Forum d'écriture privé
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Et si on se contentait de redevenir comme avant ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
Messages : 57
Age : 26
MessageSujet: Re: Et si on se contentait de redevenir comme avant ?   Dim 25 Déc - 19:22

Et si on se contentait de redevenir comme avant ?
Adrian et Kyara


Jouons Adrian, car s’il y a une chose pour laquelle nous sommes doué tous les deux c’est bien ça. Inventons des règles, toujours plus de défis, ça me plaît. Il faudra en revanche en assumer les conséquences à la fin de la partie, penses-tu en être capable ? C’est ce que nous verrons. Puisque je dois retirer un vêtement, alors retirons-le, mais tu devais bien te douter, que je demanderais un peu d’aide pour un haut comme celui-là, et forcément ce ne sont pas les doigts d’une fille que je vais rechercher. Je me contente d’ignorer Adrian pendant que cet inconnu me retire mon haut, je n’ai pas besoin de le regarder pour savoir que ça ne lui plaît pas, je le connais suffisamment pour ça. Mon haut tombe et je retourne à ma place, ne manquant pas de voir une courte seconde son poing serré avant qu’il ne décide de prendre une cigarette, sûrement pour se calmer. Je n’en cache pas un petit sourire au coin des lèvres face à ces réactions, au moins ça prouve d’une certaine façon que je compte toujours pour lui.

C’est à mon tour de viser et cette fois je ne manque pas mon tire. A ton tour de retirer un vêtement mon chou, sois mignon et retire donc cette chemise, que je puisse aussi me rincer l’œil, après tout il n’y a pas de raison que tu sois le seul. Sérieusement Adrian, est-ce que tu étais obligé de te rapprocher de cette fille pour enlever ta chemise ? Je sais très bien ce que tu cherches à faire, jouer avec ma jalousie, mais ça ne fonctionnera pas. Je note quand même le visage de cette fille dans le coin de ma tête, juste au cas où, puis je profite du spectacle. Et bien Adrian, ton corps a plus de muscles que dans mes souvenirs, aurais-tu fait un peu de muscu ? J’ai du mal à t’imaginer t’entraîner. En tous cas tu as raison, je n’ai jamais été capable de résister à ton corps et je pense que ce soir je ne résisterais pas non plus, encore moins après ce qu’on a pris, en général l’alcool et la drogue n’éveille qu’un peu plus mes envies. Par contre tu exagères un peu en déposant ce baiser au coin des lèvres de cette fille Adrian ! Tu trouves que je bave ? Pourtant c’est davantage une expression de colère que j’affiche là, mais après tout tant mieux si tu ne l’as pas remarqué.

- Vraiment ? Pourtant il fut un temps où tu appréciais ce mélange d’alcool et de salive.

Après tout combien de fois nous sommes nous embrassé juste après avoir bu ? Si tu veux provoquer Adrian, fais ça bien. Enfin, concentrons-nous sur le jeu plutôt. Il tire à nouveau et si j’ai bon espoir qu’il manque le gobelet, la balle finit quand même par atterrir dedans et Adrian n’en perd pas une pour lâcher une nouvelle remarque. Penses-tu réellement que tu seras le grand gagnant lorsque toutes ces personnes auront profité de mon corps ? Après tout, pourquoi est-ce que je ne continuerais pas de les laisser me déshabiller en plus de pouvoir me reluquer ? J’attrape le verre et bois de nouveau d’une traite avant de planter mon regard un peu trouble dans celui d’Adrian. Est-ce que tu n’as toujours aucun effet Adrian ? Parce que moi je commence à planer complètement.

- Il reste encore bien trop de gobelets pour que tu puisses parler de ta victoire.

En attendant j’ai un vêtement à retirer. Soutien-gorge ou jean ? Je suppose que tout le monde s’attend à ce que je retire le jean et me retrouve en sous-vêtements. C’est ce que ferait n’importe quelle fille en tous cas. Pourtant mes mains ne se dirigent pas vers le bouton de mon jean mais vers les agrafes de mon soutif. Es-tu prêt à ça Adrian ? Tout le monde semble retenir son souffle, comme s’ils s’apprêtaient à voir le meilleur spectacle de leur vie. Sauf que je n’ai pas le temps de le dégrafer. On était tous tellement hypnotisé par cette partie qu’aucun de nous n’a fait attention à cette dispute qui se déroulait juste à côté, un coup de poing part, puis l’autre réplique en envoyant valser son ennemi tout droit sur la table de jeu. Les gobelets éclaboussent tout le monde et je me retrouve avec plein d’alcool sur le corps, ce qui en soit ne me dérange pas, même si ça risque de devenir un peu collant tout de même.

Des vigils arrivent pour évacuer ces deux bagarreurs et je ne peux m’empêcher d’éclater de rire. Et bien, on dirait que la partie est terminée plus tôt que prévue finalement. Est-ce qu’on doit considérer qu’Adrian est le vainqueur puisqu’il a marqué plus de verres que moi ou que c’est un match nul pour ne pas l’avoir terminé ? Je n’en sais rien, mais je n’admettrais jamais que c’est lui qui a gagné alors qu’on en était à peine au milieu de la partie. Désolée les gars mais le spectacle est terminé on dirait. Je ne remets pas mon haut pour autant, à la place je me contente de me rapprocher d’Adrian et de lui voler sa cigarette avant de l’entraîner avec moi vers la piste de danse. Toi non plus, tu ne remettras pas ta chemise ce soir.

- J’aurais gagné cette partie, si ça se trouve tu as même hypnotisé ces humains pour qu’ils la gâchent avant que tu ne te fasses humilié.

Je ris à nouveau, ne le prends pas mal Adrian, tu sais très bien que j’aime te provoquer. Maintenant dansons, ça aussi c’est un domaine dans lequel nous sommes plutôt doué. Je glisse mes mains derrière sa nuque, bougeant sensuellement mon corps contre le sien. Mon regard plonge dans le sien et je n’arrive plus à le quitter. Que faisons-nous vraiment Adrian ? Au fond je n’ai pas vraiment envie de chercher à comprendre. Tout comme je ne cherche pas à trouver d’explication lorsque finalement je viens capturer ses lèvres au beau milieu de la danse.

code par slana
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Plus on est de fous, plus on est de fous...
Messages : 39
Age : 20
MessageSujet: Re: Et si on se contentait de redevenir comme avant ?   Dim 25 Déc - 23:28

Et si on se contentait de redevenir comme avant ?
Kyara & Adrian


Est-ce que tu comptes remporter cette partie, Kyara ? Parce que je ne veux pas me venter, mais avec tes deux coups rater, tu as mal parti pour me faire la misère. Je crois même que tu devrais arrêter toutes ces provocations, parce que tu risques de te ridiculiser. J’ai une certaine avance sur toi, je suis presque sur de gagner, je peux me permettre de te provoquer. Toi ? Avec la défaite qui s’approche ? Je serais toi, je ravalerais ma fierté, et je demanderais d’abandonner la partie de suite. Après tout, nous avons à nous deux bien assez d’idée loufoque, pour passer une bonne soirée, même sans finir cette partie.. Mais puisque tu insistes, j’espère que je ne piétinerais pas trop ton ego. En revanche, tu as voulu jouer la maline avec moi, provoquer ma jalousie avec ce type, je n’hésiterais pas à en faire de même. Tu as beau faire semblant de rester de marbre, face à mes actions, je sais qu’au fond, tu n’es pas aussi tranquille que tu le prétends, à voir une femme s’approcher aussi près de moi. Est-ce que tu aimerais être à sa place ? Sans aucun doute, mais ce ne sera pas de suite. Peut-être que si tu arrêtes de jouer avec mes nerfs, j’en ferais de même avec toi, tu pourrais peut-être même être la prochaine à qui je viendrais demander de l’aide. Mais en attendant, ne bave pas trop, parce que je ne suis pas certain que ton verre soit aussi agréable à voir, emplie de salive. Cela dit, ça ne me dérange pas que tu mates mon corps, au contraire, c’est assez réconfortant. Tu as toujours aussi bon goût pour les hommes.

« Aie ! Touché en plein cœur ! Une vrai tigresses celle-là »

Je me fous un peu de toi, mais tu ne peux pas m’en vouloir. Tu sais que j’aime bien faire des blagues, c’est pire lorsque je suis saoule. Et si je suis encore conscient de ce que je dis, et fais, ce ne sera peut-être pas le cas très longtemps encore, surtout si tu continues à me faire boire comme ça. A combien de verre est-ce que j’en suis, déjà ? Cinq ? Six ? J’avoue ne pas en avoir la moindre idée, mais est-ce que cela a une véritable importance ? Je tire, une nouvelle fois, et même si le nombre de verre commence à se resserrer, j’aurais du être capable de marquer, du premier coup. Premier signe que mon taux d’alcool commence à être assez élevé. Un verre de plus, à ton actif Kya, et un vêtement à retirer. Que choisira-tu ? Ton pantalon ? Non, bien sûr que non, c’est trop simple pour toi. Est-ce que tu chercherais une fois encore à me provoquer ? Je ne la quitte pas un seul instant des yeux. A partir du moment où tu auras retirer ton soutien-gorge tu auras déclencher une véritable guerre, ou tous les coups seront permis. Et dans ce genre de jeu, je peux être très cruel. Je suis tellement fixer sur elle, que je ne me rends compte de cette bagarre, qu’une fois que ce mec se rétame sur notre table, et foire notre jeu. Je reprends conscience de la réalité, enfin, de la demi réalité, parce qu’entre l’alcool, et la pilule, je commence sacrément à planer, et je crois qu’il en va de même pour Kyara. Et alors ? Maintenant que notre partie vient de tomber à l’eau, qu’est-ce que nous sommes censé faire ? En reprendre une à zéro ? Je ne crois pas qu’il s’agisse d’une bonne idée, et on tomberait avant même d’être arriver à la moitié de la partie. Alors quoi ? On dirait que tu as ton idée ? La piste de danse ? Oui, pourquoi pas ? De toute façon, même si je me ridiculise, quelle importance, je ne m’en souviendrais plus demain, et je ne serais pas le seul à avoir tous oublier de cette fête.

« Tu n’as pas détacher ton regard de moi une seule fois, au cours de toute la soirée, alors dis-moi quand j’aurais bien pu faire une telle chose ? Au passage, si ce corps d’apollon te fait si envie, suffit de demander »

J’en profite pour exposer mon corps, sous ces yeux, avec quelques gestes, comme si on présentait une relique aux enchères. Avant qu’elle ne m’attire sur la piste de danse, j’en profite pour prendre un dernier verre, qui n’a pas été en totalité renversé par la bagarre, et le vider. Quitte à danser, autant bien le faire, et pour cela, vaut mieux avoir plusieurs vers dans le nez. Et bien, Kya, on dirait que tu as lâcher les chevaux, en fin de compte, je crois que je préfère que notre partie est fini ainsi. Cela nous laisse plus de temps pour finir cette soirée en beauté. Et je n’aurais pas à te traîner dans mon lit, à cause d’une victoire, dans un jeu, tu le feras toi-même. N’est-ce pas mieux ? Bien sûr que si. Mais très franchement, pourquoi est-ce que tu nous as attiré jusqu’ici ? N’aurions nous pas mieux fais de partir de suite ? Parce qu’en dehors de nous donner en spectacle, nous ne ferions rien de plus ici, mais ce n’est pas ce qui m’arrêtera. Peut-être que tu aurais mieux fais de remettre quelque chose sur toi, parce que je crois que pas mal d’alcool, c’est renversé sur toi, tout à l’heure, et je compte bien en profiter, et j’espère bien que cela ne te gêne pas que j’agisse devant tous ces gens, parce qu’au sinon, fallait réfléchit à ça, avant, pour l’instant, je prends pas vraiment conscience que nous ne sommes pas juste tous les deux, en tête à tête, et je ne crois pas que cela ira en s’arrangeant. Puis, y a ce baiser. Un putain de baiser de fou, auquel je ne m’attendais pas, mais auquel je ne peux m’empêcher de prendre goût, et de le prolonger, encore et encore, jusqu’à me retrouver à bout de souffle. Tu sais, que tu es en train d’animer une bonne centaine d’envie différente en moi, que je m’efforce de raisonner.

« Je crois en effet, me rappeler que le mélange de salive et d’alcool, me plaisait bien, mais tu sais, ce qui me plaisait davantage encore ? L’alcool, ménagé au goût délicieux de ton corps »

Est-ce que ça te permet de comprendre ce qui t’attend ? J’attrape ces hanches, et glisse le long de son corps, pour me retrouver au niveau de son ventre, et déposer plusieurs baisers. Non, ne t’attends pas à ce que je m’arrête là, ce n’est qu’un début. Ma langue vient bien vite se mêler à la danse, pour goûter de nouveau à cette sensation d’autrefois. A la différence qu’avant, je vivais moi-même les bouteilles sur ton corps. Est-ce que ça te plaît toujours autant qu’à l’époque ? Y seras-tu toujours aussi sensible ? Je l’espère !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 57
Age : 26
MessageSujet: Re: Et si on se contentait de redevenir comme avant ?   Jeu 29 Déc - 14:13

Et si on se contentait de redevenir comme avant ?
Adrian et Kyara


Comment va se terminer cette soirée ? Je n’en ai pas la moindre idée. Avant d’entrer ici je m’étais dit qu’on serait sans doute sage pour une fois, puis nous sommes entré dans ce campus et j’en ai oublié toutes mes bonnes résolutions. Drogue, jeu, alcool, provocation, ça ne fait jamais bon ménage. Est-ce qu’on arrivera à rentrer chez nous ? Est-ce qu’on rentrera chez nous de toute façon ? Plus la soirée avance et plus j’ai de doutes à ce sujet. L’alcool ne nous a jamais rendus sage et une fois de plus cette soirée le prouve. Tu dis que je suis une vraie tigresse Adrian ? Attends un peu de voir quand je sortirais les griffes, parce que pour l’instant elles sont encore bien rangées, crois-moi.

Je bois ce verre de plus, je ne devrais pas mais c’est le jeu et j’ai toujours aimé jouer, surtout avec lui. Est-ce que tu assumeras toujours d’avoir proposé ce défi lorsque j’aurais retiré mon soutien-gorge ? Quelque chose me dit que non. Sauf qu’heureusement ou malheureusement, je n’ai pas le temps de le faire qu’un type s’écroule sur la table et détruit toute la partie, me couvrant d’alcool au passage. Génial les gars, vous avez gâché notre jeu avec vos histoires ! Pourtant je ne peux pas m’empêcher de rire, sans doute à cause de l’alcool, ou la drogue, sûrement les deux en fait. Qu’est-ce qu’on fait maintenant Adrian ? Je n’ai pas envie de recommencer, je n’ai pas envie de rentrer non plus. Je m’approche de lui et l’entraîne avec moi vers la piste de danse, autant que je puisse profiter de ce corps d’un peu plus près.

- Qui sait, tu aurais aussi pu me faire oublier ! Et je n’ai pas besoin de demander Adrian, quand j’ai envie je prends, tu es bien placé pour le savoir.

Est-ce que j’ai envie de ce corps d’apollon que tu te vantes d’avoir ? Effectivement, c’est bel et bien le cas. Comment y résister de toute façon ? D’autant que je peux l’avoir rien que pour moi, alors ce serait idiot de dire non. Ce serait idiot de ne pas profiter de cette soirée. Ce serait idiot de ne pas capturer ses lèvres alors que je peux le faire. Je rapproche mon visage du sien, partageant ce long baiser qu’il ne semble pas non plus vouloir rompre. L’une de mes mains se referme sur ses cheveux en même temps que l’on prolonge ce délicieux baiser. J’ai envie de toi Adrian, maintenant. Notre respiration est saccadée lorsque le baiser s’arrête et je ne peux m’empêcher d’esquisser un sourire face à sa prochaine remarque.

Je le regarde glisser doucement vers mon ventre et déposer ces baisers. A quoi est-ce que tu joues Adrian ? Tu n’as pas le droit de me donner envie devant toutes ces personnes ! Pourtant je ne peux m’empêcher de fermer quelques secondes les yeux lorsque je sens sa langue glisser contre ma peau et me donner un frisson. Cette fois s’en est trop. Je le force à s’arrêter et se relever, plongeant mon regard dans le sien d’un air tout à fait sérieux.

- Sortons d’ici et fais-moi l’amour.

Oui c’est une demande assez direct mais je n’ai mâché mot avec toi, avec personne d’ailleurs, alors ce n’est pas aujourd’hui que je commencerais. Je l’entraîne avec moi en dehors de cette fête. Puisque nous sommes dans un campus, ça ne devrait pas être bien compliqué de trouver une chambre non ? Sauf que je ne suis pas aussi patiente et à peine sommes-nous sortis que je le plaque contre un mur pour l’embrasser sauvagement. Le baiser ne s’arrête pas même si nos corps sont en mouvement dans ce long couloir. Ma main se pose sur une poignée de porte mais la pièce est verrouillée. On continue d’avancer, toujours en s’embrassant, toujours en se faisant un peu plus pressé. Au bout de la troisième porte on entre enfin dans l’une des chambres du campus, vide, sans doute sont-ils tous à la soirée. La porte claque derrière nous alors que nous nous rapprochons peu à peu d’un des matelas, toujours en continuant de s’embrasser. Je retire moi-même mon soutien-gorge et le laisse tomber par terre avant de le pousser contre le matelas, me mettant à califourchon sur lui pour venir déposer de multiples baisers sur son torse. Depuis combien de temps n’avons-nous pas fait l’amour Adrian ? Bien trop d’années et je compte bien rattraper ça ce soir.
code par slana
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Plus on est de fous, plus on est de fous...
Messages : 39
Age : 20
MessageSujet: Re: Et si on se contentait de redevenir comme avant ?   Jeu 29 Déc - 22:25

Et si on se contentait de redevenir comme avant ?
Kyara & Adrian


Est-ce une bonne, ou une mauvaise chose, que ces gamins déjà bien bourré, se tapant sur la gueule, aient interrompu notre partie ? Je suis assez déçu, de ne pas savoir de quelle manière se serait terminée cette partie, je suis assez déçu de ne pas savoir qui aurait gagné, en fin de compte, même si je suis presque sur, que tu n'avais aucune chance. Mais au vu de la tournure que prend la suite de cette soirée, je ne peux pas vraiment m'en plaindre. Au fond, c'est bien mieux ainsi, maintenant que nous n'avons plus une table entre nous, entre nos corps. N'étais-je pas censé limiter la casse, ce soir, éviter que l'on pousse jusque là ? Oui, j'ai de vague souvenir là-dessus, mais ça commence à devenir très flou, et vous savez quoi ? Réfléchir à cela me donne mal à la tête, c'est bien plus simple, de relooker Kya, puis faut admettre qu'elle est sacrément canon. Je me vente de mon propre corps, mais tu n'as rien perdu, du corps que j'ai connu, bien au contraire, je crois que tu as même gagné des formes. Tu as raison, je connais ta manière d'agir, et je sais que lorsque tu as envie de quelque chose, tu ne t'emmerdes pas avec les bonnes manières. Alors qu'attends-tu ? Sommes-nous obligé d'en passer par cette danse ? On dirait, pourtant, ça ne me semble pas être des plus indispensable. J'aime bien cette fête, mais si tu veux mon avis, nous aurions pu rejoindre une chambre, de suite, de toute façon, toi comme moi, savons déjà que c'est là-bas que cette fête se finira pour nous. Mais enfin bon, puisque tu veux danser, dansons.

En faite, je ne sais pas si c'était réellement ce que tu voulais, ou juste un prétexte, pour te rapprocher de moi, parce que nous n'aurons pas danser longtemps, avant que nos bouches se retrouvent mutuellement. Tu veux savoir un truc, Kya ? Je crois que je n'aurais aucun mal à retomber accroc à la douceur de tes lèvres. Cela m'aura bien manquer, de ne pas pouvoir les embrasser, durant toutes ces années. Bon, bien sur, je n'en oublie pas le baiser échangé, à l'église, mais est-ce bien la même chose ? Etait-il sincère ? Ou ne me l'as-tu rendu que parce que tu étais bouleversé ? Au moins, je suis rassuré sur une chose, rien à changer. Je ne savais déjà pas où me positionner à l'époque, face à toutes tes actions, cela n'a pas changer aujourd'hui, à ce que je vois. Je détache mes lèvres des siennes, quelques instants. Ne t'en fais pas, ma belle, tu les retrouveras très bientôt, mais laisse-moi user d'un atout imparable, pour que tu finisses par craquer, et que l'on quitte ce bordel ambulant, pour un lieu bien plus calme, et en tête à tête. J'aime bien des choses chez toi, Kya, mais comme je viens de te le dire, ce que je préfère par dessus tout, c'est le goût de ta peau, mêlé à celui de l'alcool. Je suis sur que c'est le genre de goût, qui ferait tomber tous les mecs dans ton lit, mais ce soir, manque de bol pour eux, il n'y a qu'une seule place, et c'est moi qui l'aurait. Je ne peux m'empêcher de lâcher un grognement, lorsqu'elle m'interrompt, bien qu'elle ne doit pas avoir entendu grand chose, avec toute cette musique. Merde quoi, est-ce que tu ne pouvais pas me laisser finir ? Ou avais-tu peur de craquer devant toutes ces personnes, si je continues un peu plus ? Je me retrouve face à son regard, déterminé, et je sais que j'ai obtenu ce que je veux. Enfin, on se casse de là.

« J'ai bien cru que tu ne le demanderais jamais »

Je suis habitué à ce que les filles me cèdent bien plus facilement, alors s'il te plaît, la prochaine fois, si prochaine fois, il existe, et j'espère bien, tu seras gentille de passer à la vitesse supérieur, dans tes décisions. Je la suis jusqu'à l'extérieur. Aurais-tu un peu trop tendu sur la corde, avant de sortir d'ici, pour ne même plus être capable d'attendre de trouver une chambre ? Ne croyez pas que je m'en plains, bien au contraire, je suis assez satisfais de cette fougue, qui déborde. De ces baisers plus que passionnés, que l'on échange, mais si tu veux mon avis, nous aurions bien moins galérer à trouver une chambre, si tu avais réussi à détacher ta bouche de la mienne. Surtout que nos mouvements sont des plus désordonnés, alors ce n'est pas très simple. Enfin, nous parvenons quand même à trouver une chambre, une porte qui s'ouvre, et à vrai dire, quelqu'un aurait très bien pu être à l'intérieur, que cela n'aurait pas fais de différence, puisque je ne prends même pas la peine de relever la tête pour m'assurer que la pièce et vide, et elle non plus. Ce n'est pas du jeu, Kya, les sous-vêtements, c'est moi qui les enlève, où est l'amusement, autrement. Et ne crois pas non plus, que je vais te laisser avoir la main toute la soirée. Je la laisse s'amuser, quelques secondes, faire monter mon plaisir, mais je ne tarde pas à la renverser, pour reprendre la place.

« J'étais loin d'avoir fini mon travail, lorsque tu m'as interrompu »

Alors tu seras gentille, mais cette fois, tu me laisses finir, jusqu'à ce qu'il ne reste plus aucune trace d'alcool, sur ton corps. Je reprends mon chemin, sur son ventre, alors que je la sens s'agiter, sous moi. Un peu de patience, Kya, j'ai presque fini. Je reviens vers ces lèvres, pour déposer un nouveau baiser, alors que je décharge son corps, de ces dernières fringues, et qu'elle en fait de même avec toi. Je crois que nous sommes sacrément bourré, Kya, en faite, j'en suis même sure, puisqu'il m'arrive de voir ton visage flou, par moment, mais s'il y a bien une chose, que je sais faire, aussi bien neutre, que bourré, c'est faire l'amour, alors ne t'en fais pas, tu ne serais pas déçu. Je ne la fais pas attendre plus longtemps, quoi que moi non plus, de toute façon, je n'aurais pas été capable d'attendre bien plus longtemps, avant de mêler nos corps. Tu sais quoi ? Même bourré, cela fait bien trop longtemps, que je n'ai pas ressenti ce genre de sensation. Celle du plaisir, et de la paix, en même temps. Et si je peux te dire autre chose, je suis bien content d'être le seul à pouvoir profiter de ton corps, en fin de compte.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 57
Age : 26
MessageSujet: Re: Et si on se contentait de redevenir comme avant ?   Ven 30 Déc - 14:49

Et si on se contentait de redevenir comme avant ?
Adrian et Kyara


Nous avons bien merdé ce soir Adrian, pas vrai ? Pourtant je ne pense pas que je pourrais le regretter, faut dire que ton corps m’attire depuis trop longtemps pour que j’y résiste ce soir, surtout dans cet état. On aurait dû éviter la drogue, on aurait dû éviter l’alcool et les jeux, mais ce ne serait pas une vraie soirée Kyrian s’il n’y avait pas tout ça. Et maintenant que le jeu est gâché, que faisons-nous ? J’ai une petite idée là-dessus, la danse ça rapproche et il ne nous en aura pas fallu beaucoup pour nous rapprocher encore plus. Un long baiser, ses lèvres qui glissent sur ma peau et je craque. Tu as gagné Adrian, quittons cette mascarade pour aller réellement nous amuser, juste toi et moi.

On aurait dû prévoir que ça se finirait ainsi, on ne se résiste jamais, quand on est dans cet état, peu importe que l’on soit en froid ou en bon terme, en couple ou séparé, on en revient toujours au même. Il nous faut du temps pour trouver une porte qui s’ouvre, faut dire que c’est un peu compliqué à chercher quand on ne se quitte pas, mais je n’ai pas envie de relâcher ses lèvres, plus jamais. On finit par trouver une chambre et je plains l’étudiant qui devra nettoyer derrière nous, car soyons honnête, ni Adrian ni moi ne le ferons, mais au moins ce matelas connaîtra la meilleure nuit de son existence.

On se retrouve allongé sur ce lit, moi à califourchon sur son corps, en profitant pour le goûter davantage, le redécouvrir. Tu as raison Adrian, ce corps d’apollon m’avait complètement manqué et j’ai bien l’intention d’en profiter ce soir. Puis Adrian renverse la tendance et c’est à lui de jouer avec ces sensations, de faire monter mes envies à chaque nouveau mouvement. Ne joues pas ainsi avec moi Adrian, fais-moi plutôt monter au septième ciel. Mes lèvres retrouvent les siennes, se séparant uniquement le temps de retirer le reste de nos vêtements avant de retrouver ce contact, tout comme nos corps entrent en contact. Faire l’amour ensemble quand on est dans cet état, c’est toujours autant le pied et je compte bien en profiter pour le reste de la nuit.



J’ouvre difficilement les yeux avec un sacré mal de crane. Il me faut un peu de temps avant de me redresser, toujours plus de temps pour comprendre que je suis nue, et encore plus pour réaliser que mon partenaire est bel et bien Adrian. Merde... Est-ce qu’on a vraiment couché ensemble ? Je ne me souviens plus de rien, mais on ne serait pas tous les deux nus dans un lit s’il ne s’était rien passé. Je me relève doucement, faisant en sorte de ne pas le réveiller, je ne suis pas sûre de savoir quoi dire si on devait avoir une conversation. J’enfile mes vêtements, du moins ceux que je trouve. Où sont passés mon haut et ma veste ? Je retourne la chambre dans tous les sens, d’ailleurs je ne sais même pas à qui appartient cette chambre, mais c’est celle d’un homme vu les fringues que je trouve. Et bien tant pis, j’emprunterais un tee-shirt à cet inconnu car je ne vais tout de même pas rentrer en soutien-gorge.

J’enfile un tee-shirt au hasard et m’arrête net lorsque j’entends Adrian bouger. Vous savez quoi ? Je me mets même à retenir ma respiration, aussi inutile soit-il. Il ne se réveille pas, tant mieux. Je cherche mon téléphone, introuvable lui aussi, j’espère au moins qu’Alec n’a pas cherché à me contacter. Je sors discrètement de la chambre, refermant doucement la porte derrière moi pour finalement apercevoir un type assit par terre et endormis. Peut-être le type à qui appartient cette chambre ? Pauvre gars... Je ne le réveille pas lui non plus, me contentant de quitter ce campus aussi vite que je le peux. J’essaie de me remémorer ce qui a bien pu se passer cette nuit mais c’est le blackout total et en plus j’ai bien trop de nausées pour rester concentrée. J’ai besoin d’un bon café pour me réveiller, et aussi d’un repas bien consistant pour aider à dissiper la gueule de bois. Oui, voilà le programme de la journée, ensuite je retournerais dormir.
code par slana
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Et si on se contentait de redevenir comme avant ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Et si on se contentait de redevenir comme avant ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» « Plus rien ne sera comme avant » • Morgan
» Et si tout redevenait comme avant? Epineux.
» Juste se retrouver ensemble comme avant | Ziva
» billy&april ~ jamais deux sans trois dit-on... je crains le pire.
» Retrouvons-nous comme avant {PV; Cameron}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vamp Academy :: Archive :: Rps Laure & Liora-
Sauter vers: