Forum d'écriture privé
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Qu'est-ce que la folie ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 57
Age : 26
MessageSujet: Qu'est-ce que la folie ?   Jeu 16 Juin - 17:15


Qu'est-ce que la folie ?
Daniel & Kyara

Elle est partout. Partout autour de moi. La mort me suit telle une ombre prête à me bondir dessus. Comment affronter quelque chose que l’on ne peut pas toucher ? C’est à peine si je peux la voir tant elle est rapide. Pourquoi suis-je revenue à la vie ? J’aurais dû mourir cette nuit-là et ne jamais revenir. John m’aurait enfin tué et moi je connaîtrais enfin la paix. Le problème n’est pas de devoir continuer à me battre, c’est de ne pas pouvoir véritablement affronter l’ennemi puisqu’il est uniquement dans ma tête. Comment est-on censé faire face à son propre esprit ? Un médecin m’aurait fait interner depuis longtemps dans un hôpital psychiatrique, peut-être avant même ma supposée mort d’ailleurs, mais heureusement je ne dépends pas des humains.

Il y a des rires et des murmures, des souffles chauds sur ma peau et le courant d’air frais dans mes cheveux. Il y a ces ombres qui me frôlent, me poussent, me font trébucher. Je me relève toujours, repartant dans ma course. Où est mon frère ? Il n’y a que lui qui me calme mais je ne le trouve pas. Je me souviens qu’il m’ait dit bonne nuit et a laissé la porte de ma chambre ouverte, puis j’ai sombré dans le sommeil. Est-ce un rêve alors ? Non, j’ai dû me réveiller bien avant et partir sans lui. On dit toujours que le pire arrive au début et qu’ensuite on s’habitue, on apprend à vivre avec, à supporter et oublier. Combien de temps dure donc ce début exactement ? Car je ne supporte déjà plus.

- Laissez-moi tranquille !

Mais elles ne le feront pas. Alors je continue ma course et lorsque j’aperçois ce sous-terrain, je n’hésite pas à m’enfoncer dedans jusqu’à ce qu’aucune lumière ne ressorte. Il n’y a que le noir total qui me protège de ces ombres car sans lumière elles ne peuvent plus se refléter. Pourtant je n’ai jamais été une grande fan du noir, tout le monde sait que c’est la nuit où les monstres sortent, mais tant pis, je prends le risque, au moins je pourrais me défendre contre eux. Je reste un moment dans ce trou noir et humide, assise par terre, les genoux remontés contre ma poitrine telle une petite fille. J’attends. Quoi au juste ? Je ne sais pas. Peut-être que le soleil se lève et que mes folies ainsi que les monstres se couchent. Si c’est ça je vais devoir attendre encore un long moment.

- "Dans l’écume glacée par le glaive des nuits,
J’ai laissé ma raison aux marées finissantes.
Le rivage est si loin et ma barque démente
Vogue sous des nuages de cendre et de suie.

Et le temps engourdit, trébuchant sur mes pas,
Chaque mot que j’écris sous des affres de peurs,
Il enserre mon âme et bétonne mon cœur
Y versant le poison d’un parfum d’omerta."


Pourquoi cette poésie ? Parce que ça m’aide à me calmer lorsque j’ai une crise d’angoisse, je n’avais pas usé de cette pratique depuis bien longtemps, mais dernièrement ça me semble plutôt nécessaire pour me vider l’esprit. Mon corps tremble dans ces égouts glacés, surtout que je ne porte sur moi qu’un simple pyjama, un long pantalon noir et un débardeur de la même couleur, pas même une paire de chaussure, pas de quoi vraiment pouvoir se réchauffer. Je devrais sortir d’ici et tenter de rentrer chez moi, passer toute la nuit ici n’est clairement pas une bonne idée, mais je reste pourtant figée là, incapable de bouger, paralysée par la peur.

« Depuis quand es-tu devenue aussi fragile Kyara ? De pire en pire. Tu n’es qu’un fardeau pour ce monde, pour ton frère. »

Je continue de réciter ma poésie, fermant les yeux et me bouchant les oreilles, ne voulant pas répondre à cette voix qui me provoque, où peut-être n’évoque-t-elle qu'une vérité que je refuse d'accepter. N’a-t-elle pas raison au fond ? Je récite en boucle ma poésie, jusqu’à ce que je me calme, jusqu’à ce que je n’entende plus rien, puis je m’arrête. Le calme est enfin revenu. Plus de rires, de voix ou de visions, juste un silence de sourd hormis le bruit de gouttes d’eau qui tombent dans une flaque. Je me concentre dessus, jusqu’à ce que j’entende autre chose. Je regarde autour de moi, réflexe idiot puisque je ne vois rien. Véritable personne ou autre folie ? Je l’ignore mais je vais vite finir par le découvrir.

- Qui est là ? Je n’ai pas peur de vous.

code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Qu'est-ce que la folie ?   Jeu 16 Juin - 17:35



Qu'est-ce que la folie ?

Daniel & Kyara
Folie, douce folie qui parcourt ses rues et ne cessent jamais d’animer ma vie. Je les observe, eux, si misérables et pourtant si fières de leurs vies. Ces Dhampirs qui sont si fières de leurs missions, ses Moroïs qui sont forts de leurs convictions et de leurs vies, ces Humains qui sont persuadés que le monde leur appartiennent alors qu’ils n’en savent rien. Fous, ils sont tous fous et pourtant c’est moi que l’on considère ainsi. Suis-je fou ? Oh oui, terriblement. J’en ai conscience, j’en fais ma force. Je transforme cette folie en force créative, et vous, ignorants, vous n’êtes que des fous qui s’ignorent, vous vous bridez, vous empêchez votre génie de fusionner, de fonctionner. J’ai beau vous observer, vous perdez de l’intérêt. Vous n’êtes qu’une masse grouillante qui attend qu’on tende le bras pour vous ramasser. Vous attendez la mort sans même avoir connu la vie et vous n’en avez même pas consciences. Fous. C’est ce que vous êtes mais vous l’ignorez.

Je me détourne d’eux, de l’humanité, de ces idiots, de ces inconscients qui s’ignorent et je m’enfonce dans les ténèbres. La nuit, mon éternelle alliée, mon éternelle rivale. Je me bats contre et avec elle, mais elle continue encore et toujours à me dominer. Jamais elle n’est domptée mais elle me plait ainsi. Je ne peux pas en dire autant des derniers humains que j’ai aperçus. Leurs corps sans vies vont bientôt être retrouvés et une chasse au monstre commencera. Bon courage pour me trouver. Mais si vous réussissez, vous laisserais-je en vie ? Je ne sais pas. Je ne sais pas encore comment j’agirais, je verrais en fonction du moment. Pour l’heure j’avance, sans réel but, jusqu’à ce que j’arrive à un lieu où l’odeur des Strigoïs se concentre. Je lève la tête, observant cette usine, inhabitée, aucun intérêt. Alors pourquoi y a-t-il autant de passage ? Je n’aime pas les mystères, je hais les énigmes que je ne pose pas. Alors je m’enfonce dans l’obscurité jusqu’à trouver le lieu où se concentre le plus l’odeur. Une trappe, au fond d’une pièce obscure. Je ne perds pas de temps à passer cette trappe, me laissant retomber sans bruit dans un sous terrain. Il n’y a que le bruissement de mon jean qui me trahit quand je commence à marcher, mes semelles sont silencieuses, mes pas sont souples et rythmées. Il n’y a pas de lumière mais je vois parfaitement dans cette obscurité… Enfin pour ce qu’il y a à voir. Les sous-sols de l’asile/hôpital était bien plus intéressants, au moins disposaient-ils de salle d’expérimentations ou de tortures selon le point de vue… Ici, ce n’est qu’une succession de roches qui renvoient le moindre son à l’infini. Et son il finit par y avoir, sous la forme d’un poème assez sombre, donné par une voix de femme légèrement tremblante. Pourquoi t’être perdu ici, petite créature ? Peut-être serait-ce intéressant de te rejoindre ? Tant qu’à être ici, autant que je ne perde pas mon temps.

Je continue à m’enfoncer dans le dédale de sous-terrains, arrivant finalement jusqu’à la source de cette voix. L’obscurité a beau être prenante, je peux parfaitement la détailler, don offert par ma nature. Une femme, menue et mince, ses bras fins entourant ses jambes et ses cheveux humides recouvrant son visage. Inutile donc, elle n’a pas l’air d’avoir une once de courage, n’osant affronter l’inconnu dans l’obscurité. Ouvre donc tes beaux yeux, petite proie avant que je ne te dévore.
Je m’approche d’un pas, presque sans m’en rendre compte mais elle s’en rend compte. Je comprends en même temps que c’est le silence qui m’a fait agir, qui m’a fait me rapprocher. Et maintenant, il y a un autre bruit. Non plus son cœur ou son souffle, mais sa voix formant une phrase, m’assurant qu’elle n’a pas peur, me disant qu’elle sait qu’il y a quelqu’un. Comment réagirais-tu si je ne prenais pas la parole, te laissant dans le tourment de l’incertitude ? Tu n’as pas peur de moi mais peut-être as-tu peur du noir et de ce que l’obscurité revête après tout…

« Qui est là… Pourquoi tout le monde s’obstine à poser cette question ? Si cette personne est un allié, elle se serait déjà annoncé. Si c’est un ennemi, il frappera quoi qu’il se passe. Alors cette question, à quoi sert-elle finalement ? »

Ma sœur m’aurait-elle contaminé ? C’est possible, je ne suis pas du genre à poser mes questions à voix haute. Je déteste admettre que je ne sais pas. Appelons cela l’esprit de compétition…
Je m’approche de nouveau d’elle, m’arrêtant à deux pas de ses jambes, si elle les étend, elle me frôlera peut-être. Je vois ses yeux aveugles tenter de me trouver et cela me fait rire, sincèrement mais brièvement. Amusante petite humaine, faible petite chose.

« Sans ta vue, tu n’es rien n’est-ce pas ? Allume donc la lumière, jolie cœur, qu’on puisse converser sans que tu ne perdes tes moyens. »

Traitez-moi de fou si cela vous amuse, mais je sors mon téléphone et m’approche pour le glisser entre ses doigts, m’assurant de ne pas toucher son corps en même temps. Je me recule ensuite, légèrement, pour me mettre hors de portée, attendant qu’elle déverrouille mon téléphone pour allumer la lampe torche. Je suis assez curieux, jolie cœur, de savoir si tu oseras fouiller dans ce téléphone alors que je suis devant toi… Mais je le saurais bientôt. Tout du moins, je le suppose.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 57
Age : 26
MessageSujet: Re: Qu'est-ce que la folie ?   Jeu 16 Juin - 17:36


Qu'est-ce que la folie ?
Daniel & Kyara

Ouvre les yeux Kyara, il n’y a plus rien, les ombres sont parties, les voix aussi. A quoi bon les ouvrir de toute façon puisque je suis dans le noir complet ? Certains craignent l’obscurité, moi je m’y sens en sécurité. Je ne devrais probablement pas pourtant, la nuit les monstres sortent et dans de tels endroits je mets les chances de mon côté pour en rencontrer. Dommage que je n’ai pas d’armes sur moi, d’ailleurs à part ce pyjama je n’ai absolument rien. J’ai cessé de réciter ma sinistre poésie et de me couvrir les oreilles et les yeux. J’attends simplement, assise dans mon coin que le soleil se lève et que tout ceci disparaisse enfin. J’entends du bruit. Est-ce encore mes sombres folies ou bien y-a-t-il véritablement quelqu’un ? Je demande qui est là même si au fond je me moque du nom, je veux juste entre le son de sa voix, savoir si c’est celle d’une personne vivante ou d’un fantôme, étrangement je sais les différencier.

Il parle enfin. La voix d’un homme. Cette voix qui résonne telle une menace à mes oreilles. Tu as raison, peu importe de savoir qui tu es, cette question est inutile, mais au moins je sais grâce au son de ta voix que tu es bien réel et c’est la seule chose un minimum réconfortant. Je dis bien un minimum oui, car mon instinct me hurle qu’il s’agit d’un strigoï. Qu’est-ce qui est le pire finalement, un monstre ou un fantôme ? Je vis vraiment dans un drôle de monde. Je reste silencieuse face à sa question, je ne suis pas sûre qu’il attende réellement de réponse et de toute façon je n’en aurais pas à lui fournir. J’essaie plutôt de me concentrer sur les bruits qu’il pourrait faire afin de le repérer, savoir s’il est proche ou loin. Je tâte également le sol de ma main gauche, espérant y trouver quelque chose qui puisse faire office d’arme, que ce soit une pierre ou une barre de fer, peu importe, mieux vaut ça que rien.

J’ignore si c’est à cause de mon silence mais il reprend de nouveau la parole et cette fois je suis sincèrement persuadée qu’il s’agit d’un strigoï. Se moque-t-il de moi ? J’en ai bien l’impression et je déteste ça. Je sais que je ne parais pas au mieux de ma forme actuellement, mais tu ferais une grave erreur de me sous-estimer. Je sens son portable glisser entre mes doigts que je referme dessus sans l’allumer pour autant. Est-ce réellement une bonne idée de faire revenir la lumière alors que ça pourrait entraîner le retour des ombres ? Je ne sais pas. Je ne suis pas sûre de pouvoir affronter les deux.

- Qui te dit que converser avec toi dans le noir me ferait perdre mes moyens ?

Je lui réponds d’un ton sec, j’ai horreur quand on pense savoir mieux que moi ce qu’il en sera. Tu apprendras vite que je n’ai pas peur du noir, ni de ton espèce, ni même de la mort, je l’ai approché bien trop de fois pour la craindre à nouveau, je l’ai même senti m’envahir avant qu’on m’arrache à ses bras. Alors non, aujourd’hui je n’ai plus peur de mourir, je me demande même si c’est possible tellement j’arrive encore à survivre malgré toutes les fois où j’ai pourtant abandonné. Je finis tout de même par lâcher un soupire et me résous à déverrouiller son portable pour allumer la lampe torche. Tant pis si les fantômes reviennent, ils seront toujours plus inoffensifs qu’un strigoï de toute façon. Je ne cherche même pas à me lever de ma place, prouvant bien au strigoï que même si je me suis résolue à allumer cette lumière, je ne me lèverai pas pour prendre ma garde pour autant ni même pour fuir. Je dirige le faisceau lumineux jusqu’à tomber sur lui, ce brun à la fois beau et étrange. Je reste quelques secondes silencieuse à le dévisager sans peur avant de finalement prendre la parole.

- Et la lumière fût. Qu’est-ce qu’on fait maintenant, on joue à la dînette ? Je suppose que tu me vois comme le désert mais autant que tu le saches, je ne suis vraiment pas digérable.

Qu’est-ce qui me prend à être si provocatrice avec un strigoï alors que je n’ai même pas d’armes ? Je ne sais pas, j’imagine que je n’ai rien de mieux à faire de toute façon. Je n’ai pas vraiment de quoi me battre hormis mes poings, ce n’est pas pour autant que je vais me la fermer et supplier de me laisser la vie sauve. Je serais plus du genre à demander qu’on m’achève plutôt qu’on me sauve. J’imagine que la suite de cette rencontre dépendra de toi et de ce que tu as derrière la tête. Sois heureux de pouvoir être maître du jeu, mais ne t’attends pas à ce que je sois le pion que tu peux déplacer où bon te semble.

code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Qu'est-ce que la folie ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Qu'est-ce que la folie ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La folie des BAM ! [FINI]
» L’argent conduit à la folie !
» Crise de folie... |Libre|
» ~ Lorsque la folie danse la valse de la Vie ~
» Ethan Fever - La folie est un art {OK}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vamp Academy :: Archive :: Rps Marie & Liora-
Sauter vers: