu as repris tes esprits, tu te rendras comptes des erreurs que tu as accumulé, ce soir.

acidbrain

_________________
I would find you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tout ce qui n'est pas pris est à prendre
Messages : 105
Age : 30
MessageSujet: Re: Eloignons nos esprits de toute cette folie l'instant d'une nuit   Lun 26 Sep - 23:44





Eloignons nos esprits de toute cette folie l'instant d'une nuit
Gabriel & Effy

Qu’est-ce qui ne va pas chez moi ? Je crois que beaucoup d’entre nous se posent la question. Les garçons ont accepté mes conneries après la perte de mon bébé, me laissant faire mon deuil à ma façon, mais maintenant ils ne supportent plus tout ça. Je crois que cette fois j’ai atteint un stade où je les agace tous, ce ne serait pas étonnant qu’à force ils finissent par ne plus vouloir de moi et me mettre à la rue, à leur place je l’aurais sans doute fait. Oui parce qu’en réalité je ne me supporte plus moi-même, je ne me retrouve plus depuis cette tragédie et si je pense que demain ira mieux, en réalité chaque nouveau jour est pire. Jake arrive à me calmer quand je suis avec lui, parfois, ou alors on fait des bêtises ensemble, du coup ça passe tout de suite mieux. Le reste du temps ? Je cherche une façon d’évacuer et ce soir ça aura été à travers l’alcool. Regarde-moi ça Gabriel, je suis tombée bien bas on dirait.

Il ne me supporte plus, même dans mon état ce n’est pas bien difficile de le constater. Son regard exprime assez son taux d’agacement et cette façon d’agir brutale dont il use avec moi montre qu’il n’a plus envie de faire attention. Je ne suis pas une poupée facilement cassable de toute façon, bien que ce soit ironique de dire ça alors que je suis brisée, mais ce n’est pas un simple coup qui m’achèvera. Ce dhampir en revanche risque de ne pas passer la soirée, les prochaines minutes même. Je le vois maltraiter cet homme, faire couler son sang, me provoquer. Sauf qu’apparemment mes propres provocations ont un peu plus d’effet que les siennes. Oui Gabriel, ce soir je délire complètement, un trop plein de biens trop de choses qui explose d’un coup. En fait ça explose bien trop souvent avec moi dernièrement, c’est ce que tu dois penser, c’est la réalité, mais que veux-tu, je ne me contrôle pas vraiment depuis quelques temps.

Je ne sais pas pourquoi je dis ces choses stupides. Je ne sais pas pourquoi j’agis de la sorte, je le fais, c’est tout. Et maintenant j’ai envie de danser, alors une fois de plus j’agis sans penser à ce que ça provoquera chez lui, bien qu’au fond je crois que j’ai envie de l’énerver. Ne me demandez pas pourquoi, c’est juste stupide, mais je crois que j’ai envie qu’il ressente ce que moi-même je ressens depuis bien trop de jours. Il finit par tuer le dhampir, une tête arrachée, et la seule chose à laquelle je pense c’est que j’aimerais faire subir la même chose à la moroï qui m’a fait du mal. Je ne réagis pas face à tout ce sang qui coule encore, face à ce corps démembré. Peut-être que c’est ce qui pousse Gabriel à revenir vers moi et tenter une autre approche.

C’est étrange, cette sensation lorsqu’il me parle. J’ai envie de le provoquer encore, mais quelque chose bloque mes mots de sortir, mon corps d’agir. Je ne comprends pas, je l’accepte c’est tout, comme une évidence. Tu veux toujours m’enfermer au manoir pour me donner des leçons Gabriel, peut-être que cette fois je le mérite vraiment, mais tout de même, c’est agaçant. Pourtant je ne rechigne pas, j’accepte, prête à rentrer au manoir à ses côtés sans contester son autorité. Sauf qu’on ne redescend pas du toit par les escaliers, non, Gabriel trouve bon de me redonner un peu de sensation, sa manière à lui de me faire la leçon. J’admets que j’apprécie bien moins le deuxième tour, même si je sais au fond qu’il ne me laissera pas m’écraser là, il n’aurait pas pris la peine de me sauver la première fois sinon, n’est-ce pas ? Je crie sous l’effet de surprise, je ferme les yeux alors que je me sens nauséeuse, puis l’instant d’après les sensations sont terminées et je me retrouve debout, en bas de l’immeuble. Notons tout de même un point positif à tout ça, Gabriel n’a pas oublié mon surnom de princesse avant de me jeter du toit. Oui, je préfère penser à ça plutôt qu’au reste.

- Je ne cherche pas à me suicider, même si là on pourrait croire le contraire, mais j’étais convaincue que tu arriverais à temps.

Je sais, ce n’est pas en disant ces mots que je vais me faire pardonner, je vais peut-être même un peu plus l’énerver, je ne sais pas. Je n’arrive pas à me faire comprendre Gabriel, je n’arrive pas à me comprendre moi-même en réalité et c’est sans doute ce qui me rend folle, sans doute pour ça que je vous tape tous sur le système. Je détourne les yeux un instant, cherchant mes mots. Ne prends pas la parole tout de suite Gabriel, laisse-moi le temps de trouver, laisse-moi le temps de m’exprimer. Puis je finis par relever mon regard sur lui lorsque je reprends la parole.

- J’aimerais que tout redevienne comme avant Gabriel... J’arrive à oublier lorsque je suis avec Jake, mais le reste du temps il y a juste ce trou béant. J’aimerais ressentir autre chose que la colère. J’aimerais retrouver notre complicité. Mais plus j’essaie et plus j’empire les choses.

C’est vrai Gabriel, je ne suis pas si stupide tu sais, je pense à toi aussi, je sais que tu ne supportes plus la situation actuelle, je sais que je suis intenable mais je n’arrive pas à être autrement. Au départ ce n’était qu’une manière d’attirer ton attention. Maintenant ? Je ne sais même plus ce que c’est, je ne fais qu’aggraver les choses. C’est toujours comme ça que ça marche de toute façon, on se rend compte de notre bêtise après l’avoir faite, puis on essaie de se rattraper et au final on ne parvient à rien d’autre que dégrader un peu plus la situation. Je crois que j’aurais pu pleurer ce soir devant toi Gabriel, si je n’avais pas déjà épuisé le stock de larmes pour une autre personne, un petit être qui n’existera jamais.

- Si je devenais strigoï je pourrais choisir de ne plus ressentir et tout redeviendrait comme avant... Transforme-moi Gabriel.



codage by jacks ღ gifs from tumblr

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Un chef pas très bien traité
Messages : 59
Age : 612
MessageSujet: Re: Eloignons nos esprits de toute cette folie l'instant d'une nuit   Mar 27 Sep - 13:04


Eloignons nos esprits de toute cette folie l'instant d'une nuit

Tu continues à me provoquer, encore, toujours.. Est-ce devenu une habitude, Effy ? Je dois admettre, que j'ai toujours apprécié ce caractère, parce que personne n'arrive à entendre raison, face à toi, parce que je sais, que même sans l'un de nous, tu parviendras à te défendre, que tu as tes propres moyens, tes propres réflexes, et même si tu me reviendras amochée, je sais que tu me reviendras, et au fond, c'est ce qui m'importe.. Face à moi, par contre, je déteste cette attitude, ou du moins, je déteste cette attitude, lorsque tu agis de cette manière. Provocante, arrogante, suicidaire, c'est sans doute cette partie, qui me dérange, parce que tu es incapable de contrôler tes actions, ce soir n'en est qu'une nouvelle preuve. Tu vois bien, toi-même, tu te jettes dans le vide, comme une inconscience, sans aucune sécurité, que je serais arrivé à temps. Ce que je déteste, par dessus, c'est cette indifférence, que tu fais preuve, face à moi, alors que ma rage dépasse ce que tu as toujours pu connaître. Ne vois-tu donc que ton attitude m’insupporte, que tu vas finir par reprendre tes provocations de pleine tête ? Je n'ai jamais eu, plus envie qu'aujourd'hui, de te faire comprendre ma façon de penser, par la violence. Ne me provoques pas d'avantage, parce que tu pourrais commencer à le regretter..

En quelques secondes, l'existence de ce type, n'est qu'un vague souvenir, je ne plains même pas sa famille, qui apprendra, dans la soirée, sa perte, d'une certaine manière, même si Effy, est la responsable, ce type n'avait qu'à pas ce mêler de nos affaires, peut-être serait-il toujours en vie, aujourd'hui. Peu importe, mon agacement envers Effy, je ne laisserais personne mettre sa vie en danger, et ce type, était un obstacle, au travers de notre route, ce gardien était un début, le reste aurait suivi, alors valait mieux me débarrasser direct de lui. Est-ce que tu comptes rentrer au manoir ? Es-tu calmée ? On dirait que non, et bien, je ne vais plus faire dans la douceur, dans ce cas, tu provoques, je provoques aussi, ma méthode te déplaira, lorsque tu te rendras compte du pouvoir que j'ai pris, sur ton esprit, mais je m'en moque, je commence à en avoir marre, et je n'ai aucune envie de devoir régler nos comptes ici, et t'hypnotiser, pour que tu rentres tranquille au manoir, me semble plus simple que te ballonner, et ligoter, pour que tu ne bouges pas de mes bras, durant le voyage, surtout que je n'ai pas forcément l'envie de te garder dans mes bras, durant toute la duré du voyage, pour que tu arrives à m'amadouer, comme tu arrives toujours si bien à le faire. Est-ce que mon hypnose fonctionne ? Avec les grammes d'alcool que tu as l'air d'avoir dans le sang, tu ne devrais pas être en moyen de résister, je l'espère, parce que je n'ai pas envie de me battre plus que nécessaire avec toi. Je suis heureux, de voir que cela fonctionne, enfin, c'est ce que j'en déduis, lorsque celle-ci, n'a rien à me répondre, aucun doute que j'aurais pris une réflexion bien sanglante à la tête, si elle avait été en mesure de me répondre, mais juste au cas où, juste pour qu'elle comprenne la leçon, et qu'elle finisse de retrouver ces esprits, je l'attrape par les hanches, et la balance dans le vide, sans crier garde.

As-tu eu peur, Effy ? Est-ce que tu as doutée de moi ? En faite, ne répond pas à cette question, parce que je crois que la réponse pourrait m'énerver, et j'ai déjà bien assez de colère envers toi. Je la repose sur ces pieds, à la seconde où je constate qu'elle a retrouvé tous ces esprits, qu'elle sera capable de tenir debout, sans aide, sans tanguer comme une idiote. Tu n'essayais pas de te suicider, Effy ? Je suis ravi de l'apprendre, mais cela ne prouve qu'un peu plus, à quel point tu es inconscience.. Je m'apprête à répondre toujours aussi glaciale, mais déjà, elle a repris la parole, et cela calme quelque peu mes nerfs. Toute ma colère ne redescend pas, mais se calme, en partie.

« J'aurais pu, ne pas être là, à temps, Effy, personne ne peut prévoir un contre temps.. »

Nous avons des ennemis, à chaque coin de rue, Effy, tu es bien placée pour le savoir, la grande majorité d'entre eux, en ont plus après toi, que nous, c'est toi, qu'il cherche. Comment pouvais-tu savoir, qu'aucun d'entre eux, m'attaquerait aujourd'hui, et m'empêcherait de venir à ta rescousse ? Tu as pris un risque inconsidérable, et je crois, que c'est ce qui m'énerve dans cette soirée, même pas ton attitude, ton indifférence, mais ce risque, que tu as pris, sans penser aux conséquences. Je pose une main, contre sa joue, sans doute pas aussi douce, que je l'aurais été un autre jour, mais déjà, le geste est touchant, au vu de mon énervement, non ?

« Redeviens-toi »

Je n'ai pas d'autre réponse, à t'offrir Effy, je ne peux pas te conseiller, plus que cela, c'est à toi, de voir la manière que tu dois adopter, mais tu sais ce que j'en pense, je ne peux pas t'aider, plus que je ne le fais déjà. Tu es l'unique personne, à pouvoir faire quelque chose. Ma colère c'était apaisée, mais à attendre ces dernières paroles, elle resurgit d'un coup. Quelque chose ne va pas chez toi, Effy, vraiment.. Est-ce que tu entends, ce que tu viens de me demander ? Je ne serais jamais contre cette transformation, tu le sais, mais pas de cette manière, pas alors que tu me le demandes pour de mauvaise raison. Qui plus ai, je me ferais tuer, par Jake, d'avoir fais une telle chose dans ton dos, alors ne comptes pas sur moi, pour cela. Surtout que je suis certain, qu'au fond de toi, tu ne veux pas de cette transformation, mais peut-être que je peux te faire comprendre à ma façon, que faire ce genre de proposition, pour de mauvaise raison, n'est pas une bonne solution.

«  Es-tu sur de toi? »

En faite, je n'attends même pas sa réponse, je dégage ces cheveux de sa nuque, et mords dans sa gorge, arrivant à peine à contrôler ma rage, pour pas rendre cette morsure désagréable à ces yeux. Tu sais de quelle manière se passe une transformation, Effy ? Un échange de sang, chez toi, chez la personne en transformation, c'est presque une perte totale, de sang. A quel moment, réaliseras-tu, que tu ne veux pas de cette transformation ? Est-ce que cette morsure, avec laquelle mes intentions sont plutôt claire, te fait prendre conscience, que si tu ne te dérobes pas très vite, cela pourrait devenir critique, pour toi, que tu pourrais vraiment avoir à faire à cette transformation ? Je bois, ne me privant pas de lui faire perdre une quantité importante de sang, de toute façon, de cette manière cela videra son corps, de l'alcool qu'elle a ingurgité, et peut-être que je pourrais avoir une discussion un peu plus cohérente, avec elle. Je m'arrête, avant que son manque de sang, puisse devenir dangereux, elle reprendra des forces, avec mon sang, sans que cela n'enclenche une transformation, pour autant. Je m'écarte de sa gorge, pour croiser son regard, et lui tendre mon poignet.

« Le jour, où tu désireras cette transformation, pour toi, et non pour de mauvaise raison, je te transformerais, mais pas aujourd'hui, tu as encore de nombreuse année de vie qui t'attende, avant cette transformation »

Tu as voulu partir, tu as voulu une transformation, quand comprendras-tu, que ce n'est pas la solution ? Que partir, n'arrangera pas la situation, dans laquelle tu te trouves ? Que peu importe les conséquences, nous ne te laisserons pas faire ? J'imagine que tu as déjà du avoir une conversation, semblable avec Jake, qu'il n'a pas été d'avis différent, de moi. Aucun de nous, n'accepteras de te voir partir, aucun de nous, ne te transformera jamais, par dépit.. Tu as le choix, Effy, mais ne prends pas de mauvaise décision, parce que tu souhaites nous sauver, nous sommes assez grand, pour assurer notre propre sécurité. La seule chose que tu as à faire, pour nous aider, pour nous faciliter la tâche, c'est de reprendre le contrôle, de redevenir toi-même, cette fille, qui avait toute son assurance, et qui ne cherchait pas une solution, pour contourner les problèmes, mais qui les affronter. Aide-nous, à nous sortir de cette situation, et tu verras, qu'après, tout sera plus simple.

« Ne cherches pas à contourner la situation, affronte-là, à nos côtés »
acidbrain

_________________
I would find you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tout ce qui n'est pas pris est à prendre
Messages : 105
Age : 30
MessageSujet: Re: Eloignons nos esprits de toute cette folie l'instant d'une nuit   Mar 27 Sep - 15:25





Eloignons nos esprits de toute cette folie l'instant d'une nuit
Gabriel & Effy

On peut dire que c’est une soirée forte en sensations, n’est-ce pas Gabriel ? J’imagine que tu aurais préféré t’en passer. Moi ? Je ne sais pas vraiment ce que je fais en réalité, surtout ce soir, avec tout cet alcool dans le sang, je ne réfléchis plus, je me contente d’agir bêtement. Pardonne-moi de te faire subir tout ça Gabriel, je n’ai pas envie que tu sois en colère, je n’ai pas envie que tu me détestes, je ne sais juste plus ce que je fais, plus ce que je suis censée faire. J’ai essayé de me calmer, j’ai essayé d’oublier, j’ai essayé de devenir plus supportable pour vous, mais là je n’y arrive pas et finalement je suis devenue encore plus détestable qu’avant, une véritable peste. A quel point m’en veux-tu Gabriel ? Dis-moi à quel point je suis censée me détester d’être si ingérable.

Est-ce que tu as atteint ta limite avec moi au point de ne plus me vouloir dans ta vie ? Au point de me tuer de tes propres mains ? Non, tu as beau me balancer par-dessus le toit que je refuse d’y croire, tu ne ferais jamais une chose pareille. Ou alors je l’ai vraiment agacé et atteins un point de non-retour… Je ferme les yeux, m’attendant tout de même au pire, rassurée de finalement me retrouver dans ses bras avant de regagner le sol. Je crois que je préférais quand tu m’enfermais au manoir pour me donner une leçon plutôt que celle-ci. Je sais qu’on est censé rentrer à présent, et on rentrera bientôt, mais d’abord je parle, je tente de fournir un semblant d’explication, je tente de m’exprimer même si j’ai du mal à trouver mes mots. Difficile d’exprimer ses sentiments lorsqu’on ne les comprend plus vraiment. Je sais juste que je ne veux pas de sa colère envers moi, que je veux son pardon, que je veux que les choses redeviennent comme avant entre nous. Tu crois que c’est possible Gabriel ?

Sa voix est plus calme lorsqu’il reprend la parole, plus douce. Au moins il ne me crie plus dessus. Tu as raison Gabriel, c’était stupide de me jeter de ce toit, je ne fais que des choses stupides de toute façon en ce moment. Je n’ai plus rien à dire à ce sujet, je sais que j’ai tort, j’ai compris et je ne recommencerais plus une chose pareille. Maintenant je veux qu’on parle de nous, plus de ce toit, plus de ce qu’il se serait passé si tu n’avais pas été là à temps. Je veux que tu saches que même si on ne dirait pas, j’essaie d’arranger les choses, j’essaie mais je n’y arrive pas. Sa main se pose contre ma joue dans un geste délicat, réconfortant, rassurant. Le genre de geste qu’il avait bien plus souvent à mon égard avant. Il me demande de redevenir moi-même, plus facile à dire qu’à faire étant donné que je n’arrive même plus à savoir qui je suis vraiment.

- Ou alors je pourrais devenir une autre.

Je lui parle de cette idée de devenir strigoï, peut-être qu’elle est là la solution. Puisque je n’arrive pas à redevenir l’ancienne Effy, je peux peut-être en devenir une nouvelle ? Oui, si je devenais strigoï je pourrais choisir de ne plus ressentir, de ne plus avoir mal et ça réglerait probablement beaucoup de problèmes. Transforme-moi Gabriel, je veux que tu le fasses. Est-ce que c’est un coup de tête ou une décision mûrement réfléchie ? J’y ai déjà pensé quelque fois, mais on ne peut pas vraiment dire que j’avais pris une décision avant ce soir, quoi que là encore je ne suis même pas sûre de le vouloir réellement. Gabriel me demande si je suis sûre de ma décision, mais je n’ai pas le temps de répondre ou même d’y réfléchir qu’il agit.
Mes yeux sont comme hypnotisés par les siens lorsqu’il dégage mes cheveux de ma nuque. Je n’ose rien dire, je n’ose rien faire, je le laisse juste mordre. La morsure n’est ni agréable ni douloureuse, bien que les endorphines viennent rapidement la rendre plus confortable. Est-ce qu’il va vraiment me transformer ici, ce soir ? J’admets que je ne pensais pas qu’il accepterait, surtout sur un coup de tête comme le mien, sans en avoir parlé aux garçons avant. C’est étrange, j’ai peur de cette transformation tout autant que je la désire, je crois. Entre la perte importante de sang et les endorphines, je n’arrive plus vraiment à penser clairement, à penser tout court. Je ne sais pas combien de temps aura duré la morsure, plus de temps qu’aucune autre que j’ai reçu jusqu’à présent. Il finit tout de même par s’éloigner de mon cou, par me regarder dans les yeux alors qu’il reprend la parole.

J’ai un peu de mal à suivre tout ce qu’il dit, mais au moins j’en comprends l’essentiel. Il ne veut pas me transformer finalement, ce n’était qu’une leçon de plus à la Gabriel et au fond je crois qu’une part de moi est soulagée qu’il ne l’ait pas vraiment fait. C’est vrai, je souhaite devenir strigoï pour de mauvaises intentions, pour oublier, pour ne plus avoir mal. Finalement ça prouve bien que je ne suis pas prête à devenir comme eux. Je reste debout devant Gabriel, baissant les yeux, silencieuse comme une enfant qui vient de se faire engueuler. J’ai vraiment enchaîné bêtise sur bêtise ce soir et c’est encore toi qui a dû en faire les frais Gabriel, encore toi qui essaies de me relever. Il termine de parler et plutôt que de lui répondre encore une stupidité, je décide de me taire cette fois et de le laisser avoir le dernier mot. J’ai besoin de bien autre chose pour aller mieux et comme je me doute que ça ne viendra pas de lui étant donné son taux d’énervement, c’est moi qui me précipite vers lui pour le prendre dans mes bras et me réfugier contre lui. Une façon de lui demander pardon, en espérant qu’il ne décidera pas de me repousser.

- Excuse-moi... Je ne veux pas que tu me détestes. J’ai besoin de toi, de vous tous...

Excuse-moi pour mon comportement de ce soir et de tous les autres jours. Excuse-moi d’avoir été à ce point une peste, de vous avoir poussé à bout, d’avoir tant de fois tenté le diable. Excuse-moi de ne pas savoir quoi faire et de mal agir. Je ne le lâche plus, mon visage est enfoui contre lui et avec tous les rebondissements de cette soirée, je me sens finalement épuisée. Je crois que j’ai juste envie de rentrer à présent et qu’on oublie tout ça, qu’on essaie de reconstruire ce qu’on avait avant.



codage by jacks ღ gifs from tumblr

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Eloignons nos esprits de toute cette folie l'instant d'une nuit   

Revenir en haut Aller en bas
 
Eloignons nos esprits de toute cette folie l'instant d'une nuit
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Essaye de comprendre enfin toute cette histoire [Aurélien]
» Enfermer toute cette vikignitude c'est pas bon Harold ... } Anthon H. Haddock
» La folie des BAM ! [FINI]
» Parce que toute histoire a un début. (Elisabeth)
» Mais qu'est-on allé faire dans cette galère ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vamp Academy :: Archive :: Rps Laure & Liora-
Sauter vers: